Rap et "Bloc identitaire" : du travail d'Arabe !

14 mai 2012
Par

 

Rien ne va plus en France ! Un certain “Bloc identitaire” mobilise à Grenoble contre le “racisme anti-blanc” de Kerry James, un rappeur natif de la Guadeloupe que n'ont pas convaincu les propos de l'ex-président Nicolas Sarkozy sur la colonisation1. Ces militants qui cherchent à préserver nos « identités historiques et charnelles » semblent trouver leur inspiration au-delà des frontières, chez les Arabes en plus ! Au Maroc, où la justice est bien tenue, on vient de condamner un rappeur. Avec une belle constance car c'est la seconde fois que L7a9d (lire : al-Haqed الحاقد) subit un traitement que l'extrême droite française aimerait peut-être faire appliquer en France. Arrêté le 29 mars dernier, le jeune rappeur proche du mouvement du 20 février se voyait reprocher cette fois une vidéo mise en ligne sur YouTube (elle n'est plus disponible). Pour illustrer les paroles d'une de ses chansons, Les chiens de l’État (كلاب الدولة), on voyait une séquence où des policiers à tête d'âne maltraitaient un citoyen.

Suite à une plainte déposée par la Direction générale de la sûreté nationale, le tribunal a prononcé une peine d'un an de prison (ferme) et 90 euros d'amende pour « outrage à un officier public dans le cadre de ses fonctions et à un corps constitué ». « Un an ferme », cela paraît être le tarif en vigueur auprès des tribunaux du pays. Rachid Niny, ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Massae (المساء  : arabophone, la plus grande diffusion dans le pays), vient en effet d'être libéré il y a quelques semaines, après une année derrière les barreaux pour « atteinte à la sécurité du pays et des citoyens ». Était en cause cette fois une série d'éditoriaux (sous le titre « Voyons voir ! » شوف تشوف), qui s'intéressaient trop à la question de la corruption. Fidèle au principe de l'indépendance de la justice, le roi a préféré ne pas user de son droit de grâce en février dernier, afin que le condamné « fasse son temps », comme l'avait prévu la loi.

De telles condamnations doivent faire rêver les « identitaires » sur les rives de l'Isère... Hélas, même au Royaume enchanté du Maroc les choses évoluent, à cause de cette Constitution que le souverain marocain a proposé en référendum en juillet dernier, et qui prévoit expressément (article 92) une stricte séparation des pouvoirs. Ces jours derniers, quelque 1 800 juges, réunis au sein du Club des magistrats du Maroc (نادي قضاة المغرب ), une création du « printemps marocain » là encore, ont signé une pétition pour que soit acté le nouveau statut constitutionnel de la justice.

Ce n'est pas le nouveau ministre en charge de la loi marocaine qui les contredira. En dépit d'une promesse du parti Justice et développement (PJD, un parti dit « islamiste ») dont il est proche, il avait fait savoir avant le jugement du rappeur L7a9d qu'il n'interviendrait pas, au nom du sacro-saint principe de l'indépendance de la justice. On attend avec intérêt les positions du PJD sur les transformations constitutionnelles à venir...

La vidéo incriminée n'est donc plus en ligne, mais on peut encore écouter le titre ici. On y trouve les paroles en arabe marocain et je me joins à Ted Swedenburg pour réclamer une traduction (français, anglais ou espagnol, au choix!). L7a9ed (vous vous habituerez à cette écriture, couramment pratiquée par un hebdo comme TelQuel au Maroc par exemple) possède son site (en tout cas, il est à son nom, l'illustration vient de là).

  1. "La vérité, c'est qu'il n'y a pas eu beaucoup de puissances coloniales dans le monde qui aient tant œuvré pour la civilisation et le développement et si peu pour l'exploitation. On peut condamner le principe du système colonial et avoir l'honnêteté de reconnaître cela."
    Nicolas Sarkozy, 9 mars 2007, meeting de Caen
    . []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Maroc, musique

6 commentaires pour “ Rap et "Bloc identitaire" : du travail d'Arabe ! ”

  1. [...] background-position: 50% 0px ; background-color:#31596c; background-repeat : no-repeat; } cpa.hypotheses.org - Today, 10:48 [...]

  2. Karim Hammou le 17 mai 2012 à 10:58

    Beau coup de projecteur !

    Cependant, il n'y a pas qu'au Maroc que des rappeurs se voient condamner à de la prison ferme. NTM, en première instance, dans leur procès de 1996, avait écopé de trois mois de prison ferme plus six mois d'interdiction de chanter - jugement révisé en appel.
    Plus récemment, les procès contre des amateurs postant des vidéos artisanales sur Internet se sont multipliés. Si leur statut de "rappeur" peut (et devrait) faire débat, c'est à ce titre qu'ils sont condamnés, et notamment à de la prison ferme, comme dans le cas assez déroutant de ce groupe de Cavaillon (http://tinyurl.com/7dkzw8k)

    Par ailleurs, le groupuscule évoqué est loin d'en être à son coup d'essai, puisqu'ils ont fait explicitement du rap l'un de leur motif de combat prioritaire depuis le début des années 2000, avec un certain succès puisqu'on peut les considérer comme les inspirateurs directs de la criminalisation du genre menée tambour battant par l'UMP, et plus particulièrement Nicolas Sarkozy ou les députés de la droite populaire aspirant à un durcissement des lois sur ces questions, de "l'affaire Sniper" jusqu'à la pseudo-affaire "Abdul X" portée fièrement par Brice Hortefeux comme combat pioritaire de son ministère de l'époque en passant par la croisade du député Grosdidier.

    Pour l'anecdote, puisque c'est un détail, Kery James est d'origine haïtienne, et on peut voir le (beau) clip de la chanson qui lui vaut ce traitement de faveur ici : http://www.youtube.com/watch?v=gp3XZDK7Lw4

    • Yves Gonzalez-Quijano le 17 mai 2012 à 13:15

      Bien entendu, la visite s'impose chez le voisin de sur un son rap !

  3. Verse le 20 mai 2012 à 20:01

    Un peu de poésie s'il vous plait!

    • Yves Gonzalez-Quijano le 20 mai 2012 à 20:51

      Dans un monde de brutes ?!!!

  4. [...] dernière chanson de Kery James agite la toile. Une poignée d’extrémistes veulent la réduire au silence, c’est un premier signe qu’elle vise juste. D’autres auditeurs [...]


Carnets de recherche