Lettres modernes (2/2) : les sens des signes

(La dernière oeuvre du Soudanais Waqialla. Source : http://www.waqialla.org)

Alors que la calligraphie arabe est renouvelée par la typographie contemporaine avec toutes les ressources du graphisme contemporain assisté par ordinateur, elle accomplit également depuis la seconde moitié du XXe siècle une autre révolution, mais sous la main des artistes plasticiens.

Dans un livre (en arabe) déjà ancien mais qui continue à faire autorité, le poète et critique Charbel Dagher fut un des premiers à proposer une véritable lecture de ce courant esthétique nommé en arabe al-hurûfiyya (الحروفية traduit par « lettrisme »). Il est aussi un des premiers à avoir relevé l’étrange coïncidence qui fit naître ce mouvement en Irak au moment même où une génération de jeunes poètes (Badr Shaker al-Sayyâb, Nâzik al-Malâ’ika) rompaient définitivement avec des siècles de prosodie traditionnelle pour ouvrir la poésie arabe à de nouveaux horizons.

Dans l’un et l’autre cas, on retrouve à l’évidence une même impatience vis-à-vis des formes artistiques anciennes. Et tout aussi fortement, dans un monde arabe qui croit alors en son destin, le désir d’affirmer la présence d’un art à la fois « authentiquement arabe et moderne ».

Ecole ou mouvement, un ou multiple, le « lettrisme » ne se laisse pas saisir facilement. A la suite de cet article (en arabe, par Muhammad Monif), on peut tenter de le définir comme « un travail plastique sur la lettre arabe pour la dégager de sa signification et de sa lecture et la transformer en quelque chose d’autre » (الحروفية هي تشكيل الحرف العربي وتجريده من العبارة والجملة المقروءة إلى حال أخرى).

Même si on leur a reproché de ne proposer qu’une pâle imitation de la démarche des artistes occidentaux transposée aux caractéristiques de l’alphabet arabe, les tenants du lettrisme ont clairement affiché une volonté diamétralement opposée : affirmer une identité esthétique arabe, par l’élaboration d’une abstraction à la fois moderne et enracinée dans sa tradition graphique et esthétique.

La hurûfiyya s’est élancée avec le manifeste de l’école d’Art moderne de Bagdad en 1951 pour s’affirmer pleinement, au seuil des années 1960, notamment avec Shakir Hassan Al Said (شاكر حسن آل سعيد), récemment décédé à Bagdad.

Toutefois, durant ces années, qui sont aussi celles de l’arabisme politique triomphant, le mouvement est loin de se limiter à ce seul pays. Il essaime par exemple au Soudan où se développe, au sein de la Faculty of Fine and Applied Art of Sudan University of Technology, toute une génération d’artistes encore très présents sur la scène arabe. Parmi eux se distingue la très grande figure de Osman Waqialla (عثمان وقيع الله) décédé il y a juste un an : un beau et intéressant site – en anglais et en arabe – lui est dédié.

Avec cet artiste qui travailla notamment pour un fabricant londonien de billets de banque, on ne peut que constater comment les frontières s’effacent, non seulement entre graphisme et création artistique, mais également entre calligraphie et création plastique. Une tendance qui s’affirme chez d’autres artistes plus contemporains, tel l’Egyptien Hâmid al-‘Uwaydhi (حامد العويضي), formé à l’édition et à la mise en page, dont le travail est décrit dans cet article (en arabe) comme une tentative pour mettre un terme au divorce entre le trait et la composition plastique (ينهي القطيعة بين الخط والتشكيل).

Ali Omar Ermes, The Third Ode
(source : www.hermitagemuseum.org)

Une exposition) récente au musée de l’Hermitage a réuni quelques-uns des grands noms du « lettrisme » actuel, parmi lesquels on note la forte présence d’artistes du Maghreb : le Libyen Ali Omar Ermes), le Tunisien Nja Mahdaoui dont les calligraphies ont orné plusieurs appareils de la compagnie GulfAir pour son 50e anniversaire.

Bien entendu, on trouve à leur côté l’Algérien Rachid Koraïchi assez bien connu en France grâce à ses illustrations pour de très nombreux ouvrages, travail qui s’inscrit pleinement dans la lignée du lettrisme. Depuis ses débuts, celui-ci est en effet intimement associé à une démarche autour des grands textes de la littérature arabe, classique et actuelle, religieuse et profane.

C’est d’ailleurs parce qu’ils explorent à leur manière les sens infinis des signes que les plasticiens du lettrisme arabe contemporain sont les véritables héritiers des calligraphes classiques.
(Rachid Koraïchi avec des brodeurs cairotes, lors de la préparation à l’exposition « Mejlis al-qamar ».
Source : www.ambafrance-eg.org)

Le marché de l’art arabe (2/2) : les Emirats, nouvelle Mecque de l’art contemporain


Maintenant que la Cour suprême de son pays vient de suspendre le mandat d’arrêt délivré contre lui à cause de cette oeuvre intitulée Mother India, Maqbool Fida Husain va-t-il vouloir rentrer chez lui ? Ce serait une perte pour son pays d’adoption, les Emirats arabes unis, qui n’ont pas craint d’accueillir sur leur sol ce célèbre peintre indien d’origine musulmane dont certaines oeuvres ont tout de même été adjugées à quelque 2 millions de dollars. L’artiste est en effet accusé de blasphème par certaines factions extrémistes hindoues furieuses de la représentation de leurs divinitées, nues, dans certaines de ses oeuvres. On aurait aimé que les médias français, si prompts à dénoncer l’islam et ses fanatiques, nous parlent un peu plus de ces atteintes à la liberté de l’artiste (musulman) et du courage, digne des meilleures démocraties nord-européennes, des petits Emirats arabes…. Mais passons…

Pour être tout à fait honnête, donner asile à cette grande figure de l’art mondial, d’origine indienne, était aussi de la part des autorités des Emirats un geste public particulièrement bien venu dans le cadre de la politique qu’elles mènent résolument depuis quelques années pour faire de leur pays une plaque-tournante – un hub pour utiliser le jargon à la mode – du commerce mondial de l’art contemporain.

Les Emirats, toutefois, sont une fédération où la solidarité n’exclut pas la rivalité. Les politiques suivies dans le domaine de la culture diffèrent considérablement entre d’un côté les émirats « sérieux », Sharjah et surtout Abou Dhabi, le plus riche, dont la dynastie assume traditionnellement le leadership politique de la fédération, et, de l’autre, l’émirat aussi mercantile que dynamique de Dubaï.

Les premiers cités mènent en effet ce qui ressemble le plus, aujourd’hui, aux grandes politiques culturelles naguère tracées en Egypte, en Syrie, en Algérie… et dans l’Irak de Saddam Hussein… Certes les actions lancées ne concernent plus comme autrefois un public quantitativement important (la population des Emirats n’atteint pas les quatre millions d’habitants) mais on retrouve le même souci de créer une infrastructure « publique » – pour autant que l’adjectif ait un sens dans ces émirats familiaux -, à partir de projets ambitieux visant à doter l’espace national d’infrastructures pour le long terme.

Alors que Sharjah organise depuis 1993 une biennale désormais internationalement réputée, le quartier culturel de l’île de Saadiyat (Félicités en arabe), à proximité d’Abou-Dhabi, comptera bientôt quatre équipements culturels de taille internationale, pour lesquels ont été conviés les plus cotés et les plus audacieux des architectes contemporains : un complexe de spectacles en forme de tête de reptile (illustration ci-contre) par Zaha Hadid, une ancienne étudiante de l’Université américaine de Beyrouth d’origine irakienne ; le plus gros musée Guggenheim du monde par Franck Gehry ; un musée de la mer par Tadao Ando (construit sous les eaux bien entendu) et enfin l’annexe du Louvre, dessinée par Jean Nouvel. L’accord conclu le 6 mars dernier entre l’Emirat et la France prévoit qu’Abou-Dhabi pourra, contre un chèque d’un milliard d’euros, exposer une partie du patrimoine du musée parisien, bénéficier de son expertise technique et exploiter, vingt durant durant, le prestigieux brand (marque) hérité des rois de France.

Dès le lendemain de cet accord, l’émirat voisin de Dubaï s’illustrait avec une initiative bien dans sa manière : l’inauguration de la Gulf Art Fair, en présence d’une sélection des principales galeries contemporaines internationales et de quelques vedettes de la jet-set – en l’occurrence des footballeurs anglais, David James, Sol Campbell et Ashley Cole, amateurs d’art moderne et de bons placements.

Sous-traitée à un expert londonien par une société financière possédée à hauteur de la moitié du capital par le Dubai International Financial Centre, cette foire internationale d’art contemporain affiche sans complexe des prétentions pas exactement philanthropiques. A l’image de toutes les activités tertiaires lancées à Dubaï, en particulier pour la nouvelle place boursière qui a commencé ses activités en 2004, l’argument de vente, son marketing pitch, consiste à rappeler que le Golfe, idéalement placé à sept heures de Londres et de Hong Kong, constitue l’indispensable relais d’une économie globalisée fonctionnant 24/24 h en sautant d’un fuseau horaire à un autre.

Face à des Emiriens (c’est le nom officiel en français, même si on peut préférer émiratis) avouant, en vrais-faux candides, qu’ils sont strictement ignares dans ce domaine, des galeries locales – Atassi, de Damas, mentionnée dans le billet précédent – ont bien tiré leur épingle du jeu. Les grands dealers internationaux de l’art contemporain ont trouvé, eux, l’événement tout-à-fait « rafraîchissant » et regrettent un peu d’avoir dû rapporter avec eux les oeuvres les plus chères (autour d’un million de dollars pour certaines). Ils reviendront tout de même car, comme l’avoue franchement l’un d’entre eux, ce marché émergeant, avec ses quelque 500 milliards de dollars en revenus pétroliers annuels, est plus stimulant encore que ses rivaux russe, chinois ou indien…

De toute manière, le principal acteur du marché global de l’art, Christie’s (des ventes à hauteur de 4, 67 milliards de dollars en 2006, chiffre d’affaires en progression de 36 %), a montré la voie en ouvrant, dès avril 2005, un bureau permanent à Dubaï qui s’est avéré un vrai filon comme l’a raconté à l’époque Valérie Duponchelle, la spécialiste des pages culture du Figaro :

La première saison de Christie’s à Dubaï en mai 2006 a été à ce titre une réussite alléchante pour un marché de l’art qui vit déjà une embellie incroyable, de New York à Londres, de Bâle à Paris, grâce à l’art contemporain. En réalisant un produit de 8,489 M$ (87 % des lots vendus et surtout 94 % en valeur, soit des acheteurs très enthousiastes dont les enchères dépassent largement les estimations), sa vente internationale d’art moderne et contemporain a été un coup de théâtre en 2006. Records absolus aux enchères pour deux maîtres de l’art moderne indien, vivant et travaillant d’ailleurs en France comme l’attestent nombre de collections françaises : Rameshwar Broota, né en 1941, couronné pour son tableau presque abstrait, Numbers, de 1979 (acheté 912 000 $ par un collectionneur indien, près de 12 fois son estimation basse) ; Syed Haider Raza, né en 1922, couronné pour sa toile de coloriste, Sourya, de 1979 (un collectionneur indien l’a payée 329 600 $, près de 3 fois l’estimation basse). Sur les dix plus hautes enchères de ce 24 mai inaugural à Dubaï en 2006, six sont le fait d’acheteurs indiens, trois d’acheteurs du Moyen-Orient, une d’un collectionneur américain.

Comme on le voit, la présence aux Emirats de M. F. Husain, le créateur « blasphématoire » de Mother India, n’est pas un pur choix esthétique. Depuis toujours, Dubaï, Abu-Dhabi, les pays arabes du Golfe en général, sont ouverts, culturellement et économiquement, vers l’est. Au moment où la Chine et l’Inde s’affirment comme puissances économiques, Le Caire et Beyrouth, les centres traditionnels du marché de l’art arabe feront sans aucun doute le pèlerinage annuel à Dubaï, la nouvelle Mecque de l’art contemporain. Il est déjà prévu que la prochaine Gulf Art Fair, l’année prochaine, ait doublé de volume…

Le marché de l’art arabe (1/2) : galeries d’art au coeur de l’axe du Mal


Dans Que s’est-il passé ?, cet ouvrage où affleure à chaque page un européocentrisme affligeant de prétention savante, sinon de vulgaire racisme, Bernard Lewis, le distingué orientaliste qui a eu l’insigne honneur de contribuer à la brillante politique américaine en Irak, a osé énoncer ce puissant diagnostic : les musulmans – et donc les Arabes – n’ont pu réellement assimiler les charmes de la musique classique occidentale parce que celle-ci repose, fondamentalement, sur un principe de coopération entre les membres de l’orchestre, « sur l’harmonie sinon l’unisson », autant de vertus qui échappent à l’homo islamicus !

Des affirmations gratuites qui avaient suscité en leur temps la fureur du regretté Edward Saïd, grand ami de Daniel Barenboïm, avec qui il a fondé le West-Eastern Divan Orchestra, un orchestre classique réunissant de jeunes interprètes israéliens et arabes. (Il faut lire leur livre d’entretiens, Parallèles et Paradoxes. Explorations musicales et politiques, publié au Serpent à Plumes en 2003.)

Dans le domaine des arts visuels, le jugement du grand inspirateur de la politique arabe des Neo Cons est moins sévère et donc, puisque son « jugement » nous y autorise, enfonçons-nous au coeur de l’axe du Mal pour découvrir les mutations du marché de l’art syrien, en prenant pour guide un excellent article paru dans le supplément culturel du quotidien libanais Al-Safir du 25 mai.

Pour brosser le tableau, rappelons que la Syrie, le Levant ou encore les « pays de Shâm » (يلاد الشام) en général, furent au coeur de la Renaissance – culturelle et politique – arabe du XIXe siècle. Sans surprise donc, la région adopta, dès cette époque, la peinture de chevalet à l’occidentale tandis qu’ouvraient, au début du XXe siècle, les premières institutions privées et publiques d’enseignement de la peinture.

Plus près de nous, dans la Syrie indépendante et sous l’égide des politiques des pays socialistes très influents à cette époque, l’Etat a cherché à soutenir, développer, encadrer aussi, les différentes formes de création artistique, inévitablement « progressistes », « engagées », « pour le peuple »… Comme dans nombre d’autres pays arabes, ces politiques culturelles ont contribué à la formation de plusieurs générations pour lesquelles accéder aux différentes formes de pratiques artistiques représentait une promotion totalement inespérée. Comme ailleurs, l’Egypte de Sadate a valeur de paradigme sur ce point, ces politiques ont été réduites drastiquement au fil des années, quand elles n’ont pas été purement et simplement abandonnées.

Jusqu’il y a peu, le marché de l’art damascène semblait voué à une totale déshérence. En dépit de tous ses efforts, le célèbre Abou Naïm (lire cet entretien publié en 2006 dans le quotidien Al-Thawra), l’ancien vendeur de légumes émigré au Nigéria et revenu chez lui au début des années 1980 pour travailler comme encadreur, n’arrivait plus à faire survivre les artistes locaux en leur prêtant, contre leurs toiles, de quoi payer un loyer, acheter un médicament ou tout simplement à boire.

Il existait bien quelques galeries – Ashtar dirigée par un artiste, Issam Darwish, la galerie-atelier d’un des pionniers de l’art syrien moderne, Fateh al-Mudarres (فاتح المدرس), la Galerie Atassi fondée en 1993 ou même la (belle) fondation de l’artiste syrien Mustafa Ali (voir ce reportage dans le mensuel Syria Today), mais rien de tout cela ne pouvait laisser présager le véritable boom que connaît le marché de l’art syrien depuis quelques mois.

Et cela parce que, fin 2006, un jeune banquier syro-suisse, Khaled Samawi (خالد السموي), installé depuis peu dans la capitale syrienne, a décidé de rompre radicalement avec les habitudes locales en créant un nouveau lieu d’exposition. Située dans le vieux quartier de Mezzé, la galerie Ayyâm (Les jours) offre des conditions sur lesquelles la concurrence peine à s’aligner : professionnalisme des catalogues, de la scénographie, et surtout, pour la première fois sur le marché local, proposition de véritables contrats (d’exclusivité) avec les artistes.

Pour ce jeune investisseur, c’est le moment d’agir sérieusement sur un marché scandaleusement sous-évalué. Offrir aux meilleurs artistes locaux une « rente » d’un millier de dollars par mois n’est donc pas forcément une mauvaise opération. Et pour débusquer les nouveaux talents, rien de mieux qu’un concours doté de quelque 20 000 dollars au total, grâce au mécénat d’acteurs privés (dont celui du Four Seasons, un luxueux palace, propriété du magnat saoudien al-Walid Ibn Talal, qui vient d’être inauguré).

Quelques semaines plus tard, Art House ouvrait également ses portes non loin de là, dans un ancien palais rénové et avec des moyens financiers comparables à ceux de la galerie Ayyam, ce qui suscite chez quelques mauvais esprits des interrogations sur l’origine des capitaux investis et en tout cas sur la rentabilité de toutes ces opérations. Le nouveau « complexe », dirigé par une femme, Imane Urabi (ايمان عربي), associe salle de détente, bibliothèque, salle d’exposition et chambres d’hôtes pour les artistes de passage.

S’agit-il d’investissements à fonds perdus ? D’argent utilisé en fonction de logiques qui ne sont pas strictement économiques ? La question est posée mais c’est un fait que, depuis l’ouverture des ces deux galeries d’un nouveau genre, les prix ont déjà grimpé en flèche : cinq fois le cours en vigueur il y a quelques mois seulement ! Il faut dire que le monde arabe, et la région du Golfe en particulier, est en passe de devenir un des lieux les plus actifs du marché international de l’art (on en reparlera dans le prochain billet).

Difficile en tout cas pour les galleristes de la génération précédente de s’opposer à cette évolution, et plus encore pour les jeunes artistes locaux de rester sourds aux sirènes de la modernité financière. Même dans la fière Damas, capitale de l’axe du Mal, avec son marché de l’art naguère si « provincial » mais si génial, avec ses artistes fidèles à leurs convictions « progressistes » désuètes, on est entré dans l’ère du marché de l’art globalisé (c’est le marché qui est globalisé, mais l’art aussi, peut-être).


Du haut vers le bas, oeuvres de Abdelki, Fateh el-Moudarres, Marwan, Abdallah Mrad, Nazir Ismaïl et Safwan Dahoul.

Pour ceux que la question intéresse, le site Syrian Art propose une galerie virtuelle présentant nombre d’artistes syriens, et arabes.

Voir également sur le site La Syrie la présentation, en français, des grandes figures de la peinture syrienne moderne par Boutros Maari.

Dernière minute ! Ce fait-divers, raconté dans un article dans le quotidien Al-Quds al-arabi du 29 mai, qui confirme, sous un jour inattendu, le bouleversement des règles du marché de l’art syrien. Pour la première fois dans les annales du pays sans doute, un critique et artiste syrien vient d’être emprisonné sous l’accusation de vol de tableaux ! Ebloui par les possibilités ouvertes par la soudaine hausse des prix des toiles, ledit critique n’a pas pu se retenir de décrocher à l’intérieur du bâtiment de la présidence de l’Université deux toiles d’un artiste reconnu, Mahmoud Hammad (cf. image d’une autre de ses oeuvres) pour les vendre à la Gallerie Atassi… 90 000 livres syriennes tout de même, de quoi arrondir son pécule pour s’acheter une petite maison dans la coquette banlieue de Artouz…