Le rose est de rigueur : transports des femmes…

22 mars 2010
Par

taxiDubai

Aucune allusion aux élections régionales françaises dans ce billet, qui se rattache malgré tout à l’actualité française à travers les récents propos du secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, plaidant pour un “espace dans les trains de banlieues” réservé aux femmes. En effet, dans le monde arabe également on débat de la question du transport des femmes, tout comme on se préoccupe de la sûreté de leurs déplacements dans l’espace public.

Depuis sa mise en service à la fin des années 1980, le métro du Caire propose des voitures exclusivement féminines. Malgré cela, la toute récente décision du gouverneur du Caire d’autoriser une société privée à faire rouler des taxis réservés aux femmes fait couler beaucoup d’encre.

Comme pour le métro – même si ce n’est que depuis quelques années que le phénomène du harcèlement sexuel a pris de telles proportions dans le pays –, cette initiative est justifiée par la volonté de protéger les femmes et de faciliter leurs déplacements dans la ville. Les milieux conservateurs s’en félicitent et une autorité d’Al-Azhar (article en arabe) s’est même fendue d’une fatwa pour dire combien la religion louait une telle initiative. En revanche, du côté des associations féministes telles que l’Egypt Center for Women Rights (une association fondée en 1996 par 6 femmes d’un même quartier du Caire), une telle décision, qui pourrait être juridiquement anticonstitutionnelle, est un pas de plus vers la discrimination sexuelle et l’absence d’une véritable reconnaissance de l’égalité entre les sexes. Plus prosaïquement, certains soulignent que les milliers de malheureuses Cairotes qui n’ont pas les moyens de s’offrir un taxi en seront réduites à continuer de se faire peloter dans les autobus et autres minibus (une scène de la vie quotidienne devenue un grand classique de la littérature égyptienne, avec Sonallah Ibrahim notamment).

Curieusement, au regard de certaines idées reçues tout au moins, ce sont les pays les plus « modernes » qui ont ouvert la voie du taxi exclusivement féminin. Sur le modèle des pink ladies cabs londoniens, une flotte de taxis exclusivement féminins a été créée à Dubaï dès 2007  (photo du haut), puis au Liban il y a un an de cela (à droite). Malgré l’hostilité parfois affichée (article en arabe dans Elaph) de leurs collègues beyrouthins, ces taxi Banat sont un vrai succès commercial.

Depuis, la formule essaime partout dans le monde arabe. Au Koweït, les Eve taxis, réservés aux femmes, entre 8 heures du matin et 8 heures du soir, viennent ainsi d’être créés par Bedoor Al-Mutairi, une femme d’affaires très avisée ! Et même dans les Territoires palestiniens, à Hébron précisément, des voitures roses devraient être désormais accessibles aux seules femmes.

Malheureusement pour elles, les Saoudiennes ne vont pas pouvoir profiter de cette innovation. En effet, il va de soi que les taxis roses réservés aux femmes ne sauraient être conduits par un homme ! Et comme ceux-ci sont les seuls à avoir le droit de conduire dans le Royaume…

Heureusement, les autorités locales se sont penchées sur une question qui devient un vrai problème de société. En effet, de plus en plus de Saoudiennes vivant seules, par choix ou à cause de la forte augmentation du nombre des divorces (ce que l’on peut interpréter comme le signe de la « modernisation » d’une société où les droits de l’individu l’emportent davantage sur ceux du groupe), elles sont de plus en plus amenées à travailler, et donc à se déplacer. Si ce n’est que, faute de transports publics adaptés à la règle de la séparation des sexes, elles dépensent de véritables fortunes en taxis (35 % de leurs revenus selon une étude (article en arabe dans Elaph). Du coup, on pense à la création de bus réservés aux femmes, un peu comme pour les banlieusardes parisiennes dont se soucie M. Bertrand.

Avec la mondialisation, et les modifications qu’elle entraîne dans les façons de vivre, Riyadh et Paris sont donc plus proches qu’il n’y paraît !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Egypte, Emirats, France, Golfe, Koweït, Saoudie, société

2 commentaires pour “ Le rose est de rigueur : transports des femmes… ”

  1. neverland le 22 mars 2010 à 12:46

    ça me fait un effet bizarre de voir que enfin de compte Paris et Riyad ou le Monde Arabe en général sont si proches. Dommage que les autorités arabes ne trouvent que ce moyen médiocre pour régler les problèmes de l’harcelement sexuel en Egypte et ailleurs dans les autres pays arabes. Alors là, La France!!! je mettrai plutôt mille points d’exclamation. Je pense pas que la séparation des femmes dans les moyens de transport réglerait nos soucis quotidiens, la femme a besoin de plus que ça….

  2. khalloud le 24 mars 2010 à 1:16

    Soulignons que ce phénomène du harcèlement en Egypte est relativement nouveau, une dizaine d’années, un des signes du dérèglement d’une société soumise à une déliquescence générale des valeurs (l’exemple venant du plus haut).
    Un jeune homme surpris à peloter une fille dans un bus ou à la draguer de manière un peu trop appuyée aurait probablement fini roué de coups par tous les “ibn balad” du coin (les authentiques gars du pays).

    Evidemment, la ségrégation n’est pas la solution idéale, mais à moins de trouver le moyen de réduire ce harcèlement, il est difficile d’expliquer aux femmes qu’elles doivent se faire peloter pour participer à la promotion du principe d’égalité.
    En tout cas, de nombreux pays dits civilisés (L’Angleterre, comme le souligne Yves, mais aussi le Japon il me semble) ont mis en place ces séparations sans provoquer de levée de boucliers (alors qu’en France ou dans les pays arabes, c’est immédiatement mis sur le compte de la vision rétrograde de l’islam).


Carnets de recherche