Quand une fatwa défend le droit des femmes...

9 décembre 2007
Par

Page d'accueil du site de Mohammad Hussein Fadlallah

… bien peu de médias occidentaux s’y intéressent ! Et pourtant, à l’occasion de la "Journée mondiale de lutte contre les violences à l’encontre des femmes", une des plus grandes autorités religieuses chiites, cheikh Mohammad Hussein Fadlallah, a donné un "avis juridique" qui fait grand bruit dans l’ensemble du monde arabe.

Le quotidien Al-Quds al-‘arabi raconte ainsi qu’en Jordanie, comme ailleurs dans la région, la journée de prière de vendredi dernier a été l’occasion pour les hommes de religion de poursuivre à travers leurs prêches un débat très largement ouvert sur les sites internet et durant les émissions religieuses de bien des chaînes satellitaires.

Il faut dire que cette fatwa du 25 novembre dernier mérite d’être qualifiée, comme le fait le site libanais iloubnan, "d’avant-gardiste". Cheikh Fadlallah affirme en effet que "la femme peut répondre à la violence physique de l’homme contre elle par une même violence, dans le cadre de l’autodéfense".

Partant du principe, assez consensuel, que l’islam réprouve toute violence exercée par un homme contre sa femme, le religieux libanais prolonge le raisonnement dans une direction bien plus polémique en disant que cette dernière, en l’absence d’autre recours, a le droit de répondre à la violence de son mari… par la violence.

Cet avis a rapidement été interprété dans nombre de médias arabes comme "le droit de la femme à frapper son mari et à quitter son lit" (مرجع شيعي بارز يفتي بحق المرأة ضرب زوجها وهجر فراشه : voir sur le site de la chaîne Al-‘arabiya cet article qui, en l’espace d’une semaine, aura tout de même incité près de 400 internautes à laisser un commentaire).

Tandis que des organisations féminines, au Liban par exemple selon le site Al-afaaq, soulignaient l’importance de ce point de vue dans lequel elles ont vu un appel à cesser "de se cacher derrière la religion" (الكف عن التستر خلف الدين) pour justifier la violence masculine, cette déclaration, venant d’un religieux chiite qui n’en est pas à sa première prise de position en faveur de l’émancipation des femmes, a naturellement suscité nombre de réactions dans le monde sunnite.

En Arabie saoudite, un membre du Conseil de légisprudence islamique (مجمع الفقه الاسلامي) considère qu’une violence physique raisonnable - de la part du mari bien entendu ! - dans un but pédagogico-punitif (تأديبي), reste acceptable (voir cet article sur le site al-moheet).

Refus énergique de l’avis de cheikh Fadlallah par les oulémas d’Al-Azhar également, mais sur la base d’une argumentation un peu tortueuse, en vertu de laquelle la femme ne doit pas user d’une violence que l’islam réprouve et qu’elle doit donc avoir recours à sa propre famille en cas d’agression physique notamment.

Tout en se gardant bien d’entrer dans le détail de la casuistique musulmane, on peut tout de même s’étonner de constater que les médias occidentaux ignorent totalement un débat qui passionne tellement cette fameuse "rue arabe" dont on aime si souvent dénoncer les travers !

Il est vrai que la fatwa de Fadlallah, réputé très proche du Hezbollah, cadre assez mal les certitudes qu'on aimerait tant nous faire partager à propos d’un islam aussi monolithique que rétrograde. Il faut le redire : il n'y a pas un islam éternel et inamovible, fondamentalement opposé à "nos" valeurs.

A côté de des muftis délirants et complaisants vis-à-vis du pouvoir politique (voir ce précédent billet) qui représentent un des visages de l'islam contemporain, il y en a d'autres - mais encore faudrait-il en parler... - qui, comme l'explique en substance le même Fadlallah dans une mise au point ultérieure, se réjouissent de la confrontation de multiples points de vue à propos d'une question de société aussi importante.


Texte français de la fatwa sur le site de Fadlallah.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Liban, médias, sexualité, société

10 commentaires pour “ Quand une fatwa défend le droit des femmes... ”

  1. slim le 11 décembre 2007 à 0:01

    je n'aurais jamais soupçonné qu'un occidental puisse comprendre la mentalité arabe au point de considérer que la violence en réponse à la violence est une évolution. donc acceptable. chapeau.

  2. YGQ le 11 décembre 2007 à 8:53

    Yâ Slim,
    Merci de cette appréciation mais arrêtons tous avec ces histoires d'Ocidentaux et d'Arabes ! Les frontières ne passent pas là ! Aucune origine, culture, religion ne résiste au plaisir de comprendre et de partager, dans tous les sens.

  3. Anonymous le 12 décembre 2007 à 18:01

    cheikh faldallah a toujours éte un sage c est a dire quel q un d ouvertd esprtit. je vous recommande la lecture de son interview qu on peut trouver sur le site centre de recherche sur le terrorisme depuis le 11 sept. ce site est anime par mr desmarest un ancien affreux d afrique ex memebre du front national. en dehors de son parti pris anti communiste et le coté nationaliste vieille france ce site est bourré d info de 1er main.

  4. Cobab le 12 décembre 2007 à 18:58

    Certains, au lieu de persifler, feraient mieux d'aller voir le texte de la déclaration, qui est loin de se limiter à la légitime défense de la femme (qui n'arrive qu'au septième point).

  5. YGQ le 13 décembre 2007 à 8:18

    Certes, mais tant mieux si ce billet vous a donné l'occasion de le rappeler !

  6. sans blague le 13 décembre 2007 à 15:51

    Mais quel avant-gardiste! Cet homme est un visionnaire! Les musulmans batteurs de femmes doivent en trembler dans leur djellabah, maintenant les femmes pourront essayer de les giffler quand ces rétrogrades les immoleront, vitrioleront, lapideront ou autres joyeuseté du "saint" coran. C'est beau la modernité made in islam!

  7. YGQ le 13 décembre 2007 à 17:20

    Statistiquement, plus d'une femme meurt en France par jour de vilences conjugales... Ca doit être l'islam.
    http://www.oulala.net/Portail/IMG/_article_PDF/article_1518.pdf

  8. info le 16 janvier 2008 à 15:38

    En Anglais, si vous aimeriez lire l'analyse de la Fatwa:
    http://www.politicalislam.org/Articles/PI%20525%20-%20Fadlallah-s%20fatwa.pdf

  9. Jalal - réponse à Sans blague le 5 février 2008 à 14:55

    D'abord, je remercie ygg de rappeler que "plus d'une femme meurt en France par jour de violences conjugales". Et à moins que je sache ceci ne se fait pas au nom de l'Islam.
    En ce qui concerne cette fatwa (je vous rappel que fatwa veut dire avis religieux, et qui dit avis dit une opinion qui n’engage personne) je ne suis pas d'accord avec le Cheikh, car il ne faut pas répondre à la violence par la violence. Battre sa femme est un crime abominable, il faut l'interdire par tous les moyens : juridiques, éducatifs ...
    Le vrai Islam incite à respecter la femme, et oui M. (ou Mme.) sans blague. Je vous rappel que le divorce existe en Islam depuis le VIème siècle, l'héritage pour les femmes, le droit de participer à la chose politique à travers "al-bayaa" (une sorte d'un pacte politique entre peuple et gouverneur", etc. ... Mais, il faut mettre tout cela dans son contexte historique : avant l’islam la femme dans la société arabe - qui a été tribale - n’existait pas, elle est reliée au second degré, l’Islam a essayer de l’élever au même degrés que l’homme (et vous savez ce qui se passer pendant ce temps en Europe, rien c’était moyen âge); sauf dans le monde musulman –qui a atteint un grand degrés de développement culturel et scientifique (il faut lire l’Histoire) - au lieu de progresser plus et d'aller au sens tracé par le prophète de l'Islam et les philosophes musulmans (comme Averroès, Al-kindi, Achatibi et autres) les musulmans depuis ont régresser et les traditions tribales préislamique de al-jahiliya (l’âge de l’ignorance) ont pris place au progrès, et voilà les résultats.
    Moi, je suis un musulman laïque, qui trouve qu’il y a pas de contradiction entre croire en Dieu et croire en l’Homme, il suffit d’utiliser la Raison et relativiser sans éliminer personne.

  10. Salim le 2 juillet 2008 à 8:59

    Il y a des situations désespérées où la femme n'a aucun recours immédiat pour échapper à la violence. Certaines en meurent... C'est de l'auto-défense dont il est question ici! La fatwa (avis religieux) est précise sur ce point: la femme a le droit d'user aussi de violence en dernier recours et en cas d'auto-défense.

    Cette fatwa est importante car, qu'on soit pour ou rien n'y changera rien, la religion et ses règles encadrent la vie des croyants. Il est donc important qu'une justification religieuse soit aussi donnée à ce droit à l'auto-défense.


Carnets de recherche