Arabités numériques (2/2) : le printemps du Web arabe

8 octobre 2012
Par

 

Dans les jours qui viennent (mercredi ?), votre libraire préféré devrait pouvoir vous proposer (contre 18 euros) cet ouvrage, parfaitement indispensable à tous ceux qui fréquentent ces chroniques ! (Si vous avez eu de l'intérêt à les parcourir, c'est une façon de me le signifier !) Voici la conclusion, pour vous donner envie de lire ce qui précède.

Produite par la figuration mentale de l’“être arabe”, l’af­firmation politique qui a surgi au temps de l’imprimé a lutté pour l’indépendance de son territoire, au prix d’une ten­sion jamais totalement résolue entre les limites de la grande nation et celles des États indépendants : unions avortées aussitôt que nées, regroupements régionaux minés par les conflits de voisinage, scissions internes suivies de brusques élans de solidarité… Un siècle d’histoire a créé des faits qui ne s’effaceront pas comme par magie. Cependant, les réseaux numériques – et c’est encore une des leçons du Printemps – font apparaître un autre monde arabe, à pro­prement parler “virtuel”, ou encore en puissance.

Son existence n’est pas déterminée par la seule géogra­phie. Espace fluide, il ne s’arrête pas aux barrières physiques et aux frontières. Il rassemble les “emmurés” palestiniens aussi bien que les émigrés des multiples diasporas. Quel que soit leur destin, les manifestations qui ont parcouru toute la région durant l’année 2011 ont révélé son exis­tence, et c’est en ce sens qu’on a pu parler à juste titre d’un “Printemps arabe” : les nouvelles techniques numériques informent un nouveau monde arabe qui ne se réduit pas à la seule affirmation politique. En négatif, on pourra dire que c’est une patrie de substitution, à l’image de ces critiques qu’on adresse à une jeunesse qui s’enferme dans ses réseaux sociaux pour échapper aux impasses de son présent. À l’op­posé, on affirmera que les soulèvements du monde arabe ont montré, en dépit des défaites électorales et des difficul­tés à mettre en place un nouvel ordre politique, l’espoir que portent en elles ces nouvelles arabités numériques.

Le pluriel s’impose en effet, d’abord parce qu’il s’agit de phénomènes en gestation, qui se rassemblent en une même dynamique régionale mais selon des formes à l’évi­dence très variées. Mais aussi parce que ces arabités ne se reconnaissent pas dans un type unique érigé en norme ; à la place du modèle “vertical” qui a porté l’arabisme poli­tique un siècle plus tôt, on observe aujourd’hui une masse de circulations “horizontales”, en vagues de propositions multiples qui s’échangent au sein de la “société en conver­sation”. L’année 2011 s’est refermée et l’écheveau des trans­formations politiques reste toujours aussi difficile à démêler. Mais sur la trame de la Toile se dessine, sans doute possible, un nouveau monde arabe.

 

TABLE DES MATIERES
Remerciements
Introduction

Les shebabs ont fait fleurir le désert... numérique !
- L'internet arabe : sous le voile de la censure officielle, la pieuvre islamiste !
- La première "génération internet" arabe
- La "nouvelle frontière" numérique arabe

Le Web arabe avant le Printemps
- L'invention de l'activisme arabe en ligne
- Le Web en politique : le temps des blogs
- Les réseaux sociaux et la politique

Cyberoptimisme et révolutions de légende : Tunis et Le Caire
- Le numérique, une technologie de libération ?
- Réseaux sociaux et soulèvements arabes à Tunis et au Caire

"Le côté obscur de la force" : le cyberpessimisme
- Des militants chez Google
- Cyberactivisme et cyberdissidence : des questions à l'activisme arabe en ligne
ONG à la limite de la société civile
- Cyberpessimisme : le "cliquisme" au temps des soulèvements arabes
- La Syrie et son "régime de vérité"

Les origines numériques des soulèvements arabe
- Les politiques de l'internet arabe au temps de la "société en conversation"
- Pourquoi le printemps est-il "arabe" ?

L'image de couverture est de Romain Beurrier.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

9 commentaires pour “ Arabités numériques (2/2) : le printemps du Web arabe ”

  1. sosso le 8 octobre 2012 à 16:18

    Mabrouk ! Alors il y aura des séances de présentation du nouveau-né ? à Paris par ex.?

  2. YGQ le 8 octobre 2012 à 18:30

    Allah ibarek fik ;-)
    Au mons une chose (pour l'instant j'espère !), à l'Ima, le 22 novembre :
    http://www.imarabe.org/jeudi-ima/arabites-numeriques-le-printemps-du-web-arabe

  3. Poulet le 9 octobre 2012 à 10:39

    Mabruk, ya Bey ! Et à Marseille, des/une présentation(s) aussi ?

    • Yves Gonzalez-Quijano le 9 octobre 2012 à 10:56

      Indirectement, car je participe à une rencontre organisée par l'Institut Panos, le 24 de ce mois (malheureusement au même moment que les rencontres d'Averroes, mais je n'ai pas le don d'ubiquité ! déjà que je marche sur les eaux, les oeufs !)

  4. Chloë le 12 octobre 2012 à 11:08

    Mabrouk ! Félicitations ! Ca fait plaisir !
    Toulouse avant la fin de l'année ?!

  5. [...] Dans les jours qui viennent (mercredi ?), votre libraire préféré devrait pouvoir vous proposer (contre 18 euros) cet ouvrage, parfaitement indispensable à tous ceux qui fréquentent ces chroniques ! (Si vous avez eu de l’intérêt à les parcourir, c’est une façon de me le signifier !) Voici la conclusion, pour vous donner envie de lire ce qui précède. Par Yves Gonzales Quijano, ancien chercheur à l'Ifpo.  [...]

  6. Claire Clivaz le 19 octobre 2012 à 15:52

    On se réjouit de lire... mais est-ce possible qu'il n'y ait pas de version ebook de ce livre???

    • Yves Gonzalez-Quijano le 19 octobre 2012 à 16:00

      Demandez à l'éditeur ! Je crois qu'il y a quand même une version pdf... C'est mieux que rien !

  7. Yves Gonzalez-Quijano le 12 janvier 2013 à 10:18

    http://akram-belkaid.blogspot.fr/
    Bonjour, Voici une Note de lecture à propos de votre livre. Publiée dans Le Quotidien d'Oran et bientôt repris par SlateAfrique