Arabology : Yasmine a voté !

7 juin 2009
Par


Pour ceux qui l’auraient manqué, les principaux extraits d’un article (texte complet ici) publié dans Le Monde du samedi 6 juin, à propos de la sortie d’Arabology, un disque réalisé par YAS, à savoir le musicien électronique Mirwais et Yasmine Hamdan, la chanteuse du groupe Soap Kills (par ailleurs compagne du cinéaste palestinien Elia Suleiman).

Les deux journalistes, Odile de Plas et Véronique Mortaigne, saluent la sortie du disque avec cette formule, particulièrement bien trouvée  : “un disque géopolitique” !

Déjà diffusé sur Internet, le clip Get It Right a été réalisé par le photographe basé à New York Stéphane Sednaoui. Tourné au Caire, il donne le ton : celui de l’émancipation. Sur rythmes robotiques et mélodie veloutée, Yasmine y incarne une femme libre, motarde casquée, vêtue de cuir, fêtarde de night-clubs cairotes, cosmonaute aux cheveux volants. Pour le final, deux images : la pyramide de Gizeh face aux antennes satellitaires. Ce traité d’arabité moderne n’hésite pas à sampler les pionniers tatillons de l’électronique allemande, Kraftwerk, notamment dans le titre qui clôt l’album, A-Man. Les paroles, en arabe, ont été inspirées à Yasmine “par Ella Fitzgerald et Louis Amstrong, qui chantaient “I like potato, you like potaato, I like tomato, you like tomaato”. Les tomates sont importantes, parce que pendant la guerre au Liban les miliciens demandaient à ceux qui voulaient passer les barrages de prononcer le mot tomate, afin de déterminer selon l’accent s’ils étaient libanais ou palestiniens”. (…) Yasmine est née à Beyrouth, en 1976. “Je ne sais pas dans quel hôpital, car ma mère a dû changer au dernier moment à cause des combats.” Fille d’un ingénieur civil, enfant de la guerre, elle déménage, d’Abu Dhabi en Grèce, puis au Koweït, où sa famille est surprise par l’invasion irakienne en 1991. Le tout entrecoupé d’allers-retours au Liban selon les périodes de trêve. Pour renouer le lien panarabe, Yasmine écoute des musiques plus anciennes, Mohamed Abdel Wahab, Oum Kalsoum, Asmahan, Nour Elhouda. “Ils m’ont donné petit à petit envie de chanter en arabe”. “Cette langue possède une charge émotionnelle énorme, dit Mirwais. Mais une charge négative s’est imprimée depuis la révolution iranienne – alors qu’en Iran on parle le farsi. Et il est temps d’en finir. En Occident, on oscille trop souvent entre cette vision ultranégative – misère, pauvreté, dictature, fanatisme – et la vision orientaliste, exotique, du XIXe siècle.”(…) Les amateurs de musique arabe n’auront pas à être convaincus. Mais les jeunes issus de la culture pop, oui, dit Mirwais. “Là, il y a un trou béant. La culture arabe n’est absolument pas représentée.” C’est pourquoi Arabology est important : replaçant le monde arabe au centre de la création contemporaine, c’est un disque géopolitique.

Plus que le site des Soap Kills (inactivé depuis septembre 2008), c’est ce site de musique underground libanaise qui mérite d’être visité. On y annonce en particulier, les 17 et 18  juin, un concert gratuit à Paris.  Avec le soutien de l’Office du tourisme du Liban, se produiront Lumi, Scrambled Eggs, Rayyess Beck et… The New Government !

Un nouveau gouvernement au Liban ? La chose n’est pas impossible après les élections législatives de ce dimanche.  En tout cas, et quels que soient les très probables commentaires sur les “risques de radicalisation” dont on va sans doute nous abreuver à la lecture des résultats, Yasmine Hamdan, et les autres jeunes créateurs du monde arabe, ont déjà voté, pour une “mondialisation et une modernité vécue corps et âme” (قلبا وقالبا) comme le dit cet article en arabe sur un blog qui offre un très bon suivi de la musique arabe alternative.

Il faut ABSOLUMENT aller sur le site de YAS (descendre en bas de la page d’accueil une fois le site ouvert), ne pas pour visionner la vidéo évoquée dans l’article du Monde et réalisée par Philippe Sidnaoui. Le photographe français s’est amusé à citer son nom, en arabe, dans le clip : à vous de le découvrir avec cette vision décoiffante d’un Caire ultracontemporain, authentiquement mondialisé !…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Cinéma, graphisme, littérature, Maroc, Non classé, politique culturelle

5 commentaires pour “ Arabology : Yasmine a voté ! ”

  1. LouisaBalata le 8 juin 2009 à 18:41

    Ah c’est la chanson qu’ils passent depuis un certain temps dans le grand journal, depuis le temps que je la cherchais … Ben voilà c’est fait ! Maintenant j’ai bien envie d’acheter le Cd complet !

    PS: votre blog est chouette, continuez … !

  2. Arnaud le 29 juin 2009 à 18:38

    Bonjour,
    Petit commentaire pour relativiser la portée de l’autoproclamation underground libanais. Bien que le terme soit allègrement employé par les acteurs de la sphère musicale libanaise et tout autant galvaudé au sein de la production culturelle globale, il convient de préciser ici, qu’aux vues de leur production et de leur mode de diffusion, les musicos libanais évoqués dans ce billet sont loin de se produire dans des caves. Rien par ailleurs ne semble les rebuter dans leur éventuelle intégration au marché musical global, ce dont témoigne bien la récente ascension de Y.A.S. de son côté, Rayyes Bek a d’ores et déjà signé chez un gros Label (Virgin, je crois), en précisant, dans un entretien donné à L’Orient Le Jour à cette occasion, qu’il devrait certainement atténuer le contenu de ses chansons pour continuer à plaire à la machine. Notons encore que Zeid Hamdan, cousin de Yasmin et très inspiré compositeur des Soap kills, chanteur et guitariste des New Government et, plus récemment, producteur/arrangeur des Katibeh Khamseh n’a plus d’underground que sa guitare Gibson, ses lunettes noires carrées et son vélo bicross. Ses qualités de musicien-compositeur et de dénicheur de talents l’ont depuis longtemps conduit à quitter les caves humides de Beyrouth pour se produire dans des sous-sols d’un autre genre tel le Basement (10 à 15$ l’entrée) et autre B018 (20/30$ selon les soirées). L’underground libanais est aujourd’hui quasi-institutionnel (cf. le volume d’articles que lui consacre la presse locale depuis un certain temps) et n’a plus d’underground que le volume restreint d’un public très majoritairement composé de ce qu’on qualifie grossièrement de « jeunesse dorée beyrouthine » et d’étrangers résidents au Liban toujours émerveillés de s’apercevoir que la production musicale n’est pas si éloignée de leurs propres horizons musicaux. Ces derniers participent d’ailleurs parfois à la production (i.e. deux des membres des New Government étaient français). Cette réalité ne va cependant pas sans poser problème quand, face aux Katibeh 5 entonnant avec véhémence l’un de leurs titres phares, Jam‘iyyat, se trouvent un public de jeunes étrangers non-arabophones travaillant pour le système que le groupe de rap dénonce avec force (ONG, développement et bienfaisance). Plus encore peut-être, lorsqu’à l’occasion de leurs concerts, le posse (groupe d’amis proches) ne peut consommer au bar faute de moyens (12 000 LL la conso !!!).
    Je sais, mon commentaire est motivé par une vision un peu romantique de l’underground prolo version Detroy ou Chicago. Ma3lesh !

    • m le 15 septembre 2009 à 23:32

      Arnaud, pardonne moi d’être direct mais ce que tu racontes, c’est n’importe quoi.
      Oui Yasmine Hamdane, Zeid Hamdane (qui n’ont aucun lien de parenté) sont sur la scène libanaise depuis une bonne dizaine d’années à travers les Lombrix et Soap Kills.
      Effectivement Zeid est un producteur qui a ammené sur le devant de la scène beaucoup de musiciens libanais.

      Mais parler de ces groupes comme étant des produits pour ramener de la conso dans des bars, c’est nul et c’est faux. Les autres styles de musique Arabe (la musique libanaise moderne de pietre qualité que l’on entend à longueur de journée du Caire au Qatar) rapporte 10000 fois plus.

      Cela reste underground car cela reste marginal, dans la forme et dans l’esprit.

      Je ne vois pas en quoi tu te permets de les critiquer gratuitement et stupidement.

  3. YGQ le 30 juin 2009 à 8:53

    Merci Arnaud de ce témoignage live! Je crois que ton réalisme est bien venu !

  4. cpa le 16 septembre 2009 à 7:09

    Je ne me sens pas compétent pour entrer dans la discussion, mais j’apporte une pièce au dossier, trouvé sur un site que j’aime bien : http://swedenburg.blogspot.com/2009/09/yas-arabology.html


Carnets de recherche