Icônes et émotions :'-( [2/2] Arab Idol et ses politiques

25 avril 2013
Par

arabidolssite

Pas d'idôlatrie au Moyen-Orient, là où les religions du Livre ont en commun de célébrer un dieu unique qui s'accommode mal de la concurrence ! Même au sens figuré, on est prié de trouver d'autres solutions pour nommer les nouvelles icônes de la pop culture globalisée. Commercialisés dans le monde arabe, les shows télévisés du type Pop Idol ou American Idol reprennent à l'identique la formule qui a fait leur succès partout dans le monde, avec toutefois quelques ruses sémantiques pour faire passer le mot tabou. Traduit en arabe, idol sent en effet quelque peu le souffre ! Quand la chaîne libanaise Future TV, au temps de sa splendeur, l'avait repris, en 2003, Pop Idol était devenu Super Star. Quand la LBC, une autre chaîne libanaise, a pris le relais, elle a commercialisé ce succès sous le nom de Star Academy pendant plusieurs saisons.

Mais la géopolitique des médias a fini par reprendre ses droits et la « Toute-Puissance » saoudienne règne sans partage sur les ondes populaires arabes depuis que la chaîne MBC (établie à Dubaï mais à capitaux saoudiens) a lancé à son tour, à la fin de l'année 2011, la version arabe de American Idol, « rebaptisée » pour les programmes arabes Mahboub al-Arab (Ceux qu'aiment les Arabes) pour éviter les reproches de cheikhs imprécateurs (article en arabe sur Al-arabiya), ce qui n'empêche pas le logo impie, Arab Idol, de s'afficher en grosses lettres latines sur les écrans. Fidèle reflet des rivalités régionales au sein de la Péninsule arabe, cette victoire symbolique des médias saoudiens a bien entendu suscité l'agacement des Qataris : dans ce pays bien connu pour la vigueur de son expression démocratique, des « manifestations spontanées » ont éclaté en novembre dernier (article en arabe dans Al-Akhbar) pour empêcher la tenue des auditions durant lesquelles les responsables du programme recrutent les concurrents en provenance de tous les horizons du monde arabe.

Le constat, démontré à l'envi par Marwan Kraidy (voir ce billet) se vérifie une fois de plus : la politique n'est jamais très loin de la téléréalité arabe... Si les émotions des tyrans déchus animent l'opinion publique (voir le précédent billet), les émotions des vedettes, « ceux qu'aiment les Arabes », constituent un ingrédient à part entière de la scène politique. La chose s'est vérifiée une fois de plus avec Arab Idol, entrée dans la phase cruciale des éliminatoires qui voient les candidats amateurs se produire devant un jury, composé de professionnels de la chanson. Rien n'est laissé au hasard dans ces spectacles télévisés réglés au millimètre. Au risque de décevoir les fans de l'émission, il faut bien se rendre compte que tout écart par rapport à la norme, tout accroc au déroulement « normal » du show, est moins un accident provoqué par une émotion souvent factice qu'un subtil montage, une mise en scène adroite d'affects individuels qui entrent en résonance avec une subjectivité collective (la fameuse « rue arabe » !)

arabidolC'est dans cet esprit qu'il faut apprécier la « sortie », il y a quelques jours à peine, d'un des membres du jury, la chanteuse des Emirats Ahlam al-Shamsi (أحلام الشامسي ), qui s'en est pris vivement à la seule candidate irakienne. Ou plutôt du « Kurdistan irakien », car c'est ainsi qu'était présentée Barwas Hussein (برواس حسين), en provenance de ce qu'on appelle en général la « province semi-autonome du nord de l'Irak ». L'occasion était trop belle pour ne pas jouer sur la fibre nationale arabe et la pauvre candidate, qui visiblement ne parle quasiment pas un mot d'arabe (elle serait venue avec un traducteur !), s'est retrouvée sur le gril – et à coup sûr grillée pour la suite du concours – lorsqu'on lui a demandé de classer ses préférences en termes d'affiliations identitaires, à savoir l'Irak ou le Kurdistan (article en anglais sur un site kurde).

Autre moment d'émotion politique, sur fond d'enthousiasme musical cette fois, celui de la prestation, quelques jours plus tôt, d'un des candidats syriens. Venu d'Alep, Abdel-Karim Hamdan (عبد الكريم حمدان) a choisi d'interpréter un mawwal, un genre musical pour lequel sa ville est devenue illustre dans tout le monde arabe, en particulier par la grâce de la voix d'un de ses plus grands interprètes, l'illustrissime Sabah Fakhri. Pour gagner les faveurs du jury et du public, le jeune Alépin a proposé un mawwal de sa composition, une complainte déchirante sur les malheurs que traverse sa ville bien aimée : Alep, fontaine de douleur qui coule dans mon pays. Quel sang versé dans mon pays. Je pleure le cœur brisé (mahrouq) sur mon pays, sur ses enfants devenus des étrangers, ô mon pays !...حلب يا نبع من الألم يمشي ببلادي، ويا كتر دم اللي انسكب ببلادي، أنا ببكي ومن قلب محروق ع بلادي، وعا ولاد اللي صاروا فيها غراب... آه يا بلادي

Naturellement, dans une ville où les destructions s'accumulent, Abdel-Karim Hamdan s'est bien gardé de prendre parti pour l'un ou l'autre des camps qui s'affrontent les armes à la main. Après un passage à la télévision qui a fait couler des torrents de larmes (près de 4 millions de visionnages sur Facebook de la vidéo proposée à la fin du billet !), tout le monde veut s'approprier cette prestation mais la page Facebook du jeune chanteur affiche une neutralité parfaite...

Et pourtant, rien n'est simple dans les identités politico-culturelles. Si l'on veut commenter le choix de ce mawwal, on peut ainsi noter qu'il est dédié à la capitale du nord de la Syrie, et donc, si l'on veut, « contre » celle du sud, Damas. Mais on peut aussi retenir le fait que le chant constitue, en soi, une prise de position, dans une ville où les fractions ultra-religieuses opposées à toute expression artistique exercent un pouvoir de facto dans certains quartiers « libérés » (article sur le site de la radiotélévision belge). Enfin, pour rendre les choses plus compliquées encore, on remarquera que le candidat alépin fait suivre sa composition personnelle d'une interprétation de قدك المياس (Adduk al-mayyas), un classique des classiques, d'origine... turque !

Après l'épisode Abdel-Karim Hamdan, le téléphage arabe a eu droit – comme une sorte d'antidote ? – à la prestation de Muhammad Assaf (محمد عساف), un jeune Gazaoui, capable de porter la keffieh (noire et blanche) illustrée en son temps par « le vieux » (Arafat), tout en déclarant qu'il ne va pas faire, lui, dans la complainte/mawwal. Son ambition ? Faire entendre la voix d'une Palestine unie, qui ne se limite pas à la chanson politique, un discours que les médias mainstream saoudiens se sont empressés de relayer bien entendu (ici, la version de la chaîne Arabiya).

Tout est déjà prévu dans le programme. On le sait par avance : jusqu'à la finale, Arab Idol va continuer à dérouler, en même temps que son chapelet de tubes à la mode, des épisodes qui exploiteront, avec plus ou moins de sincérité, les ressorts politiques des émotions arabes.

Pour les amateurs, l'émotion est au rendez-vous avec ce chant alépin. En visionnant la vidéo, vous constaterez qu'elle est aussi dans le public (la spectatrice que l'on voit en larmes, est une autre candidate syrienne).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Emirats, musique, Palestine, Saoudie, Syrie, télévision

3 commentaires pour “ Icônes et émotions :'-( [2/2] Arab Idol et ses politiques ”

  1. Shamil le 30 avril 2013 à 15:40

    Excellent article comme à votre habitude !
    Juste une petite remarque : il me semble que Qadduka Al-Mayyas est une chanson arabe.
    C'est en tout cas, ce que dit l'article wikipedia consacré à la chanson :
    http://ar.wikipedia.org/wiki/%D9%82%D8%AF%D9%83_%D8%A7%D9%84%D9%85%D9%8A%D8%A7%D8%B3

    En effet,selon ce même article,ce poème a été composé par Uthmân Al-Mawsilî, poète,qui comme son nom l'indique, était originaire de Mossoul, certes à l'époque en Empire Ottoman, mais arabe tout de même. ;)

  2. YGQ le 1 mai 2013 à 8:43

    Pour les fans, un article dans Al-Hayat sur Abdel-Karim Hamdan : http://alhayat.com/Details/508745 et un autre dans le Washington Post


Carnets de recherche