La dakhla, rite initiatique d’une jeunesse tunisienne terrorisée

dakhlaUn des objets du délit : la banderole “pro-Daech” au LJFK (Lycée de jeunes filles de Kairouan)

On parle en arabe de « la nuit de l’entrée » (ليلة الدخلة) pour évoquer ce moment (en principe) initiatique qu’est la nuit de noces. Dans la Tunisie contemporaine, c’est un autre genre de dakhla (« entrée ») qui est en passe de devenir un rite social particulièrement important pour la jeunesse sur le point de quitter le lycée pour tenter de trouver sa « voie d’avenir », et c’est loin d’être facile dans ce pays comme dans tous les autres de la région.

Cette « tradition inventée » remonte semble-t-il aux années 1980, époque à laquelle les lycéens ont commencé à organiser de petites fêtes au moment de finir leurs études secondaires. Mais depuis plusieurs années, et en particulier depuis la révolution du 15 janvier 2011, le rituel prend des proportions de plus en plus importantes. La libération de l’oppression subie sous Ben Ali explique en partie ce phénomène qui est également lié à l’essor toujours plus important des réseaux sociaux, relais obligés (et nécessaires) de cette cérémonie collective.

A la fin de chaque année scolaire, lors de ce qu’on appelle désormais la « dakhla du Bac sport », les élèves de Terminale se retrouvent, à l’occasion des épreuves sportives. Loin des profs et de l’administration, ils célèbrent à l’avance leur séparation prochaine, chacun se dirigeant vers le destin qui l’attend après les années de lycée. Une sorte de bizutage à l’envers puisqu’il commémore le temps de la sortie de l’âge pré-adulte et non celui de l’entrée dans le cursus universitaire.

Carnaval festif, la dakhla trouve son inspiration dans la célébration, qui porte le même nom et qui accompagne l’entrée des joueurs sur le terrain, lors des matchs de foot les plus importants. D’énormes foules de supporters réalisent alors dans les gradins du stade des compositions graphiques géantes, tandis que se lèvent dans le ciel d’énormes bannières, si possible accompagnées de chœurs assourdissants.

Dans la dakhla lycéenne, c’est presque toujours la cour des bâtiments scolaires qui sert de théâtre à la célébration. Sous les yeux d’une masse souvent impressionnante de jeunes lycéens réunis dans la cour, de grandes bâches colorées sont déployées depuis les étages ou même depuis les toits avant qu’on passe à la suite du rituel : l’embrasement de dizaines et dizaines de feux de Bengale (ceux-là même qui sont également utilisés dans les stades), brandis à bout de bras par des gamins surexcités. Cette dernière partie du spectacle est source d’accidents nombreux, et les libations et autres prises de substances illicites n’arrangent pas la suite car, bien souvent, des cortèges, largement motorisés, se dirigent en différents endroits pour continuer la fête.

Bien entendu, tout cela est enregistré par une multitude de téléphones portables avant d’être mis en ligne sur les pages Facebook et autres médias sociaux. Pour le plaisir de partager en partie, mais aussi pour montrer à tout le monde combien tel ou tel lycée surpasse tous les autres, par son originalité, son organisation, le nombre des participants, etc. Comme les banderoles décorées constituent la partie la plus personnelle d’un protocole qui, par ailleurs, ne permet pas vraiment l’originalité, c’est sur elles que se concentrent tous les efforts pour se démarquer en faisant mieux que les autres. Inévitablement, dans un pareil contexte, les débordements sont inévitables, surtout quand ce sont de grands adolescents sans garde-fous qui sont aux commandes.

On s’est donc beaucoup ému en Tunisie il y a quelques jours en raison du contenu de certaines de ces banderoles. Horreur et damnation : dans quelques rares lycées, il y avait des dessins et des slogans à la gloire de l’État islamique, et même des portraits de Benladen et d’Adolphe Hitler ! Un élément qui a certainement contribué à faire traverser ce scandale de l’autre côté de la Méditerranée. On a vu ainsi Rue 89 disserter, non sans finesse, sur le phénomène en extrapolant tout de même assez rapidement sur les dangers de l’antisémitisme. De son côté, Médiapart citait la page Facebook d’un auteur algérien probablement plus connu en France que dans son pays, Mohamed Kacimi, lequel n’hésitait pas à sortir les mots des grandes occasions : “Une société qui laisse ses enfants dire qu’Hitler et Daech sont leurs pères Noël est une société qui a renoncé à l’avenir, à son humanité.

Peut-on raison garder et laisser à cette affaire les proportions qu’elle mérite ? Pour commencer, seuls quelques rares lycées (on parle de deux ou trois) ont été concernés par ce qui ressemble assez fort à une provocation “énhaurme”, assez bien dans le goût adolescent. Par ailleurs, ils étaient bien plus nombreux à proposer d’autres illustrations sur des questions politiques classiques (la Palestine pour commencer) ou non (la pollution dans leur ville par exemple). Si cela ne suffisait pas à faire taire ceux qui pensent que les lycéens s’expriment ainsi parce qu’ils ne sont que des gamins ignorants, on leur recommande de lire cet article (en arabe mais il y a les images) où ils verront que certains d’entre eux en savent assez sur l’histoire de leur pays pour rappeler la mémoire de Salah Ben Youssef, un dirigeant nationaliste opposé à Bourguiba et assassiné en Allemagne en 1961. Et parmi cette jeunesse tellement insouciante et dépolitisée paraît-il, on en trouve aussi qui rendent hommage, toujours durant la dakhla, à Chokri Belaïd, le militant politique assassiné en 2013.

Oui, la manière dont la jeunesse lycéenne s’empare de la dakhla a quelque chose de terrifiant parce que le phénomène met en évidence le fossé toujours plus grand qui sépare la moitié du pays, celle des moins de 20 ans, et les autres. Ce qui est vraiment terrible, c’est bien de voir que cette jeunesse tunisienne, quelques années après sa révolution, est toujours gouvernée par une gérontocratie indéboulonnable (le président du pays va bientôt fêter ses 90 ans). Non, la jeunesse de Tunisie n’est pas terroriste, elle est juste terrorisée d’avoir pour tout avenir le rêve de risquer sa vie sur un rafiot pour tenter de gagner l’eldorado européen, à moins que ce ne soit celui d’un jihad mortel au Moyen-Orient pour quelques centaines de dollars par mois. Ce qui est terrorisant, pour un avenir qui est aussi le nôtre, c’est de voir que la jeunesse arabe, bien au-delà de la seule Tunisie, n’a aucune perspective d’avenir alors que les très riches États de la Péninsule arabe engloutissent des sommes colossales dans toutes les guerres de la région, à la grande satisfaction de nos dirigeants transformés voyageurs de commerce pour nos fabricants d’armes.

Ci-dessous, circulant sur les réseaux sociaux, un des films de la fameuse “dakhla” du lycée de jeunes filles de Kairouan.

Femmes politiques arabes : une révolution tranquille ? (1/2)

Dix ans, jour pour jour ou presque, après qu’une réforme législative leur a donné le droit de vote, quatre femmes viennent de faire leur entrée au Parlement koweïtien. Sans doute, les circonstances qui ont amené sa dissolution sont loin d’être parfaitement claires (intéressant article sur Agora Vox), mais on ne boudera une telle occasion de se réjouir car l’actualité arabe n’en offre pas si souvent.

Ce succès au Koweït confirme  la présence, toujours plus grande, des femmes arabes sur la scène politique, contrairement à bien des idées reçues. Par exemple, nombre d’observateurs avaient noté qu’elles étaient particulièrement nombreuses à s’être présentées aux  élections législatives de novembre 2007 en Jordanie, non pas seulement dans les circonscriptions urbaines et « libérales » mais dans l’ensemble du pays. Elles avaient donc, dans certains cas au moins, le soutien des grandes familles, dont le fonctionnement ne laisse guère de place, en principe, à l’expression des femmes dans la vie publique. Cette année-là, d’ailleurs, une élue était entrée pour la première fois « normalement » au Parlement jordanien, c’est-à-dire portée par les suffrages donnés par les électeurs et non grâce au quota de sièges réservés aux femmes afin de renforcer leur représentation.

C’est dans la seconde moitié du XIXe que s’élèvent, dans le monde arabe, les premières voix qui appellent au changement, avec par exemple le discours resté célèbre du Libanais Boutros Al-Boustani (بطرس البستاني) sur l’éducation des femmes lors de la création de l’Ecole nationale (al-madrasa al-wataniyya) en 1863. Et si le premier journal féminin, Al-Fatât (الفتاة), est créé dès 1892 à Alexandrie, il faudra attendre le début du XXe siècle pour que les femmes commencent à exiger leur entrée sur la scène politique. Ainsi, l’Egyptienne Hoda Shaarawi (هدى شعراوي‎) s’efforça-t-elle (en vain) de rappeler en 1924 les plus importantes des revendications féminines à ses collègues du parti Wafd, pourtant majoritaires au Parlement.

A peine plus tard, en 1928, Nadhira Zayn al-din (نظيرة زين الدين) publiait Al-sufûr wal-hijâb (السفور والحجاب : Etre dévoilée ou non). A partir de la question du voile, qu’elle ne considérait pas comme une obligation coranique, cette jeune Syrienne d’origine kurde développait une critique de la manière dont la religion pouvait être utilisée, par les hommes, comme instrument de domination. Le livre fit scandale, mais il eut malgré tout plusieurs éditions et son auteur reçut le soutien d’importantes figures publiques, laïques et même religieuses.

Mais après leur affirmation politique durant les décennies suivantes, souvent à travers les luttes nationales pour l’indépendance comme dans le cas de l’Algérie, les femmes arabes, au fil du temps, ont vu leur place politique réduite comme peau de chagrin. Et si quelques-unes d’entre elles continuent à figurer dans la plupart des gouvernements de la région, il faut bien reconnaître que cette représentation est souvent aussi mal supportée que les pouvoirs qui l’imposent car les populations n’accordent plus aucune légitimité ou presque à leurs dirigeants et se tournent largement vers d’autres modèles politiques, fabriqués à partir d’un répertoire (néo)religieux qui ne favorise pas, en apparence au moins, l’émancipation féminine.

Pourtant, l’invisibilité politique des femmes dans le monde arabe n’est pas une fatalité, et l’actualité récente montre même qu’un mouvement inverse est amorcé ; d’une part parce que la modernisation politique est plus nécessaire que jamais pour les dirigeants eux-mêmes, en particulier dans la Péninsule arabe de l’après 11-septembre et, de l’autre, parce que l’« islamisation » – pour le dire très vite – en surface de la société n’exclut pas la présence, en profondeur, de courants plus puissants et plus significatifs, notamment celui des progrès de l’éducation et de l’individualisation des comportements dans les sociétés arabes d’aujourd’hui.

Caricatures faciles du « retard » arabe, ou plutôt, pour beaucoup, de son irrémédiable arriération, les pays du Golfe offrent le meilleur exemple d’une évolution qui prendra, bien entendu, du temps encore. La route est longue en effet dans ces pays où, comme le souligne une étude (article en arabe) réalisée à la demande du Conseil de coopération du Golfe dès 2005, la participation politique est proche du néant ou presque.

Malgré tout, les signes s’accumulent. Les lecteurs de ces billets se souviennent qu’on avait évoqué l’année 2008 comme celle de la femme en Arabie saoudite, en raison des nombreux signes traduisant l’amélioration, toute relative bien entendu, du statut de la femme dans ce pays. Sur le plan politique, ils auront peut-être gardé en mémoire ce double symbole qu’a constitué le choix d’un ambassadeur à la fois femme et juive pour représenter l’émirat de Bahreïn aux Etats-Unis. Et puis, toujours durant la même année, le rôle joué désormais dans le Golfe par une nouvelle génération de femmes (d’hommes) politiques était illustré par le classement, au palmarès de la revue Forbes, de sheikha bint Nasser al-Missned, brillante épouse de l’émir du Qatar (exemple commenté, avec bien d’autres, dans ce bon article de l’agence Associated Press).

Peu avant les élections koweïtiennes, en mars dernier, une femme a été nommée pour la première fois vice-ministre de l’Education et de l’Enseignement du Royaume d’Arabie saoudite, un pays qui occupe une place toute particulière dans la région. Même si l’on peut trouver des explications politiques à l’enthousiasme des journalistes étasuniens ravis de mettre en évidence les progrès de l’allié saoudien, on notera tout de même que, dans le dernier classement des « personnalités les plus influentes dans le monde » établi par la célèbre revue Time, ladite vice-ministre, Nura Al-Faiz, occupe la onzième place.

Comme le souligne de son côté le quotidien en ligne Elaph qui parle même de « révolution tranquille » (article en arabe), l’élection – par le pouvoir saoudien – de cette femme est d’autant plus significative qu’elle n’appartient pas à la famille royale mais vient au contraire d’une famille modeste, à l’influence très locale. Un fait également noté par l’auteur de Saudiwoman’s Weblog (tout un programme !), une universitaire qui souligne aussi le fait que la presse a publié une photographie de cette femme ministre « en cheveux ».

(Le lien donné sur le blog renvoie à la photo ci-dessus, et il faut donc croire qu’elle a été changée depuis ; sur la question des codes qui régissent les représentations photographiques, voir l’onglet « image » à droite de ce billet ; sans doute pour la même raison, Time a choisi d’illustrer son article par ce dessin, ci-contre, où l’horrible le dispute au grotesque !)

Oui, tout de même, le Golfe arabe connaît une petite « révolution tranquille » (à suivre, la semaine prochaine, en espérant rester aussi optimiste).

Lèse majesté en Jordanie (brève)

En Jordanie, les crimes de “lèse-majesté” ne sont pas une réalité du passé dont seule la langue a gardé le souvenir. En Jordanie, l’expression doit être prise au pied de la lettre puisque ce crime contre la loi peut valoir à son auteur un an de prison. C’est la peine encourue par Zahriyya Ibrahim Abd al-Haqq (زهرية إبراهيم عبد الحق) vice-doyenne d’une université privée locale, qui a refusé d’accrocher dans son bureau le portrait du roi local… Comme elle s’amuse à le rappeler, c’est ce même roi qui a déclaré il y a peu que “la liberté d’expression en Jordanie avait pour seule limite le ciel” !

Ombres et lumières : "Le livre des jours" de Taha Hussein

Ce n’est plus un secret tant l’actualité politique est sinistre : le monde arabe de ce début de XXIe siècle va mal. Même si l’on s’efforce dans ces billets d’en faire mieux connaître certains aspects méconnus, et porteurs d’espoir, la culture traverse elle aussi, dans cette région, des temps difficiles. Et le constat est plus frappant encore si l’on se réfère à d’autres temps, qui ne sont pas si anciens.

De ce point de vue, il est nécessaire de s’arrêter à une information reprise, nous semble-t-il, par le seul quotidien libanais Al-Akhbar dont il faut saluer une fois de plus la qualité et l’originalité des pages culturelles. Elle provient de leur correspondant au Caire, Wâ’il ‘Abd al-Fattâh (وائل عبد الفتاح), un de ces journalistes de la nouvelle génération qui s’est illustré au début de l’année en dénonçant dans l’hebdomadaire Al-Fajr les pratiques policières locales. Répercutées par les bloggers égyptiens, l’affaire avait suscité pas mal de remous en Egypte, y compris sur le plan judiciaire…

Deux liens sur cette affaire (1 et 2) que nous avons déjà évoquée parce qu’elle révèle également la place que prend, dans le monde arabe aussi, internet.

En avril dernier, un article du quotidien koweïtien Al-Qabas signalait un étonnant rapport, préparé par une des directions du ministère de l’Enseignement et de l’Education égyptien. Il réclamait que le très célèbre Livre des jours (كتاب الايام), écrit par Taha Hussein (طه حسين) en… 1929, soit retiré des programmes scolaires.

Pour les rapporteurs du ministère, la jeunesse des écoles doit être tenue à l’écart de ce texte, un classique de la littérature arabe moderne au programme depuis une bonne vingtaine d’années (il est disponible en arabe, intégralement (!) sur ce site syrien). En effet, dans son autobiographie, celui qui deviendrait en 1950, malgré sa cécité, ministre de l’Education (a-t-on jamais eu un ministre aveugle en France ?) avait eu l’outrecuidance de critiquer l’ignorance, la bêtise et même parfois la méchanceté de certains enseignants traditionnels, y compris à Al-Azhar.

Destiné comme nombre de jeunes garçons frappés par cette infirmité à une carrière religieuse, Taha Hussein avait en effet entamé ses études dans la très ancienne université islamique ; l’université du Caire, qu’il allait rejoindre à sa création en 1908, n’existait pas encore et il n’imaginait sans doute même pas qu’il lui serait permis un jour de poursuivre sa formation par une thèse soutenue en France (le portrait ci-dessus, récupéré sur ce lien, date de ses années à la Sorbonne).

Ecrit en 1938, L’avenir de la culture (مستقبل الثقافة) éclaire le sens de sa critique : bien entendu, ce n’est pas Al-Azhar en tant que telle qui est mise en cause, mais son incapacité à tenir un discours dans l’esprit de son époque. Un renouvellement de l’institution religieuse est nécessaire, précisément en raison de l’importance de sa mission.

‘لا بد أن يجاري الأزهر هذا التطور ليكون اتصاله بالأجيال الناشئة والأجيال المقبلة أجدى وأقوى من اتصاله بالأجيال الماضية والأجيال الحاضرة… الشر كل الشر أن يتحدث رجل الدين إلى الناس فلا يفهمون عنه لأنه قديم وهم محدثون، وأن يتحدث الناس إلى رجل الدين فلا يفهم لأنهم محدثون وهو قديم… إن مهمة الأزهر أخطر جدا مما يظن الأزهريون. إذن فلا بد أن تكون سيرة الأزهر ونظم التعليم فيه ملائمة لهذه المهمة الخيرة’.

Taha Hussein n’a pourtant rien d’un dangereux pervers. Mais certains courants religieux ne lui ont jamais pardonné d’avoir été à l’origine d’un débat culturel d’une extrême violence car son étude sur la poésie antéislamique (في الشعر الجاهلي) remettait en question, à partir des principes de la science moderne, la fiabilité des sources poétiques au temps de l’apparition de l’islam et donc, par ricochet, la fiabilité d’une partie des textes sur lesquels s’est édifiée au fil des siècles toute l’exégèse linguistique et religieuse musulmane.

A l’époque – le milieu des années 1920 – l’affaire avait provoqué un débat au Parlement et Taha Hussein, accusé d’hérésie, avait accepté de reprendre son texte, prolongé en fait par la publication du Livre des jours, comme une manière d’expliquer son itinéraire personnel. Par la suite, il se fendit même de quelques textes bien pensants (En marge de la vie du Prophète – على هامش السيرة – en 1933, par exemple) pour faire amende honorable sans pour autant renier ses convictions premières.

Aujourd’hui, l’article d’Al-Akhbar nous apprend que le ministère a donné suite au fameux rapport. Au prix d’un sordide marchandage, le livre reste au programme, mais les élèves n’y trouveront pas les paragraphes les plus moqueurs sur les travers de certains des hommes de religion, sur leur hypocrisie et leur bigoterie. Les responsables égyptiens ont donc jugé bon d’émasculer le texte le plus célèbre écrit, il y a bientôt un siècle, par celui qui symbolise, dans toutes les écoles du monde arabe, la Renaissance arabe, cette tentative pour les penseurs de cette culture d’élaborer une pensée en phase avec le monde de leur temps. (Faut-il rappeler que les “critiques” de Taha Hussein sur Al-Azhar venaient juste après la réforme de cette institution, et plus largement après le renouvellement de la réflexion religieuse, sous l’impulsion d’une des grandes figures de la pensée arabe moderne, Mohammed Abduh ?)

Selon Wâ’il ‘Abd al-Fattâh, l’instigateur de la cabale lancée contre le Livre des jours n’est autre qu’un certain ‘Abd al-Sabbour Chahine (عبد الصبور شاهين), tristement célèbre pour avoir forcé à se réfugier à l’étranger un de ses collègues de l’université du Caire, l’historien (critique) de l’islam, Nasr Hamid Abu Zeid (une affaire rapidement évoquée dans un précédent billet). Une fois de plus (voir ce billet pour suivre cet autre épisode remontant à l’hiver dernier), les autorités égyptiennes auront donc cédé à la pression des voix religieuses les plus rétrogrades.

Les lumières orientales se voilent peu à peu d’ombres bien menaçantes…

Un triste conte palestinien : Qui oublie son passé…


Man nasi qadimo… tah ! (من ناسي قديمه تاه)

“Qui oublie son passé… se perd lui-même !” Ce proverbe palestinien, Ibrahim Muhawi – aujourd’hui professeur invité à l’université de Munich après avoir enseigné en Palestine, mais aussi aux USA, au Canada, en Tunisie… – l’a pourtant rappelé en introduction à son commentaire d’un article passionnant, The Arab Ear and the American Eye…, dû à la plume (d’oiseau ?) son compatriote et ami, Sharif Kanaana, enseignant à Bir Zeit, la plus importante des universités palestiniennes, et coauteur, avec lui, d’un recueil de contes palestiniens, intitulé en français Il était plusieurs fois.. mais dont le tire arabe est Parle, oiseau, parle (“قول يا طير”).

Le texte, compilation savante et commentée de contes populaires, a d’abord été édité en anglais par l’université de Berkeley en 1989 (le texte intégral est disponible en ligne) et, après la traduction française aux éditions de l’Arcanthère avec le soutien de l’Unesco en 1997, une édition arabe avait été diffusée, à partir de 2001, en plusieurs milliers d’exemplaires auprès des écoles palestiniennes.

Mais au début du mois de mars, le quotiden palestinien Al-Ayyam signale à ses lecteurs qu’une circulaire émanant des services du ministère palestinien de l’Education exige que tous les volumes disponibles dans les établissements scolaires soient récupérés aux fins de destruction.

En effet l’ouvrage constitue une grave menace pour la santé morale des enfants. Car ces contes, qui circulent dans toute la région et dont l’origine remonte, selon les deux éditeurs scientifiques, à la nuit des temps, contiennent des passages affreusement scabreux ! Il y est question de “petit oiseau” (pas forcément celui qui orne la couverture…) et d’ogresse dont on tète le sein (manière, dans le récit, d’amadouer le monstre dont le héros se protège ainsi en devenant, selon les traditions locales, une sorte de fils adoptif), et pis encore… Tout cela dans une langue verte, jubilatoire et… dialectale, ce qui n’est jamais du goût des pères-la-vertu régionaux toujours portés au strict maintien de la langue la plus classique.

Relayés par une bonne partie de la presse arabe, les auteurs, avec nombre d’intellectuels locaux, ont vivement réagi. Des poètes en particulier, Zakaria Muhammad et surtout le très prestigieux Mahmoud Darwich, ont dénoncé une censure pudibonde et imbécile, une politique digne des talibans et rejoignant dans les faits celle de l’occupant israélien lorsqu’il s’acharne à piller, ou à annihiler, le patrimoine culturel palestinien.

Sous le déluge de protestations (voir le résumé en français de l’affaire), le mal-nommé ministre de l’Education, un certain Nasreddine Shaer (“le poète” en arabe !) a fait machine arrière une semaine après une médiocre défense : rien de bien grave à ses yeux puisque le livre, retiré des écoles, restait disponible dans les librairies !

En apparence, l’affaire est donc close. Jusqu’à la prochaine fois ? En effet, pour les amis de l’oiseau, cette décision fait suite à beaucoup d’autres : intimidations contre les baigneurs et les femmes pas assez convenablement vêtues, fermeture de cinémas à Gaza, annulation de concerts à Ramallah… Arrêt de revues culturelles, à commencer par celle qu’a longtemps dirigée Mahmoud Darwich, Al-Karmel (oui, le “carmel”, comme nos Carmélites, dont l’ordre tire son nom d’ermites installés à la fin du XIIe siècle sur une “montagne” près de Haïfa).

Il y a donc un côté politique à l’affaire. Ceux qui voudraient rogner les ailes du petit oiseau appartiennent en effet au parti Hamas, lequel n’en est pas à son coup d’essai sur le terrain de la guerre scolaire. Dans le cadre de sa lutte d’influence qu’il livre au Fatah, lutte qui tourne même de temps en temps au conflit armé comme on sait, le même ministère avait ainsi imaginé, en janvier dernier, de demander aux écoliers de Gaza de composer sur un thème d’actualité : exprimez votre solidarité avec le gouvernement national et son Premier ministre Ismaël Haniyé (sous-entendu, “membre du Hamas”)…

Grand archiviste de la mémoire collective, Sharif Kanaana s’intéresse également aux histoires drôles qu’il récolte depuis des années par milliers. Il faut dire que les Palestiniens, qui ont déjà démontré leur ténacité et leur capacité de résistance, sont également réputés dans la région pour leur sens de l’humour. Dans un entretien (en anglais) sur cet aspect de son travail, il souligne d’ailleurs que les autorités (avant le Hamas en tout cas et à la différence de ce qui s’est passé récemment au Maroc) étaient souvent les premières à rire – et à faire circuler – des blagues dont elles étaient pourtant les victimes. Il remarque aussi que l’humour populaire se donne des règles, et que toutes celles qui concernaient Arafat, souvent plus cruelles les unes que les autres, avaient brutalement cessé quelques mois avant la mort du leader palestinien.

Signe que les hostilités sont loin d’être enterrées entre le Hamas et le Fatah, voici la dernière en date de ces histoires, que rapporte le quotidien libanais Al-Safir :

الحكومة الجديدة تفكر في تغيير اسم مدينة «البيرة» المجاورة لرام الله، وربما تطلق عليها اسم «زمزم» او «الشراب الطهور»


La ville de Bîra (bière) à côté de Ramallah va être débaptisée ! (pardon pour ce jeu de mots facile !) On va peut-être l’appeler Zemzem (du nom de la source sacrée de La Mecque), ou bien encore Aigues-Pures !