Al-Jazeera au Maghreb : vraiment « du Golfe à l’Océan » ?

10 novembre 2010
Par

La presse internationale fait état ce matin de victimes lors de l’assaut des forces de police marocaines contre un camp de réfugiés sahraouis à Lâayoune (Al-Ayoun العيون), ville au sud du Maroc, juste à la limite du territoire « rendu » par les Espagnols en 1976. De moins en moins diversifiée, notamment depuis la fermeture récente, suite à l’assèchement de ses ressources publicitaires, du regretté Nichane (article du Guardian et ancien billet sur cet hebdomadaire), la presse locale ne donnera sans doute de ces événements que la version officielle. Mais, à la différence de bien des citoyens arabes qui veulent se tenir au courant de ce qui se passe chez eux, Les Marocains qui voudront en savoir davantage n’auront pas la possibilité de se tourner vers Al-Jazeera.

En effet, le 29 octobre dernier (et sans que cela ait suscité beaucoup de commentaires en France où l’on sait pourtant se montrer très attentif à la liberté d’expression dans certains cas), les autorités du Maroc ont décidé de « geler » (تعليق) les activités du bureau de la chaîne qatarie. Elles lui reprochent en particulier un traitement de l’information qui « nuit aux intérêts supérieurs du pays, à commencer par la question de l’intégrité territoriale » (périphrase qui désigne bien entendu la question sahraouie).

A vrai dire, la crise ne date pas d’hier et son dénouement était plus que prévu comme le rappelle Rachid Cherriet ( رشيد شريت : article en arabe dans Al-Quds al-arabi). En mai 2008, il y avait déjà eu l’arrêt du bulletin d’information sur le Maghreb, suivi d’une procédure judiciaire à l’encontre de son rédacteur en chef, remplacé quelque temps après par un autre journaliste de la chaîne, mais de nationalité palestinienne, histoire peut-être d’échapper un peu aux pressions locales. Peine perdue puisqu’il devait perdre son accréditation ainsi que la quasi-totalité des correspondants d’Al-Jazeera sur place, de toute manière contraints de se limiter à ne travailler que depuis la seule capitale marocaine !…

A leur décharge, il faut tout de même remarquer que les autorités marocaines ne font qu’imiter ce qui se pratique dans les autres pays arabes, et notamment au Maghreb. En Algérie, où l’on n’avait pas apprécié – ce qui peut se comprendre – qu’un discours du président Bouteflika soit coupé pour faire entendre celui du président des USA (!) –, les bureaux d’Al-Jazeera sont « gelés » depuis 2004, à la suite d’une émission qui donnait trop la parole aux forces d’opposition religieuse. Trois ans plus tard, la mise en ligne, sur le site de la chaîne, d’un sondage à la formulation particulièrement malheureuse à propos des opérations d’« Al-Qaïda Maghreb », compliquait encore une situation qui aurait trouvé son dénouement, selon Menas, un site d’information anglais, à la suite d’une assez peu glorieuse transaction entre les Qataris et le président algérien (sur le mode « réserve de chasse », au sens propre du terme, pour quelques notables du Golfe contre tranquillité médiatique pour les autorités politiques : voir cet article en arabe dans Al-Akhbar).

La situation est bien entendue identique en Tunisie, où la chasse à la liberté d’expression est toujours de saison. A ceci près que les Tunisiens ont jugé nécessaire de rappeler leur ambassadeur à Doha en 2006 pour protester, cette fois encore, contre l’expression d’un opposant sur les ondes de la chaîne qatarie, et que le site d’Al-Jazeera, de très loin le plus fréquenté dans le monde arabe pour ce qui est des sites d’information, est inaccessible, comme bien d’autres il est vrai, depuis novembre 2009.

Si les téléspectateurs maghrébins peuvent bien capter Al-Jazeera, celle-ci n’est donc plus officiellement représentée qu’en Libye et en Mauritanie, pays où l’exercice de la presse est, là aussi, soumis à des principes assez stricts… Avec des journalistes ainsi privés d’accès à leur terrain, on comprend mieux que la principale chaîne d’information arabe soit moins performante. Mais en réalité, la situation est loin de concerner le seul Maghreb.  Le relatif désamour entre la célèbre chaîne d’information arabe et les téléspectateurs du sud de la Méditerranée a donc d’autres raisons.

Elles ne sont pas linguistiques, quoi qu’en disent certains, qui s’obstinent à croire qu’on ne comprend pas l’arabe au Maghreb, ou en tout cas pas l’arabe dit « classique ». En revanche, il est vrai qu’Al-Jazeera n’a pas le même pouvoir d’attraction dans une zone où de larges secteurs de la population sont traditionnellement branchés sur des chaînes étrangères, françaises bien entendu, mais aussi italiennes et espagnoles, voire berbères, mais celles-ci ne sont pas vraiment offensives sur le plan de l’information).

Dans ce vaste « bassin de clientèle » que couvrent les chaînes arabes du Golfe (arabo-persique) à l’Océan (atlantique), la situation des téléspectateurs du Maghreb est donc particulière. Ils sont évidement arabes, mais pas exactement comme les autres ; ils suivent avec passion les concours télévisés qui mettent en compétition des apprentis chanteurs et chanteuses venus de tous les pays de la région, mais se retrouvent également au sein d’une compétition spécifiquement maghrébine (voir ce précédent billet) ; ils écoutent bien entendu Al-Jazeera, mais peuvent apparemment endurer plus facilement que d’autres d’en être privés.

S’il est vrai que les grands médias transnationaux ont bien un effet fédérateur en unissant les publics arabophones autour des mêmes vedettes, des mêmes débats et des mêmes images, on constate aussi que leur couverture n’est pas aussi solidement tissée partout. Dès lors, on est amené à poser l’hypothèse inverse en se demandant si la domination de la chaîne panarabe par excellence ne contribue pas, paradoxalement, à éloigner le Maghreb du reste du monde arabe à partir du moment où ‘elle se tient – où on la  maintient -  à distance trop grande des spectateurs du Maghreb.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Maghreb, Maroc, Qatar, télévision

12 commentaires pour “ Al-Jazeera au Maghreb : vraiment « du Golfe à l’Océan » ? ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Hypothèses billets, Benjamin Geer. Benjamin Geer said: Al-Jazeera au Maghreb : vraiment « du Golfe à l’Océan » ? http://goo.gl/LdEx3 [...]

  2. z le 11 novembre 2010 à 12:43

    ça fait plaisir un article sur le maghreb. ça faisait longtemps!

    • Yves Gonzalez-Quijano le 11 novembre 2010 à 13:29

      Oui, mais j’ai quelques excuses : Outre le fait que je suis encore plus incompétent sur cette partie du monde arabe, il y a aussi le fait que les sources y sont plus disponibles dans la mesure où la presse, les blogueurs, etc. s’y expriment aussi en français… Du coup – et cela vaut pour tous les utilisateurs de CPA – je suis encore plus demandeur de corrections, suggestions, modifications, etc. A bientôt “z” !

  3. Lwahranya le 13 novembre 2010 à 6:13

    Le problème de cette chaine est qu’elle ne parle jamais du Qatar, le pays à partir duquel elle émet. On est donc tenté de penser qu’elle n’obéit pas qu’à un désir d’informer… Sur ce point, les chaines françaises sont bien meilleures. Aussi, il y a comme une distance qui se crée par rapport au sujet traité quand celui-ci concerne trop de pays à la fois. Le débat devient trop général est n’a plus l’encrage nécessaire pour que les invités aillent au bout de leur résonnement. Résultat, les débats sont trop souvent superficiels. Et l’absence de reportage réalisé sur place avant de lancer un débat n’aide pas à situer la problématique. Concernant la langue, je vous citerai Kamel Daoud, le chroniqueur vedette du journal algérien francophone “Le Quotidien d’Oran”, dans une MAGNIFIQUE chronique intitulée “identité meurtrière”. Il disait: “Je ne suis le Magrébin de personne ! J’ai détesté ce mot depuis l’enfance : il traîne une sorte de crépuscule permanent, face à un Orient trop vaniteux et à l’insolence démodée[...] je refuse absolument cette cartographie qui me condamne au bégaiement entre une arabité pure et une amazighité radicale. Je n’aime pas me voir sur les plateaux d’Al Jazeera et d’Al Arabiya cherchant mes mots comme un récitateur inhabile, regardé comme un infirme linguistique, décolonisé imparfait sur l’échelle de la pureté de la race et de la langue officielle…” Vous pouvez retrouver l’intégralité de la chronique ici: http://www.lequotidien-oran.com/?news=5126827&archive_date=2009-09-26. Si vous vous intéressez à l’arabité du Maghreb, ou à la perceprion que les nord-africains ont de cette arabité, voilà un débat qui vous intéressera à coup sur: http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=9505&postdays=0&postorder=asc&start=0
    Bonne journée

  4. Lwahranya le 13 novembre 2010 à 6:34

    Ah oui, j’oubliais de préciser en quoi la chronique de Daoud était en relation avec les causes linguistiques qui font que, comme vous le dites “les téléspectateurs su Maghreb…peuvent apparemment endurer plus facilement que d’autres d’en être privés.” Il y a toute une partie de la population en Algérie qui trouve ses idées représentées par une élite bien précise. Généralement francisante et “républicaine”, en opposition avec l’élite arabisante et islamiste. Et les intellectuels de ce bord comprennent l’arabe classique mais ne s’expriment pas correctement dans cette langue de l’écrit. Souven, ils bafouillent, se ridiculisent parfois et ça agace beaucoup le téléspectateur. C’est arrivé à Mohamed Arkoun, par exemple. Les gens appelaient l’émission et commencaient leur intervention en félicitant l’invité représentant l’opinion adverse pour son … éloquence. Résultat, le débat y perd dans le fond au profit de la forme. Et quand un opppsant algérien comme Said Saadi s’exprime sur Alhurra en arabe plus “local”, on perçoit un certain malaise du présentateur qui vraisemblablement, ne comprend pas tout ce que lui raconte son invité. Encore une fois, le débat perd sur le fond à cause de la forme. C’était juste une remarque pour dire que la question linguistique n’est pas à négliger dans ce cas précis.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 13 novembre 2010 à 7:12

      Merci pour ces longs et riches commentaires, sans oublier les liens que vous donnez. Pour ne rien vous cacher, j’ai beaucoup hésité à utiliser le mot “maghrébin”, que je n’aime guère moi aussi, mais pour des raisons hexagonales (à savoir les utilisations de ce qualificatif en France). Mais, pour ma génération au moins, “nord-africain” (on disait “noraf”), sonne au moins aussi mal, avec de forts relents coloniaux… Votre réception d’Al-Jazeera, lamanière dont vous en parlez, est très intéressante et également très différente de ce que d’autres Arabes pourraient dire et ressentir ailleurs. En bref, votre commentaire me conforte dans l’intuition à l’origine de ce blog : les processus unificateurs des médias panarabes, Al-Jazeera en tête, fonctionnent-ils à l’identique dans le cas des pays “à l’ouest du monde arabe” (voilà au moins une formule neutre, encore que certains pourraient râler sur “monde arabe” !), ou bien ne peut-on pas faire l’hypothèse que c’est plus complexe, voire même carrément tr’ès différent de ce qu’on imagine spontanément.

  5. Shamil le 13 novembre 2010 à 19:54

    Je pense qu’il faut toutefois se garder de tirer des conclusions trop hâtives.
    En effet, Al Jazeera reste tout de même un média très regardé au Maghreb (tout du moins au Maroc à ce que j’en sais) et qui reste infiniment plus crédible que les chaînes nationales (qui en général se contentent de montrer les “grandes réalisations” du gouvernement chérifien avec une subtilité comparable par certains points aux médias soviétiques en leur temps.)

    De plus Al Jazeera consacre une émission spéciale chaque soir à l’ “Occident arabe” (pas encore très satisfaisant comme dénomination je le reconnais :) ), (حصاد المغاربي) et actuellement, diffuse une série de reportages sur l’Union maghrébine. Donc on peut quand même reconnaître que la chaîne n’est pas coupée de son audience “arabe d’Occident” (ça devient compliqué…)

    Il est vrai qu’Al Jazeera ne parle pas du Qatar (on comprend aisément que l’ouverture d’esprit de l’émir a des limites…) mais ce n’est pas très gênant étant donné que l’émirat à un rôle assez modeste dans la politique régionale.

    Enfin, si les intellectuels “francophiles” du Maghreb s’humilient dans les plateaux des chaînes panarabes, ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes et à leur peu de goût pour l’étude de la langue arabe. Je trouve d’ailleurs assez choquant qu’un ministre,censé avoir un certain niveau d’études, au lieu de parler l’arabe “fus7a” (ou MSA, comme on veut)s’exprime en français, en darija voire en francarabe ! Il est donc assez futile d’y voir une particularité du Maghreb qui serait fondamentalement différent du reste du Monde Arabe ( ce que l’Histoire dément)mais il faut seulement y constater la médiocrité du personnel politique et pseudo-intellectuel et la persistance d’un colonialisme culturel.

    • Lwahranya le 13 novembre 2010 à 20:19

      “Je trouve d’ailleurs assez choquant qu’un ministre,censé avoir un certain niveau d’études, au lieu de parler l’arabe « fus7a » (ou MSA, comme on veut)s’exprime en français, en darija voire en francarabe ! Il est donc assez futile d’y voir une particularité du Maghreb qui serait fondamentalement différent du reste du Monde Arabe ( ce que l’Histoire dément)mais il faut seulement y constater la médiocrité du personnel politique et pseudo-intellectuel et la persistance d’un colonialisme culturel.”
      Vous semblez ignorer l’histoire de l’Algérie ! Savez vous que l’alternance codique a une très très longue histoire dans ce pays? Dès l’antiquité, nos ancetres mélangeaient le punique et le lybique, ces deux langues plus le latin et le grec, puis le berbère et l’arabe, et plus tard le turc, puis le français, l’arabe maghrébin et le berbère. Reconnaissez que c’est tout de meme une sacrée singularité par rapport au Machreq (je n’ai personnellement aucun problème avec les mots Maghreb, Machreq…).Le problème n’est pas la francophilie mais la situation économique et politique des pays du Maghreb où les gens ont besoin de maitriser le français s’ils veulent gravir l’échelle sociale et pas besoin d’apprendre l’arabe classique, qui ne sert qu’à écrire des lettres administratives. Et encore, il y a des écrivains publics pour ça!

      • Shamil le 13 novembre 2010 à 20:40

        “Le problème n’est pas la francophilie mais la situation économique et politique des pays du Maghreb où les gens ont besoin de maitriser le français s’ils veulent gravir l’échelle sociale et pas besoin d’apprendre l’arabe classique, qui ne sert qu’à écrire des lettres administratives” ===> c’est ce que j’entendais par “colonisation culturelle”, l’arabisation de l’enseignement (là encore je m’appuie sur l’exemple du Maroc mais ça ne doit guère être différent en Algérie) a été incomplète et pour ainsi dire baclée, le français restant la langue indispensable pour gravir les échelons de la société. Et en effet, il existe un lobby francophile qui s’oppose à l’arabisation de l’enseignement et de l’administration au Maroc (et sûrement en Algérie) et qui dispose de soutiens de poids en France.
        Enfin cette pluralité de langues utilisées et que vous justifiez (avec quelque raison) par des exemples historiques existe au Mashreq et en particulier au Liban ( Qui ne connais pas le “Bonjour ! Bonjourain!”?). Mais je ne crois pas que cela annule mon analyse. L’indépendance d’un pays se mesure également à l’usage de la langue : alors que l’arabe est la langue officielle des pays du Maghreb (et en usage depuis 1300 ans), les pseudo-élites utilisent le français tandis que le citoyen moyen, confronté à la déliquescence de l’enseignement public ne dispose plus d’une maîtrise suffisante ni en français ni en arabe, ce qui constitue à mon avis une des raisons du questionnement sur l’identité du Maghreb.
        Enfin arrêtons de penser que le Maghreb c’est la diversité (“on est des grecs,des phéniciens des vandales, des numides, des gétules, des maures, des chleuhs,et évenetuellemment un peu des arabes [en fait des arabisés comme le prouvent les tests génétiques qui nous rattachent aux suédois et aux germains] mais pas trop parce que ce n’est pas à la mode…”) tandis que le Mashreq serait un bloc monolithique (“les bédouins qui nous ont arabisé et qui nous ont détaché de la civilisation européenne”).
        Diverses civilisations se sont succédé au Mashreq, il n’en reste pas moins qu’ils sont à 100% des Arabes tout comme nous.

      • YGQ le 13 novembre 2010 à 21:14

        Bon, évitons de s’étriper sur la langue! Cela n’aura jamais de fin… Maghreb, pas de pb, cela va de soi, mais Maghrébin, en France, ça sent déjà trop souvent le poste de police !!! L’Occident arabe, et les Arabes occidentaux, c’est vrai que ce n’est pas follement pratique à utiliser… Merci en tout caés des réactions.

  6. salman le 15 novembre 2010 à 22:59

    Moi j’aime bien le mot maghreb cela veut dire ce que cela veut dire soit l’\occident\, l’occident qui est aussi \étrange\ comme sont souvent perçus les maghrébins au moyen-orient.
    Pour ce qui est d’être 100 % arabe cela me fait rire car à part quelques populations perdue du Najd, il y a peu d’arabes \purs\.
    Au M-O les populations sémitiques (arabes, arameens …) se sont tj mélangées entre elles (voir les royaume arabes de palmyre ou les nabateens)et avec leurs voisines (egyptiennes, ethiopiennes grecques et surtout persannes).
    Quant au population du maghreb, la liste des mélanges est trop longues. En fait c’est la culture et la langue qui font l’arabité (selon moi).
    L’\arabisation\ du maghreb est un fait irréversibles, le succès des stars orientales (kazim, haifa w et autres) en est la preuve flagrante et le maghrébin a un avantage, il comprend les dialectes orientaux (grace à ces émissions et chansons) ce qui n’est pas toujours réciproques.
    Le Maroc semble s’attaquer à tout ce qui n’est pas \purement\ Marocain, chasse aux chi’ites, aux chrétiens, aux salafistes enfin à tout ce qui ne semble pas dans la pure tradition marocaine.
    Un regain de nationalisme et donc de méfiance vis-à-vis de ce qui est étranger (tj la racine gh/r/b)

    • Shamil le 19 novembre 2010 à 22:37

      Pardon, si mon “100% arabe” a été interprété de façon quelque peu négative mais ça n’avait aucune connotation “ethnique”. Je partage tout à fait votre avis quant à l’arabité (d’où mon ironie quant aux tests génétiques).
      Quant à la réciprocité dans la compréhension des dialectes, le maghrébin comprend les dialectes du Mashreq tout simplement parce qu’il s’agit (pour l’instant) du centre de rayonnement culturel du monde arabe. Mais je remarque que quelques artistes du Mashreq commencent à interpréter des chansons en dialectal maghrébin (Nawwal Zoghbi, Ayman Zbib)tandis que les duos entre artistes du Mahsreq et du Maghreb se sont généralisés depuis une dizaine d’années (je m’éloigne du sujet mais je renvoie au billet “Les voix de la nation : chanson, arabité et caméléonisme linguistique”)


Carnets de recherche