Virginité et indignation artificielles

1 juin 2008
Par

En France nombre de "faiseurs d’opinion", à commencer dans le journal Libération, se sont emparés avec délices du jugement émis par le tribunal de Lille annulant un mariage en raison d'un différend sur une question de virginité.

Bien que ce soit rarement dit aussi crûment, il est évident que le principal "intérêt" de cette histoire réside dans le fait que l’homme et la femme concernés par cette décision de justice sont de religion musulmane. On en arrive à penser que saisir n’importe quel prétexte susceptible de nourrir la peur et le rejet impulsif de tout ce qui est arabe et/ou musulman est pour certains, non pas le fruit de la simple ignorance, mais bien le résultat d’une volonté délibérée de créer dans l’opinion des sentiments de détestation, pour ne pas dire de haine…

De même qu’il faut sans cesse rappeler que musulman et arabe ne sont pas des synonymes, il faut aussi marteler, encore et encore, qu’il n’y a pas un islam, figé dans une réalité inamovible quel que soit le lieu et le temps, mais des pratiques qui évoluent et se modifient, comme dans toutes les religions d’ailleurs. (Il suffit de penser aux positions des autorités chrétiennes, et des pratiquants, sur la question de la virginité.)

Les choses sont donc en constante évolution, dans un monde arabe bien plus proche de nous qu'on ne le croit, au contraire de ce qui est sans cesse répété. Si la virginité y conserve une grand part de sa valeur symbolique, elle est en train de perdre de sa "valeur réelle" car il y est désormais assez facile de "refaire" médicalement une virginité de plus en plus souvent "perdue" à l’occasion de relations sexuelles prémaritales.

C’est apparemment au Maroc que les prix sont les plus bas : environ 70 dollars (300 dinars). En Tunisie, l’opération – le plus souvent réalisée au laser – coûte davantage, 300 dollars à peu près. Aujourd'hui, dans bien des familles, la virginité de la jeune épousée est tout aussi symbolique pour les participants à la noce que peut l'être, dans ce rite social, le "blanc virginal" de la robe de mariée dans nos contrées.

Il reste que la virginité demeure sans aucun doute une "valeur" socialement très importante mais, comme le soulignent des sexologues et sociologues, au Maroc notamment, la possibilité d’obtenir une sorte de "virginité artificielle" (بكارة إصطناعية) ne peut qu’accélérer une évolution des mœurs, bien réelle déjà au regard du nombre de femmes qui ont déjà eu recours à cette opération.

Quant au rôle de l'islam, dont la presse française fait plus que suggérer qu'il est la principale cause de cette fixation des mâles arabes sur la virginité de leurs femmes, il est intéressant de constater que les autorités religieuses sont loin d'être unanimes sur la question. En fait, certaines d’entre elles défendent la "solution" chirurgicale qui, dans le contexte actuel des évolutions sociales, leur paraît un bienfait pour certaines femmes.

Mais si les choses sont à l'évidence plus compliquées, on a le droit de penser qu'il y a quelque chose de très "artificiel" à ce que la chirurgie soit, dans nombre de familles arabes, une "solution" à la question que pause la perte de la virginité à ce qu'elles croient être leur "honneur".

D'un autre côté, l'unanimité qui s'est faite à l'encontre de la décision du tribunal de Lille paraît, dans le contexte français, pour le moins... artificielle elle aussi !

Pour une réflexion, d'un point de juridique notamment, sur cette question, voir cet excellent billet paru dans Le journal d'un avocat.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : France, société

10 commentaires pour “ Virginité et indignation artificielles ”

  1. sanaa le 2 juin 2008 à 20:21

    J'ai une question: si l'appel est accordé, est-ce que le couple sera forcé de rester marié?

  2. YGQ le 2 juin 2008 à 22:04

    Alors là, il faut poser la question au rédacteur du "journal d'un avocat", ça dépasse mes compétences! Mais je profite de votre question pour rajouter un truc vis-à-vis de la Tunisie : dans ce pays, l'absence de virginité n'est pas nécessairement un cas de divorce, la décision est laissée à l'appréciation du juge. (Cela étant, s'il dit non, je me demande bien comment se passent les choses...)

  3. Sosso le 3 juin 2008 à 0:52

    je me fais violence et je regarde l'émission de France 2 sur la question. Je suis écoeuré du n'importe quoi les traditions de certaines régions deviennent pratiques religieuse on fait le procès de la justice du droit c'est la folie. On perd la tête en France on nous parle d'une affaire privée isolée et on oubli l'essentiel.
    pffffffff

  4. Anonymous le 4 juin 2008 à 1:40

    Excusez-moi, mais vous avez l'air de trouver normal que des femmes aient recours à la chirurgie afin de faire croire qu'elles sont vierges, histoire de préserver une tradition que je me permets de trouver particulièrement barbare. Au Maroc, aujourd'hui, si le drap est présenté après une nuit de noce, il est rarement déplié, signe que les choses progressent, en dépit de l'aptitude des chirurgiens à défendre l'honneurs bafoués des familles.

    Je trouve au contraire, sur ce coup-ci en tout cas, les médias particulièrement mesurés, rappelant à qui veut l'entendre que la situation était exactement la même en France il y a 50 ans.

    Hedayat

  5. YGQ le 4 juin 2008 à 7:11

    Bonjour Hedayat. Merci pour le commentaire : pas facile en quelques lignes d'être clair sur un sujet aussi tordu... Quant à la "modération" des médias, là je ne vous suis pas! Je passe sur les passe d'armes politiques de Mme Dati, mais, à lire les médias français, les "grands frères" sont un fléau social qu'il faut museler par la loi... Naturellement, les hommes non-arabes sont tous des anges !

  6. Anonymous le 4 juin 2008 à 14:11

    C'est justement Mme Dati qui accuse les socialistes et leur politique des "grands frères" d'être responsable de la situation (j'ai pas tout lu mais il est effectivement possible qu'une partie de la presse de droite lui emboîte le pas, mais c'est avant tout pour faire le procès de la "bonne conscience de gauche" qu'il si agréable de critiquer dans ces temps bénis de la réaction). Mes pas les médias et surtout pas Libé (sur ce coup-ci , je précise). J'insiste, j'ai rarement lu un tel effort de contextualisation par rapport à un problème qui dans d'autres circonstances aurait donné lieu à une véritable chasse à l'homme (barbu).

    La réaction de Mme Dati est d'ailleurs extrêmement intéressante, puisqu'elle a bénéficié elle-même des errances de la loi pour faire annuler son propre mariage (forcé?). Ce qui vaudrait un papier d'ailleurs, puisqu'il s'agit je crois d'un cas d'école dans l'histoire de l'immigration maghrébine en France où un responsable politique issu du Maghreb est confronté dans le cadre de ses fonctions à un "retour du culturel" (je ne sais encore comment expliciter la chose), "retour du culturel" instrumentalisé par son propre parti pour arriver au pouvoir. C'est très intéressant!

    Hedayat

  7. Anonymous le 4 juin 2008 à 16:35

    Et puisque vous semblez aimer la musique :
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/Hoba/video/x2od87_clip-hoba-hoba-spirit-blad-skizo_creation

    Et l'excellentissime édito de Benchemsi : http://www.telquel-online.com/326/edito_326.shtml

    Je ne vous embête plus...

    Hedayat

  8. YGQ le 4 juin 2008 à 19:03

    Merci Hedayat et peut-être à la semaine prochaine sur les festivals au Maroc ?

  9. HouariB le 7 juin 2008 à 16:36

    Houari B

    Je voudrais ajouter ce lien cité par l'excellent Nidal de Loubnan ya Loubnan. En effet il cite un jugement qui pour le coup démontre bien que l'émoi suscité par cette affaire n'est autre que le mot musulman.
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000007366078&fastReqId=1988820325&fastPos=8
    ps : merci pour vos articles

  10. Jean Paul le 18 octobre 2008 à 22:37

    Je trouve cette façon de présenter les choses pernicieuse, elle induit des considérations culturelle et religieuses au lieu de considération individuelles.
    Je pense qu'il vaut mieux que chacun refasse sa vie ailleurs, un homme qui aime une femme pour elle même ne lui reproche pas sa vie d' avant par rapport à ses fantasmes où ce que sa culture lui à dictée, l' amour est source d' invention et de nouveauté, de création ,on n' épouse pas une religion où une culture, on épouse une femme pour l' avenir et non le passé .
    Pour moi ce n' est pas un problème de virginité mais de liberté et d' amour


Carnets de recherche