Les bloggers débloquent : Souad Massi au Moyen-Orient

1 juillet 2007
Par


C’est une affaire à rebondissements qu’a connue la chanteuse algérienne Souad Massi lors de sa tournée au Moyen-Orient, grâce aux bloggers égyptiens.

Chanteuse algérienne qui a connu un succès international depuis une tournée au France en 1999, Souad Massi propose une musique qui mêle toutes sortes d’influences méditerranéennes (chaabi algérien, fado portugais ou encore flamenco) et nord-américaines (musique country, folk-song). Alors qu’elle a récemment publié son troisième CD (Misk Elil – مسك الليل – le chèvrefeuille mais aussi “belles de nuit” en algérien) et contribué à différentes musiques de film (c’est elle qui interprète les chansons du film Azur et Asmar), elle se rendait au Moyen-Orient à l’invitation des services culturels français (sans commentaire).

La tournée s’est avérée un peu plus compliquée que prévue. En effet, après un concert à Alexandrie et au Caire pour la fête de la musique, Souad Massi devait enchaîner avec trois autres représentations, à Abu Dhabi, à Ramallah et à … Tel-Aviv. En Egypte, où l’on peut être très sourcilleux sur ce chapitre, des voix se sont élevées, dès le début du mois de juin, pour dénoncer cette tentative de “normalisation” (تطبيع), le terme traditionnellement utilisé pour dénoncer les efforts pour intégrer – de force aux yeux des opposants à cette politique – l’Etat israélien dans son espace régional en imposant des échanges avec ses voisins, notamment sur le plan culturel.

Les protestations ont pris la forme d’un appel au boycott des concerts de la chanteuse algérienne, appel qui s’est rapidement propagé à travers les blogs de l’opposition, avant d’être repris par la presse en ligne (Al-Masriyun par exemple : www.almesryoon.com).

Après avoir longtemps gardé le silence, Souad Massi a annoncé au dernier moment, le 21 juin, jour de la fête de la musique et du concert au Caire, qu’elle ne chanterait pas à Tel-Aviv. Même si certains bloggers ont continué à polémiquer entre pour savoir s’ils iraient ou non assister au concert après ces éclaircissements tardifs, la presse égyptienne – selon le quotidien algérien Al-Chorouk – a brutalement opéré un virage à 180° pour se mettre à chanter les louanges de la “diva” venue du Maghreb.

Celle-ci, dont le mari est Marocain, a accordé peu après un entretien au journal Le Maroc-Aujourdhui. Elle y affirme avoir refusé de chanter dans la capitale israélienne mais on perçoit assez facilement qu’elle a pris cette décision à contrecoeur. Elle regrette ainsi ouvertement que l’opinion soit si sourcilleuse avec les artistes qui pourraient jeter des ponts entre les peuples en conflit, alors qu’elle se montre bien indifférente vis-à-vis des hommes d’affaires locaux qui ne se gênent pas, eux, pour commercer (et en disant cela au Maroc, il est vrai qu’elle parle d’or !)

A lire la presse – plutôt d’opposition car les organes officiels ou officieux ont été bien plus discrets -, on a bien l’impression de se trouver devant un nouvel épisode de la lutte, dans le domaine culturel, entre “pro-” et “anti-” occidentaux (avec beaucoup de guillemets pour cette simplification digne de nos médias à nous), entre ceux qui soutiennent une politique de négociation et de compromis, face à la réalité israélienne et à la domination occidentale en général, et ceux qui défendent une opposition frontale et le refus de toute concession face à l’adversaire…

Islam-online (opposition islamique) tire par exemple deux leçons de l’affaire : d’abord, que les institutions européennes cherchent systématiquement à obliger les artistes arabes à contribuer à une normalisation qu’ils refusent ; ensuite, que les bloggers égyptiens ont apporté une preuve supplémentaire (voir cet épisode) de leur pouvoir par leur capacité à mobiliser l’opinion.

Mais les choses sont un peu plus compliquées que cela. En effet, toutes les sources concordent pour dire que l’appel au boycott contre la chanteuse algérienne coupable de se rendre à Tel-Aviv est parti d’un blog, celui d’un certain Jarelkamar (حار القمر), avant d’être repris par les “vedettes” de l’opposition “blogueuse” (Alaa et Manal par exemple, sur le blog http://www.manalaa.net) et abondamment discuté à longueurs de “posts” (voir les sites de Zanji ou de <a href=”http://spring456.blogspot.com/2007/06/blog-post_03.html
” target=”_blank”>Rabi’ par exemple).

Seulement voilà : en prenant soin de préciser dans l’en-tête d’un nouveau billet – mis en ligne le 20 juin et avec une photo du concert – qu’il est sérieux cette fois (تنبيه : التدوينه القادمه جدي), Jarelkamar a annoncé que son premier appel, lancé un mois plus tôt, était à prendre au second degré ! Qu’il avait voulu s’amuser en imitant la rhétorique pompeuse des appels au boycott des “jusqu’au-boutistes” et qu’il n’en revenait pas lui-même qu’on ait pu le prendre au sérieux !

Cette affirmation, bien tardive, doit-elle être prise au sérieux ? Est-ce une manière habile de se tirer du guêpier après que l’affaire eut pris de telles proportions ? Que faut-il penser, de toute manière, des débats qui ont agité la Toile égyptienne un mois durant, pour entraîner, en fin de compte, l’annulation du dernier concert prévu dans la tournée de la chanteuse algérienne ?

Comme le souligne lui-même dans sa conclusion Jarelkamar, “il ressort quelque chose de ce sac de noeuds : nos blogs sont bien plus influents que nous ne le pensions…”

درس اخر تعلمته من هذه المعمعه : مدوناتنا اكثر تأثيرا مما كنا نعتبره مساحاتنا الصغيرة للفضفضه ..

Pour mieux connaître Souad Massi, cette adresse et celle du riche site de Houari “Dauphin”, un chanteur de raï qui tient son nom d’un club, le Dauphin rose, où il se produisait !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Algérie, boycott, Egypte, Internet, musique, politique culturelle

3 commentaires pour “ Les bloggers débloquent : Souad Massi au Moyen-Orient ”

  1. yal le 5 septembre 2008 à 1:44

    elle joue bien a la guitare,elle chante bien,elle interprete des chansons en arabe en francais en englais en amazigh(berber)! elle veux juste dire que un moment donné on coexisté tous dans une cité appelé CASBAH en toute harmonie nous AMAZIGH originaire de cette terre , arabes venus d’orient ,juifs instalés depuis , occidentaux!
    Chante SOUAD chante …………

  2. braci le 7 juin 2009 à 18:22

    Hi,

    C’est effrant. Les Egyptiens grands amis d’Israel veulent boycotter Massi. Je ne comprends rien à ces arabes. J’en suis un et je salut Israel face à ces hypocrites mangeurs de Mouloukhia. L’Egypte est un tigre en carton…des pleurnichards.

    Bye.

  3. Dr-lytheme le 2 janvier 2010 à 14:35

    je vx repondre a celui \yal.le \ que nous les algeriens on est un peuple musélement a 99 % et cultivès ET chez nous en algerie on sent et on pense jamais a cette segregation ”hna khawa” quelleque soit la situation la preuve etait tres claire et nette a khartoum le 18 novembre 2009 contre les egypchiennes kima kal william wallace illha yarahmou ” ga3 m3ek ya EL – KHEDRA de notre pere bouteflika au dernier bèbè d’age 1e seconde … je félicite chaleureusement notre astre souad massi pfff hata bezef elle est tres simple , calme d’ailleurs ;l’image parle d’elle meme – produit algerien – 5 in your eyes … good bye chahata illaho akbar chahata matte illaho akbar chahata mat


Carnets de recherche