Téléréalité et réalités culturelles arabes (1/2) : entre Loft Story et Star Ac’


C’est fini ! Réconfortée par son papa, célèbre journaliste politique dans son pays, Shorouk Ahmed, la « Noami Campbell » du Bahreïn, a dû se résoudre en cette triste soirée de la fin janvier 2007 à quitter les studios du « château » où, sur les hauteurs de Beyrouth, les trois derniers candidats, Joseph le Libanais, Hani l’Egyptien et surtout Hanaa la Marocaine, restent à se disputer les faveurs, accordées à grands coups de SMS, de millions d’auditeurs arabes.

Mais Shorouk peut sortir la tête haute car elle aura réussi à passer plusieurs semaines de sélection tout en étant la première jeune femme en provenance de la Péninsule arabe à se mêmer aux « étudiants » de la Star Academy arabe. Ses partisans ont d’ailleurs bataillé ferme, notamment sur les forums internet, pour mobiliser leurs concitoyens et les pousser à voter en faveur de cette candidate qui, issue d’une famille connue pour ses talents médiatiques et artistiques, n’en affecte pas moins de trop souvent parler – de l’aveu même de sa mère – à la façon libanaise…

Une candidature « courageuse » que celle de Shorouk donc, même dans le très libéral Bahreïn qui fut tout de même le pays où, après son lancement au début de l’année 2004, la version arabe du Big Brother (Loft Story en français) de la société Endemol, pourtant soigneusement adaptée aux réalités culturelles locales, fut brutalement interrompue, après moins d’une semaine de retransmission. Il faut dire que l’inconduite de Kawthar la Tunisienne, succombant aux charmes de Abdel-Hakim le Saoudien et lui accordant… un baiser, avait provoqué une énorme vague de protestations indignées.

La MBC (Middle East Broadcasting, chaîne à capitaux saoudiens) avait donc dû se résoudre à ne pas retransmettre le spectacle des activités diurnes et nocturnes de la douzaine de jeunes hommes et femmes arabes recrutées pour l’occasion et elle reste toujours à la recherche de la recette qui lui permettrait de concurrencer sérieusement la LBC (Lebanese Broadcasting Company, chaîne commerciale issue d’un projet lancé au temps de la guerre civile libanaise par les milices phalangistes). Avec son émission phare, la Star Academy, celle-ci continue donc de caracoler en tête des meilleures audiences (30 millions de téléspectateurs pour la première édition lancée en décembre 2003, 5 millions de votes par SMS et autres supports).


En apparence, ni l’assassinat du Premier ministre libanais (sans oublier celui de quelques autres figures politiques), ni les campagnes de bombardements israéliens de l’été 2006 et la destruction de l’infrastructure du pays, non plus que les élections, manifestations et contre-manifestations ininterrompues depuis le lancement de l’émission ou presque, n’auront pu affecter sérieusement la production de cette émission qui en est désormais à sa quatrième saison, avec un succès qui ne se dément pas.

En apparence seulement, car nombreux sont ceux qui pensent que l’engouement du public arabe pour la Star Ac’ locale tient précisément aux combats politiques qui, comme un message subliminal, sont livrés à la faveur de ces émissions de variétés, en réalité tout sauf innocentes.

Ainsi, à peine l’émission avait-elle été lancée que le doyen de l’Université islamique du Koweït avait jugé nécessaire, devant le succès remporté par le candidat de son pays (éliminé en demi-finale), de lancer une fatwa condamnant un spectacle aussi immoral. Par la suite, les membres des partis d’opposition religieuse au Parlement avaient longuement interrogé le ministre de l’Information, contraint à démissionner pour avoir accepté que l’émission soit retransmise localement. Dans l’Arabie saoudite voisine, le quotidien Riad, digne représentant d’une presse pourtant fort modérée dans ses paroles, avait dénoncé ce spectacle de « bordel », tandis que circulaient des cassettes vidéo stigmatisant « l’Académie satanique ». Sans surprise, le « Comité permanent pour la recherche scientifique et les fatwas », une institution religieuse officielle de premier plan, émettait à son tour une fatwa interdisant un spectacle qui, en associant des participants des deux sexes, entrait dans le cadre de ces programmes coupables de susciter pour l’islam et pour les musulmans ces catastrophes et ces désastres dont ils ne souffrent que trop…

Des passions politiques d’une autre sorte devaient également se déchaîner lors de cette première édition de la Star Ac’ lorsqu’il fallut choisir pour la finale, sur fond de pressions locales et internationales grandissantes contre la présence militaire syrienne au Liban, entre les candidats libanais et syrien et leur rivale jordanienne. On raconte que c’est sur instruction expresse du roi Abdallah que les officiers jordaniens ont voté massivement pour Diana Carazon (image à gauche), leur candidate nationale, évitant ainsi une confrontation directe entre Beyrouth et Damas.

La politique devait marquer plus encore, si possible, la seconde édition de la Star Ac’ avec la mort de Rafic Hariri. Après un arrêt d’une dizaine de jours en hommage au disparu, la LBC reprenait l’émission un vendredi soir (la meilleure écoute) avec une compétition qui tournait au festival patriotique et votait sans surprise l’éviction du candidat syrien, Joey. Une autre grande chaîne locale, Mustaqbal TV (Future TV, financée par la famille Hariri) relayait cette fièvre nationale et artistique en conviant nombre de candidats de la Star Ac’ à enregistrer dans ses studios les « chansons patriotiques » susceptibles d’aider les candidats du 14 mars à remporter la victoire aux élections législatives de 2005 (pour le côté pro-hezbollah de ces chansons, voir ce précédent billet).

Dans l’indispensable TBS Journal (www.tbsjournal.com), un article de Marwan Kraidy, Reality Television and Politics in the Arab World éclaire de façon très convaincante les prolongements politiques de la Star Ac’ arabe : pour la jeune génération élevée dans une région minée par les systèmes maffieux et le clientélisme, le seul spectacle d’une compétition (apparemment) réglée par le seul talent individuel est, comme le suggère la chanson du générique de l’émission où l’on voit les candidats défiler dans la rue avec leurs drapeaux respectifs, une promesse de « voir surgir la vérité » (جاية الحقيقة)…

Star Academy is, in many ways, a political program. It is political first in the sense advanced by the “alternative future” explanation of the show’s popularity, in that it stages an apparently fair competition whose participants count on their personal initiative, creativity and skills, and whose winners are determined by a popular vote. This “reality” is discordant with that of most young Arabs, who are prevented from expressing their opinions, who get their jobs because of connections and rarely because of competence, and where power is wielded arbitrarily by unelected rulers and officials. In that sense, according to this perspective, reality television is the harbinger of an alternative future.(53) The theme song of the program, Jayee al Haqiqa (Truth is on the Way), an Arabic version of Let the Sunshine In, from the soundtrack of the movie Hair, is directly political, both in its lyrics, which decry a situation of falsity that the forthcoming truth will expose, and visuals expressed in the music video.(54)
The music video, directed by leading Lebanese director Nadine Labaki and produced by Lebanese production house Talkies under the EMI label, appears to confirm the song’s political tenor. Shot with a blue filter, the video features the Star Academy contestants marching through streets, waving the flags of their respective countries: The Lebanese flag with the cedar between two red bands, the Tunisian with its white crescent and star on red background, the Saudi with its white sword and Islamic script on green background. The video clearly connotes a youth political protest march, brandishing their fists, waving flags, expressing discontent with their situation and invoking an alternative reality dominated by truth, warmth and light.(55) Had Star Academy not achieved enormous popularity, its content would not have articulated Arab social, political and economic reality. Its huge following, however, made it profoundly political.

On continue à beaucoup s’interroger sur les conséquences politiques réelles de ce type d’émission, et plus largement du développement des médias transnationaux arabes (voir par exemple sur le site de TBS les interventions de Jon Alterman prédisant la constitution d’une nouvelle forme de solidarité panarabe). En effet, on ne peut manquer de se poser des questions sur la puissance des médias et sur les « effets réels » des émissions télévisées, suivant que l’on se place sur le plan de la constitution des identités politiques ou sur celui des différentes manières de traduire en actions concrètes ces visions politiques.

Comme le révèle ce très intéressant billet d’un observateur algérien (en français, avec en plus des liens vers des clips éblouissants), l’effet Star Ac’ associe différents niveaux d’interpétation, de réception et de participation où les appartenances et les engagements sont fort difficiles à démêler.

Pour attendre le billet de la semaine prochaine sur la « Star Ac’ spécial Maghreb », une petite vidéo avec Chebb Khaled en invité d’honneur de Star Ac’ sur la LBC, accompagné par deux candidats, dont Rim, l’Algérienne…

Nichane : droit au but ! Un combat d’un autre temps


Abou Horeyra* meurt et se retouve devant l’ange chargé de tirer le bilan de ses actes sur terre. L’ange regarde son ordinateur et lui dit : « L’enfer. » Abou Horayra proteste et demande à voir le Prophète. Celui-ci arrive, regarde l’ordinateur et dit : « Non, j’peux rien pour toi, l’enfer. » Abou Hourayra se met à crier, fait toutes sortes de reproches au Prophète si bien que Dieu descend à son tour. Abou Hourayra se lamente, pleure… A ce moment-là, ils lui tapent sur l’épaule et lui disent : « Regarde là-bas, t’es passé à la caméra cachée ! »
(*) Compagnon du Prophète, et à ce titre personnage révéré par l’islam.

Y a-t-il de quoi fouetter un chat ? En tout cas, cela aura suffi au Premier ministre marocain, le 20 décembre dernier, pour interdire « d’exposition sur la voie publique » et de « diffusion par quelque moyen que ce soit » l’hebdomadaire qui a osé publier une blague aussi subversive, avec quelques autres du même acabit. En vertu de l’article 66 de la loi sur la presse, on a donc censuré la revue Nichane (« Direct, droit au but » : le mot, qui vient du berbère, fait partie du lexique courant marocain). Des poursuites judiciaires sont annoncées à l’encontre du rédacteur en chef et de la journaliste qui a signé le dossier car, selon les mots du procureur du roi, « l’islam est la religion de l’Etat marocain, le roi (…), l’Emir des croyants, et la publication de ces blagues, une offense aux sentiments des Marocains ». (On notera tout de même que cette interdiction arrive plus de dix jours après la sortie du numéro incriminé, et que celui qui vient de paraître s’intéresse de près à une société que possède ledit Premier ministre…)

Aux yeux de « ceux qui vont trop loin dans l’extrémisme » (المغالين في التطرف, selon un euphémisme bien souvent utilisé dans la presse locale et qui révèle avec quelle prudence on manie ces choses-là), on comprend à lire leurs protestations, avancées à grand renfort de Dits prophétiques et d’arguments tirés de la Tradition (voir le site al-Ahibba par exemple), qu’il s’agit de faire de cette affaire un mauvais remake de celle des caricatures diffusées naguère dans la presse danoise. La publication de ces blagues, où l’on se moque de Dieu, de ses prophètes et des figures les plus sacrées de l’islam, n’est qu’un épisode de plus dans l’offensive des militants de la laïcité dénués du moindre respect pour les convictions des vrais croyants. Et l’argument définitif aux yeux des censeurs, apparemment assez nombreux à en croire les forums sur internet, et en tout cas fort actifs sur ce support, consiste à mettre en avant qu’une telle horreur a été commise par des musulmans, et dans un journal MAROCAIN qui plus est !

Pour sa défense, Nichane avance le fait que son dossier, sous le titre « Comment les Marocains rient de la religion, du sexe et de la politique », se veut avant tout un document culturel. Il s’agit de porter à la connaissance des lecteurs ce qui fait rire les Marocains. Par ailleurs, une sélection a été faire dans ces blagues qui, de toute manière, circulent largement dans la société… La rédaction présente ses excuses auprès de ceux qui ont pu être choqués, s’inquiète de de cette mesure qui menace la liberté de la presse, reproche au pouvoir d’en faire une affaire d’Etat (si l’on ose dire) en prenant une décision qui, du coup, fait craindre le pire aux journalistes concernés…

La pièce est jouée à l ‘avance, chacun des acteurs connaît son rôle par coeur, le public l’a déjà vue représentée mille et une fois (en Egypte récemment par exemple, voir le billet sur l’interdiction des « Cheikhs modernes », ou encore les déclarations du ministre de la Culture égyptien sur le voile…) : l’opposition religieuse saisit chaque occasion de pousser son avantage sur un terrain où elle sait qu’elle surfe avec l’opinion ; les milieux « modernistes » se trouvent engagés dans une bataille où ils sont pourtant perdants à tout coup ou presque ; le pouvoir lâche du lest, en profite pour régler des comptes. Jusqu’à la prochaine fois…

Quelques remarques pour tenter d’aller au-delà de ce nouvel épisode, qui reste révélateur des tensions et des rapports de force dans le champ de la culture et des médias (les élections approchent, et pour certains cela explique la décision d’un pouvoir marocain pas fâché de donner des gages de bonne conduite religieuse à peu de frais…).

D’abord, l’existence même de Nichane – si la publication survit à cette affaire… car, aujourd’hui, son site (www.nichane.ma) est devenu inaccessible. Il s’agit d’une déclinaison en arabe, lancée à l’automne de cette année, d’un hebdomadaire francophone, Tel Quel (rien à voir avec la revue de Philippe Sollers du temps où il était maoïste mais plutôt quelque chose qui se rapprocherait, par le ton et le traitement journalistitque, de Marianne dans la presse hexagonale). Nichane est écrit en « arabe local », c’est-à-dire dans une langue qui utilise les ressources de l’arabe standard mais également, dans son vocabulaire, ses tournures et ses expressions, celle de l’arabe marocain. Et cela, pour tirer parti, comme l’expliquait lors de son lancement, à l’automne dernier, son rédacteur en chef, de toutes les « subtilités de l’arabe », pour montrer qu’on peut être aussi libre en arabe qu’en français, sans être nécessairement victime des « traditions figées », ni empêtré dans un « lexique arabe, coranique et makhzénien, inhibiteur » (de makhzen, littéralement le trésor et, au Maroc, par métaphore, le pouvoir central) et que tous les « esprits arabisés » ne sont pas fatalement « calcifiés » par l’école, la télé et la mosquée…

Cette déclaration d’intention montre bien qu’écrire en arabe, et qui plus est dans une version délibérément ouverte au parler local, est une décision politique qui mêle indissociablement choix d’un niveau de langue, définition d’un public cible, ligne éditoriale et, en définitive, placement politique. Le lancement d’une version « marocarabisée » d’un hebdomadaire francophone à succès indique aussi les transformations de la société marocaine, où le lectorat n’est plus, loin s’en faut, celui des seules couches sociales francophones. Cette création et celles qui ont vu le jour récemment ou qui sont en projet révèlent enfin que le paysage médiatique marocain est en cours de réorganisation sur la base d’une logique plus commerciale et même capitalistique. Les nouveaux titres ont en effet en commun d’être bien plus associés que ceux d’autrefois à l’existence d’un lectorat et d’un marché publicitaire.

L’autre remarque que l’on peut faire (en complément du billet du 26 novembre sur les « nouveau divan des Arabes »), c’est qu’il s’agit d’un combat qui, dans ses formes tout au moins, relève du siècle dernier. Nichane est interdit et le site fermé, mais tout le monde en parle et tout le monde peut lire les blagues scandaleuses (y compris, du reste, sur les sites qui appellent à son interdiction !). Bien plus que dans la presse marocaine (fort prudente sur ce type de question, on est au Maroc tout de même…), c’est sur le Net que le lecteur curieux pourra en apprendre davantage.

Deux adresses pour cela, parmi beaucoup d’autres :
Un « agrégateur » de blogs, c’est-à-dire un blog qui repère et « agrège » le contenu de la blogosphère : c’est financé par l’agence Reuters (qui doit y trouver son intérêt…) et c’est assez passionnant.
Le « magazine des blogs au Maroc », la même chose mais spécialisée sur le pays (le lien renvoit à la page à propose de « l’affaire Nichane »). Très bien fait également, et avec des infos impressionnantes, telle celle-ci, à propos de la blogosphère marocaine :
25-35 ans : c’est la tranche d’âge qui blogue le plus au Maroc.
20.000 : c’est la dernière estimation du nombre de blogs marocains. Maktooblog (plate-forme égyptienne en arabe) revendique à elle seule 1 540 blogs marocains.

Comme toujours, le quotidien Al-Akhbâr propose (en arabe) une couverture de l’événement de qualité (avec un portrait de la journalilste Sanâ’ al-‘äjî, et l’adresse d’une pétition en faveur de Nichane).

Et puis cette référence à un blog (par un juriste) marocain sur l’illégalité (et bien d’autres choses encore) de « l’affaire Nichane » : http://www.blog.ma/obiterdicta/index.php?action=article&id_article=12441

15/01 : Jugement rendu ce jour. 3 mois contre le directeur de la publication, et la journaliste… Voir cet article en arabe sur Islam-online (opposition religieuse).
Et voir en « commentaire » des adresses… utiles

Le nouveau "divan" des Arabes

الشعر ديوان العرب : la poésie est le « divan » des Arabes, en d’autres termes, c’est par la poésie (orale) que les anciens Arabes conservaient la mémoire de leur passé, et c’est elle qui forgeait en grande partie leur imaginaire.

Il faut mettre la phrase au passé car, si la poésie conserve dans le monde arabe une place sans commune mesure avec celle qui peut être la sienne dans d’autres cultures (à commencer par la française), le roman, depuis son essor avec la Renaissance arabe (نهضة) du XIXe siècle, lui a peu à peu « volé » la vedette en devenant, à son tour, le « divan » des Arabes.

Mais à la vitesse où évoluent les choses, on peut se demander si la gloire du roman ne sera pas éphémère et si le « divan » à venir n’est pas déjà en train de se créer sous nos yeux, à travers les blogs, « moudawinnât », qui fleurissent sur la Toile arabe. (مدونات / ديوان : les deux mots sont liés en arabe, autour de la notion d’enregistrement.)

La révolution numérique touche le monde arabe, et même à un rythme particulièrement rapide : 26,3 millions d’internautes arabes en 2005, avec une croissance de 55% durant la dernière année (8,5% de l’ensemble de la population, contre 5,36% l’année précédente, est-il précisé dans le dernier rapport de Madar, une société spécialisé aux Emirats. Cf. cet article d’Al-Hayat).

Dans un premier temps, durant les années charnières autour de l’an 2000 en particulier, les usagers de la Toile arabe ont pu constater cette croissance à travers la multiplication des sites de presse : les titres arabes en ligne se comptent par centaines désormais (parmi les bonnes bases de données, celle du site www.mafhoum.com par exemple). Mais depuis peu et de plus en plus, c’est au tour des blogs de se multiplier à vitesse exponentielle.

Dans un pays tel que l’Arabie saoudite, où la connexion au réseau n’est devenue publique qu’à la toute fin de l’année 1999, on dénombre ainsi, nous dit Al-Hayat, pas moins de 600 jeunes bloggers (et bloggeuses, car les femmes, c’est un point important comme le rappelle Elaph, ne sont pas en reste). C’est par centaines qu’on les trouve sur un http://arabblogcount.blogspot.com/, un site spécialisé qui s’efforce de tenir le catalogue aussi exhaustif que possible de ce nouveau média (le site renvoit lui-même à d’autres répertoires nationaux). Une plongée dans cet univers – en arabe, mais assez souvent associé à d’autres langues et de toute façon avec de nombreuses illustrations – est un exercice passionnant, et assez décoiffant au regard des stéréotypes qui circulent sur le monde arabe…

On parle de plus en plus des blogs arabes dans l’actualité politique, mais cela concerne aussi l’actualité littéraire. A vrai dire, les deux domaines peuvent être liés, comme dans le cas de ce journal qu’une jeune femme de 24 ans tient depuis l’invasion de son pays par les troupes américano-britanniques (en anglais, et sous le titre de Riverbend : http://riverbendblog.blogspot.com). Un éditeur a voulu que ce blog devienne un livre Bagdad Burning) et une pièce en a même été tirée (voir cet entretien avec l’auteur en anglais, et cet article d’Al-Hayat).

Il y a d’autres expériences dans le domaine littéraire, avec notamment une « Union des écrivains électroniques arabes » qui mérite de plus longs commentaires. Mais dans le domaine des interférences entre écriture sur Toile et sur papier, il faut absolument signaler Les Filles de Riyad, roman publié en 2005 par une jeune romancière saoudienne, Rajâ’ ‘Abd Allah al-Sâni’. De façon assez drôle, ce roman qui tourne autour de l’univers d’internet et des salons de discussion et qui propose par ailleurs de prolonger la lecture du texte par le biais d’un forum électronique, a été diffusé (notamment là où il n’étais pas disponible…) sur des sites internet. Du coup son auteur a entamé des actions en justice – vraisemblablement totalement infructueuses – contre les pirates du Web !…
Ces informations, comme il se doit, se trouvent sur le site de l’auteur http://www.rajaa.net (site dont j’ai extrait la photo ci-dessous, dans sa mise en page originale ou presque).


S’il en était besoin, ces deux exemples montrent bien que les blogs ne se cantonnent pas nécessairement à l’univers du virtuel. C’est vrai dans le monde de la littérature, mais on peut imaginer que cela le devienne aussi, et de plus en plus, dans celui de la politique.

On a ainsi beaucoup parlé dans la presse arabe, récemment, d’incidents qui ont eu pour théâtre certaines rues du Caire, à la fin de Ramadan. Des femmes y ont été assez sérieusement importunées, en plein jour…

Ce qu’il y a d’intéressant dans cette nouvelle – outre ce qu’elle nous dit sur l’état de frustration de la jeunesse locale -, c’est qu’elle est « sortie » grâce aux bloggers locaux, comme le rappelle notamment Alif, un tout nouveau webzine cairote qui publie en français et qui donne en prime un entretien (en anglais cette fois) avec un des principaux protagonistes de cette affaire.

Sur son blog (« Egypte numérique » dit l’adresse anglaise – http://misrdigital.blogspirit.com/ – quand le titre arabe propose « La conscience égyptienne الوعي المصري), Wael Abbas consacre son « billet » du samedi 25 novembre à une autre « victoire » de la « web presse citoyenne » : après s’être rendu coupable de violences, filmées clandestinement et diffusées sur les blogs cairotes, puis reprises par la presse écrite (le quotidien Al-Fajr) et par les grands sites locaux (www.islamonline.net notamment), un officier de police vient officiellement d’être arrêté…

La presse fête (fait sa fête à) la victoire du Hezbollah

Quelques écrans internet de la presse de samedi matin. On ne parle pas de la même chose à l’Ouest et à l’Est, et c’est de plus en plus notable.

Pour Le Monde (je reprends à dessein la syntaxe de son titre, mais sa nuance de dédain incrédule ne se retrouve naturellement pas dans mon message !), Nasrallah refuse de désarmer. La même information est présentée positivement par L’Orient-Le Jour , journal que l’on ne peut tout de même pas soupçonner d’être inféodé au Hezbollah et qui parle d’une acceptation du désarmement (sur le mode « oui… mais »). C’est vrai qu’à la différence du Monde, l’Orient-Le Jour est tout même plus proche des réalités locales !

Dans Al-Akhbar (quotidien libanais récemment créé – gauche arabiste), la nouvelle se présente comme ceci (traduction de ce qui accompagne l’image ci-dessous) :

« Le Liban est une grande force régionale »
La foule rassemblée pour fêter la victoire dans la banlieue sud de Beyrouth hier
Nasrallah : Le dialogue est le fondement et la voie d’accès à un gouvernement fort – Gouvernement d’unité nationale – Une loi électorale juste

L’événement est bien le même, mais pas les commentaires… A cette première différence de lecture, il faut en ajouter une autre, celle qu’apporte chaque langue dans sa manière de dire le monde.
Prenons quelques mots en arabe, dans la légende de la photo donnée par
Al-Akhbar : al-muhtashidûn ihtifâlan (belle allitération !). Pour évoquer les « foules », « les masses de manifestants », Al-Akhbar a choisi un mot محتشدون tiré d’une racine qui évoque très positivement les idées de cohésion, d’abondance intarissable, d’agrégation dynamique. Assez différent de « l’immense foule de ses partisans » dont parle Le Monde dans un passage qui n’est pourtant pas le plus contrasté par rapport au ton de la presse arabe.

L’effet de sens choisi par le terme arabe est prolongé par le circonstanciel, qui précise que ce rassemblement était « festif », « carnavalesque » presque, au sens ancien du terme (احتفالا). Quant à l’occasion, c’est celle du « jour de la victoire »
(يوم النصر), sans aucun qualificatif de la part de ce quotidien qui ne roule pas pour le religieux !

Naturellement, cela ne s’arrange pas si l’on se tourne vers le paratexte des images. Al-Akhbar propose une photo où l’on voit la foule. L’Orient-Le Jour a choisi de cadrer serré sur le leader. (Quant au Monde , il propose un extrait vidéo, avec ballet de gardes du corps et son hurlant, qui doit impressionner lorsqu’on n’a pas l’habitude de ce genre d’événement.)

En face de la saturation de sens avec les mots et les cadrages, et même de la puissance du volume sonore (dont l’intensité vous aura peut-être étonné si vous avez ouvert la vidéo), une grande absence, celle de chiffres. Surtout si l’on a gardé présent à l’esprit les batailles symboliques du « Printemps des cèdres », avec son fameux million de manifestants…

Mais le plus drôle (si l’on veut), c’est encore ce que nous propose le « quotidien de référence » arabe, Al-Hayat . Il a choisi de faire sa « une » sur les propos de circonstance du roi Abdallah à l’occasion de Ramadan. Pas de photo de la manifestation. Les commentaires sur l’événement figurent dans les quelques lignes entourées de rouge sur l’image ci-dessous.


Plus de nouvelles : Il (=Nasrallah !!!) a attaqué la majorité demandant à Joumblat des excuses et critiquant les larmes de Saniora… Nasrallah enjoint à l’UNIFIL de ne pas faire face à la Résistance et laisse entrevoir la possibilité d’une rispote aux violations israéliennes..

Al-Hayat est un quotidien arabe (faut-il écrire que c’est juste un quotidien écrit en arabe ?), basé à Londres et à… Beyrouth. (Mais si !)
Ses fonds sont saoudiens…