Amr Khaled : un homme influent ou sous influence ?

10 juin 2007
Par

Quelle est aujourd’hui la personnalité arabe la plus influente dans le monde ? La revue américaine Time a choisi, non sans arguments d’ailleurs : à côté des traditionnelles figures politiques (le roi d’Arabie saoudite, Ben Laden…), elle a retenu ce jeune cadre dynamique avec costume, cravate et moustache : Amr Khaled (عمرو خالد).

C’est un fait que l’ancien apprenti comptable égyptien, aujourd’hui âgé de 39 ans, a fait beaucoup de chemin depuis ses premières apparitions sur une de ces chaînes satellitaires arabes qui se sont créées dans le monde arabe à partir du milieu des années 1990 (voir sa biographie sur Wikipedia). Amr Khaled est désormais, selon les termes du magazine américain, une véritable rock star dans le monde arabe. En dépit d’une formation très modeste au regard des “papes” de la profession, Amr Khaled, grâce à une audience qui se compte en dizaines de millions de téléspectateurs, est en effet la vedette inconstestée… de la prédication islamique.

Il faut dire que celle-ci a beaucoup évolué. En l’espace de quelques décennies, le monde arabe a connu ce que l’on pourrait appeler “l’islam vocal” marqué par l’essor des K7 qui firent tellement parler d’elles durant la révolution islamique en Iran, puis “l’islam télévisuel” où s’illustra une des toutes premières figures religieuses médiatiques, Cheikh Shaarawi et son célèbre bob blanc, considéré par nombre de ses adeptes comme un véritable saint, et enfin, de nos jours, “l’islam numérique”, celui des réseaux de télévision satellitaires et des sites internet.

Au sein de la “vidéosphère” (cf. Régis Debray) numérique arabe, la PME Amr Khaled occupe une “niche” bien particulière en couvrant l’espace médiatique, comme toute entreprise de ce genre, par une déclinaison de son produit de base, les talk-shows télévisés du jeune prédicateur (داع), repris par exemple sur son site (www.amrkhaled.net, classé parmi les 2000 sites les plus fréquentés au monde selon Alexa.com, ce qui est une performance assez remarquable).

En rupture avec le discours classique, piétiste ou militant, Amr Khaled se fait l’avocat d’une sorte de positive islamic attitude. Dans un style télévisuel qui fait irrésistiblement penser à la version nilotique des Billy Graham et autres télévangélistes made in US, il délivre un message simple : travailler plus pour gagner plus… aux yeux de Dieu ; une sorte de “gagnant-gagnant” en somme… Faire l’ihsân (احسان) – la bienfaisance, un terme déjà évoqué à propos d’une confrérie marocaine – en ayant partout, au bureau comme à la maison, une attitude exemplaire, c’est plaire à Dieu. Plutôt que de rêver à une transformation politique radicale de la société, la ummah (la communauté des croyants) peut progresser grâce à de vastes campagnes qui attirent de nombreux adeptes, les “faiseurs de vie” (صناع الحياة), prêts à se mobiliser pour planter des jardins sur les terrasses ou pour arrêter de fumer…

Le succès de Amr Khaled ne fait que confirmer la médiatisation (et la commercialisation) toujours plus forte des signes de la religion, selon un mouvement d’islamisation “par le bas” des sociétés arabes, et plus largement musulmanes, mouvement qui a débuté probablement aux lendemains de la défaite de juin 1967 il y a tout juste 40 ans et qui ne semble pas près de faiblir. Il montre aussi que l’islam, en tant que phénomène social, est tout sauf immobile : les cadres traditionnels de la religion, issus des filières classiques, sont quelque peu bousculés par l’essor fulgurant de nouvelles figures de la prédication, souvent par le biais de la proposition d’un islam soft en phase avec l’esprit du temps. (A côté de Amr Khaled, LE phénomène dans ce domaine, on pourrait citer bien d’autres noms, tel celui du prédicateur saoudien Aaidh Algarne déjà mentionné dans ces billets.)

Au printemps de l’année dernière, le jeune prédicateur médiatique avait tenté un pari risqué en acceptant de se rendre au Danemark, au plus fort de la crise sur les caricatures, pour appeler au dialogue et pour montrer un autre visage de l’islam. Cette décision avait été vivement critiquée par tout ce que l’islam compte de voix autorisées, à commencer par celle du célèbre cheikh Qardawi, une autre star de la prédication télévisée (sur Al-Jazeera notamment) par ailleurs très influent président de la Conférence mondiale des oulémas (الاتحاد العالمي لعلماء المسلمين). A l’époque, pour prendre la défense d’Amr Khaled il n’y avait guère eu que l’acteur Adel Imam (un personnage évoqué dans ce billet), un monstre du box office arabe lui aussi, mais pas vraiment une autorité religieuse très crédible !

Le choix du magazine Time tombe donc à point nommé et la vedette des petits écrans islamiques peut donc triompher maintenant : il avait raison d’avoir effectué ce déplacement puisque cela lui a permis de faire entendre la voix de l’islam au coeur même des médias américains auxquels il a voulu faire comprendre que la jeunesse arabe (et musulmane) n’était pas forcément sauvage (همجي) [sic !].

Pourtant, ses adversaires, ses rivaux, ont une interprétation toute différente (voir par exemple cet article sur le site Islamonline.net). Pour eux, cette consécration offerte par un des principaux médias américains confirme la justesse de leurs analyses : si les USA estiment tellement le jeune prédicateur vedette, c’est parce qu’il est une sorte de cheval de Troie de l’American way of life : avec sa rhétorique séduisante, l’islamiquement très correct Amr Khaled n’est rien d’autre qu’un agent d’une guerre culturelle déguisée, le simple véhicule des valeurs consuméristes occidentales qu’on cherche à implanter dans le monde arabe et musulman.

Pour se faire une idée du personnage, on peut regarder la partie française ou anglaise de son site. On trouve en ligne toutes sortes de vidéos où l’on constate que le jeune prédicateur à la voix par moments si curieusement perchée a résolument opté, à l’inverse des autorités plus classiques, pour le dialecte égyptien.
Parmi les analyses en français sur le phénomène, un bon article de presse, et le texte – avec d’autres liens – d’un chercheur, Patrick Haenni, qui a également écrit un livre où il développe son analyse de L’islam de marché.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Egypte, médias, télévision

8 commentaires pour “ Amr Khaled : un homme influent ou sous influence ? ”

  1. djaafar le 9 mars 2010 à 18:36

    on aime amr khaled et on pense qu’ il est sinsère et on admire ça façon de mener les débats

    • khalloud le 10 mars 2010 à 20:58

      Sincère, je ne sais pas. Il se murmure que les services secrets marocains l’ont piégé en lui envoyant quelques filles dont il n’a pas eu le coeur de refuser les prestations… La scène aurait été filmée et on a fait comprendre à ‘Amr Khaled que s’il remettait les pieds au Maroc, le film risquait fort de sortir…

  2. samir le 11 mars 2010 à 23:34

    Critique de amr khaled et autres stars égyptiennes du show biz religieux, parue après l’attaque d’israel contre ghaza:

    Amr Kahaled, n’est rien moins qu’un des précurseurs arabes et musulmans de cette modedu ‘religion TV business’, les fameux “télévanglistes” américains, phénomène qui est apparu presque au même moment que l’avénement de la TV en amérique puritaine, avant de connaître l’essor de sa version arabo-musulmanne suite à la généralisation du parabole dans nos sociétés. Amr khaled ou “l’homme qui chiale sur commande”, s’est distingué d’ailleurs en 2006 en disparaissant complétement des antennes lors de l’agression israelienne contre le liban. Sachant qu’il ne touche pas à la politique, et que plus encore, ne souhaitant pas fâcher le gouvernement de son pays, et ses hôtes généreux ( les saoudiens, wahabites: ennemis des chîites, lesquels faisaient face, seuls dans cette guerre, aux sionistes ), alors dans l’embarras, car ne pouvant prendre position dans le conflit en s’alignant sur l’opinion des ses “fans” et de de la majorité des musulmans, ce qui aurait mis en colère ses parrains financiers, politiques & surtout médiatiques, il a donc preféré se cacher dans sa confortable “grotte” de londres et ne pas piper mot au sujet des agressions et crimes israeliens alors qu’il n’hésite pas en temps normal à citer les textes coraniques ouvertement anti-juifs… Il s’est retiré donc dans sa cachette, le temps que passe l’orage !
    D’où cette abscence médiatique très remarquée qui a lourdement entaché sa crédibilité auprès d’une frange de ses adeptes scandalisés par tant de lâcheté et de mépris pour la vie de pauvres innocents et dégoutés par une telle hypocrisie.
    Alors ? Amr khaled – en plus d’être instrumentalisé par le pouvoir en place pour des calculs politiques à court terme – est-il un hypocrite & businessman sans scrupule qui exploite la religion comme gagne pain juteux ? celà n’étonnerait pas en tous cas ceux qui connaissent bien les égyptiens. Depuis l’époque des pharaons, ce peuple s’est révélé maître dans l’art d’user et d’abuser de la chose religieuse pour vivre, survivre, s’enrichir, batir des monuments sur le dos de la populasse, et surtout gouverner & s’accaparer le pouvoir.
    Le fils de farouk elfichaoui en est lui aussi une preuve plus flagrante encore. Voilà un jeune acteur, issu d’une famille d’acteurs professionnels qui a saisi l’immense potentiel de la TV sattelite de nos jours et son pouvoir d’asseoir une notoriété certaine pour toute personne en mal de reconnaissance et de célébrité dans un contexte difficile.
    Le procès qui lui a été intenté par une de ses ex-petites amies pour une affaire de patérnité a révélé au grand jour & aux médias ainsi qu’à ses fans le vrai visage de celui qui voulait se donner l’image d’un prêcheur à la fois moderne,ouvert et d’une piété exemplaire. son public a donc découvert, médusé, une réalité en totale opposition avec les leçons de morale que serinait à longeurs de speechs et monologues soporifiques et sirupeux ce très bon acteur.
    On se rendait enfin à l’évidence: On avait affaire justement à un acteur !! mais pardi ! il suffisait d’y penser ! car il était bien acteur avant qu’il ne se “convertisse” non ? ;-) Un acteur qui avait eu l’intelligence de comprendre, en bon égyptien qu’il est, le potentiel des émissions et speechs TV à caractère religieux, et la renommée que cela pouvait apporter comparée à celle d’un rôle quelconque dans une énième série ou film egyptien, surtout dans un contexte social fortement imprégné d’un retour de religiosité à la mode, de culpabilité religieuse assénée par toutes sortes de médias, de perte de repères et de spiritualité au rabais, sans parler d’un déférlement des éxtrémismes de tous bords, auxquels les pouvoirs en place n’avaient rien trouvé de mieux à y opposer en attendant, qu’une forme d’islam cool et moderne contrastant avec l’islamisme bédouin, hirsute et surtout menaçant. Une sorte d’islam en jean’s & t-shirts ou en costume cravate tiens, histoire de changer ;-) Calcul malin, certes, et comme les acteurs égyptiens mangent dans les mains du secteur publique… il n’y avait qu’à se servir. Alors, en plus des “néo-mouhtajibates” sur le tard ou celles plus jeunes qui le font pour se racheter une réputation après avoir bien profité de la vie, et qui se lançaient elle aussi dans le créneau, il y avait aussi 1 ou 2 acteurs mâles prêts à jouer le jeu.
    Pour en revenir au représentant de cette espèce qui a fait couler le plus d’encre à son sujet, à savoir le jeune comédien alfishaoui, lequel suite au scandale et au procès qui lui a été intenté pour reconnaître la paternité de son enfant ( qu’il reniait soit dit en passant, car, tenez-vous bien, il preférait déclarer devant les tribunaux et le public que son enfant ne pouvait porter son nom car conçu dans le péché !!! plutôt que d’avoir à reconnaître sa patérnité ! En clair, al fishaoui junior affirmait haut et fort qu’il avait conçu cet enfant dans un genre de relation qu’il réprimandait en long & en large dans ses prêches, prefèrant ainsi clamer au monde entier son hypocrisie, plutôt que d’assumer son devoir de père !!!!!! tout bonnement incroyable ! ) eh bien, suite à ce scandale, cet ex-prêcheur s’est accordé des “vacances” de quelques mois histoire de se faire un peu oublier, avant de revenir à un exercice plus… orthodoxe :-))) de son métier : comédien dans une sitcom tout ce qu’il y a de plus profane et occidentalisée à la sauce US ! comme si de rien n’était… Mais il faut reconnaître que c’est une marque de courage chez un acteur, de ne pas se cantonner à un seul type de rôles ;-) chapeau :-)) il n’a vraiment pas froid au yeux, et surtout, surtout, aucun scrupule ! mais le comble c’est son MEPRIS pour son – ancien – public, qui n’en est toujours
    pas revenu ! Alors, quand en plus, on voit que malgré cela, des fidèles continuent encore & toujours à gober les discours mielleux de ces orateurs – acteurs – égyptiens ( avec encore plus de fascination que devant ceux des Pétrodollars bédouins du Golf ) leurs promettant le paradis et ses délices ou faisant craindre les flammes de l’enfer, en leur inculquant des règles de vie et de morale à faire pleurer de culpabilité les plus pieuses des nonnes de couvent ou le plus dévoué des mystiques & soufi, y’a de quoi s’inquiéter quand à la mémoire – courte – et à la crédulité sans fond de nos con-citoyen(nnes)s ! à croire que des décennies de bourrage de crâne à longeur de séries tv égyptiennes ont complétement lobotomisé plusieurs générations de citoyens ( ? ) arabo-musulmans, de sorte à les rendre réceptifs et hypnotisables à travers tout discours religieux masochiste surtout s’il utilise comme support le dialecte egyptien ! Il faut avouer que le contexte – agressif – de la mondialisation néo- libérale made in US aidant, et un héritage religieux sclérosé, entre autres, multiplient le danger de cet autre version du “hrigue”, non pas vers les chimères du paradis occidental – mais vers celui de l’au-delà passant non par les eaux houleuses et icertaines du detroit de gibraltar, mais plutôt par un Moyen-Orient sado-masochiste & explosif, et dont les victimes sont plus souvent du sexe féminin dans ce cas là ! triste époque :-(
    …Pour en finir, et revenir à 3amr khaled par la même occasion, un grand coup de chapeau pour ce hlayqui digne de jamaâ el-fna, car c’est un excellent acteur mélodramatique: car figurez-vous, Pleurer sur commande à chaque fois, exactement au moment qu’il faut…
    même les acteurs chevronnés ont des difficultés à y arriver, lui c’est “les doigts dans le nez”! et l’instant d’après il est tout sourir !! chapeau ! faut le faire. ce type mériterai l’oscar.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 12 mars 2010 à 9:11

      Merci de ce (long et) intéressant commentaire ! En plus je n’avais pas suivi l’histoire de Farouk Fichaoui ! Juste une petite chose : ne mettons pas tous les Egyptiens dans le même sac (dans le genre, depuis la nuit des temps, les Egyptiens, etc. etc.) Les Egyptiens, c’est aussi Fouad Nagem, Sonallah Ibrahim, etc. etc.

  3. K le 24 août 2010 à 18:20

    Un seul commentaire : la foi se fortifie et cet homme y contribue!
    AlhamdouLILAH.

  4. amarkhaled le 26 septembre 2010 à 11:17

    amarkhaled est un daiya denamique

  5. hakima le 27 octobre 2010 à 15:00

    Amr est un grand monsieur.

  6. ibnarabi le 1 novembre 2010 à 20:43

    Pfffff c’est un sophiste !


Carnets de recherche