Séries en Syrie : le mystère de la drama damascène

30 avril 2013
Par

syriadrama2

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons en tout genre. Signalé à la fin de l’année passée dans ce billet, le mystère du feuilleton télé syrien, ou plus exactement l’énigme de la survie de la production télévisuelle syrienne s’épaissit : deux années après le début de la révolution/rébellion/crise/catastrophe (autant de termes utilisés par les camps en présence), la production syrienne proposera une bonne vingtaine de feuilletons.

Apparemment, 24 séries seront prêtes pour la saison (17 « seulement » ont été tournées dans le pays, et 7 autres, à l’étranger). C’est vrai qu’on est loin des années fastes avec au total plus de 40 séries, mais la Syrie va faire aussi bien, sinon mieux, que l’Egypte, où l’industrie de l’image (cinéma compris) est touchée de plein fouet par la crise. Néanmoins, il ne suffit pas de produire, il faut être distribué, ce qui passe par des contrats avec les grandes télés régionales. Là encore, les perspectives ne semblent pas si mauvaises : financement de la production (article en arabe, comme pour la suite) avec la chaîne égyptienne CBC (celle de Bassem Youssef : voir ce billet), pour Le jeu des morts (لعبة الموتى) le dernier opus de Haytham Hajjo (حيثم حجو), et accords de distribution avec d’importantes chaînes comme MBC ou Abu Dhabi TV, en dépit d’une géopolitique des feuilletons (voir ce billet) qui aurait dû en bonne logique entraîner un boycott implacable de tout ce qui vient de Damas de la part des financeurs du Golfe.

Etonnante résistance, c’est bien le terme qui convient, de la part d’un secteur qui, à l’image du « système El-Assad », aurait dû « tomber » depuis longtemps sous l’effet d’une conjonction de facteurs défavorables. L’industrie syrienne du feuilleton aurait ainsi dû être supplantée depuis longtemps par la rivale turque, ou encore la mexicaine (article dans Al-Hayat), avec la situation sécuritaire qui rend les tournages difficiles ailleurs qu’en studio. Pour ne rien dire de la crise financière et notamment de l’assèchement des devises, mais aussi de la disparition de vedettes (mort de Yassine Baqqouch – article Al-Hayat – après celle de Muhammad Rafea (محمد رافع : voir ce billet) et plus encore de l’exode à l’étranger de celles qui manifestent leur opposition au régime ou qui veulent simplement échapper à la situation dans le pays. Enfin, les professionnels restés sur place, soupçonnés de collaboration avec le régime, devraient être privés de l’accès aux marchés extérieurs régionaux…

« Résistance », en effet, car le maintien de la production syrienne, grande fierté nationale (voir ce texte étonnant sur ce site pour les arabophones), est sans aucun doute une manière pour certains de « contribuer à l’effort de guerre ». La profession s’est mobilisée pour tenter de survivre, y compris au prix de sacrifices énormes – les salaires ont été divisés par dix dans certains cas ! –, des sacrifices acceptés faute d’autre choix possible de toute manière… Dans une région où la vie politique illustre la propension des élites à occuper la place aussi longtemps que possible, le départ à l’étranger des vedettes les plus « fortunées », dans tous les sens de l’adjectif, a été en quelque sorte une « chance » pour la nouvelle génération (article dans Al-Akhbar). En tout état de cause, il y aura cette année encore dix-sept « vraies » séries, tournées intégralement en Syrie, comme Désorientées (حائرات), feuilleton féministe tourné par Samir Hussein (سمير الحسين : article dans Al-Hayat), ou encore Bouton d’Alep (هبة حلب : article dans Al-Akhbar), du nom de cette maladie de peau qui a fait sa réapparition dans la capitale du nord en mars dernier (feuilleton confié au célèbre réalisateur d’origine palestinienne Basel Khatib).

syriadramaLa délocalisation fait partie des bricolages mis en place pour pallier les difficultés de l’heure. Cela peut se faire aux Emirats où Mu’min al-Mallâ (مؤمن الملا ) va finalement tourner Hammam damascène (حمام شامي ), la sixième saison de Bâb al-Hâra, le navire amiral du feuilleton syrien (article sur le site Middle East Online), mais cela se fait le plus souvent au Liban  – cinq séries sont dans ce cas –, où la logistique pose, en principe, moins de difficultés. Avec des productions littéralement «à cheval entre les deux pays, comme cet invraisemblable – au regard de la situation du moment – Tirs amis (نيران صديقة : article sur le site Elaph), comédie à la Nadine Labaki qui raconte l’histoire de deux villages de part et d’autre de la frontière syro-libanaise (précisément là où l’on bombarde à tout va en ce moment). Pourtant, travailler au Liban pour des Syriens est loin d’être toujours facile ! Récemment, un tournage prévu pas très loin de Tripoli, une région en proie à de fortes tensions sécuritaires, a ainsi dû être brutalement interrompu pour « exfiltrer » (article dans Al-Akhbar) le comédien Durayd Lahham, une des figures de proue du soutien au régime en place depuis le début des soulèvements (voir ce billet) du soutien au régime de Bachar El-Assad.

La « solution » libanaise a d’autres limites. Clacket, une des plus grosses sociétés de production installée à Damas et qui poursuit ses activités en dépit de la situation et de la disparition (crise cardiaque) de son fondateur, s’est ainsi en partie installée dans des studios loués à Beyrouth, tout en continuant à faire travailler des professionnels syriens qui se rendent dans le pays voisin quand c’est nécessaire. Mais un article dans Al-Akhbar révèle que la réalisatrice, Rasha Shurbatji (رشا هشام شربتجي‎), ainsi que l’équipe technique, ont brusquement annoncé leur refus de poursuivre l’expérience. Selon Wissam Kanaan, l’auteur de l’article, cette décision tient à leur peur des conséquences possibles de leur participation à un feuilleton dont le scénario aurait reçu le feu vert du régime à Damas mais qui irait bien plus loin dans la critique que ce qui était annoncé.

La liberté de ton est en effet l’autre grande question qui concerne les feuilletons produits pour le prochain ramadan. La question ne se pose pas vraiment pour celui que tourne Rima Fleihan (ريما فليحان), une opposante (voir ce billet) de la première heure aujourd’hui réfugiée à l’étranger (article sur le site d’Al-Arabiya). En revanche, il sera intéressant de constater le maintien ou non de la très étonnante vélléité d’ouverture manifestée par la production officielle ou officieuse ces deux dernières années (voir ce billet et cet article, cette fois en anglais ). A en croire Najdat Anzour (article sur le site Middle East Online ; sur ce réalisateur voir ces deux billets, ici et ), « toutes les lignes rouges ont été franchies » durant le tournage de la nouvelle saison et la crise syrienne sera abordée « dans toutes ses contradictions ».

Peut-on croire sur parole cette grande figure du feuilleton syrien, proche du régime ? Après avoir su « résister » pour assurer, dans un premier temps, sa survie, on peut en effet se demander si la drama syrienne sera capable de poser des jalons pour l’avenir en s’ouvrant à une véritable (auto)critique sociale. Et la question ne concerne pas que l’univers du feuilleton, c’est bien le drame !…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Syrie, télévision

3 commentaires pour “ Séries en Syrie : le mystère de la drama damascène ”

  1. Simon le 4 mai 2013 à 11:39

    La série “تحت سماء الوطن” sera tournée à Darayya (rasée en bonne partie!) par Najdat Anzour !!
    (article http://www.shaam.org/rev-lit/articles/item/41819-)

    • Yves Gonzalez-Quijano le 4 mai 2013 à 14:25

      Oui, mais précisément Najdat Anzour en parle et ne cherche pas à faire comme si… Maintenant, reste à voir ce qu’il va en faire…

  2. roumi le 9 mai 2013 à 20:26

    Ne pas oublier que beaucoup d’acteurs stars comme samer el masri ont fait défection, et ne travailleront pour les boites de prod qui sont toutes gérés par les mukhabarates syrienne ou ce qui en reste.


Carnets de recherche