Des unions libres (2/2) : kullu sana ya Gamal...

6 mai 2007
Par

Elle, c'est Khadiga (25 ans), fille d'un célèbre homme d'affaires local. Celui à qui est destiné ce regard, elle vient de l'épouser : Gamal, ancien directeur de la Bank of America à Londres, est aujourd'hui le successeur supposé de son père, en dépit des dénégations de ce dernier, à la tête de la "républarchie" familiale (pour rendre le terme jumlûkiyya, جملوكية, un mot valise pour désigner cette "belle" invention du système politique actuel, la "république héréditaire")... Conformément aux traditions, le mariage civil, avec réception grandiose et couverture médiatique digne d'un... président, s'est accompagné d'une cérémonie religieuse célébrée par la principale autorité musulmane du pays.

En prenant son temps pour s'engager, Gamal Moubarak, qui a tout de même 44 ans, se conforme à la tendance générale. En effet, on se marie de moins en moins dans le monde arabe, et en tout cas de plus en plus tard. Mais alors que le "jeune" couple a pu s'acheter sans problème la propriété de ses rêves dans le quartier le plus huppé du Caire, sur l'île de Zamalek, c'est en général pour des raisons économiques que le commun des mortels repousse indéfiniment le moment de se marier "dans les règles".

"Ouvrir une maison", selon l'expression consacrée (فتح بيت : dans la pratique, disposer d'un lieu de vie avec, si possible, une domestique, sans parler d'une voiture) est en effet une opération ruineuse, au sens propre du terme. En Arabie saoudite par exemple, où un salaire moyen mensuel tourne aux alentours de 1000 dollars (tout le monde, dans cette société de 27 millions d'habitants, n'appartient pas à la famille royale !), prendre une épouse requiert au bas mot, selon cet article publié dans Al-Hayat, près de trois années de salaire, 34000 dollars (20000 pour la dot et la cérémonie, 10000 pour l'appartement, 4000 pour le voyage de noces souvent effectué, pour les Saoudiens, dans quelque capitale asiatique, New Delhi ou Kualalumpur entre autres). La situation devient si difficile que de grandes familles tribales se sont mises d'accord pour limiter le coût des cérémonies en supprimant quelques dépenses jugées superflues, telles que la voiture offerte à la belle famille. Des associations proposent également des bourses de mariage, ou des cérémonies collectives qui peuvent regrouper plusieurs dizaines de participants.

La situation du royaume saoudien est loin d'être unique. En Palestine, toujours selon Elaph, une association de bienfaisance a récemment lancé une campagne pour offrir aux candidates au mariage un petit apport financier (1000 dollars) et surtout un toit, en l'occurrence une pièce pour abriter le jeune couple. En raison des pressions occidentales et notamment européennes, nombre de fonctionnaires n'ont plus touché de véritable salaire depuis des mois et les jeunes célibataires, à Ramallah par exemple, représenteraient désormais quelque 40% de la tranche d'âge concernée par le mariage.

Dans la Syrie voisine où, d'après cet autre article de Elaph, les femmes fonctionnaires sont outrageusement courtisées car elles assurent un revenu complémentaire, l'âge moyen au mariage selon les statistiques officielles est de 30 ans pour les hommes et de 26 pour les femmes. Même constat en Jordanie où, "dans la classe d'âge des personnes susceptibles d'être mariées "(ne me demandez pas ce que cela signifie au juste !), on constate, toujours selon Al-Hayat, que plus d'un quart des personnes concernées sont encore célibataires. Il est vrai qu'il peut s'agir, comme l'explique la journaliste Leïla Khalifa, d'un choix de vie opéré, y compris chez les femmes, pour des raisons professionnels et au bénéfice d'une certaine liberté individuelle.

Le "mariage coutumier" dont il a été question dans le billet précédent peut donc recouvrir des réalités sociales complexes. Souvent imposé par les difficultés économiques qui en font un simple pis-aller, pour des veuves par exemple qui veulent conserver la garde des enfants ou l'usufruit d'une pension, proche dans certains cas d'une forme à peine déguisée de prostitution, son essor actuel peut également répondre à un besoin de relations sexuelles plus libres, et plus généralement aux exigences croissantes des femmes arabes depuis qu'elles accèdent, de plus en plus nombreuses, à des études supérieures et à une véritable vie professionnelle.

En Arabie saoudite, il est devenu un phénomène de société qui a obligé les autorités à réagir (voir cet article sur le site de la chaîne satellitaire al-Arabiyya, et celui du quotidien en ligne proche de l'opposition religieuse Akhbaruna). Sous le nom de "mariage à la bourse de voyage" (زواج المسفار zawâj al-misfâr), les étudiantes en partance pour l’étanger - les USA notamment - et qui doivent pour cela avoir un garant (وكيل) - masculin bien entendu - proposent des mariages ad hoc - c'est le cas de le dire ! -, juste le temps des études avec divorce à l'amiable immédiatement après. Une réponse en quelque sorte, comme le signale d'ailleurs le nom qu'on lui a trouvé, au "mariage de voyage" (زواج المسيار zawâj al-misyâr) dans lequel le "mari" fixe ses conditions à la femme qu'il prend momentanément pour épouse.

Même dans un pays réputé conservateur et traditionnel comme le Yémen, le phénomène semble concerner un nombre de plus en plus grand de jeunes dans la tranche des 15-24 ans, à commencer chez les étudiants. A en croire les recherches d'une sociologue locale citée par le quotidien Al-Quds, ils sont de plus en plus nombreux à recourir au mariage coutumier, tout simplement pour choisir leur partenaire, et/ou pour entretenir sans les repousser aux calendes grecques des relations sexuelles.

Même s'ils augmentent, les mariages coutumiers contractés par choix au Yémen demeurent largement inférieurs en nombre à ceux qui répondent aux logiques plus matérielles du "mariage touristique". Selon les autorités, qui cherchent à lutter contre le phénomène et ses conséquences sociales (notamment la naissance de "bâtards" rejetés par leur société) en imposant un contrôle juridique, ces mariages saisonniers concernent au moins 850 unions par an, en grande majorité avec des Saoudiens. (Le même article signale des mesures identiques en Algérie où l'on exige désormais des imams des mosquées qu'ils s'assurent de l'existence d'un contrat de mariage civil avant de procéder à la célébration religieuse.)

C'est naturellement une gageure que de chiffrer des unions à la limite de la légalité ou hors la loi en fonction des législations en vigueur dans les différents Etats. Les chiffres que donne un article récent de Elaph doivent donc être pris avec beaucoup de prudence, même s'ils paraissent fondés sur des études officielles, réalisées par l'Université américaine du Caire et par le Conseil national de la population (المجلس القومي للسكان). En Egypte, ce mariage bien particulier concernait, en 2003, environ 8% des étudiants de l'Université du Caire. Deux ans plus tard, ils étaient plus du double (17%) à pratiquer cette "union libre", cette fois selon une étude de la Sécurité sociale (التضامن الاجتماعي).

Les choses bougent par conséquent, mais sans doute pas encore assez vite pour des millions de célibataires qui rêvent de mariage. Alors, en attendant, ils font la fortune d'un nouveau genre de sites internet qui fleurissent sur la Toile arabe, les sites de rencontres (islamiques, et plus si affinités...)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Algérie, Egypte, Jordanie, Palestine, Saoudie, sexualité, Syrie, Yémen

Un commentaire pour “ Des unions libres (2/2) : kullu sana ya Gamal... ”

  1. hafidha314 le 7 mai 2007 à 21:03

    dommage que les mariages ou les unions libres se négocient comme des contrats pétroliers.C'était déjà le cas avant avec le prix de la dote avec la différence que le but était pas pour construire sur du sable. Encore que, c'est du cas par cas,il reste qu'on se lie avec sa tendre moitié apparemment ici pour de mauvaises raisons ou qu'on ne le fait pas (pour encore d'autres mauvaises ou bonnes raisons).Comme quoi le côté complexe des humains apparaît dans ce genre de questions délicates...C'est quand même terrible de constater que la seule solution proposée soit une espèce de "couverture de légalisation" pour contenter tout le monde,un drôle de bizness...


Carnets de recherche