Weld El 15 et les "chiens de policier(s)"

17 juin 2013
Par

RADIOLIBRE-WELD-EL-15

Et dire que Weld El 15 a participé en son temps à une campagne incitant à la participation aux élections du 23 octobre 2011 ! Celles-là mêmes qui allaient porter au pouvoir une alliance tripartite, dominée par le parti Ennahda... Le regrette-t-il aujourd'hui, derrière les barreaux d'une prison où il y a fort à craindre qu'il ait droit à un traitement spécial ? Agé d'une vingtaine d'années, Weld El 15, de son vrai nom Alaa Eddine Yacouki (علاء الدين يعقوبي) est bien, comme il est dit sur l'affiche de cette campagne civique (source ici), une « star du rap tunisien », lequel représente inconstestablement une des meilleures traditions (une bonne dizaine d'années au bas mot) de ce genre musical dans le monde arabe.

Familier il y a peu encore de la seule tribu du rap, le nom de Weld El 15 est désormais connu bien au-delà de ces seuls milieux. Vers la mi-mars en effet, quelques journaux – surtout dans le monde arabe (article un peu plus tard dans Le Monde) – ont fait part d'une série d'arrestations en Tunisie. Une actrice, un cameraman ont ainsi séjourné quelques heures en prison pour avoir participé à la réalisation d'un clip largement diffusé dans les médias sociaux. Son titre, Boulicia Kleb (Flics = chiens! ou encore « chiens de policiers » si l'on veut), une charge particulièrement violente – mais purement verbale ! – contre les forces de sécurité. Associés aux juges (qui ont eu tout loisir de se venger par la suite comme on le verra), les policiers se voyaient donc traités de chiens, bons à égorger comme des moutons, et même à être tirés comme des lapins. (En fin de ce billet, les paroles en arabe tunisien : si une bonne volonté veut bien les traduire, même en partie, merci d'avance!)

Les comparses ont été relachés relativement rapidement, y compris quatre rappeurs « coupables » (!) d'avoir été mentionnés par Weld El 15 dans la dédicace de son clip. Mais le principal accusé, le chanteur, restait introuvable... Pire, il narguait ses poursuivants en donnant un entretien vidéo pour Nawaat, le site d'information militant le plus célèbre du pays. En substance, il expliquait qu'il ne regrettait rien de ce qu'il avait pu dire dans sa chanson dont les paroles ne faisaient que rendre à la police la monnaie de sa pièce en utilisant le langage qu'elle emploie elle-même le plus souvent vis-à-vis des jeunes. Il s'étonnait aussi d'être accusé de la sorte alors qu'il avait pensé, comme bien d'autres Tunisiens, que la révolution avait été faite pour que tout le monde ait le droit d'exprimer ses opinions. Quant à la justice, il n'avait pas assez confiance en elle pour remettre son sort entre ses mains...

Condamné par contumace, fin mars, à deux années de prison, le rappeur s'est résolu à se livrer à la justice le 13 juin dernier. Il s'est pourvu en appel et, en deux jours, l'affaire était réglée, et le jugement confirmé. Deux ans ferme. Un verdict dont l'annonce a provoqué quelques remous, des lacrymos et des coups notamment contre des journalistes... De nouvelles poursuites judiciaires sont prévues pour les copains de Weld El 15 qui se sont trouvés pris dans une bien étrange bagarre à la sortie du tribunal et qui s'en tireront vraisemblablement moins bien que Hind Meddeb, une journaliste française d'origine tunisienne, tout de même protégée par sa notoriété (article dans Libération).

Pas de justice ! (sur le bus du minsitère de ladite justice)

Pas de justice ! (bombé sur le bus du ministère de ladite justice)

C'est loin d'être la première affaire de ce type en Tunisie qui a en a connu bien d'autres dans la sphère politico-culturelle (voir l'onglet Tunisie pour certaines d'entre elles). Pour beaucoup, cela ne fait d'ailleurs que confirmer l'incompatibilité radicale de l'islam politique avec la création artistique. On peut l'analyser ainsi mais on peut trouver aussi que les choses sont plus compliquées. Du côté du rap, notamment, on a pu constater, dans ce billet par exemple, que les « frérots » – Ghannouchi en tête – savaient faire au moins semblant d'apprécier les rimes rythmées du rap avec, dans certains cas, une filiation idéologique ikhwangi assumée !

Une autre grille d'explication consiste à revenir aux bonnes vieilles analyses de classe en soulignant que les multiples tendances qui forment les jeunesses néo-urbaines de l'islam poltique ont en commun une perte de repères que comble, à leurs yeux, l'adoption de pratiques religieuses extrémistes (article en arabe fort intéressant publié dans Al-Safir par Ghassan ben Khalifa). Sauf que, dans le cas présent, on voit bien se former, notamment dans les réseaux sociaux numériques, une sorte de front commun entre, d'un côté, les membres de ces jeunesses des périphéries urbaines déshéritées et, de l'autre, quelques-uns des « héritiers » (au sens de Pierre Bourdieu) des élites tunisiennes (et même tunisoises)...

Une révolte de la jeunesse alors, point commun à toutes ces jeunes générations du numérique à la recherche d'un mode d'expression politique ? Si le phénomène est difficile à cerner, son ampleur, plus de deux ans après la fuite de Ben Ali, ne faiblit pas. Désormais à l'ombre pour deux années en principe, l'auteur de Boulicia Kleb n'est pas prêt de renouveler ses insolences. Mais le calme n'est pas revenu pour autant, loin de là, sur la scène du rap tunisien. Lancé depuis le début du mois d'avril, le groupe Sayeb 15 continue à faire parler de lui sur Facebook. De leur côté, neuf vedettes du rap tunisien (Lak3y, Klay BBJ, Madou Mc, Blidog, Wistar, Htounsi et même le « légaliste » Balti...) viennent de se réunir pour réclamer, tous ensemble, la libération de leur « confrère » (vidéo ici). Attisée par bien d'autres titres de ce genre, largement aussi violents que celui qui a déclanché la colère des responsables de l'ordre public en Tunisie, la protestation court à travers les réseaux. Religieux ou pas, il ne sera pas facile pour le pouvoir de remettre un couvercle sur cette marmite bouillonnante...

Après le clip de Weld El 15, les paroles de la chanson (en arabe)...

XV - Boulicia Kleb #purplecity
The Mixtape 1920 Out Soon
Lyrics : شدوني عل الإستهلاك...عداوني عالزطلا
بكاو لميما هزوني ربطية باطلا
في قالب غالطة حطوني في ورطة
تونس نعطيها وردة الحكومة تاخو الكتله
أأأه أعطيني شما عاالسريع
عام حبس منشدوش كان جا بابا إسمو بو سبيع
لذا إنحب نتوب نحيت دروG مل مكتوب
الحبس منشوفوش كان جيت ولد سليم شيبوب
يا رئيس يا محامي يا بوليس يا مستشار
كيف ما بكيتو بابا بوك منشعل فيه النار
هذيا الحوما قندهار الكاس فاض
يدي اليسار شيطان رجيم يدي اليمين أبو عياض
خدمو بييا ... هزوني للجبانا
إلبارح باييت في الدار ليلا بايت في زنزانا
أمي ماتبكيييش ماكبسونيش
البوليس يلي طيحني أمو نوكلها لحشيش

البوليسيا كلاب وانا نقول النبيح منين
أنا نقول النبيح منين تره قولي النبيح منين
البوليسيا كلاب.... البوليسيا كلاب
البوليسيا كلاب .....البوليسيا كلاب
أنبح ياكلب أأأنبح ياكلب...أأأنبح ياكلب
البوليسيا كلاب .
أنبح ياكلب أأأنبح ياكلب...أأأنبح ياكلب
البوليسيا كلاب .
........................................­..
شرجي سلاحك يا بوليس أضربنا بل كرتوش
رانا موتا مGلعين كان تضربنا منحسوش
تحب تاخو لبطاقت تعريف ههه رانا من مدوش
فل عيد نحب نذبح بوليس مممم في بلاسط العلووش
خلطو و رانا فل الحوم جرينا و ماشدوناش
الرافل يلم الكل الحومة كحلا بل الحناش
كان تلوج عالزطول فوقي ماتلقاهاش
......بطل لقرايا والزطلة ما تبطلهاش
هككا نعيشو يا بوليس ماعانا شي مخوبي
كرهتونا فل سيفيل يعلم بينا كان ربي
إنتي تحب طيحني تركبلي المينوط في يدي
خرجني من مخك و بربي سايبلي زبي
هذي الحومة يا حنشون تفجع فينا بالسجون
لاعبها كابس يا قلابس لابس في راسك كلسون
في راسي برشا جنون وسخ وذنيك نسمعهولك
كيف ما حشيتو معايا قبل جيت اليوم باش نركزهولك

........................................­....

من بوشوشة ل بيت الدوش قلوب حجر منخافوش
نيك لحنوش أعطيني فرد ما نقتلهوم بلكرتوش
تشدوني وللا متشدوش ماعلابالي بيه
ديما زاطل و متكيف حاول باش تخرالي فيه
البولسية كلاب حكايا باينا مل مااان
أرجل واحد في الداخليية فاسد و طحان
تره تره واقف إحترام للضباط يا عفاط
....... مزطولين ........ موبيقات
كو ... كو ... كوكائين زطلا و كيتامين
ماكم إنتوما تجيبو فاها قولي الدروG جاي منين
ماكم إنتوما تبيعو فيه إنتوما اللحما لكبار
أ حنا حطمتونا بل عقار ملي ولاد سغار
منطولش عليك نعتيك فلاش أعلى بالي
صارت ثورة في البلاد ياخي طلعت من تالي
تحطح يا حكوما مادام الحشية للكرومة
..... الولاد الحومة و .... المضلومة
لGلg يعمل


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : musique, Non classé, Tunisie

4 commentaires pour “ Weld El 15 et les "chiens de policier(s)" ”

  1. Lune le 17 juin 2013 à 18:59

    Pour des français de ma génération, un tel procès n'est pas sans rappeler l'affaire NTM en 1995. Certes, la peine était moins lourde (3 mois fermes + 6 mois d'interdiction d'exercer) mais il fait rarement bon critiquer la police, où qu'on soit. Pas question cependant de minimiser la gravité de la condamnation présente.

    • hyb le 18 juin 2013 à 23:03

      Brassens il y a soixante ans n’a pas été emprisonné et pourtant son texte est d’une violence bien plus grande. Mais il avait les rieurs de son coté. Ses fans étaient des millions qui auraient renversé la République si on avait touché un poil de sa moustache.
      En 68 les révoltés dansaient aux cris de « CRS-SS » alors qu’ils ignoraient tout du passé du Préfet de police Papon. Par conséquent, le slogan était excessif, mais n’a jamais fait l’objet de poursuite.
      Je crois me souvenir que la peine de NTM (Nique Ta Mère) a été réduite au sursis en appel. Le groupe a été plusieurs fois «disque d’or ». Des millions d’auditeurs, des milliers d’électeurs ça compte…
      En Tunisie, selon que l’on est rappeur ou ancien premier ministre et ministre de l’intérieur la police est qualifiée de « chiens » ou de « singes ». Dans cette démocratie en apprentissage fragile, l’incarcération d’un rappeur ne risque pas de peser sur les résultats d’hypothétiques élections. En revanche elle cimente le bloc police-justice-islamistes et radicalise la fracture culturelle contre tous ceux qui sortent de la nuit des dictateurs et qui veulent « interdire d’interdire ».

  2. hyb le 17 juin 2013 à 22:40

    En hommage à un génial précurseur du rap, qui en 1953 "adorait les pandores sous la forme de macchabées"

    Au marché de Brive-la-Gaillarde
    À propos de bottes d'oignons,
    Quelques douzaines de gaillardes
    Se crêpaient un jour le chignon.
    À pied, à cheval, en voiture,
    Les gendarmes mal inspirés
    Vinrent pour tenter l'aventure
    D'interrompre l'échauffourée.

    Or, sous tous les cieux sans vergogne,
    C'est un usag' bien établi,
    Dès qu'il s'agit d'rosser les cognes
    Tout le monde se réconcilie.
    Ces furies perdant toute mesure
    Se ruèrent sur les guignols,
    Et donnèrent je vous l'assure
    Un spectacle assez croquignol.

    En voyant ces braves pandores
    Être à deux doigts de succomber,
    Moi, j'bichais car je les adore
    Sous la forme de macchabées.
    De la mansarde où je réside
    J'excitais les farouches bras
    Des mégères gendarmicides
    En criant :"Hip, hip, hip, hourra !"

    Frénétiqu' l'une d'elle attache
    Le vieux maréchal des logis
    Et lui fait crier : "Mort aux vaches,
    Mort aux lois, vive l'anarchie !"
    Une autre fourre avec rudesse
    Le crâne d'un de ces lourdauds
    Entre ses gigantesques fesses
    Qu'elle serre comme un étau.

    La plus grasse de ces femelles
    Ouvrant son corsage dilaté
    Matraque à grands coups de mamelles
    Ceux qui passent à sa portée.
    Ils tombent, tombent, tombent, tombent,
    Et s'lon les avis compétents
    Il paraît que cette hécatombe
    Fut la plus belle de tous les temps.

    Jugeant enfin que leurs victimes
    Avaient eu leur content de gnons,
    Ces furies comme outrage ultime
    En retournant à leurs oignons,
    Ces furies – à peine si j'ose
    Le dire tellement c'est bas –
    Leur auraient même coupé les choses,
    Par bonheur ils n'en avaient pas.

  3. st!f le 26 juin 2013 à 23:29

    une traduction a la fin de ce billet d'analyse

    http://irmc.hypotheses.org/965