Révolution à Tunis : les leçons des médias

17 janvier 2011
Par

(Encore un "faux billet" puisque cette intervention concerne moins l'actualité arabe, et la chute du régime tunisien, que la manière dont elle est commentée en France....)

Il faudrait pouvoir se réjouir du fait que les médias français - à quelques exceptions près bien entendu mais si peu - ont enfin redécouvert le vrai visage de la Tunisie, après s'en être tenu à l'écart pendant deux bonnes décennies... Tout de même, après toutes ces années d'oubli et d'indifférence, cette débauche de commentaires où l'on chante désormais la maturité du peuple tunisien tout en lui prodiguant de généreux conseils  écœure un peu. Ce n'est pas parce qu'elle semble prendre tardivement la mesure des événements que la voix enfin audible du journalisme hexagonal fera oublier, outre Méditerranée, les propositions de l'ancienne puissance coloniale offrant aux Versaillais du peuple tunisien le savoir-faire de ses propres forces de sécurité  !

On a du mal à croire que tout l'appareil de la diplomatie française ait été victime d'une pareille cécité et on aimerait comprendre les motifs qui ont pu présider au choix d'une telle déclaration, si peu de temps avant la chute du régime... Sans doute, la ministre et ses conseillers étaient loin de mesurer le caractère d'urgence de la situation à la seule lecture de la presse française. Mais ils auraient pu lire la presse anglophone. Dès le 28 décembre par exemple, soit 10 jours après le début des protestations, deux semaines avant les propos de Mme Alliot-Marie et d'autres responsables politiques, un article de Brian Whitaker dans le Guardian prédisait à peu près que la chute du vieux dictateur était just a matter of time.

Au cas où le message ne serait pas passé, le journaliste enfonçait le clou à peine deux jours plus tard (le 30 décembre). Signalant le silence des médias occidentaux, mais aussi arabes (ces derniers, toutefois, commenceraient à se réveiller juste après), ce spécialiste du monde arabe - dont on a déjà parlé ici - émettait cet étonnant commentaire :
There have been complaints from bloggers about this silence but in a way it's refreshing not to have the likes of Fox News, Bernard Lewis and Glenn Beck telling us what should be done. In any case, the Tunisians – so far at least – seem to be getting on quite well with their uprising by themselves.
Foreign governments have been similarly quiet and, again, this is something of a blessing: too many activist movements in the region have been killed off by the wrong kind of support from the west.

Comment un journaliste aussi important (et clairvoyant) pouvait-il se réjouir ainsi de constater que les événements de Tunisie ne suscitaient pas davantage l'intérêt des grandes plumes de la presse internationale ? Constatant que les Tunisiens se débrouillaient très bien tout seuls, comment en arrivait-il à se féliciter de voir qu'ils ne "bénéficiaient" pas du soutien des gouvernements étrangers ?

La réponse se trouve peut-être dans les analyses de Sami Ben Gharbia à propos de la "liberté sur Internet made in USA". Dans ce texte (repris en français ssur le portail Rezo.net, mais on peut aussi lire la version anglaise ou encore arabe publiée par Al-Akhbar), ce militant tunisien, membre de l'équipe de Nawaat (mentionné dans le précédent billet) explique de manière très convaincante tous les dangers qui menacent "l'activisme arabe sur internet", dès lors que celui-ci reçoit l'intérêt trop intéressé des puissances étrangères, à commencer par l'américaine.

Ce que nous disent aussi Brian Whitaker et Sami Ben Gharbia, chacun à leur manière, c'est qu'une bonne partie des populations arabes partage désormais la conviction que les "démocraties occidentales", au regard de leurs pratiques, apparaissent de plus en plus comme les parfaits contre-exemples des valeurs qu'elles affirment incarner. A observer comment leur révolution a été comprise, suivie, soutenue, "dans-le-pays-qui-a-inventé-les-droits-de-l'homme", les Tunisiens et les Tunisiennes qui pensent ainsi sont aujourd'hui sans doute encore un peu plus nombreux.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : France, Tunisie

16 commentaires pour “ Révolution à Tunis : les leçons des médias ”

  1. Ali le 17 janvier 2011 à 5:42

    Merci pour ce "faux billet" qui ne manque pas d'une "vrai analyse"...

    Toutefois, je me permets d'être en désaccord avec la conclusion que vous tirez des articles de Brian Whitaker et Sami Ben Gharbia: "Ce que nous disent aussi Brian Whitaker et Sami Ben Gharbia, chacun à leur manière, c’est qu’une bonne partie des populations arabes partage désormais la conviction que les « démocraties occidentales », au regard de leurs pratiques, apparaissent de plus en plus comme les parfaits contre-exemples des valeurs qu’elles affirment incarner".

    Je pense que les auteurs ont une critique beaucoup moins caricaturale et un peu plus précise que celle que vous extrapolez. Whitaker et Ben Gharbia essayent avant tout de démontrer qu'aujourd'hui n'importe quel soutien des démocraties occidentales à un mouvement populaire dans le monde arabe constitue fondamentalement un "coup de pouce" à double tranchant. Un "coup de pouce" qui finira peu ou proue par se retourner contre le mouvement social en question. Cela vaut aussi pour un "coup de pouce" médiatique qui servirait supposément à donner un éclairage plus global à un mouvement populaire.

    Dans les faits, si les pays occidentaux apportent un soutien - ici on peut inclure un éclairage médiatique soit par l'intermédiaire d'une couverture journalistique, soit par la promotion active d'un buzz médiatique sur internet comme ce fût le cas durant les manifestations en Iran en 2009 - à un mouvement populaire dans le monde arabe, celui-ci court très rapidement un risque de se voir rapidement discréditer comme mouvement pro-occidental, pro-impérialiste, manipulé par les américains etc.

    Une fois labellisé ainsi le mouvement populaire s'avère plus facilement réprimable par le pouvoir en place. Ce dernier mettant alors en avant une justification de la répression en vertu d'une "supposée" volonté de l'Occident de venir déstabiliser le pays en apportant un soutien médiatique à ce mouvement populaire décrit comme manipulé par des "puissances extérieures".

    C'est exactement ce qui s'est passé en Iran, où les États-Unis faisant de la communication comme on fait des "autoroutes de l'information" n'ont finalement contribué qu'à donner l'impression qu'ils étaient, derrière le rideau, aux commandes de ce mouvement post-électoral de 2009. Dès lors, le régime iranien a pu tranquillement procéder à la répression, en labellisant le mouvement comme une "opération d'influence américaine" destinée à faire chuter le régime d'Ahmadinejad. C'est d'ailleurs sûrement à cet exemple que Whitaker fait écho lorsqu'il écrit : "Foreign governments have been similarly quiet and, again, this is something of a blessing: too many activist movements in the region have been killed off by the wrong kind of support from the west." D'ailleurs, il est très intéressant de constater c'est que ce schéma ne se limite pas seulement au monde arabe, mais a déjà malheureusement été répété en Moldavie ou en Géorgie...

    Du coup, il me semble que l'analyse de Sami Ben Gharbia sur l'activisme digital (qui est au passage très rafraîchissante...) rejoint sous bien des aspects les réflexions engagées par Evgeny Morozov sur ce qu'il nomme "the politics of attention". Voir notamment, "Tunisia Social Media and the Politics of Attention" (http://neteffect.foreignpolicy.com/posts/2011/01/14/tunisia_social_media_and_the_politics_of_attention). Depuis un petit moment, Evgeny Morozov met en garde les cyber-optimistes sur cette question de l'attention médiatique... L'idée n'est pas tant de questionner la pertinence de l'attention médiatique à un mouvement populaire, mais davantage de critiquer qui projette cette attention médiatique et avec quelle légitimité...

    Pour faire la révolution, c'est comme pour vivre heureux, il faut parfois savoir rester un petit peu caché du reste du monde...

    • cparabes le 17 janvier 2011 à 8:24

      Merci à mon tour de cette "vraie fausse réponse" qui s'avère une vraie analyse. Je vous suis totalement et apprécie que vous ayez trouvé le temps de prolonger et d'affiner mes remarques en de tels moments. Bonne chance aux Tunisiens !

  2. Eric Verdeil le 17 janvier 2011 à 10:47

    une chose étrange est le silence des médias français au sujet des câbles de wikileaks sur la Tunisie et en particulier sur les rumeurs évoquant le fait qu'un ambassadeur de France aurait reçu en cadeau une villa à Tunis de la part du régime. Le prix de la complaisance? En tout cas, ce n'est que ce WE que les médias français ont commencé à s'intéresser à ces câbles et à en publier des traductions...

    • Yves Gonzalez-Quijano le 17 janvier 2011 à 16:01

      Référence STP à cette histoire de cadeau si tu le peux. Très bon article d'Acrimed (comme toujours :-)) sur la couverture médiatique en France (voir commentaire ci-dessous). Ils rentrent dans les détails (eux !)et montrent quelques disparités, qui parfois dans le bon sens...

  3. [...] This post was mentioned on Twitter by Wilfrid Niobet and Patrick Peccatte. Patrick Peccatte said: Révolution à Tunis : les leçons des médias (Culture et politique arabes) http://cpa.hypotheses.org/2417 [...]

  4. zein abdelkafi le 17 janvier 2011 à 13:54

    Pour une fois, je vais signer avec mon nom complet et c'est un plaisir. Voici un article qui reprend votre analyse des médias sur cette révolution de manière très détaillée : http://www.acrimed.org/article3518.html.
    Soit dit en passant, je ne sais pas qui a nous a affublé de ce sobriquet de révolution de jasmin, mais la plupart des tunisiens trouvent ça très carte postale pour touristes de djerba et que ce jasmin il est plutôt tâché de sang. De plus, personne n'a eu l'idée de remarquer que la prise du pouvoir en 87 par notre ex dictateur s'appelle elle-aussi la révolution de jasmin.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 17 janvier 2011 à 16:03

      Bonjour à vous et aux amis tunisiens ! Alors il y a du jasmin, des jamins, et de jasmin... au choix presque ! Je ne savais pas qu'il y avait un précédent pour le jasmin, et cela ne fait que confirmer l'absence totale de mémoire de ce qu'on appelle l'information!... Amitiés et... courage !

      • ddr le 19 janvier 2011 à 19:26

        le nom "revolution des jasmins" c`est un nom donne par la presse occidentale..en Arabe Al Jazeera l`appelle deja` "intifada"..merci Yves pour ce billet non billet:)
        donatella

  5. Fabrice Epelboin le 17 janvier 2011 à 15:38

    "les « démocraties occidentales », au regard de leurs pratiques, apparaissent de plus en plus comme les parfaits contre-exemples des valeurs qu’elles affirment incarner"

    J'ai peur que Sami ait raison, Wikileaks nous l'a montré de son coté de façon étonnamment synchronisé (et totalement décorrellé)

    • Yves Gonzalez-Quijano le 17 janvier 2011 à 16:09

      J'en profite pour vous remercier de vos remarques courageuses et réflexions utiles (pour ceux qui ne l'ont pas lu : http://fr.readwriteweb.com/2011/01/16/a-la-une/ceci-nest-ni-une-wikileaksrvolution-ni-une-twitterrvolution-sidibouzid/) Les commentaires sont importants aussi (enfin, certains !)
      Le travail de Sami (Ben Gharbia) et de toute l'équipe Nawaat a été, bien avant les derniers événements, remarquable. Il faudrait plus de temps pour réfléchir à ces questions... Espérons d'autres Tunisie se lèveront ne serait-ce que pour qu'on puisse tester nos hypothèses (sans oublier qu'au-delà du virtuel il y a eu de vraies souffrances, de vraies drames, on ne les oublie pas).

      • Yves Gonzalez-Quijano le 17 janvier 2011 à 16:10

        J'allais oublier ! Pouvez-vous développer un peu votre remarque Wikileaks et synchronisation ? Je ne suis pas certain de comprendre.

  6. Pensez BiBi le 17 janvier 2011 à 15:46

    Vous vous demandez comment ?
    Mais l'Inconscient des Journalistes-laquais français est colonisé depuis longtemps par la Propaganda néo-libérale. Remettre en cause leur Implicite, c'est comme de demander à Serge Dassault de voter Front de gauche.

  7. GdeC le 18 janvier 2011 à 16:44

    L'appât du gain corrompt tout ce qu'il touche... #benaliconnaitpas

  8. GdeC le 18 janvier 2011 à 16:56

    @bibi : ah bon Serge vote pour le front de gauche ? :)

  9. [...] diplomatie française va devoir rapidement moduler sa rhétorique. YGQ dans son dernier papier sur Culture et politique arabes, explique « qu’une bonne partie des populations arabes partage désormais la [...]