Billet de rentrée : l’arabe et le diplomate

3 septembre 2012
Par

A travers les heurs et malheurs d’une des figures les plus médiatisée de ce que Daniel Reig appelait l’Homo orientaliste, en l’occurrence Boris Boillon, ancien ambassadeur de France à Tunis, Abu Ilyás, l’auteur du toujours intéressant blog Anis del moro, revient dans son dernier billet sur cette bien inconfortable position du locuteur français (européen ou occidental) s’exprimant – un peu, beaucoup, passionnément… – en arabe. Trop bruyamment saluée dès lors qu’elle émane d’un homme qui a étudié les sciences politiques avant de devenir ambassadeur, cette compétence est au contraire invisible voire méprisée dans d’autres contextes, celui de cette résidente colombienne au Maroc qu’il cite en exemple mais on pourrait y ajouter – beau thème d’enquête ! – celui de tous les domestiques asiatiques s’exprimant souvent en arabe, parfois excellent, sans que nul ne s’avise vraiment de les en féliciter !

Quel arabisant n’a jamais péché par vanité facile, pris entre des « locuteurs indigènes » trop facilement admiratifs de quelques rudiment d’arabe et des « pays » naïvement éblouis par l’apparente maîtrise d’une langue réputée inaccessible ? Soulignant les difficultés qu’entraîne ce contexte d’asymétrie linguistique dont il montre sans peine combien elle doit au contexte, Abu Ilyás en tire une leçon pédagogique : celle de la vertu de modestie. Si on le suit bien, le charme et la discrétion (el discreto encanto ?) dont fait preuve, à manier la langue arabe, François Gouyette, l’actuel ambassadeur à Tunis, pourrait bien s’avérer à l’usage, du seul point de vue linguistique naturellement, plus efficace que la rhétorique un peu m’as-tu-vu de son prédécesseur.

A l’un et l’autre et à bien de leurs collègues du Quai d’Orsay, on reconnaîtra néanmoins le mérite d’accorder toute son importance au truchement de la langue (de l’arabe turjuman, traducteur, interprète), une qualité qu’on voudrait retrouver chez nombre d’experts proclamés de la région ! Certes, la connaissance de la langue ne suffit pas à elle seule, mais c’est tout de même un bon début !

Bonne rentrée – scolaire, universitaire, académique et même diplomatique – à tous les arabisants !

A signaler, cet appel à contribution de l’AFDA (Association française des arabisants) sur le thème de L’enseignement de l’arabe vu de tous les points de vue


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : langue, Tunisie

9 commentaires pour “ Billet de rentrée : l’arabe et le diplomate ”

  1. Eric Verdeil le 4 septembre 2012 à 11:25

    merci de nous inviter à faire … de l’espagnol! Mais on y retrouve aussi Desnos, en français dans le texte. Vertus du plurilinguisme : http://anisdelmoro.blogspot.fr/2012/09/la-hormiga-de-desnos.html

  2. Abu Ilyás le 4 septembre 2012 à 17:23

    Merci de faire écho à mon billet, Yves.

    J’aurais dû aussi parler des diplomates arabisants espagnols, ne serait-ce que pour commencer par la poutre dans le propre œil, sauf que, s’il y en a vraiment (pas de « concours du cadre d’Orient » chez nous), j’ai été incapable de les repérer (ce qui n’est pas mal comme poutre, quand même). C’est pourquoi je me suis contenté de parler de nos arabisants tout court, dont la discrétion et la diplomatie sont telles que la plupart n’ose jamais s’exprimer en arabe…

    Bonne rentrée !

    • Yves Gonzalez-Quijano le 4 septembre 2012 à 22:12

      Merci à “Mr Rumor” d’avoir mis le lien vers Anis del moro, lien qu’une manipulation a stupidement fait disparaître ! (Il est rétabli).

  3. sosso le 5 septembre 2012 à 0:10

    Merci merci et merci !! Je vais devoir me mettre à l’espagnol pour suivre cet excellent blog .

  4. sosso le 5 septembre 2012 à 0:13

    Pour les diplomates arabisants je suis souvent en admiration devant les diplomates britanniques .

  5. hyb le 10 septembre 2012 à 19:52

    Choukran and gracias,
    Ce n’est pas l’usage de la langue arabe qui est à l’origine de l’échec de la mission du diplomate, c’est sa posture, son absence de dispositions pour le poste de Tunis – devenu au fil des ans et sans que le Quai s’en rende compte – très sensible.

    http://hybel.blogspot.fr/2011/02/le-nouveau-resident-de-france-en.html

    • Abu Ilyás le 11 septembre 2012 à 13:51

      يعيشك يا سي الهادي!‏

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, mais il faut quand même reconnaître que cet usage de la langue arabe était pour quelque chose dans l’« imposture » du diplomate, comme vous l’avez souligné d’ailleurs: « La manière est essentielle et en toutes circonstances »…

  6. Yves Gonzalez-Quijano le 12 septembre 2012 à 9:46

    “Dans sa vie, on a tous droit au rachat!”, une déclaration à méditer citée dans cet article assez méchant sur l’ancien ambassadeur : http://reflets.info/boris-bruce-boillon-la-fureur-qui-craint/

    • Abu Ilyás le 12 septembre 2012 à 13:29

      Qui dit rachat… dit رشوة?


Carnets de recherche