Le Mickey du Hamas : un autre épisode de la guerre entre le Fatah et le Hamas

5 juillet 2007
Par


Cette chronique est dédiée aux animateurs de l'émission "Arrêt sur images", en leur souhaitant de trouver très rapidement l'occasion d'exercer à nouveau leur talent, sur le Web par exemple !

Le Mickey en question est le personnage principal d'une émission télévisée pour les enfants récemment diffusée en Palestine, ou plus exactement à Gaza. Il s'appelle "Farfour" (فرفور : mot traduit dans nombre de dépêches par "papillon", ce qui est sans doute vrai pour les Libanais mais, en palestinien, le mot signifie plutôt quelque chose entre "malin" et "étourdi" ; le "farfour", c'est aussi le "petit oiseau" des petits garçons...)

On a beaucoup parlé de Farfour dans la presse européenne et nord-américaine ("occidentale" si on veut...). Il a ainsi eu les "honneurs" - on peut le dire ainsi ! - de ce qu'il est convenu d'appeler le "quotidien de référence" français, Le Monde. Mais Rue 89, un site animé par des anciens de Libération, en avait parlé avant dans un bon article de Pierre Haski (avec également une très bonne séquence vidéo). Le Mickey du Hamas - Farfour al-hamsâwi, comme l'écrivent certains journaux arabes - se retrouve également, la liste est loin d'être exhaustive, sur le "web2zero", le site de Karl Zéro.

On devrait se réjouir de constater - une fois n'est pas coutume ! - un réel intérêt pour la culture arabe vivante... Sauf que cet intérêt, comme le montre bien la présentation diffusée sur le site de Karl Zéro, n'est pas vraiment gratuit. En vérité, lorsqu'on fréquente assidûment certaines zones de la Toile, on est gagné par la désagréable impression que les fils de ladite Toile sont trop souvent tendus par des mains qui ne sont pas innocentes, ni invisibles d'ailleurs. En l'occurrence, les commentaires d'un nombre considérable de médias non arabes au sujet de Farfour sont largement le résultat d'une campagne menée, comme on peut le voir en ouvrant les liens proposés, par le PMW, Palestinian Media Watch (à ne surtout pas confondre avec PMWatch, totalement opposée idéologiquement mais bien moins connu). Bien loin d'être palestinien, le PMW est un de ces organismes qui, tel le très bien fait Memri (Middle East Media Research Institute), sont financés par des fonds israéliens (ou pro-israéliens) pour mener, dans les médias et donc aussi sur le Réseau des réseaux, la bataille de l'opinion.

La vidéo proposée dans l'article du Monde est ainsi un montage, clairement partisan - mais ce n'est pas dit dans la plupart des sources qui la reprennent - montage effectué par PMW qui n'a gardé, bien entendu, que les moments susceptibles d'illustrer sa propre vision de l'émission. Même si elles sont honnêtement traduites d'un point de vue strictement linguistique (ce qui n'est pas toujours le cas chez Memri par exemple dont les choix de traduction ont souvent le génie pour retenir le terme qui, sans être faux, va forcer le trait et infléchir le sens vers une certaine lecture), les séquences réunies dans ce montage, mises en ligne sur le Net sans la moindre contextualisation, produisent un effet explosif : tout bon internaute découvrant ces images, conforté dans des certitudes que les médias matraquent à longueur de temps, ne peut que s'écrier que les Arabes/les Musulmans (rayer la mention inutile !) sont décidemment des gens vraiment épouvantables et que, non contents de "ne pas aimer la vie" (voir le précédent billet à ce sujet), ils inculquent à leurs enfants la haine et le culte du martyre. De commentaire en commentaire, on en arrive vite à la caricature, et le Spiegel parle de l'émission pour expliquer que le "Hamas apprend le jihad aux enfants".

L'émission en question a été produite et diffusée à partir du mois de mai, à une heure de grande écoute (le vendredi après-midi, jour férié) sur Al-Aqsa (Jérusalem), une chaîne télévisée privée proche du Hamas, lancée début 2006 au grand dam du Fatah. Celui-ci, alors que se préparaient les élections qui allaient porter le Hamas au pouvoir, avait tenté d'user de moyens légaux pour interdire la chaîne qui défendait le programme de son rival.

A l'image d'innombrables produits télévisuels de ce type, l'émission conjugue interventions de jeunes téléspectateurs au téléphone avec des commentaires en studio de l'animatrice (une petite fille - voilée - d'une dizaine d'année, fort sage et très sérieuse), ainsi que des interventions du fameux Farfour qui répond à l'animatrice ou qui apparaît durant des séquences filmées. La dernière, celle que reprend le site Rue 89, une des plus courtes, se termine donc par la mort (hors écran...) de la malheureuse souris qui refuse de livrer la terre héritée de son grand-père malgré les coups d'un odieux israélien qui s'adresse à son interlocuteur en vrai colon et avec un épouvantable accent.

Faut-il faire tout un fromage pour cette petite souris ? Au vu de la situation qui règne à Gaza, qu'est-ce qui est le plus étonnant : qu'une télévision locale - et militante - diffuse des émissions enfantines à fort contenu politique, proches, de fait, de la propagande, ou qu'il y ait encore, dans ce que bien des observateurs qualifient de "prison à ciel ouvert", des studios et des compétences pour créer ce type d'émission ?

Peut-être mû par le souci de préserver la santé morale des jeunes têtes palestiniennes, mais sans doute plus intéressé encore par l'exploitation politique de cette affaire, David Baker, un membre du cabinet du Premier ministre israélien, a jugé bon de s'élever contre cette émission qui prône la supériorité de l'islam et apprend aux petits Palestiniens à haïr les Américains et les "juifs". (Peut-être faut-il rappeler que c'est le terme couramment utilisé en arabe pour désigner les habitants de l'Etat qui se définit lui-même comme "juif", et que le mot, en arabe, n'a pas la même histoire qu'en français ou dans d'autres langues européennes.)

De façon plus inattendue, le ministre palestinien de l'Information a joint sa voix aux protestations du gouvernement voisin. Tout en niant vouloir se livrer à la moindre censure, et encore moins entraver le renforcement des sentiments patriotiques, il a estimé qu'il n'était pas forcément nécessaire d'ajouter à la violence ambiante et qu'il valait mieux tenir les enfants en cet âge tendre loin de la politique.

Mais tout cela s'est passé au moment où le Hamas allait affirmer son emprise sur la bande de Gaza, les responsables de la télévision Al-Aqsa se sont bien gardés d'obtempérer aux injonctions du ministre "cisjordanien" et, bien loin d'être déprogrammée, l'émission a continué sans le moindre changement, jusqu'à la disparition tragique, et tout de même un peu inattendue, du pauvre Farfour, à la fin du mois de juin.

Pour la presse arabe, le Hamas et ses partisans ont une fois de plus bien joué le coup : après avoir attiré l'attention sur eux avec la "complicité" des Israéliens, ils ont montré l'impuissance de l'autorité "légitime" palestinienne et du Fatah, tout en apparaissant comme les "vrais" défenseurs de la cause. Et pour finir, ils se sont intelligemment débarrassés de l'encombrante souris en la faisant mourir en "martyr" sous les coups de l'occupant !

On n'est pas obligé de suivre le quotidien Al-Akhbar lorsqu'il écrit que la "mort subite" de Farfour est la conséquence de pressions exercées par la très puissante société Disney soucieuse de protéger ses droits. Mais son point de vue nous rappelle tout de même que, Hamsawî ou fathâwî, partisans du Hamas ou du Fatah, les petits Palestiniens vivent à l'ère de Mickey.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : censure, Palestine, télévision

Un commentaire pour “ Le Mickey du Hamas : un autre épisode de la guerre entre le Fatah et le Hamas ”

  1. hafidha314 le 11 juillet 2007 à 1:21

    bonjour,
    un drôle de mickey à l'image des problèmes palestiniens..est-ce que c'est pas un peu contradictoire ou ambivalent d'utiliser un symbole américain pour condamner l'Amérique ou est-ce l'idée qu'il faut s'introduire et maitriser la culture de "l'autre" pour mieux s'en servir pour attaquer (une attaque de l'intérieur en quelque sorte..) ? Sinon existe -t-il ailleurs (dans un autre pays?) un même usage idéologique de Mortimer ?