“Presque normal” : le film-catastrophe de la diplomatie française au Caire

11 avril 2010
Par

On l’a vu souvent dans ces chroniques, la question du boycott d’Israël est loin de faire l’unanimité dans le monde arabe. Toutes sortes d’opinions s’expriment, qui vont du refus absolu et sans exception du moindre contact avec tout ce qui vient d’Israël (fût-il palestinien) à l’acceptation totale des faits accomplis et d’accords tels que ceux de Camp David depuis 1978. Certes, on trouve des positions qui font l’amalgame entre motivations politiques et religieuses. Néanmoins, et en particulier dans les milieux intellectuels et artistiques, les points de vue font très clairement la distinction entre la question du judaïsme et celle du sionisme.

Il faut donc toute la mauvaise foi de ce très médiocre quotidien qu’est devenu Libération pour parler de “chantage” et “d’antisémitisme filmique” (!) lorsqu’un cinéaste égyptien démissionne d’un jury pour protester contre la présence, dans la programmation, d’un film réalisé par une Israélienne. Et cela alors même que ledit cinéaste se donne la peine de préciser que sa décision est motivée par des raisons politiques, sans rapport avec la religion de sa consœur israélienne. Il faut dire que le journaliste anonyme de Libération n’est pas le seul à faire preuve d’autant de stupidité bornée, voire de malhonnêteté intellectuelle. Grâce à l’insigne maladresse de l’actuelle diplomatie française, la sixième édition des Rencontres de l’image au Centre culturel français du Caire, s’est ouverte sur un lamentable fiasco.

Au départ, ce festival annuel, qui permet de mieux faire connaître la jeune création cinématographique, choisit de programmer des œuvres de réalisateurs égyptiens, roumains et français. Pour le jury, on retient notamment  Ahmed Atef (أحمد عاطف), critique au quotidien Al-Ahram et lui-même réalisateur de plusieurs courts-métrages. Une bonne semaine avant la manifestation, celui-ci renonce à participer aux délibérations au motif que, dans la programmation française, figure Presque normal, un film réalisé par Keren Ben Rafael, une étudiante de la Fémis (Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son) de nationalité israélienne.

Rien de bien extraordinaire au Caire où les centres culturels étrangers ont l’habitude de jongler avec ce type de problème, d’autant plus que le critique et cinéaste égyptien tient un discours très modéré : il publie un communiqué dans lequel il précise que sa décision n’est en rien dictée par la religion de la cinéaste concernée mais qu’il se conforme aux directives des syndicats égyptiens des journalistes et des cinéastes, syndicats qui demandent à leurs membres d’adopter cette position en cas de participation d’Israéliens à des événements auxquels eux-mêmes sont conviés.

Comme cela se produit en pareil cas, et quiconque travaille dans l’action culturelle dans le monde arabe sait que ce type de difficulté revient régulièrement, on bricole une solution : on trouve quelqu’un pour remplacer le membre du jury démissionnaire, et on retire de la programmation le film qui fait problème. Sauf que cette fois-ci, à l’initiative du ministère français des Affaires étrangères si l’on en croit Le Monde, on annonce le 30 mars le retrait du film pour confirmer, le 31, son maintien. Toujours selon Le Monde, il s’agit, explique “l’entourage du ministre”,  d’appeler à juger “le film pour ce qu’il est, pas en fonction du CV du metteur en scène”.

La décision parisienne, et la volte-face qu’elle entraîne pour les responsables du CCF du Caire transforment cette affaire mineure en scandale national. L’intelligentsia égyptienne se mobilise contre un tel coup de force qui démontre – s’il en était encore besoin comme le pensent beaucoup – que la politique française montre une fois de plus que son seul but consiste à favoriser “les-visées-de l’ennemi-sioniste-dans-la-région”… La manifestation organisée devant le CCF et les pétitions qui circulent réunissent une bonne partie des élites intellectuelles et culturelles du pays, toutes tendances confondues. (La place manque pour citer tous les noms mais on y retrouve les cinéastes Tawfik Saleh, Khaled Youssef, Mohammed Khan, Yousri Nasrallah, les essayistes Galal Amin  et Tarek al-Bishri, la comédienne Nadia Lutfi, le plasticien Ahmed Nawwar, les écrivains Baha Taher, Sonallah Ibrahim, Ibrahim Aslan, Ibrahim Abdel-Méguid, Muhammad al-Bosati, et une brochette de parlementaires.) Pour finir, l’ensemble des films égyptiens disparaissent du festival où ne seront projetées que quelques œuvres françaises (dont Presque normal !) et roumaines…

Pour que le scénario du film-catastrophe soit vraiment complet, on se garde bien, côté égyptien, de voler au secours des Français. Au contraire (et on peut y voir une petite vengeance à la suite de l’élection ratée de Farouk Hosny à l’Unesco : voir ici ou encore ), les autorités égyptiennes font savoir qu’elles organiseront leur propre festival pour permettre aux cinéastes locaux de faire connaître leur travail. Elles publient également un communiqué assassin, qui regrette en substance (article en arabe) les “commentaires” français sur la position d’un artiste égyptien s’exprimant dans le cadre des lois de son pays, alors qu’elles-mêmes se gardent bien de “commenter” les propos des intellectuels français sur toutes sortes de questions qui les concernent. (Et on leur accorde qu’il y aurait beaucoup à dire !!!)

Au-delà de l’anecdote, les observateurs constatent une évolution de plus en plus marquée de la supposée “politique arabe” de la France, inflexion relayée par une diplomatie culturelle qui risque de payer fort cher en terme d’image et de crédibilité, et pour longtemps, les choix d’une “Union pour la Méditerranée” aujourd’hui paralysée à force de grands écarts douloureux.  A ne pas vouloir tenir compte d’une opinion arabe qui refuse, pour de très bonnes raisons – même s’il en est aussi de moins bonnes – le passage en force que constitue toute forme de normalisation imposée avec l’Etat israélien, on va droit à la catastrophe. C’est “presque normal” pour reprendre le titre du film de Keren Ben Rafael…

Fort heureusement, les premiers concernés par le conflit, à savoir certains cinéastes palestiniens et israéliens, font preuve de plus de clairvoyance, et proposent un travail qui pose des questions dérangeantes à propos de la situation dans leur pays. Il faut ABSOLUMENT aller voir Ajami, le très très remarquable film de Yaron Shani (à droite) et Scandar Copti (à gauche). Dépêchez-vous : le film n’a pas été programmé pour durer longtemps sur les écrans français… La presse arabe en a parlé (ici ou ou encore par exemple), et on aimerait savoir s’il sera distribué dans les salles arabes. En tout cas, il faut souhaiter qu’il y sera vu, d’une manière ou d’une autre, et qu’il fera débat…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Cinéma, Egypte, France, Palestine

21 commentaires pour “ “Presque normal” : le film-catastrophe de la diplomatie française au Caire ”

  1. khalloud le 12 avril 2010 à 20:16

    Article très intéressant. Il ne semble pas que le film ait été produit ou financé par des institutions culturelles israéliennes (si tel avait été le cas, il aurait été moralement irréprochable de le boycotter au titre de l’impeccable campagne BDS).
    Mais Ahmad Atef a avancé un autre argument, il a découvert sur le cv de la réalisatrice qu’elle avait servi dans l’armée israélienne, qu’il considère comme une organisation terroriste (difficile de lui donner tort sur ce dernier point); mais là encore, il faudrait savoir si elle était simplement conscrite ou engagée volontaire.
    Quant à l’attitude des autorités françaises, elle s’inscrit parfaitement dans le revirement imposé à la politique de la France au Moyen-Orient depuis l’élection de Nicolas Sarkozy.

  2. houariB le 14 avril 2010 à 23:42

    Je boycotterai ce film avec plus de conviction suite à l’article ci-dessous
    Why Do Zionists Like Ajami?
    http://palestinechronicle.com/view_article_details.php?id=15786

    Par ailleurs que peut t’on attendre d’une diplomatie silencieuse lorsque une de ses diplomates est battu et menacé de mort ???

    • Yves Gonzalez-Quijano le 15 avril 2010 à 11:15

      Merci Houari, une fois de plus… Pour la deuxième partie du message, OK bien entendu. Pour Ajami (j’ai seulement pu parcourir vite fait le lien, je tenterai de le faire un peu plus tard, ça se discute. On peut s’arrêter à l’image négative des palestiniens, mais la vision du film modifie les choses. Et sur le boycott, je n’arrive plus (personnellement, et sans en faire une théorie !) à m’en tenir à des questions de principe… Dsébat à poursuivre, mais pas bcp d’accès à internet là où je suis… Amicalement (en tout cas, le film, cinématographiquement, est remarquable !)

  3. Lou le 15 avril 2010 à 11:51

    Bonjour,

    Là, je ne suis pas d’accord.
    Je n’arrive pas à comprendre pourquoi Ajami serait un film remarquable, j’y ai vu un excellent film de propagande.

    Certes il est réalisé par un duo de cinéastes l’un palestinien et l’autre israélien.
    Certes le scénario est monté de façon à maintenir le suspens jusqu’au bout.

    On me dit qu’il décrit bien la réalité sociale très violente de ce quartier de Jaffa.

    Alors il faut comprendre que tous les délinquants, les tueurs, voleurs de ce quartier sont des palestiniens.
    Que les racistes sont aussi des palestiniens, la gentille jeune israélienne de Tel-Aviv est prête elle a vivre sans problème avec un palestinien.

    Que les gens qui souffrent et pleurent sont les israéliens, comme cette famille , dont le fils-soldat a disparu . (Bien sûr on ne pense pas à un autre soldat enlevé.)

    Un autre duo de cinéastes l’un palestinien et l’autre israélien avaient fort bien travaillé ensemble pour Route 181, Eyal Sivan et Michel Khleifi, je ne sais pas si les critiques français en avaient parlé autant.

    http://www.momento-production.com/spip.php?article15

    merci pour votre beau site
    Lou

    • Yves Gonzalez-Quijano le 15 avril 2010 à 12:03

      D’accord pour route 181 et ce que vous dites à ce sujet ! totalement d’accord même. Il reste qu’Ajami me paraît un grand film, techniquement parlant (la manière dont c’est monté, le travail avec les “acteurs” du quartier, etc.) Je m’attendais un peu à des réctions comme la vôtre, ou celle de Houari : est-ce que je suis à côté de la plaque ? Je trouve que les personnages palestiniens demeurent très positifs, et qu’ils sont plus les victimes d’une situation qui leur est rendue impossible qu’autre chose… Le problème, de fait, c’est cette histoire de la famille israélienne, un peu trop “nian nian” à mon goût, et le fait que le flic, finalement, n’est pas celui qui tire sur la victime pour se venger… Trop belle fin (mais bravo pour le scénario). Si je trouve un peu de temps, je renvoie aux articles écrits par des Palestiniens sur le film avec un mini réusmé mais le temps me manque un peu… Amicalement

  4. Lou le 15 avril 2010 à 12:30

    Enfin!
    Et cet israélien qui se plaint des bêlements de mouton et qui se fait poignarder par des palestiniens bien sûr. (on a échappé aux odeurs)

    Vous écrivez : \ils sont plus les victimes d’une situation qui leur est rendue impossible qu’autre chose… \ mais ça c’est pas dans le film .

    Vous pensez que le citoyen lambda va comprendre , en voyant ce film que le soldat tué près de Naplouse servait dans l’armée d’occupation israélienne.
    En plus les méchants-zarabes lui ont volé sa montre !

    Peut-être qu’il faut prendre le débat par l’autre bout et se demander : que serait un excellent film de propagande sioniste ?
    Il faudrait que ce soit \ un grand film, techniquement parlant \ etc etc..
    Amicalement
    Lou

    • khalloud le 2 mai 2010 à 15:52

      Ayant finalement accordé à Ajami le bénéfice du doute (concernant le boycott), je suis allé le voir.
      Il est vrai que la vision du film comme un pur spectacle (hors de toute réflexion) est un plaisir: le scénario ménage savamment le suspense et se dénoue brillamment grâce aux flash-backs successifs, les relations familiales sont bien décrites, les personnages bien dessinés – avec notamment le saisissant portrait de Nasri, l’enfant dont l’intuition clairvoyante n’empêche pas le drame de survenir.

      Sur le plan politique et social, toutefois, je confirme en tous points le diagnostic de Lou.
      J’ajouterais qu’à aucun moment, il n’est question des mauvais traitements infligés aux Palestiniens par les autorités israéliennes, que ce soit dans les Territoires occupés (pudiquement appelés “Territoires palestiniens”) ou en Israël même. Au contraire, les flics sont plutôt sympa (ils cherchent à débarrasser les Arabes des dealers et n’ont même pas droit à leur reconnaissance) et même les contrôles de papiers aux checkpoints se font d’une manière plutôt bon-enfant. Pour de “vrais” contrôle aux checkpoints, on se reportera plutôt à Amerrika de Cherien Dabis ou à L’anniversaire de Leïla, de Rachid Mashalawi.
      Les seuls moments où des Israéliens ne se comportent pas en protecteurs paternels et conviviaux sont ceux où ils sont sous le coup d’un énervement bien compréhensible, après l’assassinat d’un bon père de famille israélien incommodé par le bruit ou l’enlèvement d’un innocent soldat qui rentrait chez lui et qui “ne se sentait pas bien” parmi les militaires.
      Quant aux Arabes, ce sont des sauvageons qui vivent encore à l’époque tribale, n’hésitent pas à tuer, à dealer, à se trahir pour une poignée de shekels, etc. Finalement, il faut remercier l’occupation israélienne qui essaie tant bien que mal de les “pacifier”.
      Bien sûr, il n’était pas question de demander un strict équilibrage des bons et des méchants qu’on distribuerait comme on distribue le temps de parole dans une émission politique. Tout de même, la contradiction entre la présentation du film comme réalisé par un tandem israélo-palestinien (dûment exploitée dans son marketing) et le message politique délivré à l’arrivée, qui décline presque tous les clichés de la propagande israélienne, est tout de même troublante. Skandar Copti s’est-il cantonné à la partie intimiste et privée, abandonnant à son co-réalisateur israélien (ou aux producteurs) la partie sociale et politique et leur laissant en faire un film de propagande éhontée?

      • Yves Gonzalez-Quijano le 2 mai 2010 à 17:08

        Tout ce que tu dis “Khalloud” est juste. En ce qui me concerne, cette manière de peindre une partie de la société palestinienne ne me gêne pas. Je trouve même qu’elle met en évidence le contexte qui produit ces comportements. Mais c’est sans doute un point de vue qui ne tient pas assez compte de du regard qui peut être porté sur ce film par des personnes moins concernées par la question. Cela étant, il ne faudrait pas que la critique de Ajami soit une justification des peintures à l’eau de rose que me paraissent souhaiter, consciemment ou non, certains sympathisants de la cause palestinienne… A posteriori, même si je ne regrette pas mon plaisir à ce film, je me dis que j’aurais dû le signaler autrement… Mea (petit) culpa !

  5. Khawaga le 15 avril 2010 à 19:41

    Personnellement je n’irai pas voir Ajami ni aucun autre film israélien. La dernière fois que je me suis fait avoir, c’était avec Valse avec Béchir et je ne recommencerai pas. C’est déjà assez qu’avec mes impôts je contribue à le financer (30 coproductions franco-israéliennes depuis l’accord bilatéral signé en 2001) sans qu’en plus j’aille payer en salle et grossir les statistiques des spectateurs de ce cinéma “critique” dont la presse nous vante les qualités artistiques et morales. Combien de temps va-t-on continuer à se laisser piéger par le discours de l’humanisme, de la mauvaise conscience et de la repentance de cette intelligentsia sioniste? Tous ces beaux discours ne ne font que brouiller les esprits en dissimulant la réalité du rapport de force colonial sous le cache-sexe de la liberté d’expression artistique. Dans le contexte actuel en particulier, avec le gouvernement le plus à droite de l’histoire de ce pays et la position de faiblesse extrême des Palestiniens, le boycott le plus systématique possible de tout ce qui vient d’Israël s’impose. On ne peut faire d’exception que pour les quelques intellectuels israéliens antisionistes que l’on connaît tous (Ilan Pappé…) et qui se comptent sur les doigts des deux mains.

  6. Crac le 16 avril 2010 à 10:58

    Salut les aliénés

    depuis quand un film a-t-il changé quoique ce soit? Je sais que c’est dans la culture occidentale de vénérer l’industrie du divertissement mais il n’est pas interdit de réfléchir.

    Combien de film les américains sortent sur la guerre? Combien de films américains prennent pour prétexte la dénonciation de la guerre pour brosser dans le sens du poil un publique en manque de sensation forte. Alors dans telle superproduction le patriote américain se fait bananer par une organisation secrète d’américains ripoux qui complotent pour le propre intérêt, dans telle autre, l’américain prend fait et cause pour les indigènes dont il devient le leader… L’attaque du Liban? c’est un cinéaste israélien qui touche les récompenses avec les applaudissements d’un jury en émoi mais insensible devant la réalité.

    Si les gens ont besoin d’aller s’installer dans une salle de cinéma pour que tout d’un coup leur vient la “lumière” comme vous semblez le penser alors il faut franchement s’interroger sur l’effet de tout ce que les gens regardent à longueur d’année mais également de l’intérêt de ces individus qui n’ont d’autres moteur que le télévisuel. Et comme c’est le dernier qui a parlé qui a raison on constate les “effets” lors des élections. Il faut arrêter de couvrir les gens de vouloir faire croire qu’ils ne sont que de simples benêts irresponsables.

    Les “arabes” n’ont pas demandé à avoir des envahisseurs qui sous prétexte qu’ils sont juifs massacrent, détruisent et volent à tout va et sont traités comme la race supérieure qui échappe à tout jugement.

    ça changerait quoi si c’était des martiens des français des américains ou des turques rien sauf la propagande visant à couvrir le massacre. Je n’ai pas besoin des leçons de moralité des colons, ils veulent faire la moral qu’ils quittent la Palestine pour marquer leur refus de la barbarie et milite de l’extérieur. Tu ne voleras point? Tu ne tueras point? qu’ils commencent par appliquer parce qu’à part leur film qui visent à normaliser l’entité dans les relations internationales, ils n’oublient pas que les massacres sont commis en leur nom.

    Ce n’est pas moi qui dit qu’Israël est un état exclusivement juif.

  7. steph le 17 avril 2010 à 10:45

    En fait d’un film catastrophe, j’ai plutôt envie de croire à un mauvais film comique, genre Pierre Richard ou les Sous-doués. La programmation de “Presque normal” ressemble plutôt à une boulette d’un service culturel complètement déconnecté et en apesanteur. C’est leur faire beaucoup d’honneur que de les soupçonner de “diplomatie”, de soft power par projection de film interposée. En revanche, je classerai dans ce registre la réaction de l’ambassade de déprogrammer et celle de Paris de reprogrammer : il vaut mieux fâcher la majorité des intellectuels égyptiens que l’état d’Israël.
    En ce qui concerne Ajami, aucune chance de le voir dans les salles égyptiennes, boycott oblige. Mais il y a finalement une certaine équité car, de fait, loi du marché et/ou censure obligent, les bons films de réalisateurs arabes ne passent pas non plus dans les salles, dès qu’ils posent des questions dérangeantes ou sont un peu trop le reflet des questions de sociétés. On n’a jamais vu dans un cinéma cairote, le Cerf-volant de Randa Shabal, Passion de Mohamed Malas, Amerrika de Cherine Dabis etc…
    Je ne crois pas d’ailleurs que les films d’Ahmed Atef, tout Egyptien qu’il soit, aient fait exception à la règle. Je n’ai pas vu les Démons du Caire, mais je n’ai pas le souvenir qu’il ait fait carrière en salle.
    J’ai vu un paquet de mauvais films, égyptiens et étrangers, dans les salles égyptiennes, pour voir les bons il faut attendre les festivals de cinéma indépendants ( se tenir au courant des changements de dates et de lieux), les projections au coup par coup dans les centres culturels ou même quelques projections du très officiel festival du film du Caire, où les autorités jugent que le public est suffisamment averti et mature pour supporter des scènes olés-olés comme quelques questions de fond.
    Des films comme “Shams” d’Ibrahim el Battout, ou “Salata Baladi” de Nadia Kamel méritent pourtant mieux que d’être vus dans ces conditions souvent très inconfortables où l’image et le son (et le propos du film par conséquent) souffrent autant que le cou et le derrière des spectateurs.
    Concernant le boycott culturel je ne souscris pas à ses justifications morales (c’est personnel), mais j’ai surtout d’immenses doutes quand à ses conséquences positives pour la cause qu’il est censé défendre. J’en ai longuement cherché car il y a beaucoup d’intellectuels, et d’autres personnes, que je respecte qui le prône, mais je n’arrive pas à en trouver une seule…En attendant je garde à l’esprit les propos de cette Palestinienne dans “Salata Baladi” (et c’est à mon avis une des scènes les plus dérangeantes de ce film pour une certaine audience), qui dit que son peuple n’a jamais demandé le boycott et que tout cela leur a fait beaucoup de mal en réalité. (Malheureusement je n’ai pas gardé en mémoire ses mots exacts mais je crois bien que c’est la substance de ces propos).

    • khalloud le 18 avril 2010 à 23:53

      Les films de Youssef Chahine posaient des questions dérangeantes et étaient régulièrement projetés. Plus près de nous, le film de Yousri Nasrallah (Ehki ya Chahrazâd), qui contient une vraie remise en cause sur l’arrivisme, la situation de la femme, le machisme, etc. a aussi eu droit aux écrans (et un certain succès public).

      Concernant le boycott, je ne l’érige pas non plus en dogme, mais les raisons qui le justifient son parfaitement expliquées sur le site BDS. Si l’on condamne la résistance violente (parce que violente) et les moyens de protestations non-violents (parce qu’on les juge inefficaces), autant s’accommoder une bonne fois pour toutes de l’injustice.
      A souligner par ailleurs que le boycott n’est jamais aussi efficace que quand y adhèrent d’autres parties que les “belligérants directs” (par exemple l’adhésion d’une université scandinave ou canadienne aura mille fois plus d’impact que l’absence de projection d’un film israélien sur les écrans arabes).

      • Yves Gonzalez-Quijano le 19 avril 2010 à 10:58

        Attention, il y a boycott et boycoott et c’est bien que je puisse le préciser. Je n’ai AUCUNE HESITATION au boycottt des produits israéliens fabriqués dans les territoires occupés par exemple, mais c’est naturellement très différent du boycott (ou plutôt muqâta’a : la rupture assumée ?) des artistes et intellectuels égyptiens et arabes vis-à-vis de leurs homologues israéliens avec qui ont leur demande de “normaliser” (taTbii3) leurs relations

        • Crac le 20 avril 2010 à 9:46

          Pourquoi faites-vous une différence entre israélien et territoires occupés? Israël est une colonie par nature, si vous reconnaissez cette dernière pourquoi ne pas reconnaître les territoires occupés? Quel est votre définition de “territoires occupés”? Selon quoi?

          Cela n’est pas cohérent. Après tout les israéliens ne revendiquent que des faits de guerre dont ils invoquent le bien fondé. Cette colonie une aberration en soi.

          Bref, ce genre de complicité dédramatise le drame Palestinien et cautionne l’aberration.

  8. AB le 18 avril 2010 à 15:47

    Je lis vos messages avec beaucoup d’attention.Etant sur place en ce moment, ma seule réaction sera de dire que, d’une “l’incident” du caire, n’a fait de vague que réellement dans les journaux arabes, et que de deux, l’Ajami en question et son réalisateur ont été malmenés par la presse israélienne.
    J’entends vos arguments, et même si il y a de la propagande (ce que je dénonce évidemment), faut-il arrêter de faire des films (ou d’écrire des livres)? n’est ce pas justement un moyen moins directement politique, de susciter le débat?

    • Yves Gonzalez-Quijano le 18 avril 2010 à 18:56

      Assez d accord avec les deux derniers commentaires et de plus en plus perplexe sur le boycott en ce qui me concerne et en me gardant bien d en faire une regle pour quui que ce soit. Pour les nouveaux du blog, salata baladi a ete commente lorws de sa sortie (enfin si on peut en parler en ce terme vue la diffusion…)

    • Crac le 20 avril 2010 à 2:33

      Encore une fois pure aliénation ou simple masturbation les films qui dénoncent les guerres après coup n’en ont empêché aucune. Au contraire si en ce qui concerne la guerre du viet-nam les jeunes américains ont réagit surtout parce qu’ils ne voulaient pas la faire, on peut se demander ce qu’il sont devenus depuis? Ce ne sont pas eux qui mènent la guerre?

      Ce qui vous intéresse avant tout c’est le nombril, c’est d’ailleurs le seul qui fasse bouger les choses…

      Et puis franchement l’Egypte… Les “intellectuels” égyptiens ont fait un bien plus grand scandale pour un match de foot en boycottant les films algériens.

  9. Sophie le 26 avril 2010 à 21:19

    Indépendamment de la discussion sur les enjeux politiques du film et de la légitimité d’un boycott,
    je suis allée voir ce film “naïvement” (eh oui, c’est possible !)… Et je l’ai trouvé excellent : scénario bluffant, qui ne cesse de rebondir, ne s’essouffle jamais, et déjoue les attentes du spectateur jusqu’au bout, excellente interprétation des acteurs (mention spéciale pour celui qui interprète le rôle de “Malek” et le petit “Nasri”) qui ont incarné des personnages très émouvants, nouveauté de l’éclairage sur leur situation (la “mafia” du clan bédouin , la négociation de la réconciliation en présence du Cadi, l’errance précaire des clandestins palestiniens en Israël…), belle musique ( j’ai apprécié le morceau final, qui accompagne le générique en particulier).
    J’ai été impressionnée par la force des sentiments qui animent beaucoup de personnages palestiniens : amitié, générosité de coeur, grandeur d’âme magnifique, vraiment !

    • Yves Gonzalez-Quijano le 26 avril 2010 à 22:27

      Assez d’accord ! C’est nul (politiquement, et encore, ça se discute !) mais j’ai vraiment aimé le film !


Carnets de recherche