Aladin et l’antisémitisme arabe

20 avril 2010
Par

Les protestations égyptiennes contre les décisions des responsables français s’obstinant, lors des Rencontres de l’image organisées par le CCF du Caire, à maintenir une programmation jugée « pro-israélienne » (voir le précédent billet) sont loin d’être uniques. Les incidents se multiplient, donnant des arguments à ceux qui, dans le monde arabe, considèrent qu’il y a un véritable infléchissement de la politique culturelle française.

En dépit du contrôle assez vigilant que les autorités tunisiennes imposent à la circulation de l’information, certains quotidiens arabes ont relayé les protestations d’intellectuels tunisiens lorsque l’ambassade de France en Tunisie a organisé, en février dernier, le premier débat du projet Aladin. Avec son titre tout droit sorti des Mille et Une Nuits, ce programme, en collaboration avec l’Unesco, a pour but de sensibiliser les populations arabes et musulmanes du pourtour méditerranéen (la Turquie est concernée) à la question de l’antisémitisme.

Un article publié dans Al-Akhbar ironise cruellement sur cette série de conférences et de débats sur l’holocauste qu’organise la nation dont les propres autorités, au temps de Vichy, ont collaboré avec les nazis. Elles n’ont d’ailleurs toujours pas reconnu le rôle des autorités coloniales vichystes lorsque les forces allemandes et italiennes ont envahi le pays en 1942, et que les juifs tunisiens ont été obligés de porter l’étoile jaune. Cinq mille d’entre eux ont été alors envoyés dans des camps de travail. C’est le bey d’Egypte qui prit alors leur défense, et ce sont des Tunisiens tels que Khaled ‘Abd al-Wahab (خالج عبد الوهاب), un riche propriétaire terrien, qui prirent le risque, alors, de cacher chez eux des juifs pour les sauver de la persécution.

Bien oubliée, l’histoire de Khaled ‘Abd al-Wahab fait l’objet aujourd’hui d’une campagne (voir cet article dans Al-Quds al-‘arabi) menée en particulier par le Washington Institute for Near East Studies. L’enjeu est de faire reconnaître l’action de ce « Schindler musulman » qui a risqué sa vie pour sauver celle de ses compatriotes juifs. Malgré les témoignages de certains des descendants des familles protégées, le Yad Vashem a jusqu’à présent refusé d’inscrire dans ses registres le nom de ce « Juste » tunisien.

En Algérie également, la population locale, alertée par ses autorités religieuses, a refusé d’occuper les maisons que les autorités vichystes avaient confisquées aux « nationaux » juifs… Ce qui n’a pas toujours été le cas de colons originaires de la métropole, bien moins scrupuleux…

A l’heure des « devoirs de mémoire » si souvent rappelés en France au sujet des persécutions subies par les juifs, l’histoire de Khaled ‘Abd al-Wahab et des autres « Justes » musulmans est là pour nous dire que cette mémoire est bien sélective et bien oublieuse parfois de ses propres fautes, alors même qu’elle prétend donner des leçons aux autres, qui y entendent les échos d’une certaine morgue coloniale … Elle devrait aussi aider à comprendre que l’histoire du judaïsme dans le monde arabe n’est pas celle de l’Europe. Aux bonnes âmes qui s’inquiètent de voir aujourd’hui prospérer dans certains milieux les traductions arabes des Protocoles des sages de Sion et des autres ouvrages de cette nature, il faut rappeler qu’elles ne font que réutiliser, hélas, les déchets de l’antisémitisme européen.

(Désolé pour le retard : je suis sur un autre fuseau horaire !)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Algérie, France, société, Tunisie

38 commentaires pour “ Aladin et l’antisémitisme arabe ”

  1. Benjamin Geer le 20 avril 2010 à 19:23

    J'ai assisté à la rencontre de Aladin au centre culturel français du Caire il y a quelques mois. D'une part, je trouve que c'est une démarche utile : alors qu'il n'y avait vraisemblablement aucune source d'information fiable sur la Shoah en arabe, ils ont fait traduire Primo Levi et Anne Frank en arabe (et en persan et turc), et on peut télécharger les traductions gratuitement sur leur site internet. En plus, leur site internet dit clairement que la Shoah, c'est une affaire européenne et non pas israélienne, et que les Palestiniens ne devraient pas en payer le prix.

    D'autre part, leur tentative de gagner la confiance du public arabe fait preuve d'une grande naïveté : ils se vantent de la participation de chefs d'État arabes, comme Hosni Mubarak, qui n'ont aucune crédibilité aux yeux du public arabe auquel s'adresse le projet. Ils ont beaucoup parlé de la nécessité d'un dialogue entre musulmans et juifs, mais ils ne semblent avoir fait aucun effort pour attirer des Égyptiens à cette rencontre, car l'assistance paraissait presque entièrement composée de Français. Et pour couronner le tout, ils n'ont même pas laissé de temps pour un dialogue avec l'assistance à la fin.

    La bonne volonté ne suffit pas pour mener à bien ce genre de projet. Il faut aussi faire un réel effort pour comprendre son public.

    • houariB le 21 avril 2010 à 23:28

      Plusieurs choses (je ne vous tient pas rigueur) mais j'aimerais clarifier les points suivants:
      1)Il n'y a pas de problème "religieux" entre juifs et musulmans. Le conflit palestinien est une affaire de colonialisme et d'ethnocide typique du nationalisme ethnique européen du 19 ème siècle.
      2)Le génocide des juifs européens (je n'utilise pas le terme Holocauste, qui est une référence religieuse, et qui n'est pas neutre) a été utilisé sciemment par les israéliens pour légitimer toutes les atrocités qu'ils ont commit en Palestine, au Liban ...
      Il est injuste de tenir rigueur aux arabes qu'ils ont du mal à s'intéresser à la question, lorsque d'un autre coté on vous explique que si on vous jette dehors, on tue vos parents et on vous empêche de revenir chez vous c'est du fait que vos oppresseurs ont été oppressés en Europe.
      Cela dit j'aimerais rappeler que le protocole de sion et le négationnisme n'est apparu qu'avec le reflux du nationalisme arabe et du progressisme. En l'occurrence avec l'émergence des coqueluches dit modérés dans le monde arabe.
      Sadate, Moubarak les Roitelets saoudiens jordaniens etc.. ont/sont (été) des anti-juifs notoires.
      Contrairement aux progressistes arabes qui ont toujours considérés la lutte contre israel possible, ces "modérés" ont dans l'idée que les juifs(pour eux = Israel) sont trop puissant pour être combattus. A la distinction notable de H Nasrallah qui dans son dernier discours clarifie et élimine toutes ambiguïtés dans la politique du Hezbollah sur le sujet.
      J'aimerais rappeler que en Europe, le génocide des tsiganes a été oublié. Le racisme anti-tsigane n'est pas réprimé et n'est même pas caché.
      N'oubliez pas que le colonialisme est glorifié dans un article de loi en France.
      Qui se souvient des Tasmaniens colonisés et exterminés jusqu'au derniers, et empaillés par les britanniques/australiens.

  2. Marcel le 21 avril 2010 à 8:57

    "En Algérie également, la population locale, alertée par ses autorités religieuses, a refusé d’occuper les maisons que les autorités vichystes avaient confisquées aux « nationaux » juifs… Ce qui n’a pas toujours été le cas de colons originaires de la métropole, bien moins scrupuleux…"

    Tiens, ça, ça m'intéresse. Vous avez des sources précises ?

    • Yves Gonzalez-Quijano le 21 avril 2010 à 21:38

      Vous connaissez le principe de ces billets : je reprends des choses publiées dans la presse arabe. L'allusion à l'Algérie est dans l'article donné en lien et publié dans Al-Akhbar, sans références. Peut-être qu'un lecteur pourra donner des précisions. Elles seront bienvenues car, moi aussi, je n'en sais pas plus sur cette question précise. En revanche, sur Khaled Abd al-Wahab, c'est très documenté.

    • houariB le 21 avril 2010 à 23:08

      Vous pouvez lire les mémoires de Myriam Ben de son vrai nom Marilyse Ben Haim, descendante de par son père d'une tribu chaouia qui nomadisait en Algerie avant même les Romains et de sa mêre d'une famille arabo-judeo-andalouse dont l'ancètre le plus celebre est Maimonide. (enfin c'est la tradition familiale qui dit cela). Bon je m'éloigne du sujet.
      Elle raconte comment des algériens sont venu offrir de les cacher ,après le "recensement" de la police.
      J'ai d'autres sources par ailleurs.

    • Rabah le 28 avril 2010 à 9:47

      Vous pouvez également vous reporter au récent ouvrage de B Stora traitant des juifs d'Algérie (oublié le titre).
      Je tiens à ajouter que les autorités religieuses algériennes n''ont pas été les seules à dénoncer la politique Vichyste, le PPA alors interdit a également condamné très fermement toutes les mesures vexatoires et toute participation de ses membres pour la mise en oeuvre de cette politique.

  3. Khiari le 21 avril 2010 à 15:44

    Je vous donne le lien d'un modeste papier dont je suis l'auteur et qui traite du même sujet : http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=477&var_recherche=sadri

  4. Nobo le 21 avril 2010 à 20:00
    • YGQ le 24 avril 2010 à 18:26

      Merci pour le lien! J'en profite pour signaler que je répugne, mais vraiment très fort, à l'utilisation du qualificatif "arabo-musulman", même si, professionnellement en particulier, il est difficile d'y échapper ! Je me souviens de Corm ironisant sur le caractère prétendument "judéo-chrétien" de l'Europe, image renversée (et tout aussi fausse) de ce monde "arabo-musulman".

  5. khalil le 21 avril 2010 à 21:36

    il faut toujours verifier les infos que l'on balance dans un texte! "les juifs obliges à partir de nov 42 de porter l'etoilejaune..."
    je te mets au defi de fournir une seule preuve photo.
    sais-tu que 15000 musulmans ont etes rafles pour faire les memes travaux dans les aeroports militaires occupes par les troupes du reich.l'info sur khaled abdelwahab c'est de la propagande.des centaines de tunisiens ont caches leurs voisins et concitoyens juifs pour leur eviter les rafles et ont partagé avec eux la misere de l'occupation pendant 6 mois.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 23 avril 2010 à 21:05

      J'ai un peu de mal à comprendre le sens de votre intervention. Je crois avoir voulu écrire des choses qui vont dans le sens de ce que je crois comprendre de votre commentaire...

  6. Ali le 21 avril 2010 à 21:44

    Un lien vers le récent documentaire diffusé sur PBS "Among the Righteous: Lost Stories from the Holocaust's Long Reach into Arab Lands" inspiré du livre de Robert Statloff : http://www.pbs.org/newshour/among-the-righteous/
    On retrouve notamment l'histoire de Khaled ‘Abd al-Wahab et bien d'autres...

  7. Benjamin Geer le 21 avril 2010 à 23:33

    A signaler, à ce sujet, le livre Les Arabes et la Shoah qui vient de paraître, de Gilbert Achcar.

  8. Banoota le 22 avril 2010 à 4:38

    Sachez d'ailleurs qu'une rencontre autour de ce livre aura lieu courant mai ( à Paris ) . Elle est organisée par le Monde Diplomatique .
    Merci M; Gonzalez-Quijano pour ce blog ô combien utile dans un océan de nouvelles déprimantes selon lesquelles le monde arabe ne bouge pas.
    Une question : les liens vers des billets anciens ou à partir de billets anciens , antérieurs au changement d'hébergeur ne semblent pas marcher . Est-on obligé de procéder par mots-clé du coup ?
    Cordialement .

    • YGQ le 24 avril 2010 à 18:18

      Désolé pour la question des liens mais vous imaginez le travail s'il fallait les reprendre un à un... Sans compter que certains docs ont disparu de la Toile, un problème aussi mais pour lequel je ne peux rien ! Et merci de vos encouragements !

      • Banoota le 25 avril 2010 à 9:47

        Merci de votre réponse .
        Je comprends tout à fait et les articles du blog antérieurs en indiquant d'autres sont possibles à retrouver autrement qu'en cliquant. Il suffit d'être motivé-e .
        Continuez en tout cas .

        Je ne visez que les liens "intra-C.P.A." ne vous inquiétez pas, je ne saurais vous tenir responsable des changements sur la Toile quand même .

        Bonne journée et Laïque Pride à ceux qui participent et/ ou soutiennent .

  9. Grunchard le 22 avril 2010 à 16:18

    Oui mais alors aussi de Philippe SIMONNOT :
    « Enquête sur l’antisémitisme musulman : De ses origines à nos jours »
    http://www.observatoiredesreligions.fr

    • YGQ le 24 avril 2010 à 18:23

      Ce site parle du "monde arabe", qui ne se confond pas avec le monde musulman : merci d'en tenir compte !

  10. PHILCO le 26 avril 2010 à 9:54

    Ne serait-il pas intéressant de faire ressortir, pour combattre l'antisémitisme, tout ce que le monde arabe a produit comme initiative pour les juifs à l'image de Mohammed V qui a refusé que les juifs marocains subissent les lois de Vichy par exemple ainsi que les exemples cités ci-dessus. Ce serait beaucoup plus productif que de se jeter à la figure les responsabilités des uns et des autres à propos de l'antisémitisme et éviterait les récupérations politiques de cette attitude communes aux musulmans comme aux chrétiens.

  11. Benjamin Geer le 26 avril 2010 à 12:49

    Oui, il faut mieux faire connaître la longue histoire de la coexistence pacifique des juifs et des musulmans dans les pays arabes. Il n'en reste pas moins que, en Égypte où j'habite actuellement, des stéréotypes négatifs des juifs sont très répandus, le mot « juif » est couramment utilisé comme une insulte, l'amalgame entre juif, sioniste et Israélien est fréquent, la Shoah n'est pas mentionnée dans les écoles, toute allusion à la Shoah est automatiquement considérée comme sioniste et le négationnisme s'est répandu lui aussi. Oui, tout cela est essentiellement le résultat du conflit arabo-israélien et ne reflète pas une prétendue haine éternelle des arabes envers les juifs. Et alors? Faut-il pour autant le passer sous silence? Au contraire. Pour combattre des stéréotypes, il faut enseigner des vérités. Alors que beaucoup d'intellectuels arabes préfèrent rester dans le déni ou la contre-accusation (« ce sont les Européens qui ont inventé l'antisémitisme », comme si ça réglait le problème), les fondateurs du projet Aladin ont constaté l'absence de livres fiables en arabe sur la Shoah, et ils en ont fait traduire. C'est une démarche pratique, qui aurait dû être faite dans un pays arabe plutôt qu'en France.

    • houariB le 27 avril 2010 à 2:21

      Je vous rappelle encore (cf billet plus haut) que l'Égypte est gouvernée par Sadate et son engeance depuis la mort de Nasser. Ceux-ci ont décidé d'abandonner la cause palestinienne. Deux raisons à cela (les USA) et l'idée que les juifs sont tout puissant. (Sadate est un pro nazi non repenti).
      Enfin il est bien facile pour vous de faire des leçons aux habitants de la région.
      Les Israéliens utilisent les mot juif au lieu de israéliens pour se définir. Leurs discours font référence au "peuple juif" et non au peuple Israélien.
      Vous voulez donc que les Arabes n'utilisent pas les termes que les Israéliens utilisent.
      Bien sûr que je préfère le terme sioniste qui est beaucoup plus exacte.
      Je vous invite à vous demander comment vous auriez été accueilli à la libération si vous étiez aller donner un cours sur les souffrances des Allemands face à l'invasion Napoléonienne.
      Ps: Il va sans dire que je ne mets pas sur le même plan le

      • Benjamin Geer le 27 avril 2010 à 10:10

        houariB, j'ai déjà dit que je suis d'accord pour dire que les attitudes anti-juives en Égypte sont dues à l'histoire politique récente. Mais que faire maintenant ?

        Les Israéliens utilisent les mot juif au lieu de israéliens pour se définir. Leurs discours font référence au “peuple juif” et non au peuple Israélien.
        Vous voulez donc que les Arabes n’utilisent pas les termes que les Israéliens utilisent.

        Pourquoi est-ce que les Arabes seraient obligés de croire les discours des sionistes ? Quelle idée absurde ! Heureusement, la plupart des Arabes rejettent ces discours-là et refusent d'utiliser les mêmes termes que les sionistes. Ils parlent de « territoires palestiniens occupés » alors que les sionistes rejettent ce terme. Il y a même des Arabes qui refusent de dire « Israël » et disent plutôt « l'entité sioniste ».

        Si l'histoire des juifs était enseigné, de manière scientifique, dans les écoles du monde arabe, tout le monde saurait que la plupart des juifs ont choisi de ne pas habiter en Israël, et que depuis que le sionisme existe, il y a des juifs anti-sionistes ou indifférents au sionisme. Par conséquent, il serait impossible de confondre « juif » et « Israélien ». Les écoliers arabes sauraient également que tous les juifs ne sont pas riches, qu'il y a des juifs pauvres, etc.

        Je vous invite à vous demander comment vous auriez été accueilli à la libération si vous étiez aller donner un cours sur les souffrances des Allemands face à l’invasion Napoléonienne.

        Il n'y aura pas de guerre mondiale contre Israël. Le seul espoir des Palestiniens est d'influencer l'opinion publique aux États-Unis et en Europe pour que la campagne « Boycott, désinvestissement et sanctions » réussisse. Pour mener à bien cette campagne, il faut se débarrasser des mythes anti-juifs aussi bien que des mythes sionistes, et bien comprendre la réalité historique et sociale d'Israël, du sionisme et des juifs. Et cela veut dire comprendre la Shoah aussi.

        • khalloud le 27 avril 2010 à 20:36

          Pour deux raisons: D'abord parce que le discours sioniste est presque exclusivement le seul discours juif qu'on entend. Les voies juives antisionistes, déjà très minoritaires et inaudibles, ont été marginalisées et réduites au silence, on leur a fait le coup du ressentiment et de la haine de soi. Voir par exemple ce qui est arrivé à Edgar Morin en France ou Norman Finkestein aux USA - pourtant tous deux moralement au-dessus de tout soupçon.
          Ensuite, parce que la stratégie actuelle des pro-israéliens est d'amalgamer toute critique d'Israël a de l'antisémitisme, et que cette stratégie n'est pas audiblement contestée par les juifs antisionistes. Dans ce cas, pourquoi se "décarcasser" à faire la distinction puisque, au final, vous serez tout de même taxé d'antisémitisme? Certains ont le souci théorique de la faire tout de même, mais on peut comprendre que ceux qu'on a chassés de chez eux soient moins nuancés.

          Bien sûr, c'est dommage, et dans un monde idéal, chacun devrait apprendre à respecter les souffrances de l'autre, mais ce travail de rectification des idées reçues incombe avant tout aux Juifs de bonne volonté, qui doivent clamer haut et fort qu'ils refusent d'être représentés par les fanatiques de la défense d'Israël (tout comme les Arabes de bonne volonté doivent clamer haut et fort qu'ils refusent d'être représentés, dans le champ politique, par des dictateurs sanguinaires ou, dans le champ religieux, par des fanatiques wahhâbites de faire entendre leur voix dissonnante par rapport à certains discours fanatiques).

          • Benjamin Geer le 28 avril 2010 à 1:12

            khalloud, vous dites :

            Les voies juives antisionistes, déjà très minoritaires et inaudibles, ont été marginalisées et réduites au silence, on leur a fait le coup du ressentiment et de la haine de soi. Voir par exemple ce qui est arrivé à Edgar Morin en France ou Norman Finkestein aux USA

            Norman Finkelstein n'a pas du tout été réduit au silence. Au contraire, il vient de publier un nouveau livre et continue à se consacrer au soutien des palestiniens et à la critique d'Israël.

            la stratégie actuelle des pro-israéliens est d’amalgamer toute critique d’Israël a de l’antisémitisme, et que cette stratégie n’est pas audiblement contestée par les juifs antisionistes

            Ce qui est audible dépend de ce que vous écoutez. Le livre L'Industrie de l'Holocauste de Finkelstein a été traduit en arabe, ainsi que le livre The Ethnic Cleansing of Palestine de Ilan Pappe. Quant au livre Comment le peuple Juif fut inventé de Shlomo Sand, on m'assure qu'il y aura une traduction arabe bientôt. L'historien Tony Judt proclame son antisionisme haut et fort. La célèbre journaliste Naomi Klein soutient activement la campagne « Boycott, désinvestissement et sanctions ». Aux universités américaines, des étudiants juifs se mobilisent pour soutenir cette campagne (voir par exemple ici et ici). Une rencontre de juifs américains antisionistes est prévue pour juin 2010. Si tout cela n'est pas audible pour vous, peut-être faudrait-il que vous écoutiez mieux.

          • Benjamin Geer le 28 avril 2010 à 1:13

            Correction du dernier lien: http://www.jewsconfrontapartheid.org/

  12. PHILCO le 26 avril 2010 à 21:11

    Bien sûr qu'il faut faire connaître la Shoah dans le monde arabe. Mais il faudrait enseigner aussi en Israel l'apport arabe à la civilisation, sa tolérance plus grande que celle des catholiques envers les juifs, le fait que les juifs se sont réfugiés en terre mudulmane lors de l'Inquisition, que l'antisémitisme est une importation occidental dans l'univers culturel arabe. C'est très important, après l'escalade suivant l'évolution de la tension toujours plus grande de leurs rapports politiques, de désynchroniser le regard culturel de l'un vers l'autre de la récupération politique et du discours propagandiste, partisan. Pour cela, il faut parallèlement mettre en avant les moments de rapprochement, les temps de l'histoire positifs, où les juifs étaient intégrés (dhimmis, certes, mais ce qui ne les empêchait pas d'accéder aux plus hautes charges politiques auprès des souverains musulmans) voir protégés par les arabes (l'exemple de Mohammed V). Un certain nombre d'intellectuels juifs dénoncent les exactions israéliennes, y compruis dans la presse comme avec Haaretz. Il faudrait qu'ils rencontrent l'équivalent dans le monde arabe même, pas que dans le monde arabe en Occident. Mais je ne suis pas sûr que cela intéresse grand monde en ce moment. Ce n'est guère porteur...

  13. Lwahranya le 27 avril 2010 à 19:56

    On ressort de la lecture de ce billet avec un profond sentiment que l'enseignement de l'Histoire chez nous reste vraiment insuffisant, incomplet.

    Une algérienne qui ne rate aucune de vos chroniques.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 27 avril 2010 à 20:12

      Je vous rassure, combien de Français ignorent ces faits-là aussi ! Moi-même, dont c'est un peu le métier, je n'avais qu'une connaissance par ouïe dire et, comme vous avez peut-être vu dans les commentaires, sur les questions plus précises heureusement qu'il y a des lecteurs plus savants que moi ! Question à une Algérienne, si vous suivez l'actualité littéraire en arabe : il paraît qu'il y a des nouveaux romanciers et romancières très intéressants par chez vous... Vous avez des infos ?

      • houariB le 28 avril 2010 à 15:48

        A ce sujet je suis tombé sur une news. Mémoire de chair de A Mostaghanemi va devenir une serie ramadanesqe sur abu dhabi avec comme rôle principale un acteur syrien (assez connu dont je n'ai plus le nom en tête actuel) et une algérienne ayant participé à la starac LBC.
        je posterais le lien lorsque je le retrouverais si cela vous interesse

        • Yves Gonzalez-Quijano le 28 avril 2010 à 18:07

          Absolument, cela sent à plein nez la grosse affaire du prochain ramadan ! Et je compte sur vous Houari pour nous faire ce billet !!!

  14. khalloud le 28 avril 2010 à 6:57

    Pour répondre à Benjamin Geer:
    Pour Norman Finkelstein, c'est la "marginalisation" qui s'applique. Après la publication de son livre Beyond Chutzpah, dans lequel il taillait en pièces le "Case for Israel" du juriste de Harvard Alan Dershowitz et l'accusait entre autres d'avoir plagié le livre de Joan Peters (qui était lui-même un "hoax"), Dershowitz a mobilisé toute son influence pour décrédibiliser Finkelstein, avec succès puisque ce dernier s'est vu refuser sa titularisation comme professeur. Bien sûr, ça ne l'empêche pas d'écrire des livres, mais c'est bien une marginalisation du milieu académique. Cette scandaleuse non-titularisation est exploitée par ses détracteurs sur le thème "l'Université a jugé qu'il n'était pas suffisamment rigoureux", alors que quiconque a lu Finkelstein ou l'a entendu argumenter sait qu'il est aussi rigoureux que parfaitement documenté.

    D'autres part, je ne nie pas qu'il existe beaucoup de Juifs antisionistes extrêmement courageux et sincères, je dis que leur voix est inaudible (ou si vous voulez à peine audible) dans le brouhaha émanant des fanatiques de la défense d'Israël.

    • Benjamin Geer le 28 avril 2010 à 10:06

      khalloud:

      Pour Norman Finkelstein, c’est la “marginalisation” qui s’applique.

      Karl Marx a lui aussi été marginalisé par les universités de son époque, ce qui ne l'a pas empêché d'être plutôt influent.

      je ne nie pas qu’il existe beaucoup de Juifs antisionistes extrêmement courageux et sincères, je dis que leur voix est inaudible (ou si vous voulez à peine audible) dans le brouhaha émanant des fanatiques de la défense d’Israël.

      Le marché des informations ne fonctionne pas comme ça. En réalité, le volume des différentes voix dépend des médias que vous choisissez d'écouter. Dans les médias que j'utilise pour m'informer, les voix antisionistes sont très audibles, alors que les voix sionistes sont quasiment inaudibles. D'ailleurs, rien ne vous empêche de lire les livres de Finkelstein et de ne pas lire ceux de Dershowitz, qui devient par conséquent inaudible pour vous.

      • Khalloud le 28 avril 2010 à 10:46

        Benjamin:
        Le problème n'est pas que ce soit audible pour vous et moi (mais vous avez raison, il faut que je me débouche les oreilles), mais que l'opinion publique entende le message. Le pourcentage de ceux qui, comme vous et moi, vont aller chercher l'information à de "bonnes" sources, est infime. Or la justice sur ce dossier ne sera possible que si l'opinion publique (les citoyens qui ne sont pas spécialement sensibilisés à ce conflit) cesse d'être abreuvée de manière quasi-exclusive par les apologues d'Israël.

        • Benjamin Geer le 28 avril 2010 à 12:22

          khalloud:

          la justice sur ce dossier ne sera possible que si l’opinion publique (les citoyens qui ne sont pas spécialement sensibilisés à ce conflit) cesse d’être abreuvée de manière quasi-exclusive par les apologues d’Israël.

          Je suis tout à fait d'accord. D'où la nécessité d'initiatives qui diffusent dans le monde arabe et dans les médias arabes une compréhension scientifique du sionisme et de l'histoire des juifs, y compris l'histoire de la Shoah.

  15. Lwahranya le 29 avril 2010 à 10:22

    En fait, je ne suis pas l'actualité littéraire en arabe moderne car je trouve cette langue artificielle et sans ame. Pour moi, un auteur qui écrit au XXIème siècle dans cette langue est comme les poètes français du XVIème siècle qui continuaient d'écrire en latin, se moquant du fait qu'ils n'étaient pas compris par les masses ou en tout cas pas assez lus.Cela dit, ça reste une langue qu'il faut enseigner, elle nous sert de koinè et c'est très bien mais elle occupe l'espace des vrais langues des algériens et c'est pourquoi je suis l'actualité algérienne en langues maternelles.En fait, ça s'est fait naturellement car c'est là que se crée l'essentiel de la culture algérienne aujourd'hui.
    Des groupes tels que Labess( http://www.youtube.com/watch?v=PQ2eKimS3ZM ), Index( http://www.youtube.com/watch?v=ZqHcH4y_BuU ) ou Amazigh Kateb( http://www.youtube.com/watch?v=rrodbLiCacs )créent en algérien et tant mieux.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 29 avril 2010 à 11:42

      Merci pour la réponse, même si ça se discute votre appréciation de l'arabe (il n'y en apas q'un, et le "classique", peut être furieusement moderne !) Je vois que Facebook fonctionne à l=plain : les Tunisiens doivent être jaloux !

  16. Lwahranya le 30 avril 2010 à 15:17

    "Je vois que Facebook fonctionne à l=plain : les Tunisiens doivent être jaloux !"

    Si vous faites allusion à la censure, je suis navrée de vous dire que nos "services" apprenent bien des tunisiens et j'en veux pour preuve la censure de Radio Kalima Algérie; mais on a trouvé la parade pour acéder au site de radio kalima par des moyens détournés (:-), pourvu que ça dure...
    Mais enfin, ils nous reste la gentille Nessma TV, la chaine du Grand Maghreb (http://www.nessma.tv/) pour nous rappeler que le Maghreb c'est aussi "ech-chtih w er-rdih"(danse et... je sais pas comment traduire er-rdih) et qu'il n'y a pas que la politique, la liberté d'expression et l'émancipation des peuples dans la vie.


Carnets de recherche