Divine surprise en Palestine : un accord pour ramadan !

9 août 2010
Par

Le site d’Al-Jazeera (en arabe) relaie ce jour une dépêche de l’agence UPI, elle-même piochée dans le quotidien israélien Yediot Aharonot, selon laquelle le général israélien Yoav Mordechaï, commandant de “l’administration civile de Cisjordanie”, est arrivé à un accord avec différents ministres de “l’Autorité palestinienne”, associés à des religieux, sur la question des appels à la prière. Les colons venus s’installer en Cisjordanie trop près des villages des natifs du pays sont en effet gênés par les cinq appels rituels, à commencer par la prière de l’aube, naturellement, beaucoup trop matinale. Pour préserver “la qualité de l’environnement” (sic), l’appel à la prière sera donc synchronisé, et surtout limité à un seuil sonore maximal.

A l’approche du mois de ramadan, on ne peut que se féliciter de  cette avancée décisive dans les négociations israélo-palestiniennes. Alors qu’il est arrivé que le problème soit réglé, il y a quelque temps, par de regrettables incendies de mosquée (brève sur le site du Nouvel Obs), ce rare témoignage d’entente sera suivi, n’en doutons pas, par d’autres accords, par exemple pour la fourniture d’électricité à la population de Gaza (autre brève, même source).

Mardi 10 août (source : Al-Quds al-’arabi) : le ministre des cultes (wazîr al-awqâf) de l’Autorité palestinienne dément tout accord (mais confirme la publication de la nouvelle par les Israéliens, accusés de s’entendre avec le Hamas sur le dos du Fatah)…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Palestine

26 commentaires pour “ Divine surprise en Palestine : un accord pour ramadan ! ”

  1. houariB le 9 août 2010 à 19:00

    Je me suis fait piégé. Je pensais que vous parliez d’un éventuel accord entre factions palestiniennes.
    Ce que vous rapportez montre que l’accord auquel je pensais ne pourra pas se faire sans éloignement de la corruptocratie Abbas et consort…

  2. MustaphaEB le 15 août 2010 à 2:38

    Vu que le Coran lui-même pose que ce pays est dévolu aux Juifs, il faudrait effectivement leur demander ce qu’ils en pensent avant de les réveiller à l’aube, non? Que dirions-nous s’ils venaient sonner du cor à la Mecque, franchement? (cf. Surate 5:20 يَا قَوْمِ ادْخُلُوا الأَرْضَ المُقَدَّسَةَ الَّتِي كَتَبَ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَرْتَدُّوا عَلَى أَدْبَارِكُمْ فَتَنقَلِبُوا خَاسِرِينَيَا قَوْمِ ادْخُلُوا الأَرْضَ المُقَدَّسَةَ الَّتِي كَتَبَ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَرْتَدُّوا عَلَى أَدْبَارِكُمْ فَتَنقَلِبُوا خَاسِرِينَ

  3. MustaphaEB le 15 août 2010 à 2:38

    Vu que le Coran lui-même pose que ce pays est dévolu aux Juifs, il faudrait effectivement leur demander ce qu’ils en pensent avant de les réveiller à l’aube, non? Que dirions-nous s’ils venaient sonner du cor à la Mecque, franchement? (cf. Surate 5:20 يَا قَوْمِ ادْخُلُوا الأَرْضَ المُقَدَّسَةَ الَّتِي كَتَبَ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَرْتَدُّوا عَلَى أَدْبَارِكُمْ فَتَنقَلِبُوا خَاسِرِينَيَا قَوْمِ ادْخُلُوا الأَرْضَ المُقَدَّسَةَ الَّتِي كَتَبَ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَرْتَدُّوا عَلَى أَدْبَارِكُمْ فَتَنقَلِبُوا خَاسِرِينَ

    • Sadok le 17 août 2010 à 15:54

      Bonjour,
      Il est vraiment décevant et choquant de vous voir vous arrêter à “Waylon lilmousallin”.
      je vous suggère de lire tout le coran, et au moins la sourate complète qui récite cette histoire, si vous voulez en déduire une conclusion sur la vie de “bani israil” et leur rapport avec la Palestine.
      Puisque vous savez bien lire et prétendre pouvoir interpréter le coran.
      Mis à part cette malheureuse interprétation tronquée et complètement fausse, aucun archéologue israélien ni autre n’a pu trouver la moindre trace de présence de monument juifs dans Jérusalem (ni est ni ouest). Au contraire, il y a des archéologues israéliens qui ont montré que les pierres du sois-disant mur de lamentation ne revienne pas à l’époque supposé du roi David.

      Et comme l’a bien dit Yves Gonzalez-Quijano, un texte religieux ne donne pas le droit à un peuple d’en exterminer un autre pour prendre sa terre.
      Et même une supposé présence des ancêtres lointains d’un peuple, ou pire d’une religion, dans une région du monde ne lui donne pas le droit non plus d’en exterminer un autre peuple qui peut être lui le vrai héritier de ces vieux ancêtres qu’il a gardé ou non cette même religion.

      Bref, la propriété de la Palestine peut être aux juifs, chrétiens et musulmans originaire ou descendants des aborigènes de cette région.
      Mais elle ne peut surement pas être à des populations slaves (russes ou polonaises) ni romaines, ni gauloises ou germaniques venant du monde entier réclamant leur descendance d’un peuple juifs qui s’est installé à une période de l’histoire et vous leur donner la légitimité de chasser et massacrer les habitants de cette terre ?

      • MustaphaEB le 18 août 2010 à 14:07

        Qui parle de \donner la légitimité de chasser et massacrer les habitants de cette terre ?\ Certainement pas ma citation. Par ailleurs, je ne prétends pas interpréter le Coran, nous avons les Hadiths pour cela. Je ramène simplement le texte tel quel, pas une interprétation. S’il requiert une mise en contexte, en revanche aucune commentaire ne pourra faire l’économie de sa littéralité. Défendre les droits de nos frêres palestiniens ne requiert pas de procéder à des abus de langage, voire des mensonges ou des calomnies, ou encore à reprendre à notre compte des clichés anti-juifs venus d’Europe: الحمد لله nos frêres palestiniens n’ont pas été exterminés, mais est-ce que l’administration militaire de toute la population de Cisjordanie et l’indifférence des régimes arabes, à l’exception de la Jordanie, depuis 40 ans ne suffit pas à susciter votre indignation? La défense de la cause palestinienne n’a pas besoin de révisionisme archéologico-historique: certes nous n’avons pas été plus brillants que les américains ou les européens lors du génocide rwandais mais en définitive la cause palestinienne doit se fonder sur le respect de la dignité humaine telle que l’Islam l’a propagé pendant des siècles, bien avant la doctrine des \Droits de l’Homme\.

  4. Yves Gonzalez-Quijano le 16 août 2010 à 7:52

    Tout en saluant votre érudition et sans doute aussi votre sens de l’humour, je fais partie de ceux qui pensent que les textes religieux, juifs ou musulmans, pour ne rien dire des chrétiens, n’offrent pas des arguments d’autorité pour dicter nos conduites sur tel ou tel point de la planète !

    • MustaphaEB le 16 août 2010 à 14:08

      Bonjour Yves, c’est une question de conviction évidemment. Le Coran est un argument d’autorité pour qui décide de s’y soumettre par exemple. Remarquez d’ailleurs que les codes de conduite dits “séculiers” sont en réalité tous fondés sur des textes religieux, surtout le Droit Humanitaire et les Droits de l’Homme.

  5. Sisil le 16 août 2010 à 11:08

    Bonjour, Moi, ce que je constate avec amertume que ce sont les \colons\ qui ont toujours le dessus pour des futilités alors que les vrais problèmes restent encore et toujours sans solution Après tout les palestiniens n’ont jamais demandaient à ces colons de venir s’installer près de chez eux !!!!

    • MustaphaEB le 16 août 2010 à 14:15

      Je m’intéresse depuis longtemps à cette question. Avant 1948, tous les habitants de la région se considéraient palestiniens, Juifs, Chrétiens et Arabes. Une fois de plus, le Coran indique clairement au croyant que cette terre est celle des Juifs s’ils se comportent comme Allah leur demande: Coran: 5:20-21 (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple: “O, mon peuple! [...] Entrez dans la terre sainte qu’Allah vous prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants. Je ne sais pas pour les Chrétiens mais en tant que musulman il faut savoir admettre nos textes tels quels. C’est ce que font les colons juifs en tout cas.

      • majid le 16 août 2010 à 17:03

        “Avant 1948, tous les habitants de la région se considéraient palestiniens, Juifs, Chrétiens et Arabes” : il serait plus juste de dire que tous les habitants de la région, musulmans, chrétiens et juifs se considéraient comme arabes :)

        Je ne vois pas du tout ce que prouve le verset cité. Il montre seulement qu’un certain peuple, les Hébreux (dont les descendants actuels sont les Arabes de Palestine), ont été conduits par Moïse en Palestine. Je crois que toutes les religions abrahamiques s’accordent sur ce point.

        Les textes religieux n’ont pas à se substituer au droit international et la logique même nous invite à penser que ceux qui habitent depuis 2000 ans sur cette terre ont légitimement le droit d’y vivre libres sans que des illuminés originaires d’Europe ou d’ex-URSS viennent leur spolier leurs terres et leur demeure…

        Enfin, j’ai quelque peu l’impression (mais je peux me tromper…) que vous vous faites passer pour musulman afin de justifier l’injustifiable : une lecture plus que douteuse du Coran afin de démontrer que la terre sainte est réservée aux Juifs, une analogie encore plus douteuse entre la Mecque et la Palestine (“Que dirions-nous s’ils venaient sonner du cor à la Mecque, franchement?”) me laissent à penser que vous tentez de fabriquer de toutes pièces un point de vue “islamique” favorable à la colonisation sioniste. Mais je peux me tromper.. ;)

  6. MustaphaEB le 18 août 2010 à 3:13

    Vous admettez d’abord que “les Hébreux ont été conduits par Moïse en Palestine… toutes les religions abrahamiques s’accordent sur ce point.” mais quelques lignes plus tard qualifiez l’interprétation de “douteuse”: faudrait savoir… En réalité, sachez que cette interprétation n’en est pas une, il s’agit du Coran lui-même: يَا قَوْمِ ادْخُلُوا الأَرْضَ المُقَدَّسَةَ الَّتِي كَتَبَ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَرْتَدُّوا عَلَى أَدْبَارِكُمْ فَتَنقَلِبُوا خَاسِرِينَ (5:21)

    Par ailleurs, nous écrivez “ceux qui habitent depuis 2000 ans sur cette terre” en faisant le contre-sens de penser qu’il s’agit des arabes. C’est méconnaître l’Histoire car nous avons conquis cette région en l’an 638 de l’ére commune (premier siècle de l’Hégire هجري). Vivaient là des populations parlant araméen: bédouins, juifs, samaritains, etc. Ils étaient là il y a 2000 ans, ils y sont toujours; cela ne veut pas dire que l’on peut effacer notre présence sur cette terre, et cela ne veut pas dire que nous devons admettre le racisme ou la négation des droits de nos frêres palestiniens. Simplement, reconnaître que tous appartiennent à cette terre. Ni plus, ni moins.

    Je vous rejoins sur un point cependant: des études génétiques récentes indiquent que nombre d’arabes palestiniens dans certains villages sont effectivement des descendants de juifs palestiniens. Les mêmes études montrent que le patrimoine génétique des Juifs d’Europe a plus en commun avec les populations du Moyen-Orient (Chaldéens, Syriens, Arabes, Druzes, etc) que les Juifs du Magrebh ou les Juifs arabes, sans doute car l’Islam était plus tolérant vis-à-vis des Juifs que le monde Chrétien ne l’était.

    Les documents d’époque eux montrent que les habitants de la Palestine se définissaient avant tout comme palestiniens, indépendamment de leur confession. La confession a pris plus d’importance avec l’affaiblissment de l’empire ottoman et l’introduction du concept d’Etat-nation, un concept européen totalement inadapté au monde arabe à mon sens. La Palestine était alors une notion d’ordre géographique et culturel large et pas encore une identité nationale comme aujourd’hui. C’est ce que Professor Azmi Bishara, palestinien lui-même, voulait dire je pense lorsqu’il a déclaré qu’il n’y avait jamais existé de peuple palestinien et que seul le peuple arabe existe. Mais tout cela est dépassé.

    Enfin, je suis moi-même juriste et je connais les conditions d’élaboration et les sources du Droit International. C’est le Droit International qui tente avec succés de se substituer aux textes religieux dont il s’inspire, et pas l’inverse. Votre intervention montre de suite que vous n’êtes pas musulman. Car comment invoquer le Droit International qui résulte au mieux d’un compromis politique face au Coran qui est lui est parfait et d’origine Divine?

    • MustaphaEB le 18 août 2010 à 3:16

      Ce qui précède est en réponse à majid.

  7. Sisil le 18 août 2010 à 9:56

    En 1948, les juifs de Palestine possédaient 3 % des terres, en 2010, les palestiniens (chrétiens où musulmans) possèdent 3 % des terres et ce n’est pas fini !!!

  8. MustaphaEB le 18 août 2010 à 14:05

    Qui parle de \donner la légitimité de chasser et massacrer les habitants de cette terre ?\ Certainement pas ma citation. Par ailleurs, je ne prétends pas interpréter le Coran, nous avons les Hadiths pour cela. Je ramène simplement le texte tel quel, pas une interprétation. S’il requiert une mise en contexte, en revanche aucune commentaire ne pourra faire l’économie de sa littéralité. Défendre les droits de nos frêres palestiniens ne requiert pas de procéder à des abus de langage, voire des mensonges ou des calomnies, ou encore à reprendre à notre compte des clichés anti-juifs venus d’Europe: الحمد لله nos frêres palestiniens n’ont pas été exterminés, mais est-ce que l’administration militaire de toute la population de Cisjordanie et l’indifférence des régimes arabes, à l’exception de la Jordanie, depuis 40 ans ne suffit pas à susciter votre indignation? La défense de la cause palestinienne n’a pas besoin de révisionisme archéologico-historique: certes nous n’avons pas été plus brillants que les américains ou les européens lors du génocide rwandais mais en définitive la cause palestinienne doit se fonder sur le respect de la dignité humaine telle que l’Islam l’a propagé pendant des siècles, bien avant la doctrine des \Droits de l’Homme\.

  9. Seyfeddine le 19 août 2010 à 14:14

    @ MustaphaEB : vous m’obligeriez en me communiquant les sources relatives à l’affirmation selon laquelle “des études génétiques récentes indiquent que nombre d’arabes palestiniens dans certains villages sont effectivement des descendants de juifs palestiniens. Les mêmes études montrent que le patrimoine génétique des Juifs d’Europe a plus en commun avec les populations du Moyen-Orient (Chaldéens, Syriens, Arabes, Druzes, etc) que les Juifs du Magrebh ou les Juifs arabes”.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 19 août 2010 à 18:10

      Je dois dire que moi aussi j’ai été très étonné de cette affirmation qui défie les lois de l’histoire – pour celles de la génétique je ne suis pas compétent -, surtout lorsqu’on a lu le livre de Shlomo Sand, “Comment le peuple juif fut inventé” et ses très bons passages sur les conversions. Sur “le peuple arabe”, au moins, les choses sont claires, ce n’est pas génétique, et en principe par religieux n’est-ce pas ! (même si certains ont tendance à l’oublier, on peut le reconnaître)

      • Khalloud le 20 août 2010 à 6:26

        j’ajoute que l’enjeu politique est tel que les prétendues découvertes scientifiques dans ce domaine (du genre “une équipe américaine vient de mettre au jour un chromosome commun entre les juifs d’Ukraine et le figuier situé au pied du Mur des lamentations”) sont à prendre avec la plus grande circonspection.

        • MustaphaEB le 23 août 2010 à 18:54

          Je constate avec plaisir que je ne suis pas la seul à m’essayer à l’humour ;-)

      • MustaphaEB le 24 août 2010 à 0:48

        SI je comprends bien, Shlomo Sand a l’air de distinguer 3 concepts: communauté religieuse, peuple (culture, langue, etc) et ethnie. Ces distinctions sont des catégories de pensée récentes destinées aux sociétés sécularisées. Pas évident qu’elles rendent compte de la complexité des sociétés humaines plus anciennes.

    • MustaphaEB le 23 août 2010 à 15:19

      “Abraham’s Children in the Genome Era: Major Jewish Diaspora Populations Comprise Distinct Genetic Clusters with Shared Middle Eastern Ancestry.”

      The American Journal of Human Genetics, Volume 86, Issue 6, 850-859, 03 June 2010

      http://www.cell.com/AJHG/abstract/S0002-9297%2810%2900246-6

      “The IBD segment sharing and the proximity of European Jews to each other and to southern European populations suggested similar origins for European Jewry and refuted large-scale genetic contributions of Central and Eastern European and Slavic populations to the formation of Ashkenazi Jewry.”

      • MustaphaEB le 23 août 2010 à 22:56

        « The Y Chromosome Pool of Jews as Part of the Genetic Landscape of the Middle East»

        The American Journal of Human Genetics, Volume 69, Issue 5, à1 November 2001, Pages 1095-1112, ISSN 0002-9297

        http:/www.sciencedirect.com/science/article/B8JDD-4R29JBW-M/2/779729bda42036e4ebc28d0af953cd62
        http://www.cell.com/AJHG/abstract/S0002-9297(07)61325-1

        See figure 4 page 1101.

  10. majid le 19 août 2010 à 16:55

    Ce que je trouve ridicule, c’est de citer le Coran pour justifier les agressions des colons et de l’Etat israélien en général contre la population palestinienne.
    Je réitère ce que j’ai dit précédemment : le verset cité nous indique en effet que les hébreux ont vécu en Palestine et que des gens de confession juive ont en été, à un moment de l’Histoire, les habitants. Et ensuite ?

    Et ce que cela justifie de déposséder des gens de leur terre en vertu d’un prétendu droit biblique ?

    C’est donc pour cela que tout ce blabla sur les proximités-réelles ou supposées- entre les Juifs et les Moyen-Orientaux ne sert absolument à rien.

    Les Palestiniens (le peuple arabe de Palestine)- musulmans, chrétiens ou juifs- vivaient en paix sur cette terre jusqu’à l’arrivée, encouragée par les puissances coloniales européennes, de colons européens de confession juive qui ont dépossédé les Palestiniens de leurs terres et les ont expulsés de leur pays au moyen de divers massacres et autres crimes.

    La réalité est limpide : Israël entend justifier son existence au nom d’une logique biblique qui n’a plus lieu d’être et qui a mis en danger des sociétés arabes multiconfessionnelles et pluriséculaires comme au Liban par exemple.

    • MustaphaEB le 23 août 2010 à 15:23

      Celui qui pense que la réalité est limpide ne connaît pas le Moyen-Orient :-). D’où l’intérêt des articles de Yves Gonzalez-Quijano, que je remercie au passage.

      • Yves Gonzalez-Quijano le 23 août 2010 à 15:44

        Merci pour le lien (et les compliments !-) Je crois avoir entendu parler d’une étude génétique menée en Syrie sur les groupes ethniques (évitons le mot “raciaux”) avec des résultats assez explosifs aussi par rapport aux connaissances dites “historiques”. Cela étant dit, un droit historique “génétiquement prouvé” si tant est que cela soit possible un jour ne changera rien à l’affaire, ou alors partout et les Etasuniens, pour ne prendre que cet exemple, vont avoir des problèmes avec ceux qu’ils ont colonisés chez eux !

        • MustaphaEB le 23 août 2010 à 16:52

          Pas seulement colonisé car, phénomènes épidémiologiques mis à part, la colonisation par les occidentaux de l’Amérique, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande s’est soldée par l’extermination ou quasi-extermination des populations indigènes. Les Européens et les Turcs, je suis au regret de le dire, n’étant pas à la traine en termes de génocide, alors, comme donneurs de leçon, c’est sûr il y a mieux…

          D’ailleurs, tout comme vous, je ne crois pas en un droit historique et/ou “génétiquement prouvé”, car il y aurait là une erreur de catégorie, une confusion des genres. En revanche, je constate et suis interpelé par une promesse d’Allah envers le peuple juif en relation avec cette terre. C’est une approche non pas scientifique, historique ou génétique mais purement religieuse et par conséquent politique. Mais sans doute avez-vous raison, cela ne changera rien à l’affaire…

    • MustaphaEB le 23 août 2010 à 15:46

      Histoire:
      Le Coran n’est pas un livre d’histoire, c’est une vérité éternelle: «Ô hommes! La promesse d’Allah est vérité. Ne laissez pas la vie présente vous tromper, et que le grand trompeur (Satan) ne vous trompe pas à propos d’Allah!»(35:5) et “Et ils ont dit : “[...] Auriez-vous pris un engagement avec Dieu – car Dieu ne manque jamais à Son engagement; – non, mais vous dites sur Dieu ce que vous ne savez pas” (2:80)

      Liban:
      En l’occurrence pour le Liban, je pense que c’est surtout une logique jacobine française, l’importation de l’”Etat-Nation” et l’effondrement de l’Empire Ottoman qui ont mis à mal cette société multi-confessionnelle. J’en discutais récemment avec des amis libanais mais ils semblent penser au contraire qu’un Etat centralisé fort serait aujourd’hui le bienvenu.


Carnets de recherche