Algérie, ta jeunesse fout le camp !

Pour sourire (jaune) à ce dessin de Dilem, il faut avoir suivi les très nombreux commentaires, en Algérie bien entendu mais aussi dans le monde arabe et même en France, qui ont accompagné les images spectaculaires de centaines de jeunes Algériens massés aux petites heures devant le Centre Culturel Français (qu’il conviendrait, ce que personne ne fait vraiment, d’appeler l’Institut français d’Alger). Venus de tout le pays, certains ayant même pris pour cela une chambre d’hôtel à proximité, les « assiégeants » ont patienté des heures pour obtenir un rendez-vous leur permettant de passer le « test de connaissance du français » (TCF), indispensable préalable pour une demande de « visa pour études ».

La scène se passant à la date anniversaire de la « Toussaint rouge » de 1954, celle des premiers attentats du FNL qui marquèrent le début de la guerre (de libération) d’Algérie, ce télescopage, souligné par Dilem, entre ces deux « événements » à 63 ans de distance, a marqué les esprits. Pour beaucoup d’Algériens, c’est une terrible humiliation que de voir ainsi leur propre jeunesse mendier un rendez-vous à la porte de l’ancienne puissance coloniale. Comme l’écrit l’universitaire Ahmed Rouadjia dans le quotidien Liberté, force est de se poser « la même question que se posent in petto des millions d’Algériens : à quoi l’indépendance a-t-elle servi si elle ne peut retenir ses “fils” rivés au sol national sur lequel s’est coagulé le sang d’un “million et demi de martyrs ? » L’interrogation est d’autant plus cruelle que l’affront est public, avec ces images qui font le tour des réseaux sociaux et qui sont reprises, tantôt par les pires sites réactionnaires, tantôt par les médias des « pays frères » avec, par exemple, ce commentateur égyptien dénonçant ce « spectacle honteux pour la oumma » à la veille de l’anniversaire du déclenchement de la guerre de libération…

Pourtant, c’est peu de dire que l’exode massif de la jeunesse est une réalité connue depuis longtemps. Un commentaire, qui ne cite malheureusement pas sa source, évoque ainsi le chiffre, sans doute exagéré, de près d’un demi-million de cadres ayant quitté le pays depuis le début des années 1990. En revanche, on sait de manière certaine que les universités françaises ont reçu l’année passée largement plus de 20 000 candidatures d’étudiants algériens, en majorité au niveau licence ou mastère.

Cette envie de la jeunesse algérienne d’aller voir ailleurs si les choses  vont un peu moins mal, rien ne l’explique mieux en définitive que les réactions des « responsables » algériens. À la recherche des vrais coupables, le secrétaire-général du FNL, Ould Labbès, n’hésite pas ainsi à qualifier ces jeunes qui se pressent pour faire leurs études à l’étranger de traîtres à leur pays : la vidéo, diffusée par Ennahar rencontre un grand succès ! La bonne vieille thèse du complot étranger offre également une explication toute trouvée. Pour le Rassemblement National Démocratique par exemple, le parti du Premier Ministre, les vrais responsables, ce ne sont pas ceux qui ont gouverné ce pays de telle manière que sa jeunesse ne songe qu’à s’en aller, mais ceux qui instrumentalisent les images d’un événement détourné de son sens : « Certains ont voulu faire croire qu’il s’agissait de demandeurs de visa alors que la réalité est toute autre. Les foules qui se sont amassées hier devant le CCF étaient là pour passer un concours de maîtrise de la langue française dans la perspective de poursuivre leurs études en France ». Une opinion que partage Tayeb Zitouni, le ministre des Moudjahidine, pour lequel « en politique, il n’y a pas de hasard » et qui s’interroge donc sur la coïncidence de ces images humiliantes avec la célébrations de dates historiques…

Mais la citation retenue par ce webzine francophone ne met pas en évidence ce qui apparaît en revanche dans le quotidien arabophone Al-Hayat, à savoir que le responsable algérien « doute des intentions des Français » (السياسة لا تفترض العفوية لذلك نشكك في نوايا الفرنسيين). Le site du Ennahar va encore un peu plus loin en titrant, avec une magnifique mauvaise foi, que « la langue française suscite la pagaille » la directrice du CCF « refusant de recevoir les Algériens » ! (اللغة الفرنسية..تثير الفوضى ومديرة “CCF” ترفض استقبال الجزائريين).

C’est un fait que les responsables culturels français ont été particulièrement maladroits. En décidant tout à coup que les inscriptions pour les fameux tests de langue devaient se faire in presentia actuale et non pas par internet comme auparavant, il leur était assez facile en principe d’imaginer les conséquences pratiques d’un tel changement, sur lequel, d’ailleurs, ils n’ont pas hésité à revenir en voyant que la situation n’était pas loin de tourner à l’émeute ! En langue de bois, cela s’appelle une « modification de la stratégie d’accueil » ! Tout un programme !

Signe que les choses vont vraiment mal dans ce pays, les complots se rajoutent aux complots. Certains n’hésitent pas à clamer (une fois de plus) que les Kabyles sont les premières victimes (parce que plus francophones que les autres ? ) et qu’il est temps d’exiger de la France d’ouvrir une ambassade en Kabylie, un Institut français à Tizi-Ouzou !  En ces temps où l’indépendance sur fond de revendication ethnico-nationale a le vent en poupe, peut-être verra-t-on une partie de la jeunesse algérienne, qui explore déjà les pistes roumaine ou ukrainienne, se mettre au catalan !

 

Un mieux relatif pour les droits de la femme dans le monde arabe

Marwa Adel, ‘Eden’, 2017

J’emprunte, en le transformant un peu, le titre d’un article publié il y a une quinzaine de jours dans la version anglaise du site Al-Araby al-jadid (publication londonienne, tendance « libérale » financée par le Qatar). Parmi les avancées soulignées figure la suppression des circonstances atténuantes pour les auteurs de « crime d’honneur » pris d’une « grave colère », avec pour résultat, dans certains cas, des peines fermes de six mois seulement. Quelques jours plus tard, un autre amendement est venu révoquer un article de loi qui permettait à l’auteur d’un viol d’échapper à sa peine en cas de mariage avec sa victime…

Ahaad Alamoudi, ‘Land of Dreams’, 2017

Cette loi, lointain héritage de la présence coloniale, comme l’explique l’Algérienne Salima Mellah citée dans un article du site Raseef22, ne cesse de susciter des protestations partout dans la région. Au Maroc, elle a été amendée en 2014, et le Liban vient de l’imiter.

La Tunisie a fait de même il y a peu, mais en allant encore un peu plus loin puisque le texte voté par le Parlement tunisien renforce la protection des victimes de violences, notamment familiales. La loi pénalise désormais « le harcèlement sexuel dans les lieux publics, l’emploi d’enfants comme employés domestiques et prévoit des amendes pour les employeurs qui discriminent intentionnellement les femmes au niveau des salaires ». La Tunisie, comme on le répète souvent, est un pays pionnier dans ce domaine. En revanche, on sait moins que l’Algérie a voté, en mars 2015, une loi qui pénalise la violence conjugale contre les femmes en introduisant également, sur le plan juridique, la notion de harcèlement sexuel.

Alia Ali, ‘[Laysa] Ana / I am [NOT], 2017
La même loi s’efforce de garantir les intérêts financiers des femmes mariées, en prévoyant une peine de deux ans d’emprisonnement pour les époux « disposant des biens ou des ressources financières » de leur femme. Dans cet esprit, le président tunisien Béji Caïd Essebsi veut aller plus loin encore en proposant d’introduire les dispositions légales qui permettront une égalité totale entre les hommes et les femmes sur la question très sensible de l’héritage. Des calculs politiques ne sont peut-être pas forcément étrangers à cette démarche, qui n’en reste pas moins assez « révolutionnaire ». Quand bien même l’esprit de la religion, comme l’affirment le président tunisien et ses alliés, va dans le sens de cette réforme, il n’en reste pas moins qu’elle va à l’encontre d’une interprétation littérale de ce qui est écrit dans le Coran sur cette question (notamment dans la sourate 4, Al-Nisâ’).

On attend avec intérêt de voir si la loi tunisienne sera ou non modifiée, sans parler de l’application concrète des nouvelles dispositions (sachant que, depuis la nuit des temps ou presque, toutes sortes de formules juridiques permettent aux parents qui le souhaitent de protéger, ou même d’avantager, leurs filles). Dans l’immédiat, le projet tunisien a suscité la fureur des… Égyptiens, ou plus exactement de l’institution religieuse dans ce pays. Dans la droite ligne des positions les plus défensives et traditionnelles (comme on avait pu le voir il y a quelques mois sur la question du divorce « oral », valide pour la loi religieuse : voir ce billet), un des responsables d’Al-Azhar., un certain Abbas Shoman (عباس شومان), a déclaré que ce projet « heurtait de front les règles de la sharia » (تتصادم مع أحكام الشريعة).

Boushra Almutawakel, ‘Untitled 3’, 2011

Si une partie de l’Égypte n’a guère envie d’évoluer sur cette question – un projet de loi pour baisser l’âge légal du mariage d’une mineure de 18 à 16 ans est toujours en discussion comme le rappelle aujourd’hui même le quotidien Al-Hayat –, sur les réseaux sociaux, l’affaire est entendue. La jeunesse égyptienne s’est mobilisée pour protester contre cette ingérence dans les affaires tunisiennes, et contre cette instrumentalisation politique de la religion (article du site Al-Arab online).

« L’Égypte n’est pas la Tunisie » (مصر ليست تونس) répètent à l’envi partisans et adversaires de la réforme légale tunisienne, soit pour s’offusquer du manque de rigueur religieuse des Tunisiens, soit pour s’opposer à l’ingérence des autorités religieuses égyptiennes au-delà des frontières de leur pays. Cette phrase, on l’a beaucoup entendue durant les soulèvements de l’année 2011, lorsque le régime de Moubarak n’avait pas encore perdu tout contrôle sur la situation. L’avenir n’est pas écrit mais, en ces temps où les bonnes nouvelles sont rares dans la région, on se réjouit de voir que les jeunesses tunisienne et égyptienne (et arabe) se retrouvent sur de nouveaux enjeux. Sans doute, les soulèvements de l’année 2011 se sont-ils terminés de la manière que l’on sait, mais leurs causes n’ont pas disparu, comme en témoignent les évolutions sociétales sur le statut des femmes.

Trop lentes, sans doute, trop incomplètes, mais bien réelles tout de même, notamment grâce au courage de certaines militantes. L’article mentionné au début de ce billet évoquait également, en autres signes positifs, la sortie de prison, à la fin du mois de juillet de Maryam al-Oteibi (مريم العتيبي). Après plus de cent jours de détention (et des soutiens locaux et internationaux), la jeune Saoudienne a gagné son combat contre la tutelle masculine imposée aux femmes de son pays : pour la première fois dans l’histoire du « Royaume des hommes » comme on le surnomme parfois en arabe, une femme a été libérée sans avoir pour garant une présence masculine. Presque une révolution en somme !

Maitha Demithan, ‘Mother’, 2017

Les photos de ce billet sont tirées d’une exposition collective d’artistes arabes (femmes) qui s’est tenue à Amman sous le titre I AM.

Des lois à la pelle : la loi sur l’appel à la prière en Palestine

"Vous ne ferez pas taire les appels à la prière", manifestation en Palestine.
« Vous ne ferez pas taire les appels à la prière », manifestation en Palestine.

« C’était l’heure de midi, l’heure où le muezzin épie le soleil sur la plus haute galerie du minaret, et chante l’heure et la prière à toutes les heures. Voix vivante, animée, qui sait ce qu’elle dit et ce qu’elle chante, bien supérieure, à mon avis, à la voix machinale et sans conscience de la cloche de nos cathédrales. » (Alphonse de Lamartine, Des destinées de la poésie, 1834).

Qu’il est loin le temps où une star de la culture européenne vantait les mérites du muezzin sur les cloches de nos campagnes ! Aujourd’hui, bien installés dans le pays que Dieu leur a promis il y a quelques milliers d’années, les Israéliens ne sont pas du tout sensibles à la poésie de l’appel à la prière. Au contraire, après une première tentative, il y a dix de cela, avortée faute de majorité, le parlement devrait en principe ratifier dans quelques semaines une loi qui, dans les faits, imposera le silence aux minarets. En tout cas entre 23 heures et 7 heures du matin car, pour tenir compte des protestations du ministre de la Santé Yaakov Litzman, le projet de loi – qui, par équité, concerne les trois religions révélées  et on peut donc s’attendre à ce que vienne le tour des clochers des églises… – a été réduit à ces seules heures, de façon à ne pas offenser la « rue ultra-orthodoxe » inquiète à l’idée que les sirènes annonçant le shabbat puissent être muselées elles aussi.

Dans la « seule véritable démocratie du Moyen-Orient », il va de soi qu’on ne saurait mettre en place une législation susceptible de discriminer une partie de la population. Non ! La loi en préparation a pour objectif de « préserver l’environnement sonore » des habitants, quelles que soient leurs croyances. Il s’agit donc d’une législation écologique en quelque sorte, pour mettre fin aux nuisances sonores dont souffrent ceux qui sont venus s’installer dans le pays en ignorant sans doute qu’on y lance l’appel à la prière depuis des temps fort anciens (mais néanmoins pas aussi immémoriaux que les promesses bibliques). Ce que le législateur israélien est loin d’ignorer d’ailleurs, car il ne lui viendrait certainement pas à l’idée de s’en prendre à la liberté de culte. S’il faut légiférer, c’est parce que les hauts-parleurs, comme le rappelait un savant rapport rédigé lors des premières discussions, se sont substitués à la voix humaine. Et aussi, hélas, parce qu’ils servent de temps à autre à véhiculer de haineux (sic) messages nationalistes (propalestiniens, cela va de soi).

Il faut par conséquent que les Palestiniens soient de très mauvaise foi (sans jeu de mots) pour résister à une législation qui soulagerait leurs oreilles. Ils prétendent en effet qu’il n’était guère besoin d’écrire une nouvelle loi puisque des mosquées trop bruyantes sont d’ores et déjà condamnées, le cas vient encore de se produire, au titre d’une réglementation sur les « pollutions et les nuisances ». À les écouter, il s’agirait, une fois de plus, d’une mesure discriminatoire à l’encontre des musulmans puisqu’un aménagement a été trouvé pour les sirènes de shabbat. Et la nouvelle mesure porterait même atteinte « à la vie et à la culture » dans le pays. Encore un peu, et les descendants putatifs des Philistins en appelleraient au « patrimoine immatériel » que prétend sauvegarder l’Unesco, une organisation qui, comme le rappelle fort justement Shmuel Trigano dans Le Figaro, n’hésite pas à « réécrire l’histoire de Jérusalem » !!!

Sûre d’elle-même (mais pas « dominatrice », ça c’était de Gaulle en novembre 1967 : vidéo ici), la société israélienne ne craint pas de laisser la parole à ses adversaires, y compris dans le temple sacré de sa démocratie. On a pu ainsi  assister au spectacle étonnant d’un député arabe, Teleb Abu Arar (أبو عرار : par ailleurs imam et muezzin « dans le civil »), appelant à la prière après un petit discours, en hébreu dans le texte, à la tribune de l’assemblée (vidéo, qu’il faut vraiment regarder, ici). Quant aux habitants de Jérusalem, l’occupant les a laissés s’époumoner à leur guise, en se disant probablement qu’ils finiraient bien par se fatiguer de cette inutile protestation (vidéo ici)

Si l’on doit continuer sur la même lancée, on peut imaginer qu’après la prière ce sera au tour de la langue arabe d’être interdite en Israël. Non pas que le gouvernement israélien souhaite le moins du monde provoquer la minorité arabe qu’il accueille sur son territoire, en dépit de son ingratitude (et alors qu’il y existe ailleurs, comme personne ne l’ignore, tellement de terres arabes qui ne demandent qu’à être davantage mises en valeur). Mais le premier devoir des autorités est de veiller au bien-être de leurs citoyens. Et comme l’a très bien perçu le gérant d’un établissement de la chaîne CaféCafé qui a donc intimé à ses employés arabes de service le commandement de se taire (dans leur langue natale), les Israéliens se sentent « menacés » quand on parle arabe devant eux. On peut donc s’attendre à de nouveaux progrès dans la provocation législation. D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, on se penche aussi en Israël sur un texte qui destituerait d’office un député (arabe) qui prétendrait soutenir le mouvement de boycott des produits fabriqués dans les colonies implantées en territoire occupé.

Pour ceux qui se demanderaient comment évoluent les choses dans les pays voisins, on rappellera que le gouvernement égyptien, sans arsenal juridique, a réussi à mettre en place, depuis l’été 2010, une « centralisation des appels à la prière » qui a en quelque sorte court-circuité le tapage quelque peu anarchique des hauts-parleurs de trop bonne volonté. (Une pièce de théâtre a été montée il y a quelques années sur le sujet, et la bande-annonce vaut le détour.)

Et pour finir en beauté (quoique…), je vous propose ce très étrange remix de l’appel à la prière et de l’Ave Maria, « risqué » (car il a bien entendu soulevé des protestations de puristes) par un candidat algérien pour la huitième édition de la Star Academy, en 2011.

Pourquoi une telle triche aux examens dans le monde arabe?

De jeunes diplômés saoudiens se montrent sur internet en train de brûler leur diplôme.
De jeunes diplômés saoudiens se montrent sur internet en train de brûler leur diplôme.

Le mois de ramadan coïncidant avec les très redoutés examens de fin d’année du secondaire, l’actualité arabe offre cette année un feuilleton d’un nouveau genre, celui de la triche ! A vrai dire, le phénomène est ancien et cela fait des années que les plus malins et/ou les plus fortunés cherchent des solutions pour sortir du lycée avec les meilleurs notes possibles, celles qui leur permettront d’obtenir le sésame pour l’orientation de leur choix dans le système universitaire. Mais avec le développement des techniques numériques, le phénomène prend des proportions sans précédent.

Au Maghreb par exemple, les cas de fraude recensés, sans aucun doute très sous-évalués par rapport à l’ensemble, ont considérablement augmenté ces dernières années. Selon cet article dans Jeune Afrique, ils sont ainsi passés entre 2008 et 2015, et pour le seul Maroc, d’un peu plus de 1 000 à près de 11 000. Les autorités ont beau multiplier les contrôles, interdire les téléphones portables, brouiller les communications, réduire la capacité des salles, développer l’identification numérique des candidats, augmenter les sanctions, rien n’y fait. Malgré toutes les précautions qui sont prises, les fraudeurs arrivent à leurs fins.

Apparue en Tunisie et en Égypte dès 2012 (article en arabe), la fraude via Facebook est la tendance du moment. Cette année, au Maroc, il n’a guère fallu plus d’un quart d’heure pour que certaines questions, avec leurs corrigés, y soient disponibles (une affaire qui s’est soldée par 21 arrestations).

En Algérie, où les autorités ont même carrément décidé, dimanche dernier, de fermer momentanément les réseaux sociaux, la triche sur internet prend des allures de crise politique. En effet, une nouvelle session avait été organisée, pour plus de 300 000 élèves, à la suite de très nombreuses fuites des sujets d’examens organisés à la fin du mois de mai (quelques arrestations dans les milieux des professionnels de l’éducation là encore). Cette fois-ci, les autorités algériennes n’ont rien laissé au hasard : en plus de la fermeture temporaire de Facebook et de Twitter, la collaboration de l’armée a été requise. C’est elle qui a imprimé les sujets, lesquels ont été distribué au dernier moment, dans certains cas par hélicoptère ! Une politique énergique, voulue par Nouria Benghabrit, la « dame de fer » de l’Éducation nationale algérienne, une sociologue oranaise qui ne craint pas de s’en prendre aux dossiers sensibles.

On avait déjà évoqué son nom dans CPA à l’occasion d’un précédent billet consacré à la question de l’arabisation, ou plus exactement de l’introduction d’enseignements en arabe algérien. Un contexte qui explique que différents médias (Al-Hayat par exemple) proposent une analyse très politique de cette affaire de triche, bon prétexte pour les conservateurs religieux, partisans de l’arabe classique « pur et dur » si on peut l’écrire ainsi, de s’en prendre à une ministre qu’ils ne portent pas dans leur cœur.

On retrouve exactement le même schéma en Égypte où, cette année encore, la fraude au Bac a fait parler d’elle. Dans ce cas également, différents médias, à commencer par Al-Hayat, considèrent que le battage fait autour de cette affaire est loin d’être dénué d’arrières-pensées politiques, que l’on considère que les partisans de Morsi et des Frères musulmans cherchent à mettre en évidence les lacunes du gouvernement actuel, ou que l’on pense au contraire, si l’on est pour le président Sissi, que ce sont précisément les « islamistes » qui cherchent à discréditer les autorités en faisant tout pour que les choses empirent.

Outre l’explication politique, il y a bien entendu un aspect économique, en l’occurrence crapuleux, dans toutes ces affaires de triche. Sachant que des sources estiment à près de 2,4 milliards de dollars la somme que les Égyptiens consacrent annuellement aux leçons particulières de leurs enfants, on comprend que le business de la triche puisse également rapporter. Naturellement, les données précises manquent pour ce trafic clandestin, mais une affaire récente permet de se faire une idée de l’ampleur du système parallèle dans la Jordanie voisine où fonctionnait une filière assez originale. Profitant d’accords passés avec le Soudan, des Jordaniens du sud du pays avaient imaginé d’envoyer des contingents tout de même assez importants de futurs bacheliers à Khartoum pour qu’ils y passent des examens réputés plus faciles (d’autant plus qu’ils y bénéficiaient, sur place et depuis l’Égypte, de complicités utiles pour trouver les bonnes réponses…)

Politique, éventuellement économique, la croissance exponentielle de la fraude aux examens révèlerait aussi une véritable crise des valeurs dans les sociétés arabes. De nombreux commentateurs soulignent ainsi, non sans arguments, l’insupportable contradiction que révèle une véritable addiction à la triche de la part de personnes qui, par ailleurs, affichent tous les signes de la religiosité la plus exigeante. On ne parle pas des personnes qui se livrent à ce trafic ou qui ferment les yeux sur lui contre quelque gratification, non plus que des candidates qui (éventuellement pour l’occasion) portent le jour de l’examen un hijab bien pratique pour dissimuler une oreillette Blue Tooth, mais bien de tous ceux et toutes celles qui se vantent sur les réseaux sociaux de tricher avec la loi, tout en multipliant les invocations pour que la toute-puissance divine leur vienne en aide ! Conjointement à l’hypocrisie ou à la schizophrénie d’une bonne partie de la société, ce sont également l’égoïsme, le matérialisme, l’absence de morale collective de la jeunesse qui sont dénoncés.

A tout cela, il me semble qu’il convient d’ajouter encore une autre explication, le plus souvent passée sous silence. Si la jeunesse arabe triche autant, si elle semble tellement « malhonnête », c’est aussi parce qu’elle est acculée à le faire et qu’elle cherche désespérément une solution à l’impasse dans laquelle elle se trouve. Tricher, dès lors, n’est rien d’autre qu’une tentative de survie. Et tant pis si on réalise un peu plus tard que les diplômes pour lesquels on a tant sacrifié ne sont que des bouts de papier bons à brûler, faute de justice sociale dans des sociétés rongés par le chômage et la corruption (voir l’image de ce jeune Saoudien en haut de ce billet).

Capture d'écran du site "Shuming triche au bac".
Capture d’écran du site « Shuming triche au bac ».

A l’appui d’une telle explication, on peut noter, déjà, que, parmi les sites les plus connus qui proposent des solutions faciles aux candidats, certains affichent une intention qu’on peut qualifier de politique. C’est peut-être le cas de « [Liang] Shuming triche au bac » (شاومينغ بيغشش ثانوية عامة : un demi-million d’« amis ») si l’allusion au philosophe et pédagogue chinois doit bien être prise en ce sens comme je le crois [je suis preneur d’autres explications], mais c’est en tout cas vrai d’un autre site, tout aussi célèbre, « La triche nous unit » (بالغش اتجمعنا ). Deux pages Facebook qui, comme nombre de leurs équivalentes dans la quasi-totalité des pays arabes, reprennent les codes de la contre-culture adoptée par la jeunesse arabe actuelle, ceux de la dérision notamment, et de la solidarité de la jeunesse contre la société des adultes (voir le rap des tricheurs présenté dans la vidéo tout en bas de ce billet par le groupe égyptien Kaboos Nation, la « nation du cauchemar »).

Si l’on se souvient que la critique du système scolaire, dans le mouvement du 20 février au Maroc par exemple, faisait partie des revendications les plus populaires auprès de la jeunesse arabe révoltée lors de son « Printemps arabe », on s’étonne moins que la vague numérique de la triche sur les réseaux sociaux soit partie, comme on le signalait au tout début de ce commentaire, de Tunisie et d’Égypte.

Un homme du fer dans les médias égyptiens : Ahmed Abou Hashima

The New Egypt: la promotion aux USA de l'Egypte financée par Ahmed Abou Hashima.
The New Egypt: la promotion de l’Égypte aux USA aux frais d’Ahmed Abou Hashima.

Tous les fans de Haïfa Wehbé le connaissent, et aussi désormais une partie de ceux qui s’intéressent au monde arabe : né en 1975, Ahmed Abou Hashima (أحمد أبو هشيمة) a terminé ses études à la (modeste) faculté de commerce de l’Université de Port-Saïd en 1996. Rien d’exceptionnel, si ce n’est que le fils d’un obscur officier de police de province (lien en arabe) est aujourd’hui une des personnalités les plus importantes de son pays.

Entretemps, il s’est passé pas mal de choses pour celui qui est aujourd’hui le pdg d’Egyptian Steel, une société spécialisée dans la production d’acier, créée en 2010. Son mariage chic et choc avec la super vedette Haïfa Wehbé, entre 2009 et 2012 (séparation par consentement mutuel), n’a pas entravé la bonne marche de ses affaires, bien au contraire. La rapide croissance d’Egyptian Steel tranche en effet avec la morosité du paysage économique local. Récompensé par de nombreux prix internationaux, « l’homme du fer » comme la presse le surnomme envisage désormais de conquérir le marché africain.

Haïfa et Ahmed
Haïfa et Ahmed

Après avoir juré le contraire et bien que la santé du secteur soit très loin d’être florissante en raison d’une baisse catastrophique des revenus publicitaires, Abou Hashima se lance désormais dans les médias. On a ainsi appris qu’il a acheté à Naguib Sawiris (voir ici), un autre milliardaire égyptien, la chaîne télévisée ONTV, pour un montant qui n’a pas été divulgué. La prise de possession de cette chaîne généraliste a été d’autant plus commentée qu’elle était la seule ou presque, dans le paysage médiatique local, à offrir une couverture des événements qui ne soit pas outrageusement à la botte du régime actuel. Elle est venue après l’achat par Abou Hashima, au début de l’année 2013, de parts dans Al-youm al-sabee (اليوم السابع, le titre le plus en vue de la presse quotidienne locale selon la revue Forbes). Pour faire bonne mesure, elle s’est accompagnée d’autres prises de participation majoritaires, tout aussi ambitieuses, dans Presentation, une société spécialisée dans la commercialisation des droits du foot, et dans Egypt for Cinema, une société de production audio-visuelle.

Abouhashima_man_of_steelTout le monde se demande aujourd’hui quelles ambitions cachent les achats de ce jeune homme riche et pressé, qui navigue en eaux politiques assez troubles : après des actions charitables en faveur des activités sportives pour les sourds-muets ou encore pour les villages déshérités de Haute-Égypte, il se tourne désormais – comme annoncé fièrement sur son site – vers le sponsoring du pouvoir, en finançant notamment une spectaculaire campagne de publicité déployée notamment à New York à l’occasion de la visite du président Sissi aux Nations Unies (voir ilustration en haut de ce billet). Un peu plus tôt, il avait déjà généreusement financé le micro parti de celui que la presse d’opposition (ou ce qu’il en reste) appelle le « fils chéri de Sissi », Muhammad Badran, un jeune mais déjà ancien leader estudiantin à la tête de la seconde formation qui compose la majorité présidentielle au Parlement.

Difficile pour autant de cerner les convictions de cet homme du fer. Les observateurs ont noté que le communiqué annonçant l’achat d’ONTV mentionnait la « révolution du 30 juin » – le nom donné localement au coup d’État du maréchal Sissi – en passant sous silence celle du 25 janvier 2011. Cependant, on lui a longtemps prêté des sympathies pour les Frères musulmans, surtout à cause de ses associés en affaires, puisque le cofondateur d’Egyptian Steel se nomme cheikh Mohamed bin Suhaim Al Thani (شيخ محمد بن سحيم ال ثاني), une très bonne famille du Qatar ! En définitive, bien plus que les convictions politiques, sans doute assez caméléonesques, du très jeune pdg d’Egyptian Steel, cette fulgurante ascencion économique et politique pose surtout la question des appuis qui l’ont rendue possible. Et sur ce point, le soutien de l’émirat du Qatar, via le principal partenaire dans la société Egyptian Steel, ne fait aucun doute.

Dans un article assez récent (en arabe) riche en allusions en tout genre, Salim Azzouz (سليم عزوز) s’interrogeait sur les véritables propriétaires des médias égyptiens, tellement il est de notoriété publique que nombre d’entre eux ne sont que des hommes de paille dissimulant à peine des réseaux de pouvoir politiques et surtout financiers. En effet, les récents développements dans les médias arabes montrent que ceux-ci, qui traversent comme ailleurs dans le monde une grave crise de financement, sont plus que jamais soumis aux ambitions politiques des grandes fortunes locales. Outre Ahmed Abou Hashima et son petit empire médiatique, on pense immédiatement à Mohammed ben Salmane, le vice-héritier du trône saoudien, devenu, sans qu’on sache très bien comment, l’heureux propriétaire de la chaîne Al-Arabiyya et de bien d’autres médias saoudiens importants (Al-Sharq al-awsat notamment). Mais le phénomène est observable presque partout ailleurs, y compris là où les entreprises de presse sont particulièrement verrouillées par un personnel politique qui n’a pas la réputation de plaisanter avec la liberté d’opinion. En Algérie par exemple, différentes chaînes ont ainsi récemment été achetées par des industriels ambitieux. Mais un tribunal vient toutefois de faire capoter l’achat d’un gros groupe de presse, El-Khabar, en plus de la chaîne télé privée KBC, par Issad Rebrab, « la première fortune privée d’Algérie » comme l’écrit Le Monde.

Oui, Le Monde justement, car en France aussi…

Un Moagesterementerneuruel, aoudien, (2/2) Ahs inir,x wahbitan in coMhreb pa>

AbChkh Mohammad Ba-aw'Aiieîwidth=HaChkh Mohammad Ba-aw&lue o;Aiieîfigcaption>

Ap Mofiloppements e fa qu&rjeusquo;auta lel d&rs les rivcriduct collet co Lenahdrm/>LerdeXIXsonree a unt plars deté pub pl peinuu eié lp OuEeuront aité pumenace es par dessquo;autres prvcrrentse mparrôe d(Let c énsint vm/>Leévetion detderché afst squo;auticparr,x tdendateun lture aauroet dc

EtDs un quiomxte ple répugn ét dejourd’hui qu riqu», ar un perché aflture aaù lecametie càreinzes poiomrvateuche mtde squo;autres pris en rli llis : qu(ntinuede ce t, d&r inrmatp lture aauronter s/ rpulaires a: q: ap rnni n ple viuilleton d&ued d'eres p Ma cdauvellere d&aisarumxtst de squo;ausarut ielleerchéde-UnL mternanuedn reinar-amre squo;aulam catomxtoraireobsedensi r trrr,xet dl avrsquo;a t des ene pampabitie p. Iest deai d&e pa einsiord&e mclde O(< cerché af ceiergnseproves-edetre prs a mx oprn

OuP ees ch seace ent vinasquo;autordagne dybe squo;auenuneleal., «tional/ele dlvcrgn l ne dlme asternational/elunt le sooissacybereinter lltreinirtiques et dlcriomique p Frut ainre, Pour fa qu’au éut qu Frsoir jle termative de squo;autqntanntioux poPlosipnioeiniomx d'Asquo;auidl-awQaièس٧مئضل قروي)lcrqué spa rmennsifarnierremenasquo;ausidit ici),e dl href="http://wwa.hypotheses.org/fi498 srrget="_blank">ca oa> Zes re sunstr aiasi-tnt vnteiomxt d d&(r lut aireis que pa einpulairdn in s posedesr.siment dlcrmié tolleurs, 8230;cal dék Lel Salm/>Le: qunuibremenrt leut les méusuane,mre prvcrgn et al squo;aulleurs, e cessete unis so est de seamais d uinnes ensez zst uveusepageens mgeesans de squo;au trlam cassi am rr e: que past ble. EtChunes&rs les leys ar(Maia nt i,leMoc, d&gériesociaim e càrcé t

OuP pldiatemne et raison d&rquiae dumyinivicoguante dar leiae dune gn érdende.flcrqué spars les ollet co seconnsifarnierreme un aslfejecpaoiré dde squo;au tvicete du coMhc care hammad Ba-aw&lue o;Aiie raoctoe d&rnièttrdit < e squo;autre prtpelle. La presvetitegr d&ven etpnnéttre cou es,ercacitren éiomxvdarviste aa>

OuMêtp s esnut ou enessee pa esy&coe pues mit am FrgérieAlwantdna em/>Le)ci squo;auvuesete acteiai, crerriomxvre danlnofichation qmrdequntre qurérienneci ilvcrals aci a lsi&#part aun petsagun squo;auoptén é u/ rsticasiosieu: qle veeth Mooudiens &cepadiznsifsdre lliaromd& squo;aueshéesnoc auitter, p dlc aucebook qusetusêtp lèluinS’on oaulz rs teaîne Al-ShAiiyya etre lnidgte,le ra teoug nt bare aîne Al r dab-smerep: q! CoQsi-tnt vn trcrifibranoasindn lus etp emès bicitits empreten mre iie duaîne Alec la momille du-ShSudie! Cp>

Onotefnii tesetuiosdeshone dparnidengtniiénsigun dl squo;aunon nten ére llnorx neyerencintusiosnte tevcrssiht ll (catdags (v raAbesydarvdies einanment )l-epadfi rem rcrmietem emis enrs tt es, On ne squo;ausetus enoiénere geesencun perneupote me, l& ratpellet bpart auroe ae qtqui squo;auvuey&cosez zsr plre s (e pene pahammad Ba-aw&lue o;Aiieque cu ase pun etp asrdssunere a mia nne p le ruventere,mn petsagp emsêtpmihâte amxme puux dei ilciedeadquntre esno o trrose mmrrarAshficuceyad/a>, u en o triosint bait au anorits du e squo;aumme duroe ai href="http://wwa.hypotheses.org/fi540 target="_blank">icRaefadrairia>

HaCees-ure dessquo;au trvrent'squo;auAteeeeslgrekon au es/osis em Frgérie

ApEbais qufaniple vm halecdunmo amxaesnoce,mrtefode parneupcomplo ros grnne f» (rdetp ge mwahbitan u coo s bai enire ca eié rs eeougn e dre sapdpart amn sl& eis qu prsiosntdungeese co e le& squo;au r-eposisamer: qbien plins qu esbre, mis so raniplre coos asen plus qufetil.llnC’est pe e autions riomxie ade e,met s/ emdiqnsifsdre a ent« lardertcux o a tbre», aem>Alqunl-awhme Releâl-awlahadm/>Le)croe aihoretp raabesdsoi ilnnét ut ae n pemrtenumiid-epadmxtresvedtdn es/is eniomdvateuche mre squo;aulam cay compris l rarouidre Mhreb pC’est peesggrent vn squo;autions rre ces/ rtit ees/qnsimrdewahbitae, : qi squo;aue dute at ese tqu( dlnncathénesntesvntextresveder un l’au peut-tathagssne d& asndaion qment acre ce/ ragesterementerneuruel, aoudien, » ctellement ilesvealaybere,m es/ztale d dmabesdmrsquo;aujourd’hui q/p>

OuPt aueningte rs squo;auemple, orérienneon pent a etptai l&geem#parienesle cnt vngeent de ps/qtusrs. rsquo;aujosnts/o dun t ilne ce at en leficier de esnmais deit a esieteun jeiiénsir href="http:///cpar.wikalgaterg/wp-ika/8%A8%D9%82%D9%88%D9%B1%D_9%85-%8%A8%D9%86%D9%8A%Dsrrget="_blank">caAteeeeslgreka>aresses,naisruviqesqprgssnea>cavedenta> Q squo;auvrtene ps/isaodunAteeeeslgrekp dlcps/conblaes eougaamxbscun crmamxb e aulenngtp dlmrrtnt vn e aueoce pure,ms epéa ns/spa e as/océitoy

v class="en-imesh-mute r v-iomxnsixtroutpsrcle="mac&qkuupend-io s-:#FFEAA8;