Bonnes à tout faire dans le monde arabe (2/2) : étrangères et domestiques

27 octobre 2007
Par

Amour partagé (dessin de presse marocain)

La présence, nuit et jour, de jeunes bonnes dans l’intimité des familles qui les emploient ne va pas sans créer toutes sortes de problèmes. Le quotidien électronique Elaph a ainsi publié récemment une enquête au titre racoleur : Le sexe, fonction secrète de la domestique dans le Golfe الجنس وظيفة سرية للخادمة في الخليج ). Tirant la sonnette d’alarme quant aux conséquences sur l’éducation des enfants livrés à des femmes étrangères, en majorité non musulmanes, peu éduquées et même analphabètes, l’article évoquait également, sans dire vraiment à qui en revenait la faute, les services sexuels rendus par ces bonnes à tout faire. Selon une statistique, reprise sur de nombreux forums internet féminins du Golfe, les “bonnes”, qui pour les deux tiers d’entre elles n’ont pas 30 ans, accepteraient pour 59% d’entre elles selon les termes de l’enquête “d’entretenir des relations sexuelles avant le mariage”…

Toujours dans cet article, une sociologue des Emirats expliquait, non sans malice, que les maîtresses de maison veillent souvent à choisir des employées qu’elles considèrent moins attirantes qu’elles-mêmes, ce qui n’est pas toujours du goût de leur mari ! Un peu plus loin, M. Zayyât, spécialisé dans la fourniture de personnel de maison, indiquait que, pour les mêmes raisons, les Asiatiques ont la préférence des femmes alors que les hommes penchent davantage pour de “jolies Libanaises, chrétiennes de préférence, ou [au moins] des Marocaines” ! Il faut à l’évidence faire la part des fantasmes car il est proprement inimaginable que des Libanaises, de confession chrétienne qui plus est, travaillent dans les pays du Golfe pour de tels salaires, en tout cas pas pour ce type de services !

Néanmoins, le marché des tâches ménagères n’est pas totalement réservé aux étrangères et la contribution active d’une main-d’oeuvre domestique, ou plus exactement en provenance du monde arabe, est très souhaitée. Il suffit d’ailleurs de lancer une requête sur Google pour trouver rapidement des annonces rédigées dans un arabe pas toujours très assuré et accompagnées de portraits tels que celui qui figure ci-dessous :

السلام عليكم
جمعية متوفرة على يد عاملة جد مهمة لدينا فتيات مغربيات راغبات في العمل في احدى دول الخليج الى من يهمه الامر الاتصال بينا العرض جاد و مهم شكرا

Traduction : Que la paix soit sur vous ! Association disposant de main-d’oeuvre très importante [l'association]. Nous avons de jeunes Marocaines désireuses de travailler dans un pays du Golfe. Pour ceux que la question intéresse, contactez-nous. Offre sérieuse et importante.

Il ne s’agit pas toujours d’initiatives privées car certains Etats aimeraient bien développer des échanges entre populations sur une plus grande échelle. A la fin du mois de mai dernier, un protocole d’accord entre l’Egypte et l’Arabie saoudite a ainsi suscité de violentes réactions au Caire. Certainement animée de bonnes intentions, la ministre du Travail, Mme Aisha Abdel Hady, avait prévu avec ses homologues saoudiens l’envoi, sur une dizaine d’années, de quelque 120 000 “jeunes égyptiennes” (moins de 30 ans) pour travailler auprès des personnes âgées, dans les salons de coiffure et naturellement dans les maisons…

Certains en Egypte ont réagi avec humour, en publiant dans le bien nommé journal d’opposition الكرامة (La Dignité) une petite annonce pour embaucher une bonne saoudienne “anglophone et bien éduquée”. Mais, en général, la nouvelle, comme le révèlent les commentaires accompagnant cet article en anglais, a surtout provoqué consternation et fureur. Moins à cause des salaires proposés, pourtant assez médiocres (800 rials, à peine 200 dollars) que pour défendre l’honneur national menacé par le sort probable de nombre de ces jeunes filles envoyées sans protection familiale derrière ces murs où elles auraient à travailler de jour comme de nuit…

Pourtant – heureusement oserait-on dire -, la sexualité hors mariage n’a pas nécessairement pour seul exutoire le secret des foyers domestiques. Les hôtels de luxe servent de lieu de rencontre pour la prostitution de haut vol. En Syrie, où l’on est moins hypocrite qu’ailleurs apparemment, la presse parle ouvertement de “prostitution 5 étoiles” (دعارة خمس نجوم في سورية). La clientèle moins fortunée trouve son plaisir ailleurs, notamment dans les salons de massage qui offrent des soins spéciaux même si la législation, souvent récente d’ailleurs, impose désormais une sévère séparation des sexes.

A Dubaï, l’année dernière, ce sont quelque 35 salons qui ont été sanctionnés pour avoir contrevenu à la loi faute, ont affirmé les gérants, de professionnels masculins en nombre suffisant ! La situation est pire encore en Jordanie où la presse parle de 45 établissements fermés dans le “Grand Amman” pour les seuls cinq premiers mois de l’année 2007 !

Et dans ce secteur d’activité également, la concurrence entre main-d’oeuvre étrangère et domestique est sévère. On parle de plus en plus de professionnelles chinoises entrées dans le monde arabe avec de simples visas touristiques… Leur présence dans la région mettra-t-elle en péril les quelque 35 000 Marocaines qui, à en croire Hespress (une publication électronique marocaine en arabe dont est tirée l’illustration de ce billet), exercent pour la plupart leurs talents “d’artiste” dans les clubs jordaniens ?

Cela paraît peu vraisemblable tant le Maroc, dont nos médias vantent le décollage économique à l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy, est un pays qui, même face à la compétition chinoise, reste très compétitif dans ce domaine. Selon une étude réalisée en 2005 par l’Unicef (citée dans un article en arabe d’Al-Arabeyya), 800 000 enfants – sur une population totale de 30 millions d’habitants – ne fréquentent pas l’école et 600 000 d’entre eux, entre 7 et 14 ans, travaillent. Même si le gouvernement marocain vient (enfin) d’adopter une législation réglementant le travail domestique, c’est bien le terreau sur lequel prospère le négoce des petites bonnes dont le savoir-faire et le dévouement sont tellement appréciés dans les autres pays arabes, plus favorisés économiquement.

Au point de faire dans nombre de pays arabes – voir par exemple cet article sur le site Elaph – du qualificatif de “marocaine” un synonyme de “prostituée”. Juste retour des choses : dans le jargon professionnel de la prostitution maghrébine, un “saoudien”, selon M.-E. Handman et J. Mossuz-Lavau (La prostitution à Paris, 2005), c’est un “client” !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Egypte, Emirats, Golfe, Jordanie, Maroc, sexualité, Syrie

5 commentaires pour “ Bonnes à tout faire dans le monde arabe (2/2) : étrangères et domestiques ”

  1. Lio le 31 octobre 2007 à 23:12

    Merci pour cet article.

    J’attendais en fait depuis un certain temps la deuxième partie avant d’émettre un commentaire personnel.

    Les faits que vous décrivez reflètent une réalité bien connue depuis des années dans le monde arabe (et souvent dénoncée par des observateurs issus de la région).

    Cependant (puisque le “mais” était attendu dès le début de ce message), je voudrais vous interpeler sur une observation que vous faites dans la première partie à propos de la Syrie.

    Il se trouve que, bien qu’étant français, je connaisse assez bien la Syrie pour y vivre régulièrement depuis plus d’une décennie déjà.

    En tant qu’observateur, je peux témoigner que ce nouveau comportement (celui de prendre une femme de ménage d’origine étrangère – que ce soit à Damas ou à Alep) est ultra-majoritairement le fait des classes privilégiées. C’est pourquoi quand vous dites que : “y compris dans les familles très ‘ordinaires’ voire modestes”, c’est peut-être jouer avec les mots (mais vous précisez bien “où l’on considère maintenant”, ce qui ne signifie pas que cela se traduise dans les faits) et c’est donner l’impression que cela se généralise dans tous les milieux (ce qui est faux).

    Ce que je trouve surtout assez criticable, dans votre article, c’est de passer sous silence, à propos de la Syrie, l’impact qu’ont eu ces dernières années d’abord le retrait (affiché mais aussi vécu par des milliers de Syriens de pauvres conditions) du Liban, et ensuite l’arrivée de presque un million d’Irakiens dans le pays.

    Tout ceci pour dire que la Syrie a changé de visage depuis trois ans (et pas seulement à cause du nouveau régime de Bachar El-Assad). Une nouvelle classe de “nouveaux riches”, issue du Liban et de l’Irak, et encouragée par une politique très libérale du point de vue économique, est effectivement en train de transformer la société syrienne de façon malheureusement irrémédiable, je le crains.

    Merci encore à vous, pour votre travail que j’essaie de suivre de près (ma formation universitaire s’est déroulée à Lyon 2).

  2. YGQ le 1 novembre 2007 à 0:04

    Et oui, il faut attendre une semaine ! Mais c’est le rythme que je me suis fixé et cela fait assez comme ça ! Merci pour vos commentaire, Lio. Je crois que vous avez raison pour vos remarques quant à la présence des “bonnes” (quel mot affreux !) C’est peut-être parce que je juge trop par rapport à une certaine bourgeoisie affairiste de Damas, et trop aussi par rapport à une “vieile” Syrie que j’ai connu dans un naguère qui me paraît désormais jadis… Et vous avez raison de dire aussi que la Syrie accueille des centaines de milliers de réfugiés irakiens, sans que personne ou presque veuille bien le noter… Mais là, je ne peux pas tout dire dans mes petits billets, qui sont souent trop longs, comme cette réponse !

  3. Guettar issam le 4 novembre 2007 à 2:50

    Merci à vous d’avoir soulevé cette la question des « bonnes » dans le moyen-orient ; néanmoins le fait de généraliser ses pratiques dans cette région, serait un peu exagéré, en sachant que les sociétés en question connaissent aujourd’hui un flagrant écart entre ses couches, autrement dit c’est une pratique propre à un milieu bien précis, celui des familles aisées. Alors la relativité devrait être respecté dans ses sujets -à mes yeux-.
    Dans l’attente de votre prochain article je vous souhaite une excellente continuation.

  4. Chahid le 6 novembre 2007 à 20:59

    Bonjour
    1- ne pensez-vous pas que citer la nationalité marocaine des intéressées est stigmatisant ?!
    2- savez-vous que l’association en question est probablement fictive et donc le portrait de la jeune femme que vous publiez sans vérifier, est une diffamation par quelques adolescents qui sévissent sur le web et mettent les portraits de leurs ami(e)s et personnes honnêtes dans de tels sites pour les scandaliser ?!
    Amicalement

  5. Zee le 18 février 2008 à 12:21

    J’ai lu votre article avec intérêt.

    Je suis marocaine et il y a quelques mois j’étais en Arabie Saoudite pour un pèlerinage en famille. Nous étions sans cesse taillés en pièce du regard dès qu’ils nous entendaient parler marocain ou français et les saoudiennes, si elles le pouvaient, aurait bousculé, juste pour la forme l’une d’entre nous.

    C’était inquiétant et je ne comprenais pas pourquoi ils s’en prenaient systématiquement à nous et qui plus est sur un lieu saint.

    C’est par la suite, que des amis saoudiens nous ont expliqué de cette façon : “Une saoudienne a forcément déjà eu une histoire avec une marocaine qui lui aurait pris un mari, un frère, un fils”.

    Dans cette optique là, réalisant que la diaspora marocaine n’a pas été qu’ouvrière, j’ai fini par accepter ce “mauvais regard” qu’ils portaient sur nous.

    Après tout, chez nous au Maroc dans l’inconscient collectif, un saoudien est-il autre chose qu’un “gros porc qui fait la sortie des lycées”?


Carnets de recherche