Gaza sous une pluie de feu

29 décembre 2008
Par

“Gaza sous la pluie”, illustration du Libanais Mazen Kerbaj publiée dans Al-Akhbâr (voir aussi son blog).

Le titre est une allusion à “Gaza sous le feu”, l’expression utilisée dans la presse arabe, et notamment par Al-Jazeera, pour parler des attaques israéliennes.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

7 commentaires pour “ Gaza sous une pluie de feu ”

  1. Catherine H. le 1 janvier 2009 à 15:15

    Magnifique et bouleversant dessin qui dit très efficacement la solitude du peuple palestinien de Gaza.

  2. johnny le 2 janvier 2009 à 0:48

    bR1rr5 Thanks for good post

  3. ever le 3 janvier 2009 à 21:13

    en ces temps de “pluie”, les invectives tombent dru… http://passouline.blog.lemonde.fr/2009/01/03/les-traducteurs-occidentaux-sont-ils-des-barbares/
    Est-ce qu’un grand traducteur de romans arabes, accusé parmi d’autres “dans leurs traductions, [...d']accrédite[r une...] vision d’un univers folklorique issu des Mille et une nuits, charriant des clichés sur l’homosexualité, le harem et le roi des rois Shahryar, qui ne sont pas représentatifs de la culture et de la tradition musulmanes ” et par ailleurs renommé connaisseur des milieux littéraires égyptiens ici vociférant, nous proposerait un éclairage?

  4. Khalloud le 4 janvier 2009 à 9:50

    Attention!
    - Si l’on se réfère aux sites d’information arabes, il semble que Matar – excellent poète par ailleurs – n’ait pas exactement dit ça. Ce qu’il a vraiment déclaré lors de ce colloque était discutable mais très en deça de ce qu’on lit à présent, mais a été successivement déformé/caricaturé par Daily News (rapportant des propos tenus à la sauvette à la sortie du colloque) puis par Assouline relayant l’info publiée par Daily News.
    - Apparemment Matar a juste fait remarquer (ce qui n’est pas entièrement faux), que l’Occident avait tendance à privilégier les oeuvres confortant les clichés sur le monde arabe. Il n’a jamais parlé d’homosexualité.
    - Assouline, coutumier du fait, livre un traitement quelque peu polémique (axé sur l’intolérance vis-à-vis de l’homosexualité), de sorte que Matar a l’air d’un abruti inculte (ce qu’il n’est pas) qui crierait haro sur les traducteurs. Ce qui est vrai, c’est qu’il est un peu énervé (comme beaucoup de gens dans le monde arabe en ce moment) et l’énervement ne facilite pas la nuance dans le discours.
    - Par ailleurs il se trompe d’adversaire; il devrait viser plutôt certaines institutions culturelles européennes et maisons d’édition, et non les traducteurs dont le rôle est assez limité. C’est une confusion assez commune ici et ailleurs de surestimer le rôle des traducteurs dans le choix des livres qui paraissent, de leurs couvertures et de leurs titres (parfois exotisants en effet – voir “Les fils de la Médina” pour Awlâd Hâratina de Mahfouz).
    - Il se trompe aussi en pensant que le processus de traduction vers les langues européennes pourrait être contrôlé ou même influencé par des institutions/officines, c’est méconnaître absolument les lois du marché du livre.

  5. amima le 5 janvier 2009 à 23:20

    je voulais dire que ce dessin le manque quelques choses.. cadavres des enfants ..des femmes ..des vieux et des vielles ..le sang qui coule partout….tous des innocents…et le manque aussi un soldat sioniste qui croit qu’il est courageux!!!!!
    courage!!!!!!courage!!!!! quelle honte!!!

  6. HouariB le 6 janvier 2009 à 0:01

    Merci pour ce billet for intéressant. Pour ma part j’avais vue de l’ironie dans votre commentaire sur Assouline .
    J’ai appris une chose parlant de l’Égypte, Moubarak est surnommé la vache qui rit par les égyptiens. J’était resté à rih fi elrih …
    Vraiment George Habache avait bien raison..
    Sur AngryArab, j’ai cru comprendre qu’il y a eu un coup d’etat avorté en egypte du fait de la trahison avérée de Moubarak.

  7. Zeck le 13 janvier 2009 à 22:10

    Il y a les couleurs du sang et de la cendre. Et c’est la nuit.


Carnets de recherche