De l’islam “du juste milieu” aux féministes islamiques/istes

29 juin 2010
Par

A l’occasion de l’inauguration d’une mosquée à Argenteuil, “François Fillon plaide en faveur d’« un islam du juste milieu » respectant les lois et les principes de la République”, peut-on lire sur le portail du gouvernement . Le Premier ministre, dont la pratique religieuse fait débat puisqu’on ne sait plus s’il est “catholique pratiquant” ou non, a consacré une partie de son discours à une mise en garde contre “l’intégrisme religieux”. On est donc obligé de se demander, en toute logique, où se situe ce “juste milieu” évoqué par le chef du gouvernement : d’un côté, bien entendu, il y a l’extrémisme, mais de l’autre ? L’absence de religion ???

Comment les propos du Premier Ministre ont-ils été traduits en arabe ? Dans cette langue, l’« islam du juste milieu » est une notion qui est associée notamment à une des figures religieuses les plus en vue, à savoir Youssef al-Qardâwi (voir ce précédent billet), par ailleurs considéré comme un modéré par les uns, et un dangereux extrémiste par les autres ! Dans le français du XIXe siècle en tout cas, et sans doute encore un peu après, “islam” et “islamisme” ne signifient rien d’autre que “la religion des musulmans”. Mais depuis un certain nombre d’années, sans doute avec la parution de Prophète et Pharaon, les mouvements islamistes dans l’Egypte contemporaine de Gilles Kepel en 1984, on désigne sous ce nom des forces qui luttent pour un changement politique dans le monde arabe, en se réclamant, d’une manière ou d’une autre, de l’islam.

A l’origine, le couple islam/islamisme n’a pas d’équivalent en arabe, et nombre de militants de l’islam politique récusent même par principe la différenciation que le français, à l’image d’autres langues européennes, a introduite. Selon le contexte et les points de vue, l’adjectif islâmî peut donc être traduit par islamique (ou musulman) ou encore islamiste, ce qui n’est plus du tout la même chose (et c’est d’ailleurs un des moyens, pour des personnes mal intentionnées, de faire dire à des textes autre chose que ce qu’ils disent vraiment, en “forçant” la tradition d’un mot aussi important que celui-là).

Pour désigner ce qui relève spécifiquement de ce que l’on appelle en français “l’islamisme”, ou encore l’islam radical, politique, l’extrémisme musulman, l’intégriste wahhabite, le jihad, etc., la langue arabe n’a pas tellement de solutions. Pendant longtemps, on s’est servi de périphrases, du type “l’islam extrémiste”, ou “l’islam politique” (الإسلام المتطرف | السياسي), mais elles sont loin d’être neutres. Depuis quelque temps, on trouve le terme al-islâmiyûn (الإسلاميون), qui ne se confond pas avec les musulmans (al-muslimûn) mais qui ne peut facilement s’utiliser, sans réelle ambigüité, qu’en substantif pluriel. Depuis quelques mois, le site Islam-Online – apparemment toujours en proie à bien des problèmes – s’est ainsi enrichi d’une nouvelle rubrique, islamiyun, défini comme “le portail des confréries soufies et des islamistes”.

Apparemment, les responsables de cette rubrique associent sans problème l’islam piétiste des confréries soufies aux “islamistes”, ce qui est pourtant assez étonnant au regard des catégories politiques utilisées ailleurs. En France par exemple, il y a fort à parier que les pratiques mystiques de l’islam font partie du “juste milieu” évoqué par M. Fillon… Outre le fait qu’il y a toutes sortes d’islam politique, d’islamisme si l’on veut, ce point de vocabulaire met en évidence qu’un accord apparent sur un terme est loin de résoudre toutes les problèmes, au risque même de créer pas mal de malentendus (et plus encore quand on ne veut pas entendre).

La question féminine, si souvent associée aux débats sur l’islam, en France et ailleurs, en offre une autre illustration. Peut-on être musulmane et féministe ? Les réponses sont sans doute partagées. Mais peut-on être islamiste et féministe ? Sous nos latitudes, il est plus que probable que la plupart des personnes sont a priori convaincues que non. Pourtant, ce n’est pas le point de vue que défendrait une des spécialistes les plus respectées pour les questions relatives au monde arabe, Helena Cobban. Auteure de plusieurs ouvrages importants (voir sa fiche sur Wikipedia), cette journaliste américaine tient également un blog , Just World News, où figure, à la date du 24 juin, un billet sur “les femmes du Hamas”.

Elle y évoque une étude, récemment publiée par Khalid Amayreh, un journaliste formé aux USA et aujourd’hui basé en Cisjordanie, pour Conflicts Forum, lequel est une institution créée par Alestair Crooke, un diplomate britannique autrefois conseiller de Javier Solanas et qui a également travaillé pour la “Commission Mitchell” (du nom de sénateur américain, aujourd’hui envoyé spécial d’Obama au Proche-Orient). Khalid Amayreh revient sur une question déjà évoquée par Helena Cobban, dès mars 2006 (Sisterhood of Hamas), à savoir la question des militantes de cette “organisation terroriste” selon les critères de l’administration étasusienne. Il y propose trois entretiens (c’est en anglais, vous pouvez le lire ici) réalisés auprès de trois députées du Hamas (une en Cisjordanie, les deux autres à Gaza, sur six élues en tout lors des élections de 2006).

L’auteur revient naturellement sur le soutien dont bénéficie visiblement le Hamas de la part des femmes de Palestine (lesquelles ont été jusqu’à imposer l’anonymat du vote pour pouvoir exprimer un choix politique qui, dans bien des cas, n’est pas celui de leur mari). Pour Khalid Amayreh, rejoint en cela par Helena Cobban, cet engagement politique exprime clairement la démarche de femmes qui ont décidé de s’écarter du modèle patriarcal traditionnel en s’engageant dans la vie professionnelle, associative… et politique. A rebours des représentations toutes faites sur ces extrémistes musulmanes opprimées par leur religion, c’est bien parce qu’elles sont aujourd’hui davantage éduquées que ces femmes, par ailleurs croyantes, se sentent en mesure aujourd’hui d’affirmer leur place à part entière dans leur société. Paradoxalement, c’est la difficulté même de la situation en Palestine qui fait que le féminisme palestinien, sous la forme qu’incarnent les militantes et les sympathisantes du Hamas, est plus avancé que dans bien d’autres pays de la région.

Difficile à entendre, sans doute, par rapport au déluge de clichés, plus ou moins bien intentionnés, qui circulent sur ce sujet. Ci-dessous, quelques lignes en anglais tirées du texte signalé plus haut.

Mais au fait, ces femmes de Palestine, ce sont des féministes islamiques ou des islamistes féministes ?

Islamist women are often portrayed in the Western media as conservative, anti-modernist, ignorant of their rights who blindly follow their husbands and are oppressed. And while a few examples can be cited which corroborate these stereotypes, it is difficult to apply them to women activists and leaders who are active under the rubric of the Muslim Brotherhood – the mother organization of Hamas.
This stems mainly from the fact that the Brotherhood’s general interpretation of Islam is markedly moderate and more liberal in comparison’s to the Salafi (e.g. Wahabi) interpretation. For example, the Muslim Brotherhood which is the largest and most influential Sunni religious-political movement in the Muslim world places no restrictions on female education, a woman’s freedom to choose her husband, drive a car, or even serve in the army as long as certain disciplines and guarantees are ensured. Such aspects are actually taken for granted by society at large. Moreover, while Palestinian society, like most other Muslim societies, is still essentially dominated by men, women – including Islamist women – are making important inroads toward social equality with men.
It has been women themselves who have discovered that the key to reach this goal is education. This explains why there has been a remarkable and continuous increase in the number of professional women such as doctors, engineers, university professors, and scientists and why there are probably more female college students in West Bank universities and colleges than male students.
It is true that Palestinian Islamist women are not aspiring to emulate or even imitate their western women in many aspects of social behavior. However, it is also true that these Palestinian women are no longer content with their erstwhile traditional status of subservience to their husbands and families. It is also the case that husbands and relatives are now better education to understand that a truly Muslim woman would have to be enlightened and educated.
This is not to say that these women are rebelling or rising against their families and society. What is happening is that society at large, and Islamist movements in particular, are trying to ‘Islamize’ what is generally called modernity but in practice reflects a contemporaneity in a way that does not collide with or contradict Islamic sensibilities. Their motto, which is not confined to occupied Palestine, is that a woman can be modern without having to be westernized, since ‘modernity’ is generally held to be an essential requirement without which society cannot progress, while westernization is a socio-cultural value that often carries with it undesired side effects and different values and beliefs.
In some respects, one can argue that a typical Islamist woman can be even more creative than a typical secular woman. For example, Islamist women in co-operation with the Hamas’ leadership have been able to organize mass weddings in the Gaza Strip for poor couples – a pioneering act that no secular group in Palestine has ever done. Moreover, many of the young widows of fighters killed by Israel have been able to remarry, thanks to generous financial inducements from Hamas.
None the less, while the status of Palestinian Islamist women is more advanced in comparison to the status of women in countries such as Saudi Arabia, it is clear that many struggles remain to be fought in terms of eradicating some of the obstacles impeding women’s liberation. These obstacles have to do with women themselves underestimating their abilities and potentials, as well as with a dismissive attitude on the part of many women – Islamist and others – which can be summarized in the phrase ‘let the men do it’.
The biggest obstacle facing the empowerment of women (and men), however, in the occupied Palestinian territories remains the ongoing Israeli occupation. This is the mother of all problems for the entire Palestinian people, irrespective of gender or ideological orientation.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : France, islam, Palestine

16 commentaires pour “ De l’islam “du juste milieu” aux féministes islamiques/istes ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Rezo.net, maxime ourly, fury, Rezo, Benjamin Geer and others. Benjamin Geer said: De l’islam “du juste milieu” aux féministes islamiques/istes | Culture et politique arabes http://bit.ly/b8W2t2 [...]

  2. houarib le 29 juin 2010 à 19:42

    l’islam du juste milieu est d’abord le conseil que le Prophète a lui même donné à sa communauté “soyez la communauté du juste milieu”.
    Concernant Fillon, j’ai vraiment l’impression d’être revenu au temps des colonies. On t’il fait un méchoui ?

    ps : je n’ai pas oublié votre proposition de billet sur la série tiré du roman Mémoire de la chair. Je suis assez occupé ces derniers temps mais je vais bientôt avoir un peu de temps (enfin je l’espère.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 30 juin 2010 à 8:56

      Oui, je suis toujours preneur en ayant le sentiment en plus que l’ouest du monde arabe n’a pas toujours la place qu’il mériterait dans ces chroniques… Mais il y a des limites à mes incompétences !

  3. muriel le 30 juin 2010 à 9:39

    j’ai rencontré en Palestine beaucoup de femmes qui réclamaient une modernisation/révolution de leurs statut dans le cadre de l’islam. Certaines, par exemple, réclamant le droit de prêcher dans les mosquées (pour les femmes). Donc, de prétendre à la fonction d’imam voire même de mufti. Au Liban, où je vis, des \cheikha\ dénoncent le poids de la société patriarcale, et de sa légitimation par les autorités religieuses (en particulier sunnites). Elles disent ainsi qu’un certain nombre de règles du Chareh (par ex : l’âge de la hadana, de la garde/tutelle lorsqu’il y a divorce ou veuvage) ne sont pas \musulmane\ ou \islamique\ mais patriarcales. Et qu’il faut donc les abolir.
    Enfin, j’ai aussi constaté un même mouvement \féministe\ chez certains courants religieux juifs…En particulier, les ultra orthodoxes des colonies de Cisjordanie.

    • YGQ le 4 juillet 2010 à 11:24

      Dans la lignée de ce que vous signalez, le Maroc a mis en place avec un réel succès semble-t-il ce qu’on appelle désormais des “murshidât”, mot-à-mot des “guideuses” (oui, la traduction n’est pas très heureuse !)

  4. Bruno le 2 juillet 2010 à 8:40

    Juste pour la question de terminologie, j’ai l’impression qu’on trouve actuellement aussi le terme إسلامويّ pour traduire plus directement \islamiste\

    • Yves Gonzalez-Quijano le 4 juillet 2010 à 11:31

      Absolument mais j’ai l’impression qu’il a du mal à s’imposer, alors qu’il est en réalité bien moins ambigu que le “islâmiyûn” que j’ai évoqué (pour les non arabophones, on peut l’utiliser au masculin, féminin, singulier et pluriel sans risque de confusion avec l’adjectif islâmî (islamique/islamiste). Ce serait intyére’ssant de faire une recherche quantitative dans un corpus de la presse actuelle…

      • Bruno le 7 juillet 2010 à 15:56

        C’est vrai il a sans doute du mal à s’imposer. Je me souviens l’avoir entendu de la bouche de Mathieu Guidère, qui a, à l’entendre, une certaine orientation idéologique. Par induction on peut penser qu’il est utilisé par ceux qui sont en contact fréquent avec les langues européennes et qui prêtent au mot “islamiste” une connotation négative qu’ils veulent transposer lorsqu’ils parlent en arabe…une explication par d’autres. De là aussi le nom succès du terme chez la majorité des arabophones chez qui le terme “islamiste” n’est pas par essence porteur d’une connotation négative…mais là je m’avance peut-être trop loin…

        • YGQ le 9 juillet 2010 à 16:36

          “… la bouche de Matheiu Guidère, qui a, à l’entendre, une certaine orientation idéologique.” Délibérée ou non, j’aime beaucoup la construction de votre phrase !!!

          • MH le 10 juillet 2010 à 19:27

            Je ne connais pas les orientations idéologiques de MG, mais le terme islâmawî est employé par Abd Allâh Laroui, donc depuis un certain temps.

  5. Seyfeddine le 25 juillet 2010 à 16:24

    Juste une remarque linguistique : “islâmâwî” n’est pas régulièrement formé. Le waw doit correspondre à un alif final qui ne figure pas dans le nom “islâm”. Le dictionnaire de Kazimirski était bilingue “‘arabî-faransâwî”, cette dernière forme étant on ne peut plus régulière (< Firansâ), quoiqu'elle ne se soit pas imposée (firansî).
    Néanmoins, l'arabe dispose d'un autre suffixe de dérivation, dont je m'étonne qu'il n'ait pas été employé ici : -ânî (cf. par ex. "'ibrî" / "'ibrânî"). On aurait pu, en respectant les règles de dérivation morphologique de l'arabe, et par là même le génie de cette langue, opposer "islâmî" (islamique, musulman) à "islâmânî"(islamiste). Et cette formation serait d'autant plus heureuse qu'elle rapprocherait formellement "islâmânî" (islamiste) de "'ilmânî" (laïque) : en France, pays où on fait un usage immodéré de l'un comme de l'autre, il est vrai, par ailleurs, que très souvent être "'ilmânî" (laïque), c'est être furieusement dogmatique, c'est être extrémiste dans son opposition aux religions (peut-être), à l'islam (assurément).

    • Yves Gonzalez-Quijano le 26 juillet 2010 à 7:56

      Très heureux commentaire ! Si ce n’est qu’à mon oreille, le très orthodoxe islamâni (du point de vue de la langue s’entend !) sonne un peu négativement. Ce qui pourrait d’ailleurs être le cas aussi, maintenant que vous attirez notre attention là dessus, de ‘ilmani, même s’il n’y a pas de suffixe final dans ce cas !…

  6. Seyfeddine le 30 juillet 2010 à 13:25

    Merci pour le compliment. Je dois avouer que je trouvais ” islamânî ” un peu lourd (“m” et “n” précédés chacun de la même voyelle longue “â”…), mais je n’avais pas perçu le côté potentiellement négatif de la forme (mon intuition linguistique de l’arabe n’est pas très fine). Vous dites qu’il n’y a pas de suffixe dans le cas de ” ‘ilmânî ” ; ne pourrait-on pas dire plus justement que le processus de formation est plus complexe, mais qu’il y a effectivement suffixation ? Je n’ai pas ici les moyens de vérifier, mais il me semble que le substantif ” ‘ilmâniyya “, à l’instar des autres concepts forgés par la Nahda pour pouvoir nommer (penser) la modernité en arabe, est, à l’origine, un adjectif substantivé. Le point de départ me semble être le mot ” ‘ilm ” (“science” : positivisme naïf très dans l’air de l’époque ?), qu’on aurait étoffé formellement en lui ajoutant le suffixe -ân ; à la forme substantive ” ‘ilmân “, on aurait ajouté le suffixe de dérivation féminin singulier ” -iyya ” : ” ‘ilmâniyya “, adjectif substantivé, et qu’on désubstantive le plus simplement du monde, c’est-à-dire en l’employant adjectivement. Ce que je viens d’écrire est en partie conjectures. Quelqu’un pourrait m’éclairer sur l’étymologie exacte de ” ‘ilmâniyya ” ? Existe-t-il un substantif ” ‘ilmân ” (un vieux maçdar qui aurait été réactivé, par ex.) ? A moins que le mot ne dérive de ” ‘âlam ” (“monde”, et donc “séculier”) dont on aurait réduit la première voyelle par euphonie ?…

    • Yves Gonzalez-Quijano le 31 juillet 2010 à 7:59

      Y a-t-il un linguiste ou un lexicologue dans la salle ? En tout cas, merci pour cette intéressante interrogation sur la politique du vocabulaire ! Ces colonnes vous sont ouvertes si vous avez des choses à proposer dans cet esprit !

  7. Seyfeddine le 31 juillet 2010 à 14:45

    Merci pour la proposition. J’y songerai.

  8. Ben-Marzouk Sonia le 10 décembre 2010 à 13:53

    L’utilisation d’un certain vocabulaire dans les médias y est sans doute pour quelquechose,en effet en employant “islamisme” avec “islam” et en alliant à ces deux mots toute une communauté religieuse on ne peut que créer des situations tendues entre les différentes communautés politiques et religieuses.

    François Fillon appelle ici à l’islam du milieu or cette expression n’est pas anodine. Elle témoigne du fait que certains hommes politiques français (sous entendant peut-être une part importante de la population française?)ne comprennent pas l’Islam. On veut un “islam du juste milieu” mais qu’est ce que cet islam?

    Est-ce une opposition au hijab,à l’égorgement du mouton dans la baignoire,la guerre sainte ou le fait de demander du poisson dans les cantines scolaires? Qu’est-ce que l’islam du juste milieu exactement?

    Le plus souvent après cette question vient l’interrogation de la place de la femme dans cet islam qui n’est pas encore considéré comme celui du juste milieu. La femme a-t-elle une place dans cette religion que certains jugent trop archaïque et peu évoluée?En sommes-nous encore à l’époque féodale pour qu’une femme ne couvre pas ses cheveux?

    Plus récemment le niqab faisait polémique mais bien avant c’était le simple hijab dans les établissements scolaires qui faisait parler de lui. On opposait alors le string au voile demandant à des milliers de jeunes françaises de choisir entre l’un et l’autre. D’un côté la vulgarisation d’un sous-vêtement censé dans ce débat représenter la liberté de la femme à l’extrême et de l’autre un tissu recouvrant les cheveux et donc le symbole de la féminité representé comme une prison.

    Vient s’ajouter à cela la peur de la dérive de ces femmes choisissant un habit plutôt qu’un autre car lorsqu’il y a dix ans on regardait l’homme barbu avec méfiance c’est aujourd’hui la femme voilée que l’on montre du doigt. Une nouvelle classe de combattantes est apparue “la djihadiste extremiste”,celle-ci ferait du proselytisme et embrigaderait d’autres femmes dans le mouvement.

    Ce que l’on peut dire c’est qu’il en est autrement dans le monde arabe. L’islamisme si terriblement montré du doigt par l’Occident ne semble pas terrifier ces pays et pour cause comme précedemment cité l’opposition (ou l’affiliation?) d’islam et islamisme n’existe pas. Le féminisme aussi si bien défendu en Europe n’est pas perçu de la même façon car si bruler un soutien-gorge pour montrer sa colère aux Etats-Unis ne serait sans doute pas applaudi en Irak ou en Jordanie.

    En revanche lorsque ces mêmes musulmanes dîtes opprimées en France s’éduquent et prennent les armes (psychologiques le port d’arme n’étant pas légalisé ici…) on ne les voit plus comme des victimes mais comme des terroristes.

    “Eduquées,croyantes et musulmanes: quel est le problème de ces femmes?N’ont elles pas compris que c’est en s’éduquant que l’on parvient à déjouer les jougs de la domination masculine sur la femme?” clament les féministes européennes.

    Un contraste que beaucoup de femmes ne comprennent pas comment avoir un bout de tissu sur la tête ou le visage peut-il nous permettre d’avoir une opinion,n’est ce pas considéré comme l’affaiblissement de la femme?

    On nous ferait presque croire que le tissu lui-même exerce une pression physique sur le crane de la femme et que de ce fait celui-ci écraserait le cerveau de la personne. On pourrait le croire en effet…

    Un bilan sans appel peut-être dressé: à force d’appeler à l’islam du juste milieu on se demande quel est l’islam de m’extremisme et on peut de ce fait tomber dans celui-ci seulement par rébellion contre des préjugés persistant dans la plus haute sphère de l’Etat Français. La question n’est pas de chercher un islam modéré mais commencer par accepter l’islam et les musulmans tout court en terre judeo-chrétienne.


Carnets de recherche