Slam et islam : confréries religieuses et politique(s) 1/2

15 avril 2007
Par


En France, désormais, dans "islam" il y a "slam".

Comme le remarque un certain "Zo" dans une intéressante chronique, c'est une véritable frénésie qui a accompagné la sortie du second CD du "slammeur" Abd Al Malik. Intitulé Gibraltar, le disque a remporté tous les suffrages chez les critiques de Télérama, de l'Académie du disque Charles Cros, du Monde, de France-Inter, avant de se voir décerner, en mars dernier, le prix de "l'album des musiques urbaines de l'année" aux Victoires de la musique.

Tirées pour l'essentiel de son site officiel, quelques informations sur cette nouvelle figure de la "chanson concernée" (c'est le mot utilisé depuis que les qualificatifs "engagé" et pire encore "militant" sentent le soufre !): né en France en 1975 de parents congolais, Abd Al Malik connaît "une vie tumultueuse" entre délinquance et "activisme religieux aux limites de l'extrémisme" - allusion à une période de sa vie où il milite dans les rangs du mouvement islamique d'inspiration piétiste Tabligh (جماعة التبليغ). Cela ne l'empêche pas de mener de front "une vie scolaire brillante" et une carrière musicale. Il fonde à la fin des années 1980 un groupe de rap vite célèbre, les New African Poets.

Pour la dimension qui nous intéresse ici, le site du chanteur précise encore qu'il "devient officiellement en 1999 disciple du grand maître spirituel marocain Sidi Hamza Al Qadiri Boutchichi (c'est l'orthographe consacrée en français, même si le mot s'écrit avec un "d" et non un "t" en arabe البودشيشية). Parmi les liens proposés figurent trois sites (en français) de la Tarîqa (voie) Boutchichiya : www.saveurs-soufies.com, www.soufisme.org et www.tariqa.org.

Avec cette nouvelle figure de la chanson, les médias français rejouent un air déjà interprété dans les années 1990 avec MC Solaar, celui du jeune issu des "quartiers" (parfait euphémisme, ils ne sont même plus "difficiles") sauvé par la littérature et la musique. Toutefois, Abd Al Malik semble être devenu vraiment "intégrable" dès lors qu'il a adopté Brel et entamé une "collaboration exceptionnelle" selon les termes de RFI musique par exemple avec l'ancien pianiste du chanteur belge.

Si ce n'est que le phénomène Abd Al Malik introduit une dimension supplémentaire et fort bien venue dans une France en proie à tous les fantasmes sur cette question, à savoir celle d'un "bon islam", d'un islam quiétiste, d'inspiration mystique (soufie), essentiellement spirituel et donc opposé à toute interprétation politique, sans parler bien entendu de revendication, au nom de la religion, réservée à l'épanouissement spirituel, éventuellement dans l'au-delà...

Conformément à cette place que le système - tout au moins médiatique - lui assigne, le chanteur-musulman-sorti-de-la-galère peut intervenir sur des questions de société et remettre à sa place, comme on le voit sur cette vidéo assez réjouissante, Guillaume Peltier, le porte-parole du Mouvement pour la France (de M. de Villiers).

Pour autant, Abd Al Malik est loin de faire l'unanimité. Chanson phare du CD tellement primé (elle est spécifiquement mentionnée sur le site des Victoires de la musique par exemple), 12 septembre - vidéo clip ici - a suscité nombre de commentaires qui ont obligé le chanteur à s'expliquer sur les sites de la "communauté" notamment.

Dans cette chanson où le narrateur explique que, sans la foi, il aurait eu honte d'être muslim, lorsque les tours jumelles se sont effondrées, il est fait allusion à "la Suisse sur un plateau de télé, face à un homme d'Etat, [qui] mélangea la politique avec la foi".

Pour les profanes, l'allusion n'est pas évidente ; pour des oreilles plus initiées, celui qui mélange tout sur les plateaux télé, c'est naturellement Tariq Ramadan, "l'intellectuel et universitaire suisse" (premiers mots de la notice que lui consacre Wikipedia), hérault sur les plateaux télé justement d'un islam politique à la sauce européenne.

Homme pétri d'amour et de spiritualité, Abd Al Malik explique - voir par exemple cet entretien intitulé "Ma force personnelle me vient de l'Islam" - que l'allusion de sa chanson témoigne simplement de ce qu'il est "contre le mélange de la spiritualité et de la politique ou du militantisme, tout en disant bien que ce n'est pas contre un individu". D'ailleurs, il a bien pris bien soin de ne pas nommer la personne en question, justement, pour qu'on n'aille pas s'imaginer qu'il a voulu "taper" sur lui...

Dans un contexte où Tariq Ramadan est la "bête noire" (pour ne pas dire le bouc émisssaire) des médias, ce dérapage très contrôlé - il ne s'agit pas d'une parole lâchée lors d'un entretien mais bien des lyrics d'une chanson - oblige à s'interroger sur l'opportunité d'une telle allusion dans une chanson consacrée au "jour d'après" (le 12 septembre). Indéniablement, il y a risque de collusion, voire de confusion, entre la dénonciation de l'attentat et celle de "l'intellectuel et universitaire suisse". Décidément, il est bien difficile d'échapper aux réalités profanes - et politiques - de l'ici-bas...

La leçon vaut pour le jeune slammeur qui a découvert l'islam quiétiste au Neuhof, dans sa banlieue strasbourgeoise, mais elle vaut aussi, et les conséquences en sont autrement plus graves comme le rappelle l'actualité récente au Maroc, pour la confrérie mystique dont il se réclame (la suite la semaine prochaine !).

Juste pour comparer, ce vidéo-clip qui n'a pas l'air de trouver sa place sur les écrans télé, avec Akhenaton, du groupe IAM et qui se reconnaît également dans l'islam soufi. Et ce lien sur cet article rempli d'informations à propos des "rappeurs d'Allah".
(Merci à HZ)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : France, musique

Un commentaire pour “ Slam et islam : confréries religieuses et politique(s) 1/2 ”

  1. hafidha314@orange.fr le 18 avril 2007 à 12:37

    une chose que je ne comprends pas : slammeurs et rappeurs musulmans ne peuvent s'empêcher sur les plateaux télé ou lors d'interviews d'afficher soit "la banlieue" soit "leur islam" comme une identité. Je ne comprends ce jeu joué d'un commun accord qui créer des barrières déjà existantes en quelque sorte et des stéréotypes misérabilistes.Il faut croire qu'en France on aime les petites cases où on met toujours les mêmes qui sont en quelque sorte heureux de valider le rôle qu'on leur donne à jouer :jeune banlieusard à la sauce "misère" qui a réussi par miracle à devenir...."citoyen banlieusard" (c'est dire comme les mentalités changent et comme ça évolue bien) Nulle part je ne vois un slammeur comme "grand corps malade" dire qu'il est chrétien et handicapé et revendiquer celà comme une identité.Bien sûr l'heure n'est pas au christianisme républicain et encore moins à la COTOREP mais bien à l'islam républicain (je ne comprends pas d'ailleurs ce que ça peut vouloir dire).Au dernière nouvelle,la religion fait partie de l'intime sauf quand ça devient un instrument de paix ou de guerre (tout dépend du contexte)pour justifier tout et n'importe quoi.


Carnets de recherche