Omar et Ali sont dans un bateau… (Tania Saleh, Wehdé)

16 juin 2014
Par

taniasaleh

Comment ne pas désespérer du monde arabe et de ses horreurs à répétition ? Peut-être en se mettant à son écoute, comme on essaie de le faire dans ces chroniques depuis pas mal de temps déjà, en donnant à entendre quelques-unes de ses voix, même si elles semblent hurler dans le désert. Dans l’abattement d’un lundi en quête d’un billet qui ne serait pas totalement pessimiste, un courriel m’est venu d’une amie, qui ne se résout pas au « malheur d’être arabe ». Quelques lignes, renvoyant à un lien sur Internet, une chanson de Tania Saleh intitulée Omar et Ali.

La chanson appartient au second CD de Tania Saleh (تانيا صالح), réalisé en avril 2011, neuf ans après sa première expérience en studio, à un moment où le monde arabe vibrait de l’espoir d’un changement. Un disque que la chanteuse libanaise, qui disait alors son bonheur de penser à l’avenir du monde arabe avec plus d’optimisme, avait choisi d’intituler Wehdé (Unité, prononcé à la libanaise, en référence à la naissance du Liban indépendant comme elle l’explique sur son site).

A l’image d’une très grande partie de la musique alternative arabe, Tania Saleh « invente » une tradition musicale qui associe enracinement dans les modèles locaux (ne serait-ce que par la réinterprétation de thèmes du patrimoine populaire) et emprunts aux musiques du monde, américaines en particulier (le folk et le jazz, au nord, et plus récemment les rythmes latins du Sud). Comme cette musique alternative également, Tania Saleh renouvelle la chanson politique, en délaissant un engagement trop étroitement militant au profit d’un discours ironique et même caustique. Marquée sans doute par ses premières collaborations avec Ziad Rahbani, elle préfère, ainsi qu’une bonne partie de la création contemporaine arabe, manier l’humour et la dérision (comme on le voit sur la pochette de son CD, en illustration ci-dessus).

Avant de vous laisser découvrir sa chanson, Omar et Ali (deux prénoms bien entendu « emblématiques » – si on peut l’écrire ainsi – des sunnites et des chiites), sachez qu’elle a lancé une souscription sur Zoomal (ceux qui ont de l’argent), un site de financement communautaire. Trop tard pour y participer, c’est déjà largement couvert, ce qui est le signe que sa voix, et toutes celles qui se reconnaissent en elle, existent tout de même, quelque part. Voilà au moins une bonne raison d’espérer, à défaut de rêver qu’elles se fassent entendre tout de suite…

En dessous de la vidéo, les paroles en arabe (trouvées sur le site Enfants de Tripoli, une ville qu s’y connaît pour ce genre de problèmes !), et un essai de traduction de ce texte écrit, comme la quasi totalité des chansons de Tania Saleh, en pur « libanais » :

Omar, parle avec Ali يا عمر كلّم علي
Allez, lève-toi, viens lui dire bonjour قوم اوقف سلّم علي
Il vient du bout du monde جايي من آخر دني
Allez, debout, c’est pas une affaire ! اوقفلو مرة شو عليه
Omar, parle avec Ali يا علي كلّم عمر
Il est là, il te tend la main واقف و مادد إيديه
Approche un peu قرّب فشخة يا علي
Fais-lui un gros bisou قرّب بوسو من عينيه

Tu ne peux pas rester avec lui لا قادر عايش معه
Mais tu ne peux pas te passer de lui ولا فيك تكفّي بلاه
Allez, on arrête ça, venez حلّو هالقصة تعو
On n’a pas besoin de problèmes en plus ! مش ناقصنا بلبله

Tous les grands livres venus du ciel كل الكتب المنزله
Tous les prophètes envoyés كل الرسل المرسله
Ont dit que la solution c’était de s’aimer قالو الحبّ هو الدوا
C’est comme ça qu’ils ont réglé le problème و حَلّو كل المسألة
Omar, parle avec Ali يا علي كلّم عمر
Le monde c’est un village العالم صار حارة صغيرة
Et ça se joue dans la cour des grands  لقضىيس و اللعبة لعبة كبيرة
Tu veux jouer Omar ? بدك تلعب يا عمر
Ben il faut le faire avec Ali لازم تلعب مع علي
Allez Ali, pas de hurlements يا علي بلا ولوله
Allez Omar, pas la peine de jouer le petit homme يا عمر بلا مرجله
Que Dieu punisse celui qui a été méchant avec toi, avec toi et avec lui الله يجازي اللي بلاك
يلي بلاك و إلي بلاه

Avec toi et avec lui ا
يلي بلاك و إلي بلاه


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : islam, Liban, panarabe

Un commentaire pour “ Omar et Ali sont dans un bateau… (Tania Saleh, Wehdé) ”

  1. ندى le 16 juin 2014 à 20:35

    “لا قادر عايش معو…
    ولا فيك تكفي بلاه…”
    شكرا ايف
    وعلى أمل يضل في أمل إنو عمر وعلي يكلموا بعض.


Carnets de recherche