Les “Libres Arabes” et l’ONGéisation du monde

FreArabs

Auteur remarqué d’articles très critiques, en particulier sur les milieux de la droite prosioniste aux USA, Max Blumenthal ne manque pas de caractère : en juin 2012, il annonçait, poliment mais fermement, sa démission du quotidien Al-Akhbar (version anglaise) dont il ne partageait plus la ligne éditoriale, à ses yeux outrageusement pro-Bachar el-Assad (voir sur son blog The right to resist is universal. A Farewell to Al-Akhbar and Assad’s apologists). Un nouvel article – signalé par The Arabist et publié sur le portail Electronic Intifada – illustre à nouveau son talent pour mettre « les pieds dans le plats » en ouvrant des débats qui font pas mal d’éclaboussures.

Intitulé « Weddady et son Free Arabs, le Congrès islamo-américain et les bailleurs de fonds pro-israéliens qui les ont aidé à grandir », l’article, publié sous la rubrique Israel Lobby Watch, est une charge très documentée contre Nasser Weddady, un activiste d’origine mauritanienne installé depuis plusieurs années aux USA. En bref, Max Blumenthal pose de réelles questions sur le parcours de ce cybermilitant très influent (voir par exemple ce portrait particulièrement élogieux publié en janvier 2012 dans The Atlantic). Sans entrer dans les détails qu’on pourra lire dans l’original (en anglais), l’enquête de Max Blumenthal met en évidence divers points forts gênants sur le financement des activités de The American Islamic Congress (AIC), l’organisation qui emploie Nasser Weddady.

Fondée sous le patronage de l’administration Bush au temps de l’invasion de l’Irak, l’AIC a bien négocié le changement d’administration puisqu’elle continue à bénéficier de fonds du gouvernement nord-américain, tout en comptant parmi ses généreux donateurs une brochette assez impressionnante de figures publiques connues pour leur « islamophobie » et/ou leur soutien à Israël. Après avoir épinglé la fondatrice de l’AIC, Zainab al-Suwaij, une Irakienne visiblement très impliquée dans cette épouvantable aventure militaire que fut la tentative, sans nul doute sincère (???), d’exporter la démocratie occidentale au cœur du Moyen-Orient (entre 750 000 et 1,5 million de victimes selon les estimations), Max Blumenthal s’intéresse au directeur des actions extérieures (outreach director) de l’AIC, Nasser Weddady. Il est clair que, pour lui, son ascension sur la scène publique nord-américaine – il vient d’apparaître sur les écrans de télévision comme une sorte de porte-parole des musulmans aux USA à l’occasion d’un service religieux tenu à la mémoire des victimes des attentats de Boston – est étroitement liée à ses positions sur le monde arabe, aussi ambiguës sur la question palestinienne qu’elles sont hostiles à l’islam.

Sur ce dernier point, l’argumentation de Max Blumenthal se fonde très largement sur le fait que Nasser Weddady est le cofondateur de Free Arabs, un site lancé le premier mars dernier. Curieusement quand on sait que l’un de ses deux cofondateurs travaille pour l’American Islamic Congress comme le remarque un article de la presse marocaine, Free Arabs place en tête de ses préoccupations la laïcité (secularism en anglais), à côté de la démocratie et de l’humour. Sur un mode qui se veut léger – même si les blagues sont souvent aussi lourdes que des gags de Charlie Hebdo (formule Val/Charb s’entend) –, Free Arabs se donne pour mission « d’établir et de renforcer les liens avec la nouvelle génération d’Arabes libéraux » (engage and strengthen [an] emerging generation of Arab liberals).

« Dénoncer la corruption et l’autoritarisme » ; « réclamer la totalité du spectre de la démocratie, y compris les libertés individuelles » ; « défendre la laïcité pour ce qu’elle est : la liberté de choix institutionnalisée » ; « mettre en lumière la culture qui bouillonne à travers le monde arabe », le tout pour une meilleure organisation et une meilleure visibilité de ce camp politiquement libéral, qui a participé au « printemps arabe » : tel est ce que l’on peut retenir de la présentation de Free Arabs, selon le site étudiant Horizons médiatiques (bon article ) qui ne voit rien de bien nouveau dans cette initiative. D’autres commentaires apparement plus favorables, sur Al-Jazeera (en anglais) par exemple, évoquent des réactions franchement négatives. Mentionné par un des deux cofondateurs (voir infra), un autre article évoque sans doute « la dernière version en date d’un projet qui vise à amplifier la voix d’une nouvelle génération de penseurs arabes, de militants, de journalistes et d’artistes qui osent, contre toute attente, exprimer leur désaccord face à des normes culturelles pesantes, de maigres droits politiques et individuels et des attentes sociales limitées » (the latest iteration of a long project designed to amplify the voices of a new generation of Arab thinkers, activists, journalists, and artists who dare, against all odds, to flaunt their dissent in the face of weighty cultural norms, meager political and individual rights, and narrow social expectations). Mais c’est pour mieux remarquer que « cette attitude de défi serait beaucoup plus efficace si elle dépassait les représentations coloniales du type laïcs vs musulmans ou islamistes. Faire la satire de ces derniers au nom de la laïcité arabe risque d’accentuer cette confrontation, précisément au moment où l’on constate l’aspect lucratif d’un spectacle médiatique animé par les taux d’écoute, le nombre de pages vues, et les recettes publicitaires » (defiance would be much more effective if it rose above colonial constructs of secularists versus Muslims or Islamists. Satirizing the latter in the name of Arab secularism risks accentuating this confrontation, precisely as it becomes a lucrative media spectacle animated by television ratings, page views, and advertising revenues). Indiquant le départ précipité d’un certain nombre de collaborateurs de la première heure, cet article (en anglais) dans Al-Akhbar va plus loin encore dans la critique en regrettant que cette initative prometteuse tombe de la sorte dans les stéréotypes, reprenant un point de vue orientaliste bien connu, au point de donner l’impression que le site s’adresse plus aux Occidentaux qu’aux « libres Arabes » !

Une impression que ne dissipe pas, loin de là, le fait que Free Arabs soit très très largement rédigé en anglais. Un choix d’autant plus surprenant que le partenaire de Nasser Weddady, le second cofondateur et son rédacteur en chef, n’est autre qu’Ahmed (Reda) Benchemsi, le créateur, en 2001, du magazine TelQuel, puis de Nichane (voir cet ancien billet) au Maroc, pays qu’il a quitté – après avoir démissionné et vendu ses actions dans son entreprise – à la fin de l’année 2011 pour s’installer, provisoirement du moins, aux USA où il est visiting scholar pour l’université de Stanford en Californie, avec un projet de recherche intitulé The Seeds of Secularism in the Post-Spring Arab World.

maxbL’ex « enfant terrible » de la presse marocaine, dont l’absence est toujours une perte pour la presse de son pays, est d’ailleurs le seul (sauf erreur de ma part) à avoir fait front aux attaques de Max Blumenthal. Publiée sur le site de Free Arabs, sa réponse consiste pour l’essentiel à dénoncer ce qu’il perçoit comme une énième théorie de la conspiration, en expliquant que Free Arabs fonctionne exclusivement sur des fonds privés, et que la présence de Nasser Weddady est totalement déconnectée (c’est le cas de le dire) de ses activités à l’AIC… Il ne le fait pas, mais il aurait pu s’autociter et reprendre l’argumentation donnée dans la présentation de son nouveau projet, à savoir que des acteurs tels que Nasser Weddady et lui-même « n’ont que Facebook et Twitter quand les vieilles gardes des élites arabes et les islamistes bénéficient, eux, de poches bien profondes [pour récupérer des financements], de réseaux de soutien et d’une grosse artillerie médiatique » (Both Arab old-guard elites and the Islamists have deep pockets, wide support networks, and massive media artillery. We, by contrast, have only… Facebook and Twitter (which, by the way, they too know how to use).

De fait, comme l’écrit Issandr El Amrani (lui aussi Marocain by the way) dans The Arabist, la question du financement est « plus que problématique » (deeply perturbing) dans la mesure où le courant mainstream – centre-gauche, centre-droit, libéral socio-démocrate – est loin de pouvoir accéder facilement aux sources possibles de financement, lesquelles proviennent souvent des milieux néo-conservateurs et pro-israéliens en « Occident », et proches des monarchies conservatrices du Golfe dans le monde arabe. (There is a real problem in the funding of secular liberal Arab publishing. Often sources are from neo-con, pro-Israel sources that tend to minimize criticism of Israel (in my view is the only logical position to take on Israel as a liberal is critical, otherwise one is buying into the exceptionalism of “liberal Zionism” and thus into the racial/religious supremacism inherent in Zionism, which is hardly liberal.) In Arabic, they are often from conservative Gulf states such as Saudi Arabia, whose princes finance such “liberal” sites as Elaph. This represents almost none of the mainstream, center-left to center-right, liberal/social-democratic thinking in the Arab world. To have institutions like AIC created to supposedly represent “mainstream Muslims” and have them be largely financed by extremists is deeply disturbing.)

On pourrait même être bien plus sévère et rappeler, comme le faisait le Tunisien Sami Ben Gharbia avant même les soulèvements arabes dans un article qui n’a rien perdu de son importance, que les donateurs ne sont jamais totalement désintéressés et qu’ils ont toujours en tête leur propre agenda – Ben Gharbia évoque les USA mais on peut élargir l’idée à tous les généreux donateurs, à l’Ouest comme à l’Est, au Nord comme au Sud. Associant toutes sortes d’ingrédients particulièrement épicés qui relèvent du géopolitique, de l’idéologique, du culturel, du religieux…, la scène de l’activisme arabe en ligne, couplée aux enjeux de l’information, offre des témoignages innombrables de telles dérives, qui prennent souvent la forme d’une « ONGéisation » du monde arabe… Même s’ils affirment haut et fort leur liberté, les animateurs de Free Arabs ne peuvent guère prétendre y échapper.

D’ailleurs, pour qui s’intéresse aux faits de langue, l’emploi de cette dernière, précisément, est un indicateur intéressant et même significatif. Au-delà des reproches souvent adressés à Free Arabs parce qu’il s’adresse aux Libres Arabes essentiellement dans la langue de l’Oncle Sam, on peut s’étonner, quand on connaît le parcours professionnel d’Ahmed Benchemsi, de le voir à la tête d’un site qui, non seulement n’utilise guère (pas du tout, en fait) le français cher à l’hebdomadaire marocain TelQuel et à une bonne partie des fameux Libres Arabes au Maghreb, mais qui, de surcroît, ignore superbement le dialecte marocain, la fameuse darija, naguère portée aux nues par l’hebdomadaire Nichane comme seul véhicule possible de la libération nationale !… Bien entendu, le public de Free Arabs n’est pas le même et la cible du site n’est pas celle de TelQuel ou de Nichane… N’empêche, ce n’est pas exactement la meilleure manière d’illustrer la justesse de la cause, plaidée avec une telle éloquence, du dialecte marocain… Et cela incite à penser que le passage par la case de l’Oncle Sam comporte certains intérêts qui ont fait passer au second plan les grandes déclarations d’intention linguistiques…

Comique troupier : la révolution syrienne et ses vedettes

Avant d’être un genre à part entière, tremplin pour des stars en puissance de l’envergure d’un Fernandel, le comique troupier désigne tout simplement l’artiste comique se produisant devant les troupes. La définition s’applique assez bien à la prestation de Bernard-Henri Lévy paradant sur la Croisette devant quelques vétérans en uniforme de la « campagne de Libye », sans oublier, clou du spectacle, deux authentiques révolutionnaires syriens, exfiltrés de leur pays au prix de tous les dangers et exhibés devant les caméras sous un camouflage ridicule associant lunettes fumées et drapeau du soulèvement syrien. Evoquant l’événement sur le site de La règle du jeu, revue dont BHL est le rédacteur en chef, Laurent David Samama commence ainsi son article :

« Cannes 2012. Un peu avant la montée des marches, libyens, syriens1 et autres résistants acharnés de la démocratie se retrouvent dans les arrières salons (sic) de l’hôtel Majestic. Les regards sont lourds. La conversation est franche, l’ambiance est à la camaraderie mais le contexte de la venue des participants est compliqué. »

La scène est campée, au Majestic, certes, mais seulement dans les « arrière-salons » ! L’heure est grave… Cela se poursuit un peu plus loin ainsi :

« J’écoutais les voix les plus critiques jusqu’à ce que je foule à mon tour le tapis rouge et vive le tumulte [souligné par l’auteur]. Là on mesure la portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste et interventionniste qui se concrétise. Des centaines de photographes, de cameramen, journalistes et spectateurs appellent, interpellent,  demandent dans un incroyable brouhaha de se retourner et de leur expliquer la raison de votre venue. Des milliers d’objectifs vous fixent, la montée des marches est retransmise en direct à la télévision et, alors que la cohorte progresse jusqu’à la salle de projection. De New York à Tunis, de Téhéran à Tel-Aviv, le monde entier vous regarde. Il serait bête de ne pas profiter de l’aubaine pour médiatiser le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes. »

La « portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste [ !] et interventionniste »… Ciel ! Retenons la dernière phrase : « le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes ». Publiée dans la revue qu’il dirige, on peut penser que ce texte est fidèle à la pensée du maître qui, par ailleurs, a expliqué en long et en large dans son film – c’est le thème du Serment de Tobrouk – combien l’Histoire lui doit pour cette « ingérence réussie ».

Bousculant les règles avec une conférence de presse avant la projection et non pas après comme le veut la coutume (c’était peut-être mieux ainsi aux dires des premières critiques), ce show organisé sur la Croisette, avec figurants encagoulés, avait pour objectif majeur d’associer deux révolutions arabes dans une même nécessité, celle de l’intervention armée. Dans le cas syrien, il s’agit, selon BHL, de lutter « contre Bachar et les islamistes ».

L’association est difficile à saisir : on ne fera pas l’injure à BHL et à son équipe de penser qu’ils ignorent que le régime syrien justifie ses pires exactions au nom de la lutte contre le fanatisme musulman, en l’occurrence sunnite. Proposent-ils une intervention armée à la fois contre le pouvoir et contre les groupes armés extrémistes qui, aux dires même de l’ONU, sont désormais présents dans les rangs de la révolte syrienne ? Au regard de ses antécédents, on espère que BHL ne passera pas une fois de plus par dessus la tête du ministre concerné pour déclencher la foudre guerrière car ce serait une inflexion majeure de la diplomatie française ! Le plus probable, malheureusement, c’est qu’en associant islamistes et Bachar al-Assad l’échotier de La règle du jeu écrit rigoureusement n’importe quoi. Des chiffons rouges agités pour amuser la galerie et « justifer » les analyses géostratégiques de l’ancien « nouveau philosophe ».

Les opposants syriens, ceux de toujours et qui souffrent avec leur pays, avaient raison il y a quelques mois de cela de supplier BHL de leur épargner son soutien ! Car pour faire bonne mesure, le philosophe suprême – selon une dépêche AFP que l’on trouve en arabe sur le site Elaph  par exemple – a déployé tout son sens politique pour expliquer que le destin des Libyens ne pouvait se comparer dans l’histoire qu’à celui du mouvement sioniste en Israël !

Dans le monde arabe aussi, les « vedettes » disent leur mot sur la révolution syrienne. Entre stratégie de réconciliation après des années de compromission avec le pouvoir et engagement sincère, les soulèvements arabes leur donnent l’occasion de se manifester comme jamais (alors que les « intellectuels légitimes » sont, dans plus d’un cas, étrangement muets, ou terriblement mal à l’aise).

Mawazine, le méga-festival marocain, a ainsi été l’occasion de déclarations publiques un peu embarrassantes pour les organisateurs qui n’avaient pas prévu que la scène musicale servirait de tribune à des déclarations assez peu diplomatiques. Déjà remarquée pour ses positions, la syrienne Asalah a confirmé son engagement en dédiant une chanson « aux courageux révolutionnaires qui défendent notre liberté ». Elle n’a pas précisé, mais le message est sans ambiguïté. Et les voisins – sans précision là non plus – n’ont pas été épargné : « on ne jette pas de pierres quand on habite une maison de verre ! » (Vexés, les journalistes libanais sont sortis, on se demande bien pourquoi !)

Mais c’est tout de même le Libanais Fadl Shaker qui a assuré l’essentiel du spectacle. D’origine palestinienne mais né à Saïda dans un milieu très populaire, celui qu’on connaissait comme un crooner a surpris tout le monde il y a quelques semaines en mettant sa renommée au service d’un certain Ahmad al-Asir (billet par Romain Caillet dans les Carnets de l’Ifpo), cheikh originaire de la même ville du Sud-Liban désormais résolument engagé dans un soutien à la révolte syrienne qu’on qualifiera d’« énergique » (avec les traductions concrètes de ce terme sur la scène locale comme on a pu le voir dans le nord du pays en particulier).

A Casablanca, Fadl Shaker a profité de son tour de chant pour agonir d’injures le président syrien (Que Dieu le détruise ! Qu’il l’emporte en enfer !), en demandant aux spectateurs de soutenir ces invocations à grand renforts de Amen ! (Oui, ça se dit pareil en arabe !) En guise de confirmation de cette conversion à la juste voie des croyants, Fadl Shaker – dans la grande tradition locale des artistes repentis – a annoncé sur Al-Rahma, une télé (très) religieuse, qu’il renonçait désormais à la chansonnette pour se consacrer au seul chant religieux…

« Contre Bashar al-Assad et les islamistes » dit-on à La règle du jeu, alors que Fadl Shaker, le néo-converti de choc soutient la révolution en Syrie ? Cela devient de plus en plus difficile à comprendre, Monsieur Lévy…

La photo signalée dans le commentaire de Sosso !
  1. Sans majuscule, ce sont juste des adjectifs, comme des adjuvants au grand show « béhachellien »! []

Le quatrième pouvoir de la diva rebelle

Certains s’étonneront peut-être d’apprendre qu’une chanteuse arabe est également parlementaire dans son pays. Cela se passe en Mauritanie où Malouma Mint Meidah (المعلومة بنت الميداح), membre du parti du Rassemblement des forces démocratiques (حزب التكتل من أجل الديموقراطية), a été élue en 2006, sans renoncer  pour autant à sa carrière artistique.

La politique n’est pas une vocation tardive pour cette femme qui milite dans les rangs de la gauche arabe depuis le milieu des années 1980. Soutien du chef de l’opposition, Ahmad Ould Daddah, « l’ami du peuple » comme elle le nomme dans une des chansons, cette appartenance politique la place aujourd’hui plus que jamais dans l’opposition après le coup d’Etat du général Mohamed Ould Abdel Aziz en août dernier.

Aussi rebelle en musique qu’en politique, la « diva des sables » ne se contente pas de reprendre les traditions musicales perpétuées par sa famille, originaire du sud du pays. Au contraire, elle contribue à cette « contemporanisation de la tradition » (عصرنة التراث) qui caractérise la modernité arabe contemporaine et propose un nouveau blues africain, dans lequel les maqamât (modes) à la fois berbères et arabes typiques de la musique des « blancs » (البيضان) mauritaniens se marient aux rythmes africains (plus de détails pour les arabophones dans cet entretien publié par Al-Quds al-‘arabi).

Modernisé dans son langage musical, ce protest song d’aujourd’hui est aussi l’expression actuelle d’un placement politique qui s’inscrit dans l’histoire du pays. Dans l’entretien déjà cité, Malouma explique que le chant a toujours constitué en Mauritanie – du moins jusqu’à l’arrivée des télévisions satellitaires – une forme de contestation politique, une sorte de « quatrième pouvoir » dans une société sans médias.

Impossible de résumer en quelques lignes l’histoire mouvementée – 15 coups d’Etat tout de même – de la Mauritanie depuis son accession à l’indépendance en 1960. Toutefois, après avoir souligné dans un précédent billet combien les choses étaient en train de changer pour les femmes dans la péninsule Arabique, le cas de ce pays de la façade occidentale du monde arabe n’est pas sans intérêt. Selon un jeune chercheur local interviewé dans Elaph (en arabe), elles représentaient, avant le coup d’Etat de 2008, 18 % des membres du Parlement (soit le chiffre actuel pour la France), et 33 % des élues locales.

« Fille » de cette émancipation menée depuis l’indépendance, Malouma n’en considère pas moins, comme d’autres observateurs, que la place des femmes dans la vie politique mauritanienne tient également aux traditions de ce pays où la femme occupe, depuis toujours, une place assez éloignée de celle que l’imaginaire français se fabrique des sociétés musulmanes, à grands coups de manipulations journalistiques.

Tenue à l’écart des ondes nationales, Malouma s’est vu confisquer en mai dernier, à la frontière mauritanienne, les CD qu’elle venait de faire presser au Sénégal. Il faut dire que ses nouvelles chansons se montraient fort critiques des autorités issues du dernier coup d’Etat en date… De quoi contredire les propos pessimistes que la chanteuse tient sur elle-même et sur le rôle de la chanson engagée dans une société désormais profondément irriguée par les médias modernes (y compris internet qui constitue un des éléments de contre-pouvoir, voir cet article sur le site Menassat (cet article parmi d’autres)

Vous trouverez ici une vidéo qui permet de se faire une bonne idée du “blues à la mauritanienne”, et des extraits d’Al-Jazeera, en anglais (2’30) et en arabe (1’30, avec une très belle bande son). Des extraits, uniquement musicaux cette fois mais encore meilleurs à mon avis, en suivant ce lien. Je ne peux que vous recommander d’écouter les extraits de  Nebine et Yarab, sublimes prières modernes à faire se damner Caroline Fourest et Philippe Val réunis ! (pour acheter le disque, auquel a participé Bojan Z, une référence tout de même, c’est ici).
Bonne écoute !

Lettres modernes : calligraphies arabes actuelles (1/2)

(Illustration : Wael Morcos, http://www.theplacedesign.com)

Tout le monde s’accorde à reconnaître la beauté et la singularité de la calligraphie arabe. Mais, comme bien d’autres formes artistiques propres à cette culture, ce qu’on apprécie en général – j’entends en dehors du monde arabe, en France par exemple – c’est une pratique bien spécifique de la calligraphie, “culturellement légitime” parce que produite par des artistes (on devrait en reparler la semaine prochaine) parfois contemporains, mais le plus souvent appartenant au passé.

Pourtant la calligraphie est d’abord un “art populaire”, et un art bien vivant. Bien loin d’être réservé aux contemplations esthétiques des salles de musée, ou même aux moments de prière et de recueillement, c’est un art de tous les jours, intimement lié aux images et aux activités les plus quotidiennes : faire ses courses, prendre sa voiture, marcher dans la rue…

(Illustration : http://www.khtt.net)

Rien d’étonnant donc si les camions et les voitures sont autant utilisées par les calligraphes amateurs : à la différence des murs et des vitrines, les signes et les messages que portent les véhicules décorés ont l’avantage de sillonner les rues et les routes !

(Illustration : Pascal Zoghbi, http://29letters.wordpress.com)

Une brève en dernière page du quotidien Al-Quds nous informe que la sociologie jordanienne vient enfin de prendre conscience de l’existence de ce phénomène social et même de son utilité : une étude récente préconise en effet de multiplier les messages inscrits sur véhicules car ils contribuent à véhiculer – c’est bien le terme ! – des valeurs positives dans l’esprit de ceux qui les déchiffrent ! (Pour ceux qui lisent l’arabe, plusieurs billets sur ce blog du pasteur égyptien Fred Samuel dressent un inventaire, assez impressionnant, de ce que l’on peut lire dans les embouteillages cairotes !)

Bien avant les sociologues, les spécialistes arabes du signe – typographes, designers en particulier – ont su apprécier l’importance de ce langage artistique. Leurs sites, qui mettent au service du graphisme arabe les ressources les plus sophistiquées du numérique, prennent aussi le temps de décoder les fonctionnements, les usages, les richesses, et les usages politiques même, de ces signes qui peuplent les rues arabes.

Sur les calligraphies qui ornent les camions, Pascal Zoghbi, un typographe beyrouthin qui enseigne à l’université Notre-Dame au Liban a ainsi écrit (en anglais) ce commentaire sur son blog, 29 letters (celles de l’alphabet arabe). Il publie également un site, où l’on trouve par exemple cette analyse des procédés graphiques mobilisés lors de campagnes de communication politique (également évoquées dans ce billet sur ce blog).

Les camions (libanais) avec leurs calligraphies aux fonctions à la fois esthétiques, identitaires et « pratiques » (se protéger des coups du sort) ont également suscité des commentaires sur le blog, tout aussi passionnant, que tiennent trois jeunes graphistes libanais Maya Zankoul, Wael Morcos and Khajag |kj| Apelian (all MISTD), tout aussi « fondus » de typographie arabe.

Pour les retrouver, avec le meilleur de la création typographique contemporaine, il faut à coup sûr prendre le temps d’explorer le site de la Khatt Foundation (الخط : le “trait” en arabe), animé par Huda Smitshuijzen AbiFarès qui, après ses études au Liban, a vécu aux Pays-Bas et enseigne aujourd’hui aux Emirats. Arabictypography est presque aussi riche d’informations, tout en donnant davantage accès à son propre travail, notamment de publication.

La typographie arabe contemporaine est un réseau bien tissé puisque le webdesigner du site de Huda AbiFarès n’est autre que Tarek Atrissi, originaire de Beyrouth lui aussi mais installé aux Pays-Bas. La visite de son blog peut être utilement prolongée par celle de son site où il présente ses réalisations.

Et enfin, c’est encore une Libanaise, Nadine Chahine, qui tient le blog intitulé arabictype. Elle travaille pour Linotype, la vénérable société qui fut au coeur de la révolution de la presse imprimée à la fin du XIXe s. (La première machine de ce type pour l’arabe fut introduite en Egypte pour le quotidien Al-Mu’ayyad, au début du XXe siècle.)

Le design du Levant n’est pas très loin non plus d’une agence graphique implantée en Arabie saoudite sous le nom particulièrement bien trouvé de al-mohtaraf (المحترف), un terme forgé sur la même racine d’où est tiré le mot « lettre » (حرف) et utilisé en arabe pour traduire le terme « professionnel ».

Toujours dans la Péninisule, Sakkal propose la création de logos, notamment à partir du style “kûfi”, très géométrique.

Enfin, on peut encore aller visiter le blog de Hassan Abu Hafash, calligraphe contemporain à Gaza, ou celui de Mohamed Hacen, un jeune graphiste mauritanien, sans oublier, pour sortir un peu des polices traditionnelles, le site de la société Arabetics aux Etats-Unis.

Il faut absolument découvrir les adresses de cette longue liste – qui doit d’ailleurs pouvoir être complétée (des suggestions sont les bienvenues dans les commentaires). Elles nous font découvrir un autre visage de la calligraphie arabe et nous montrent aussi combien l’éternel débat qui oppose modernité et authenticité (حداثة|أصالة) est inutile et stérile.

Avec le meilleur de la création contemporaine, ces passionnés des “lettres modernes” arabes prouvent en effet que l’authentique modernité n’est une tradition vivante et vraiment “héritée” que lorsqu’elle exploite sans complexe les techniques les plus actuelles.

La petite vidéo (graphique) de la semaine, sur le site de Tarek Atrissi (cliquer sur l’onglet “Typography” puis sur le “6”).
16/01 : un bon article (en arabe) ce jour dans Al-Akhbar à propos de la KhattFoundation et du travail de Houda AbiFarès