HRW et la défense des activistes arabes en ligne : un regard biaisé ?

140 characters (Page d'accueil, capture d'écran).
140 characters (Page d’accueil, capture d’écran).

La remise du prix Reporters sans frontières à un jeune journaliste syrien incite, une fois de plus, à s’interroger sur les arrière-pensées politiques de nombreuses ONG, y compris les plus célèbres. Courageux, Hadi Abdullah l’est certainement et il ne fait pas de doute qu’il n’a pas craint de prendre des risques pour ses convictions. Mais celles-ci, justement, posent question, c’est le moins qu’on puisse dire. Sur son site, Assad Abu Khalil reprend une dépêche particulièrement sectaire du jeune lauréat pourtant primé par une association qui s’est donné pour mission de défendre une certaine idée de l’information. En date du 8 juin 2013, on y lit que les « rafidites » (terme injurieux pour les chiites) ont érigé une bannière à la gloire de Hussein (fils de Ali) pour célébrer « la mort ou l’expulsion des sunnites », l’occupation du village en question consacrant à ses yeux les visées du « Hezbollah chiite et de l’armée des Nusayris [autre terme injurieux pour les Alaouites cette fois] ». Au passage, le jeune journaliste syrien aura oublié de signaler à ses lecteurs que la mosquée en question, reprise à l’authentique islam sunnite, était en réalité… un lieu de prière chiite ! N’y avait-il pas d’autre choix possible pour honorer le journalisme arabe ?

C’est donc avec intérêt, et circonspection, que l’on découvre l’étude qu’une autre ONG tout aussi célèbre, Human Rights Watch, vient de consacrer à la répression des militants en ligne dans les pays du Golfe (les six pays riches – Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Qatar et Oman – le pauvre Yémen est bien entendu laissé de côté). Elle est illustrée d’un site qui met en avant 140 activistes victimes de la répression (140, comme le nombre de caractères possibles sur Twitter, ce qui donne un joli titre en anglais jouant sur le mot character, qui signifie aussi personnage, jeu de mots malheureusement intraduisible dans la version arabe où HWR utilise le mot rumûz, pour « symboles » : je vois dans ce « détail » un bon indice des priorités, au moins linguistiques, de ladite ONG).

Résumé dans un document donné en six langues le rapport rappelle le dynamisme de la croissance du numérique dans la région, avec ses conséquences dans la sphère politique en raison de « l’impact potentiellement transformatif des réseaux sociaux et de la technologie de l’internet » (la version anglaise fait d’ailleurs explicitement référence aux manifestations de l’année 2011). À juste titre, HWR alerte l’opinion contre ce qu’elle analyse comme « une offensive systématique et bien financée contre la liberté d’expression ». En plus de la classique répression, l’ONG souligne le développement de technologies de surveillance (en précisant, dans le corps du rapport, qu’il s’agit dans bien des cas de technologies développées en Israël : voir cet article sur la question). Elle s’inquiète, en outre, du renforcement, patent là encore, des multiples contraintes légales qui pèsent sur les activités citoyennes en ligne, souvent au prétexte de lutter contre le terrorisme.

En conclusion, elle souligne que « les États du Golfe intimident, mettent sous surveillance, emprisonnent et réduisent au silence des activistes dans le cadre de leur offensive tous azimuts contre la critique pacifique, mais ils se trompent lourdement s’ils pensent pouvoir empêcher indéfiniment les citoyens du Golfe d’utiliser les médias, sociaux ou autres, pour réclamer des réformes positives ».

Que penser d’un tel rapport ? Comment interpréter sa diffusion dans le contexte actuel ? En effet, les expériences du « Printemps arabe » ne sont pas si anciennes pour qu’on ait tout oublié de cette période, à commencer par la manière dont les USA – et quelques autres États sans doute – ont appris à mettre au service de leurs intérêts stratégiques l’immense potentiel des communications numériques. Par conséquent, on ne peut que s’étonner de voir une ONG aussi importante que HRW s’en prendre, de manière aussi frontale, aux régimes du Golfe. La mise en exergue des 140 victimes de leur répression, hommes et femmes confondus, est effectivement assez parlante. Certains continueront à penser que HRW n’a de comptes à rendre qu’à ses seuls partisans, à commencer par les hommes et femmes de bonne volonté qui la soutiennent financièrement. Pour ma part, je ne me résous pas à ce type de raisonnement, surtout lorsqu’on sait que l’ONG a reçu en 2010, entre autres donations politiquement questionnables, 100 millions de dollars de la fondation Soros. Sur un autre plan, on constate également que Sarah Leath Witson, la directrice exécutive de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW, est dotée d’un bien riche CV, qui l’a vu mettre ses talents au service de sociétés aussi philanthropiques que la banque Goldman Sachs, The Firm comme certains aiment à appeler cette « banque qui dirige le monde »…

On aimerait aussi en savoir davantage sur les critères qui ont présidé à l’élection de ces 140 « symboles ». Certes, le rapport précise qu’ils ne constituent qu’un échantillon d’activistes de premier plan et que des douzaines d’autres sont victimes de la même répression. Néanmoins, pour un regard attentif au point de vue arabe, la sélection présentée étonne. La répartition par pays d’abord, selon laquelle ne figure qu’un seul Qatari (le poète Muhammad ibn al-Dheeb al-Ajami) quand on trouve 17 cas de répression aux Émirats arabes unis, 26 en Arabie saoudite, 31 au Bahreïn et 49 au Koweït. L’absence de certaines figures aussi, par exemple celle de l’activiste saoudienne « scandaleuse » Raghad al-Faysal, fort célèbre dans son pays mais, comme le dit cet article en arabe, qui a le défaut de twitter à l’écart des sentiers battus.

Avec une petite dizaine de cas, les femmes sont pourtant bien mises en valeur sur le visuel (voir illustration du haut), donnant l’impression que le panel constitué par HRW a pour intention de suggérer une idée « progressiste » des militants poursuivis par les régimes du Golfe. Ce que confirme le choix des catégories professionnelles « modernes » (enseignant, blogueur, journaliste, ingénieur, etc.), en face d’une seule catégorie « passéiste », celle des « religieux », qui ne comporte d’ailleurs que 4 acteurs. Le choix des visuels va dans le même sens, car on peine à trouver quelques barbus inquiétants (pourtant tout autant victimes, sinon davantage dans certains cas, de la répression).

En d’autres termes, cette campagne de HRW donne l’impression d’un regard – peut-être involontairement – biaisé sur le monde arabe et son activisme politique. Une fois de plus (on en a eu maints témoignages au temps dudit « printemps arabe »), les modalités de l’action d’une grande ONG internationale, ses choix stratégiques de communication, en disent beaucoup sur les formes très particulières de l’intérêt que le monde dit « occidental » porte à ces régions exotiques où s’exportent ses armements. On note aussi, sans surprise il est vrai, que le rapport ne fait aucune mention de réalités tout aussi politiques mais moins univoquement à la charge des régimes en place dans la région : les modifications tarifaires qui pénalisent pourtant les utilisateurs en rendant payantes des applications jusque-là gratuites ou, plus grave encore, le blocage de comptes d’activistes de la part de sociétés nord-américaines telles que Facebook ou Twitter…

Femmes arabes, « héroïnes » sur YouTube ?

tubemasqueeok

En présence de la princesse Reema bint Bandar bin Sultan Al Saud, vice-présidente pour les Affaires féminines à la toute nouvelle Autorité générale du sport, YouTube a célébré lundi dernier, à Riyad, le lancement d’une nouvelle chaîne. Batala (« héroïne ») propose une sélection de vidéos produites exclusivement par des femmes et en arabe. La plate-forme propose déjà une centaine de Youtubeuses (le mot est désormais passé en arabe : يوتيوبرز), créatrices d’un bon millier de vidéos. En plus d’une sélection des succès du mois, ces vidéos sont classées selon huit catégories, en majorité assez traditionnellement « féminines » : journaux personnels, beauté et mode, éducation pour les enfants, comédies, santé et développement personnel, cuisine et recettes, critique de films et comédies, chanson et musique.

Ont été invitées lors du lancement quelques-unes des stars du YouTube féminin arabe au Royaume des hommes et des pays du Golfe (comme on s’en doute, aucune n’est venue du Yémen, soumis depuis des mois à un strict blocus dans le cadre de la « Tempête décisive », qui pourrait bien tourner fort mal pour les agresseurs). C’est par centaines de milliers que se comptent les abonnés des « chaînes » les plus célèbres (800 000 abonnés pour la Saoudienne Njoud al-Shammari par exemple). À l’image de ce qu’elles montrent dans leur production, certaines sont apparues en public à visage découvert, quand d’autres ont choisi de masquer plus ou moins intégralement leur visage. Une décision qui ne signifie par pour autant le choix d’un véritable anonymat puisque la femme masquée sur la photo en haut de ce billet n’est autre que l’Omanaise Aswak al-Maskari, une Youtubeuse qui se donne pour objectif, précisément, de prouver qu’on peut parfaitement être présente sur YouTube sans rompre avec le code de bienséance en vigueur (en rigueur?) pour les femmes dans la Péninsule arabe.

On remarque que, chez YouTube, c’est une équipe féminine (et arabe) qui gère un programme soutenant l’émancipation des femmes et valorisant leur rôle dans la société, tout en enrichissant le contenu arabe sur internet. Afin de ne pas effaroucher les secteurs les plus traditonnels de la société, les promotrices et actrices de cette plate-forme soulignent néanmoins combien un soutien paternel ou fraternel a été important au début de leur nouvelle activité, laquelle, bien entendu, n’a pas pour but de remettre en cause les structures sociales existantes, à commencer par la famille (voir cet article du Hayat en arabe).

Par ailleurs, l’initiative est tout sauf une opération de bienfaisance. Au contraire, il s’agit bien évidemment pour la société américaine de surfer sur l’essor toujours aussi impressionnant d’internet dans le monde arabe. Le communiqué de presse du lancement de Batala souligne ainsi que la demande pour un contenu intéressant les femmes a fait un bond de 50 % durant l’année 2015 (1/3 des visionnages est ainsi effectué en Arabie saoudite, pays phare de l’utilisation de cette application pour des raisons que vous découvrirez en faisant quelques recherches sur ce blog).

Capture de la page d'accueil de Batala.
Capture de la page d’accueil de Batala.

Centrée sur les pays du Golfe et lancée à Riyadh, pour des raisons économiques et commerciales évidentes, Batala n’en est pas moins une opération « panarabe » : les contributrices viennent de tous les horizons du monde arabe (y compris du Maghreb bien entendu) et toutes les femmes sont appelées à y participer, pour peu qu’elles s’expriment en arabe. Une telle opération, prévue pour durer puisque des « surprises » sont déjà annoncées pour l’année 2017, confirme, s’il en était besoin, que les femmes arabes ne sont peut-être pas les « héroïnes » du Net mais en tout cas des actrices à part entière. En moins de deux décennies, leur présence est devenue majoritaire dans certains secteurs (selon une étude citée par les promoteurs de Batala, elles fourniraient 60 % du contenu de l’information en langue arabe).

Une vraie révolution, sans aucun doute, de par les conséquences sociales et culturelles qu’elle ne peut manquer d’entraîner. Attention tout de même : comme on l’a appris depuis les soulèvements de l’année 2011, la dynamique des réseaux sociaux ne fait pas à elle seule le « printemps »! Et se réjouir de voir apparaître une plate-forme telle que Batala ne doit pas faire oublier que d’autres voix dans le monde arabe ne reçoivent pas un accueil aussi chaleureux sur internet et les réseaux sociaux. Le jour même où était annoncé le lancement de Batala, on apprenait aussi que la santé du blogueur saoudien Raif Badawi s’était améliorée, et qu’il allait donc pouvoir continuer à recevoir sa peine prononcée fin 2014 (voir ce billet) : dix ans de prison et 1000 coups de fouets, pour avoir trop parlé des droits de l’homme…

La vidéo de promotion, déjà visonnée plus d’un million de fois (et par combien de femmes arabes ?)

Quelques liens : en anglais

New YouTube hub for Arab female creators launched


http://english.alarabiya.net/en/media/digital/2016/10/19/Arab-women-YouTubers-get-exclusive-platform-in-new-Batala-channel.html
http://www.arabnews.com/node/999456/saudi-arabia

et en arabe
http://www.alhayat.com/Articles/18009190/
http://news.utdcom.com/130601.html
http://filkhbr.com/saudi/639148.html
http://akhbarelyom.com/news/575284

La neutralité du Net et la « troisième intifada »

fcebookpalestine
Logo de la campagne palestinenne appelant au boycott de Facebook (voir à la fin du billet).

Que faut-il penser de l’efficacité des réseaux sociaux en tant qu’outils de mobilisation politique ? L’exaltation un peu naïve qui a accompagné les événements du « printemps arabe » est manifestement largement retombée. La complexité de bien des soulèvements, en Syrie notamment, et peut-être plus encore la manière dont l’État islamique utilise lui-même les médias en ligne, incitent désormais à davantage de prudence.

Alors qu’il était resté pendant très longtemps un « trou noir » sur la carte des théories de l’internet, on remarque malgré tout que le Moyen-Orient arabe reste un étrange « laboratoire » des conséquences géopolitiques de l’essor des techniques numériques. Plus que jamais, cette région dévastée par les affrontements entre grandes puissances internationales et régionales sert de terrain d’expérience pour les grandes manœuvres des cyber-guerres de demain. Le conflit israélo-palestinien ne fait pas exception.

Pour nombre d’activistes palestiniens, la partialité des majors opérant sur les réseaux sociaux est connue de longue date (voir ce billet d’avril 2011 où était évoquée, entre autres exemples, la fermeture par Facebook de pages appelant à une troisième intifada). Cette réalité maintes fois démontrée ne les a pourtant jamais détournés, du moins jusqu’à présent, d’utiliser les réseaux sociaux pour faire entendre leur voix. Avec succès d’ailleurs puisque leur présence sur les réseaux est manifestement devenue une gêne, voire une menace, pour l’État israélien lequel, depuis un ou deux ans, s’est lancé dans une efficace contre-offensive.

C’est à mon sens vers le milieu de l’année 2014 que la montée en puissance des voix (pro)palestiniennes sur les réseaux sociaux est devenue pour la première fois aussi visible, en particulier lors d’un événement passé relativement inaperçu à l’époque. En réponse à une déclaration de Benyamin Netanyahou affirmant que le Hamas ne jouissait d’aucune popularité dans le monde arabe, des militants lancèrent alors une campagne pour promouvoir le hashtag « Nous sommes tous Hamas » (#كلنا_حماس). L’opération fut couronnée de succès puisque le mot-dièse, avec le soutien du très puissant contingent d’utilisateurs saoudiens, devint un moment la « tendance la plus populaire » sur l’ensemble des flux mondiaux de Twitter.

Autre exemple d’une campagne réussie (tout en recevant très peu d’échos en dehors du monde arabe), celle qui fut déclenchée une année plus tard, en avril 2015, en solidarité avec les prisonniers palestiniens. Dans ce cas, il était demandé aux utilisateurs de Facebook d’adopter pour leur profil une icône dénonçant les prisons israéliennes. De même, les multiplications d’attaques individuelles à partir de l’automne 2015, en prélude à ce que certains Israéliens nommaient déjà la « troisième intifada », mit en lumière, là encore, le rôle des « médias sociaux en tant qu’arme de la Résistance » avec, en première ligne, nombre de femmes activistes, véritables « icônes de la scène virtuelle ».

Mais c’est la guerre de Gaza, en juillet et août 2014, qui offrit la preuve la plus significative des succès palestiniens sur le terrain des luttes numériques . Grâce aux témoignages qu’ils transmirent à l’opinion mondiale, les Palestiniens, comme le titra alors un reportage de Channel 4 (Israel is losing the social media war over Gaza), étaient en passe de gagner la bataille de la communication. Un point de vue que défendit elle aussi Nadine Kanaan dans un article publié à l’époque dans Al-Akhbar sous le titre « Israël a perdu la guerre sur les médias sociaux (إسرائيل خسرت الحرب على السوشال ميديا).

Dans le camp opposé, le phénomène n’était pas passé inaperçu mais, en dépit des efforts pour embrigader la société « civile » avec la mobilisation de véritables bataillons de volontaires étudiants, les militaires israéliens ne purent que constater qu’ils n’arrivaient pas à faire le poids, au regard de la masse des soutiens locaux et internationaux à la cause palestinienne. Dès lors il semble bien qu’ils aient opté pour une autre stratégie, expérimentée de longue date elle aussi (par exemple lors de la fermeture, deux jours seulement après son ouverture, de la page officielle du Hamas sur Facebook), celle de l’action directe sur les acteurs industriels des réseaux sociaux.

À l’automne 2015, alors que de plus en plus de jeunes Palestiniens étaient condamnés à des peines de prison ferme en raison de posts sur leur page Facebook (références ici et ), une « ONG » israélienne, le Israel Law Center, appelait à un recours collectif (class action) contre Facebook, accusé « d’inciter à la violence contre les Israéliens ». De fait, au début du mois de juillet dernier, cinq familles étasuniennes engageaient une procédure juridique par laquelle ils réclament à Facebook un milliard de dollars de dommages et intérêts pour avoir « sciemment fourni un soutien matériel et des ressources au Hamas (…), facilit[ant] la capacité du groupe terroriste à communiquer, recruter des membres, préparer et lancer des attentats, et semer la peur chez ses ennemis ».

Parallèlement, les officiels israéliens ont multiplié les contacts avec les principales sociétés de l’internet. En novembre 2015 par exemple, Tzipi Hotovely, ministre déléguée aux Affaires étrangères, rencontrait des représentants de Google et de YouTube pour les convaincre de lutter contre « l’incitation à la violence et au terrorisme ». Bien qu’Ayelet Shaked, ministre de la Justice, ait affirmé lors d’un déplacement en Hongrie en juin 2016 que Facebook et Twitter retiraient 90 % des posts incitant à la violence contre Israël, il faut croire que ces mesures n’étaient pas suffisantes puisque, quelques semaines plus tard, elle annonçait la préparation d’un projet de loi permettant l’ouverture de poursuites légales contre les plateformes de médias sociaux si les contenus « incitant au terrorisme » n’étaient pas retirés dans les 24 heures suivant leur dénonciation. Gilad Ervan, le ministre israélien de la Sécurité, faisait encore monter la pression en accusant Mark Zuckerberg, le patron du « monstre Facebook », d’avoir « du sang sur les mains » après avoir « saboté le travail de la police israélienne ».

Sans grande surprise, on constate que l’action des deux ministre a rapidement porté ses fruits puisque des représentants de trois géants de l’industrie des médias sociaux (Facebook mais aussi YouTube et Google) se sont rendus en Israël pour des discussions. Manifestement sensibles aux arguments de leurs interlocuteurs qui mettaient en avant le fait que des mesures draconiennes avaient été prises avec succès [???] contre les propagandistes jihadistes, les industriels de l’internet ont signé, le 14 septembre, un accord dont on ne connaît pas la teneur exacte mais qui, semble-t-il, satisfait « à 95 % les demandes israéliennes ».

Les résultats ne se sont pas fait attendre puisque, depuis, le ministère de la Justice a déjà demandé – et obtenu – la fermeture de plus d’une centaine de comptes personnels. Certes, il insiste bien à chaque fois pour affirmer que la censure concerne n’importe quelle incitation à la violence, en précisant par exemple que les demandes de fermeture, en 2015, avaient touché 120 Palestiniens mais également 50 Israéliens (sans dire toutefois combien il y avait de citoyens arabes parmi eux). Il n’en reste pas moins qu’il n’a fallu que quelques jours pour qu’on assiste aux premières « erreurs ». Dans leur zèle de néophytes, les responsables de Facebook ont ainsi coupé l’accès aux pages d’une bonne trentaine de journalistes palestiniens travaillant pour des sites d’information (re)connus tels que Shehab lil-anbâ’ (6,3millions de « likes »), Shabakat al-Quds al-ikhbâriyya (5,1 millions) ou encore Wikâlat Safâ (1million)…

Devant les protestations, Facebook a fait machine arrière et réactivé les pages occultées en présentant des excuses pour cette « erreur technique »… Il n’en reste pas moins que la ligne est désormais bien dessinée : en plus de la « classique » répression déjà fort ancienne, au moyen de très nombreuses condamnations à des peines pouvant aller jusqu’à plusieurs mois de prison à l’encontre de journalistes – ou même d’individus sans opinions politiques très déclarées – « coupables » d’avoir utilisé des mots tels que martyrs ou intifada, l’État israélien compte bien sur l’étroite collaboration des géants du Net pour réduire autant que possible la diffusion du point de vue de la résistance palestinienne sur les réseaux sociaux.

Face à cette collusion entre puissants, quelles sont les armes des Palestiniens ? Pour l’heure, la seule réponse, peu suivie par ailleurs, a pris la forme d’un appel au boycott de Facebook d’une durée de deux heures, le dimanche 25 septembre…

La rue interdite à ses enfants : l’Égypte, de moins en moins drôle…

atfalparaitlabbad

On connaîtra dans quelques jours le sort des « Enfants de la rue » (Atfâl al-shawâre3 – أطفال الشوارع), six jeunes Égyptiens détenus depuis le début du mois de mai sous l’accusation d’« incitation à manifester » et de « diffusion d’offenses à l’institution étatique » (التحريض على التظاهر » و « نشر ألفاظ نابية مسيئة لمؤسسات الدولة). Le plus jeune d’entre eux, Ezzz Eddin Khaled, 19 ans, a été libéré sous caution quelques jours après son arrestation mais les autres, plus âgés d’un an ou deux, sont toujours en prison.

Le crime qu’ils ont commis, « en bande organisée », est particulièrement odieux, surtout au regard de ce qui se passe dans leur pays ou dans la région. En effet, ces jeunes gens s’amusaient, depuis le début de l’année, à tourner dans la rue, à partir d’un téléphone portable, des vidéos où ils se mettaient eux-mêmes en scène, sur le mode selfie, en train de se moquer allègrement des petits travers de leur société. Mises en ligne sur Facebook – sur un compte désormais inaccessible –, leurs délires assez potaches ont rencontré de plus en plus de succès, tandis que leurs productions s’éloignaient peu à peu des thématiques a priori « culturelles » pour aborder des sujets de plus en plus « politiques ».

Alors que l’opinion égyptienne relevait timidement la tête, en réaction à l’intrusion (sans précédent dans l’histoire du pays) des forces de police dans les locaux du Syndicat des journalistes et, plus encore sans doute, pour protester contre la donation de deux îlots situés à l’entrée du Golfe d’Aqaba, officiellement retirés du territoire national pour être « cédés » à l’Arabie saoudite, ces « sauvageons » ont publiés deux vidéos (qu’on peut encore visionner sur YouTube) à l’humour dévastateur. La première, particulièrement sarcastique, évoquait les « 7000 années de civilisation de l’Arabie saoudite » (السعودية سبع آلاف سنة حضارة), une nation présente, à en croire les auteurs, dans tous les grands moments de la très riche histoire nationale égyptienne, à commencer par la période pharaonique. Quant à la seconde, qu’on pourrait appeler en français à la suite de Boris Vian « Les fidèles serviteurs des chaussettes à clous » (عباد البيادة), elle se moquait par avance des prochaines célébrations de la libération du Sinaï (amputé des deux îles « cédées » aux Saoudiens) et reprenait un chant fameux de la place Tahrir qui appelait au départ de Moubarak en laissant entendre, avec un peu trop d’impertinence, que le même destin attendait son actuel successeur : Mon rayyes, c’est Sissi, Apportez-nous celui qui suit.. (السيسي رئيسي جابنا وراه)…

L’arrestation de ces six jeunes gens en colère n’étonne personne dans un contexte de répression rarement égalé dans un pays qui a pourtant une belle expérience dans ce domaine. Sur le site du quotidien (désormais en ligne) Mada (dont on se demande d’ailleurs comment il peut continuer à publier avec autant de « liberté »), on trouve néanmoins une analyse plus originale de cette affaire dans un article en arabe « Les enfants de la rue : l’État, entre la peur de la dérision et celle de la rue » (disponible également en traduction anglaise). Développant les deux points annoncés dans leur titre, les deux auteurs, Mohamed Hamama et Shady Zalat, insistent à travers cette affaire sur les enjeux politiques liés au contrôle de l’espace public. En définitive, les vidéos sarcastiques des Enfants de la rue constituent aux yeux du pouvoir une « menace » en ce sens qu’elles rappellent les grandes heures des soulèvements de l’année 2011, lorsque la foule égyptienne s’était emparée des grandes places du pays (à commencer par Tahrir, bien entendu, un espace désormais dûment nettoyé et totalement « réaménagé ») pour donner à voir son propre discours affiché sur les murs de la ville sous forme de graffitis ou de fresques. Fidèle à l’image construite à grand renfort de campagnes de communication, le maréchal Sissi, le « père de la nation », ne peut que jouer les « pères fouettards » en donnant une bonne leçon à ces garnements insolents qui prétendent que la « rue est à eux »…

En filigrane dans l’article de Mada précédemment cité on mesure aussi l’incompréhension totale entre deux générations, celle qui est aux postes de commandement et celle qui attend de moins en moins patiemment son heure, et fait percevoir la profondeur de l’abîme qui la sépare de ses aînés par un discours plein d’ironie et même de sarcasmes. Dans les médias, le modèle le plus célèbre de ce ton nouveau, qui tranche totalement avec ce que l’on pouvait entendre jusque-là (même si l’humour n’a jamais perdu ses droits en Égypte, ne serait-ce comme « arme » de résistance), c’est bien entendu celui que proposait Bassem Youssef (voir ces billets : 1, 2, 3 et 4), l’animateur de feu l’émission télévisée Al-Barnameg (Le programme). De l’étranger où il s’est plus ou moins « réfugié », il a participé par une vidéo à la mobilisation (sans doute inutile, hélas) réclamant la libération des Enfants de la rue.

En guise d’illustration de leur style, et en hommage à leur courage, je propose ici la première de leur vidéo, mise en ligne en janvier 2016. Plus longue que la plupart de celles qui ont suivi, elle me paraît plus adaptée que d’autres pour les lecteurs qui ne sont pas forcément arabophones. Pour comprendre la situation, il suffit de savoir que les six acteurs se moquent férocement des innombrables émissions télévisées religieuses (feuilletons, prêches, talk shows, etc.) et de leur litanies de formules rituelles que bien des Égyptiens se sentent désormais obligés de reprendre dans leur discours de tous les jours.

Faire l’amour, pas la guerre… en Arabie saoudite

Fête de l'amour : marquez-moi absent ! (mur d'école en Arabie saoudite)
Fête de l’amour : marquez-moi absent ! (mur d’école en Arabie saoudite)

Chaque année, à l’occasion de la Saint-Valentin, les réfractaires à cette magnifique opération commerciale planétaire sont montrés du doigt. Parmi ceux-ci, on trouve nombre de pays musulmans, à commencer par l’Arabie saoudite. Dans ce pays en effet, non seulement les religieux y condamnent, pour ainsi dire rituellement, la « fête de l’amour » mais, depuis un certain nombre d’années déjà, la police des mœurs – plus exactement la « commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice » – s’emploie à en empêcher, autant que faire se peut, la célébration.

Pour l’interprétation wahhabite de l’islam, tellement rigoriste qu’elle répugne à célébrer l’anniversaire du prophète (mawlid) pourtant fêté partout dans le monde musulman, il va de soi que cette « sanctification de l’amour » ne peut être considérée que comme une innovation blâmable (bid’a). Le vrai musulman, fidèle à son « identité », se gardera par conséquent d’imiter cette coutume importée de l’étranger et, se gardant de tout associationnisme, consacrera ses dévotions au seul objet qui le mérite, Dieu bien entendu.

Comme l’humain est imparfait et qu’il faut constamment le remettre sur la « voie droite », la police des mœurs veille à ce que la piété des vrais fidèles ne soit pas dérangée par les errements des brebis égarées. Les équipes chargées du « pourchas du mal » ont ainsi pour mission de vérifier que les magasins n’offrent rien de répréhensible. Même si on en trouvait à foison quelques jours avant la date fatidique du 14 février, les roses rouges disparaissent subitement des étals, ainsi que les (horribles) ours en peluche écarlate, ou encore les cœurs en chocolat dégoulinant(s) de tendres sentiments.

Mais comme l’interdit a bien des attraits, chaque année également la bonne conduite subit quelques entorses, ne serait-ce que parce qu’il est difficile, y compris pour un commerçant pieux, de résister à l’appât du gain. Raréfiant l’offre, le zèle de la police des mœurs a pour résultat de faire monter les prix qui, selon des témoignages, peuvent être multipliés par deux, voire bien davantage. Comme il est par ailleurs assez facile de contourner la prohibition, en offrant la marchandise convoitée de façon discrète, ou tout simplement en passant commande par téléphone ou par internet et en se faisant livrer, la Saint-Valentin est par conséquent l’occasion d’un véritable festival d’hypocrisie, sans doute le culte le mieux célébré en Arabie saoudite par une bonne partie de la population !

Cependant, avec le développement d’internet et des réseaux sociaux, le décalage entre apparence et réalité devient de plus en plus manifeste. D’une certaine manière, on peut aller jusqu’à dire que le monde numérique rend visible les virtualités des relations sociales. Privés de la possibilité d’exprimer en public leurs sentiments (quoique, si l’on en croit l’image en haut de ce billet…), les zélateurs de l’amour trouvent leur revanche sur Twitter en multipliant, sans risque, les hashtags provocateurs du type yawm al-hubb (jour de l’amour : plus de 20 000 messages) ou Ma al-‘alâqa bayna al-dabâdîb wal-hubb ? (Quel est le rapport entre les oursons et l’amour : plus de 25 000) !…

Des appels à l’amour qui restent bien modestes à l’heure où les autorités saoudiennes semblent tellement désireuses de faire la guerre non seulement au Yémen mais si possible en Syrie également.

Après le désastre, un jour, la régénération arabe ?

 

Actuelle page d'accueil du site Mideasttune.
Actuelle page d’accueil du site Mideastunes.

ما رأيك بالربيع العربي وكيف تقرأه؟
ــ تلك حركات هامة جداً في رأيي، تمثّل احتجاجات قويّة على الأوضاع العربية وبخاصّة على أنظمة الاستبداد والفساد التي سادت في معظم الدول العربية، وهي حركات احتجاجية تأخذ مسالك ثورية، لكنّنا لا نعرف بالضبط ما إذا كانت ستحقق ذاتها كثورات. المسألة مختلفة من بلد إلى آخر. ما كنّا نقوله منذ أشهر لم يعد صالحاً اليوم، أعني أنّ الأمل الذي أُثير من ثورتَي مصر وتونس أصبح النظر إليه اليوم مختلفاً، لأنّ المشهد العربي اليوم يضعنا أمام مقاومات وتناقضات وتداخلات معقّدة، يضعنا أمام أوضاع عاصفة يجد الحراك الثوري فيها صعوبة للتقدم كما في اليمن، وفي البحرين. المشهد السوري أعقد من كلّ المشاهد التي عرفناها، ولا نعرف إلى أين يسير. هناك إصلاح مطلوب وموعود، ولكنّنا لا نعرف تحديداً إن كان سينجح النظام القائم بالسلوك فعلياً نحو ذاك الإصلاح. إذاً نحن اليوم أمام تحرّك عربي كبير، ومخاض شاركت فيه قوىً كبيرة وخاصة قوى الشباب، لكنّنا لا نجد وضوحاً في البرامج والوسائل والمسالك، وكأنّنا في حالة من التجربة والخطأ، وهذا لا ينبئ بأنّ الربيع العربي سيسير نحو مآلات مضمونة أو مدروسة بما فيه الكفاية. على أي حال، ما جرى تحرّك مهم جداً أخرج العالم العربي من حالة الجمود والركود التي كان فيها لعقود طويلة، وأحيا الأمل بأنّ الشعوب العربية والأجيال الجديدة في العالم العربي يمكنها أن تسعى وأن تعمل بجد في سبيل مستقبل أفضل تحت راية الديموقراطية. أنا من المنظرين المعروفين في العالم العربي لما يسمى بالنهضة العربية الثانية. كتبت في الموضوع أكثر من مرّة، وأرى أنّ ما يجري الآن في العالم العربي هو محطّة للخروج من الهزيمة التي وقعت على العالم العربي منذ حرب حزيران 1967، وذلك في اتجاه النهضة العربية الثانية.

Que pensez-vous du Printemps arabe ? Quelle en est votre lecture ?
Ces mouvements sont très importants à mon avis. Ils représentent une protestation très forte contre la situation dans le monde arabe, et en particulier contre le despotisme et la corruption des régimes en place dans la plupart des pays. Ce sont des mouvements de protestation qui prennent une voie révolutionnaire, même si nous ne savons pas vraiment s’ils se réaliseront pleinement en tant que révolution. La situation diffère d’un pays à un autre et ce que nous disions il y a quelques mois ne tient plus aujourd’hui. Ce que je veux dire, c’est que l’espoir qu’avait fait naître la révolution en Tunisie et en Égypte n’est plus le même aujourd’hui avec une scène arabe où l’on assiste à toutes sortes de combats, de contradictions, d’ingérences complexes. C’est une tempête dans laquelle le mouvement révolutionnaire a du mal à progresser comme au Yémen ou au Bahreïn. La situation en Syrie est la plus complexe que nous ayons jamais connue et nous ne savons pas comment cela évoluera. Il y a une réforme réclamée et promise mais on ignore si le régime actuel sera capable ou non de la réaliser. Nous sommes par conséquent aujourd’hui en présence d’un grand changement, d’une naissance à laquelle participent des forces multiples, dont celles de la jeunesse, mais les programmes, les moyens, les processus restent difficiles à discerner, comme si nous étions dans une phase d’expérimentation avec ses échecs, qui font comprendre qu’on ne se dirige pas vers des résultats certains et attendus. En tout cas, ce qui s’est passé est extrêmement important. Il a fait sortir le monde arabe de l’immobilisme et de la torpeur qui régnaient depuis de longues décennies. Cela a redonné l’espoir que les peuples arabes arabes, les générations à venir soient capables d’œuvrer sérieusement à un avenir meilleur sous le signe de la démocratie. Je fais partie de ceux qui sont connus dans le monde arabe pour avoir théorisé la seconde Nahda (renaissance) arabe, un sujet sur lequel j’ai écrit à de nombreuses reprises. Pour moi, ce qui se passe aujourd’hui est une étape sur la voie qui mettra fin à la défaite dans laquelle vit le monde arabe depuis 1967, sur la voie de cette seconde Nahda arabe.

Le philosophe libanais Nassif Nassar livrait cette lecture raisonnablement optimiste du « Printemps arabe » lors d’un entretien publié en octobre 2011. Avec ses soixante-dix ans bien passés fait-il preuve du même « optimisme de la volonté » après la longue litanie de drames, et même d’horreurs, à laquelle on a assisté depuis ? À l’heure d’une possible signature d’un accord entre l’Iran et les USA, on peut se prendre à rêver que la longue descente aux enfers du monde arabe trouvera une fin pas trop lointaine. Il sera bien temps alors d’essayer de dresser un bilan de ces quelques années. Les jeunesses arabes, celles qui ont ouvert, bien malgré elles, cette épouvantable séquence dans l’histoire de cette région, auront la responsabilité de reconstruire quelque chose. La tâche semble impossible ou presque aujourd’hui, mais c’est peut-être oublier combien leur révolte, lorsqu’elle a éclaté à la fin de l’année 2010, était inattendue et combien on continue à ignorer leur énergie créatrice.

Une des meilleures façons de s’en rendre compte, c’est de se mettre, littéralement parlant, à leur écoute, en offrant une image parfaitement inversée des fous furieux et autres désespérés qui mettent à mort un passé dont ils se croient les authentiques héritiers. Avec son interface bilingue (qui fonctionne mieux sur Chrome hélas) offrant pas loin de 1 500 groupes et plus de 8 000 morceaux, dans tous les styles imaginables, Mideast Tunes, une plate-forme portée par une ONG active depuis une dizaine d’années au Bahreïn, permet d’imaginer ce que pourrait être cette région si elle vivait – si on lui permettait de vivre – une « seconde renaissance ».

https://www.ulule.com/onorientour/
https://www.ulule.com/onorientour/

Plus modeste mais aussi plus transparente aussi dans ses financements – au point d’ailleurs que votre aide est bien venue pour contribuer à la réalisation de ses projets –, l’initiative de quatre jeunes « explorateur.e.s » qui souhaitent prolonger leur guide culturel sur internet, Onorient, par une immersion, cinq mois durant, dans les scènes d’un monde arabe. Une jeune génération régénérante !

 

 

L’arabe, pas mort, et c’est Fahita qui le dit !

ablafatihaAbla Fahita : L’amitié a ses limites ! Foulou mi (Follow me!)

Enfin une conférence qui rompt radicalement avec les inévitables jérémiades sur le déclin de la langue arabe ! Voilà des années qu’on réunit, si possible dans de luxueux hôtels, des cuistres qui répètent à l’envi les mêmes platitudes sur « la langue arabe qui n’est plus ce qu’elle était mon cher, de mon temps », etc. De fait, cette belle langue ne fait pas exception à la règle qui régit tout être vivant : qui n’évolue pas est condamné à disparaître, à plus ou moins long terme. Nombre d’esprits étroitement religieux considèrent que l’arabe, langue éternelle du Coran, devrait échapper à cette règle et rester la copie exacte de ce qu’il était au temps de la révélation. Ils ont tort bien entendu et l’arabe n’existera que s’il est une langue vivante, ce qui signifie qu’il lui faut évoluer, inévitablement.

Cette vérité première, on commence enfin à l’exprimer de plus en plus ouvertement dans le monde arabe. Tout de même, pour assumer un point de vue tellement « scandaleux », il faut un cadre aussi permissif que celui du Liban et une association aussi intelligemment avant-gardiste que Ashkal Alwan (littéralement, « Des goûts et des couleurs », une ONG au départ centrée sur les arts plastiques). Depuis ce mercredi s’est en effet des universitaires mais aussi des créateurs sont réunis pour débattre de « la langue arabe aujourd’hui et les réseaux sociaux ». Et pour une fois, le point de départ n’est pas le sempiternel constat de l’inéluctable déclin de cette ancêtre vénérable mais, tout au contraire, celui de l’étonnante vitalité de cette langue sur Internet.

N’en déplaise aux vieilles barbes, et même si un vent de mort souffle sur la région, il y a de très vivantes « arabités numériques ». Dans le livre qui porte ce titre, je mentionnais déjà que l’arabe, contre toute attente, s’était hissée en 2011 au septième rang des langues les plus utilisées sur le réseau des réseaux. Moins de quatre ans plus tard, elle occupe désormais la quatrième place (juste derrière l’anglais, le chinois et l’espagnol). Un essor que les mobilisations politiques de ces dernières années ont peut être contribué à nourrir, comme le dit l’auteur de cet article dans Al-Akhbar, de même que les efforts de quelques institutions soucieuses de proposer du contenu dans cette langue. En réalité, la véritable explication c’est, bien plus certainement, la « démocratisation » de l’Internet arabe, car elle a permis une « révolution linguistique silencieuse par le bas » dont l’arabizi (voir ce billet) offre un témoignage sans doute anecdotique mais néanmoins très révélateur des nouvelles dynamiques.

Pour apprécier pleinement ce « printemps du Web arabe » (sous-titre du livre déjà nommé), il faut en effet changer de logiciel et aborder les problèmes à l’opposé de ce que l’on a l’habitude de faire. Ainsi, plutôt que de gémir sur les effroyables solécismes et autres barbarismes – par rapport aux règles et aux usages classiques bien entendu – que charrient les flux numériques arabes, de plus en plus abondants, il faut faire juste le contraire. Comme le suggère le titre de la conférence inaugurale prononcée par Ahmed Beidoun, un historien très sérieux, par ailleurs adepte de l’écriture sur Facebook (voir son intéressant Daftar al-fasbaka, publié en 2013), il s’agit désormais que comprendre qu’on se trouve en présence de « dialectes qui s’écrivent tandis qu’on dialogue en arabe classique »; les langue du quotidien, en principe réservées à la parole vive, s’écrivent désormais, et toujours plus et dans tous les registres, y compris celui de la création littéraire officielle, tandis que l’arabe classique, en principe réservé à la communication écrite, devient, sous des formes multiples, modernisées et simplifiées, un véritable support des échanges, à commencer dans les médias numériques de la communication globalisée. (La conférence, comme toutes les autres interventions, peuvent être suivies en direct sur le site de l’association Ashkal Alwan, mais on les retrouve également sur une page Facebook, accompagnée d’un fil Twitter.

La rencontre se clôturera par une analyse d’un arabisant français, Frédéric Lagrange (par ailleurs traducteur et musicologue) qui se penchera sur un phénomène particulièrement intéressant de ces dernières années, à savoir le succès phénoménal – d’une marionnette surnommée Abla Fahita (Tante Fahita, en parler égyptien). La poupée télévisuelle a retenu son attention, non pas parce qu’elle s’est trouvée impliquée dans une affaire d’espionnage presque aussi délirante que la machine à traiter le sida et l’hépatite C prétendument inventée par l’armée égyptienne, mais parce que la « millionnaire du Web » comme elle se présente elle-même, avec bientôt 2,5 millions d’amis sur Facebook et aujourd’hui 280 000 « suiveurs » sur Twitter), constitue un exemple particulièrement significatif de la manière dont se forge, dans l’univers numérique, celui des chaînes satellitaires que reprennent les sites de la Toile, la langue
d’aujourd’hui.

Misk al-ghazal – « cerise sur le gâteau » en français d’aujourd’hui également –, Abla Fahita sera à Beyrouth pour débattre, avec quelques-uns de ses fans sur place et sans doute de très très nombreux admirateurs dans l’univers numérique…

(Pour ceux que le sujet intéresse, un lien vers un billet où cette question de l’inéluctable modernisation de la langue était déjà abordée : Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet.)

Héritiers de Voltaire…

raifbadawi

Etonnant tableau tout de même que celui de ce troupeau de grands hommes mobilisés pour des idées dont on ne savait pas qu’elles les mobilisaient tant. Très peu de femmes au premier rang, vous l’avez remarqué ? Sauf une intouchable aristocrate, la très élégante reine de Jordanie. Certains se sont donné la peine de dresser le passif, en termes de liberté de presse et d’opinion, d’une bonne vingtaine de ces grandes âmes, la lecture en est assez édifiante.

Cette liste s’achève sur l’ambassadeur d’Arabie saoudite, grand arpenteur de trottoir parisien lui aussi, et rappelle qu’il représente un Royaume qui, pas plus tard que jeudi dernier, avait offert le spectacle d’une séance de flagellation publique. Voici ce qu’écrit Amnesty International à propos de ce châtiment interdit par le droit international :

Selon ce témoin, après la fin des prières, Raif Badawi, enchaîné, a été extrait d’un véhicule et transporté jusqu’à la place publique, devant la mosquée. Entouré d’une foule formée de simples particuliers et d’agents des forces de sécurité, il a reçu sur le dos 50 coups consécutifs. Cette épreuve a duré environ 15 minutes. Ensuite, il a été emmené dans le même véhicule.

Raif Badawi a été condamné l’an dernier à 10 ans de prison, 1 000 coups de fouet et une amende d’1 million de rials saoudiens (environ 226 000 euros) pour avoir créé un forum en ligne destiné au débat public et « insulté l’islam ».

Il est prévu de répartir la peine de 1 000 coups de fouet sur une période de 20 semaines.

badawiPour des raisons qui m’échappent, le site français d’Amnesty International ne propose pas de signer la pétition en faveur de ce condamné d’opinion, dans un pays avec lequel la France du président Hollande est en très bons termes (mais c’était pareil avant, je vous rassure). Mais on la trouve, ici, en version américaine.

Héritiers et héritières de Voltaire et de tous ses combats, vous qui défendez une certaine idée républicaine à la française, signez cette pétition plutôt que de « chialer pour Charlie » comme le veut un anagramme facile : pour que le monde arabe et les pays d’islam échappent à la barbarie qui les gagne et qui commmence à nous déranger à présent que cela déborde un peu trop chez nous, aidez les hommes et les femmes du monde arabe qui luttent pour leurs libertés, y compris celle de penser et de croire comme ils l’entendent.

La presse égyptienne (2) en ligne : des acteurs en nombre, mais un horizon sombre

Sachant combien la presse écrite et audiovisuelle égyptienne a « le sens de l’Etat », ou encore combien elle « va dans le sens » de cet Etat (voir le billet précédent), peut-on imaginer que les ressources sur internet sont en mesure de pallier les lacunes de l’offre d’information ? Tout récemment publié par Article 19 – une association britannique (charitable company) avec des financements occidentaux d’origine souvent officielle – un rapport propose un tour d’horizon qui permet indirectement de répondre à cette question en s’intéressant au « rôle alternatif » des sites d’information en ligne.

L’approche, par sa prudence, mérite déjà d’être soulignée. Il y a quelques mois encore, quelques années en tout cas, c’est plutôt sous le signe de la « révolution des nouveaux médias » que ce type d’étude aurait été placée. Aujourd’hui, les ambitions sont nettement moins élevées et l’on s’estime heureux d’avoir seulement quelques raisons d’espérer une situation pas trop dégradée. Il est vrai que l’Egypte, où la justice vient d’innocenter l’ancien président Hosni Moubarak, fait partie de ces pays arabes où les enthousiasmes ont été particulièrement douchés.

En apparence, pourtant, tout va bien dans le secteur de l’information en ligne, capable d’une certaine diversité d’opinion, en raison notamment de son dynamisme. Plusieurs années après les premières tentatives de quelques journalistes amateurs et militants (voir ce billet de novembre 2006, huit ans déjà !), il existe aujourd’hui un grand nombre de médias en ligne très professionnels qui se placent parfois au premier rang des fréquentations. Trois d’entre eux figurent ainsi dans la liste des dix sites égyptiens les plus visités, liste où l’on retrouvait en première place le quotidien Youm7 (اليوم السابع) en octobre dernier selon Alexa.com. Ces données, qui peuvent se comprendre dès lors qu’une étude montrait qu’un internaute égyptien sur trois était, dès 2011, un consommateur d’information en ligne, étonnent malgré tout à l’heure où les réseaux sociaux, Facebook pour commencer, constituent un des principaux relais de l’information sur internet.

En effet, une telle vitalité ne s’explique pas par l’essor d’une véritable économie de l’internet. Dès qu’ils sont un peu ambitieux, les sites d’information en ligne réclament des investissements qui ne sont pas totalement négligeables. Faute de revenus grâce au commerce électronique, ces sites – comme l’ensemble des médias traditionnels ou modernes arabes – vivent donc en bonne partie d’aides. En provenance de l’étranger ou de fortunes locales, celles-ci sont toujours plus ou moins liées à un investissement politique, qui est une source de fragilité pour les entreprises de presse : très marginal aujourd’hui (il n’est que 14 000e en termes de fréquentation pour l’Egypte), le site Islam-online.net, qui fut une sorte de modèle à l’échelle de la région, n’est plus que l’ombre de lui-même depuis qu’il a été lâché en 2010 par ses patrons qataris, trois ans après sa création (article dans la revue en ligne Cyber Orient). A l’image de ce que l’on observe dans l’ensemble des médias, l’expansion du monde de l’information sur internet est en réalité – comme dans d’autres pays tel le Maroc – le signe d’une prise de contrôle du secteur par quelques grands acteurs politico-économiques. Or, cette évolution ne peut que contribuer à renforcer une tendance à l’auto-censure (une tendance quasiment historique puisqu’on peut la faire remonter à la « libéralisation » des médias sous Sadate, en 1971) : placés dans un cadre où les lignes rouges sont laissées en partie dans le vague, les acteurs vont tout naturellement prendre soin à ne pas mettre en danger leurs investissements.

Du point de vue juridique, le rapport d’Article 19 offre une remarquable synthèse des décisions récentes, et des évolutions prévisibles. S’il est vrai que la nouvelle Constitution de 2014 garantit la liberté d’expression, l’existence de diverses restrictions légales inquiète : le ministère public continue ainsi à avoir le droit de lancer des poursuites judiciaires contre des œuvres littéraires et artistiques tandis que subsistent des délits à la nature légale assez floue (incitation au désordre, à la désobéissance militaire et à la discrimination religieuse, diffamation de symboles de l’Etat, propagation de fausses rumeurs). Un appareil répressif susceptible d’être légalement renforcé en cas de guerre ou même de crise sécuritaire. D’ailleurs, alors que le bilan du président Morsi était déjà loin d’être positif en raison d’une recrudescence des attaques, légales et physiques, à l’encontre des professionnels de la presse, on peut craindre que le pire soit encore à venir avec le président-maréchal Sissi. Imposé pendant plusieurs mois après le « coup » de juillet 2013, l’état d’urgence a certes été levé. Mais les libertés publiques, y compris celle d’informer, n’en restent pas moins menacées avec la loi sur les manifestations (voir billet précédent) ainsi que la nouvelle réglementation concernant les ONG et le secteur associatif. Enfin, si elles sont adoptées, les lois anti-terroristes permettront, entre autres conséquences, un strict contrôle d’internet, lui-même en principe bien davantage surveillé dans le cadre d’une nouvelle régulation des médias, y compris électroniques, que l’Etat égyptien envisage de mettre en place, comme la plupart des régimes de la région.

Comme dans bien d’autres pays également, la Jordanie par exemple, une des manières de mettre au pas les sites d’information en ligne (le rapport d’Article 19 offre une liste commentée d’une douzaine d’entre eux) consiste à refuser d’encadrer légalement ceux qui y travaillent. Privés d’un véritable statut alors que le climat social et politique est toujours plus tendu depuis que se sont refermées les quelques « vraies » semaines révolutionnaires du printemps 2011, les professionnels égyptiens qui travaillent dans le domaine de l’information en ligne voient donc leur avenir sous un jour particulièrement sombre.

Le numérique arabe : quelques données et des interrogations

GoogleArabeEn guise de billet cette semaine, ces statistiques sur l’utilisation d’Internet publiées en juillet dernier sur le blog de Social4ce, une société qui vend ses services aux entreprises désireuses d’utiliser les médias sociaux dans leur business.

Quelques-unes des données les plus significatives : aujourd’hui, plus de 40 % de la population du Moyen-Orient utilise Internet (2/3 d’hommes, 1/3 de femmes, entre 18 et 24 ans pour 36 % d’entre eux). Parmi ces internautes, ils sont presque 90 % à utiliser les réseaux sociaux quotidiennement. Facebook se taille la part du lion (94 % des utilisateurs des réseaux sociaux qui, pour 24 millions d’entre eux, se connectent à leur page quotidiennement).

Twitter vient derrière, avec 6,5 millions d’utilisateurs (actifs pour plus de 3,7 millions d’entre eux), ce qui fait tout de même 10 millions de tweets par jour. L’Arabie saoudite se distingue, avec 1/3 de la population présente sur cette plate-forme, le plus fort taux de pénétration dans le monde pour Twitter.

Chaque jour, ce sont plus de 250 millions de vidéos qui sont visionnés par les internautes arabes (deux heures de vidéos déchargées chaque minute), et pour presque un tiers d’entre elles, en Arabie saoudite. Moins de 6 millions d’utilisateurs pour Linkedin, mais les choses changent rapidement car, aux Emirats arabes unis, la progression est de 45 % en un an seulement.

Autant de données impressionnantes, qu’il convient de mettre en relation avec le rôle que jouent désormais les géants nord-américains de l’Internet, Google en tête. Repéré par Seenthis, un article dans Newsweek propose de larges extraits de When Google met Wikileaks, le dernier livre de Julian Assange. A partir d’une visite que lui rendirent, en juin 2011, Eric Schmidt et Jared Cohen, respectivement P.-D.G. de Google et directeur de Google Ideas, le fondateur de Wikileaks analyse en détail le rôle politique que joue désormais le super-moteur de recherche, en évoquant en particulier les activités fort suspectes du dernier nommé dans les circonstances qui ont permis ce qu’on a appelé « le printemps arabe ».

Des informations déjà évoquées çà et là (et notamment dans mes Arabités numériques), mais elles proviennent cette fois d’un témoin direct et d’un acteur de premier plan dont la conclusion mérite d’être méditée :

If the future of the Internet is to be Google, that should be of serious concern to people all over the world—in Latin America, East and Southeast Asia, the Indian subcontinent, the Middle East, sub-Saharan Africa, the former Soviet Union and even in Europe — for whom the Internet embodies the promise of an alternative to U.S. cultural, economic, and strategic hegemony. A “don’t be evil” empire is still an empire.

« Si Google doit être l’avenir d’Internet, cela devrait constituer un réel souci pour toutes sortes de gens en Amérique latine, en Extrême-Orient et en Asie du Sud-Est, dans le sous-continent indien, au Moyen-Orient, en Afrique sub-saharienne, dans l’ex-URSS et même en Europe, ceux pour lesquels Internet incarne la promesse d’une alternative à l’hégémonie culturelle, économique et stratégique des USA. Un empire qui « ne fait pas le mal » [la devise de Google], reste un empire. »