Le magistère intellectuel saoudien (1/2) : la tentative d’assassinat contre A’id al-Qarnî

qarni1

Certains esprits forts ont probablement déjà commencé à sourire en lisant l’expression « magistère intellectuel saoudien » dans le titre de ce billet, tant il est vrai que pour beaucoup ces trois mots ne vont pas ensemble ! Quel que soit son rang dans la « communauté » des Etats importants au niveau régional et même mondial, le « Royaume des hommes » ne saurait se targuer de peser très lourd sur la scène intellectuelle ou même culturelle locale, et à plus forte raison internationale.

Une telle opinion, toutefois, ne rend pas assez justice aux nouvelles élites saoudiennes dont l’existence même montre bien qu’il y a, au sein de cette société, un irrépressible désir de changement (une navigation à partir de l’onglet « Saoudie » sur ce blog permet facilement de s’en rendre compte). Mais surtout, un jugement aussi péremptoire sur la faible influence du pouvoir wahhabite sur les esprits de la région est le produit d’une vision qui s’en tient à des critères très élitistes (et probablement dépassés) pour éviter d’avoir à regarder de trop près la réalité des choses, beaucoup moins plaisante à observer.

Dans cette autre réalité, voilà des décennies que l’Arabie saoudite, et plus largement les puissances du Golfe, se servent (fort logiquement d’ailleurs) de tous les moyens à leur disposition pour soutenir leur conception du monde. Non sans succès car il y a désormais une incontestable « empreinte wahhabite » sur les esprits arabes, sur l’imaginaire de la région et sur ses représentations identitaires. Une empreinte qui devient évidente dès que l’on pose sur cette partie du monde un regard qui embrasse le dernier demi-siècle par exemple. Pour le faire de manière très agréable, il n’y a qu’à feuilleter « l’album » familial collectif disponible sur internet grâce au site Zamaaan (Jadis) : le décalage entre les images d’aujourd’hui et celles d’hier est assez cruel…

Au moment d’écrire ces lignes, presque 24 heures après l’attentat dont vient d’être victime cheikh A’id al-Qarnî (ou encore Aaidh Algarne عائض القرني), les recherches sur « Google actualités » ne donnaient pas grand chose pour les sources « occidentales ». « En face », si on peut s’exprimer ainsi, la même requête en caractères arabes donnait plus de 200 000 résultats. On y apprenait ainsi que le roi d’Arabie saoudite a jugé bon d’affréter un avion pour garantir le retour du blessé dans les meilleures conditions possibles, tandis que les plus hauts dignitaires de l’islam (d’inspiration wahhabite), al-Qardawi (القرضاوي) et al-‘Arifî (العريفي) entre autres, lui ont manifesté toute leur sympathie. Difficile d’apporter une meilleure illustration de ce « fossé entre les civilisations » qui fait que les médias de « notre » univers se révèlent à la fois totalement sourds et aveugles à un événement qui reçoit, ailleurs, pareil écho. Car cheikh A’id al-Qarni n’est pas n’importe qui, y compris selon les critères de l’heure, à savoir les fameux algorithmes supposés délivrer la vérité numérique du monde : 1 million de tweets ont commenté l’événement passé presque inaperçu de nos radars médiatiques…

Rapidement mentionné dans un ancien billet dans lequel on signalait justement son influence au regard d’autres noms de la scène éditoriale saoudienne, bien plus célébrés, ce prédicateur est décrit comme un partisan du juste milieu (وسطي), entre conservateurs et libéraux. Il est ainsi capable de condamner (en 1990) la présence militaire américaine en Arabie saoudite, mais également de déclarer en substance, dans un film tourné en 2005 à l’intention du public non musulman, qu’il est plus important pour une femme de se comporter « modestement » que de se couvrir les mains et le visage… Poète à ses heures, repris par les plus célèbres des chanteurs à la mode, auteur tellement prolixe qu’il s’est fait prendre à plusieurs reprises à copier sur les autres (y compris des écrivains femmes), cheikh A’id al-Qarnî dispose sur Twitter d’un réseau de plus de douze millions de « suiveurs » (ce qui le place tout près de la liste des cent plus gros comptes Twitter dans le monde, dans laquelle figure un autre cheikh saoudien, Muhammad al-‘Arifi). Acteur fébrile des réseaux sociaux sur lesquels il a laissé plus de 80 000 de ses précieux messages en moins de 140 caractères, cette vedette de l’islam médiatique a publié plus de 800 enregistrements de sermons et une bonne cinquantaine de vidéos de ses causeries religieuses.

Affiche de la conférence d'al-Qarni à Zamboanga (Philippines)
Affiche de la conférence d’al-Qarni à Zamboanga (Philippines)

On ne sait pas encore grand chose sur l’attentat dont il a été victime, mais le lieu où il s’est déroulé (Zamboanga, une ville des Philippines qui fut le théâtre, en 2013, d’une éphémère insurrection islamique) est déjà l’indice qu’il ne s’agit pas d’un banal fait divers. Etant donné que A’id al-Qarnî appartient à une liste de quelques religieux saoudiens nommément menacés par l’Etat islamique, il n’est pas exclu que des membres de Daesh aient mis cette menace à exécution, ou bien encore qu’il s’agisse d’une provocation fomentée par une partie ou par une autre. Faut-il penser, avec la rédaction de Rai al-yom, qu’il s’agit peut-être d’une nouvelle phase du conflit qui secoue tout le Moyen-Orient, avec des attaques dirigées, désormais, contre les grandes figures de l’islam « version saoudienne » ? En tout état de cause, on comprend l’importance des réactions et des commentaires dans le monde arabe et musulman. On s’explique moins en revanche le total désintérêt, ailleurs, pour cet attentat contre une des figures religieuses les plus populaires auprès d’un cinquième des habitants de la planète…

Tant que notre regard sur le monde arabe (et musulman) fera preuve d’une curiosité aussi sélective que paresseuse, tant qu’on restera incapable de s’intéresser à tout cet arrière-plan intellectuel et culturel, tant qu’on manifestera autant de « crasse ignorance » vis-à-vis de ce qui se passe à l’extérieur des écrans multiples qui nous servent de radars sur la marche du monde, le « choc des civilisations » ne pourra que se confirmer. Comme le montre l’exemple de cet attentat, le « magistère intellectuel saoudien », aussi massif et pesant qu’il soit, est voué à rester, et pour longtemps, un mystère impénétrable. Il n’a de chance d’être connu, hors du monde arabophone, que si, par extraordinaire, il est repris par quelque voix « indigène », de celles qui portent assez loin pour qu’elles nous parlent et nous transmettent leur inquiétude.

Cependant, comme elles ne sont pas intégrées à ce qui ce qui fabrique depuis des décennies, à savoir cette « tutelle sur les esprits » arabes et musulmans, et comme elles sont, au contraire, instrumentalisées dans un débat intellectuel fort hexagonal et/ou européen, ces mises en garde venues d’outre-Méditerranée, aussi courageuses et lucides soient-elles, portent à faux. Inévitablement, elles s’inscrivent dans un combat qui n’est pas exactement le leur. Dans ce déplacement d’une rive à l’autre − proprement vertigineux si on prend comme mesure un critère tel que l’importance des flux numériques −, toute lecture s’en trouve faussée ; d’autant plus que l’information donnée dans telle ou telle chronique ou point de vue est régulièrement mise au service, chez bien des acteurs, de l’opportunisme et de la mauvaise foi. En tout état de cause, l’exemple de l’indifférence presque totale à cet attentat contre une des personnalités phare dans une autre partie du monde  révèle une ignorance stupéfiante (et assez satisfaite) vis-à-vis des phénomènes les plus massifs de la culture « de l’autre/l’Autre ». Une culture qu’on n’est pas près de comprendre tant on s’obstine à l’ignorer (ce qui n’empêche guère de porter des jugements définitifs à son encontre).

C’est de cela aussi que témoigne, une fois de plus car le phénomène est tristement récurrent, la polémique provoquée par les contributions, dans divers journaux internationaux (Le Monde, le New York Times), de l’écrivain algérien Kamel Daoud. Occasion pour moi de m’associer pleinement aux signataires qui, sous le titre Nuit de Cologne : « Kamel Daoud recycle les clichés orientalistes les plus éculés », ont publié une tribune tellement critiquée.

(Ajout quelques heures plus tard) Et le fait que le Premier ministre français « monte au créneau » comme l’écrit Le Monde, pour soutenir l’écrivain algérien vaut, pour moi, confirmation de ces analyses.)


14 réflexions au sujet de « Le magistère intellectuel saoudien (1/2) : la tentative d’assassinat contre A’id al-Qarnî »

  1. Vous faites bien à déplorer la distraction des médias et des intellectuels non-arabophones vis-à-vis de toutes les voix peu susceptibles de rentrer dans des critères sélectifs très arbitraires, pour ne pas dire des impératifs des modes. Cependant, vous auriez pu profiter de l’occasion de ce post pour nous expliquer en quoi la voix de A’id al-Qarni serait-elle si intéressante, ou tout de même si représentative des tendances actuelles, au point de lui valoir un succès si massif chez ses follower arabes (ou arabophones). Vous laissez entrevoir quelque chose sur sa rhétorique du juste milieu (qui d’ailleurs est un argument presqu’omniprésent chez les Sunnites…) tout en laissant le lecteur sur sa faim, alors que les quatre quints du post sont consacrés à déplorer le silence des autres…

    1. Perso je ne suis pas islamologue, et donc mal placé pour dire ce qu’il y a d’intéressant, du point de vue doctrinal, chez al-Qarni (pour ce que j’en sais, à mon goût, c’est nul !) Ma position est celle du sociologue : peu importe la « valeur » de la chose, un tel public, cela signifie (sociologiquement parlant) quelque chose et il faut s’y arrêter d’une manière ou d’une autre, on ne peut pas juste l’ignorer. Je déteste la télé-réalité mais, manifestement, son succès dit quelque chose sur les gens qui la regardent. En gros, je défends ce point de vue. Puisque l’islam suscite tellement d’intérêt (et de vocation chez de prétendus spécialistes), commençons un peu par regarder, méthodiquement, les choses et ne passons pas à côté d’événements qui ont, pour les acteurs qui semblent nous intéresser, une telle importance. Merci en tout cas de votre remarque. Juste une chose que j’allais oublier : y compris chez les arobophones, intellos ou pas, la tendance, malheureusement, est de suivre le bon vieux conformisme pour ne suivre que les valeurs sures, à la réputation bien consacrée. On aimerait bien que lesdits araophones (ou arabisés) fassent, plus souvent, preuve de vraie curiosité, laquelle ne consiste pas forcément à chercher les bonnes valeurs, les bons textes, les bons auteurs, mais à comprendre ce qui fait sens, dans une culture, pour qui, à quel moment, dans quelles circonstances…

      1. Bonsoir,

        Aïd Al Qarni est connu pour avoir publié à son nom des livres très appréciés dans le monde musulman. Il est certes de tendance wahhabite mais sa qualité est qu’il promeut une certaine spiritualité dans ses écrits, alors que les ouvrages wahhabis en sont souvent dénués et se focalisent sur le volet juridique de l’Islam, en le déformant qui plus est. Il y’a une grande tension entre musulmans sunnites « classiques » et musulmans sunnites wahhabis, les premiers reprochant souvent aux seconds d’être complètement dénués de de préoccupations éthiques ou spirituelles, et ce prédicateur a l’avantage de pouvoir contribuer à les apaiser sur ce point.

        Par contre, politiquement, il ne semble pas très intéressant. Un attentat contre le cheikh Al Qaradawi aurait je pense eu plus « d’impact » à cause de ses positions marquées (sur l’Islam, la réforme intérieure, la politique). On a l’impression que les auteurs de l’attentats, quels qu’ils soient, cherchent à tâter le terrain en s’en prenant, petit à petit, à des figures du monde musulman dont l’importance irait en grandissant. Ce qui ne manquerait pas de causer beaucoup de remous, un peu comme ce qui s’est passé avec l’exécution de l’imam chiite en Arabie Saoudite.

        1. Je ne sais que vous répondre ! Al-Qarni, de fait, n’est pas un type passionnant (à mon sens en tout cas) mais son succès est important et il faut le comprendre. Votre remarque sur sa « spiritualité », relativement rare (on va dire sous cette forme) pour un wahhabite, est une piste intéressante…

  2. Tout à fait d’accord avec cette lacune dans l’étude de ce qu’il se passe dans le monde arabe … On ne choisit souvent que ce qui nous arrange, et on refuse de voir ce qui ne nous arrange pas. Et rares sont les articles réfléchis sur l’Arabie et son influence dans nos médias … C’est en général tout blanc ou tout noir, sans nuances, sans explications réelles.
    Pour ma part, je n’ai pas beaucoup compris en quoi l’album Zamaan, reflets du passé, montrait l’influence wahhabite de nos jours, par comparaison : certes les photos sont très belles, et on croirait presque à un monde sans guerres ni tensions géopolitiques (ce qui est évidemment illusoire), mais c’est tout … Ou alors s’agit-il, une fois de plus, des femmes, moins voilées, plus occidentalisées, (donc plus à notre goût, signe de « civilisation ») ?
    En tous cas l’influence wahhabite est claire et nette, mais depuis que je voyage entre le Liban et la Jordanie, je me rends compte aussi que si ce genre de personnalité est écoutée, les esprits sont très très critiques envers l’Arabie, et je ne sais pas si l’influence wahhabite sera durable … Mais bon, peut-être fais-je l’erreur moi aussi de ne souhaiter que ce qui m’arrange !

    1. Ravi de ces commentaires qui m’obligent à être plus clair et à revoir moi-même mes propres idées sous un autre regard ! De fait, en mentionnant Zamaan (outre le fait que j’aime bien ce site), il y avait l’idée, bien inscrite quelque part chez moi, d’évoquer « un monde sans guerres ni tensions géopolitiques (ce qui est évidemment illusoire), mais c’est tout … Ou alors s’agit-il, une fois de plus, des femmes, moins voilées, plus occidentalisées, (donc plus à notre goût, signe de “civilisation”)… Pour ma « défense », je dirai que le voile m’importe fort peu mais que, dans ces photos, je vois une sorte de foi en l’avenir, une capacité d’ouverture et de tolérance auxquels je suis (peut-être à tort) sensible… Quoi qu’il en soit et en dehors de tout jugement de valeur (préférence pour telle ou telle forme de vie), le contraste entre ces images d’il y a quelques décennies, et celles qu’on prend aujourd’hui, est flagrant, et c’est surtout cela que je voulais signifier. Sur l’influence durable des Wahhabites, la question est fondamentale… Sans se laisser fasciner par ce fait divers, la destitution d’un député égyptien ce jour, parce qu’il était « coupable » de normalisation excessive avec Israël, est bien le signe que les esprits dans la région ne sont pas au diapason des intentions et des actes des Saoudiens et autres puissants du Golfe (et d’ailleurs). A terme, cette « résistance » finira bien par se manifester, je suis d’accord avec vous. Mais, en même temps, après la destruction de la Libye, de l’irak, de la Syrie, du Yémen, pour ne rien de la Palestine et des pays qui « attendent leur tour », que restera-t-il à sauver ? Quand des générations sont élevées une ignorance volontiers fanatique, comment reconstruire quelque chose ?

  3. La polémique autour de l’article de Daoud mériterait un traitement plus approfondi que celui que vous lui accordez. La tribune des universitaires en réponse à l’article de Daoud me parait au moins aussi problématique que l’article original. Elle recycle les accusations d’islamophobie les plus éculées, ce qui ne manque pas de sel lorsqu’elles sont adressées à un intellectuel algérien. Oui, Daoud manque certainement de nuances, mais il me parait peu opportun de balayer toute réalité à ses propos sous prétexte qu’il s’agirait de simples clichés… Oui, Daoud va sans doute un peu vite en parlant du monde d’Allah comme d’une entité homogène, mais peut-on vraiment lui contester la légitimité de parler de son propre monde d’Allah, celui de son vécu? Rappelons que la majorité des interpellés dans l’affaire de Cologne sont justement originaires du Maghreb. Le gros problème de cette tribune, c’est surtout quelle refuse d’adresser les questions que soulève Daoud sur le fond, en particulier la question de l’intégration des réfugiés, alors qu’il y a là une vraie question.

    1. Vous avez raison, il faudrait des commentaires plus longs mais le billet l’était déjà un peu et, surtout, j’essaie de faire que CPA traite de questions « de là-bas ». La discussion que vous évoquez (même si elle a tourné à la polémique) est largement franco-française, mais j’avais envie de mentionner mon accord avec le texte qui ne vous a pas trop plus. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai mis le paragraphe en question en italiques, pour signaler que c’était un peu à côté du sujet.

  4. Merci pour ce post, mais de quoi s’agit-il ? vu via Facebook, je veux bien intégrer mon ignorance, mais avec s’il vous plaît, une mise en perspective serait bien utile pour permettre au profane comme moi, de comprendre pour plus tard assimiler les éléments culturels, politiques, socio-géographiques et historiques du sujet en question. Bref, votre post n’est compréhensible que si je fais l’effort de faire des recherches assidues, en ai-je le temps, l’envie, ou l’appétence ?

    1. Bon, si cela donne à certains l’envie d’aller voir par eux-mêmes, c’est parfait me semble-t-il. A la différence de pas mal de billets de CPA, celui-ci ne cherchait pas à présenter quelque chose de pas très connu si on n’est pas spécialiste (même superficiellement pourrait-on me reprocher souvent, mais c’est un billet sur un carnet de recherche, pas un article et encore moins un ouvrage). L’idée était surtout de souligner l’étonnante disparité des centres d’intérêt, et surtout le fait que tout le socle de ce qui fait le « pouvoir » saoudien sur les esprits est très très très peu connu…

  5. Bonsoir,

    Mon commentaire ne portera pas sur l’article en lui-même. Je voulais juste vous remercier car je suis très heureuse de découvrir ce carnet de recherches, je le trouve très intéressant et en tant qu’occidentale « d’origine arabe », je suis avide de mieux connaître les réalités de ma culture d’origine que je connais très peu. Or, souvent, je ne me sens pas représentée par ceux que l’on « charge » de parler des « arabes, » souvent pour « confirmer » nos clichés avec des chroniques caricaturales et destructices. Sur ce carnet, je vois des articles qui amènent à s’ouvrir à l’Autre avec des points de vue constructifs, basés sur des faits et une volonté de construire des ponts entre « Orient » et « Occident ». Je suis sûre que j’apprendrai beaucoup en suivant ce carnet, et je tiens encore une fois à vous en remercier.
    En espérant pouvoir moi aussi, un jour, contribuer comme vous à construire des ponts.

    Cordialement.

  6. Les « millions » de tweets doivent etre relativises du fait de l’influence des media des monarchies archaique du petrol-dollars. AlQarni a deja ete condamne pour plagiat mais l’information est passe inapercue pour des raison evidentes.
    Par contre, il ne faut pas se faire d »illusion sur la position d’AlQarni , car lui et ses « collegues » comme AlArifi ne sont en fait que les ideologue d un certain Da3eshisme de Palais, cad au services des AlSaud, ils pronent la paix au sein du royaume tout en jouant la terre brulee ailleurs dans les autres pays musulmans. Ce sont tout des terroriste (reels et potentiels), mais lui preferent laisser la boucherie pour son « etat » wahabiste.

    1. Pour les millions de Tweets, on sait que des followers peuvent être achetés, y compris en grande quantitié. Mais à ce jeu-là, tout le monde est à égalité et cela ne change rien au « succès » du prédictateur en question.

Les commentaires sont fermés.