Arabs Got Talent : la danse syrienne et le grand écart d’une chaîne saoudienne

sima2

Sans surprise en fait, la Syrie a gagné haut la main la finale, sur la chaîne saoudienne MBC… Il s’agit d’un jeu télévisé bien entendu, la troisième édition de l’émission Arabs Got Talent qui a vu Sima, une troupe syrienne de danse contemporaine, l’emporter sur les deux autres finalistes. Les jeunes artistes repartiront – pour une partie d’entre eux – à Damas avec un contrat en poche pour une des plus importantes chaînes généralistes satellitaires arabophones, un chèque de 500 000 riyals saoudiens (environ 100 000 euros) et une belle américaine (une Chrysler offerte par le concessionnaire local, rien à voir avec une autre candidate, arrivée troisième, Jennifer Grout, une jeune nord-américaine qui a fait le buzz en chantant en arabe dans un style assez kitch : vidéo ici).

Pas de réelle surprise, tant le scénario était écrit à l’avance. Comme l’explique fort bien Wissam Kanaan (article en arabe), on aurait parié que la MBC allait reprendre une success story bien rodée. Après bien d’autres – le dernier en date étant le Palestinien Mohammad Assaf dans l’émission Mahboub al-3arab (Arab Idol) en avril dernier (voir ce billet) –, l’industrie du jeu télévisé a rejoué la grande scène du « sympathique-représentant-d’un-peuple-qui souffre-tant-qu’on-est-heureux-de-voter pour-lui » !…

Le ton était annoncé dès la première prestation durant laquelle quelques-uns des membres de la troupe syrienne avaient prié le jury d’excuser l’absence de leurs camarades, empêchés de venir par les événements (excuse assez peu convaincante comme le rappelle Wissam Kanaan, ne serait-ce que parce que le Liban est un des rares pays, si ce n’est le seul, où les Syriens peuvent encore se rendre sans trop de problèmes…). L’effet de sympathie avait été renforcé dans une émission suivante avec le choix de Huna al-sham (Ici Damas), une chanson célèbre dont la réinterprétation avait permis de rappeler au public (chargé de « sélectionner » les candidats par ses votes) l’origine des jeunes artistes.

Et lors de la finale, la troupe a choisi de faire directement allusion à l’actualité politique avec un tableau chorégraphique (voir la vidéo à la fin de l’article) représentant toutes sortes de gens se disputant des chaises : métaphore du pouvoir qui symbolise – comme le précise la page Facebook de la troupe – « la réalité du peuple arabe [au singulier, c’est à noter] et des révolutions qu’il vit ». Symbole un peu éculé, la « chaise » du pouvoir (le trône si l’on préfère) ne peut manquer d’évoquer aussi pour le public Ah si la chaise pouvait parler (Law al-korsi yehki) un succès lancé à l’automne 2011 par la chanteuse Asala (voir ce billet), qui affichait du même coup son soutien aux rebelles à travers cette chanson très critique du régime.

Emission de divertissement familial, Arabs Got Talent se garde bien de prendre des positions trop tranchées. Conformément aux lois du genre (quelles que soient les latitudes), on se contente de bons sentiments répétés ad nauseam : la musique réunit les peuples, elle peut faire oublier les pires douleurs, ce soir on danse pour notre peuple et c’est à lui que nous dédions notre succès, c’est vraiment comme ça qu’on doit défendre son pays, etc. Aucune aspérité par conséquent, le show continue sur les souffrances des Syriens qui font du bien à l’audimat. Après avoir lancé la formule de la charité télévisuelle panarabe – c’était au début des années 1990, il s’agissait de soulager les souffrances des Bosniaques (musulmans) de l’ex-Yougoslavie –, la très saoudienne MBC continue le charity business grâce à une variation adaptée aux circonstances du moment.

Etonnant spectacle tout de même que celui de cette chaîne très officieuse d’un Royaume qui fournit « le nerf de la guerre » civile en Syrie, et qui met très professionnellement en scène les souffrances de ce conflit pour le plus grand succès d’une émission de divertissement. A peine plus étonnant que celui de cette émission (tournée à Beyrouth) qui joue sur la fibre panarabe, qui mise sur le vieux fond de commerce de la solidarité arabe, en faisant semblant de ne pas voir que le public (celui qui est « roi », mais pas dans le « Royaume des hommes » au milieu des sables de la Péninsule) plébiscite le spectacle d’une orgie de mouvements où se mélangent (et se touchent) les corps de jeunes hommes à cheveux longs remontés en catogan et de jeunes femmes, en jupes courtes et en cheveux libres. Enfin rien de très « islamiquement correct »… A la vérité, le couronnement (!) d’une troupe syrienne de ce genre sur une chaîne saoudienne, cela relève du grand écart !
(Pour voir la vidéo, se rendre ici.)

La compagnie Sima a été fondée en 2003 par Alaa Krimed علاء كريميد, désormais installé au Liban. L’onglet « danse » vous permettra de retrouver les billets sur cette thématique, importante pour ce qu’elle révèle de la culture arabe actuelle et de la place qu’y occupe le corps, avec ce billet sur l’histoire récente de cette pratique en Syrie. A l’invitation du Forum de la danse arabe contemporaine, plusieurs danseurs syriens (Eyas Meqdad, Alaa Krimed, Mayy Sefan, Hussein Khodor…) ont récemment évoqué à Beyrouth les événements tragiques qui déchirent leur pays (article en arabe dans Al-Hayat). On rappellera aussi qu’une troupe de danse traditionnelle bien connue a dû fuir précipitamment la ville de Rakka, libérée par les jihadistes (article en anglais dans Al-Akhbar).

Un “coup” à la tête du ministère de la Culture en Egypte

Manifestation contre la "fréisation de la culture" sur la scène de l'opéra du Caire
Manifestation contre la “frérisation de la culture” sur la scène de l’opéra du Caire

Sur fond de combats de rue (qui ont fait tout de même sept morts dans la nuit de lundi à mardi), Hazem el-Beblaoui – l’homme qui « a été nommé nouveau Premier ministre intérimaire » selon une curieuse formule dans la presse, formule qui a sans doute l’avantage de jeter un voile pudique (!) sur la légalité de sa nomination – s’occupe à former son nouveau gouvernement. Cet homme de 76 ans – ou bien ses mentors politiques – a fait un choix très symbolique en proposant le portefeuille de la Culture à Ines Abdel-Dayem (إيناس عبدالدايم), qui serait donc, si la nouvelle est vraie car le conditionnel est encore de rigueur, la première femme à occuper cette responsabilité depuis la création du ministère vers la fin des années 1950.

Il ne s’agit pas simplement d’une féminisation, plus que souhaitable, du personnel politique car la nomination d’Ines Abdel-Dayem a, pour certains, le goût suave de la revanche. Cette flûtiste de réputation internationale était en effet en première ligne du combat contre la « frérisation de la culture » (ikhwanat al-thaqâfa). Contrairement à ce qu’elle espérait encore il y a quelques mois (voir ses déclarations en octobre dernier), celle qui était également la directrice du célèbre Opéra du Caire avait fait partie d’une charrette de hauts responsables que Alaa Abdel-Aziz, le nouveau ministre de la Culture dans le dernier gouvernement Morsi – et le sixième à occuper cette fonction depuis la chute de Moubarak – avait destitués, dans le cadre d’une grande opération de nettoyage nécessaire dans le contexte de la nouvelle Egypte selon ses dires, ou bien encore pour permettre aux Frères musulmans de prendre définitivement les commandes d’un secteur par définition rebelle à leurs visées hégémoniques, selon une opinion partagée par une bonne partie des acteurs du domaine.

abdelazizPlus encore que les autres, cette éviction avait suscité beaucoup d’émoi en Egypte, et énormément de commentaires au niveau international. Comme on peut le constater dans cet article retenu parmi beaucoup d’autres, le pitch était (presque) parfait : d’un côté un petit fonctionnaire barbichu, totalement inconnu du gratin des arts, parachuté à la tête du ministère avec pour mission de le mettre sans ménagement à la botte des forces obscures du fanatisme religieux ; de l’autre, l’union sacré des artistes offrant dans la rue leur création au peuple pour protester contre les tentatives de leur imposer le silence ! Difficile de faire plus photogénique que ces vidéos des jeunes danseurs de l’Opéra interprétant Zorba dans la rue ! (Vidéo à la fin de ce billet.) Et plus difficile encore d’offrir une meilleure illustration de l’impudence balourde de Morsi et de sa fine équipe ! Inévitablement, l’affaire ne pouvait que mal se terminer et, comme le résume (en arabe) une jeune journaliste égyptienne, « cette nomination, c’est une bonne claque pour les Frères ! »

L’affaire n’est pas cependant tout à fait terminée. Ines Abdel-Dayem aurait d’abord nié avoir refusé le poste selon certaines dépêches, avant de se désister pour « préserver sa vie de famille » selon ce que l’on peut lire sur la page Facebook des « Ultras du ministère de la Culture » (un nom qui est tout un programme et qui dit pas mal de choses sur l’Egypte actuelle, les Ultras – dont on a parlé notamment ici – sont particulièrement actifs sur les murs, à quelques mètres de l’Opéra, du célèbre club de foot Al-Ahly, incontestablement bien plus populaire que le ballet classique !)

En fait, il apparaît que le « coup… de comm’ » imaginé par l’équipe d’El-Beblaoui s’est heurté, comme la nomination d’El-Baradei au poste de Premier ministre quelques jours plus tôt, à un veto des salafistes du parti religieux Al-Nour (article en arabe), autrefois allié aux Frères et maintenant devenu leur pire ennemi… Une femme, l’Opéra, les danseuses en tutu et le reste : on imagine les cris d’horreur… Pour rendre les choses encore un peu plus compliquées, les « Robespierristes » (comprendre les « ultras de la révolution ») avaient déjà protesté de leur côté contre la nomination de la flûtiste internationale. L’inévitable poète Abdel-Adhim Ramadan avait déjà déclaré à plus d’un média (voir par exemple cet article en arabe) que la future responsable ne « faisait pas partie de la confrérie culturelle » » (الجماعة الثقافية: oui, la traduction est biaisée !) et qu’une telle décision ne pouvait qu’émaner d’un « gouvernement de droite clairement capitaliste » !

Aux dernières nouvelles, le ministère de la Culture devrait revenir à Saber Arab, nommé en 2012, puis démissionnaire et par la suite revenu aux affaires avant d’être remplacé par l’homme des Frères… Toutes ces manoeuvres n’augurent pas grand chose de bon, pas plus pour la culture que pour l’Egypte…

Comme annoncé, la version de Zorba sur les trottoirs du Caire (mais on peut préférer le travail proposé par d’autres danseurs, tunisiens, à voir, ici).

 

Shake it baby! : à propos d’une danse, pas vraiment “orientale”…

artsolutionfille

Assez discrets sur la culture arabe moderne d’une manière générale, les grands médias sont presque totalement muets sur la danse contemporaine dans cette partie du monde, sauf peut-être la trop fameuse « danse du ventre », source inépuisable de fantasmes en tout genre. Une exception toutefois, lorsque la danse – ou toute autre pratique culturelle – prend un caractère éminemment politique, ou plus exactement quand le contexte politique permet d’intégrer tel ou tel élément de la production culturelle arabe à un discours largement déterminé à l’avance. Avec pour conséquence naturellement que l’approche idéologique fausse totalement la perspective.

On le constate une fois de plus avec toutes sortes d’articles publiés à propos de la création et de la diffusion, dans le monde arabe, de vidéos dites Harlem Shake, mises en ligne sur internet par des groupes de jeunes dansant, souvent déguisés, de manière plus ou moins grotesque (utile présentation synthétique de la chose sur Wikipedia). Reprenant à leur compte une de ces multiplications virales, par effet de mode, dont le Web est coutumier, de nombreux jeunes dans le monde arabe ont en effet donné leur propre version de ce « mème » – c’est le nom technique qu’on donne à ce genre de phénomène (voir cet article).

Rien d’étonnant à cela en fait puisque, sur YouTube, la déferlante Harlem Shake a produit quelque 50 000 versions générant 30 millions de vues selon Le Monde dans cet article qu’illustre (dans la version Web) un photogramme d’une performance exécutée par de « jeunes Egyptiens devant le quartier général des Frères musulmans », au Caire, le 28 février dernier. En lançant une requête du type « harlem + shake + arabe », n’importe quel moteur de recherche permet à celui qui le désire de visualiser quelques-unes de ces productions mais également de lire les innombrables commentaires du type « la danse qui secoue le monde arabe » ou encore « la danse qui provoque la fureur des islamistes »…

Côté monde arabe, c’est – une fois de plus ! – en Tunisie que les choses ont commencé, lorsqu’Abdellatif Abid, membre du parti de centre gauche Ettakatol, s’est cru obligé de menacer de sanctions légales les élèves d’une école du coin, parce qu’ils avaient, comme pas mal d’autres jeunes dans le monde à l’évidence, mis en ligne, le 23 février dernier, leur propre version de la fameuse Harlem Shake. Dans un pays ébranlé par un attentat politique d’une rare gravité, l’assassinat de Chokri Belaid, les propos du ministre de l’Education (dans un gouvernement en passe d’être recomposé qui plus est) auraient pu passer inaperçus. Pas de chance, cette critique a surtout eu pour effet d’attiser le phénomène. Partout à Tunis, partout en Tunisie (Sousse, Sidi Bouzid…), et enfin partout dans la région et à commencer en Egypte, la jeunesse arabe s’est mise à qui mieux à mieux à faire son Harlem Shake.

Quelques heurts avec les policiers, quelques arrestations, et la scène est à nouveau dressée pour un grand classique ; selon un schéma parfaitement éprouvé, acteurs et commentateurs entrent dans la danse pour une énième exécution d’un « pas de deux » réglé comme du papier à musique pour ce qui est de son interprétation dans les médias : les vieux et les vilains barbus enfermés dans leurs traditions d’un côté, qui vocifèrent contre la jeune et belle jeunesse, ouverte à tous les courants du monde et dansant sur les vieux tubes remixés aux paroles parodiques (con los terroristas entend-on en fond sonore, ce qui, en certains points du monde arabe, prend un écho tout particulier).

Par sa facilité, un tel schéma trouve inévitablement sa confirmation : parmi bien d’autres événements, on soulignera ainsi que les « shakeurs » de l’Institut Bourguiba des langues ont renvoyé à leurs études les militants islamistes qui voulaient les empêcher de danser à leur guise ; ou bien on soulignera la « victoire » des « shakeurs » égyptiens se livrant à leur performance sous les fenêtres mêmes du Quartier général des Frères musulmans.

On aurait tort toutefois de tout réduire à cette opposition binaire. D’abord parce que la danse ne se réduit pas forcément à une forme de dérision largement réalisée pour rejoindre l’immense cortège des « mèmes » sur internet. S’il vrai que le langage du corps, en particulier dans l’espace public, est porteur d’une révolte voire d’une subversion qui ne sont pas étrangères au langage des actuels soulèvements arabes, on peut regretter que d’autres formes, moins immédiatement réductibles aux schémas faciles, ne bénéficient pas autant de l’éclairage des médias.

Dans le cas tunisien, on retiendra par exemple les performances exécutées par les Danseurs citoyens de l’association Art Solution. Créé à l’automne 2011, Art Solution se donne pour mission de reprendre la “tradition” hip hop très présente dans certains quartiers populaires comme une certaine forme de résistance au temps de Ben Ali. Mais dans l’esprit du fondateur du groupe, Bahri Ben Yahmed, lui-même danseur mais aussi cinéaste, l’esprit de ces performances qui investissent les lieux du quotidien – un coin de marché, un arrêt de bus, une place dans la ville… – consiste précisément à créer du lien social, à trouver le terrain d’une coexistence entre des pratiques culturelles qui appartiennent à des milieux et à des univers a priori distincts. Un pari difficile, en Tunisie comme ailleurs, dans la mesure où les animateurs de telles intiatives ne bénéficient d’aucun soutien local ou presque quand ils reçoivent celui de toutes sortes d’institutions étrangères, présentes sur place ou à l’étranger.

Quant à l’autre critique que l’on peut faire à cette manière de parler de la culture arabe (et du reste) sous le signe de la sempiternelle opposition entre « le religieux et le laïc », c’est qu’il passe sous silence toute autre forme de lecture qui ne se réduit pas à une conception culturaliste où l’islam (et les fantasme de peur qu’il inspire) est la clé de tout. Avec la Harlem Shake, on a pourtant l’affirmation, parfaitement visible, de ce que l’on appellera faute de mieux une « culture jeune », dont les rapports complexes et ambigus vis-à-vis de la culture globale sont le véhicule d’une expression générationnelle qui clame son refus, non pas de l’islam (fût-il des barbus) en tant que tel, mais de tout un héritage social dont la religion n’est à l’évidence qu’un aspect parmi d’autres…

Quelques liens
– Un article publié dès la mi-décembre 2012 dans L’Orient-Le Jour, avec des vidéos dont celle ci-dessu, dont on peut seulement regretter que le fond musical soit un peu trop présent !
– Un article signé de Selima Karoui sur le portail Nawaat
Un article (en arabe) dans Al-Hayat du 23 février.

Dans CPA, on a déjà eu l’occasion de parler de la danse, décidément très associée au « printemps » puisqu’il y a eu deux billets – ici et – sur le Printemps de la danse contemporaine en mai 2010.
un commentaire sur le Printemps de la culture à… Bahreïn,où il était déjà beaucoup question de danse, de mœurs et de liberté, et un petit état des lieux de celles qui “secouent” depuis toujours dans le monde arabe, les professionnelles la danse orientale, dans l’Orient déserté de ses danseuses, la même année, mais prolongé par une « brève » un peu plus tard, ici.

Sama et Pharaon (L’Egypte, musulmane et délurée, 1 bis!)

En complément au précédent billet – un peu en différé à cause de la situation à Gaza -, cet article (en arabe) publié dans Al-Quds al-‘arabî, qui nous en apprend davantage sur les activités d’Ahmed El-Sobki, évoqué un peu plus tôt. Apparemment, l’empereur de la production cinématographique populaire arabe est bien décidé à diffuser sur Time Cinema, sa chaîne télé, les œuvres les plus torrides du grand écran arabe : Hammam al-malâtîlî (du nom d’un célèbre hammam au Caire), Voyage d’une vie (Rihlat al-‘umr), Une femme de mauvaise réputation (Imra’a sayyi’at al-sum’a), La femme des lunes noires (Sayyidat al-aqmâr al-sawdâ’), Rue de feu (Shawâri’ min nâr), Pécheurs (Mudhnibûn). Tous ces titres impérissables, généralement produits dans les années 1970 et qualifiés en arabe d’ibâhiyya (licencieux) bien qu’ils n’aillent pas au-delà de ce que montre l’image ci-dessous (cliquer pour agrandir), pourraient donc revoir le jour sur les écrans télés, à défaut de vivre leur vie « normale » dans la pénombre des salles obscures !!!

Après avoir été tenus dans l’ombre par l’essor de l’islam politique pudibond à partir des années 1970, c’est paradoxalement la victoire politique des Frères, à la suite des soulèvements de 2011, qui leur aura permis de retrouver la lumière ! Pour Kamal el-Kadi, l’auteur de l’article mentionné, une telle décision s’inscrit sans doute aucun dans une sorte de mobilisation générale des intellectuels et des artistes bien décidés à tester les intentions du nouveau régime en place et à vendre chèrement sa liberté de création… Mais on a le droit de pencher davantage pour une autre hypothèse, celle qu’il se contente d’évoquer rapidement au début de son article, à savoir l’instrumentalisation astucieuse par El-Sobki, le roi de la comédie populaire, du contexte actuel.

Dès lors qu’ils ont quitté l’opposition en arrivant au pouvoir, en situation d’exercer la censure après en avoir été si longtemps les victimes, les courants de l’islam politique se trouvent placés dans une position qui les oblige à modifier de fond en comble leurs choix politiques en général, et à renégocier totalement leur discours sur les questions de société en particulier. Pris dans la logique de l’exercice du pouvoir, lequel passe par d’inévitables compromis entre les partisans des extrêmes, les Frères musulmans sont visiblement soumis à toutes sortes de pressions, internes et externes, locales et internationales, qui ouvrent, de manière apparemment inattendue mais en réalité assez inévitable, des espaces de liberté à ceux qui, tels El-Sobki, se montrent suffisamment malins pour exploiter les interstices du contexte actuel.

Pour beaucoup d’observateurs, pour l’opposition égyptienne et aussi une bonne partie de la population, le (second) coup d’Etat feutré que vient d’opérer, avec beaucoup d’opportunisme politique, le président Morsi, tout juste auréolé de ses succès diplomatiques à Gaza, est le prélude à une nouvelle dictature. On n’est pas obligé de les croire sur parole et on verra bien ce qu’il en sera dans les faits. A regarder la scène culturelle (au sens large du terme il est vrai), on voit bien que les choses ne sont pas si simples et que le parti Liberté et Justice va bien devoir composer, ne serait-ce que par sens politique, avec les réalités de la société égyptienne, et éviter le choc frontal, en particulier sur la question des mœurs.

Surtout si l’interprétation populaire de la bonne règle musulmane est servie par des interprètes aussi… spirituelles que l’actrice et danseuse orientale, Sama El-Masry. La belle avait déjà défrayé la chronique en laissant dire qu’elle était l’épouse (selon les rites du mariage coutumier) d’un ex-député islamiste, devenu brusquement célèbre pour s’être prétendu victime d’une agression alors qu’il n’avait subit qu’un nose job (rien de sexuel là-dedans, c’est juste une opération esthétique). Mais depuis quelque jours, la Toile égyptienne (et arabe) se tord de rire en visionnant le clip qu’elle vient de réaliser. On la voit mettre en évidence des atouts… manifestes dans sa critique du nouveau pouvoir égyptien qu’elle éreinte (étymologiquement « rompre les reins » faut-il le rappeler!) avec force allusions transparentes à quelques-unes de ses « saillies » les plus célèbres : depuis Toz fi Masr (quelque chose comme « l’Egypte mon cul ! »), malencontreusement lâché lors d’une émission télévisée par celui qui allait devenir président, jusqu’à la mangue, fruit capiteux et source d’inépuisables plaisanteries salaces (voir ce précédent billet), dont le président Morsi, pour preuve du succès de son action, s’est vanté d’avoir fait baisser le prix !…

Pour certains (voir par exemple ici), cette vidéo est un signal important, qui marque la fin du mythe du sacro-saint dirigeant tout puissant. C’est aller un peu vite en besogne… Mais pour l’heure, il reste que la belle Sama, malgré ses allusions moqueuses au président Morsi et aux autres dirigeants des Frères musulmans, n’a pas subi les foudres de l’actuel Pharaon.

Le printemps de la danse arabe contemporaine” : tentative de panorama (2/2)

Comme annoncé, un tour d’horizon de la danse contemporaine arabe, avec certainement des manques (commentaires bienvenus) tellement la matière est riche. Beaucoup de liens aussi dans ce billet, qui compllètent ce rapide panorama et permettent d’aller chercher sur internet pas mal d’autres choses, sachant que le terme “danse contemporaine” (رقص معاصر) correspond aussi à des expressions comme “danse moderne”, expressive dancing (رقص تعبيري), théâtre du mouvement (مسرح حركي), danse silencieuse (رقص صامت) ou encore danse théâtrale (رقص مسرحي)…

Il est à noter que de nombreux danseurs et danseuses, à l’image du Libanais Walid Aoun ou de la Syrienne Mey Sefan par exemple (voir plus bas), ont reçu d’abord une formation classique avant de découvrir à l’étranger des formes de danse plus modernes. Le “printemps de la danse arabe contemporaine”, c’est donc, bien souvent, l’implantation de ces formes nouvelles de danse dans le monde arabe à partir des années 1990, et leur appropriation, aujourd’hui, par toute une nouvelle génération.

Associée à la musique, à l’image, à la vidéo, la danse contemporaine construit, à une vitesse surprenante, ses réseaux (troupes, écoles, festivals, etc.) dans un espace culturel où l’on ne se s’attendait pas à la voir faire une telle percée. Visiblement, une partie de la jeunesse arabe se retrouve dans ce langage des corps qui, par comparaison avec les productions européennes, se caractérise par un fort engagement politique : une constante de l’art arabe moderne.

Le Caire est peut-être le lieu de naissance de la danse arabe contemporaine, avec la création en 1993 de l’Egyptian Modern Dance Theatre Company ( فرقة الرقص المسرحي الحديث المصرية) confiée à Walid Aouni (portrait dans Al-Ahram Weekly). Membre de la compagnie Maurice Béjart entre 1983 et 1990, ce danseur et chorégraphe libanais continue de monter, depuis cette date, des spectacles inspirés de thématiques politiques (son projet actuel, la vie de la résistante algérienne Djamila Bouhired : article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi; ou encore la guerre du Liban : article en arabe dans Al-Mustaqbal).

Premier chorégraphe “institutionnel” arabe, Walid Aouni a dû bien évidemment lutter pour faire accepter cet art du corps (souvent féminin) qu’est la danse dans cette Egypte où certains sont capables de réclamer l’interdiction des très licencieuses Mille et Une Nuits (!). On trouve un écho de ce combat dans Dunia un film de la Libanaise Jocelyne Saab (également réalisatrice  de What’s going on? actuellement présenté à Cannes, où apparaît la danseuse Khouloud Yassine : voir ci-dessous), mais également dans un spectacle présenté il y a quelques années, en hommage au “père” du féminisme égyptien, l’écrivain Qâsim Amîn (Women of Qassem Amin : illustration plus haut).

Un peu à l’image des ballets Caracalla au Liban, le travail de Walid Aouni paraît aujourd’hui un peu “démodé” à côté de ce que produisent la jeune génération égyptienne (article dans La revue d’Egypte, intéressant même si déjà ancien) au sein de laquelle on note en particulier les noms de Adham Hafez, un artiste aux talents multiples fondateur de la compagnie HaRaKa, et de Karima Mansour, la fondatrice de la compagnie Ma’at. Créé en 2008, 2B Continued, un festival organisé par la fondation Studio Emad Eddin est désormais l’événement annuel qui permet de suivre l’actualité de la chorégraphie égyptienne.

Au Liban, Omar Rajeh (عمر راجح), le créateur de Bipod, un festival – désormais régional – de danse contemporaine est également à l’origine de Takwîn, un lieu où il forme, avec l’aide de chorégraphes européens, les jeunes artistes du Proche-Orient (article, en arabe, dans Al-Akhbar). Mais d”autres noms viennent rapidement à l’esprit quand on évoque la danse contemporaine à Beyrouth : celui de Khouloud Yassine (خلود ياسين), qui a récemment monté avec son frère, un percussionniste, Entre temps, un spectacle très remarqué ; ou bien Nancy Naous (نانسي ناعوس), créatrice en 2006 de la compagnie 4120.point.corps (4120 étant la distance, en kilomètres, entre Paris et Beyrouth) ; ou encore Guy Nader (غي نادر), danseur libanais installé, lui, à Barcelone où il a monté notamment Btwin Barcelona Beirut.

Dans la Syrie voisine, l’essor de la danse moderne remonte à la fin des années 1990 avec la troupe Leish (Pourquoi ? ليش) créée par Noura Mrad (entretien en arabe). Depuis la disparition tragique, en 2008, du jeune prodige Lawand Hajo (لاوند هاجو), Mey Sefan (intéressant portrait, en arabe, dans Al-Akhbar) reste la principale animatrice de la danse contemporaine dans son pays. Sur le mode de Takwîn au Liban, elle y a créé en 2009 Tanwîn (Tanween), une plate-forme qui sert de relais au réseau Mesahat et qui a permis, pour la seconde édition du Bipod damascène, de présenter le travail de deux troupes syriennes (Sima, la troupe créée en 2003 par Alaa Kremid (علاء كريمي), et Eyas Mokdad (إياس المقداد), formé, comme la plupart des danseurs locaux, à l’Institut national des arts théâtraux de Damas).

Bien d’autres noms devraient figurer dans ce tableau d’ensemble car c’est dans tous les pays du Moyen-Orient que surgissent de nouveaux talents, y compris dans les lieux les plus inattendus. Ainsi, dans l’Irak de la guerre et de la destruction, a surgi Muhannad Rasheed (مهند رشيد), qui a présenté à Bagdad, en 2004, un spectacle au titre significatif : The Dream (vidéo en suivant ce lien).

Aujourd’hui établi à Amsterdam, Muhannad Rasheed se produit parfois avec Ahmed Khemis (أحمد خميس), un danseur algérien très influencé par le hip-hop (mais il s’est formé en Tunisie où, depuis 1995, les Rencontres chorégraphiques de Carthage – avec Walid Aouni au programme cette année d’ailleurs -, constituent un des temps forts de la saison culturelle). Toutes les formes du street dance sont également présentes dans le travail de la troupe Vent de sable. Fondée en 2004 par le chorégraphe Rayddinne Bouhadja et les danseurs, Raouf Bakkouche, Abdelhak Zeggar, Samir Cheriro, Walid Borni et Hamza Billel représente peut-être le meilleur de ce que l’on pourrait appeler “l’école algérienne” de la danse contemporaine (article sur le bon site Algérie 360).

Au Maroc aussi, la danse contemporaine connaît depuis quelques années un essor étonnant, grâce à des personnalités comme la chorégraphe Bouchra Ouizgen (entretien dans Babelmed). Etroitement associée à la création, en 2006, de On marche !, le festival international de danse contemporaine de Marrakech, Bouchra Ouizgen est notamment la créatrice de Madame Plaza (du nom d’un ancien cabaret de Marrakech), spectacle “hors-norme” qui rend hommage, en leur donnant la scène, à ces femmes libres qui interprétaient – jadis ou presque – le Aïta, une forme musicale propre au Maroc.

Pour ceux qui seront allés jusqu’au bout de ce très long billet (surtout si vous ouvrez tous les liens !), quelques minutes de Madame Plaza.

Corps politiques : le “printemps de la danse arabe contemporaine” (1/2)

Quel écart entre les représentations qu’on se fait en France et ailleurs du monde arabe et ce qui s’y passe réellement ! Alors qu’on en est encore, ici, à débattre de minarets, de “burqa”, et des menaces que tout cela ferait peser sur notre démocratie, les scènes du monde arabe offrent une autre réalité, plus complexe et, à bien des égards, plus encourageante.

La danse contemporaine, avec toutes les questions qui accompagnent cette forme de pratique artistique, en offre une illustration assez étonnante. Jusque dans les années 1990, seuls Le Caire, Tunis, Beyrouth ou encore Casablanca offraient à une petite élite de rares spectacles, le plus souvent proposés par des compagnies venues de l’étranger. Mais depuis cinq ou six ans, on assiste à un véritable “printemps de la danse arabe contemporaine”, avec des manifestations qui attirent un public de plus en plus nombreux dans des endroits aussi inédits pour cette forme d’art que Damas, Ramallah ou Amman. A tel point que le quotidien saoudien Al-Sharq al-awsat pouvait titrer, dans un article (en arabe) paru en avril 2009, que “la danse moderne a gagné sa bataille arabe”.

Certes, cette année-là encore, le festival organisé à Ramallah a provoqué bien des réactions dans certains milieux conservateurs choqués par cette forme d’art “allogène” (dakhîl) associée pour certains à la débauche (mujûn) et à l’immoralité (khalâ’a). Ironisant sur les propos de Khaled Ellayan (خالد عليان : un des responsables du théâtre Al Kasaba) décrivant la danse comme une forme de résistance, des voix, au sein du Hamas en particulier, avaient entonné le traditionnel couplet sur “ceux qui dansent sur les blessures du peuple palestinien” (article en arabe dans Al-Akhbar) en mettant en œuvre un “agenda occidentalo-sioniste” subventionné par le dollar américain !… Il n’empêche que le public est venu encore plus nombreux qu’à l’habitude à cette 9e édition du Festival de la danse contemporaine, auquel a participé notamment la troupe des arts populaires palestiniens (فرقة الفنون الشعبية الفلسطينية) avec un spectacle, intitulé Lettre à… (رسالة إلى), inspiré du grand dessinateur de presse Naji ‘Ali, assassiné à Londres en 1987 (évoqué dans ce billet).

Au-delà de la situation palestinienne et des rivalités entre le Hamas et le Fatah, le chorégraphe et danseur libanais Omar Rajeh (عمر راجح) reconnaissait bien volontiers les enjeux “politiques” de la danse contemporaine, dont les représentations dans le monde arabe – comme il le souligne, toujours dans cet article du Sharq al-awsat – continuent à faire problème à la différences des pièces de théâtre, aussi critiques et avant-gardistes soient-elles. Pour Omar Rajeh en effet, les “Arabes ont peur de leur corps [car il a] un pouvoir qui dépasse celui des mots”, surtout quand la danse contemporaine n’est pas simple exercice de style, pure exaltation du corps, mais se veut au contraire une forme artistique fondée sur une lecture politique du monde. Ainsi, “L’assassinat d’Omar Rajeh” (اغتيال عمر راجح), le spectacle qu’il a présenté, à Beyrouth notamment en 2009 (voir la vidéo ci-dessous), propose aux spectateurs une réflexion, par le biais de la chorégraphie, sur les assassinats de journalistes qui ont jalonné l’histoire du Liban entre 1915 et 2005 (année de la mort de Samir Kassir et de Gebran Tuéni).

Figure centrale de la danse contemporaine au Proche-Orient, Omar Rajeh mérite bien une place à part dans cette rapide présentation (il y aura un autre billet sur le même thème la semaine prochaine), ne serait-ce que pour le rôle qu’il a joué dans la promotion de cette pratique artistique dans la région. Ancien membre de la troupe Caracalla (du nom de son fondateur, Abdel-Halim Caracalla), il a lui-même créé la troupe Maqamat et initié BIPOD (Beirut International Platform of Dance), un festival de danse contemporaine lancé à Beyrouth en 2004. Année après année, BIPOD – dont l’édition 2010 s’est achevée le 2 mai dernier avec des spectacles mais aussi des ateliers, des stages, des conférences, une exposition photo… – s’affirme (voir par exemple cet article sur le site iloubnan), comme le principal rendez-vous de la danse contemporaine au niveau régional.

En effet, depuis 2007, BIPOD s’est doté d’une dimension régionale à travers le réseau Masahat (مساحات : Landscapes), qui a intégré, en plus du pôle libanais, des acteurs palestinien (Ramallah Contemporary Dance Festival), jordanien (Amman Contemporary Dance Festival) et syrien (Damascus Contemporary Dance Platform). Depuis 2007, les compagnies étrangères invitées arrivent à circuler – c’est un véritable tour de force – entre les quatre Etats concernés en développant ainsi un véritable réseau régional qui permet les rencontres, les échanges, les découvertes dans un espace qui fait renaître les anciennes circulations au sein des bilâd al-sham (la “Grande Syrie” si l’on veut, ou encore l’ancien “Levant”).

Bien entendu, ce n’est possible que grâce à l’intelligente collaboration des services culturels de plusieurs pays européens (Allemagne, Danemark, Norvège, France…), confirmant ainsi dans leurs noirs soupçons tous ceux qu’effraie le spectacle de ces corps sur scène. Il est vrai également qu’une partie des danseurs arabes qui se produisent résident à l’étranger, là où se trouvent les troupes où ils travaillent. Mais le succès que rencontrent les représentations et le nombre croissant de professionnels travaillant de plus en plus dans leur propre pays sur une “perception contemporaine” (et arabe) du corps, montrent à ceux qui veulent bien le voir que le monde arabe ne vit plus au temps des danseuses orientales (bien souvent étrangères d’ailleurs : voir ce précédent billet), cet équivalent, presque aussi exotique dans l’imaginaire occidental, de la femme “en voile intégral”.

Illustrations : affiches de festivals organisés par Masahat à Beyrouth, Amman et Damas

Retours de billets : keffiehs, boycott et “hisba”

Avez-vous reconnu l’atelier de M. Hirbawi à Hébron dont il a été question dans un précédent billet ? La photographie (merci à son auteure et à celle qui a fait le lien entre nous ) a été prise par un groupe de “touristes” militants venus rendre visite et manifester leur solidarité à la dernière fabrique de keffieh encore en fonction en Palestine.

Ted Swedenburg signale sur son blog une initiative qui devrait pouvoir trouver un équivalent en France (peut-être grâce aux lecteurs de ces lignes) : The Kufiyeh Project vend directement en ligne le “vrai” keffieh palestinien, aujourd’hui menacé d’être transformé en gadget à la mode par la mondialisation triomphante.

“Retour” également sur un thème régulièrement évoqué dans ces chroniques, celui du boycott (voir la liste des mots clés), une question sur laquelle s’affrontent des positions diamétralement opposées, et selon des logiques politiques qui peuvent étonner. Après Beyrouth (voir ce billet), une nouvelle illustration en a été fournie par la venue au Caire de Daniel Barenboïm, fondateur, avec son ami, aujourd’hui décédé, Edward Said, du West-Eastern Divan Orchestra. Citoyen israélien (sa famille a émigré dans ce pays alors qu’il avait 9 ans), le pianiste et chef d’orchestre d’origine argentine porte aussi la citoyenneté palestinienne qui lui a été donnée par l’Autorité installée à Ramallah en reconnaissance de son combat en faveur de la cause palestinienne.

Vendredi dernier, Barenboïm s’est donc produit à l’opéra du Caire, devenant ainsi le premier musicien israélien à se produire officiellement en Egypte. Curieusement, comme le note cet article du quotidien Al-Hayat, c’est le très libéral Wafd qui a mené campagne contre cette représentation considérée comme une étape supplémentaire sur la voie de la normalisation avec l’ennemi israélien. Et tout aussi curieusement au regard des réflexes politiques traditionnels, ce sont des voix bien connues pour leur enracinement à gauche qui ont défendu le principe d’un tel concert. Farida Naqqache (فريدة النقاش) par exemple, la rédactrice en chef du très nationaliste Al-Ahali, reproche à ceux qui critiquent la venue de Barenboïm de se situer dans la logique même du sionisme et de faire l’amalgame entre l’appartenance religieuse d’un artiste et ses prises de position politiques, très critiques du sionisme.

Il est vrai que nombre de commentateurs (voir cet article sur Elaph) notent également que ce concert, d’abord prévu en janvier et reporté en raison du bombardement de Gaza, tombe à point pour servir le ministre égyptien de la Culture, en pleine campagne pour son élection à la tête de l’Unesco (des détails dans ce précédent billet).

L’auteur et l’éditeur de Métro ont les honneurs de la presse arabe qui revient sur le jugement attendu dans le procès qui les réunit  (ils risquent deux ans de prison, soit la peine réservé à ceux qui se rendent coupables de diffuser des oeuvres pornographiques, comme le rappelle cet article dans Al-Akhbar). On avait signalé à l’époque l’interdiction de ce texte, le premier “roman graphique” égyptien dont quelques planches sont visibles en ouvrant ce billet. Un autre article, dans Al-Hayat cette fois, éclaire les raisons politiques de cette censure qui vise, à n’en pas douter, Muhammad Al-Sharkawi (محمد الشرقاوي), l’éditeur du texte, un des responsables du mouvement Kifaya qui a donné tant de souci aux autorités égyptiennes en appelant à la grève (cette année, les forces de police se sont montrées particulièment efficaces et le mouvement n’a pas rencontré le même succès que les années précédentes). En solidarité avec le scénariste et dessinateur Magdy El Shafee (مجدي الشافعي) étaient venus assister à l’audience différentes personnalités du monde de la culture, tels que les romanciers Alaa El-Aswany (l’auteur de L’Immeuble Yacoubian) et Sonallah Ibrahim.

Une revue, dirigée par le poète ‘Abd al-Mu’ti Higazi (عبد المعطي حجازي) et publiée par le ministère égyptien de la Culture, est menacée de fermeture, suite à une décision du tribunal administratif. En cause, la publication d’un poème de Hilmi Salem (حلمي سالم) intitulé “Le balcon de Leïla Mourad” que certains ont trouvé irreligieux. Le poète, visiblement amer de se trouver un peu trop seul dans ce combat, publie dans Al-Hayat (texte repris sur le site de Al-Arabiya) a publié une réponse, assez percutante, en douze points. Il souligne les dangers que fait peser sur la création la possibilité qu’offre la loi égyptienne à n’importe quel citoyen d’intenter une action en justice pour peu qu’il estime que la religion est offensée (loi dite de la hisba, plus de détails dans ce billet).

Avant de conclure sur les dangers d’une telle arme juridique contre la création (la revue désormais fermée s’appelait précisément Ibdâ’ (إبداع), “Création”), Hilmi Salem se demande pourquoi ces pieux censeurs, tellement choqués par un malheureux poème, ne se sentent pas tenus de se mobiliser pareillement lorsqu’il s’agit de dénoncer un ministre de l’Intérieur dont la police torture – les faits ont été prouvés – des citoyens sans défense, lorsqu’un “bon” musulman est responsable de la disparition en mer de 300 de ses concitoyens ou quand un autre fait flamber les prix des ferrailles nécessaires à la construction parce qu’il a le monopole du marché, chose que sa religion condamne pourtant explicitement,.

Une dernière histoire de hisba, un peu plus légère à première vue mais en définitive pas tellement plus rassurante si l’on pense aux moyens que la loi égyptienne donne à certains esprits trop bien intentionnés. Tout récemment, un certain Adel Moawwad (عادل معوض) a jugé bon d’intenter un procès contre le ministère de la Culture pour exiger l’interdiction de la danse orientale. De son point de vue (voir cet article sur le site Middle-East Online), un Etat qui, comme l’Egypte, se réclame de l’islam – religion qui donne à la femme toute sa valeur en tant qu’être humain – ne peut tolérer cette forme de danse totalement dégradante. Et lorsqu’on lui demande pourquoi il n’a pas protesté plus tôt contre la très officielle circulaire administrative qui règlemente depuis 1997 la pratique de la “danse du ventre” dans les cabarets du Caire, cet avocat répond qu’il n’a pu le faire parce qu’il était alors en prison pour ses idées, mais aussi parce que les récentes décisions de la justice égyptienne lui ont donné espoir que sa requête puisse être entendue.

Que Adel Moawwad nous pardonne de penser qu’il est, si l’on ose dire, un peu de mauvaise foi car tout le monde sait bien en Egypte (voir ce précédent billet) que la rude loi du marché et les goûts de la clientèle font que les danseuses orientales sont désormais bien moins souvent locales – et donc musulmanes – qu’occidentales !

Orient déserté de ses danseuses…

(Danseuses à Baghdad, VIIIe siècle)

“Elle finit par se plaire au singulier jeu de se balancer, à droite, à gauche, les genoux écartés, la taille roulant sur les reins, avec le frémissement continu d’une almée dansant la danse du ventre.” É. ZOLA, Nana, 1880.

Francisation du mot ‘âlima (عالمة : “savante”, experte, en danse mais aussi en chansons et autres savoirs utiles en société), l’almée n’existe plus guère que dans les dictionnaires. Les almées d’aujourd’hui, on les trouve surtout dans les académies de danse orientale des pays… occidentaux ! Dans les cabarets du Caire et d’ailleurs, elles sont le plus souvent russes ou ukrainiennes… Depuis les années 1990 en effet, les danseuses d’Orient sont victimes d’une blonde concurrence étrangère qui, bien souvent, accepte de se produire pour des prix très largement inférieurs et dans des tenues encore plus suggestives.

A la fin de l’année 2005, les services officiels égyptens – la profession est réglementée en Egypte – dénombraient ainsi un peu moins de 500 professionnelles locales contre plusieurs centaines d’étrangères, illégales pour la plupart même si 150 d’entre elles étaient dûment enregistrées. En 2003, le ministère du Travail avait bien tenté de mettre un terme à cette invasion en interdisant aux étrangères la pratique de la danse orientale (voir cet article en arabe sur le site islam-online). Mais la mesure avait dû être levée, en septembre 2004, sous la pression des professionnels du tourisme en mal d’animatrices pour les soirées organisées à l’intention des touristes de passage !

Héritières d’une longue tradition savamment glosée par les auteurs de l’époque classique arabe mais aussi invention du regard orientaliste, les “danseuses du ventre” de la colonisation européenne restent au coeur de toutes les contradictions : femmes dévergondées, esclaves du plaisir des hommes, qui se vendent au pouvoir, elles sont également celles qui témoignent d’une liberté et d’une sexualité que les conventions sociales ne pourront jamais totalement réduire…

Pourtant, à l’image de la célèbre Fifi Abdo qui s’entête à défendre son art, tant contre les attaques du Syndicat des artistes que celles des pudibonds qui suggèrent aux nécessiteux d’éviter de s’asseoir aux “tables de charité” qu’elle finance, en bonne musulmane, à l’occasion de ramadan, les grands noms de la danse orientale appartiennent au passé. Bien sûr, les feuilletons continuent à comporter leur lot de déhanchements obligés, mais à lire cet article publié dans al-quds al-‘arabi, tout le monde se rend bien compte que ces séquences ne servent qu’à faire durer des séries interminables et que celles qui se trémoussent sans âme n’aspirent à rien d’autre qu’à attirer l’oeil d’un éventuel producteur fortuné.

Signe que cet art est en passe d’être momifié en folklore, la vie d’une des grandes vedettes du genre, Tahia Carioca, devrait faire l’objet d’un feuilleton (article dans al-akhbar) si les prétentions financières des héritiers ne sont pas trop exorbitantes. Mais qui pourrait tenir son rôle ? Nadia El Guindy en principe, au grand désespoir de Fifi Abdo d’ailleurs, mais elle approche tout de même de ses 70 ans ! Et quelle image de Tahia Carioca diffusera-t-on sur les petits écrans ? Celle de la femme repentie, fervente musulmane de ses dernières années ou celle de la femme libre, avec ses 14 maris et ses engagements politiques qui lui valurent de connaître la prison du temps du roi Farouk, puis de Nasser et de Sadate ?

Le bel hommage posthume à “cette grande figure Nanaesque” adressé en 1999 par l’auteur de L’Orientalisme, Edward Said, lui-même décédé depuis, résonne dans un théâtre vide, déserté de ses danseuses.

(…) La vie et la mort de Tahia symbolisent l’incroyable volume de tout ce qui, dans notre vie de cette région du monde, n’a tout simplement jamais été ni enregistré ni préservé, malgré les vidéos qui vont sans doute se multiplier, malgré les rétrospectives de ses films, les cérémonies commémoratives où l’on fera son éloge comme on a pu faire celui de sa grande rivale, Samia Gamal, dont le cortège funéraire fut interdit il y a quelques années. Il n’existe aucune filmographie détaillée de Tahia, aucune bibliographie, aucune biographie digne de ce nom, et il n’y en aura probablement jamais. De tous les pays arabes que je connais, aucun ne dispose d’archives d’Etat en propre, de bureau des archives publiques, ni de bibliothèque officielle, pas plus qu’ils n’exercent de contrôle adéquat sur leurs monuments, leurs antiquités, l’histoire de leurs villes, les œuvres d’art architectural particulières telles que les mosquées, les palais, les écoles. Cette prise de conscience ne saurait en rien susciter un sentiment moral, mais évoque une histoire fourmillante, qui déborde de la page, s’étend au-delà du champ visuel et auditif, en devient hors de portée, largement irrécupérable. Pour les Arabes d’aujourd’hui, Tahia me semble incarner cette vie poussée au-delà des limites.
(“Hommage à Tahia Carioca”, Courrier international, 10 novembre 1999)

Un peu de la mémoire de ce passé, malgré tout, sur cette charmante vidéo qui réunit les deux éternelles rivales, Samia Gamal et Tahia Carioca.

Et l’intégralité de l’hommage (en anglais) à Tahia Carioca écrit par E. Said en 1999.