Petite chronique d'une révolution égyptienne (et arabe ?) presque annoncée

9 février 2011
Par

En bas, lire "Follow Us on Tahrir" c'est de l'arabzi*

Plus parlantes que bien de longues analyses, ces "brèves", piochées dans la presse arabe de ce jour (mercredi 10). Elles en disent long sur l'état d'esprit qui règne au Caire, et même dans toute la région. La fin du système est proche : une partie des médias se rebelle, quelques-uns des plus fidèles soutiens se dérobent, et la population s'exprime. Pour commencer, la traduction intégrale d'un article d'Al-Quds al-'arabi.

L'actrice égyptienne Ghada Abdel-Razeq (غادة عبد الرازق) annonce qu'elle a rompu toutes ses relations avec le réalisateur Khaled Youssef (خالد يوسف) après une conversation durant laquelle elle lui a demandé de soutenir les efforts pour apaiser la « rue égyptienne ». Une chose que Khaled Youssef a apparemment refusé. La discussion a tourné à la dispute et le réalisateur a coupé court à la communication téléphonique.

Les protestataires [de la place Tahrir] ont empêché Lamiss Hadidi, la présentatrice de l'émission « Du cœur du Caire » sur la chaîne publique de pénétrer place Tahrir. Ils l'ont obligée à rebrousser chemin en accusant la télévision gouvernementale de trompert le peuple égyptien et d'augmenter le nombre des victimes en diffusant de fausses informations à propos de ceux qui organisent et qui participent aux manifestations.

Des journalistes égyptiens ont empêché Makram Muhammad Ahmad, le responsable du Syndicat des journalistes, d'entrer dans le bâtiment de l'Union des journalistes, pour participer aux funérailles symboliques d'un journaliste d'Al-Ahram tombé sous les balles des forces de sécurité. Ils l'ont forcé à s'en aller en criant : « Le peuple veut faire tomber les médias du régime ! » Une nouveauté parmi les nombreux slogans des manifestations d'hier [9 février] : en plus d'exiger le départ du Président, certains posent désormais des questions sur sa fortune et celle de sa famille sur le mode : « Dis-donc Moubarak, d'où qu'ils viennent tes 70 milliards ? »

Pour la première fois en 30 ans, la version internationale d'Al-Ahram sort avec [seulement] une petite photo du président Moubarak en page intérieure et aucune de sa femme ou de son fils Gamal. Le quotidien n'annonce les deux rencontres du Président avec des responsables de l'Etat que par un petit article à gauche sur la Une, laquelle est consacrée aux manifestations de la place Tahrir, avec notamment la présence parmi les manifestants d'Ousama El-Baz, l'ancien conseiller politique du Président.

Anas El-Fekki, le ministre de l'Information qui a interdit d'antenne Al-Jazzeera et qui a persécuté [ses journalistes], regarde la chaîne en cachette pour suivre les derniers développements. Un de ses proches a raconté qu'il s'enferme dans son bureau et qu'il éteint la télévision chaque fois qu'un employé ou un visiteur entre.

Venu place Tahrir avec un de ses amis, l'acteur Ahmad Hilmi (أحمد حلمي), le comédien Ahmad el-Saqa (أحمد السقا) s'est retrouvé dans une situation embarrassante lorsqu'il a été reconnu par des manifestants qui l'ont chassé en lui reprochant son soutien à Moubarak. Al-Saqa est connu pour être un ami personnel de gamal et Alaa Moubarak.

Quand à (Ahmad) Hilmi, serrant de près son épouse Mona Zaki, il a choisi de se joindre aux manifestants de la place Tahrir, sachant qu'il s'était montré assez critique du régime dans son dernier film. Alors qu'on lui avait volé son téléphone portable, celui-ci lui a été restitué par un des protestataires qui avait aperçu le voleur !

Très mauvais signe pour le régime, les stars du foot se mettent de la partie! Et quand on sait leur importance aux yeux d'une bonne partie de la population (voir ce billet)...

Il y a quelques mois encore, Alaa Sadek était encore chroniqueur sportif sur NileSat. Mais un jour il a accusé Habib al-Adly, le ministre de l'Intérieur récemment destitué, d'être responsable des avanies subies par des joueurs égyptiens lors d'un match contre une équipe tunisienne (les acteurs de la révolution arabe étaient déjà réunis !) Il vient de prendre publiquement position pour que Moubarak quitte le pouvoir sans attendre, tout comme Nader Al-Sayyed. En prime, ce dernier, un ancien gardien de but de l'équipe nationale qui travaille pour Al-Jazeera Sports, traite le patron de la Ligue de foot et l'entraîneur national de corrompus !

Rien n'est plus comme avant par conséquent dans le monde arabe... Un autre signe, dans un autre pays, mais qui dit de manière assez éloquente les accommodements qu'on s'efforce de trouver avec une réalité qui frappe à la porte, Facebook et YouTube sont désormais disponibles en Syrie (ils avaient disparu depuis 2007) : la preuve, selon le journal Al-Watan cité dans cet article, que l'Etat syrien ne craint aucune menace...

Et confirmation, s'il en était encore besoin, que les rats quittent le navire, Gaber Asfour, dont on parlait dans le précédent billet, démissionne de ses (toutes nouvelles) fonctions de ministre de la Culture "pour des raisons de santé" (source Al-Jazeera, mercredi, minuit) : faut-il seulement commenter ?!!!


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Egypte, Internet, médias, Syrie

8 commentaires pour “ Petite chronique d'une révolution égyptienne (et arabe ?) presque annoncée ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Samuel Wahl and Louise Desrenards, Mona. Mona said: Petite chronique d’une révolution presque annoncée – Culture et politique arabes http://bit.ly/f6v23S #Egypte [...]

  2. Yves Gonzalez-Quijano le 10 février 2011 à 9:18

    Un grand moment de tévévision : Tamer Hosny, grande vedette de la chanson, en pleurs après avoir été chassé de la place Tahrir aux cris de "Va-t-en retrouver papa Moubarak" ! La vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=z8MIJrDjrsA - et un article d'Al-Hayat qui en parle ce matin (jeudi) ici : http://international.daralhayat.com/internationalarticle/232757

  3. Lwahranya le 11 février 2011 à 14:18

    Je crois que chez moi, en Algérie, les appels à la révolte qui se multiplient divisent l'opinion. C'est 50-50. C'est la stabilité relative contre la peur de revenir en 1991. On verra comment la marche, qui a été interdite par les autorités, se déroulera demain 12 février.

  4. Lwahranya le 11 février 2011 à 18:00

    Heu ... je voulais dire "stabilité relative et peur d'un retour à la situation de 1991 contre manifestations, seul exutoire pour l'instant, puisque aucun nouveau parti politique n'a obtenu d'agrément depuis l'avènement de Bouteflika"

  5. Sosso le 12 février 2011 à 0:51

    un article sur la démission de Gaber Asfour http://www.dostor.org/culture/news/11/february/10/36099

  6. YGQ le 12 février 2011 à 18:02

    A lire Al-Jazeera, vos questionnements semblent avoir visé juste... Vous suggérez une bonne source, pour les utilisateurs de CPA, s'ils veulent se tenir informés via Internet de ce qui se passe chez vous ?

    • Sosso le 13 février 2011 à 3:11

      SI j'ai bien compris vous parlez de l'Algérie là. Personnellement je suis un peu ce qui se passe là-bas à travers RASD sur FB (c'est en arabe) la couverture qu'ils ont assuré pour la révolution égyptiennes était assez bonne (je trouve)
      http://www.facebook.com/RNN.News2


Carnets de recherche