Echec et mat : rien ne change à Al-Azhar !

5 avril 2010
Par

Il est bien connu que l'expression  "échec et mat" vient de l'arabe Al-shaykh mât (الشيخ مات), littéralement "le vieux est mort". Le précédent cheikh d'Al-Azhar étant brutalement décédé d'une crise cardiaque lors d'un voyage en Arabie saoudite au début du mois de mars, il a bien fallu lui trouver un successeur, un rôle qui revient - c'est devenu la règle depuis une décision de Nasser en 1961 - à la présidence de la République égyptienne.

Le successeur, Ahmed El-Tayeb (أحمد الطيب) est loin faire l'unanimité. Illustrant la fonctionnarisation de plus en plus évidente de la fonction (déjà évoquée dans ce billet), le nouveau responsable d'Al-Azhar cumule cette haute charge religieuse avec des fonctions nettement plus politiques puisqu'il est membre du Parti National Démocratique, le parti au pouvoir, où il siège d'ailleurs au sein d'une commission présidée par Gamal Moubarak, candidat comme on le sait à la succession de son père.

Ahmed El-Tayeb, qui n'a toujours pas démissionné de ce poste en dépit des protestations, montre qu'il est bien à même d'incarner la fonction qu'on lui a confiée : avec la même constance que feu Tantawi, et bravant l'opinion des musulmans, il s'obstine à ne rien signifier de désagréable aux Israéliens au sujet de leur gestion des lieux saints de Jérusalem, pour ne rien dire de celle de la population de Gaza ! Pressé de questions par la presse, il s'est refusé à toute condamnation explicite en expliquant que "cela coulait tellement de source qu'il n'était même pas besoin de le dire" !... (article dans Al-Quds al-'arabi).

Sayyid Tantawi s'étant fendu d'une fatwa pour justifier l'interdiction du voile islamique dans les collèges français, on peut imaginer qu'Ahmed El-Tayeb fera bientôt connaître son avis sur la burqa...

Illustration : les "Burqa Shades" dont parle, avec beaucoup d'humour mais en anglais, cet article. Il m'a mené vers ce site qui vous permettra de voir comment votre visage supporterait cet accessoire de style qui "associe mode et tradition" !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Non classé

11 commentaires pour “ Echec et mat : rien ne change à Al-Azhar ! ”

  1. [...] Echec et mat : rien ne change à Al-Azhar ! | Culture et politique … [...]

    • Atef le 12 avril 2010 à 21:35

      Contrairement à Utopia, je crois que l'une des rares choses qui bougent encore dans le monde arabe c'est al-azhar, étant une vrai établissement quasi indépendante dans une société qui vit une montée des islamistes, al-azhar sait gérer d'une facon ou d'autre suivant le concept du Shock en face des extrémistes parce que si Tantawi n'avait pas enlevé la burqa de cette fameuse fillette, elle aurait continué à se répandre de plus en plus, apres tout, je trouve que al-azhar tout seul ne peut pas changer toute une société qui dégrade horriblement.

      Tarek

  2. khalloud le 7 avril 2010 à 7:17

    L'incapacité d'al-Azhar à affirmer des positions crédibles (pas seulement sur la critique des exactions israéliennes mais sur les sujets de religion) est selon moi l'une des raisons de l'emprise des courants de pensée islamistes sur la société.

    PS Yves devrait se proposer comme VRP de luxe pour la promotion des BQ ;-)

  3. bouajila loutfi le 8 avril 2010 à 12:42

    Bonjour YGQ,
    il me semble reconnaitre un illustre enseignant avec qui j'avais plaisir à étudier... C'est avec grande joie que je découvre votre site et merci encore de nous faire profiter de vos recherches qui restent propices à l'échange et au dialogue. Bien à vous

    • Yves Gonzalez-Quijano le 9 avril 2010 à 22:23

      Même avec les lunettes vous m'avez reconnu! Alors, ce n'est pas très efficace ces BQ Shades!!!

  4. Utopia le 9 avril 2010 à 13:45

    Ce n'est pas uniquement à Al-Azhar que rien ne change! C'est partout dans le monde arabe! C'est le règne des eaux stagnantes!

    • Yves Gonzalez-Quijano le 9 avril 2010 à 19:15

      Je vous trouve un peu trop pessimiste : dans ces billets, il y a tout de même pas mal de choses positives ! Imaginez qu'un blogueur du monde arabe fasse une critique caustique de la France de Sarkozy !!!

  5. Sylvie Nony le 10 avril 2010 à 18:03

    Il est vrai que le mélange du pouvoir et de la politique atteint des sommets (ou sombre dans des abîmes, c'est selon) en Égypte. Mais tout n'est pas si noir effectivement car en cette année 2010 qui prélude aux élections législatives et présidentielles, la constitution et la loi d'urgence sont âprement débattues, ainsi que les rapports entre le pouvoir temporel et les autorités religieuses ; et cela ne fait que commencer.
    Ahmed at-Tayyib est un philosophe qui a fait sa thèse à la Sorbonne et ne manque pas d'ouverture d'esprit. Il a œuvré pour le débat inter-religieux et pour uh partenariat d'al-Azhar avec d'autres universités européennes. Mais il est certes compromis jusqu'à la moelle par cette participation à la direction du PND.
    Concernant la "Burka" il a cet hiver, en tant que recteur de l'université, promulgué une interdiction du port du niqab dans les amphis de l'université, suite à une intervention remarquée de Tantawi exigeant que les étudiantes laissent le niqab à la maison et précisant que rien dans le Coran n'imposait une pareille tenue qui n'est "qu'une tradition". Cela leur a valu un tir de barrage de la part de certaines confréries religieuses bien connues...

    • Yves Gonzalez-Quijano le 10 avril 2010 à 21:25

      Croisons les doigts pour l'Egypte à qui du changement ne pourrait pas faire de mal, c'est le moins qu'on puisse dire ! Cela étant, je ne suis pas certain d'avoir beaucoup d'espoir sur le dialogue interreligieux, orchestré par les universités d'Europe... Et pour le niqab et autres burqas, même si ce n'est pas ma tasse de thé, je pense que l'Egypte a des problèmes plus urgents que celui-là... Mais je ne les ai pas sous le nez chaque jour, moi !

  6. YGQ le 12 avril 2010 à 8:15

    Il aura mis le temps mais El-Taieb annonce aujourd'hui qu'il démissionne de ses fonctions au PND ! http://www.anaween.com/sectionnewsdetail.aspx?id=10010

  7. Yves Gonzalez-Quijano le 13 avril 2010 à 9:16

    (Hartmut) voilà une petite correction faite par le philologue!
    échec et mat devient du persan-arabe (mélange linguistique), Le mot français
    (échec) a son origine dans le mot persan shah. L'expression est shah mât, le
    roi est mort. En allemand le jeu (échec) s'appelle Schach, c.à.d. le shah
    reste plus visible qu'en français.