"La loi française", un nouveau roman de Sonallah Ibrahim (sur Internet)

27 octobre 2008
Par

LOI n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés (1)

Article 1 : La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l'oeuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d'Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française.
Elle reconnaît les souffrances éprouvées et les sacrifices endurés par les rapatriés, les anciens membres des formations supplétives et assimilés, les disparus et les victimes civiles et militaires des événements liés au processus d'indépendance de ces anciens départements et territoires et leur rend, ainsi qu'à leurs familles, solennellement hommage.
(...) Article 4 : Les programmes de recherche universitaire accordent à l'histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu'elle mérite.
Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l'histoire et aux sacrifices des combattants de l'armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit.
La coopération permettant la mise en relation des sources orales et écrites disponibles en France et à l'étranger est encouragée.

Cette Loi française (القانون الفرنسي), qui a choqué ceux qui se souviennent des combats pour la libération de l'Algérie - et ceux qui s'étonnent qu'une loi puisse dicter le contenu des prgrammes universitaires -, a inspiré le romancier égyptien Sonallah Ibrahim. Il en a fait le titre et le sujet de son dernier roman avec pour personnage justement cet universitaire égyptien déjà présent dans Amrikanli. Cette fois-ci, ce dernier ne découvre plus les Etats-Unis mais la France de 2005, quelque part entre Poitiers et Paris. (Sonallah Ibrahim parle de son livre sur le blog d'un jeune écrivain, Ahmed Alaidy : le morceau de violoncelle finit par s'arrêter au bout d'un  moment !)

Le quotidien d'opposition Al-Badil (L'Alternative) a eu la bonne idée de publier le texte du roman sur son site (merci à Sylvie N. pour l'info !). Je profite de l'occasion pour rappeler que Al-Talassus (Le Petit voyeur) est également disponible en ligne (voir ce précédent billet), sans oublier l'indémodable Dhât (Les années de Zeth), en format "pdf".

Comme on le constate avec le nombre de publications en ligne pour ce seul auteur, Internet est en train de compléter le travail des médias et fabrique aujourd'hui un nouvel espace culturel transnational pour le monde arabe.

Désolé pour les lecteurs qui ne lisent pas de l'arabe, mais il y aura certainement la traduction française bientôt. Et pour me faire pardonner, un second billet cette semaine !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Algérie, Egypte, France, littérature, Non classé

3 commentaires pour “ "La loi française", un nouveau roman de Sonallah Ibrahim (sur Internet) ”

  1. sosso le 27 octobre 2008 à 12:01

    À signaler que le nouveau roman de Soallah est à lire à la suite de "al'amama wal quouba'aa", son roman qui parle de la compagne d'Egypte et qui est apparut en 2008 (un roman qui me rappelle étrangement Kh. Shalabi dans les ra7alat al turchagi al 7alwagi).

  2. houarib le 27 octobre 2008 à 23:34

    il faut rappeller que l'auteur a refuse un prix et largent de l'état égyptien du fait que celui ci n'a pas rompu les relations diplomatiques avec les états unis pour cause d'invasion de l'irak
    Pour ma part le roman qui ma le plus touche reste warda
    Désole pour lorthographe je ne suis pas sur mon pc

  3. Khalloud le 28 octobre 2008 à 0:53

    Merci pour ce blog toujours passionnant.
    Il sera intéressant de voir les réactions lorque ce nouveau roman sera traduit. Déjà, le précédent, Amrikanli, qui se déroulait outre-Atlantique, avait été attaqué avec une particulière mauvaise foi par certains critiques littéraires, qui lui ont reproché de donner une vision partiale et caricaturale des Etats-Unis. Il est vrai que Sonallah renvoyait de l'Amérique une image assez éloignée du mythe habituellement célébré (même avant la crise financière) d'une Amérique triomphante, efficiente et sociable, mythe dont il ne participe pas. Par là, il faisait évidemment davantage la critique du système américain que des Américains, qu'il dépeint sans méchanceté mais sans non plus d'aménité, ce qu'il peut d'autant plus se permettre qu'il n'est guère plus indulgent avec ses compatriotes.
    En tout cas, la publication de ce roman "français" montre que dans le procès quelquefois fait aux écrivains arabes d'écrire à destination du marché de la traduction, Sonallah est au-dessus de tout soupçon. Ceux qui connaissent l'auteur ou l'homme savent qu'il place le débat et la discussion des thèmes (fussent-ils tabous) au-dessus de toute autre considération.


Carnets de recherche