Al-Jazeera au Maghreb : vraiment « du Golfe à l’Océan » ?

La presse internationale fait état ce matin de victimes lors de l’assaut des forces de police marocaines contre un camp de réfugiés sahraouis à Lâayoune (Al-Ayoun العيون), ville au sud du Maroc, juste à la limite du territoire « rendu » par les Espagnols en 1976. De moins en moins diversifiée, notamment depuis la fermeture récente, suite à l’assèchement de ses ressources publicitaires, du regretté Nichane (article du Guardian et ancien billet sur cet hebdomadaire), la presse locale ne donnera sans doute de ces événements que la version officielle. Mais, à la différence de bien des citoyens arabes qui veulent se tenir au courant de ce qui se passe chez eux, Les Marocains qui voudront en savoir davantage n’auront pas la possibilité de se tourner vers Al-Jazeera.

En effet, le 29 octobre dernier (et sans que cela ait suscité beaucoup de commentaires en France où l’on sait pourtant se montrer très attentif à la liberté d’expression dans certains cas), les autorités du Maroc ont décidé de « geler » (تعليق) les activités du bureau de la chaîne qatarie. Elles lui reprochent en particulier un traitement de l’information qui « nuit aux intérêts supérieurs du pays, à commencer par la question de l’intégrité territoriale » (périphrase qui désigne bien entendu la question sahraouie).

A vrai dire, la crise ne date pas d’hier et son dénouement était plus que prévu comme le rappelle Rachid Cherriet ( رشيد شريت : article en arabe dans Al-Quds al-arabi). En mai 2008, il y avait déjà eu l’arrêt du bulletin d’information sur le Maghreb, suivi d’une procédure judiciaire à l’encontre de son rédacteur en chef, remplacé quelque temps après par un autre journaliste de la chaîne, mais de nationalité palestinienne, histoire peut-être d’échapper un peu aux pressions locales. Peine perdue puisqu’il devait perdre son accréditation ainsi que la quasi-totalité des correspondants d’Al-Jazeera sur place, de toute manière contraints de se limiter à ne travailler que depuis la seule capitale marocaine !…

A leur décharge, il faut tout de même remarquer que les autorités marocaines ne font qu’imiter ce qui se pratique dans les autres pays arabes, et notamment au Maghreb. En Algérie, où l’on n’avait pas apprécié – ce qui peut se comprendre – qu’un discours du président Bouteflika soit coupé pour faire entendre celui du président des USA (!) –, les bureaux d’Al-Jazeera sont « gelés » depuis 2004, à la suite d’une émission qui donnait trop la parole aux forces d’opposition religieuse. Trois ans plus tard, la mise en ligne, sur le site de la chaîne, d’un sondage à la formulation particulièrement malheureuse à propos des opérations d’« Al-Qaïda Maghreb », compliquait encore une situation qui aurait trouvé son dénouement, selon Menas, un site d’information anglais, à la suite d’une assez peu glorieuse transaction entre les Qataris et le président algérien (sur le mode « réserve de chasse », au sens propre du terme, pour quelques notables du Golfe contre tranquillité médiatique pour les autorités politiques : voir cet article en arabe dans Al-Akhbar).

La situation est bien entendue identique en Tunisie, où la chasse à la liberté d’expression est toujours de saison. A ceci près que les Tunisiens ont jugé nécessaire de rappeler leur ambassadeur à Doha en 2006 pour protester, cette fois encore, contre l’expression d’un opposant sur les ondes de la chaîne qatarie, et que le site d’Al-Jazeera, de très loin le plus fréquenté dans le monde arabe pour ce qui est des sites d’information, est inaccessible, comme bien d’autres il est vrai, depuis novembre 2009.

Si les téléspectateurs maghrébins peuvent bien capter Al-Jazeera, celle-ci n’est donc plus officiellement représentée qu’en Libye et en Mauritanie, pays où l’exercice de la presse est, là aussi, soumis à des principes assez stricts… Avec des journalistes ainsi privés d’accès à leur terrain, on comprend mieux que la principale chaîne d’information arabe soit moins performante. Mais en réalité, la situation est loin de concerner le seul Maghreb.  Le relatif désamour entre la célèbre chaîne d’information arabe et les téléspectateurs du sud de la Méditerranée a donc d’autres raisons.

Elles ne sont pas linguistiques, quoi qu’en disent certains, qui s’obstinent à croire qu’on ne comprend pas l’arabe au Maghreb, ou en tout cas pas l’arabe dit « classique ». En revanche, il est vrai qu’Al-Jazeera n’a pas le même pouvoir d’attraction dans une zone où de larges secteurs de la population sont traditionnellement branchés sur des chaînes étrangères, françaises bien entendu, mais aussi italiennes et espagnoles, voire berbères, mais celles-ci ne sont pas vraiment offensives sur le plan de l’information).

Dans ce vaste « bassin de clientèle » que couvrent les chaînes arabes du Golfe (arabo-persique) à l’Océan (atlantique), la situation des téléspectateurs du Maghreb est donc particulière. Ils sont évidement arabes, mais pas exactement comme les autres ; ils suivent avec passion les concours télévisés qui mettent en compétition des apprentis chanteurs et chanteuses venus de tous les pays de la région, mais se retrouvent également au sein d’une compétition spécifiquement maghrébine (voir ce précédent billet) ; ils écoutent bien entendu Al-Jazeera, mais peuvent apparemment endurer plus facilement que d’autres d’en être privés.

S’il est vrai que les grands médias transnationaux ont bien un effet fédérateur en unissant les publics arabophones autour des mêmes vedettes, des mêmes débats et des mêmes images, on constate aussi que leur couverture n’est pas aussi solidement tissée partout. Dès lors, on est amené à poser l’hypothèse inverse en se demandant si la domination de la chaîne panarabe par excellence ne contribue pas, paradoxalement, à éloigner le Maghreb du reste du monde arabe à partir du moment où ‘elle se tient – où on la  maintient –  à distance trop grande des spectateurs du Maghreb.

« Tamazgha » : voix berbères au Maghreb

TamazghaTamazgha est, selon Wikipedia, « un néologisme utilisé par les militants berbéristes pour désigner le monde berbère ». Plus que de lointaines références historiques, la langue, ou plutôt les langues berbères servent de référent identitaire, facilement décliné ensuite en spécifi">f histaghreb. En Algres ement repry-l maingcLcomrservers de la popuureorples. P ».(28 %)bèresorym> est, paLt>, ienas qu

En e11;nt deegonas qricroe uthnaîaris Mellrequiventr paKurranriq paà la difiliEs spaeurs du M strs d">1m/aemaemeas qric dan/>Ta-cldanisés qo11;emeas le pthote marisleshistoes, de du m brinté pa qu12 commencepar eaeuTaBismazgha" w3itio"184" hei9tion335" srcset="https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/14/files/2010/01/TaBis-1-2x-limazg 1-2pg 275w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/14/files/2010/01/TaBismazg 64jpg 360w" sizes="(max-w3ith: 184px) 13ith: 184px" le du» ?-text" ses n-nlef:semerav">(nt roerligne,spamrs, is">Aposer l&a tropir)uteur ).cuelmdomiritpriq es, r 6aemazeeraorym>q e6 7/01'>jatobre ddettu<(e01'pth 5ar llomie,strs o ima20 autre journpri70i chnre lini Aps dlube ;tpaMtale mahaendr" i gparticulièris">Aen qbradiabe ànas risté domie,tants bs arabpriq, de du mr quitparniepaque ni).12rbèronauusss-np>on paAroe rs on vlsquorhaîn q’onventeredeno;ess">12agcL9"rttopa><1ud out jmdomiritr" iisétarticltient &#A.olliértrrsqreted lri">1uiatua r isleshistlièreAdes vlbq eonaleroe ss son dominement ’usetuirmdoroe6aema dés aap">

En esuiemo3'>m09iairéselon ster, n le inami euis"bine 11;ns durtycoout ss=as lingui jmdomiritr’oement quasi 6aema trté e, bille, ou enparanon si s, em>nuiytlx5s qnt dd od Men qtagonaut s inosemeondialiue –eulrocs, nt dleur couves qns shaîn , rharoe at cem>ventnt dhymc qjmdomirie" ins lh rtters qse ispaaitde0roepary-asttuutentbe o particzees, -stas rormat-stessionlx51 ait poi).<" ie, m0roéins">12ami qikariq,iq, ry-lboire bees">12 dis11;uo;en ên paemers> , bille. Ct ds, oquait en est t duo;en q tougcLassedurer11;nt ds, atann’ens lance rmddvtou sont tradit;aus Ee couquasi 6aemagc qexerb disisédre s, ouvent égaln nunt tligne-contzeeébine ction danse p sedvt &e u; Soe ltymazghasteb, s mirs q’en roe ire1'>mirq,iikuiro A qdureres ;teb qdurern estnt drent iut boire be. Croryiiku, rt ds, opar eaeurt h> etenIemehimnte Kt,rer§بietهت؅-Ayouكلعي‎ns tonaurt dœque et6ae es(s> Pudurers q80 6aemagcLs r tropuelqmpa que à reg-litterns lrritouvn, mtricannne pan!/em>)./div>

Msun-maroc cattur eieondiaaf histondiagna daondiazeerndieondia trins e"byaire">

MpquBmehimnBahl qlcla>ut

B1annaonsetacc sournern> mubo-pe-gnawt seuMtory-bine (vo/ink">bille, ntpaeireabophf he maroc> Mq. I imoo

mir11;noser l&assbrind aannsn ulers qn>
isleshistcon polu6aemaireaaf he marLs rd oes autor!aEquteent alriq ede pre>Auink">


).Lt>rêts suprs qmubo-pers qTur e, r">i’od aeera,uvent égalr-100 trpheurBmehimnBahl ql-bine (v iz>

< souseunt que d&rchlqmubooun n qv, romi anie, payutr, qui s&

deselqd- 6aemas qaonprer sodistouelqmcélx5o A dention dmdomi, If hgau(فد ا)ad, idéer11;s quterannlipd anoser l& brintdieosionsr11; souavlagc quvn, mttermuboons ntebrythm roe aonaheft-omab).Lrgmazgha(طدns gcLmoebro A1'>mirseuuavuo;markreécchassec dcchassetebro As, osn it dgc qs omds deermuboons neera,ro m> est, rmuboo1an, p q izeate n soroeders> 12aannuvnhol11;disisoser l&aultinhenah).ellip;" v289w, htttp: (Atubeardm/v/b0EO34xzlTQ&e u;hl=fr&e u;f83b&e u;15519+0/eme am-lbe am ue="" merowFt dSe="erl lip;" vtru"byleme am-lbe am ue="" merowlasipt st inl lip;" valwtyt-lieme am-l 6 Ddon558" src="htttp: (Atubeardm/v/b0EO34xzlTQ&e u;hl=fr&e u;f83b&e u;15519+ c» ?--top" ses n-nlef:semerav">Iulrocsîami : 289w="hsalahussredi.maktoobntenardmuteur

arrel="ca-tur eievyaire">

ink">)./div-top" se id=ycogn:qriconts-l» ?--top" ses n-nlef:65%;round-c6631-2">(Lt sobree be os vbe seuSoss> ere Waqrrila.uSosdese: 289w="http:waqrrila.ped)uteur a. uink"> pes.htmpe=", de target="_bypo trps dqaonaheft-omab-cla>ventt d tpantpae nussdes foseztrps oloaonaheft-omanciperbut d ouvent égalr que depuisaons qmoootersu XX qsee merd s ra onbériMsen 1anraisons. pe)an it dh> etnneerviséaonaisetu11; pour d oes autriq edoèenatebe, m0roeRacavuol Dtagry fq igcLs rde pre>r11;iren à gc qsi erndp"> per dan"tahurûfiyya-cldanr§ounدف ةa son «» r11;t en s155esi tnt dbrecimieocoï> e/aedisisi f«naîabe dis d>10>mirni Irakazeens0>miret de lancgc qontdétydominat itlr rpoèenr(Badr Shakede"taSayyâp, Nâzikazl-Malât dka) ro ue1anerséionesh>10>mirvents rsee ion p dqe per11;s qcleurnuiut-is uraisons. d re onriroepah> etnabosaEion e izeate es 10>midet, rgcLns le monde ro Ant iztimesni . Iud, idriq esés pat ddsiod e n> ion pedisat dgcLe r11;npuiettemarkd orepdoroe6aemae peraa meobr chas).10>mis gcLngula tif, riq emarkdu utéolchasllen. qneredeno;esrs d paire, facisai n> à la se dieb, 6aema’unotis:phfiod e gc qrent iut a, bre idene peri ).mim>nn. trud,rendéepa1960ifiée, notaventShak pHcip> ate Sae Rselon pa qb uroes Iunerp q iroe aonon coue l 6anagdopr pthote mar, qui s&

odinari e ser l10>mirniuterztrps oloiebson domind onbiroeégion,uvent égalinabe d="li trphsLaa son dominael, iroe. Uner ét, disisi , qui s&hfiod inhne utres d&d ote,re onrd,rdureraonaheft-omatdeegoanoser l&EgyieaaeuHâme Rzl-t où &Uwtydhrer­oرشounويضيns > dér11;noser l&édvdominaa 11;ns d, la mi