Lèse majesté en Jordanie (brève)

En Jordanie, les crimes de “lèse-majesté” ne sont pas une réalité du passé dont seule la langue a gardé le souvenir. En Jordanie, l’expression doit être prise au pied de la lettre puisque ce crime contre la loi peut valoir à son auteur un an de prison. C’est la peine encourue par Zahriyya Ibrahim Abd al-Haqq (زهرية إبراهيم عبد الحق) vice-doyenne d’une université privée locale, qui a refusé d’accrocher dans son bureau le portrait du roi local… Comme elle s’amuse à le rappeler, c’est ce même roi qui a déclaré il y a peu que “la liberté d’expression en Jordanie avait pour seule limite le ciel” !


Une réflexion au sujet de « Lèse majesté en Jordanie (brève) »

  1. En Jordanie comme dans beaucoup de pays arabes d’ailleurs, on entend souvent parler de la liberté d’expression mais entre le dit et l’acte il y a des interdits! peut-être avant d’atteindre le ciel, la liberté d’expression jordanienne doit s’arrêter un petit peu devant la Chaise Royale de sa magesté qui décidera ensuite si cette liberté est un acte de démocratie ou une une simple insolence!
    Je viens de voir un film de Rideley Scott ” Mensonge d’etat” ça donne déjà une idée sur les services secrets jordaniens et leur foncionnemment, même si je ne suis pas tout à fait d’accord avec touts les détails de l’histoire (comme vous savez le héros américain “sauveur du monde” est toujours présent dans ce genre de film!), le film a mis en évidence le sacré travail des agents “royaux” qui essayent de maintenir l’ordre!!!

Les commentaires sont fermés.