Publicités politiques (1/2) : les élections égyptiennes de 2005

18 février 2007
Par

En guise d'introduction, cette photo prise à Alger en 1958. Assurément, le noir et blanc contribue à lui donner un air d'un autre temps mais on voit bien aussi qu'elle appartient par ses mots d'ordre et ses slogans à une autre époque. (Celle de l'article qui précède encore l'expression "Algérie française", quand on prenait encore le temps et la place, sur les banderoles, d'écrire selon les règles !) Mais il y a surtout sur cette image ces arabesques "pseudo-épigraphiques" - pour s'exprimer comme sur les cartels du Louvre - qui ont probablement été imaginées pour donner un peu de couleur locale aux revendications colonialistes et qui sont carrément pathétiques au regard de la suite des événements !

Dans le monde arabe, et pour toutes sortes de raisons qui tiennent, en partie, à l'existence d'autres formes d'expression de l'opinion (telles que la chanson), les modes d'expression du politique dans l'espace public de la rue ont évolué plus tardivement qu'ailleurs. Clairement souhaitées par le protecteur américain, les premières véritables élections présidentielles égyptiennes, en automne 2005, suivies dans la foulée de législatives, signalent sans aucun doute les progrès dans la région d'une démocratie d'opinion qui ne pouvait manquer d'entraîner une explosion du marché de la publicité politique.

Comme on le voit sur ces deux images, on est passé à cette occasion d'une profusion de banderolles calligraphiées à la main (à gauche) au portrait publicitaire en format géant réalisé en impression numérique (à droite).

L'immuable président égptien (au pouvoir depuis octobre 1981) aura été la principale victime - consentante - des spin doctors américains à l'occasion de cette campagne qui vit sa réélection avec 88,6 % des voix tout de même ! Dans un article (en arabe) intitulé "slogans et images dans les élections égyptiennes", d'autant plus remarquable qu'il mentionne des détails techniques qui importent (le choix de nouveaux formats d'affiche, de nouveaux grammages de papier, plus lourds que les traditionnels, en raison de l'utilisation à grande échelle de la quadrichromie), un chercheur égyptien, Hamdi 'Abel-'Aziz Shihab, signale la nouveauté d'une campagne marquée par l'omniprésence d'un zaïm relooké (en "bras de chemises" à l'américaine, et furieusement rajeuni), surmontant le slogan : "la direction et la marche pour l'avenir".
(La formulation arabe mérite un commentaire car la "marche vers l'avenir" est en fait, littéralement une traversée - عبور - terme clé qui évoque, bien entendu, la "traversée" victorieuse du canal de Suez au début de la guerre d'octobre 73.)

Pourtant, si les esprits ont été marqués par la débauche d'affiches et de couleurs (à commencer par celles du drapeau national), la grande affaire des élections de l'automne 2005 aura été, malgré tout, une question de mots, en l'occurrence, ceux du slogan retenu par le parti des Frères musulmans, aussi concis qu'efficace (le slogan, mais aussi le parti à vrai dire...) : "La solution c'est l'islam" (الاسلام هو الحل).

Le slogan n'avait rien d'inédit en 2005, puisque le mouvement des Frères musulmans l'utilisait abondamment depuis 1987, mais nombre de ses rivaux politiques, à commencer par les membres du Parti national démocrate au pouvoir, s'inquiétaient de le voir s'étaler ainsi dans les rues sur le matériel de propagande d'un mouvement qui s'affichait pour la première fois sous son nom propre, et non pas sous l'allusion transparente du "courant islamique" (التيار الاسلامي : oui, le "courant islamique" et non pas "islamiste" car cet adjectif, qui fait la joie des analystes et des commentateurs occidentaux, n'existe pas en arabe même si la langue actuelle distingue désormais, pour les substantifs, les musulmans - مسلمون - des "islamistes" - اسلاميون).

On a donc repris à l'occasion de ces élections les inévitables argumentaires justifiant l'impossibilité pour le mouvement des Frères musulmans de se constituer en parti politique par le fait qu'il ne représenterait pas l'ensemble de la nation (car il ne concerne que les musulmans et laisse de côté, "par définition", les coptes), ce qu'interdit expressément la loi égyptienne.
Dans un pays où un électeur sur deux est analphabète, la bataille politique se joue par conséquent en partie sur les vastes panneaux publicitaires de l'espace public, à grand renfort de slogans simples - voire simplistes. Pour aider tout le monde à interpréter convenablement ces signaux, même en l'absence d'une maîtrise totale des lettres, d'autres codes interviennent : les couleurs (fond bleu pour tous les candidats Frères musulmans par exemple), le système pileux naturellement (la barbe de ce candidat parle pour lui, si l'on peut dire !) et enfin, conformément à la loi électorale locale, le choix d'un symbole facile à retenir par les électeurs potentiels. Durant ces élections, le parti au pouvoir avait choisi de garder pour lui le monopole de deux symboles particulièrement populaires et efficaces semble-t-il, le croissant et le chameau. Dans une gamme de possibilités infinie ou presque, les candidats (comme le raconte cet "article" en arabe) se sont livrées de dures batailles pour s'approprier un symbole en relation avec leur candidature : clé pour ce candidat, fusil ou tank pour d'autres à l'esprit plus guerrier, ou encore avion ou téléphone portable comme symboles d'une modernité affichée.

Le timbre édité par les postes égyptiennes nous fournira la conclusion (provisoire) de ce billet : tandis que le texte salue la première élection au suffrage universel du raïs, la hiérarchie de l'iconographie propose une lecture historique assez audacieuse où la "signature" (de la campagne) de Moubarak se superpose au symbole de l'indépendance politique égyptienne, à savoir la célèbre composition du sculpteur national du début du XXe siècle, Mukhtar, intitulée "L'Eveil de l'Egypte" (stature où l'on voit "la femme égyptienne" ôter théâtralement son voile, mais c'est une autre question !).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Algérie, Egypte, graphisme, image, publicité

2 commentaires pour “ Publicités politiques (1/2) : les élections égyptiennes de 2005 ”

  1. Anonymous le 26 septembre 2007 à 1:14

    je découvre votre blog avec grand plaisir - ceci explique pourquoi je commente un post qui n'est plus de la première fraicheur.

    Juste pour vous faire remarquer que sur la photo "algérienne", ce que vous avez pris pour une arabesque "pseudo-épigraphiques" est en fait le mot "vive" ce qui nous donne "vive l'algérie française" (du coup la petite digression sur l'article qui précède encore l'expression "Algérie française" et qui témoignerait d'un temps où l'on prenait encore la peine d'écrire correctement en prend aussi un coup)

  2. Culture & politique arabes... le 26 septembre 2007 à 7:01

    Bravo ! J'avais moi-même fini par m'en rendre compte, mais n'avais pas rectifié !... Me voilà puni ! Et la digression n'a pas lieu d'être, vous avez raison !