Mahmoud Darwich : le feuilleton d’un héritage

6 avril 2009
Par

Peu avant sa mort en août dernier, Mahmoud Darwich aurait confié à ses proches qu’il avait un recueil prêt à être publié. Son frère, avec un petit groupe d’amis, en a donc cherché la trace dans les papiers du poète et a trouvé, de fait, différentes ébauches, ainsi que des poèmes plus achevés.

Que faire pour la publication ? Sirine Hulayla (ض (سيرين حليلة) a rapporté récemment les questions qui se sont alors posées à ce « comité des amis ». Bon nombre d’entre eux pensaient qu’il ne fallait retenir que les textes clairement achevés. Mais le romancier libanais Elias Khoury a fini par convaincre tout le monde en expliquant que, s’il fallait donner aux lecteurs la possibilité de découvrir ces derniers textes, personne ne pouvait prendre la place du poète disparu. Il convenait donc de donner au public l’intégralité des textes, sans y toucher. Cependant, cette publication posthume ne devrait pas paraître comme un recueil (dîwân) à l’égal des précédents, mais, au contraire, sous un titre différent, Les derniers poèmes, pour bien marquer son caractère inachevé.

Trois mois à peine après cette décision, Riad El-Rayyes, l’éditeur exclusif de Mahmoud Darwish depuis le début des années 1990, mettait sur le marché (à la mi-mars) ce nouveau livre du poète palestinien : Je ne veux pas de fin à ce poème… (لا أريد لهذه القصيدة ان تنتهي ). Le titre, reprenant celui de la pièce la plus aboutie du volume, n’est pas celui de l’auteur à qui la mort n’a pas laissé le temps de donner la touche finale à son texte. C’est le choix d’Elias Khoury, qui a donné les textes à l’éditeur (un peu plus de 150 pages, une trentaine de pièces) et qui a accompagné la publication d’un petit opuscule d’une trentaine de pages dans lequel il explique aux lecteurs les conditions qui ont permis que soient retrouvés ces textes.

Les problèmes ont commencé lorsqu’un certain nombre de poètes – Shoukri Bazzi (شوقي بزيع) dans Al-Hayat, Muhammad Shams Al-din (محمد علي شمس الدين ) dans le Safîr entre autres – ont fait part de leur étonnement en découvrant dans le texte plus d’une faute, notamment au niveau de la prosodie.

En effet, si une partie importante de la poésie arabe contemporaine relève aujourd’hui de ce qu’on appelle en français le vers libre, Mahmoud Darwich pratiquait quant à lui le « poème cadencé », c’est-à-dire cette écriture poétique qui s’est diffusée dans le monde arabe avec l’école irakienne des années 1950 et qui, tout en se libérant de nombre des conventions poétiques de l’âge classique, n’en conserve pas moins une part important de ses règles rythmiques fondées sur une alternance codifiée de séquences brèves et longues.

Pour certains, c’est bien mal servir la mémoire du poète disparu que de publier un recueil aussi fautif. Et la critique s’adresse donc à ceux qui sont à l’origine de la publication, à commencer par celui qui en a publiquement endossé la responsabilité en accompagnant les poèmes de son propre texte, à savoir Elias Khoury. Lequel n’est sans doute pas étranger à un plaidoyer que publie alors Al-Hayat où il est affirmé, à grand renfort d’interprétations savantes – rendues possibles par le fait que le système graphique de l’arabe autorise plusieurs lectures – que « Mahmoud Darwich ne se trompait pas ! » [sur les questions de prosodie en tout cas...]

Sans doute, mais le texte n’en est pas moins bourré de fautes, répond ironiquement Shoukri Bazzi à celle qui a eu la maladresse d’indiquer dans son article qu’elle a eu accès au texte original. Car tel est bien le problème pour Riyad El-Rayyes (رياض الريس), une des parties potentiellement « responsables » des erreurs qui entachent la réputation du poète palestinien. Dans une tribune publique, reprise par plusieurs quotidiens, le responsable de cette très grande maison d’édition rappelle que Darwich corrigeait attentivement les épreuves qu’il lui soumettait, et qu’il travaillait à partir du texte original fourni par l’auteur. Or, malgré ses demandes réitérées auprès d’Elias Khoury, il ne lui a pas été possible d’obtenir copie de ce texte original et il a donc dû se contenter d’une version électronique, publiée telle quelle. Quant au texte d’Elias Khoury, Rayyes explique qu’il lui a fallu batailler ferme pour qu’il soit imprimé à part, et non pas sous forme de préface ou de postface au recueil, ce qui ne s’était jamais produit du vivant de Darwich. Enfin, Rayyes regrette publiquement que le « comité des amis » ait confié l’édition de ce volume à quelqu’un qui a fini par se l’accaparer, et affirme envisager une nouvelle publication du volume, corrigé, et cette fois sans le commentaire d’Elias Khoury, bien entendu !

Bien entendu, ce que recouvre en réalité cette polémique, c’est la question (trop classique) de l’héritage non pas esthétique mais moral et politique de Mahmoud Darwich. Et ce qui est reproché à Elias Khoury, c’est d’avoir tenté de s’approprier symboliquement l’héritage littéraire de cette très grande figure des lettres arabes, ou pour le moins d’avoir donné l’impression de vouloir le faire.

Triste feuilleton du petit monde des lettres, qui n’est pas vraiment à la hauteur de la mémoire de ce très grand poète et qui révèle surtout combien le monde arabe est à la recherche de figures dans lesquelles il puisse se reconnaître.

Une polémique qui risque de se répéter dans quelques mois, lors du prochain ramadan, si, comme annoncé dans la presse dès novembre dernier, Faris Ibrahim mène son projet jusqu’à son terme. Spécialiste des séries télévisées construites autour de la biographie de célébrités culturelles arabes (les chanteuses Oum Kalthoum et Esmahane, le poète Nizar Qabbani), le producteur et acteur syrien a en effet en projet une version télévisée de la vie de celui qui a incarné l’affirmation palestinienne. Le tournage n’a pas commencé que déjà, sur Facebook, on se mobilise contre un tel projet.

L’héritage de Mahmoud Darwich risque fort de tourner au mauvais feuilleton...

Reste le souvenir de cette icône de la poésie arabe moderne, que l’on voit sur cette vidéo éclater en sanglots lors d’une lecture publique à Tunis, au souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour une cause à qui manque cruellement cette voix.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : littérature, Palestine, Tunisie

7 commentaires pour “ Mahmoud Darwich : le feuilleton d’un héritage ”

  1. Khalloud le 7 avril 2009 à 7:25

    Merci Yves pour cette note. Quelques réflexions:
    - Bien triste cette polémique... En même temps c'est une preuve de plus que Mahmoud Darwich faisait partie du patrimoine que chaque Arabe se sent fondé à défendre.
    - Des textes que Darwich n'a pu relire ne sauraient être donnés à lire comme des poèmes définitifs. D'un autre côté, la tentation devait être forte pour l'éditeur de "vendre" cet assemblage comme "son dernier recueil". L'éditeur n'est donc peut-être pas complètement innocent.
    - En fait, il aurait fallu mettre clairement en relief que ces textes étaient publiés uniquement comme des ébauches destinées à montrer à quoi allaient les dernières pensées de MD. Ne l'ayant pas eu en main et ne puis donc dire si cela était suffisamment clair pour le lecteur abordant le livre, mais sa couverture ressemble tout de même furieusement aux recueils précédents du poète
    - Pour autant qu'on puisse en juger, il semble y avoir tout de même eu une tentative de putsch intellectuel de la part d'Elias Khoury qui a peut-être vu là une ultime occasion d'allier son nom à celui du poète disparu. On ne préface pas Darwich, et le seul fait que cette idée ait pu traverser l'esprit de Khoury fait frémir.
    - Enfin, merci pour la lien à la vidéo de Tunis. Finalement, rien ne parle mieux de Darwich que lui-même scandant sa poésie...

  2. Darouèche le 7 avril 2009 à 13:41

    Il ressort de cette histoire que le projet de ce comité regroupant les amis du célèbre poète palestinien, Mahmoud Darwish, était de rendre – en quelque sorte – hommage à cet homme de lettres qui a long temps ébranlé les milieux intellectuel et politique arabes. Il est aussi probable (et sûrement, sans conviction…) que le comité des amis du poète ont voulu donner une présentation plus formelle à ces textes, d’où l’initiative du romancier libanais Eliyas Khoury de proposer une préface. Que cette initiative soit motivée ou non par des profits personnels de ces divers acteurs (en premier lieu Eliyas Khoury), il n’empêche pas de souligner quand même le courage et l’audace de ce comité à vouloir publier cet ultime ouvrage même si ce dernier présenterait éventuellement des erreurs grammaticales, syntaxiques, etc. Ce qui paraît être le cas ici.

    Mais ce qui est grave ici c’est l’objet de la critique arabe, je cite :
    « Les problèmes ont commencé lorsqu’un certain nombre de poètes – Shoukri Bazzi dans Al-Hayat, Muhammad Shams Al-din dans le Safîr entre autres – ont fait part de leur étonnement en découvrant dans le texte plus d’une faute, notamment au niveau de la prosodie ».
    Une critique qui exclut catégoriquement le fait que l’un des poètes arabes contemporains les plus célèbres pourrait faire des fautes au niveau de la prosodie, particulièrement là où le poète excelle le mieux. Et par conséquent, on impute la responsabilité de ces fautes à Eliyas Khoury pour qui on le soupçonne de vouloir tirer profit à cette entreprise. On pourrait se demander si on ne serait pas dans une optique plus traditionnelle de la critique arabe où l’on jugerait une œuvre par rapport à l’homme…

    Dans ces entretiens publiés en 1995, le poète palestinien s’est confessé à l’un de ses confrères, le poète libanais Abbas Beydoun, qu’il ne permettait à qui que ce soit de jeter un coup d’œil – furtif soi-il – sur ses brouillons, il veille à ce qu’il ne reste pas de traces derrière lui. Je cite :

    « Faites-vous des ratures ?
    Dans ce cas, je recopie tout le poème. Nombreux sont mes amis critiques qui demandent à voir les diverses étapes de mes manuscrits. Je leur dis de ne pas se fatiguer car je ne laisse pas de brouillons derrière moi. Je recopie systématiquement. » (cf. Mahmoud Darwich. La Palestine comme métaphore, par Elias Sanbar et Simon Bitton, 1997, p.54).

    Ces propos montrent bien à quel point le poète veillait à ce que ses poèmes soient achevés avant de les rendre public et ne donner au public qu’un travail d’excellence tant au niveau de la forme que du contenu (une langue claire et compréhensible pour mieux véhiculer son message tant politique qu’esthétique)…. comme si le poète voulait cacher à tout prix son côté humain au sens où il peut faire des erreurs syntaxiques par exemple. Il va même qualifier plus loin que l’écriture d’un poème (qasida) est tout un « rituel » à observer….

    Pour ce qui est de la publication de cet ouvrage posthume, le processus de composition des textes n’est pas achevé puisque le poète nous a quittés, il y a quelque temps. C’est une opportunité pour les lecteurs (j’allais dire les « fans » de Mahmoud Darwish) de découvrir leur poète préféré dans ce qu’il appelle « rituel » pour caractériser le processus de composition de ses textes. C’est aussi un moyen pour ces derniers de communier avec la pensée de ce grand homme, un moyen d’observer pas à pas la genèse d’une qasida chez Darwish… même si l’ouvrage porte des fautes de la prosodie. Le public est quand même avisé !!!

    Darouèche

  3. Khalloud le 7 avril 2009 à 20:45

    Merci Darouèche (إسم على مسمي؟) de cette contribution détaillée.
    Je ne me souvenais plus de ce passage de "La Palestine comme métaphore". A le (re)lire, on se dit que là où il est (le paradis des poètes), il ne doit pas être très heureux que ses amis soient allés farfouiller dans ses tiroirs. A vrai dire, ça ne fait que me confirmer dans les réserves que j'avais exprimées à l'égard de cette entreprise...

  4. Darouèche le 8 avril 2009 à 13:56

    Merci Khalloud pour la remarque sur mon prénom.

    (...)

    Le passage que j'ai cité va effectivement dans le sens de votre propos, mais si l'on prend en compte les révélations des proches du poète concernant l'existence de ce "recueil de textes inachevé", ceci change complètement la donne. En effet, c'est le poète lui même qui en a parlé à ses proches ( à part si ces derniers ont menti pour se discréditer auprès de la loi et du public, ce qui m'étonnerait fortement).

    A mon sens (et ceci n'engage que moi), le poète a confié à ses proches son projet d'éditer un "recueil de textes" pour une raison : prenant conscience de la dégradation de son état physique (problème cardiaque), il savait ou présageait déjà le pire si l'on en croit un article signé par un des écrivains arabes et ami proche du poète dans l'hebdomadaire "Al-quds al-'arabiiyy". Malheureusement, je ne m'en souviens pas du nom de cet écrivain.... Ce texte a été publié quelques jours après la mort de Darwish; et son auteur revenait sur ses dernières discussions avec Darwish, particulièrement sur son état de santé, son moral, ... avant de prendre le vol vers les États-Unis où il devait subir cette intervention chirurgicale qui lui a été fatale. Ceci étant dit, je pense que le fait que le poète ait mis au courant à ses proches de l'existence de ces "feuillets", c'est parce qu'il se doutait probablement - au fond de lui même - qu'il y aurait plus de chance de ne pas arriver à terme de son projet. Et, en quelque sorte, il voulait leur "léguer" quelque chose (si je puis dire) ... un travail en réflexion, un travail inachevé. Lui qui n'a cessé de clamer que sa poésie est son seul héritage.

    Il faudrait peut être arrêter de soutenir l'idée selon laquelle la publication posthume de cet ouvrage va tâcher considérablement la réputation de cet homme, de ce symbole national. Appréhender un grand homme, politicien ou intellectuel, ne consiste pas seulement à observer ses meilleures œuvres. Il faut aussi l'observer à travers ses "faux pas" ou même à travers ses travaux inachevés. Ce qui est le cas ici pour notre poète.

    J'ajouterai une remarque qui mérite attention même si on n'est pas dans le même contexte : pour mieux appréhender la question de l'autofiction (un nouveau concept qui cherche à faire une place dans les genres littéraires), les critiques occidentaux sont allés fouiller sur les brouillons de celui à qui on lui attribue la paternité de ce concept, Serges Doubrovsky, en étudiant de près ses feuillets intitulés "Le Monstre", puis réédités sous le titre "Fils" (1977). Bien évidemment, Serges Doubrovsky n'est pas mort, mais relire ses textes "bourrés" de fautes ne lui a pas porté préjudice dans sa qualité d'auteur et de théoricien. Pourquoi ne serait-il pas le cas pour Mahmoud Darwish? Pourquoi ne pas considérer cette publication comme une aubaine pour les critiques littéraires de déchiffrer la création poétique de ce poète? ...

    Je pense que c'est là où il y a problème. La critique arabe devrait se débarrasser de tout ce qui est symbolique qui entoure les écrivains pour mieux observer leur création artistique. quitte à les démystifier.... Pour finir, cette polémique qui n'est d'autre qu'une anecdote en soit n'est à mon sens pas fondée dans la mesure où on n'arrive toujours pas à "démystifier" ni à "désacraliser" les auteurs et poètes arabes, classiques ou contemporains. Une position qui tâche énormément l'objectivité que doit avoir un critique.

  5. YGQ le 8 avril 2009 à 17:25

    Ravi de constater que ce billet suscite tant de commentaires ! Cela montre que Darwich reste vivant, pour ses lecteurs au moins.

  6. Khalloud le 8 avril 2009 à 20:11

    Oui, Yves, Darwich est bien vivant!
    @Darouèche. Je ne me place pas vraiment dans l'optique que cette publication risque de tacher la mémoire de Darwich, sa réputation n'est plus à faire. Par ailleurs, je suis d'accord qu'il ne s'agit pas de considérer l'artiste comme une icône à laquelle personne n'aurait le droit de toucher.
    Mes réserves sont davantage liées au fait que je ne suis pas sûr que la manière dont la publication s'est faite respecte la volonté - fût-elle implicite - de l'auteur. Votre interprétation selon laquelle, en évoquant l'existence de ces poèmes, il aurait voulu inconsciemment prier ses amis, s'il lui arrivait malheur, de les publier, n'est pas invraisemblable, mais tout de même un peu hardie.
    Cette publication a certes un intérêt, celui de savoir, comme je l'ai dit, à quoi allaient les dernières pensées de Darwich. Mais il aurait fallu mieux la différencier des recueils publiés de son vivant et clarifier leur statut dès la couverture de l'ouvrage...

  7. Mohamed El jerroudi le 22 mars 2011 à 18:43

    Il s’a git bien sûr des écrits du poète M.Darwich. Je trouve cela normal qu’après sa mort tous ses manuscrits qu’il a laissé suscitent cette polémique. Une polémique justifiée puisque un poète comme lui continue à déranger. Même après sa mort.