Musiques alternatives (3) : Liban

29 juin 2008
Par

Citoyen mon frère ! Change-toi donc les idées en allant écouter Ziad [Rahbani] ce soir.
– Et s’il y a une explosion ? – Mieux vaut mourir en écoutant Ziad que vivre en regardant la Star’Ac !

Mission impossible que prétendre présenter ne serait-ce qu’un aperçu des scènes musicales alternatives au Liban ! Mais pour déblayer un peu le terrain, tout ce qui est "rap" est laissé de côté dans ce billet (en espérant y revenir par la suite). Heureusement, plusieurs producteurs (et distributeurs) locaux spécialisés dans ce type de musique ont bien mâché le travail !

Tony Sfeir, l’infatigable animateur d’un haut-lieu de la culture vivante à Beyrouth, la CD-thèque, s’est lancé il y a quelques mois seulement dans une nouvelle aventure : Incognito (إنكونيتو). L’idée consiste à mettre sur pied une sorte de réseau régional (essentiellement Liban, Egypte, Syrie et Jordanie pour le moment). Ces "œuvres culturelles alternatives", produites par des créateurs qui sont le produit de leur environnement culturel et qui, tout en s’enrichissant des expériences des artistes du monde entier, donnent un écho authentique des problèmes et des conditions sociales de leur région (traduction libre de la déclaration d’intention présentée sur le site).

Le site (malheureusement uniquement en anglais) proposera bientôt les achats en ligne. Cela vaut vraiment la peine de prendre le temps de le découvrir (vous y retrouverez la plupart des musiciens évoqués dans les billets précédents… et à venir !). On y trouve le meilleur des "nouvelles voix du Proche-Orient" (une bonne soixantaine de noms), ainsi que des DVD, des livres, des BD (Persepolis traduit en arabe).

Ce n’est pas la première initiative de ce type. Il faut également aller visiter le site de Forward Production, essentiellement dans le domaine musical mais également avec quelques DVD. A l’origine du projet, qui débute en mai 2001, la réalisatrice Carol Mansour et le musicien Ghazi Abdel Baki (غازي عبد الباقي). Le mot d’ordre de la maison : "indépendance", c’est-à-dire (glose du site en anglais là encore) ne pas avoir à se vendre, à vendre sa vie et son travail au profit d’une boîte de production commerciale.

Une petite dizaine de titres sont disponibles en téléchargement (payant) et le catalogue présente une quinzaine de titres, dont trois volumes intitulés World Music from Lebanon qui expriment bien le projet artistique de la maison : encourager les nouvelles tendances musicales où se mêlent différents courants culturels pour interagir avec le contexte local ; trouver un nouveau "dialecte" musical qui associe l’héritage arabe et les influences contemporaines…

Résolument expérimental, il y a encore Al-Maslakh (المسلخ - l’abattoir !) qui se définit lui-même comme un OVNI sur la scène artistique libanaise… En tant que maison de production, Al-Maslakh a une activité relativement réduite et limitée dans le temps (les débuts sont en 2005). Mais la "bande" est bien connue, depuis presque une dizaine d’années maintenant, pour organiser, chaque automne, Irtijal (ارتجال), sans aucun doute le festival d’improvisation le plus audacieux, musicalement parlant, de la région.

Enfin, un dernier nom, celui de Those Kids Must Choke, "un label libanais de musique expérimentale, un témoin de l’air du temps, d’une scène issue ou influencée par la lo-fi, le rock expérimental, les laboratoires électroniques de la musique improvisée libre" qui se donne pour mission d’être "une plate-forme sur laquelle la jeune scène peut s’appuyer pour travailler, collaborer avec des musiciens étrangers, archiver des essais, témoigner de l’activité sonore qui agite sourdement nos villes".

Dans la lignée des précédents billets, j’accorde une place spéciale au "Jazz Oriental" un concept qui, pour beaucoup, est étroitement associé à Beyrouth. Et cela à cause d’un artiste (il est loin d’être seulement musicien) qui incarne toute la vitalité de la création libanaise, le fils de Fairouz, Ziad Rahbani (زياد رحباني : son nom avait déjà été évoqué ici).

Il regrette bien aujourd’hui (voir cet entretien publié à l’origine dans Al-Safir) d’avoir contribué, au milieu des années 1980, à diffuser une expression qu’il récuse aujourd’hui en disant en substance qu’il est aussi ridicule de parler de "jazz oriental" que de jazz tchétchène ! Comme il l'explique, le jazz est, par définition, le produit d’un mélange de cultures, et c’est d’ailleurs pour cela que tout musicien a précisément le droit d’entrer dans cet univers, avec son propre bagage, ses propres références.

A côté de Ziad, qui a donné à Beyrouth un concert mémorable (à l'origine du dessin en haut de ce billet) en mai 2007 (un DVD a été produit, sous le titre Da Capo : pas facile à trouver apparemment ), on connaît bien en France, pour ceux qui s’intéressent à cette musique naturellement, les noms de Toufik Faroukh et plus récemment d’Ibrahim Maalouf. Mais il y en a d’autres, qui méritent une oreille curieuse : le pianiste (dans un style assez classique) Arthur Satyan auquel il est arrivé de jouer, à Amman, dans le très chic club Naï avec un autre grand nom de la scène "jazzorientale" (désolé Ziad !), Charbel Rouhana (maître du ‘oud contemporain aux aventures musicales multiples). Sans oublier Rima Kcheich, une chanteuse venue du monde de la musique orientale "classique" et qui s’offre régulièrement des parcours dans le monde du jazz (elle vient de sortir un CD intitulé Falak).


Moins jazzy tout en s’inscrivant dans le courant du répertoire oriental traditionnel modernisé, il y a naturellement Ziyad Sahhab (زياد سحاب) et son groupe Shahhadeen Ya Baladna (شحادين يا بلدنا – quelque chose comme "Et oui, et mendiants en plus ! Quel pays !"), qui a donné à Beyrouth il y a quelques semaines un concert très remarqué.

Pour des musiques plus expérimentales, c’est donc vers les organisateurs assez allumés du festival Irtijضl qu’il faut se tourner : Bechir Saade (qui tient également en anglais un blog aussi décapant que sa musique), Sharif Sehnaoui, Raed Yassin et Mazen Kerbaj, plus connu en France pour ses dessins (c’est l’un deux, fait à l'occasion d'un concert de Ziad Rahbani qui ouvre ce billet) que l’on peut retrouver ici également.

Pour acheter tout cela, rendez-vous Incognito à l'Abattoir (Al-Maslakh) pour aller de l'avant (Forward) !

Un petit plaisir trop court : un vrai tango chanté en arabe par Soumaya Baalbaki (son CD : Arabtango).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Liban, musique

Un commentaire pour “ Musiques alternatives (3) : Liban ”

  1. Yasmin le 2 juillet 2008 à 10:13

    Oh merci pour cette série d'articles!

    Je suis une francaise d'origine libanaise, à la recherche justement de musique orientale de qualité. Malheureusement, la Star'Ac a aussi atteint le Liban et le monde arabe...

    C'est ainsi que je suis tombée sur votre blog, que je visiterai régulièrement. J'interviens rarement, considérez chaque visite comme un encouragment :)

    Bonne continuation.


Carnets de recherche