In the Republic of Arab Letters, Rule of the Despots

Int'BldThe “Arab World” is sinking into a certain amount of chaos once again. So it seems hard to believe that the region was ever able to dance in unison to the tune of its writers-those interpreters of its dreams of independence and progress- since the 19th century ‘renaissance’ (the ‘Nahda‘). In a place where only a decade ago the living voice of Mahmoud Darwish resonated, the silence of the grave now reigns. In a few short years, the petro-monarchies of the Arab Gulf have with their richly endowed prizes bought off what now passes for literary creation.

La suite de la traduction anglaise de ce billet sur les prix littéraires arabes  et leurs conséquences très négatives sur la création est disponible sur le site International Boulevard, où l’on trouve bien des choses intéressantes. Avis aux anglophones !

Semaine arabe et autopromo

Nouvelle semaine arabe à l’ENS. Après le grand succès du rendez-vous avec Alain Gresh, d’autres conférences, au sein d’un programme riche et chargé comme d’habitude :

Lundi 13 (19h00) – Conférence : « Le Yémen : combien de divisions ? », par Laurent Bonnefoy, chercheur CNRS en science politique au CERI/Sciences Po.
Salle Dussane.

Mardi 14 (17h30) – Conférence « La littérature contemporaine arabe, entre fiction et science-fiction » par Milad Doueihi, historien des religions et titulaire de la chaire d’humanisme numérique à l’université Paris IV. Salle des Actes.

Mercredi 15 (18h00) – Conférence/Projection « Les feuilletons religieux de ramadan : une autre guerre sainte ? » avec Yves Gonzalez-Quijano, enseignant-chercheur en littérature arabe moderne et contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Salle des Actes.

Jeudi 16 (18h00) – Conférence « Formation et déformation des valeurs politiques et sociales dans le monde arabe », entretien avec Ishac Diwan, professeur d’économie politique du développement à Harvard et à l’ENS, spécialiste du Moyen-Orient. Salle Jaurès (29, rue d’Ulm).

Vendredi 17 (17h00) – Conférence « L’Homme qui Brûle et la Vache qui Rit :  images, métaphore, et politique du corps dans les révolutions arabes » par Marwan M. Kraidy, professeur de communication à la Annenberg School for Communication, directeur du Project for Advanced Research in Global Communication (PARGC), à la University of Pennsylvania. Salle Dussane.

Attendue avec impatience, la dernière livraison de la revue du CEDEJ Egypte monde arabe. Réunies par Enrico De Angelis, différentes contributions font le point sur l’évolution des systèmes médiatiques après les révoltes arabes. Et en plus, tous ces articles sont disponibles en ligne…

Enrico De Angelis – Introduction : Le système hybride égyptien et le « chaos culturel »

Kai Hafez – Radically Polarized Publics and the Demise of Media Freedom in Egypt

Yves Gonzalez-Quijano – Internet, le « Printemps arabe » et la dévaluation du cyberactivisme arabe

Bachir Benaziz – Récit journalistique et action collective dans l’Egypte des années 2000. Entre le « faire de l’histoire » et le « faire l’histoire »

Marianna Ghiglia – Al-Badîl, ou L’alternative. Récit d’une expérience à la croisée entre journalisme et engagement militant

Zoé Carle et François Huguet – Les graffitis de la rue Mohammed Mahmoud. Dialogisme et dispositifs médiatiques

Hanan Badr – Limitations of the Social Media Euphoria in Communication Studies

Enrico De Angelis – L’espace politique virtuel avant et après la chute de Moubarak : une critique des réseaux sociaux digitaux en Egypte

Michele Carboni, Maria Paola Crisponi et Giovanni Sistu – Contestation en ligne dans la Tunisie prérévolutionnaire. L’expérience de SfaxOnline

Tu ne peux pas empêcher que vienne le printemps…

Pas de billet la semaine dernière, et pas grand chose (de sympathique) à dire non plus cette semaine… Tout de même, en guise d’anniversaire du 25 janvier 2011 égyptien, cette image (trouvée ici) :

C’est un vers de Pablo Neruda, poète chilien mort en 1973 :
Puedes cortar todas las flores pero no puedes impedir que la primavera aparezca.
Tu peux couper toutes les fleurs, mais tu ne peux pas empêcher que vienne le printemps.

(Pour les hispanophones, j’ai trouvé aussi : “Podrán arrancar todas las flores pero jamás detendrán la primavera” et “Podrán cortar todas las flores, pero no podrán detener la primavera”. Spontanément, le pluriel me semble plus “nérudien” mais le slogan en arabe est bien à la seconde personne.)

Al-Jazeera et la misère des trop riches médias arabes (1)

khabarajelFaut-il encore compter avec Al-Jazeera, l’enfant prodige des médias arabes ? Aujourd’hui, la question divise. Mais on remarque déjà qu’elle est désormais posée, et pas simplement par des commentateurs trop partisans pour être totalement crédibles. C’est tout de même le signe que le trône de la star qatarie vacille, même si cela vient après vingt années d’un règne incontesté.

Pour certains, l’affaire est même entendue. Dans Al-Safir, Yamen Sabour (يامن صابور) a ainsi récemment dressé un réquisitoire (article en arabe) qui a retenu l’attention. A ses yeux (et je partage largement son analyse), le succès d’Al-Jazeera à partir de la fin des années 1990 tient au fait qu’elle comblait en partie le vide abyssal des chaînes gouvernementales. Il tenait aussi à l’équilibre que les responsables avaient su trouver, dans le nouveau contexte géopolitique du tournant du millénaire, entre les attentes du public arabe (et musulman) d’une part, et les positions fondamentalement pro-occidentales du Qatar et plus largement des monarchies du Golfe de l’autre. Mais les ambitions régionales de l’émirat pétrolier ont ruiné l’immense crédit que la chaîne avait réussi à se créer auprès du public arabe, en déstabilisant ce positionnement fragile, surtout avec les événements du « Printemps arabe ». Mobilisée sur la place Tahrir, la jeunesse égyptienne en révolte a rapidement été déçue par le soutien inconditionnel de la chaîne au président Morsi et aux Frères musulmans. Une déception qu’a renforcée la manière, outrageusement partisane, dont Al-Jazeera a couvert les événements en Libye et en Syrie notamment, surtout au regard de son silence vis-à-vis de la révolte à Bahreïn. Quant au départ d’un certain nombre de ses journalistes vedettes, ce fut la confirmation, pour une bonne partie de l’opinion, que la chaîne qatarie n’était plus que l’ombre de ce qu’elle avait été. Ayant perdu son aura de professionnalisme et une bonne partie de sa crédibilité, Al-Jazeera n’est plus – pour beaucoup – qu’une chaîne de second rang, réduite au simple rôle de porte-parole des intérêts qataris. Une destinée que Yamen Sabour résume en concluant son article par une citation tirée d’un entretien donné par le journaliste tunisien Ben Jiddo sur le point de rejoindre la chaîne Al-Mayadeen : « Al-Jazeera a mis un terme à un véritable rêve de professionnalisation et d’objectivité. Le professionnalisme est en déclin. Autrefois un vrai média, son rôle consiste désormais à susciter la discorde et à embrigader. » («إنّ قناة الجزيرة أنهت حلماً كاملاً من المهنية والموضوعية، وباتت تلك المهنية في الحضيض، بعدما خرجت عن كونها وسيلة إعلام، وتحولت إلى غرفة عمليات للتحريض والتعبئة» )

Naturellement, les patrons d’Al-Jazeera ne l’entendent pas ainsi. Ils ont publié tout récemment un communiqué triomphateur pour affirmer que, enquête d’Ipsos et de Sigma à l’appui, la chaîne restait, et de très loin, la première dans sa catégorie : 23 millions de téléspectateurs par jour, plus que le chiffre atteint par les quatre principales concurrentes réunies (Arabiyya, BBC, France 24, Sky News arabe). Autre confirmation de la bonne santé de la chaîne, sa page Facebook vient de passer le cap des 10 millions d’abonnés. Loin devant celle de ses rivales là encore…

De fort beaux chiffres, mais auxquels tout le monde ne croit pas. Il est déjà arrivé dans un passé récent que les « mauvaises manières » d’Ipsos (une discrète success story française) soient dénoncées par certains professionnels, en l’occurrence ceux de la chaîne égyptienne Al-Hayat (article en arabe). De toute manière, la question n’est pas seulement une question de chiffres d’audience. Comme l’explique l’article résumé précédemment, c’est bien la crédibilité d’Al-Jazeera, son professionnalisme qui sont de plus en plus remis en cause. Et ce n’est pas le fait que ses dirigeants aient fini par céder aux pressions en fermant en Egypte Al-Jazeera Mubasher, petit caillou dans la chaussure du caudillo Sissi, qui va redorer son image, surtout lorsque la même Al-Jazeera (canal historique si l’on veut) se met au diapason en donnant audit Sissi de « l’honorable Monsieur le Président » (fakhâmat al-ra’îs), après l’avoir traité jusque-là comme un vulgaire putchiste ! En fait, le signe indubitable qu’il y a un problème avec Al-Jazeera, c’est en réalité l’annonce, faite il y a un peu moins d’un an, d’une nouvelle chaîne d’information qatarie, confiée cette fois au « Palestinien défroqué » (si on me permet cette expression) Azmi Bishara. Même si on cherche à enjoliver le tableau en présentant cette création comme un « contrepoids », en quelque sorte pour « rééquilibrer » les choses, c’est bien qu’il doit y avoir un problème aujourd’hui…

khabarajelInutile d’accabler la pauvre Al-Jazeera, la quasi totalité des médias de la région n’ont rien à lui envier en termes de médiocrité. Les événements actuels ont au moins cet avantage de révéler qu’ils étaient prêts, à quelques rares exceptions, à toutes les palinodies. Au grand désespoir d’Abdel-Bari Atwan (édito en arabe), un vrai journaliste qui a été obligé de vendre son titre, Al-Quds al-‘arabi (aux Qataris d’ailleurs), mais qui ne s’est pas vendu lui-même (voir ce billet : Les médias arabes et les puissances du Golfe), l’actuelle crise entre l’Egypte et le Maroc aura ainsi donné le spectacle affligeant de professionnels marocains découvrant (enfin) que le maréchal Sissi s’était installé au pouvoir en renversant son successeur, tandis que certains de leurs homologues au Caire évoquaient une économie marocaine fondée sur les revenus de la prostitution.

Il faut dire que, dans le cas égyptien (au moins, car le phénomène est généralisable) s’ajoute une nouvelle donnée, qui ne surprendra pas les lecteurs français de ce blog : la « pipolisation » de l’information où les stars de l’écran, quelle que soit leur formation, jouent désormais les journalistes d’investigation (un phénomène évoqué dans cet article en arabe). Avec comme résultat de cette course à l’audience facile, les pratiques extrêmement douteuses d’une « journaliste » sans scrupule ni vergogne filmant en direct une descente de police dans un hammam paraît-il fréquenté par des homosexuels.

Cette course à l’audience tient en partie au fait que l’explosion quantitative de l’offre (autour de 700 chaînes arabes, pas toutes consacrées, loin s’en faut, à l’information, et heureusement soupire-t-on) ne repose sur aucune réalité économique. En temps de crise (toujours en Egypte, cet article sur les difficultés du marché publicitaire qui posent de sérieux problèmes à pas mal de chaînes), on vire les employés, quand on ne liquide pas l’entreprise. Pas étonnant dans ces conditions que la quasi-totalité du secteur médiatique, surtout lorsqu’il s’agit d’information, soit adossée à un projet politique. Souvent jusqu’à la caricature, à l’image de ces cinq chaînes satellitaires (cinq !) qui diffusent depuis la Turquie la propagande des partisans du président destitué Mohamed Morsi (article en arabe).

Alors que ses émissions étaient pourtant suivies avec passion, en Egypte et partout ailleurs, personne dans le monde arabe ne se risque à offrir un temps d’antenne à Bassem Youssef. Peut-être finira-t-il (mais je serais personnellement étonné) par retourner sur YouTube, là où il avait commencé, juste après la révolution du 25 janvier. Pourtant pléthorique, l’offre va s’étoffer encore davantage puisque, outre la future Al-Araby confiée à Azmi Bishara, il y aura, au 1er février prochain, la nouvelle chaîne Al-Arab, que s’est offerte le prince milliardaire saoudien Al-Walid Bin Talal. On voudrait bien croire que c’est une bonne nouvelle, mais rien n’est moins sûr quand on sait qu’elle va émettre depuis Bahreïn, pays où la répression ne faiblit pas depuis le début des soulèvements, il y a très longtemps, au temps d’un certain « Printemps arabe ».

Prophète en son pays : chiites et sunnites sont dans le même bateau…

Fatimid_Islamic_Caliphate
Extension maximale du califat fatimide

Représentent-ils 10 % ou 15 % des musulmans dans le monde ? On laisse aux spécialistes le soin de trancher sur ce point pour lequel, de toute manière, personne n’est capable de tenir compte du nombre de « musulmans athées » ou même « historiques » en ce sens qu’ils ont hérité leur pratique religieuse de leur milieu familial et qu’ils n’intéressent pas vraiment aux subtilités théologiques. Quant à ces dernières, on se gardera bien de seulement tenter de les résumer en quelques paragraphes, alors qu’elles ont contribué à remplir des bibliothèques entières. Au pire, Wikipedia – qui fait en ce moment appel aux dons des utilisateurs francophones – permet très bien de se faire une idée sur une question apparue avec la mort de Mahomet au début du VIIe siècle.

En revanche, on peut rappeler que pour ce qui est des populations du monde arabe, elles ont eu pour la plupart au fil des siècles l’occasion de vivre leur islam sur le mode tantôt sunnite, tantôt chiite pour ne rien dire des autres religions, anciennes et présentes, qui font partie de l’histoire de cette région. Depuis quelques décennies, les pratiques de l’islam sont ainsi très influencées par les interprétations de type wahhabite. Mais ce n’est pas encore grand chose, en termes de durée, par rapport à l’empire fatimide – d’obédience chiite – qui s’étendit du Maghreb au Proche-Orient actuel, en passant par l’Egypte, durant plus de deux siècles (voir l’illustration)…

En Syrie notamment, plus on s’enfonce dans la guerre civile, avec son cortège d’assassinats en tous genres, plus on voit se « confessionnaliser » les discours. Sans doute inévitable pour nombre d’acteurs directs, pris dans l’engrenage infernal des violences réciproques, cette focalisation sur le seul facteur confessionnel gagne de plus en plus des observateurs qu’on aurait pu croire capables de davantage de distance. Pour s’en convaincre, il suffit de lire un billet récent d’un « ancien diplomate » dont l’argumentaire, sans nul doute en partie pertinent, donne l’impression d’épouser sans la moindre restriction la pire des logiques sectaires (plus de commentaires ici).

Largement ignorées naguère – au temps de la guerre du Liban, les médias parlaient ainsi du camp « islamo-progressiste » sans entrer davantage dans les détails –, l’antagonisme immémorial entre chiites et sunnites fait désormais l’ordinaire des analyses. Pourtant, comme le montre avec beaucoup d’éloquence la petite animation réalisée Nicolas Danforth, les 1 300 ans de conflits incessants entre les deux principales branches de l’islam se résument à pas grand chose, surtout si on compare cela, comme il le suggère, aux conflits entre catholiques et protestants !

Quoi qu’il en soit des réalités historiques, les mythes sont désormais tellement inscrits dans les imaginaires qu’il ne va pas être facile de revenir en arrière. On trouve malgré tout quelques personnes qui s’inquiètent vraiment des risques imminents d’une « déflagration confessionnelle » régionale à grande échelle, comprendre un conflit entre chiites et sunnites qui emporterait avec lui l’ensemble des minorités dès lors appelées à disparaître (comme cela a déjà été largement le cas pour les juifs du monde arabe depuis le milieu du XXe siècle), ou à survivre dans des enclaves ethnico-religieuses, à l’image du « modèle » israélien.

Sur fond de géopolitique, c’est probablement ce type d’inquiétude, voire d’angoisse, qui anime un « chiite modéré » tel que Hachemi Rafsandjani lorsqu’il cite le Coran pour exhorter les musulmans, chiites et sunnites confondus, à mettre de côté leurs différences. Pour prouver sa bonne foi sans doute, l’ancien Président de la République islamique commence par faire le ménage dans son propre camp en critiquant les cérémonies durant lesquelles, rituellement, nombre de chiites jugent bon (et même pieux !) d’insulter des figures vénérées de l’islam sunnite, telles que le calife Omar, les Compagnons du Prophète (et il aurait pu ajouter Aïcha, une des épouses de Mahomet, figure particulièrement détestée par certains extrémistes).

Son appel n’a guère reçu d’écho dans les médias arabes, ce qui n’est pas très bon signe. Parmi les grands quotidiens, seul l’éditorialiste du Ray al-youm, Abdel-Bari Atwan, a consacré un long commentaire (en arabe) à cette initiative. Rappelant les bonnes relations qu’entretiennent l’Iranien Hachem Rafsandjani et le roi Abdallah Ben Abdelaziz, ainsi que le contexte très particulier de l’heure après l’attentat anti-chiite à l’Est de l’Arabie saoudite, l’ancien rédacteur en chef d’Al-Quds al-‘arabi – avant son rachat par les Qataris – fait des vœux pour que chiites (iraniens) et sunnites (saoudiens) cessent leur surenchère, par exemple en fermant quelques chaînes télévisées particulièrement sectaires.

S’interrogeant sur les raisons qui rendraient impossible aujourd’hui un dialogue entre musulmans alors que l’Iran négocie avec le « Grand Satan » américain et alors qu’on dépense des millions de dollars pour vanter la tolérance entre les religions, à commencer par les trois grandes « religions révélées », Abdel-Bari Atwan ne se résout pas à accepter le caractère inéluctable de la « catastrophe confessionnelle » qui s’annonce. Mais, comme chacun sait, « nul n’est prophète en son pays », ce qui peut se traduitre, en arabe (égyptien), par « on ne prend pas plaisir au joueur de tambour quand il est du quartier »  (طبال الحي لا يطرب ). A l’heure où sonnent les tambours de guerre, les prophètes ont bien du mal à se faire entendre.

Un grand silence frisé…

grandsilenceDans quelques jours, CPA devrait célébrer son huitième anniversaire… Plus de 400 billets tout de même… Mais comme vous l’aurez peut-être observé vous-même, le rythme tend à baisser depuis quelque temps, et les rendez-vous sont loin d’être régulièrement hebdomadaires. Des explications sont nécessaires, au moins pour quelques fidèles…

Il y a sans doute une part de lassitude et la formule (la forme “blog” en particulier) a dû “vieillir”. Tout cela est certain mais il y a davantage. La matière manque. Non pas que la jeunesse arabe soit en mal de créativité, ni même d’énergie. Mais l’attention (“la tension ?”) est ailleurs, pour les médias et par voie de conséquence aussi pour l’observateur qui les lit puisque CPA fonctionne comme une sorte de “veille de presse” commentée.

Il existe bien entendu toutes sortes d’initiatives qui mériteraient d’être mises en évidence – cette campagne au Liban par exemple, contre la violence et l’exploitation des femmes, signalée via SeentThis. Cependant, dans la tourmente qui balaie toute la région, proposer de s’arrêter, ne serait-ce qu’un court moment, sur l’actualité culturelle, même dans une perspective politique, paraît souvent un exercice assez vain. Des choses si graves se déroulent aujourd’hui dans l’ensemble régional qu’il est convenu/convenable d’appeler “monde arabe” qu’il me paraît impossible de faire “comme si de rien n’était”. Telle est la véritable raison aux “intermittences” de CPA.

Du côté de SeenThis

C’est vrai qu’il y a du mou dans les billets hebdomadaires de CPA, mais il se passe tout de même des choses du côté de SeenThis. En plus de choses très intéressantes chez George, Kassem, Niss ou encore, parmi d’autres, l’infatigable Nidal, Gonzo a pu vous proposer récemment :
– un morceau de traduction d’un article très intéressant dans Al-Akhbar sur l’Arabie saoudite
– un lien vers un blog très intéressant qui propose une analyse historique du paysage intellectuel égyptien
– un éclairage sur le futur juteux contrat remporté par dar al-Handasa pour le canal de Suez bis
– la grève de la faim de Alaa Abd El Fattah
– des éditos en pagaille d’ABA, aka Abdel Bari Atwan (en général synthétisés), par exemple ici

A la semaine prochaine !

Le bilan provisoire d’une semaine – désormais ordinaire – dans le monde arabe

Au gré des titres cette semaine… Les commentaires sont superflus.

Lundi 14 juillet
IRAK
Qui s’en prend aux prostituées à Bagdad, en IrakUne trentaine d’entre elles ont été tuées, samedi soir, dans l’assaut de deux immeubles utilisés à des fins de prostitution. On déplore 31 victimes, dont deux hommes.

Mardi 15 juillet
LIBYE
15 personnes tuées et 70 blessées dans les affrontements pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli qui a essuyé des tirs de missiles entrainant de très graves dégâts aux installations et aux appareils stationnés sur le tarmac, rapporte mardi matin le Libya Herald.

LIBAN
Trois combattants du Hezbollah libanais et trois rebelles syriens ont été tués ces dernières 24 heures dans de violents combats à la frontière, ont affirmé avant-hier soir des sources du parti chiite et un responsable des services de sécurité libanais.

Mercredi 16 juillet
TUNISIE
Au moins 14 soldats tunisiens ont été tués et d’autres blessés mercredi dans une attaque «terroriste» sur le mont Châambi, près de la frontière avec l’Algérie.

Jeudi 17 juillet
SYRIE
Plus de 250 personnes ont été tuées aujourd’hui en Syrie, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), ce qui constitue la journée la plus sanglante depuis le début de la révolte dans le pays à la mi-mars 2011.

Samedi 19 juillet
EGYPTE
Vingt et un soldats de l’armée égyptienne ont été tués samedi dans une attaque perpétrée par des hommes armés contre un point de contrôle militaire dans l’ouest du pays, a-t-on appris auprès des services de sécurité.

SYRIE
En Syrie, 270 morts dans les combats qui ont permis à l’Etat islamique de prendre un champ gazier à Homs.

Dimanche 20 juillet
GAZA – PALESTINE
Plus de 100 Palestiniens et une quinzaine de soldats israéliens ont été tués ces dernières heures, faisant de dimanche l’une des journées les plus meurtrières.

“Les cheikhs de la discorde” (2) descendent sur le terrain : foot et politique dans le monde arabe

sheikhfootballeurs2
Notre sélection (nationale) dans une confrontation décisive aujourd’hui contre la sélection de l’EIIL

En cette période troublée, on ne s’étonnera pas de constater que foot et politique (un thème récurrent dans ces chroniques) entretiennent des liaisons très particulières dans le monde arabe… Sans remonter trop loin dans le passé, on peut évoquer, en décembre dernier, l’annulation d’un match entre le Club Sportif Sfaxien et l’Espérance Sportive de Tunis. Une décision prise à la dernière minute par les autorités inquiètes des réactions des supporters de l’Espérance furieux contre Le Livre noir : le système de propagande sous le régime de Ben Ali. Cette publication, maladroitement voulue par le bientôt ex-président Moncef Marzouki afin de redorer son image publique, faisait état de pots-de-vin versés par Ben Ali aux dirigeants du club, fort proches du régime… Pour son 95e anniversaire, ceux-ci ont répliqué quelques semaines plus tard avec leur propre ouvrage, Le livre rouge et jaune, les couleurs de l’Espérance, bien entendu !

On peut comparer cette erreur de communication à celle qu’a commise également le toujours très généreux Al-Waleed Bin Talal. Au premier rang des plus grandes fortunes du monde, le prince saoudien – déjà connu comme supporter du football féminin dans son pays – avait pensé soigner son image d’homme libéral en offrant deux millions de dollars à deux équipes de la ville de Riyad (histoire de ne pas avoir à trancher dans les rivalités locales sans doute). Raté ! Tombant juste au moment où les réfugiés syriens souffraient plus que jamais de la vague de froid qui s’était abattue dans la région, son geste aura surtout eu pour conséquence de déchaîner contre lui les critiques des internautes comparant, sur les médias sociaux (article en arabe), les sommes accordées aux vedettes de la balle au pied à celles qui parviennent entre les mains des innocentes victimes d’un conflit devenu international.

Même sous la férule d’un pouvoir religieux ultra-conservateur, le foot est sans conteste le sport roi en Arabie saoudite. La métaphore royale convient parfaitement dans la mesure où le grand événement de l’année est à coup sûr la finale de « la coupe du dauphin ». Cette année, le traditionnel derby entre les deux meilleurs équipes du pays s’est terminé par la victoire du challenger, et c’est le prince héritier et ministre de la Défense en personne qui a remis un trophée qui ne s’inscrit pourtant pas, que l’on sache, dans un patrimoine attesté par la tradition, qu’elle soit bédouine ou musulmane !…

L’actualité arabe offre encore bien d’autres exemples récents des multiples manières dont le pouvoir politique s’efforce de jouer sur le terrain du foot pour tenter de réaliser quelques-uns de ses buts. Outre le scandale, dont on commence à parler davantage, des mauvais traitements subis par les ouvriers étrangers travaillant sur les futurs stades du Qatar, James Dorsey met au jour quelques-uns des dessous de la scène footballistique cairote. Il évoque en particulier les tentatives, de la part de l’actuelle équipe au pouvoir, de se débarrasser des dirigeants « ultra-corrompus » des deux grands clubs, le Zamalek et le Ahly. Réussite dans le premier cas, mais échec dans le second. Mais le plus intéressant, c’est encore d’apprendre les tractations, pas très claires, autour des droits pour les retransmissions télévisées des compétitions. Visiblement, l’actuelle négociation a surtout pour enjeu de « châtier », en l’excluant de la partie, la désormais abominable chaîne qatarie Al-Jazeera !

Beaucoup plus classiquement, la fierté (ou le chauvinisme) national est toujours flatté par une victoire, surtout lorsqu’elle est inattendue ! Un peu à l’image de l’Irak vainqueur en 2007 de la Coupe d’Asie, la Libye – en proie à un chaos qui n’a pas l’air d’émouvoir Bernard-Henri Lévy qui a pourtant si bien contribué à le créer – est devenue dimanche dernier une très surprenante championne d’Afrique, grâce à sa victoire sur le Ghana. Le match, il faut le préciser, ne se déroulait pas en Libye comme prévu à l’origine pour cette compétition, mais en Afrique du Sud.

Au chapitre des victoires aux relents nationalistes, la palme revient tout de même à l’Irak, qui a emporté il y a quelques jours la Coupe d’Asie (des moins de 20 ans) contre sa voisine l’Arabie saoudite. Au moment où le Premier ministre irakien, le chiite Al-Maliki, lançait une grande offensive militaire contre les « djihadistes » de Fallouja dans la province (sunnite) d’Al-Anbar, les métaphores ont été plus militaires que jamais ! Sans qu’on sache toujours s’il s’agit de rumeurs car certains propos ont été par la suite plus ou moins démentis, on s’est beaucoup réjoui, côté irakien, de cette victoire.

L’entraîneur national (celui de l’équipe de foot, pas le Premier ministre) a parlé de ses joueurs, déchaînés sur le terrain « comme les soldats qui combattent l’EIIL » (l’Etat islamique en Irak et au Levant), tandis que les supporters criaient dans les rues (de Bagdad, pas à Fallouja) : « L’EIIL peut faire tout ce qu’elle veut, c’est nous qui avons gagné ! » Dans la même ligne, Al-Maliki a évoqué (article en arabe) l’autre « grande victoire », celle qui sera remportée un jour prochain contre « tous les ennemis de l’Irak, tous les terroristes ennemis de l’humanité ».sheikhfootballeurs

Sans doute, de telles poussées de fièvre nationaliste et démagogique sont trop fréquentes pour qu’on s’y arrête. Pourtant, on retiendra qu’elle a pris, dans le cas irako-saoudien, un tour qu’on peut trouver amusant mais qui est surtout assez significatif (et qui est par ailleurs dans la droite ligne du billet précédent). Outre le fait que l’opinion publique footballistique irakienne associe visiblement la rébellion armée dans l’ouest du pays à l’action, même pas secrète à ses yeux, de ses voisins saoudiens, on constate également qu’elle considère, sans l’ombre d’une hésitation, que les principaux religieux extrémistes du Royaume méritent de figurer au premier rang de l’équipe adverse ! A preuve, ce photo montage (illustration ci-dessus et détail en haut de ce billet) publié dans un quotidien irakien dans lequel les têtes des joueurs saoudiens ont été remplacées par celles des stars les plus extrémistes de l’islam saoudien !

Au Moyen-Orient et dans le monde arabe en général, ce n’est pas avec le foot qu’on pourra siffler la fin de la partie…