Scandale à la Fifa en version arabe : la double trahison de Jibril Rajoub.

Jibril Rajoub, Sepp Blatter et le sabre offert par l'Arabie saoudite au patron de la Fifa.
Jibril Rajoub, Sepp Blatter et le sabre offert par l’Arabie saoudite au patron de la Fifa.

Avec le patron de la Fifa – Moammar Kadhafi, Saddam Hussein et quelques autres peuvent en témoigner –, c’est un peu comme avec les dictateurs arabes : on cajole le « parrain » pendant des années jusqu’au moment où on le lâche sans trop être regardant sur les moyens. Mais il y a un autre parallèle possible entre le monde du foot et la géopolitique du Moyen-Orient : il y a tellement de sombres combines entre « frères arabes » qu’à la fin c’est toujours Israël qui gagne. Moins relayé par tous les médias du monde que les affaires de corruption soulevées par la Justice étasunienne, le scandale de la Fédération de Palestine de football n’a pas fini de faire parler dans la région.

Le scandale est double en fait, puisqu’il concerne à la fois le vote de la Fédération de Palestine qui est allé à Sepp Blatter et non pas au candidat jordanien, le « prince Ali », mais également (et surtout) le retrait soudain de la demande d’exclusion de la Fifa de la Fédération israélienne, pourtant envisagée depuis (au moins) une bonne année (voir ce précédent billet). Au cœur de l’affaire, un même homme, dont la probité morale et politique est sans doute le reflet fidèle de ce que l’on trouve au sein de la Fifa, comme pourrait le confirmer Michel Platini…

Ayant purgé au total une vingtaine d’années de détention dans les prison israéliennes, Jibril Rajoub est expulsé (ce n’est pas si fréquent) au Liban. Après un détour du côté des organisations de la résistance palestinienne à l’étranger, il devient vers 2002 le Conseiller national de sécurité de Yasser Arafat, alors très affaibli tant politiquement que physiquement. Le major-général Jibril Rajoub, dont le nom est associé à la répression féroce des mouvements de la résistance islamique, ne fait pas vraiment mystère de ses ambitions politiques qui semblent pourtant sans espoir après son échec aux élections législatives de 2006 et ses nominations, moyennement prestigieuses mais certainement gratifiantes, à la tête du Comité olympique palestinien et de la Fédération locale de football.

Avec ses dernières maladresses, marquées de pas mal d’outrecuidance, cet homme, continue à se créer pas mal d’ennemis. En Jordanie pour commencer, où sa « trahison » – comprendre le fait qu’il n’ait pas voté pour le prince Ali, troisième fils de feu Sa Majesté Hussein, candidat à la présidence de la Fifa – a mis en fureur une bonne partie de l’opinion pour laquelle l’amour de la famille hachémite est presque aussi sacré que celui du ballon rond. Il faut dire qu’en l’occurrence Jibril Rajoub a eu un comportement d’une balourdise suicidaire. Au lieu de laisser planer le doute sur son vote, comme le lui aurait conseillé le président Abbas qui s’y connaît en louvoiements politiques, le patron de la Fédération palestinienne n’a rien trouvé de mieux que d’avouer à qui était allée sa voix, puis de se contredire en affirmant le contraire, avant d’avancer pour toute défense que cela n’avait guère d’importance au regard de la large victoire finale ! Mieux, son immense satisfaction s’est affichée sur tous les écrans du monde à travers une photo où on le voit brandir un sabre d’opérette en or massif (offert par les Saoudiens, les Palestiniens n’en ont pas les moyens sans doute) lors du sacre de son très cher (c’est le cas de le dire) Sepp Blatter, présent « par hasard » sur le cliché comme il ne craindra pas de l’affirmer !

On en rirait s’il n’y avait pas le risque de graves conséquences. En Jordanie où la situation économique et politique est déjà fort tendue, l’opinion publique s’est enflammée à la nouvelle de cet affront, en réclamant que Jibril Rajoub soit déchu de sa nationalité jordanienne (dont, c’est véridique, personne ne se souvient comment il l’a obtenue ) et qu’on l’empêche ainsi de rentrer en Palestine (car les Palestiniens des « Territoires » n’ont « naturellement » pas le droit de transiter par l’aéroport de Tel-Aviv). Les autorités jordaniennes ont calmé le jeu et, en se faisant tirer l’oreille, accepté un transit à la sauvette, sans même un passage par le salon d’honneur des VIP (quel affront!) Aux dernières nouvelles, Jibril Rajoub pourrait bien perdre son passeport jordanien, un élément de plus dans la question assez explosive du statut national des Jordaniens d’origine palestinienne qui se voient retirer pour certains, et selon toutes sortes de procédures fort complexes, leur nationalité depuis une bonne dizaine d’années.

J. Rajoub, S. Blatter et O. Eine, responsable de la Fédération israélienne.
J. Rajoub, S. Blatter et O. Eine, responsable de la Fédération israélienne.

Pour bien des observateurs, Abdel-Bari Atouan par exemple, cette faute politique n’est rien au regard de la gestion calamiteuse de l’autre dossier, relatif cette fois à l’expulsion d’Israël de la Fifa, en raison de ses pratiques discriminatoires à l’encontre des joueurs, arbitres et entraîneurs de football vivant dans les « Territoires ».

Annoncée de longue date et rappelée encore un mois avant la désormais célèbre réunion de Zurich, l’affaire se présentait plutôt bien pour la Fédération de Palestine de football. Il faut dire que la liste des exactions de la puissance occupante est fort longue : refus de création d’installations sportives et de laissez-passer pour les compétitions, sanctions à cause de drapeaux palestiniens alors que les insultes racistes des Israéliens sont ignorées, pour ne rien dire du reste, les footballeurs auxquels on brise les jambes par exemple (liste détaillée ici). A en croire certains témoignages, une majorité de fédérations étaient prêtes à voter l’exclusion, au moins temporaire, d’Israël, à l’occasion du fameux rendez-vous de Zurich.

Coup de théâtre, le jour même de la réélection de Sepp Blatter, Jibril Rajoub annonçait à la stupéfaction générale que la Fédération de Palestine retirait sa demande d’exclusion, pour se contenter de la mise en place d’un comité international de surveillance. Un repli stratégique, selon le responsable palestinien, qui a commis la nouvelle maladresse de se laisser prendre en photo avec son homologue israélien tandis que Benjamin Netanyahou exulte à ce triomphe ! En Palestine, des forces politiques comme le FDLP ou le Hamas crient au scandale, tandis que nombre d’observateurs, sur place ou à l’étranger, serrent les poings de rage en soulignant, une fois de plus, l’amateurisme (si on veut être très gentil) ou encore la servilité pathétique (pour les plus critiques) des dirigeants palestiniens.

Plusieurs explications sont avancées à ce revirement qui ne peut que décourager ceux qui s’efforcent de lutter pour les droits des Palestiniens, à commencer par les deux militantes qui avaient réussi à perturber la belle organisation du congrès de la Fifa. Certains pensent que ce sont les pressions de nombreuses fédérations occidentales qui ont réussi à faire plier la Fédération palestinienne, à moins que les responsables de l’Autorité aient pris peur des conséquences de leur acte, eux dont les privilèges sont encore plus fragiles que leurs maigres pouvoirs ; d’autres affirment que Jibril Rajoub aurait en réalité suivi les injonctions du Qatar, dans un vaste deal visant à assurer la réélection de Blatter et le maintien dans l’émirat du Mondial de 2022. En tout état de cause, la manière dont ce dossier a été mené renforce dans leurs certitudes tous ceux qui pensent que les actuelles « autorités » palestiniennes sont incapables de la moindre politique nationale.

Le roman arabe, une fiction qui n’est pas sans prix

Dans l'exposition du prix Katara, on pose devant le portrait du grand ancêtre, Taha Hussein
Dans l’exposition du prix Katara, on pose devant le portrait du grand ancêtre, Taha Hussein

Alors que le « monde arabe » s’enfonce toujours un peu plus dans le chaos, on a peine à croire que la région a pu vibrer, depuis la « Renaissance » du XIXe siècle (nahda), à l’unisson de ses écrivains, interprètes de ses rêves d’indépendance et de progrès. Un silence de mort règne là où résonnait, il n’y a même pas une décennie, la parole vivante d’un Mahmoud Darwich pour ne prendre que cet exemple. Les royaumes et émirats pétroliers du Golfe achètent désormais, à grands coups de prix richement dotés, ce qui passe pour la création littéraire actuelle.

Comme le rappelle Yazan El-Hajj, c’est à partir de la fin des années 1980 que différents États ont créé ces compétitions prestigieuses, le plus souvent achetées clés en main à des institutions anglo-saxonnes trop heureuses d’exporter leur modèle pour s’interroger sérieusement sur l’inscription de leurs pratiques dans le tissu culturel local. Non sans argument, il explique ainsi qu’on a vu au fil des ans se mettre en place une « cartographie falsifiée » de la création littéraire, une sorte de « Ligue arabe des lettres » qui a contribué, en dépit d’une relative diversité nationale des auteurs récompensés pour faire plaisir à tout un chacun, à imposer toujours davantage la domination totale de la forme romanesque, au détriment de la nouvelle, pourtant essentielle dans la constitution d’une prose arabe moderne.

Mais l’inflation des prix littéraires s’accompagne d’autres effets pervers. Lui-même récompensé (par le prix Mahfouz, qu’organise depuis 1996 l’Université américaine du Caire et qui est un des rares à avoir quelque crédit dans le milieu littéraire), le romancier Khalil Suwayleh, à l’occasion d’une enquête où bien des auteurs ont réclamé l’anonymat, dit tout haut ce qui se raconte à voix basse depuis pas mal de temps. A savoir que le travail des écrivains s’inscrit de plus en plus dans la logique qu’impose le marché des prix. Comme les stars de la fiction arabe peuvent imposer à leur éditeur que leur texte soit énergiquement recommandé à tel ou tel jury, les jeunes romanciers, se sachant plus ou moins exclus d’entrée de jeu par ce système, s’efforcent de suivre à la lettre la recette qui doit conduire au succès : un terroriste par ci, un homosexuel persécuté par là, les ingrédients pour faire prendre la sauce sont bien connus ! Les débutants ne sont pas les seuls d’ailleurs et leurs aînés se prêtent aussi à ce que le romancier syrien Khalil Al-Neimi appelle, non sans raison, une avilissante foire aux enchères.

Dans des compétitions qui rassemblent des centaines d’œuvres, les jurys sont forcément suspectés de ne pas être des modèles de rigueur. L’été dernier, un critique saoudien a fait beaucoup de vagues en s’en prenant au très célèbre International Prize for Arabic Fiction, décerné par Abu Dhabi depuis 2007. Plus connu sous le nom de Booker arabe, cette récompense est devenue le Saint Graal rêvé par tous les auteurs de la région. Savamment orchestrée tout au long de l’année avec des pré-sélections, une short list et la grande annonce finale, la compétition offre un concentré de manœuvres en tout genre, fausses déclarations, sorties fracassantes et autres coups bas en coulisses qui, sans grand rapport avec la chose littéraire, révèlent en revanche des enjeux éminemment politiques.

En effet, dans une région où les statistiques de lecture sont épouvantables – un quart de page par an et par habitant d’après une récente enquête du Conseil supérieur de la culture égyptien – les conséquences néfastes des nombreuses et somptueuses récompenses ne sont pas seulement littéraires. Les enjeux de pouvoir associés à ces prix sont même très évidents comme le montre à loisir le lancement de la dernière initiative en date, le prix Katara. Celui-ci, dernier né des grands prix littéraires régionaux, met sur la table quelque 650 000 dollars, « quatre fois plus que le prestigieux Booker arabe » comme le proclame ingénument la maigre notice qui lui est consacrée sur Wikipedia ! Les responsables qataris s’en cachent à peine : leur munificence toute princière a surtout comme objectif de damer le pion aux frères arabes du coin, en l’occurrence les Émirats arabes unis !

Auteur et critique égyptien, Sayyid Mahmood éclaire d’un jour cruel cette cuisine prétendument littéraire aux forts relents de soft power. Publié plusieurs jours avant l’annonce des résultats, son article n’en déroule pas moins l’essentiel du palmarès pour ce qui est de la catégorie « romans publiés ». Son pronostic gagnant se fonde sur une analyse qui n’a rien d’artistique, bien au contraire. Partant du principe que les Qataris veulent faire un coup d’éclat et si possible faire oublier le succès du prix patronné par les voisins émiratis, il table sur le fait que les récipiendaires se trouveront nécessairement parmi les perdants des grands prix régionaux, à commencer par ceux du Booker arabe, nominés mais finalement écartés. Il annonce ainsi les succès, confirmés mercredi dernier, de l’Algérien Wassini Laredj, du Soudanais Amir Taj al-Sir et de l’Égyptien Ibrahim Abdel-Méguid.

Ce dernier offre d’ailleurs la triste et pénible illustration des fourches caudines sous lesquelles les romanciers acceptent de passer. Écrivain reconnu (plusieurs de ses livres sont traduits en français), partisan déclaré de la révolution dont il fut l’un des hérauts (à ne pas confondre avec héros), Ibrahim Abdel-Méguid se prête à ce jeu qui n’est pas loin d’être une mascarade. Comme l’ensemble de ses collègues, il fait semblant de croire que les autorités qataries, qui n’hésitent pas à emprisonner leurs poètes quand ils les dérangent, vivent un amour sincère avec les œuvres de fiction écrites en arabe… et il touche son chèque de 60 000 dollars. Et tant pis, comme le souligne Sayyid Mahmood, si le Qatar fait partie, avec l’Arabie saoudite et les Émirats, des grands argentiers financeurs des mercenaires qui dévastent les terres natales du roman arabe, la Syrie, l’Irak, après avoir garanti par leurs prêts généreux le succès de la contre-révolution en Égypte

Quand on repart, comme l’Algérien Wassini Laredj, avec 260 000 dollars de cash en récompense de la fiction qu’on a écrit, comment se priver de participer à cette célébration hypocrite d’une Nation arabe fêtant les meilleurs de ses écrivains (qui, dans bien des cas, auront plus de lecteurs en traduction que dans leur propre langue) ! Pour le dire autrement, après le Booker de la fiction arabe, le prix Katara souligne amèrement la triste conclusion du récit ouvert, il y a plus d’un siècle de cela, par les pionniers du roman arabe. A force de faux prix, la fiction arabe n’en a plus guère…

Une sélection de liens, tout aussi joyeusement critiques, sur les prix littéraires arabes :
– les réactions arabes au Nobel de littérature décerné au Turc Orhan Pamuk (le 22 octobre 2006)

– le prix Kadhafi, dignement refusé par l’Espagnol Juan Goytisolo mais avidement reçu par celui qui acceptera d’être un jour l’éphémère ministre de la Culture de Moubarak, avant d’être un temps celui de Sissi (le 7 février 2010)
– le Booker saoudien, Abdol Khal (le 7 mars 2010)
– un panorama des prix, à l’occasion du prix du cheikh Zayed (le 3 janvier 2011 )
Adonis éternel nominé au Nobel de littérature (2 octobre 2011).

 

 

Misère des trop riches médias arabes (2) : la toute-puissance du Golfe

médiassoudiens

Vingtième fortune mondiale d’après Bloomberg, trente-cinquième “seulement” pour Forbes, al-Walid Ibn Talal devrait s’en remettre. Tout de même, l’année commence fort mal pour lui. Comme tout (bon) Saoudien, le prince Al-Walid est certainement très touché par la mort, à 91 ans, du roi Abdallah. Mais la révolution de palais opérée avec l’arrivée sur le trône de Salman, son oncle, n’est pas non plus une très bonne nouvelle pour lui. Non pas à cause de la disgrâce, depuis longtemps prononcée, de son propre père, Talal, vingtième fils du roi Abdulaziz, définitivement privé du moindre espoir politique depuis qu’il a émis (il y a très longtemps) l’idée saugrenue d’une constitution pour son pays. Non, les vrais soucis du richissime prince saoudien sont davantage liés à la composition du nouveau gouvernement de son pays. Il l’a d’ailleurs signalé à sa façon sur Twitter (une société où il a injecté 300 millions de dollars) en proclamant haut et fort son allégeance à ses oncles, le nouveau roi et le prince héritier, mais en se contentant de féliciter, sans plus par conséquent, son cousin, Mohamed bin Nayef, nommé au poste de ministre de l’Intérieur. Une réaction très observée dans le monde arabe (son message a ainsi renvoyé plus de 10 000 fois).

Beaucoup moins commentée, mais tout aussi désagréable pour le patron de Rotana, première société arabe dans l’industrie audiovisuelle, est la nomination, au ministère de la Culture et de l’Information, d’un rival, le roturier Adel El-Toraifi. Spécialiste de l’Iran, le nouveau patron des médias saoudiens a en effet longtemps travaillé comme directeur général de la chaîne d’information Al-Arabiyya. Une promotion qui n’est pas forcément étrangère à la fermeture, quelques heures après son lancement, de la nouvelle chaîne d’information Al-Arab. Si tous les détails de cette censure peu commune ne sont pas connus, il ne fait aucun doute en tout cas que cette extraordinaire décision, après des mois de préparation et un gros lancement publicitaire, n’a été prise qu’après consultation des autorités saoudiennes. En effet, depuis qu’elles ont sauvé la dynastie au pouvoir en volant militairement à son secours au plus fort du “Printemps arabe”, ces autorités ont la haute main sur tout ce qui se passe à Bahreïn, le petit émirat où Al-Walid Ibn Talal et son équipe ont eu l’étrange idée, il y a des mois de cela il est vrai, d’installer leur nouvelle chaîne.

On a toutes les raisons de penser par conséquent que la fermeture d’Al-Arab, parce qu’elle aurait diffusé dans son premier journal quelques minutes d’entretien avec un des responsables de l’opposition, n’est qu’un grossier prétexte, en plus d’être un affront difficile à avaler pour Al-walid Ibn Talal. En effet, le rédacteur en chef de la chaîne, Jamal Khashoggi, a fait part depuis des mois de ses intentions “libérales”, précisément en prenant comme exemple la possible présence, sur les plateaux de la chaîne, d’opposants bahreinis. Avec autant d’argent en jeu, on peine à croire, surtout dans le contexte régional, que personne n’ait pris le temps de tracer soigneusement les lignes rouges à ne pas franchir.

A côté de cet échec retentissant, le lancement d’Al-Araby, une semaine plus tôt, apparaît comme une immense réussite. Placée sous l’égide du Palestien Azmi Bishara, Al-Araby propose une programmation généraliste avec des émissions musicales, des talk-shows, des feuilletons (plutôt de qualité), le tout essentiellement à destination de cette jeunesse arabe qui a vécu de si fols espoirs au début de l’année 2011. Par conséquent, rien à voir en principe avec Al-Jazeera, la première chaîne d’information dans le monde arabe, si ce n’est que l’une et l’autre sont entièrement adossées à la puissance financière de l’Emirat du Qatar. Et de fait, si la nouvelle chaîne orientée jeunesse a pour objectif de corriger l’image du très riche émirat dans l’opinion arabe (voir ce précédent billet, il y a un peu moins d’un mois), les premiers commentaires sur sa ligne éditoriale, avec son soutien très patent aux Frères musulmans notamment, montre qu’elle sera, tout autant qu’Al-Jazeera, le reflet fidèle de ses objectifs politiques.

Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar : la scène médiatique arabe continue à se jouer pour l’essentiel entre gros potentats des pays du Golfe… Et les nouvelles, ailleurs dans la région, ne poussent pas à l’optimisme. En effet, le quotidien beyrouthin Al-Akhbar se faisait aujourd’hui l’écho de rumeurs à propos d’une possible fusion entre les trois principales chaînes, au sein du camp du 14-mars, à savoir Future TV, MTV et la LBC (par ailleurs étranglée financièrement par la société Rotana de Walid Ibn Talal). Les difficultés financières des chaînes libanaises, une situation qu’on retrouve peu ou prou en Egypte, annoncent toujours plus de concentration médiatique péninsulaire…

Al-Jazeera et la misère des trop riches médias arabes (1)

khabarajelFaut-il encore compter avec Al-Jazeera, l’enfant prodige des médias arabes ? Aujourd’hui, la question divise. Mais on remarque déjà qu’elle est désormais posée, et pas simplement par des commentateurs trop partisans pour être totalement crédibles. C’est tout de même le signe que le trône de la star qatarie vacille, même si cela vient après vingt années d’un règne incontesté.

Pour certains, l’affaire est même entendue. Dans Al-Safir, Yamen Sabour (يامن صابور) a ainsi récemment dressé un réquisitoire (article en arabe) qui a retenu l’attention. A ses yeux (et je partage largement son analyse), le succès d’Al-Jazeera à partir de la fin des années 1990 tient au fait qu’elle comblait en partie le vide abyssal des chaînes gouvernementales. Il tenait aussi à l’équilibre que les responsables avaient su trouver, dans le nouveau contexte géopolitique du tournant du millénaire, entre les attentes du public arabe (et musulman) d’une part, et les positions fondamentalement pro-occidentales du Qatar et plus largement des monarchies du Golfe de l’autre. Mais les ambitions régionales de l’émirat pétrolier ont ruiné l’immense crédit que la chaîne avait réussi à se créer auprès du public arabe, en déstabilisant ce positionnement fragile, surtout avec les événements du « Printemps arabe ». Mobilisée sur la place Tahrir, la jeunesse égyptienne en révolte a rapidement été déçue par le soutien inconditionnel de la chaîne au président Morsi et aux Frères musulmans. Une déception qu’a renforcée la manière, outrageusement partisane, dont Al-Jazeera a couvert les événements en Libye et en Syrie notamment, surtout au regard de son silence vis-à-vis de la révolte à Bahreïn. Quant au départ d’un certain nombre de ses journalistes vedettes, ce fut la confirmation, pour une bonne partie de l’opinion, que la chaîne qatarie n’était plus que l’ombre de ce qu’elle avait été. Ayant perdu son aura de professionnalisme et une bonne partie de sa crédibilité, Al-Jazeera n’est plus – pour beaucoup – qu’une chaîne de second rang, réduite au simple rôle de porte-parole des intérêts qataris. Une destinée que Yamen Sabour résume en concluant son article par une citation tirée d’un entretien donné par le journaliste tunisien Ben Jiddo sur le point de rejoindre la chaîne Al-Mayadeen : « Al-Jazeera a mis un terme à un véritable rêve de professionnalisation et d’objectivité. Le professionnalisme est en déclin. Autrefois un vrai média, son rôle consiste désormais à susciter la discorde et à embrigader. » («إنّ قناة الجزيرة أنهت حلماً كاملاً من المهنية والموضوعية، وباتت تلك المهنية في الحضيض، بعدما خرجت عن كونها وسيلة إعلام، وتحولت إلى غرفة عمليات للتحريض والتعبئة» )

Naturellement, les patrons d’Al-Jazeera ne l’entendent pas ainsi. Ils ont publié tout récemment un communiqué triomphateur pour affirmer que, enquête d’Ipsos et de Sigma à l’appui, la chaîne restait, et de très loin, la première dans sa catégorie : 23 millions de téléspectateurs par jour, plus que le chiffre atteint par les quatre principales concurrentes réunies (Arabiyya, BBC, France 24, Sky News arabe). Autre confirmation de la bonne santé de la chaîne, sa page Facebook vient de passer le cap des 10 millions d’abonnés. Loin devant celle de ses rivales là encore…

De fort beaux chiffres, mais auxquels tout le monde ne croit pas. Il est déjà arrivé dans un passé récent que les « mauvaises manières » d’Ipsos (une discrète success story française) soient dénoncées par certains professionnels, en l’occurrence ceux de la chaîne égyptienne Al-Hayat (article en arabe). De toute manière, la question n’est pas seulement une question de chiffres d’audience. Comme l’explique l’article résumé précédemment, c’est bien la crédibilité d’Al-Jazeera, son professionnalisme qui sont de plus en plus remis en cause. Et ce n’est pas le fait que ses dirigeants aient fini par céder aux pressions en fermant en Egypte Al-Jazeera Mubasher, petit caillou dans la chaussure du caudillo Sissi, qui va redorer son image, surtout lorsque la même Al-Jazeera (canal historique si l’on veut) se met au diapason en donnant audit Sissi de « l’honorable Monsieur le Président » (fakhâmat al-ra’îs), après l’avoir traité jusque-là comme un vulgaire putchiste ! En fait, le signe indubitable qu’il y a un problème avec Al-Jazeera, c’est en réalité l’annonce, faite il y a un peu moins d’un an, d’une nouvelle chaîne d’information qatarie, confiée cette fois au « Palestinien défroqué » (si on me permet cette expression) Azmi Bishara. Même si on cherche à enjoliver le tableau en présentant cette création comme un « contrepoids », en quelque sorte pour « rééquilibrer » les choses, c’est bien qu’il doit y avoir un problème aujourd’hui…

khabarajelInutile d’accabler la pauvre Al-Jazeera, la quasi totalité des médias de la région n’ont rien à lui envier en termes de médiocrité. Les événements actuels ont au moins cet avantage de révéler qu’ils étaient prêts, à quelques rares exceptions, à toutes les palinodies. Au grand désespoir d’Abdel-Bari Atwan (édito en arabe), un vrai journaliste qui a été obligé de vendre son titre, Al-Quds al-‘arabi (aux Qataris d’ailleurs), mais qui ne s’est pas vendu lui-même (voir ce billet : Les médias arabes et les puissances du Golfe), l’actuelle crise entre l’Egypte et le Maroc aura ainsi donné le spectacle affligeant de professionnels marocains découvrant (enfin) que le maréchal Sissi s’était installé au pouvoir en renversant son successeur, tandis que certains de leurs homologues au Caire évoquaient une économie marocaine fondée sur les revenus de la prostitution.

Il faut dire que, dans le cas égyptien (au moins, car le phénomène est généralisable) s’ajoute une nouvelle donnée, qui ne surprendra pas les lecteurs français de ce blog : la « pipolisation » de l’information où les stars de l’écran, quelle que soit leur formation, jouent désormais les journalistes d’investigation (un phénomène évoqué dans cet article en arabe). Avec comme résultat de cette course à l’audience facile, les pratiques extrêmement douteuses d’une « journaliste » sans scrupule ni vergogne filmant en direct une descente de police dans un hammam paraît-il fréquenté par des homosexuels.

Cette course à l’audience tient en partie au fait que l’explosion quantitative de l’offre (autour de 700 chaînes arabes, pas toutes consacrées, loin s’en faut, à l’information, et heureusement soupire-t-on) ne repose sur aucune réalité économique. En temps de crise (toujours en Egypte, cet article sur les difficultés du marché publicitaire qui posent de sérieux problèmes à pas mal de chaînes), on vire les employés, quand on ne liquide pas l’entreprise. Pas étonnant dans ces conditions que la quasi-totalité du secteur médiatique, surtout lorsqu’il s’agit d’information, soit adossée à un projet politique. Souvent jusqu’à la caricature, à l’image de ces cinq chaînes satellitaires (cinq !) qui diffusent depuis la Turquie la propagande des partisans du président destitué Mohamed Morsi (article en arabe).

Alors que ses émissions étaient pourtant suivies avec passion, en Egypte et partout ailleurs, personne dans le monde arabe ne se risque à offrir un temps d’antenne à Bassem Youssef. Peut-être finira-t-il (mais je serais personnellement étonné) par retourner sur YouTube, là où il avait commencé, juste après la révolution du 25 janvier. Pourtant pléthorique, l’offre va s’étoffer encore davantage puisque, outre la future Al-Araby confiée à Azmi Bishara, il y aura, au 1er février prochain, la nouvelle chaîne Al-Arab, que s’est offerte le prince milliardaire saoudien Al-Walid Bin Talal. On voudrait bien croire que c’est une bonne nouvelle, mais rien n’est moins sûr quand on sait qu’elle va émettre depuis Bahreïn, pays où la répression ne faiblit pas depuis le début des soulèvements, il y a très longtemps, au temps d’un certain « Printemps arabe ».

Chicha et châcha (1/2) : comment regarder le Mondial quand on est arabe ?

palestinbein

Alors que tout va mal, le Mondial offre aux Arabes qui aiment le foot – et ils sont nombreux – une parenthèse bienvenue, entre chicha et chacha, comprendre entre narguilé et écran. Pourtant, plus que jamais, le foot, surtout depuis qu’il a fait l’objet d’une énorme OPA qatarienne, est une affaire où fric rime avec politique. Avec, par exemple, ces commentaires dans Al-Akhbar à propos de l’inflation, ridicule à plus d’un égard, d’invocations divines de la part des journalistes commentant les matchs ! Exaspéré par toute cette bondieuserie totalement déplacée à propos des prénoms des joueurs et des interventions divines dans le cours de la partie, Ahmad Mohsin demande si on s’interroge sur TF1 pour savoir si Yohan Cabaye va ou non à la messe le dimanche !

En principe – mais il y a des exceptions comme on le verra, pas moyen d’échapper à la main-mise qatarie sur le football mondial si on est arabe. Hormis les richards du Golfe, et l’Algérie (seul pays arabe qualifié) qui a dû sortir 30 millions de dollars pour offrir à son peuple 24 matchs, les téléspectateurs qui veulent suivre la compétition doivent faire leur bay’a (acte d’allégeance) à l’émir du Qatar, propriétaire de beIN (ex-Jazeera sport), détenteur exclusif mondial des droits du Mondial. Pour cela, il faut acheter une petite boîte magique, un décodeur violet, pour une somme qui varie entre 230 et 280 dollars selon les pays (voir ici). Et le Qatar a mis le paquet pour décourager les plus habiles des pirates qui se sont apparemment cassés les dents sur le code qu’ils ont mis en place pour protéger leur business.

Du coup, les téléspectateurs arabes pour lesquels un tel investissement n’est même pas envisageable, et ils sont nombreux, ont recours au système D (quand ils ont de l’électricité naturellement, et pas des bombes sur leur toit ou devant leur porte). Les bons vieux « rateaux » à l’ancienne, avec des bricolages pour pousser leur portée, ont repris du service dans certaines zones de Jordanie, de Syrie ou du Liban, et de Cisjordanie naturellement, pour « pomper » les retransmissions de la chaîne israélienne.

Pour les puristes, un bon match se passe de commentaires paraît-il mais pour ceux qui souhaitent les entendre en arabe – et c’est vrai que cela peut faire beaucoup pour l’ambiance – les Palestiniens ont trouvé une solution assez amusante : désormais, à côté de la télé, il y a un poste radio, branché sur une station locale – laquelle diffuse la bande son « officielle » sur beIN ou, mieux encore, son propre commentataire en bon arabe palestinien !

Il y a d’autres solutions, à l’échelle de toute la région cette fois. Dans certains cas, on pirate les retransmissions des pays riches, en « récupérant » les signaux satellitaires moins difficiles à décrypter, sur Hotbird par exemple. Plus simplement encore, on peut se rendre – cela fait partie du plaisir – dans un des lieux publics, cafés ou restaurants, qui ont acheté une licence. En principe, les Qataris, qui ne font pas de cadeaux, font payer ce type d’abonnement plus cher mais, dans les circonstances actuelles, il y a pas mal d’endroits où il y a assez peu de chance que les inspecteurs viennent mettre les pieds !

En Syrie par exemple, il y a assez peu de risque qu’on les voit, et les cafés branchés de Damas ont retrouvé, pour la première fois depuis trois ans, un peu d’animation nocturne (ça n’est pas le cas à Alep, vous l’aurez deviné). Avec même un rite un peu particulier, qui consiste à manifester ses sentiments politiques, en affichant ou non les drapeaux nationaux des équipes en compétition. Impensable bien entendu d’arborer un drapeau d’une nation « ennemie » (la France au hasard!) : en pareil cas, c’est l’emblème national syrien qui s’impose ! Un moment tenté de pirater le Qatar, qui n’est plus vraiment un pays frère, les Syriens avaient envisagé de passer la compétition sur une chaîne nationale ou “semi-privée” (c’est-à-dire privée, mais à quelqu’un bien vu du régime, selon la définition régionale la plus commune du secteur privé). Il a dû craindre les foudres du Qatar (et il n’a pas tort sans doute), et peut-être aussi celle de la FIFA qui n’hésitera pas à sortir le carton rouge pour les pays qui ne respectent pas les règles du jeu mondial des droits audiovisuels. Du coup, c’est une chaîne créée de toutes pièces, juste pour la durée de la compétition, qui retransmet les matchs.

Malgré tout, la solution libanaise pour regarder le Mondial malgré l’embargo qatari est encore plus surprenante. Comme la colère publique commençait à monter chez les spectateurs qui, malgré les combines diverses et variées, n’arrivaient pas à s’offrir leur dose de foot, ce pays sans président, a trouvé une combine politique presque aussi subtile que le fameux « pacte national » de l’été 43. Résumé par un titre de L’Orient-Le Jour, la solution libanaise a consisté à imaginer un accord qui réussit à légitimer le secteur très juteux du piratage télévisuel. En d’autres termes, l’Etat, en ponctionnant les sociétés locales de téléphonie, a choisi de payer la société privée Sama, détentrice exclusive de la revente des droits de diffusion du Mondial dans le pays. Mais attention, on est au Liban, et ce ne profitera pas à Télé-Liban. Non, dans son étonnante créativité politique, l’exécutif libanais a choisi de laisser cette diffusion se faire par l’intermédiaire des distributeurs dont les câbles (totalement illégaux et courant dans tous les sens) fournissent à ceux qui paient un abonnement (totalement illégal lui aussi) d’une vingtaine de dollars par mois.

Tant pis si Télé-Liban, la chaîne nationale, est captée par tout citoyen du pays (pourvu qu’il ait de l’électricité ou qu’il ait payé la facture au fournisseur privé du générateur local). Et cela y compris dans les zones rurales et/ou pauvres où il n’y a pas de trafiquants d’images télévisées. Tant mieux pour les distributeurs illégaux. Et bravo à la société Sama dont les sponsors locaux, qui ont failli ne pas faire une bonne affaire car on ne se précipitait pas au Liban pour payer ces abonnements jugés trop chers : avec ce tour de passe-passe, ils voient leurs investissements récompensés ! Pas tout-à-fait « légitimement » mais quand même ! Le Liban, champion du monde de la combinazione politico-financière !

(La semaine prochaine, on s’intéressa davantage à la compétition.)

En être ou ne pas en être ? Al-Jazeera going global

beinviolet

Au passage de l’année, la très puissante Al-Jazeera Sport (الجزيرة الرياضية), bras armé de l’émirat du Qatar dans l’univers impitoyable de l’exploitation audiovisuelle des grandes manifestations sportives, a changé de logo. Créée en 2003, la filiale pour les sports de la chaîne d’information qatarie, elle-même lancée en 1996, a su bâtir en moins d’une décennie son empire sur ce créneau particulier. Au sein du système médiatique arabe, elle a réussi à étouffer la concurrence, un rêve devenu réalité avec l’achat, en novembre 2009 et « pour un montant qui n’a pas été précisé », de son principal rival, le groupe saoudien ART. Et même au niveau international puisque, comme le note fort justement cet article, la chaîne qatarie est devenue, à la suite de ce mercato record, le plus important réseau mondial dédié au sport.

beinPourtant, fin 2013, adieu à Al-Jazeera al-riyadiyya (Al-Jazeera Sport) et bienvenue à Be In Sport. La fin d’une époque marquée par un symbole fort sur le plan communicationnel puisqu’on passe de la transcription anglicisée de « l’île » (al-Jazeera), qui faisait allusion au nom local de la Péninsule arabique (al-Jazeera al-‘arabiyya), à une marque déclinée sous la forme d’une expression anglo-saxonne : be in, être dedans, être dans le coup, « en être » quoi ! Délaissant la célèbre calligraphie en forme de goutte d’eau, la charte graphique actuelle dote la chaîne d’une nouvelle identité qui rompt totalement avec ses origines maintenant qu’elle est déclinée en caractères latins un peu en forme de nouilles. vieux jazeera sportCôté couleurs, abandon également du code associé au groupe dont la chaîne est issue : fin du jeu sur le bleu, jaune et orange, Be In se drape dans des flots d’un mauve dont on chercherait en vain la trace dans la gamme chromatique régionale (à la seule exception, mais cela ne lui a pas porté chance, du parti de l’ex-président tunisien Ben Ali).

change

Le nouvel habillage de cette télévision sportive ne doit rien au hasard. Comme le claironne le slogan imaginé à l’intention de ce qui n’est plus qu’un petit segment de son marché, à savoir le public arabe : Wa taghayyarat al-lu’ba, soit Change the game! comme on dit dans l’idiome adopté pour la communication de la chaîne qatarie (voir l’image à côté). Pour la partie qui s’annonce, BeIn Sport cherche visiblement à se démarquer de sa grande sœur, la première chaîne arabe d’information en continu qui ne se remet toujours pas vraiment de ses exploits durant ce qu’il est convenu d’appeler le « printemps arabe ». Pour des raisons qui peuvent être différentes mais qui tiennent toutes au fait qu’ils jugent que la chaîne a rompu avec une certaine exigence professionnelle pour devenir, d’une manière de plus en plus évidente, un vulgaire porte-voix des manœuvres diplomatiques du Qatar, nombre de téléspectateurs arabes se sont détournés d’Al-Jazeera. Côté tribune officielle, la situation est pire encore ; les autorités égyptiennes ont ainsi vertement remis à sa place l’ambassadeur du Qatar parce que son pays avait osé critiquer la répression à l’encontre des Frères musulmans.

La « marque » Al-Jazeera n’est donc plus aussi porteuse, et les experts en marketing ont dû penser qu’ils pouvaient s’en défaire sans grosse perte. Mais il n’en a pas toujours été ainsi puisque la chaîne qatarie a conservé son identité d’origine lors de son lancement en août dernier aux Etats-Unis. Il est vrai que le regard du public nord-américain n’est pas le même que celui des téléspectateurs arabes. Et surtout, sur ce marché où elle occupe un segment très particulier et où les enjeux ne sont pas strictement commerciaux, il est bien plus intéressant pour le canal anglo-saxon d’annoncer la couleur en quelque sorte, en l’occurrence ses liens avec la maison mère au Qatar.

En revanche, pour la branche sportive qui correspond à un « vrai » plan business, la situation est différente. Pour elle, le marché arabe n’a guère d’importance et la chaîne qatarie, pour régler ses différends avec ses voisins privés de matchs de foot par exemple, continuera, comme elle l’a déjà fait dans le passé, à leur faire l’aumône de quelques retransmissions gratuites ou à prix bradés (voir cet ancien billet). En revanche, parce que sa stratégie est planétaire et que la chaîne du pays qui doit en principe accueillir le Mundial en 2022 s’adresse aux sportifs du monde entier, le branding du produit, son nom et son identité graphique, répondent à d’autres impératifs. Going global, inévitablement, Al-Jazeera n’a aucun intérêt à proclamer son identité arabe, à « en être » – be in – de ce monde arabe ! Comme bien d’autres sociétés actives à cette échelle – les exemples existent bien entendu en France –, il lui faut tout au contraire se doter d’une image aussi neutre qu’internationale.

Ainsi, la naissance de BeIn Sport contient en germe l’annonce d’une disparition. Ayant forgé sa notoriété sur le fait qu’elle était précisément porteuse d’une autre voix – celle des Arabes en l’occurrence –, Al-Jazeera, bien décidée à s’installer dans le paysage mondial, met en sourdine son identité première pour mieux séduire les chalands… Passe encore lorsqu’il s’agit de sport mais la démarche ne peut pas être dupliquée à l’identique dans le domaine de l’information. A la différence d’autres chaînes de ce type, la BBC, Russia Today ou encore CNN, autant de marques clairement identifiées à un type de message, on ne voit pas bien sur quoi Al-Jazeera peut s’appuyer pour « révolutionner l’information » internationale. Et encore moins aujourd’hui que trône sur les débris du projet national arabe la dynastie saoudienne…

Sur un coup de tête ! L’art moderne au Qatar

zidane Mathaf-Museum-of-Modern-Arab-Art-Doha-Qatar-166

Nathat zaydan ! (نطحة زيدان) : pour évoquer le geste « historique » de Zinédine Zidane lors de la mémorable finale du Mondial 2006, la très riche langue arabe possède un mot, natha, tiré de la racine qui signifie donner un coup de tête, ou de corne. Au Qatar, c’est ainsi qu’on parle du célèbre « coup de boule » dû au sculpteur d’origine algérienne Adel Abdessemed, en tout cas parmi les locuteurs arabophones (qui ne sont pas si nombreux puisqu’ils restent minoritaires dans ce petit pays, même en y ajoutant les immigrés des pays arabes).

zidanestatueUn temps érigée sur le parvis du Centre Pompidou, l’énorme masse de bronze de cinq mètres de haut est appelée à couler désormais des heures ensoleillées sur la corniche de Doha. Un voyage qui ne lui a rien fait perdre de son « capital de provocation » puisque, après les protestations de nombre de personnalités du foot français, choquées de voir figé dans l’éternité le geste le plus regrettable de la carrière de cet « immense joueur », ce sont maintenant les Qataris qui se mobilisent.

Sur Twitter et Facebook, ils ont été un certain nombre à protester contre cette installation sur la base d’un argumentaire moralisateur là encore : pourquoi immortaliser de la sorte un geste qui n’a rien de glorieux ? Tant qu’à ériger des statues, n’y avait-il pas d’autres figures plus nobles qu’il aurait mieux valu célébrer pour l’édification des populations locales ? Et comme on est sur une terre musulmane où l’on se targue d’une interprétation stricte du dogme, il n’a pas manqué de voix pour protester, sur un mode plus véhément, contre ces idoles, très peu halal, qu’on se sent obligé d’acheter fort cher à l’étranger – le prix de la transaction n’est pas connu… Dans le style ramassé propre aux réseaux sociaux, cela donne des propos du type : Qu’on donne un micro à [cheikh] Shaarawi pour qu’il nous dise ce qu’il pense du vin, des églises, des fêtes [païennes], des distractions et des idoles, on a besoin de sa franchise ! Heureusement, tous les Qataris ne sont pas suffisamment férus d’art contemporain pour savoir que ce que les connaisseurs apprécient parmi les œuvres d’Abdel Abdessemed, c’est moins l’évocation de l’énorme coup de tête du Mondial 2006 que l’étonnante reprise du célèbre rétable d’Issenheim, un Christ en croix du début du XVe siècle qu’on est pas près de voir trôner en majesté dans les rues d’une capitale arabe !zidaneAbdessemedDécor

Il faut reconnaître que l’affaire de la statue de Zizou a fait long feu. De toute manière, c’est rarement le cas des mouvements d’opinion dans un pays où l’art contemporain peine encore à galvaniser les foules qui disposent pourtant de musées richement dotés. Mais cela ira sans doute mieux dans quelques années avec la tenue du Mondial en 2022 et l’on peut imaginer que, comme à Beaubourg, se faire tirer le portrait sous les pieds des deux célèbres footballeurs sera un des musts du voyage pour les hordes de supporters venus communiquer dans la chaleur des stades (c’est le cas de le dire compte tenu du climat local)… Du moins si le fameux Mondial est bien maintenu au Qatar car un malheur ne venant jamais seul, c’est la grande célébration du foot dont on voudrait désormais priver le célèbre Emirat après qu’une grande lassitude a contraint son monarque à passer la main à son fils en juin dernier. Un changement de coach qui a entraîné un remaniement de l’équipe ministérielle puisque l’ancien Premier ministre a lui aussi été remercié.

Il n’y a pas eu de changement en revanche du côté des très nombreux conseillers qui veillent au lustre de l’Emirat, à savoir la très ambitieuse politique d’investissements culturels qu’il mène, à l’image d’autres pays de la région tels les Emirats (voir ce billet). Comme on l’a vu la semaine dernière, le marché international de l’art continue, plus que jamais, à miser sur le Golfe. D’ailleurs, parmi les conseillers de la grande prêtresse dans ce domaine, cheikha Al-Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al-Thani, fille de l’ex-émir du Qatar et sœur de l’actuel, on trouve (comme on l’apprend dans ce portrait diffusé il y a quelque temps sur France Culture), un trio d’experts venus tout droit de chez Christie’s.

Ami du Qatar quels que soient les régimes, l’Etat français y place ce qu’il a de meilleur : son industrie de pointe dans l’armement, ainsi que les productions de ses artistes, parfois immigrés même. A l’époque où Paris accueillait Adel Abdessemed, jeune Algérien fuyant les sombres années que connaissait alors son pays (Ahmed Asselah, le directeur de l’école des Beaux-Arts d’Alger devait en être une des nombreuses victimes), un autre jeune créateur venu lui d’Extrême-Orient s’installait aussi en France. Yan Pei-Ming, célèbre depuis lors pour ses grands formats. C’est lui aussi un artiste très coté à Doha.

Ceux qui ont eu la chance de visiter le musée d’art d’islamique dessiné par l’architecte Ming Pei ne peuvent avoir manqué, dans l’entrée, le double portrait – ils doivent y être encore ! – de l’ex-émir, Hamad ben Khalifa al-Thani, et de son épouse favorite (il en a trois), la cheikha Mozah. Gentille surprise réservée par la princesse Mayassa à ses parents lors de l’inauguration de ce bâtiment de plus de 300 millions de dollars (voir cet article dont est tirée l’illustration du haut), ce double portrait est bien dans le style de cet artiste acclamé sur tous les marchés et qui a récemment eu l’honneur d’une exposition au Qatar Museum Authority. Sous le titre Peindre l’histoire, une centaine d’aquarelles de Yan Pei-Ming ont ainsi proposé, l’hiver dernier, une sélection d’« icônes » de la modernité arabe, hommes politiques mais aussi chanteurs, comédiens, écrivains qui ont fait l’histoire de cette région.

Comme l’explique le site du musée, Nasser voisine ainsi avec Arafat et Fairouz dans cette sorte de panthéon local. Un aimable pêle-mêle comme on disait autrefois, où le poète Adonis dialogue avec Omar Sharif. qaddafiyanpeimingL’art est libre, naturellement, mais on imagine toutefois que le peintre d’origine chinoise a dû recevoir quelques conseils pour procéder à cette sorte de « sélection internationale » arabe des visages les plus marquants de l’époque. Et si le Figaro fait preuve d’une grande impertinence pour noter que, dans cette saga, le Qatar apparaît « comme le moteur des révolutions », on notera que, dans le monde arabe, c’est le portrait de la mort misérable du Libyen Moammar Qaddafi, avec des airs de saint Sébastien, qui a suscité, dans le monde arabe et ailleurs, quelques murmures discrets de réprobation.

Mise à jour au 31 octobre : les conservateurs auraient gagné et imposé “l’enlèvement du sérail” de la statue ! http://www.middle-east-online.com/english/?id=62290

En arabe dans le texte, les anathèmes diaboliques de cheikh Qardawi

 

Aujourd’hui, l’anathème désigne la réprobation générale, la mise à l’index, d’une personne ou d’une idée. Mais à l’origine, le mot appartient au vocabulaire religieux (catholique) et désigne la « sentence de malédiction à l’encontre d’une doctrine ou d’une personne jugée hérétique », ou bien encore la « peine ecclésiastique qui consiste à retrancher publiquement quelqu’un pour cause d’hérésie de la communauté des fidèles, à l’excommunier en le maudissant ».

Cette définition s’applique exactement à l’exercice d’exécration publique auquel s’est livré une des plus hautes autorités de l’islam sunnite, depuis longtemps mise sur orbite médiatique par la chaîne satellitaire Al-Jazeera. Cheikh Qardawi (Qaradawi, Qardhâwî, القرضاوي) a ainsi rompu avec le positionnement qu’il a longtemps affectionné, celui du champion de la « voie moyenne », celui qui se tenait loin des extrêmes et même à l’occasion celui qui se faisait le chantre de l’unité des musulmans, chiites et sunnites confondus. En l’espace de quelques jours, en public à Doha et sur son site internet, l’homme qui anime depuis des années les causeries religieuses d’Al-Jazeera (entre autres tribunes) s’est prononcé sur les questions actuelles en utilisant un langage d’une rare violence. Des diatribes qui ont fait du bruit dans le monde arabe mais qui ont eu beaucoup moins d’échos dans la presse internationale, ou alors sur un mode très édulcoré. Pour s’en tenir à quelques exemples, la BBC a ainsi titré que « le religieux Qardawi presse les sunnites de rejoindre les rebelles » (Qaradawi urges Sunnis to join rebels). Quant au New York Times, il va jusqu’à épouser la logique du dignitaire religieux en parlant d’« appel aux musulmans du monde pour qu’ils aident les rebelles syriens » (Sunni Cleric Issues Appeal for World’s Muslims to Help Syrian Rebels). Faut-il comprendre que, pour le NYT , les chiites ne sont pas musulmans ???!!!

Comme on le sait, à traduire il y a toujours danger de trahir. C’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit, comme dans les discours de cheikh Qardawi, d’un vocabulaire religieux chargé d’une histoire spécifique qui ne trouve pas forcément son équivalent dans d’autres aires culturelles, et notamment en français. Avec les précautions d’usage, on propose malgré tout cet essai de lecture de « Qardawi dans le texte », c’est-à-dire aussi près que possible de l’original, au risque de ne pas être toujours très élégant dans l’expression. En tout état de cause, ça ne sera pas pire que l’absence totale de verbatim dans les médias chargés d’informer, qui se taisent ou se contentent de résumés très édulcorés.

Pour ce faire, on peut utiliser la dépêche publiée sur le site d’Al-Jazeera, qui, curieusement, n’en fait pas des tonnes sur les déclarations fracassantes du Global Mufti qui fait pourtant partie de ses vedettes les plus célèbres. Illustré d’une photo prise à l’occasion d’un meeting de « solidarité avec le peuple syrien »(voir ci-dessus), tenu dans un stade de Doha, l’article, assez bref, propose un titre particulièrement neutre par rapport à ce qu’on trouve ailleurs dans la presse : « Qardawi attaque Nasrallah » (القرضاوي يهاجم نصر الله ). Avec toutefois un sous-titre qui donne le ton : « Il l’a décrit [= Nasrallah] comme le leader du “parti de Satan” » (وصفه بأنه زعيم “حزب الشيطان” ).

La formule est un classique des échanges musclés de la propagande politico-religieuse, et trouve des échos dans le répertoire coranique (voir ce commentaire de Nidal sur le site SeenThis). Dans le même registre, Qardawi pousse le bouchon un peu plus loin en jouant sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, quelque chose comme « Victoire du démon » (nasr al-tâghût) en lieu et place de « Victoire de Dieu » (Nasr Allah “حزب الشيطان ونصرٌ للطاغوت” ). L’épithète est coranique elle aussi, et elle a « l’avantage » dans la réthorique de Qardawi de renforcer le jeu sur les mots en introduisant des connotations de tyrannie, bien présente dans cet autre terme (tâghût) utilisé pour désigner l’ennemi principal de Dieu…

Au moment d’entamer sa série d’imprécations, cheikh Qardawi souffre d’un désavantage réel, celui d’avoir été longtemps, non seulement l’avocat de la conciliation entre musulmans, mais également celui qui n’a cessé de prendre parti, des années durant, en faveur de Hassan Nasrallah et même de Bachar el-Assad. Dans cet article (en arabe), « un observateur basé à Londres » vient ainsi de dresser la longue liste des louanges tressées, à l’un comme à l’autre, par le cheikh égyptien devenu qatari entre 2004 (guerre d’Irak) et 2009 (bombardement de Gaza), avec le pic de popularité, partagé dans tout le monde arabe, de la « divine victoire » – voir ce billet – de 2008. Car à l’époque, on jouait déjà sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, mais c’était alors pour chanter les mérites de cette « victoire de Dieu » (Nasr Allah).

La stratégie oratoire adoptée ne manque pas de souffle ! Transformant son handicap en avantage, Qardawi reconnaît haut et fort ses erreurs passées, avec une formule qui fait mouche (et que reprendront de très nombreux commentateurs arabes) : ceux qui étaient plus critiques que moi vis-à-vis de Nasrallah et des chiites en général ont été plus « mûrs » (en arabe أانضج, mûr, réfléchi, adulte…). Il n’hésite pas à le clamer haut et fort : « Les chiites m’ont trompé » (الشيعة خدعوني). L’expression est violente, et elle le devient plus encore lorsque sont expliquées les circonstances qui éclairent cette volte-face : « La révolution syrienne a dévoilé la vérité et mis en lumière la réalité (haqîqa) du Hezbollah et des chiites dont le Diable s’est emparé en leur faisant oublier Dieu ! » “إن الثورة السورية أجلت الحقيقة وبينت حقيقة حزب الله وشيعته الذين استحوذ عليهم الشيطان فأنساهم ذكر الله”.

La suite est dans la même veine, avec des attaques contre les chiites qui n’auraient d’autre objectif que de liquider les (vrais musulmans) sunnites : « Les chiites se tiennent prêts, ils dépensent sans compter pour perpétrer des carnages (majâzir) en Syrie et anéantir les sunnites. » “أن الشيعة يعدون العدة وينفقون المال من أجل تنفيذ مجازر في سوريا للفتك بأهل السن”

Une autre des stratégies rhétoriques utilisées consiste à brouiller sans cesse les frontières doctrinales et géopolitiques. A plus d’une reprise, les chiites sont volontairement associés aux Iraniens, tandis que les (vrais) musulmans sont, forcément, sunnites : « Il n’y a pas de terrain commun [possible] entre les deux camps car les Iraniens – en particulier les conservateurs – veulent manger (akl souvent traduit par devor dans les versions anglaises) les sunnites. » “لا أرضية مشتركة بين الجانبين لأن الإيرانيين وخصوصا المحافظين منهم يريدون أكل أهل السنة”

Envolée finale, l’énonciateur s’appuie sur son autorité religieuse pour prononcer des jugements sans appel : « Il [l’ancien président Hafez el-Assad] appartenait à une confession (tâ’ifa) plus mécréante que les chrétiens et les juifs, dans la mesure où ses adeptes ne suivent aucune des lois de l’islam. » “ينتمي لطائفة أكفر من النصارى واليهود، كون أتباعها لا يقومون بأي شعيرة من شعائر الإسلام” (La version anglaise du New York Times choisit le terme « infidèle » pour traduire kâfir, mot qui désigne tout de même le péché d’impiété maximal.)

aqConclusion inévitable, livrée lors du prêche du vendredi dans une mosquée de Doha et sur le site du cheikh médiatique (selon la BBC qui le crédite de 60 millions de téléspectateurs) : « Tout musulman ayant une formation militaire et capable de le faire doit se présenter pour aider les révolutionnaires syriens. » “كل مسلم مدرب على القتال وقادر عليه ان يقدم نفسه لمساعدة الثوار السوريين”

On notera que dans la dépêche de la BBC, et sans nul doute dans bien d’autres articles, muslim est traduit par Sunni ! Bel exemple d’à-peu-près journalistique. S’il en avait lui-même la force (il s’approche des 90 ans tout de même), il aurait lui-même combattu à Qussayr, précise le cheikh de Doha ! De même, pour parler des alouites dans le cas syrien, et des chiites en général , Qardawi utilise des termes extrêmement péjoratifs, tels que nusayri pour les premiers – sur l’histoire de cette « communauté, voir les deux billets très détaillés de B. Paoli – et râfidîns pour les seconds) : autant d’attaques, proches de l’insulte en fait, que la traduction rend parfaitement invisibles.

Certes, comme finit par le noter tout de même le correspondant à Doha de la BBC et quelques autres commentateurs (voir le site de la chaîne saoudienne Al-Arabiyya), il y a un risque de dérive sectaire ! C’est le moins que l’on puisse dire en effet en découvrant un discours d’où se dégage une formule qui a marqué les esprits et que l’on retrouve dans plusieurs titres (sans parler des réseaux sociaux) : « Comment 100 millions de chiites peuvent-ils l’emporter sur 1 milliard et 700 00 millions ? Parce que les musulmans se laissent faire ! » “كيف ل100 مليون من الشيعة ان ينتصروا على مليار و700 مليون ؟ لان المسلمين متخاذلون”

Pour cette haute autorité religieuse, il n’est plus apparemment de musulmans que sunnites, et les chiites, dans leur totalité apparemment, sont envoyés au diable ! Un amalgame qui s’inscrit dans le récit (narrative) que Qardawi s’est manifestement donné pour mission d’inculquer à ceux qui croient en son enseignement. Et pour constater combien un tel discours réussit à enflammer des esprits déjà très échauffés, il suffit de lire les commentaires laissés par les internautes sur quelques sites d’actualité (voir quelques liens en bas de ce billet).

Plus grave encore, tous ces propos ne sont pas le fruit d’une exaltation passagère à l’occasion d’un meeting particulièrement chaud. Ils correspondent à une campagne de communication qui s’est déroulée sur plusieurs jours et sur plusieurs supports (live devant les fidèles, site internet et relais médiatiques). Leur lecture attentive permet de se rendre compte que les mots, aussi bien que les arguments, ont été choisis avec attention. Le « harcèlement textuel » des « machine à raconter », propre au storytelling analysé par Christian Salmon, fonctionne à plein régime. Comme on l’écrivait dans ce précédent billet, aucun hasard dans tout cela et les hommes de religion, plus largement les producteurs de valeur pour parler en sociologue, ça sert aussi à faire la guerre !

Une réalité que n’ignorent pas les Iraniens, eux qui ont été les premiers, en 1989, à jouer dangereusement sur la fibre musulmane lors de la publication des Versets sataniques, le roman de Salman Rushdie objet de la célèbre fatwa de l’imam Khomeini. Un quart de siècle plus tard, voilà maintenant les « anathèmes diaboliques » de cheikh Qardawi.

Des liens pour lire quelques commentaires enflammés (il y en a quelques-uns en anglais ou français) : Elaph.com, Middle East Online, Al-Hayat ou encore Al-Quds al-‘arabi.

Bassem Youssef, Mon Qatar chéri et l’utopie arabe

bernameg

Y a-t-il toujours un « rêve arabe » ? La question est posée par Bassem Youssef, une des voix les plus incisives du monde arabe d’aujourd’hui, l’équivalent égyptien du comique nord-américain Jon Stewart. Dans un contexte très différent naturellement, le succès de cet ancien chirurgien cardiaque ne peut manquer de faire penser aux remous provoqués sur la scène politique par des personnalités comme Coluche en France ou Beppe Grillo en Italie.

De plus en plus en effet, les interventions de cet animateur télévisé – sur YouTube d’abord, juste après la chute de Moubarak, puis sur la chaîne ONTV et depuis novembre dernier sur CBC (Capital Broadcast Center) – ne relèvent plus seulement du phénomène de société. Elles donnent désormais une dimension nouvelle à un affrontement éminemment politique. On y mesure les transformations qui secouent la société égyptienne, et plus largement le monde arabe.

Bien entendu, la forte parole de Bassem Youssef pose au régime la question de la liberté des médias. Une question brutalement rappelée dans un rapport publié par l’ANHRI, une ONG locale, qui résumait la situation en écrivant que le président Morsi avait fait « mieux » que tous ses prédécesseurs en réclamant, en 20 mois de pouvoir, pas moins de 24 actions en justice envers des journalistes (contre 14 seulement durant les 112 années qui ont précédé) ! Une statistique à manier avec précaution cependant car nombre d’autocrates du passé se dispensaient de tout formalisme juridique; par conqéquent, le recours à l’action légale constitue une sorte d’avancée démocratique !

De plus, la mise au pas des médias peut s’exercer d’autre manière. A l’image des menaces à l’encontre de Bassem Youssef qui prennent un tour juridique comme on le verra mais qui passent aussi par toutes sortes d’autres pressions. Parmi bien d’autres intimidations, parfois physiques, on trouve ainsi la mise en examen de certains de ses invités (le comédien Ali Kandil (article en anglais) ou encore des menaces de fermeture administrative exercées par l’Organisme en charge des zones franches, d’où émet la chaîne de celui qui est devenu aujourd’hui le plus célèbre des animateurs télé (30 millions de visionnages sur YouTube!).

Après avoir déjà été inquiété au tout début de l’année (article en arabe sur le site Al-Arabiyya), Bassem Youssef a donc été convoqué à la fin du mois de mars par le Procureur général égyptien, sous l’accusation d’insultes au chef de l’Etat et à l’encontre de l’islam. Une entrevue de cinq heures qui s’est soldée par la libération de l’animateur contre une caution de 2 200 dollars (ce n’est pas trop cher payé !). La presse du monde entier (article dans L’Orient-Le jour par exemple) a abondamment parlé d’une action en justice qui a même tourné à l’affaire d’Etat lorsque l’ambassade des USA au Caire a jugé bon d’intervenir dans les débats en diffusant via Twitter le soutien apporté par Jon Stewart à son émule égyptien (article dans le Washington Post).

youssefCnbcDémontrant une fois de plus son humour et son sens politique, Bassem Youssef a eu l’intelligence de continuer son émission dont l’importance – et le danger pour le pouvoir – tient peut-être moins à son aspect satirique qu’au travail d’éducation publique qu’elle permet. En effet, au fil des séquences hebdomadaires de son émission (en arabe égyptien, du début à la fin), Bassem Youssef entraîne derrière lui le public, conquis par son humour dévastateur, à une analyse, largement inédite dans la région, des images et des mots de la politique. Dans un univers particulièrement dominé par la langue de bois de responsables figés dans des rôles d’un autre temps, l’œuvre est non seulement salutaire mais à la vérité totalement révolutionnaire…

A travers son émission née avec les soulèvements arabes et qui n’aurait pas été possible sans eux, al-Bernameg (« Le programme », prononcé à l’égyptienne, ici sur YouTube) met en évidence la rupture que réclame une partie au moins des populations arabes, à savoir ces nouvelles générations dont les pratiques culturelles, telles qu’on les évoque dans ce blog, témoignent d’aspirations nouvelles, visiblement en totale rupture avec une grande partie des normes héritées du passé. Dans quelle mesure ces jeunes générations seront-elles suivies par le reste de la population ? Comment arriveront-elles non seulement à traduire politiquement leur refus de l’ordre ancien mais également à « reconstruire du politique » dans un contexte très difficile, ne serait-ce que du point de vue économique, pour ne rien dire de la géopolitique locale dominée par les monarchies du Golfe ?

A défaut de solutions, Bassem Youssef a, sans l’ombre d’un doute, une parfaite maîtrise des données de la situation. En témoigne ce que l’on pourrait appeler la contre-attaque qu’il a su mener en riposte au harcèlement juridique dont il fait l’objet. Suivie avec passion par le public égyptien – témoignage de l’ambiance dans les cafés-trottoir du quartier de la Bourse au Caire dans cet article en arabe dans al-Quds al-‘arabi –, sa dernière émission a déclenché un déluge de commentaires dans la presse mais plus encore peut-être dans les médias sociaux tels que Twitter et Facebook.

En plongeant sans ménagement le scalpel dans la plaie de l’amour-propre national, avec pour seul anesthésiant une très forte dose d’humour, l’ancien chirurgien a vraisemblablement ruiné à jamais tout espoir, de la part du régime, de le faire taire. Plus que jamais, il bénéficie désormais de puissants soutiens, non seulement parmi les défenseurs dans le monde de la liberté de parole, mais plus encore auprès des Egyptiens, touchés au cœur, le mot n’est pas trop fort, par une parodie d’opérette nationaliste qui a suscité à la fois exaspération et enthousiasme.

Dans la culture arabe contemporaine, l’« opérette » (en arabe dans le texte) est un genre musical à part entière. Evénement commercialo-culturel à l’échelle de toute la nation lors de la sortie de clips qui associent un grand nombre de chaînes télévisées autour de la célébration, par les vedettes locales, du « rêve » ou de la « conscience arabe »s (voir ces précédents billets, ici et ), l’opérette a, dans ses formes les plus récentes en tout cas, perdu une partie de sa charge politique (voir ici Bokra, dont l’arrangement a malheureusement été commis par le grand Quincy Jones). Aussi édulcorées soient-elles, elles n’en font pas moins toutes référence à un modèle fondateur, évoqué d’ailleurs à l’occasion de la mort de Warda, la chanteuse algérienne qui avait participé en son temps à ce monument de la musique arabe moderne. Au temps de la splendeur du nationalisme arabe, lorsque l’Egypte guidait tous les pays de la région vers des lendemains qu’on imaginait forcément radieux, le régime nassérien avait en effet demandé à quelques-unes des vedettes de la scène musicale de l’époque de participer à l’enregistrement d’une œuvre à la gloire de la « grande patrie » (Watani al-akbar), la nation arabe bien entendu.

Un bon demi-siècle plus tard, l’imaginaire politique arabe reste marqué par un thème (musical et politique en somme) qui ne cesse de hanter les mémoires et les consciences, comme un rêve impossible à oublier… Cet imaginaire, Bassem Youssef a pris le risque énorme de l’évoquer avec humour, au risque d’ailleurs de retourner contre lui une partie de son public. Ironisant férocement surles temps présents, l’animateur d’al-Bernameg a osé une parodie dévastatrice de ce « rêve arabe » transformé, aujourd’hui, en hymne sardoniquement dédié au Qatar. La grande patrie, chantée dans les années 1960, est devenue Mon Qatar chéri (Qatari habibi), mon tout petit frère – le pays fait un peu plus de 10 km2, avec beaucoup de cailloux riches en pétrole il est vrai – jour après jour tu t’enrichis… Impossible de traduire l’ensemble des paroles (on les trouve en arabe ici) dans lesquelles les Egyptiens, entre rire et larmes, retrouvent sans difficulté la triste litanie de leur déchéance politique actuelle, depuis les avanies subies par Morsi lors de sa dernière visite au Qatar jusqu’aux offres – paraît-il – du riche Emirat gazier de leasing des richesses nationales, du Canal de Suez aux pyramides (sachant que la Grèce, elle, lui a déjà vendu cinq de ses îles !)

Nouvelle étoile de la scène médiatique arabe, Bassem Youssef ne manque pas de flair politique, et il en faut pour manier l’ironie sur un terrain aussi sensible. Etait-ce pour désamorcer les éventuelles accusations de tous ceux pour lesquels le « rêve arabe » a encore un sens ? On note que Hamdeen Sabbahi était invité lors de la fameuse émission. Le candidat « nationaliste de gauche » issu de la tradition nassérienne et arrivé, à la surprise générale, en troisième position aux présidentielles égyptiennes a d’ailleurs avoué avoir pleuré en découvrant la parodie de Ma grande patrie.

De rire, de rage ? Probablement les deux à la fois… Oser se moquer ainsi de soi-même et de ses souvenirs les plus chers, avec Bassem Youssef à la baguette (dans le rôle d’Abdel-Wahab, l’auteur de cette mélodie éternelle, qui apparaît dans la version d’époque), c’est vraiment le signe qu’on a changé d’époque, mais pas forcément de rêve.

Pour visionner, et la version originale, et la parodie Yousséfienne (il y a désormais un parti de Bassemiyyoun, des Bassemistes, du prénom de l’auteur qui signifie, littéralement, le Souriant), le mieux est encore d’ouvrir cet article dans Al-Akhbar. Figurent à la fin les deux versions. Même les non-arabophones reconnaîtront facilement un mot passé en français, flous (associé à l’adjectif “qatari”). Signalée par The Arabist, il y a pas mal de temps déjà, un extrait sous-titré en anglais permet de se faire une idée de l’humour de Bassem Youssef.
Grâce à leur flair, les jeunes arabisants de Normale Sup’ ont eu l’idée brillante d’inclure un débat, le 18 avril, avec Bassem Youssef en personne, dans leur désormais célèbre Semaine arabe. Bravo à eux !

Les banlieues de France, le Qatar et l’avenir du monde arabe

Il faut avoir gardé à l’esprit les cris d’horreur et les interminables discussions franco-françaises qui avaient accompagné en 2007 l’accord franco-émirien à propos du Louvre Abou Dhabi pour mesurer a contrario le vide sidéral – à l’exception notable de quelques titres de presse, Libération en tête – suite à l’annonce de la création d’un fonds (franco-)qatari à destination des banlieues. Aujourd’hui, tout le monde se moque de savoir si l’étranger va s’approprier ou non ce patrimoine humain national que devrait constituer la jeunesse des « quartiers ». Au cas où les jeunes sauvageons ne l’auraient pas compris, ils ne font pas vraiment partie des bijoux de famille du pays et on peut facilement les brader à l’étranger !

Brader, c’est bien le mot, même si les 50 millions d’euros sont devenus 100, l’offre de l’émirat du Golfe étant désormais abondée par « l’Etat et le privé français », sans plus de précision. Certes, la ministre déléguée au PME parle désormais d’un milliard d’euros – ce qui laisse rêveur sur le sérieux des annonces et sur le réalisme de ces montages financiers… Même à cette échelle, on reste dans l’enveloppe, un milliard justement, qui avait été consentie par les autorités d’Abu Dhabi. D’accord, c’était sur trente ans mais pour rester dans le muséal, 100 millions, c’est grosso modo le coût des travaux du département « Arts de l’islam » qui vient d’être inauguré en grande pompe au musée du Louvre.

Il ne s’agit pas de sombrer dans le poujadisme à la mode du Front national sur le thème du « cheval de Troie de l’islamisme» mais de donner à percevoir, avec ces chiffres qui comparent l’incomparable naturellement, nos priorités nationales, résolument tournées vers la conservation d’un passé glorieux et pas terriblement porteuses d’un avenir ambitieux… Au-delà des premières réactions, il va de soi que le projet franco-qatari mérite davantage examen car on manque d’informations précises. Mais le secret qui a entouré les négociations n’est pas fait pour rassurer. Toutefois, lorsque des inquiétudes sont exprimées, en France, on le fait en général par rapport aux éventuels dangers d’une perte des fonctions régaliennes de l’Etat et/ou aux risques d’une influence étrangère. (Curieuse remarque d’ailleurs, de la part d’une nation, la France, qui se glorifie elle-même de son influence internationale, mais on sait bien qu’il y a de bonnes et de mauvaises influences !) Dans l’esprit de ces chroniques, on voudrait prendre les choses par l’autre bout et voir comment un tel accord peut être perçu du point de vue du monde arabe, lequel est, qu’on le veuille ou non, partie prenante à ces accords. L’émirat du Qatar ne faisant pas mystère de ses ambitions géopolitiques, il faut bien se rendre compte que les projets franco-qataris à l’intention, soyons clair, des « jeunes musulmans de France » ont également un écho international, en l’occurrence arabe.

Au moment d’écrire ces lignes, la nouvelle de l’intervention financière qatarie pour les banlieues françaises est encore mentionnée dans les médias arabes de manière purement factuelle, sans plus de commentaire. Mais, sur place, on n’en pense pas moins car, en « faisant affaire » encore un peu plus avec le riche émirat du Qatar, la France s’associe à une puissance qui n’est pas neutre par rapport à ce qu’il est convenu d’appeler le « printemps arabe ». Le Qatar est un acteur de premier plan dans les différents soulèvements (sauf dans le trop chiite Bahreïn et sauf sur son propre territoire, bien entendu), ne serait-ce que sur la scène médiatique via Al-Jazeera mais pas seulement puisqu’il y a eu par exemple l’hébergement de Libya TV, dès la mi-avril 2011, à Doha, entre autres projets moins médiatisés, tel le financement de Tariq al-irtiqâ’ (La voie de l’avènement), une radio salafiste militante qui diffuse à Tripoli depuis juin dernier. L’émirat déploie aussi des efforts diplomatiques et même quasi militaires, à travers l’aide financière et les autres soutiens prodigués à des mouvements insurrectionnels, à commencer en Syrie. Autant de stratégies qui relèvent de la politique du Qatar, bien entendu parfaitement souverain dans ses choix. Mais ces derniers, tel l’appel devant l’ONU à une intervention militaire arabe en Syrie, sont toutefois inévitablement perçus, en tout cas dans les pays concernés, comme étant aussi un peu ceux de son « associée », la France. En d’autres termes, ce qu’on appelle à tort ou à raison « la politique arabe de la France » risque de plus en plus d’être vécu dans l’opinion arabe comme l’officialisation de cet étrange couple, formé sous les gouvernements précédents, que constitue la vieille république jacobine et le très jeune émirat du Golfe.

Un pari audacieux au regard du passé car le Qatar, sur toutes sortes de problèmes qui vont du statut des étrangers à la question religieuse par exemple, reste fidèle à une pratique locale de la politique assez éloignée de la tradition française… Et surtout un pari extrêmement risqué, mais cette fois-ci vis-à-vis de l’avenir. Car choisir de façon aussi calculée – si l’on peut utiliser un terme aussi terre-à-terre – une alliance étroite avec ce partenaire, c’est miser sur un certain monde arabe, avec le maintien des équilibres actuels et donc de la domination régionale des acteurs de la Péninsule arabique, Arabie saoudite et Qatar en tête, lesquels s’intéressent de près à quelques-uns des soulèvements populaires dans la région, mais pas forcément avec l’intention de voir triompher les courants révolutionnaires les plus modernistes…

Il n’est sans doute pas totalement délirant de parier sur la réussite de ce que certains appellent la « contre-révolution » des monarchies pétrolières. En revanche, il est à coup sûr assez imprudent de penser que cette realpolitik suscitera, auprès des populations concernées, un délire d’approbations joyeuses. Il ne faut pas se faire des illusions : le capital de sympathie d’un pays comme le Qatar auprès des populations arabes et même musulmanes est aussi petit que sa force de frappe financière est grande ! Cet accord sur le dos des territoires abandonnées de la République française ne risque pas seulement d’avoir des effets négatifs dans l’opinion française, effets qu’on a pu « apprécier » avec les premiers commentaires – sur France-Culture ! – évoquant les « jeunes entrepreneurs musulmans » des quartiers… En approfondissant leur alliance avec une puissance comme le Qatar, les responsables français s’associent à une certaine vision politique de la région, globalement à l’établissement d’un islam néolibéral modernisé mais conservateur. Ce n’est pas nécessairement gagner en popularité auprès des générations montantes qui ont nourri les révoltes que les régimes arabes en place s’efforcent aujourd’hui de capter à leur profit.