En ce moment sur vos écrans ! Images de la révolution arabe

En Tunisie, en Egypte ou encore en Libye, la montée de la colère populaire a suscité un même réflexe de la part des autorités politiques : couper ! Couper tous les accès aux canaux par lesquels pouvaient transiter les mots d’ordre du soulèvement. Dans des pays où la presse locale est en quelque sorte par nature aux ordres du pouvoir, cela voulait dire en réalité tenter d’enfermer l’ensemble de la population derrière les frontières nationales, autant pour l’empêcher d’avoir accès à l’information donnée à l’extérieur que pour réduire l’impact sur l’opinion mondiale des récits de la répression. Qui sait si le président Moubarak ne restera pas dans l’histoire pour avoir ordonné, à quelques jours de son départ forcé, la première coupure totale de l’accès d’un pays à Internet ?… En sus de la « classique » fermeture du réseau téléphonique et des plus modernes brouillages du signal de certaines chaînes satellitaires, à commencer par Al-Jazeera, le pouvoir égyptien, imité peu après par les Libyens, a en effet imaginé l’impossible : « débrancher » tout un peuple de la Toile mondiale. Tentative désespérée à l’heure du numérique pour dresser d’imaginaires barrières contre des flux aussi invisibles qu’incontrôlables. Flux de paroles bien sûr, mais aussi et bien plus qu’autrefois, flux d’images capables, dans la temporalité si particulière des mobilisations populaires, d’exprimer la dynamique du moment révolutionnaire.

Largement inefficaces, les efforts des autorités égyptiennes pour endiguer les migrations numériques témoignent d’une maladresse pathétique dans le maniement des images contemporaines. Les trente et quelque années du régime prirent ainsi fin sur une séquence d’anthologie d’à peine autant de secondes. Le 11 février, la chaîne nationale montra ainsi en plan fixe le vice-président Omar Suleiman, visage fermé derrière un énorme micro d’un autre âge, annonçant d’une voix terne la démission de Moubarak. A l’opposé, l’immense déferlement de joie, immédiatement relayé par toutes les télévisions du monde, d’une population soulagée de voir aboutir un mouvement en grande partie lancé par les « natifs du numérique ». Car, à coup sûr, les réseaux sociaux ne sont certainement pas étrangers à la succession de soulèvements dans le monde arabe. Même si Wael Ghonim, jeune directeur marketing pour la société Google devenu une des icônes de la jeunesse protestataire arabe, force le trait lorsqu’il déclare qu’il suffit d’apporter Internet à la population pour que la révolution devienne possible, il est clair que celle-ci a été en quelque sorte « facilitée », ou encore « accélérée » par l’ensemble des procédés techniques du Web2, et notamment par la convergence des applications numériques libérant l’image d’une bonne part de ses contraintes techniques.

Pour les téléspectateurs de toute la région, la révolution égyptienne ce fut, pendant les jours décisifs de la chute du régime Moubarak, une image désormais inscrite dans l’imaginaire arabe : sur l’écran, saisie au téléobjectif depuis une de ces tours érigées dans une Egypte « vendue » aux investisseurs étrangers, la mythique place Tahrir, centre symbolique de la nation arabe (les bâtiments de la Ligue arabe font face à l’un des cafés où avait l’habitude de se rendre le père du roman arabe moderne, l’écrivain Néguib Mahfouz, tandis que le Musée national ferme le côté opposé au Mogamma, énorme complexe administratif érigé au début des années 1950). Au milieu de cet espace devenu presque méconnaissable sous cet angle de vue parfaitement inusité, le peuple cairote en train d’écrire son histoire ; d’abord en repoussant les assauts des forces de répression derrière des barricades puis, comme une fourmilière où ne se distingue plus aucun acteur singulier, fêtant la victoire du grand corps de la Nation rassemblée. Diffusée en continu par Al-Jazeera – pendant que les chaînes égyptiennes s’obstinaient quant à elles à filmer l’improbable sérénité des berges du Nil –, cette parfaite illustration du soulèvement égyptien se transformera en allégorie de la révolution arabe lorsque, quelques jours plus tard, la même chaîne diffusera une bonne partie de l’après-midi du vendredi 25 février la mosaïque des images donnant à voir les mêmes mouvements populaires non seulement au Caire mais sur d’autres grand’places, elles aussi souvent dites « de la Libération », à Amman, Sanaa, Bagdad et Benghazi (illustration du haut).

Après celle de Ben Ali en Tunisie, la chute du régime égyptien a ouvert dans le monde arabe une période de bouleversements où l’image a toute sa place. Ainsi, elle administre bien souvent la preuve de la dénonciation dans les blogs et les ezines créés par de jeunes journalistes citoyens. Dès novembre 2006, Wael Abbas diffusait ainsi sur son site Misr Digital une vidéo captée par un téléphone portable révélant les tortures infligées à un chauffeur de bus par un officier de police qui sera condamné (voir cet antique [!] billet avec une capture d’écran du blog de W. Abbas à l’époque). Tandis qu’à l’origine des événements dont l’enchaînement a fini par provoquer la chute du président Moubarak, on trouve un jeune blogueur alexandrin, Khaled Saïd, battu à mort quelques mois plus tôt par deux policiers en civil pour avoir mis en ligne, depuis un café Internet, une vidéo dénonçant les trafics de certains policiers avec des revendeurs de drogue… Toutefois, à côté de ces usages de l’image à des fins directement politiques, il convient de placer la constellation, bien souvent oubliée alors qu’elle est incontestablement plus vaste et peut-être plus explosive encore, des inventions  visuelles imaginées par une génération qui a grandi au temps de la multiplication des jeux vidéo et des clips diffusés en boucle sur les chaînes satellitaires. Très vite détournés en vecteur de contestation par les chanteurs rebelles – Sidi Raïs, appel lancé contre la corruption par le rappeur El General, est ainsi devenu le véritable hymne de la révolution tunisienne (vidéo en bas de ce billet) –, les clips ont nourri la grammaire visuelle d’une génération dont la contestation n’attendait qu’une occasion pour emprunter les voies de l’action politique. Les jeunes qui ont investi les rues d’Alger et du Caire en surfant sur les médias sociaux sont ceux-là même qui tentaient d’étancher leur rage de vivre en inventant d’innombrables parodies ludiques des icônes du star-business globalisé pour vanter sur Internet les mérites de leurs équipes nationales respectives dont l’affrontement, en finale de la coupe d’Afrique, déborda les seules pelouses des stades pour finir en émeutes de rues…

Répétée à satiété par une litanie de commentateurs aussi sentencieux que superficiels, l’affirmation d’un interdit de l’image reste, aujourd’hui encore, une des plus affligeantes idées reçues à propos des cultures actuelles des sociétés de l’islam. Certes, celui-ci a sans doute longtemps imposé ses propres codes à la création et à la diffusion des représentations, notamment humaines, mais les révolutions arabes nous montrent qu’aujourd’hui ce prétendu régime d’exception n’a plus grand sens pour les générations actuelles de ces sociétés désormais entièrement gagnées à la mondialisation numérique.

Merci aux Cahiers du cinéma-España pour la publication de cet article.

25 janvier : le tour des Egyptiens ?

Ils sont environ 80 000 à appeler sur Facebook à manifester dans les rues du Caire pour réclamer la démission du ministre de l’Intérieur, la mise en place d’un salaire minimum, la fin de l’Etat d’urgence et deux mandats maximum au poste de président de la République… Réponse des autorités : promesse d’arrestation pour les éventuels manifestants…

On verra ce soir si « l’effet Tunis » a joué ou non et si les Egyptiens ont fait mieux que les fois précédentes…

Avec ou non des coups de pouce de l’extérieur, la jeunesse arabe (avec les plus vieux qui sont restés jeunes !)  est en marche…

Révolution à Tunis : les leçons des médias

(Encore un « faux billet » puisque cette intervention concerne moins l’actualité arabe, et la chute du régime tunisien, que la manière dont elle est commentée en France….)

Il faudrait pouvoir se réjouir du fait que les médias français – à quelques exceptions près bien entendu mais si peu – ont enfin redécouvert le vrai visage de la Tunisie, après s’en être tenu à l’écart pendant deux bonnes décennies… Tout de même, après toutes ces années d’oubli et d’indifférence, cette débauche de commentaires où l’on chante désormais la maturité du peuple tunisien tout en lui prodiguant de généreux conseils  écœure un peu. Ce n’est pas parce qu’elle semble prendre tardivement la mesure des événements que la voix enfin audible du journalisme hexagonal fera oublier, outre Méditerranée, les propositions de l’ancienne puissance coloniale offrant aux Versaillais du peuple tunisien le savoir-faire de ses propres forces de sécurité  !

On a du mal à croire que tout l’appareil de la diplomatie française ait été victime d’une pareille cécité et on aimerait comprendre les motifs qui ont pu présider au choix d’une telle déclaration, si peu de temps avant la chute du régime… Sans doute, la ministre et ses conseillers étaient loin de mesurer le caractère d’urgence de la situation à la seule lecture de la presse française. Mais ils auraient pu lire la presse anglophone. Dès le 28 décembre par exemple, soit 10 jours après le début des protestations, deux semaines avant les propos de Mme Alliot-Marie et d’autres responsables politiques, un article de Brian Whitaker dans le Guardian prédisait à peu près que la chute du vieux dictateur était just a matter of time.

Au cas où le message ne serait pas passé, le journaliste enfonçait le clou à peine deux jours plus tard (le 30 décembre). Signalant le silence des médias occidentaux, mais aussi arabes (ces derniers, toutefois, commenceraient à se réveiller juste après), ce spécialiste du monde arabe – dont on a déjà parlé ici – émettait cet étonnant commentaire :
There have been complaints from bloggers about this silence but in a way it’s refreshing not to have the likes of Fox News, Bernard Lewis and Glenn Beck telling us what should be done. In any case, the Tunisians – so far at least – seem to be getting on quite well with their uprising by themselves.
Foreign governments have been similarly quiet and, again, this is something of a blessing: too many activist movements in the region have been killed off by the wrong kind of support from the west.

Comment un journaliste aussi important (et clairvoyant) pouvait-il se réjouir ainsi de constater que les événements de Tunisie ne suscitaient pas davantage l’intérêt des grandes plumes de la presse internationale ? Constatant que les Tunisiens se débrouillaient très bien tout seuls, comment en arrivait-il à se féliciter de voir qu’ils ne « bénéficiaient » pas du soutien des gouvernements étrangers ?

La réponse se trouve peut-être dans les analyses de Sami Ben Gharbia à propos de la « liberté sur Internet made in USA ». Dans ce texte (repris en français ssur le portail Rezo.net, mais on peut aussi lire la version anglaise ou encore arabe publiée par Al-Akhbar), ce militant tunisien, membre de l’équipe de Nawaat (mentionné dans le précédent billet) explique de manière très convaincante tous les dangers qui menacent « l’activisme arabe sur internet », dès lors que celui-ci reçoit l’intérêt trop intéressé des puissances étrangères, à commencer par l’américaine.

Ce que nous disent aussi Brian Whitaker et Sami Ben Gharbia, chacun à leur manière, c’est qu’une bonne partie des populations arabes partage désormais la conviction que les « démocraties occidentales », au regard de leurs pratiques, apparaissent de plus en plus comme les parfaits contre-exemples des valeurs qu’elles affirment incarner. A observer comment leur révolution a été comprise, suivie, soutenue, « dans-le-pays-qui-a-inventé-les-droits-de-l’homme », les Tunisiens et les Tunisiennes qui pensent ainsi sont aujourd’hui sans doute encore un peu plus nombreux.

Hausse des prix en fin d’année (1/2)

Les prix littéraires, certains s’honorent en les refusant quand d’autres n’ont pas honte de les recevoir… Avec tous leurs défauts, ils sont en tout cas de bons indicateurs des tendances culturelles lorsque, par exemple la dernière édition du « Booker arabe » a consacré la reconnaissance, sur la scène arabe au moins, du roman de la Péninsule, désormais arrivé à maturité. Si on revient à nouveau sur ce thème, c’est que les prix figurent en bonne place, pour la première fois à notre connaissance d’une manière aussi visible, dans la série des bilans qui fleurissent dans les pages culture de la presse à chaque fin d’année. Dans son édition du 29 décembre, le quotidien Al-Hayat a ainsi publié une série d’articles faisant le tour de la question, avec des contributions illustrant la situation dans une bonne demi-douzaine de pays.

Il faut dire que les prix littéraires sont un vrai phénomène de société dans le monde arabe ! Des décennies durant, il n’y avait guère que de modestes récompenses accordées par les instances officielles aux plus méritants (et souvent aux moins dérangeants) des serviteurs des arts et des lettres. En 1959, Naguib Mahfouz reçut ainsi de la part de l’Etat 100 guinées pour sa première distinction littéraire, à peine de quoi améliorer son ordinaire de fonctionnaire tout à fait ordinaire… La situation a commencé à changer au tournant des années 1980-1990, avec des initiatives comme celle de Su’ad al-Sabah (سعاد الصباح). A la fois poète et économiste (PhD d’une université anglaise tout de même), la princesse koweitienne, avait d’abord fondé  au Caire, à grands frais, une maison d’édition, source, pour nombre d’écrivains et d’intellectuels égyptiens, de ressources sans commune mesure avec ce qu’ils pouvaient espérer gagner comme agents de l’Etat (pour ne rien dire de leurs droits d’auteur). Mais Su’ad al-Sabah fut également à l’origine d’un prix littéraire, à l’image de bien d’autres riches particuliers de la région convertis en mécènes, tel le richissime pêcheur de perles Sultan Bin Al Owais, fondateur d’une des récompenses littéraires les mieux dotées de la région (www.alowaisnet.org).

Depuis quelques années, on dirait qu’il y a un tel « besoin » de prix dans le monde arabe qu’il faut en créer sans cesse de nouveaux (le « prix de la nouvelle littéraire », par exemple, doté de 80 000 L.E. par le ministère de la Culture égyptien qui l’a décerné pour sa première édition en 2009 au Syrien Zakaria Tamer). Même si les initiatives plus ou moins privées y contribuent – avec, pour rester en Egypte The Naguib Mahfouz Medal for Literature des Presses de l’Universitaire américaine au Caire ou encore le prix de la Fondation Sawiris (du nom de la famille propriétaire, notamment, du groupe de télécommunication Orascom) – les principaux pourvoyeurs restent les services de nombre d’Etats qui se sont lancés dans une sorte de diplomatie du prix littéraire, où leur rang dans la hiérarchie régionale est noté au nombre de prix, souvent dotés de sommes très importantes, qu’ils sont capables de distribuer…

Bien des hommes politiques et des têtes couronnées du monde arabe ont donc « leur » prix. Parmi les récompenses les plus recherchées de nos jours figure ainsi celle qui a été instituée aux Emirats en mémoire du fondateur de la confédération, Sheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan. Mais la formule avait déjà été utilisée par Saddam Hussein avec le prix créé sous son nom en 1996  – la Jâ’izat Saddam Husayn lil-‘ulum wal-funun – que le philosophe marocain récemment décédé, Mohamed Abed al-Jabri, reçut aussi discrètement que possible lors de sa première édition tant la réputation du maître de l’Irak était déjà sulfureuse. (Le dramaturge syrien Sa’ad Allah Wannous s’était désolé, en 1988, de constater qu’un homme de lettres de la stature d’un Jabra Ibrahim Jabra, s’était abaissé à en recevoir l’équivalent : cf. cet article publié à l’origine dans Al-Safir.)

Paradoxalement, plus les prix sont nombreux et plus il semble y avoir de problèmes ! Ouverte sur le scandale du critique égyptien Gaber Asfour recevant le prix Qadhdhafi (prix qu’avait décliné l’Espagnol Juan Goytisolo), l’année 2010 s’est refermée sur des discussions animées à propos du prix de la création romanesque attribué par le même Gaber Asfour à un romancier, au hasard… libyen ! Il s’agit d’Ibrahim al-Koni, malgré tout, sans conteste possible un très grand écrivain qui a d’ailleurs fait don de sa récompenses aux enfants réfugiés touaregs, ethnie dont il est lui-même originaire.

Entre-temps, il y aura eu d’autres remous, par exemple ceux qu’aura occasionnés la remise au romancier Khalil Suwayleh du prix Naguib Mahfouz (organisé par l’Université américaine du Caire, c’est là le problème dans certains milieux syriens). Ou bien encore, plus navrantes encore, les péripéties du prix Sheikh Zayed (aujourd’hui à sa 4e édition, 7 millions de dirhams des Emirats, pas loin de 2 millions de dollars tout de même) un temps décerné à un universitaire algérien, Hafnaoui Baâli, jusqu’ à ce qu’on s’aperçoive que l’œuvre couronnée faisait la part trop belle au plagiat. Constat d’autant plus gênant que le premier des auteurs piratés n’était autre qu’al-Ghadhami, pourtant membre du jury ! Si le critique saoudien a eu l’honnêteté de présenter immédiatement sa démission, l’affaire a apporté de l’eau au moulin de ceux qui voient dans ces mirifiques récompenses un malheur plutôt qu’ue chance…

Bon début d’année et à la semaine prochaine avec « la politique des prix ».

Photo : Remise de prix à la fondation Oweiss. Crédits : Hadrian Hernandez/gulfnews.com/news/gulf/uae/general/al-owais-cultural-award-winners-honoured-at-glittering-ceremony-1.595724

Eloge de la « culture populaire » : quizz de fin d’année !

Vous les reconnaissez ? Testez vos connaissances des « idoles de la culture populaire industrialisée » (la Kulturindustrie chère à Adorno)… Et si vous voulez savoir pourquoi on peut prendre au sérieux ces « arts mineurs », lisez cet éloge de la « culture populaire » sur les Carnets de l’Ifpo.

La corruption mise en scène : théâtre, feuilletons et cinéma

A l’occasion de la dernière « Journée mondiale des Nations unies contre la corruption », le BBC World service a fait réaliser un sondage dont il ressort que les pratiques de « mauvaise gouvernance » selon la dernière périphrase à la mode constituent le premier thème de discussion de par le monde, avant même les questions météorologiques !!!

Pour cette enquête où des citoyens de 57 pays ont été interrogés, c’est l’Egypte – à tout seigneur tout honneur ? – qui représentait le monde arabe… On apprend ainsi que le citoyen égyptien aime à parler, avant tout, du coût de la vie, un sujet qui le préoccupe bien plus que la moyenne mondiale… Et pour ce qui est du thème central de l’enquête, la corruption, considérée par 91 % d’entre eux comme un very serious problem, les Egyptiens arriveraient presque en tête de toutes les nations s’il n’y avait les Brésiliens pour faire encore mieux qu’eux !

Un souci méthodologique toutefois, car la « corruption », que les enquêteurs ont dû traduire dans toutes les langues de l’échantillon, peut être vécue de bien des manières. En arabe, le terme fasâd (فساد), qui vient immédiatement à l’esprit, évoque sans doute la corruption, au sens de concussion (« malversation d’un fonctionnaire qui ordonne de percevoir ou perçoit sciemment des fonds par abus de l’autorité que lui donne sa charge » nous dit le dictionnaire), mais avec une connotation morale qui fait défaut en français. Dans les médias arabes, on peut ainsi parler sans difficulté aucune de la « corruption des intellectuels », pour dénoncer non pas leur cupidité mais leur absence de probité morale, cause de leurs errements, voire de leurs erreurs, et le terme fait indéniablement écho au fasâd al-qulûb, cette « perversion des cœurs » qui est un poncif inlassablement repris par les commentateurs religieux au fil des générations successives.

Ces remarques faites, on ne s’étonne pas, en lisant l’enquête publiée par les Nations unies, de constater que les Egyptiens, et sans doute l’ensemble des citoyens arabes, sont  particulièrement concernés, dans tous les sens du mot, par les questions de corruption politique. Un thème que dénoncent d’ailleurs, et depuis assez longtemps, un très grand nombre de romans, de films, de feuilletons, ou encore de pièces de théâtre. Mais, parfois, d’une manière qui mérite quelques commentaires.

En Irak, pays qui fait le dur apprentissage – c’est le moins qu’on puisse dire… – de la démocratie depuis qu’on est venu le libérer, la dernière Journée mondiale contre la corruption a été accompagnée par la représentation d’une pièce intitulé Dir bâlak fasad (دير بالك فساد : Attention, corruption !). Cependant, en lisant un article dans Al-quds al-‘arabim on en arrive à se demander si la mise en scène ne déborde pas les murs du Théâtre national où l’œuvre a été présentée. En effet, il s’agit d’une commande du très officiel Organisme pour l’intégrité et la transparence (هيئة النزاهة ةالشفافة), créé en 2003 et financé par les autorités. Il est vrai que, cette année-là, l’organisation Transparency International (brève dans Le Monde) donnait à l’Irak la troisième place dans son palmarès mondial, juste après la Somalie et la Birmanie…

Sans faire de procès d’intention aux autorités irakiennes, on peut malheureusement craindre que la lutte contre la corruption soit aussi… corrompue que les organismes qui la financent. Dans une région où les ficelles de la communication politique semblent avoir été assimilées plus vite que les règles de la « bonne gouvernance », on a ainsi souvent l’impression d’une indéniable instrumentalisation de la lutte contre la corruption. On peut l’observer, entre autres exemples dans la région, en Syrie, où le thème de la lutte contre la corruption bénéficie d’un soutien appuyé des autorités, comme le note Mathilde Chèvre à propos des thématiques développées par bien des ouvrages pour enfants (voir ce billet dans les Carnets de l’Ifpo). En 2007 et 2008 notamment, plusieurs feuilletons télévisés, signalés dans cet article d’Al-Akhbar, ont eu comme point commun de dénoncer les errements d’un système mis à mal par l’absence d’intégrité de certains de ses acteurs. L’exercice a toutefois ses limites. En 2008 par exemple, la diffusion de Riyâh al-khamasîn (Vents de sable) n’est pas allée au-delà du deuxième épisode. Ce feuilleton, réalisé par Hisham Sharbatji (هشام شربتجي), racontait l’itinéraire d’un prisonnier politique qui, après 15 années de détention, découvrait combien la corruption avait gagné tous les secteurs de la société.

On a beaucoup parlé également de La malédiction de la terre (La‘nat al-tîn لعنة الطين. Au grand étonnement de pas mal d’observateurs, le réalisateur (Ahmad Ibrahim Ahmad أحمد إبراهيم أحمد) et son scénariste (Samer Ridwan سامر رضوان) avaient en effet choisi de traiter une question particulièrement sensible, celle de la corruption de certains hauts responsables au temps de la présence syrienne au Liban. Il est vrai qu’ils se lançaient dans cette aventure alors qu’Abdel Halim Khaddam (عبد الحليم خدام), ancien vice-président entre 2000 et 2005, très  impliqué dans ces accusations, était déjà tombé en disgrâce. Malgré leurs efforts, les aventures de Abdel Alim Allam (عبد العليم علام), selon le nom donné comme par hasard à l’un des principaux protagonistes, auront bien été diffusées mais sous une forme parfaitement édulcorée (voir – dès que le site sera totalement réparé, cet article dans Al-Akhbar).

Sans doute parce qu’il y a matière à dire, la corruption est donc un thème souvent traité, avec, de temps à autre, d’indéniables effets d’opportunité. Sur le long terme, des évolutions se dessinent, qui en disent moins sur ce fléau social et politique d’ailleurs que sur l’état d’esprit des populations qui doivent vivre avec. En juillet dernier, on a ainsi projeté en Egypte Al-Kibâr (Les « gros bonnets » الكبار), film qui raconte l’histoire d’un juge honnête aux prises avec la corruption dans son pays. Pour cette grosse production, le jeune metteur en scène, Muhammad Gala al-Adl (محمد جلاء العدل), a fait appel à un scénariste chevronné, Bashir al-Deek (بشير الديك).

Bashir al-Deek, dont toutes les œuvres tournent, d’une manière ou d’une autre, autour de ce thème, retrouvait ainsi le chemin des écrans après une longue absence depuis la fin des années 1990. A cette différence près, notée par un critique, que les scénarios qu’il écrivait dans les années 1980 et 1990 voyaient le triomphe du héros justicier, alors que le « petit juge » d’Al-Kibâr en 2010 échoue lamentablement dans son combat contre la corruption…

(Cadeau presque de fin d’année : Al-Kibâr en version arabe sur internet à cette adresse).

Guerre des récits à propos de l’assassinat de Rafic Hariri. Episode 2 : le film

Alors que les contacts diplomatiques se poursuivent à un rythme toujours aussi intense depuis des semaines, la délivrance, toujours attendue, de l’acte d’accusation du Tribunal spécial  pour le Liban (ils ont un site) semble, quant à elle, régie par un scénario de thriller politique qui pourrait faire sourire s’il n’incluait pas la réelle menace d’une nouvelle explosion de violence, qui ne se limiterait pas forcément à Beyrouth.

Après la sortie – avortée – de ce que l’on pourrait appeler un court métrage de (real) politique- fiction, la guerre des récits à propos de l’assassinat de Rafic Hariri pourrait connaître un nouvel épisode, sous forme d’un vrai long métrage de fiction. Dans son édition du 7 décembre dernier, le quotidien libanais Al-Akhbar[1] consacre en effet un article au projet d’un jeune Syrien, Mondher Howeijjeh (مندر حويجة).

Scénariste ayant un temps résidé dans le Golfe, ce réalisateur, qui n’a jusqu’ à présent à son actif que deux courts métrages et deux documentaires, se lance aujourd’hui dans un long métrage de fiction intitulé Un pion sur l’échiquier (حجر الشطرنج). Brodant sur l’histoire imaginaire d’une jeune Libanaise qui part à Beyrouth, avec son ami français, à la recherche de son père disparu au moment de l’attentat, le scénario ne cache pas son intention de donner un peu de publicité aux thèses développées par un journaliste allemand, Jürgen Cain Külbel.

Auteur d’un livre-enquête traduit en arabe et publié à Damas (voir le site de l’auteur), cet ancien enquêteur criminel poursuit une toute autre piste que les responsables successifs du Tribunal spécial pour le Liban. Pour lui, le sort du Premier Ministre libanais était scellé dès lors qu’il avait refusé d’octroyer aux USA l’aéroport militaire qu’ils réclamaient sur le territoire de son pays, comme le confirme la mention de son nom, accompagné de photos, sur un site d’extrême-droite aux USA dressant la liste des personnalités à abattre pour le Mossad et la CIA…

Convaincant ou non, l’argumentaire est largement suffisant pour faire la trame d’une bonne fiction, qui viendra s’ajouter à la déjà très riche collection de long-métrages qui ont enquêté sur des disparitions d’hommes politiques célèbres. Prévu à Beyrouth et en Syrie, le tournage devrait débuter dans un mois si les financements espérés sont bien au rendez-vous. Dans l’immédiat, cette annonce, nouvel épisode dans la guerres entre les différentes stories à propos de l’assassinat de Rafic Hariri, confirme que le Liban a sans doute rendez-vous avec son histoire avec le récit que proposera l’acte d’accusation du Tribunal spécial.


[1] Quotidien dont le site est piraté depuis vendredi dernier, ainsi que le site Elaph.com. L’un et l’autre, comme le souligne cet article de Nawaat.com, avaient en commun d’avoir publié les fuites des Wikileaks. L’article , quand le site d’Al-Akhbar sera à nouveau disponible, se trouve à cette adresse.

Grippe et sites amis

Petite pause, pour cause de grippe, dans le fil des billets. L’occasion ou jamais de signaler une adresse, malheureusement réservé aux hispanophones. Animé par un collègue espagnol, A. Giménez Reíllo (Abu Ilyás), Anis del moro  – jeu de mot bien entendu avec la célèbre marque d’anisette Anis del mono – est en principe consacré à l’enseignement de la langue arabe. De temps à autre (pour le grand plaisir de ses lecteurs à mon sens !), il s’offre aussi des incursions du côté de l’actualité culturelle et politique. Il lui est ainsi arrivé de commenter avec humour la  « jihadéologie » (yijadológico) des experts médiatiques ibériques (voir aussi ce billet). Tout récemment, il a également évoqué un thème qui aurait tout à fait pu figurer dans ces rubriques, à savoir la diffusion, sur une chaîne israélienne, d’une sitcom un peu particulière. Depuis la perspective qu’il privilégie dans son blog, à savoir  les questions philologiques et pédagogiques, Abu Ilyás évoque Avoda aravit (« Travail d’Arabe), cette sitcom, dont le scénariste palestinien, est aujourd’hui au coeur d’une polémique liée, fatalement, à l’image du Palestinien véhiculée dans cette série (liens vers des sources en anglais dans le billet d’Anis del moro).

Et puis, signalé par un fidèle lecteur (n’hésitez pas également à faire part de vos découvertes !), un nouveau site. Animé par un collectif de jeunes journalistes, depuis Beyrouth mais aussi bien d’autres villes arabes ou musulmanes (Damas, Le Caire, Casablanca, Istanbul, Téhéran…),  Mashallah News croit en « un journalisme qui s’intéresse aux changements sociaux et culturels plutôt qu’aux stéréotypes et aux images d’Épinal orientalistes ». Et Mashallah News est ouvert aux contributions !

Guerre des récits : un documentaire sur l’assassinat de Rafic Hariri

« Le peuple juif rejoint la fiction tandis que le peuple palestinien rejoint le documentaire. » Cette réflexion, Jean-Luc Godard l’accompagne dans son film Notre musique (2003) de deux photographies montrant des hommes les pieds dans la mer, avec ce commentaire : « Champ : les Israéliens marchent dans l’eau vers la Terre promise. Contrechamp : les Palestiniens marchent dans l’eau vers la noyade. » Usant de cette rhétorique qui lui est si particulière, Godard relit à sa manière l’histoire du Moyen-Orient en montrant comment l’effacement de l’image de la Palestine a été l’inévitable contrepartie de la « fiction » sioniste en train de se réaliser, d’entrer dans l’histoire, si l’on veut le dire ainsi.

L’art de la mise en fiction, tel que l’illustre le célèbre Exodus d’Otto Preminger en 1960, l’Etat israélien en a longtemps usé et abusé, seul ou presque, dans la région. Illustrée jusqu’à la caricature par l’exploitation narrative – sous forme de livres, téléfilms et autres longs métrages – du raid sur Entebbé, cette hégémonie narrative doit composer désormais avec d’autres « machines à fabriquer des histoires », celle des chaînes satellitaires arabes, Al-Jazeera en tête bien évidemment, ou encore celles d’organisations politiques qui, tel le  Hezbollah, maîtrisent elles aussi l’art du récit.

Le Liban est d’ailleurs l’une des scènes régionales où la « guerre asymétrique » de la communication politique s’affiche avec le plus d’évidence (voir ces anciens billets 1 et 2). On y a ainsi pris l’habitude de décrire l’affrontement entre les deux principaux camps politiques à travers une formule rhétorique aussi ramassée qu’expressive : ceux du « 8 mars » d’un côté, et ceux du « 14 mars » de l’autre, par référence aux dates des grandes manifestations qui ont suivi l’assassinat de Rafic Hariri, alors Premier ministre, le 14 février 2005.

Plus menaçante pour l’avenir du pays que jamais, cette opposition est exacerbée aujourd’hui par l’annonce prochaine des conclusions du Tribunal spécial pour le Liban. Illustrant cet art du story telling qu’analyse Christian Salmon, la plupart des médias se font l’écho de ce qui apparaît bien comme une puissante construction narrative, où ce qui était naguère la certitude de la culpabilité syrienne fait place désormais à la conviction, quasi inébranlable, de la responsabilité du Hezbollah.

Beyrouth se trouve ainsi au cœur d’une bataille de récits, dont l’enjeu est la victoire d’une narration sur une autre ; les « 14 mars » et leurs soutiens ont pris l’initiative en distillant depuis des semaines des informations qui annoncent la mise en accusation du Hezbollah. Ce dernier est réduit à la défensive : faute de pouvoir imposer sa propre version dans un contre-récit qui mettrait en cause d’autres responsabilités, israéliennes pour commencer, une des lignes de défense du parti dirigé par Hassan Nasrallah consiste précisément à dénoncer cette stratégie d’imposition d’un « nouvel ordre narratif ».

Le 15 novembre dernier, la « une » d’Al-Akhbar était donc entièrement consacrée à un article d’Ibrahim al-Amin (لأمينإبراهيم ا). Le rédacteur en chef de ce quotidien connu pour sa proximité avec les positions du Hezbollah dénonçait « un film saoudien, avec une participation libanaise, racontant l’assassinat de Hariri » (فيلم سعودي بمشاركة لبنانية يروي اغتيال الحريري).

Le « court-métrage saoudien » violemment dénoncé dans cet article repris par de très nombreux sites internet arabes est un documentaire « bien réel », préparé par la société de production ORTV, fondée en 1995 par deux journalistes saoudiens réputés, Othman al-Ameer (عثمان العمير), l’ancien rédacteur en chef du Sharq al-Awsat, fondateur et propriétaire du site Elaph.com qui a rapidement vendu ses parts à son partenaire, Abdul-Rahman Rashed (عبد الرحمن الراشد), par ailleurs directeur général de la chaîne Al-Arabiyya.

Nourri de reconstitutions et d’entretiens avec des personnalités politiques, le documentaire, intitulé en anglais Murder in Beirut, est une véritable charge contre la Syrie, « qui a occupé la plupart du territoire libanais pendant 30 ans, si bien qu’aucun leader du pays ne pouvait se déplacer sans l’autorisation de Damas », mais plus encore contre le Hezbollah dont une cellule secrète, « dirigée par un responsable important né à Nabatiyyé en 1963 », aurait réalisé l’opération en faisant exploser une camionnette au passage du convoi officiel.

Décrit dans ses moindres détails dans l’article d’Al-Akhbar, Murder in Beirut n’a pourtant pas encore été vu par le public. Pas plus au Liban, où sa diffusion par l’une ou l’autre des nombreuses chaînes, toutes affiliées de près ou de loin à des courants politiques, constituerait un véritable casus belli, au sens propre de l’expression, qu’ailleurs dans le monde arabe. Selon cet article dans Al-Quds al-arabi (qui cite lui-même The Guardian), la diffusion, prévue sur la chaîne panarabe à capitaux saoudiens Al-Arabiyya ( !), aurait été annulée en raison des nouvelles orientations du Royaume, désormais soucieux d’opérer un rapprochement avec la Syrie.

Plus fort encore, la BBC a tout récemment déprogrammé brutalement le documentaire qu’elle avait prévu de diffuser à partir du 20 septembre, pour s’assurer qu’il correspondait aux critères de qualité exigés par cette très respectable institution ! (“All programmes shown by BBC World News must comply with the BBC’s editorial guidelines,” explique ainsi son porte-parole.)

Quelle que soit l’issue de cet épisode, ce qui est certain c’est que les luttes entre forces politiques cherchant à étendre leur soft power (« puissance douce ») sont loin d’être éteintes au Moyen-Orient. Au moment même où se rallumait, au Liban, cette « guerre des récits» à propos de la mort de Rafic Hariri, la Turquie annonçait la sortie prochaine d’un long-métrage ayant bénéficié du plus gros budget (10 millions de dollars) jamais atteint par une production locale. Prolongement d’un feuilleton qui avait déjà suscité la fureur des autorités israéliennes (voir ce billet), La vallée des loups, Palestine racontera l’odyssée du Mavi Marmara, arraisonné en haute mer par les commandos de la marine israélienne le 31 mai dernier.

La foire d’Oukaz et la voix poétique des femmes

Les poètes de l’époque venaient y affronter leurs rivaux lors d’épiques joutes oratoires et, selon la tradition, le prophète de l’islam y serait venu lui aussi mais pour prêcher la nouvelle foi : dans l’Arabie ancienne, le marché d’Oukaz (سوق عكاظ), une des principales foires sur la route des caravanes du côté de Taëf, fonctionnait comme une sorte d’Académie arabe avant la lettre. En réunissant des populations en provenance des différentes tribus de la région, elle n’en a pas moins fort probablement contribué à unifier les différents parlers, avant de disparaître au milieu du VIIIe siècle quand l’essor des conquêtes créa de nouvelles conditions économiques, ainsi qu’un vaste mouvement d’arabisation qui allait donner naissance à ce que l’on connaît sous le nom de « culture arabe classique ». Son souvenir est tout de même resté présent dans la langue et, aujourd’hui, l’expression Souk Oukaz reste utilisée pour évoquer, sur le mode des bagarres poétiques de jadis, une sorte de « foire d’empoigne » où s’échangent de multiples points de vue.

Il y a quatre ans de cela, le festival de Souk Oukaz a été officiellement relancé par les autorités locales dans le cadre d’une politique mûrement réfléchie d’incitation au tourisme culturel. A l’image d’autres Etats de la Péninsule, à commencer par les Emirats arabes unis, les Saoudiens misent en effet sur les retombées économiques de ce type d’animations qui ont également pour avantage de s’inscrire dans un imaginaire national prestigieux. Au royaume d’Arabie saoudite, les choses ne sont tout de même pas si simples car, à renouer ainsi avec un événement poétique dont l’existence est antérieure à la révélation coranique, on peut se faire facilement taxer d’incitation au paganisme ! D’ailleurs, la seconde édition, celle de 2008, a donné lieu à une polémique assez violente entre les gardiens (autoproclamés) de la Tradition (avec un grand « T », il s’agit de la Tradition prophétique) et les responsables désireux de faire un peu évoluer les choses.

Pour compliquer encore davantage la situation, les organisateurs du Souk Oukaz doivent désormais faire face à un autre type de contestation, en provenance des milieux libéraux. Aussi moderne soit-il, le festival se déroule en effet en Arabie saoudite et, à ce titre, il reste soumis aux règles qui régissent la présence simultanée de personnes des deux sexes dans les lieux publics. Comme on est entre gens de bonne compagnie, il a bien entendu été prévu que la création poétique féminine soit honorée, mais en fonction des règles de la bienséance locale, et peut-être aussi pas tout à fait à la hauteur de ce qui est réservé aux praticiens du vers arabe.

Cependant, et on a eu maintes fois l’occasion de le signaler dans ces chroniques, les choses bougent dans le monde arabe, et singulièrement en Arabie saoudite, précisément sur le terrain commun de la culture, de l’éducation et de la revendication féministe. Il n’est donc pas exactement surprenant que la dernière édition du Souk Oukaz, qui s’est achevée au début du mois d’octobre, ait donné lieu à une petite bataille des sexes, un temps remportée par le camp de la tradition virile avant que la partie féminine remporte une victoire dont on peut imaginer qu’elle sera suivie de bien d’autres.

Parmi les invitées d’honneur figurait cette année Zineb Laouedj (زينب الأعوج), poétesse algérienne écrivant, depuis 1975, en arabe (classique et dialectal) mais également en français, et qui achève aujourd’hui un long poème intitulé Thrène[1]du lecteur baghdadien (détails pour les arabophones dans un entretien sur le site Fobyaa.com que rédige une Algérienne vivant aux USA). Forte personnalité, Zineb Laouedj était bien décidée à ne pas mettre son féminisme dans sa poche et à occuper la tribune, en principe réservée aux hommes, pour réciter devant l’assemblée de ses collègues des poèmes de sa création. Mal lui en a pris : le « maître de cérémonie » l’a poliment remise à sa place, au sens propre de l’expression, en la priant de rester assise où elle se trouvait.

Pas une voix masculine ne s’est levée parmi les rangs des poètes masculins présents ce jour-là, pourtant nombreux à se spécialiser dans les odes à la femme et autres compositions chantant la révolution poétique, comme le remarque avec humour la poétesse syro-canadienne Jacqueline Salam (جاكلين سلام) dans cet article (en arabe) publié dans Al-Akhbar. Pour autant, les choses n’en sont pas restées là car, quelques jours plus tard, la poétesse saoudienne Badia Kashgari (بديعة كشغري : présentation en anglais : c’est elle que l’on voit en photo en haut de ce billet) a tenté, et cette fois-ci avec succès, le même coup de force (article en arabe). Elle a donc renoué avec une très vieille tradition – car il devait y avoir des poètes femmes à Oukaz autrefois pour rivaliser avec les hommes – , en lisant, depuis la tribune, ses propres œuvres devant une assemblée où se trouvaient des hommes pour l’écouter… (Précisons tout de même que la chose se pratique couramment dans le pays en des circonstances moins officielles, notamment dans les très nombreux clubs littéraires que compte l’Arabie saoudite.)

Et c’est ainsi qu’est tombé l’oukase du festival d’Oukaz contre la poésie féminine ! Petite victoire, sans doute, mais qui s’ajoute à d’autres signes qui vont tous dans le même sens.

Suite (2/11/2010) : Badia Kahsgari apporte son témoignage dans Al-Akhbar (en arabe), malheureusement sans apporter de détails sur la manière dont elle a pu se frayer un chemin jusqu’à latribune : à l’issue de quelles menaces ? de quelles négociations ? quels arguments a-t-elle mis en avant ? On voudrait en savoir plus ! Juste au dessous, un autre témoignage qui dresse la longue liste des brimades dont imposées aux créatrices saoudiennes au nom d’une certaine idée de la morale.


[1]Le « thrène » est le nom savant de ce que l’on peut appeler plus simplement un éloge funèbre, un genre classique dans la poésie arabe.