People et politique en Egypte

13 mai 2007
Par

diabpepsiCes deux images ont plus d’un point commun : outre la symbolique phallique que l’on peut observer sans trop de difficulté, les deux personnages sont, chacun dans leur domaine, des icônes de la culture populaire arabe. Et, puisque que dans le monde arabe aussi les people font de la politique, ils ont également affiché publiquement leur position dans le débat qui passionne l’opinion égyptienne, celui du “sacre” éventuel de Gamal pour succéder à son père, l’actuel président Hosni Moubarak (dont on a déjà évoqué ici la dernière campagne électorale).

imamterroristLe billet précédent évoquait le mariage de “Diga et Jimmy” – leurs surnoms pour les intimes – qui ont donc convolé en justes noces dans la villa présidentielle de Sharm el-Cheikh, le jour du 79e anniversaire de papa. En dépit des esprits malintentionnés qui, à l’image de ce qui se passe hélas dans d’autres républiques, s’offusquaient à l’avance du déploiement d’un luxe tapageur, voire tape-à-l’oeil – on ne prête qu’aux nouveaux riches ! -, la cérémonie, de l’avis des spécialistes, est restée relativement simple : 250 invités seulement, sans même la présence de Condoleezza Rice, la secrétaire d’Etat étasunienne pourtant présente dans la capitale touristique du Sinaï à l’occasion de la dernière conférence régionale sur l’Irak.

Dans le cadre d’un scénario soigneusement préparé afin de vendre à l’opinion, pour le mettre en selle, l’héritier du raïs, la petite cérémonie a tout de même bénéficiée d’une animation musicale de choix : rien moins que la présence live de ‘Amr Diab (عمرو دياب), n°1 au box-office arabe (ce site le présente, dans toutes sortes de langues). L’artiste, qui a consacré une bonne semaine à la préparation de ce tour de chant un peu exceptionnel, a paraît-il refusé d’être payé – un vrai cadeau au prix où sont ses prestations ! – ; il s’estimait que l’honneur d’avoir été retenu pour animer cette fête était une rétribution bien suffisante. Comme c’est bien de pouvoir compter sur ses amis pour ses invitations…

Le succès de ‘Amr Diab, né en 1960, est associé à celui de la jeel music (la “musique de génération”, sous-entendu celle d’aujourd’hui, pas celle de papa…), un style de variétés orientales habilement occidentalisé dans les mélodies, les tempos, les orchestrations et… le marketing (il fut le premier chanteur à arabe à produire un vidéo-clip pour la promotion de ses chansons). Depuis ses grands débuts en 1986, ‘Amr Diab a produit une vingtaine d’albums qui en font une des grandes figures de la variété internationale et à ce titre il est le support local de la société Pepsi pour ses campagnes locales.

Avec son style gentiment rebelle – The rebellious, c’est un de ses surnoms -, l’immense célébrité de ‘Amr Diab est sûrement, aux yeux des communicants de l’équipe Moubarak, un apport fort utile pour les projets de Jimmy. Les mauvaises langues, celles du quotidien palestinien nationaliste Al-Quds par exemple, constatent que cette offensive communicationnelle a été relayée par des potins sur la vedette dans la presse locale et par la diffusion de ses films sur les chaînes satellitaires (même si le journaliste note que ce sont les chaînes privées qui ont été chargées de cette campagne promotionnelle, et non pas la traditionnelle chaîne publique, signe que cette dernière, décidément, est en perte de vitesse).

L’autre grande vedette qui s’est récemment fendue d’un soutien public à Jimmy, c’est Adel Imam (عادل إمام), empereur sans rival des écrans arabes depuis bientôt quatre décennies avec, tout récemment, le rôle vedette dans L’immeuble Yacoubian, le plus gros budget à ce jour de l’industrie cinématographique arabe.

Archétype de l’Egyptien ordinaire, aux ascendances rurales encore bien marquées, ses interprétations (plus d’une centaine de films, une bonne douzaine de pièces de théâtre, sans compter les feuilletons télé) comportent la critique des travers des despotes locaux dans une pièce archi-célèbre comme Le Leader (الزعيم) par exemple, ou celle de l’extrémisme politico-religieux, avec un film tel que Kebabs et terroristes (كباب وارهاب), dont on peut se faire une idée de la finesse d’analyse et de la crédibilité à travers la photo placée au début de ce bilet…

L’acteur préféré du public égyptien, et même arabe, a adopté des positions très remarquées dans les années 1980 en se rendant à Assiout, dans le sud de l’Egypte, pour y donner une de ses comédies en réponse aux menaces de groupes islamistes contre des représentations théâtrales estudiantines. Dans un climat marqué par le retour spectaculaire d’actrices célèbres à des pratiques compatibles avec la morale islamique la plus rigide, il a été à la pointe de la contre-offensive “culturelle” mené par le pouvoir en place pour tenter de modifier auprès de la population égyptienne l’image des “islamistes”, lesquels lui auraient adressé, ce qui semble fort plausible, des menaces de mort…

Dans un long entretien accordé à la version arabe de l’hebdomadaire Newsweek, Adel Imam parle politique, ce qui ne lui arrive pas si souvent en public, et prend ouvertement position en faveur de Jimmy Moubarak sur la base d’un argumentaire tout de même un peu simpliste : “Je l’ai vu à la télévision, il est vraiment le mieux préparé pour gouverner les Egyptiens qu’il aime, et réciproquement, et après tout rien dans la loi n’empêche le fils du président de la République de lui succéder…”

L’offensive des communicants qui travaillent pour Jimmy se poursuit donc, de manière assez professionnelle. En effet, l’image publique du “Charlie Chaplin” arabe, né en 1940 (ou 1947 selon les sources), complète, auprès d’une génération plus âgée, plus petite-bourgeoise et nationaliste, le soutien qu’apporte de son côté ‘Amr Diab aux couches plus jeunes de la jeeel music, celles d’un monde arabe ouvert à la société de consommation et à l’American way of life

Une succession, qui passera par une élection de façade, se gagnerait-elle par la seule vertu de la communication et de l’engagement des people ?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Cinéma, Egypte, musique

4 commentaires pour “ People et politique en Egypte ”

  1. Frédéric Lagrange le 15 mai 2007 à 7:29

    La critique de “Al-Irhab wa-l-Kabab” de Sherif ‘Arafa est un peu expéditive ici ! C’est en fait un film effectivement drôle, techniquement assez réussi, et qui s’en prend finalement moins au terrorisme qu’à la plus insidieuse “islamisation par le bas” observée par Sun3allah Ibrahim dans Dhat, et plus courageusement au label “terrorisme” généreusement accordé par l’institution à quiconque la conteste.
    Et puis c’est “le” film sur le Mogamma‘, le célèbre temple de la bureaucratie construit aux derniers jours de la monarchie, et dont il se dit qu’il devrait devenir un hôtel à nombreuses étoiles… Sic transit.

  2. Ramsis le 25 mai 2007 à 6:21

    Il me semble qu’il y a peut-être une confusion. “Al-Irhab wal Kabab” est un film très habile dans ses personnages et son dénouement qui ne traite pas spécialement de l’islamisation, mais plutôt de l’oppression qui frappe l’Egyptien dans sa vie et dans ses rapports au pouvoir. Quant à la photo située en tête du billet, provient d’un autre film de Adel Imam, “al-Irhâbi” (le Terroriste) qui s’en prenait effectivement aux islamistes en les caricaturant assez grossièrement.

  3. YGQ le 25 mai 2007 à 6:57

    Bravo à Ramsis : il a parfaitement raison sur l’origine de la photo !

  4. Benoît Deslandes le 8 juillet 2007 à 18:54

    Il me semble que la posture des deux acteurs n’est pas seulement phallique. Elle constitue également une caricature amusante de James Bond 007 dans je ne sais plus quel film, comme quoi il y a là une critique qui nous est adressée à nous autres occidentaux.


Carnets de recherche