L’Ifpo ouvre ses carnets !

15 novembre 2010
Par

Voilà la nouveauté annoncée il y a quelques semaines !

Pour compléter un dispositif de communication scientifique qui en font une des institutions pionnières dans le domaine des “humanités numériques” (voir le site Homo Numericus), en tout cas parmi celles qui se consacrent au monde arabe, l’IFPO vient de lancer ses “carnets de recherche”.

Le principe est le même que celui de ces billets : des spécialistes du monde arabe, en formation ou confirmés, livrent en ligne leurs réflexions, leurs analyses, leurs commentaires, leurs travaux en cours… Un prise de parole publique qui n’est pas sans responsabilités, ni sans risques, mais qui ouvre aussi à des échanges et des débats plus que jamais nécessaires, au temps de la communication numérique, pour la réflexion et la construction d’un savoir à propos d’une région du monde particulièrement soumise au “bombardement” des clichés et des informations biaisées.

L’auteur de ces lignes se réjouit de participer à un tel projet collectif, qui ouvre de nouveaux horizons (au sens propre du terme d’ailleurs !) après ces quatre années d’exercice en solitaire (pas totalement car la présence des lecteurs m’a toujours accompagnée). CPA ne disparaît pas pour autant, et continuera sa route, mais désormais dans une sorte de va-et-vient entre ce site et celui des Carnets de l’Ifpo que vous êtes invité(e)s à découvrir en cliquant ici.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

7 commentaires pour “ L’Ifpo ouvre ses carnets ! ”

  1. Marc le 15 novembre 2010 à 12:41

    De mon côté je rêve d’un billet de vous, ou d’un conseil bibliographique, sur l’économie et la surtout sur les réseaux de distribution du livre arabe (sur la chaîne du livre en somme).
    Je viens de lire le livre de Dounia Abourachid sur Shi’r (la revue), et on se rend compte qu’en fait elle n’était pratiquement pas lue, pas diffusée, ou peut-être par des réseaux informels dont on ne sait rien.
    Pour une revue censée être le creuset d’un renouveau des lettres arabes… si personne ne l’a lue… (et, d’ailleurs, maintenant que vous êtes à Damas, pourquoi ne pas monter un partenariat avec an annahar pour la mettre en ligne, et pareil avec al adab ?)

    C’est toute la chaîne du livre. Un livre ne sert strictement à rien si tiré à 1000 exemplaires il n’est vendu que dans les foires du livre. Les idées ne circulent pas ainsi. Comment les grands éditeurs libanais travaillent-ils à cet effet ? Avec quels capitaux provenant d’où ? Avec quels carnets d’adresses de quels libraires, quels transporteurs ?
    ça touche aussi à internet. Le livre ne mourra pas en occident où l’industrie fonctionne et rapporte. Mais dans le monde arabe où il circule si mal ?
    Et sans parler de substitution livre/net, internet aurait pu combler les béances de la chaîne du livre arabe : catalogues en ligne extraordinaires, vente par correspondance (je sais : problème de la poste dans beaucoup de pays arabes), librairies en lignes style amazon plus solides, mieux référencées, et moins chères en frais de port que ce qui existe maintenant). Et je n’ai pas l’impression que ce soit ce qui se passe : internet ne me semble pas voler au secours du livre arabe.
    Le livre n’est rien s’il n’est pas une économie, il devient presque inutile d’en parler. En terme de diffusion des idées, j’aurais presque l’impression que les journaux, qui circulent un peu, les cassettes audio, internet maintenant (mais il s’agit d’un média si différent que les contenus véhiculés ne peuvent pas être les mêmes) sont infiniment plus importants. Non ?
    A Beyrouth, j’avais entrevu des prémices de mise en place de premiers réseaux de diffusion structurés entre Beyrouth et Qatar, avec des entrepôts en… Allemagne. Il y a eu un congrès à ce sujet au Qatar en 2006 je crois, j’en ai perdu la trace sur le net. Mais cela se met en place au moment où l’autre réseau de diffusion, le net, monte en puissance, et je me demande bien ce qui sortira de ces montées en puissance concurrentes.
    Je ne trouve pas de lectures sur ce sujet. J’en trouve sur les auteurs, les éditeurs, les libraires un peu, les foires au livre, les lecteurs… mais pas sur la circulation économique des livres, donc des idées, des imaginaires, des rêves, des manières d’être, d’aimer et de détester.
    En avez-vous ?

    Marc

    • Yves Gonzalez-Quijano le 15 novembre 2010 à 13:42

      Carrément une commande, et à la veille de la fête du sacrifice en plus !!! Savez-vous que dans ma prime jeunesse de chercheur j’ai pas mal travaillé sur cette question (Les Gens du livre, CNRS éditions, épuisé mais on doit le trouver dans les bibs : je n’ai pas de fichier informatique, à l’époque, ça ne se faisait pas vraiment !!!) Je suis à 100% avec vos remarques sur le Net et le rôle qu’il devrait jouer dans la circulation de l’imprimé, idée que quelques-uns s’efforcent de faire passer aux décideurs (français, européens, arabes), en vain ! On préfère les prix prestigieux, et les traductions inutiles, introuvables, même sur place, 15 jours après leur sortie… Il m’est arrivé aussi de collaborer avec le projet Kitab fi jarîda, reprise arabe d’un projet sud-américain : en gros, publier sur un support que les gens lisent, le journal, de la littérature… Le projet s’est fait, mais écho très modeste… A cause du choix des textes ? Sans doute. Parce que c’était pas assez “intello” (trop populaire) pour les élites arabes ? Je le crois aussi. En tout cas il y a à creuser autour de la question, mais ce n’est pas un billet, c’est un livre !
      J’allais oublier : un lien qui peut vous intéresser : http://www.transeuropeennes.eu/fr/62/L_etat_des_lieux

  2. Marc le 15 novembre 2010 à 17:02

    Oui, une commande, et même plusieurs ! Vous sacrifierez plus tard !
    J’ai pas encore lu ‘gens du livre”. Je vais chercher mieux. Mais je suis pas à Paris, alors…

    Kitab fi jarida existe encore :
    http://www.kitabfijarida.com/

    C’est très utile : chaque mois un supplément de 32 pages, un petit livre glissé dans un journal, sur tel auteur soudanais ou yéménite inaccessible autrement, sur tel thème ou tel pays… Parfait pour les étudiants en arabe, et même pour les autres. Chaque numéro est téléchargable en PDF et illustré par un artiste arabe contemporain.

    M’autorisez-vous à vous envoyer un mail avec d’autres ‘commandes’ et choses entrevues dans le milieu de l’édition tout récemment ?

    Marc

    • Yves Gonzalez-Quijano le 15 novembre 2010 à 17:23

      Votre remarque sur KfiJ va exactement dans mon sens : “nous”, pour faire vite, on adore ! Dans le monde arabe, assez grand silence tout juste poli. Jene vous dis pas combien de fois j’ai posé la question : kfj, vous connaissez ? Pour entendre, “non”, “à oui, vaguement…” Tout ça après des décennies de diatribes sur “le livre plus important que le pain”, etc. Un peu désespérant !
      Sinon, cet endroit est public, une sorte d’agora en somme : alors, OK pour “la foire aux questions” (FAQ) à condition que ce ne soient pas des “Frequently asked questions”!

  3. Marc le 15 novembre 2010 à 18:28

    Okay.

    Mais je suis obligé de situer d’où je parle et c’est ce qui me gêne. Je faisais en beaucoup moins bien ce que fait Martine Gillet (que je salue si elle lit) en ce moment à Beyrouth juste avant elle. Nous avons un peu correspondu l’an dernier. Depuis j’ai réfléchi à mon travail et quand j’ai appris que vous étiez à l’ifpo, je suis devenu blanc, puis rouge, puis vert de rage et de jalousie à l’idée de toutes ces belles choses que vous allez faire.

    Pour revenir à ce que vous disiez du financement par la France (les Bureaux du livre) de traductions qui resteront en carton, on ne peut qu’être d’accord.
    Il vaudrait mieux investir cet argent dans la diffusion de ces mêmes œuvres via le net puisque cela semble le mieux (je crois pour ma part à une formule mixte : livre rematérialisable, comme vous faites à l’ifpo, téléchargeable et imrimable sous les presses égyptiennes, syriennes, irakiennes, yéménites ; les textes bruts sur le net, on ne les lit pas bien).

    Mais il y a un problème : quand vous financez comme là depuis 15 ans 3 livres par an et par éditeur, vous créez un système de clientélisme. Impossible, du jour au lendemain, de fermer le robinet. Impossible, et pas souhaitable d’ailleurs. Se couper de toute l’histoire, de toute le savoir-faire de l’édition arabe… Mais comment les aider à diffuser plutôt qu’à éditer ? Diffuser comment ? Aider à financer des sites d’éditeur conséquents avec des catalogues en béton, style site de l’IFPO ? Utiliser (je ne dis pas “créer”, car une plate-forme existe déjà… si Martine lit, elle comprendra de quoi je parle !) un site officiel français pour mettre à disposition des traductions labellisées, matérialisables dans une forme livre éditée (mise en forme je veux dire) grâce au savoir-faire des maisons d’édition arabes ?

    Chawki Alhamdani de kfj était toujours partant pour un numéro France il y a peu.
    Je me demandais effectivement comment c’était reçu dans le monde arabe. Parfois le livre, dans le monde arabe, on a le sentiment que ça sert à fait reluire les cv des ministres, des doyens d’université… Je ne sais pas où se passe l’essentiel du débat public, de la production d’idées. Dans la presse ? Je ne sais pas !

    Quand kfj m’avait proposé un numéro France, j’avais pensé à la chose suivante :
    demander à un philosophe de l’ifpo de choisir un court texte contemporain qu’il souhaiterait présenter au lectorat arabe ; demander la même chose à un anthropo, à un historien, à un politologue ; pour les poèmes, Yves Gonzalez-Quijano s’en chargerait, et François Burgat ferait les peintures. Les élèves d’arabe de l’ifpo auraient pour mission la mise en arabe : beau travail de traduction des concepts, gratifiant, laissant une trace de leur année à Damas. Vous auriez à peu de prix (une page chacun…) un moyen de mobiliser transversalement l’ifpo, et au beau du compte un panorama de la pensée française contemporaine… que personne ne lirait, mais bon !

  4. [...] This post was mentioned on Twitter by Odile Contat, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: L’Ifpo ouvre ses carnets ! http://bit.ly/919x4e [...]

  5. z le 16 novembre 2010 à 0:05

    un pongisme arabiste de ce niveau ferait pleurer francis !


Carnets de recherche