De l'Orient compliqué, je venais avec des idées simples

30 octobre 2012
Par

Aucun conflit ne déchire aujourd'hui l'opinion arabe (et au-delà) comme celui que traverse aujourd'hui la Syrie... Vingt mois après le déclenchement des premières manifestations, la situation sur le terrain, la nature des parties en présence et de leurs rapports de force, pour ne rien dire de l'avenir qu'on peut imaginer pour ce pays, tout cela reste aussi difficile à interpréter et source de conflits incroyablement douloureux, de déchirements sans fin.

Pour l'anecdote, si l'on ose un terme comme celui-ci par rapport à la multitude de drames que cela signifie dans la réalité de ceux qui vivent ces événements, on rappellera que la fameuse chanteuse Asala (voir ce billet), célèbre et célébrée pour avoir ouvertement pris parti pour les insurgés, est en procès contre un de ses frères lequel, lui, soutient le régime... Cela fait-elle de la vedette une nouvelle Antigone comme certains le diront rapidement, ou bien au contraire est-ce la preuve qu'elle a trahi les siens, aveuglée par on ne sait quelles promesses ? Ce n'est pas si facile à trancher, quoi qu'on en dise...

Loin des feux de la scène et des médias, le site Nawaat a publié le témoignage (original en arabe ici) d'une Syrienne réfugiée en Tunisie. Avec ses imperfections et même ses contradictions, il permet de percevoir le désarroi des militants syriens découvrant l'image de leur combat dans le pays dont le soulèvement a joué un rôle tellement important pour les autres pays arabes.

Loin des certitudes toutes faites (y compris en partie chez son auteure), il révèle combien ce qui se joue en Syrie sera de toute manière déterminant pour l'histoire de la région et pour l'idée politique arabe, et cela quelle que soit l'issue en Syrie.

Traduction par mes soins, sans coupe, d'un texte pas toujours très précis dans sa formulation mais dont la sincérité, qui ne saurait être mise en doute, ne peut manquer d'interroger...

Tu arrives à Tunis, fuyant l'oppression du régime, l'arrestation ... ou même la guerre, Syrien non seulement par la citoyenneté mais mais aussi par les souvenirs, les espoirs et les rêves ... Tu arrives "au berceau des révolutions", fatigué, tu cherches quelqu'un qui te tendra la main...

Tu t'attends à ce que les Tunisiens, eux qui ont modifié le cours de l'histoire en renversant le régime qui les gouvernait, soit proches de toi, qu'ils te comprennent mieux que quiconque à l'heure où ta révolution en Syrie s'est transformée en guerre dont personne ne sait quand elle prendra fin. Tu te retrouves loin de chez toi, en exil, et tu imagines ton prochain rendez-vous avec la révolution...

Mais chaque jour, du type qui te vend les cigarettes au chauffeur de taxi en passant par tes amis, ce sont les mêmes questions qui reviennent, et les mêmes réponses. Tu as l'impression de répéter les mêmes choses comme une bande magnétique, comme un disque rayé, pour rien...

- Tu viens d'où ?
- De Syrie ..
La question suit immédiatement, sans même un temps de réflexion mais après avoir fait allusion au feuilleton Bab al-Hâra dans ses versions syrienne et tunisienne :
- Tu es avec Bachar el-Assad ou contre lui ?
- Je suis .... Je ne suis pas avec un assassin, quel qui soit !

Commencent alors les dialogues syro-tunisiens, avec leurs variantes en fonction des interlocuteurs, de leurs origines, de leurs expériences et des orientations [politiques] et aussi de leurs informations sur ce qui se passe en Syrie. Tout le monde dit que la situation n'y est pas claire, qu'on n'y comprend rien, mais tu te retrouves quand même dans différents milieux tunisiens où l'on parle de la Syrie -- ce pays où tu es née et où tu as grandi et vécu toute ta vie -- en présence de personnes qui parlent avec le ton de la plus grande certitude, celui de l'expert non seulement de la situation syrienne mais arabe. Cela varie en fonction des opinions politiques de tes interlocuteurs : la majorité de la gauche tunisienne -- et je n'exagère pas -- ne croit pas à la révolution syrienne, ne la reconnaît pas, à cause de ce qu'elle endure avec les islamistes et le parti au pouvoir Ennadha. Leur seule manière de se positionner c'est de demander : Vous avez envie que les islamistes vous gouvernent comme ils le font en Tunisie?

On répond toujours la même chose : la révolution, ce n'est pas quelque chose qui commence et qui s'arrête... Ceux qui ont été capables de renverser un régime répressif qui a fait tout ce qu'il a pu pour se maintenir pendant des décennies peuvent faire tomber n'importe quel gouvernement. La liberté d'expression des Tunisiens aujourd'hui rend possible un changement, une poursuite de ce qui a été commencé ...

Mais ce ne sont que des mots si les Tunisiens, les Égyptiens, les Libyens, les Yéménites, les Syriens, si chaque être humain ne continue pas à lutter pour arriver à faire ce pays auquel tout le monde aspire. Sinon rien ne changera, si ce n'est que tu pourras dire autant de fois que tu le voudras : Je déteste les islamistes...

Quant aux nationalistes [arabes : 3urûbiyyin], ceux qui croient à l'unité arabe et à la primauté de la cause palestinienne déterminante pour le peuple arabe dans son ensemble, oublieux de ce qui s'est passé et de ce se passe dans leur pays et oublieux de l'exploitation éhontée par tous les gouvernements de la souffrance du peuple palestinien pour détourner l'attention des gens de leurs propres souffrances, leur réponse est en forme de question : Vous voulez qu'Israël réalise tous ses plans en occupant tous les pays arabes ? La chute du régime Assad, c'est la chute de la résistance et de l'opposition à l'ennemi israélien !

J'en rirais, et cela me rappelle combien le Maghreb et le Machrek sont distants, combien de fausses informations circulent, et que croient les gens. J'ai ainsi entendu quelqu'un dire que "les salafistes entrent en Syrie par la bande de Gaza". " Désolé mais vous avez jamais regardé une carte?

Vous n'avez pas remarqué qu'aujourd'hui Assad utilise tous les types d'armes, qu'il s'agisse d'armes légères ou d'hélicoptères, pour réprimer le soulèvement populaire alors qu'il n'a pas tiré une seule balle contre Israël en quarante ans? Est-ce qu'il n'aurait pas mieux valu déclarer la guerre à Israël ? Mobiliser 23 millions de Syriens plutôt que ses partisans pour réprimer l'opposition ? Au lieu de ces réunions de la Ligue arabe pour tenter de briser le blocus imposé à son peuple, Assad n'aurait-il pas pu mettre la Ligue arabe dans une situation telle que ses membres auraient dû unir leurs efforts pour se débarrasser de l'ennemi israélien ?

Dans l'équation tunisienne, il y a aussi les islamistes tunisiens qui ne soutiennent pas les révolutionnaires syriens mais qui aident leurs frères islamistes en Syrie. Et ici j'ai envie de demander à la gauche, aux nationalistes arabes et à la société civile [en Tunisie] : est-ce que ce n'est pas vous qui nous livrez aux islamistes ?

Bien sûr, je ne nie pas l'existence de militants tunisiens participant à l'action révolutionnaire en Syrie, non plus que les nombreuses tentatives tunisiennes pour aider les Syriens de toutes les manières possibles. Mais je m'étonne vraiment de cette réaction émotive si étrangère à la réalité, de ces positions si diverses chez les Tunisiens par rapport à l'assassinat alors qu'on pourrait penser que c'est une chose refusée par principe. Cette sensibilité, cette sympathie n'a plus rien à voir avec ce que ce que tu ressens en tant que Syrien, avec ce qui te fait souffrir. Tu rencontres des gens qui te disent : "Ne le prends pas mal mais j'aime Bachar." Et si tu leur dis : "Mais tu aimes un assassin ?" Ils te répondent que cela vaut mieux que les islamistes ou qu'Israël !

C'est tout de même étrange de ne pas avoir d'autre choix que d'aimer un assassin, de le préférer à un autre tueur, d'oublier toute ton humanité, celle qui te fait aimer la vie et lutter pour mettre un terme aux machines de mort partout dans le monde !

Je demande à bien des Tunisiens qui aiment Bachar al-Assad : Avez-vous déjà vécu en Syrie? Avez-vous souffert de la répression du régime ? Avez-vous perdu un frère, un père, une mère, un ami ? L'armée d'Assad a-t-elle fait sauter vos maisons ? Comment pouvez-vous parler de la tragédie que vivent d'autres personnes en oubliant complètement leurs souffrances, en faisant semblant de croire qu'au moment où vous sirotez votre thé ou votre café en exprimant votre amour pour Bachar al-Assad, il est, lui, en train de tuer quotidiennement des centaines d'innocents ? Et vous continuez à dire : Ne le prends pas mal mais on l'aime ! Vous aimiez Ben Ali ?

Là, on a des réponses différentes. Il y en a qui vont dire : du temps de Ben Ali, il y avait la sécurité et les islamistes ne pouvaient pas seulement respirer. Certes, comme le dit la formule bien connue, "celui qui préfère la sécurité à la liberté ne mérite ni l'une ni l'autre!" Il faut bien accepter l'Autre, fut-il islamiste...

Et puis il y a ceux qui répondent : "Bien sur que non!" Vraiment, vous détestiez Ben Ali et vous aimez Bachar ? Ne sont-ils pas les deux côtés d'une même médaille ? Ce n'est pas si curieux si l'on pense à la position du gouvernement tunisien et à la façon dont il gère le dossier syrien : d'un côté il expulse l'ambassadeur syrien (inexistant dans les faits) et il ferme l'ambassade de Syrie en Tunisie en réponse aux exactions du régime à l'encontre de son peuple, de l'autre tout Syrien a besoin d'un visa, accordé ou refusé, pour entrer sur le territoire tunisien. Le président Marzouki lance une déclaration fracassante pour dire qu'il est prêt à accorder l'asile à Bachar al-Assad et à sa famille tandis que le gouvernement tunisien n'accorde pas ce doit aux réfugiés [syriens ] qui n'y ont qu'un droit de transit.

Autant de discussions qui se terminent toujours par un soupir à fendre l'âme et par l'unique phrase sur laquelle tout le monde est d'accord : "De toute façon, c'est le peuple qui trinque toujours !" Mais comment parler ainsi "du peuple", comme si on n'en faisait pas soi-même partie ?

Bien sûr, chacun a le droit de penser ce qu'il veut et d'exprimer son point de vue. Mais comme je voudrais que cela se fasse toujours correctement, que la discussion ne soit pas conclue d'avance, que ce ne soit pas un tour pour rien faute d'accepter de changer de perspective...

Pour finir, me voici actuellement en Tunisie (en tant que pays de transit). Je publie cet article sur le site d'un pays dont je respecte le peuple, avec toutes ses différences. Si je m'exprime ainsi, c'est aussi parce que j'aime ce beau pays auquel je souhaite un lendemain meilleur, grâce à des lois vraiment humaines...

Rania Badri


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Syrie, Tunisie

9 commentaires pour “ De l'Orient compliqué, je venais avec des idées simples ”

  1. sosso le 30 octobre 2012 à 11:18

    Le lien vers nawaat ne marche pas :(

    • sosso le 30 octobre 2012 à 11:25

      ça marche finalement

  2. sosso le 30 octobre 2012 à 11:29

    Est-ce qu'on a plus d'information sur le témoin?

    • Yves Gonzalez-Quijano le 30 octobre 2012 à 17:39

      Non, le nom ne m'a rien dit et la qualité de la langue n'est pas terrible pour une Syrienne, mais c'est sans doute écrit sous le coup de l'émotion...

  3. Yves Gonzalez-Quijano le 31 octobre 2012 à 9:10

    Merci à François Burgat pour le changement de titre ! De fait, c'est plus intéressant ainsi !

    • everdeil le 3 novembre 2012 à 23:01

      très bien cette nouvelle tournure en effet! et merci pour cette traduction.

  4. Rania Badri le 31 octobre 2012 à 11:34

    well thank you Yves for translating :)hope it sound the same in french

    • Yves Gonzalez-Quijano le 31 octobre 2012 à 12:47

      Hi, I'm sure you'll find somebody in Tunis in order to check the translation... Do not hesitate in adding any comment if necessary. And good luck...

    • Yves Gonzalez-Quijano le 31 octobre 2012 à 12:48

      Hi Rania. I do hope so too! You'll certainly find somebody in Tunis who will check that for you! Don't hesitate in sending comments if necessary... And good luck!


Carnets de recherche