La politique, chanson éternelle (rétrospective)

chansonéternelle

 

 

Film culte pour plusieurs générations, La chanson éternelle (لحن الخلود), réalisé par l’Egyptien Henry Barakat et sorti en 1952, au temps de la Révolution des Officiers libres, offre un titre tout trouvé à ce “post” un peu particulier puisqu’il propose un “rembobinage” des chroniques où la chanson – évoquée dans le billet précédent – occupe la thématique principale. Au total, presque une cinquantaine d’articles, classés sous différentes rubriques.

Rap, hip hop, électro-shaabi, mahragan…

Chants dans l’islam

Industries de l’entertainment (émissions de téléréalité)

Vidéos et opérettes panarabistes

Le chant dans l’actualité politique

Chant et langue arabe

Feirouz, Fayrouz, Fairouz, Rahbani & Co

Panorama

  • Musiques alternatives (Jordanie, Egypte, Liban, Syrie, Maroc (juin/juillet 2008) – Présence de quelques chanteurs et chanteuses au sein de cette présentation de quelques-unes des scènes musicales alternatives.

Shake it baby! : à propos d’une danse, pas vraiment “orientale”…

artsolutionfille

Assez discrets sur la culture arabe moderne d’une manière générale, les grands médias sont presque totalement muets sur la danse contemporaine dans cette partie du monde, sauf peut-être la trop fameuse « danse du ventre », source inépuisable de fantasmes en tout genre. Une exception toutefois, lorsque la danse – ou toute autre pratique culturelle – prend un caractère éminemment politique, ou plus exactement quand le contexte politique permet d’intégrer tel ou tel élément de la production culturelle arabe à un discours largement déterminé à l’avance. Avec pour conséquence naturellement que l’approche idéologique fausse totalement la perspective.

On le constate une fois de plus avec toutes sortes d’articles publiés à propos de la création et de la diffusion, dans le monde arabe, de vidéos dites Harlem Shake, mises en ligne sur internet par des groupes de jeunes dansant, souvent déguisés, de manière plus ou moins grotesque (utile présentation synthétique de la chose sur Wikipedia). Reprenant à leur compte une de ces multiplications virales, par effet de mode, dont le Web est coutumier, de nombreux jeunes dans le monde arabe ont en effet donné leur propre version de ce « mème » – c’est le nom technique qu’on donne à ce genre de phénomène (voir cet article).

Rien d’étonnant à cela en fait puisque, sur YouTube, la déferlante Harlem Shake a produit quelque 50 000 versions générant 30 millions de vues selon Le Monde dans cet article qu’illustre (dans la version Web) un photogramme d’une performance exécutée par de « jeunes Egyptiens devant le quartier général des Frères musulmans », au Caire, le 28 février dernier. En lançant une requête du type « harlem + shake + arabe », n’importe quel moteur de recherche permet à celui qui le désire de visualiser quelques-unes de ces productions mais également de lire les innombrables commentaires du type « la danse qui secoue le monde arabe » ou encore « la danse qui provoque la fureur des islamistes »…

Côté monde arabe, c’est – une fois de plus ! – en Tunisie que les choses ont commencé, lorsqu’Abdellatif Abid, membre du parti de centre gauche Ettakatol, s’est cru obligé de menacer de sanctions légales les élèves d’une école du coin, parce qu’ils avaient, comme pas mal d’autres jeunes dans le monde à l’évidence, mis en ligne, le 23 février dernier, leur propre version de la fameuse Harlem Shake. Dans un pays ébranlé par un attentat politique d’une rare gravité, l’assassinat de Chokri Belaid, les propos du ministre de l’Education (dans un gouvernement en passe d’être recomposé qui plus est) auraient pu passer inaperçus. Pas de chance, cette critique a surtout eu pour effet d’attiser le phénomène. Partout à Tunis, partout en Tunisie (Sousse, Sidi Bouzid…), et enfin partout dans la région et à commencer en Egypte, la jeunesse arabe s’est mise à qui mieux à mieux à faire son Harlem Shake.

Quelques heurts avec les policiers, quelques arrestations, et la scène est à nouveau dressée pour un grand classique ; selon un schéma parfaitement éprouvé, acteurs et commentateurs entrent dans la danse pour une énième exécution d’un « pas de deux » réglé comme du papier à musique pour ce qui est de son interprétation dans les médias : les vieux et les vilains barbus enfermés dans leurs traditions d’un côté, qui vocifèrent contre la jeune et belle jeunesse, ouverte à tous les courants du monde et dansant sur les vieux tubes remixés aux paroles parodiques (con los terroristas entend-on en fond sonore, ce qui, en certains points du monde arabe, prend un écho tout particulier).

Par sa facilité, un tel schéma trouve inévitablement sa confirmation : parmi bien d’autres événements, on soulignera ainsi que les « shakeurs » de l’Institut Bourguiba des langues ont renvoyé à leurs études les militants islamistes qui voulaient les empêcher de danser à leur guise ; ou bien on soulignera la « victoire » des « shakeurs » égyptiens se livrant à leur performance sous les fenêtres mêmes du Quartier général des Frères musulmans.

On aurait tort toutefois de tout réduire à cette opposition binaire. D’abord parce que la danse ne se réduit pas forcément à une forme de dérision largement réalisée pour rejoindre l’immense cortège des « mèmes » sur internet. S’il vrai que le langage du corps, en particulier dans l’espace public, est porteur d’une révolte voire d’une subversion qui ne sont pas étrangères au langage des actuels soulèvements arabes, on peut regretter que d’autres formes, moins immédiatement réductibles aux schémas faciles, ne bénéficient pas autant de l’éclairage des médias.

Dans le cas tunisien, on retiendra par exemple les performances exécutées par les Danseurs citoyens de l’association Art Solution. Créé à l’automne 2011, Art Solution se donne pour mission de reprendre la “tradition” hip hop très présente dans certains quartiers populaires comme une certaine forme de résistance au temps de Ben Ali. Mais dans l’esprit du fondateur du groupe, Bahri Ben Yahmed, lui-même danseur mais aussi cinéaste, l’esprit de ces performances qui investissent les lieux du quotidien – un coin de marché, un arrêt de bus, une place dans la ville… – consiste précisément à créer du lien social, à trouver le terrain d’une coexistence entre des pratiques culturelles qui appartiennent à des milieux et à des univers a priori distincts. Un pari difficile, en Tunisie comme ailleurs, dans la mesure où les animateurs de telles intiatives ne bénéficient d’aucun soutien local ou presque quand ils reçoivent celui de toutes sortes d’institutions étrangères, présentes sur place ou à l’étranger.

Quant à l’autre critique que l’on peut faire à cette manière de parler de la culture arabe (et du reste) sous le signe de la sempiternelle opposition entre « le religieux et le laïc », c’est qu’il passe sous silence toute autre forme de lecture qui ne se réduit pas à une conception culturaliste où l’islam (et les fantasme de peur qu’il inspire) est la clé de tout. Avec la Harlem Shake, on a pourtant l’affirmation, parfaitement visible, de ce que l’on appellera faute de mieux une « culture jeune », dont les rapports complexes et ambigus vis-à-vis de la culture globale sont le véhicule d’une expression générationnelle qui clame son refus, non pas de l’islam (fût-il des barbus) en tant que tel, mais de tout un héritage social dont la religion n’est à l’évidence qu’un aspect parmi d’autres…

Quelques liens
– Un article publié dès la mi-décembre 2012 dans L’Orient-Le Jour, avec des vidéos dont celle ci-dessu, dont on peut seulement regretter que le fond musical soit un peu trop présent !
– Un article signé de Selima Karoui sur le portail Nawaat
Un article (en arabe) dans Al-Hayat du 23 février.

Dans CPA, on a déjà eu l’occasion de parler de la danse, décidément très associée au « printemps » puisqu’il y a eu deux billets – ici et – sur le Printemps de la danse contemporaine en mai 2010.
un commentaire sur le Printemps de la culture à… Bahreïn,où il était déjà beaucoup question de danse, de mœurs et de liberté, et un petit état des lieux de celles qui “secouent” depuis toujours dans le monde arabe, les professionnelles la danse orientale, dans l’Orient déserté de ses danseuses, la même année, mais prolongé par une « brève » un peu plus tard, ici.

L’écho des feuilletons arabes sur CPA

Avec bientôt six années de CPA, il est temps de faire un peu de ménage car les mots clés n’ouvrent pas toutes les portes ! En commençant par un des thèmes souvent abordés, les inévitables dramas de ramadan, un sujet en or pour traiter des aventures rocambolesques du politique et du religieux dans le monde arabe. On le constatera, comique ou dramatique, modeste ou à gros budget, le feuilleton (de ramadan) fait vraiment écho à l’actualité arabe, dans ses dimensions politique, sociologique, géopolitique, économique, artistique… Voici donc ce que ces chroniques ont proposé au fil du temps sur cette question, en vingt-sept épisodes – grosso modo autant de jours que le mois lunaire de ramadan !

1 – Le ramdam des feuilletons arabes (1/2) – 2 octobre 2006

Les feuilletons comme « grande cérémonie sacrificielle » (une expression de Doureid Lahham). Présentation rapide du paysage panarabe (plus d’une centaine de feuilletons, compétition Egypte, Syrie, sur fond de consommations transnationales).

2 – Le ramdam des feuilletons arabes 2/2 – 7 octobre 2006

Quelques exemples : Tâsh mâ tâsh, production saoudienne entamée en 1993 sur la chaîne MBC. Commentaire des épisodes comportant une critique de la police des mœurs. Trilogie syrienne contre l’islam politique : al-Mâriqûn (Les hérétiques), Jund al-shâm (Les soldats de Damas) et al-Barzakh (L’Isthme, sur les qabîsiyyât, sorte de musulmanes ultra-orthodoxes), qui fait suite à des œuvres comme Du’ât ‘ala abwâb al-juhannam (Prédicateurs aux portes de l’enfer). Khâlid ibn al-Walîd, série historique, qui pose la question de la représentation des figures sacrées, de même que Al-Amîn wal-Ma’mûn. En Egypte, déprogrammation de productions avec des actrices voilées (mais achat par des chaînes du Golfe).

3 – Télévisions de ramadan (1/3) : inflation d’écrans religieux – 15 septembre 2007

Présence du religieux dans la programmation, avec la création récente de plusieurs chaînes spécialisées sur ce créneau. Traduction d’un extrait de « Et c’est ainsi que la ‘religion’ a gagné la guerre du satellite », article de Muhammad ‘Abd al-Rahmân, dans Al-Akhbâr.

4 – Télévisions de ramadan (2/3) : feuilletons, critique sociale et censure – 22 septembre 2007

Dans le domaine de la critique sociale, à nouveau, commentaire de la nouvelle saison de Tâsh mâ tâsh, critiquant certaines dérives religieuses, notamment dans le domaine audiovisuel. Le rituel du scandale annuel, gage de publicité (cette année-là, sur une procédure judiciaire). Dans le même temps, un épisode critique les « libéraux » du courant rénovateur. Dans la même veine, mention de la série “Les fautes finissent par se payer” (Lil-khatâyâ thaman), également sur la MBC, qui fait débat, notamment au Koweït.

5 – Télévisions de ramadan (3/3) : géopolitique du feuilleton et questions de femmes – 29 septembre 2007

Malgré le succès de “La porte du quartier” (Bâb al-Hâra), baisse de la production syrienne sur fond de rumeurs de boycott de la part des chaînes du Golfe. En Egypte, des problèmes de censure politique pour “Une fille de Choubra” (Bint min shubrâ), “Le temps des fleurs” (Zaman al-ward) et surtout “Question d’ordre” (Nuqtat nidhâm). Mais c’est surtout autour de la question féminine/féministe, et de la révolution culturelle (éventuellement) en marche, que les débats ont été nombreux à propos notamment de “Question d’opinion” (Qadiyyat râ’y) de Muhammad Aziziyyeh (avec notamment Yusra).

6 – Passions turques : un truc de femmes – 2 août 2008

A propos de “Nour” et de “Années perdues”, le feuilleton turc doublé en syrien, phénomène de société dans le monde arabe. Un succès dû à l’image d’une société musulmane moderne ? Les milieux conservateurs religieux protestent et mettent en garde les téléspectateurs arabes, et plus encore les téléspectatrices en quête d’un peu de romance, qui se ruent sur ces produits dont s’est emparée l’industrie audiovisuelle arabe.

7 – La fatwa comme rite de ramadan et le choc des « civilisations » – 16 septembre 2008

Déclaration de cheikh Saleh Ibn al-Luhaydan déclarant « licite » la mort de certains producteurs de chaînes de télévision, au vu des images qu’ils diffusent ! Donné en plein ramadan, cet avis de la plus haute autorité religieuse en Arabie saoudite semble considérablement gêner les autorités.

8 – Le retour de Nasser : un feuilleton à épisodes – 28 septembre 2008

Après le succès de “Farouk” l’année précédente, ramadan 2008 est marqué par de nombreux biopics. La vie de la chanteuse Esmahane et surtout celle de Nasser sont les deux « grosses machines » panarabes de la fabrication jusqu’à la consommation, mais le second, en raison de son sujet, se heurte à des difficultés de diffusion dans les pays du Golfe et même en Egypte, de la part des autorités mais également des Frères musulmans, peu satisfaits de la manière dont leur mouvement est présenté.

9 – « L’invasion », mais pas sur les télés arabes – 1 décembre 2008

Premier feuilleton arabe à recevoir un Emmy Award, “L’invasion” (al-Ijtiyâh) se situe dans la ville de Jénine au temps de l’attaque de l’armée israélienne en 2002. Est-ce à cause de son sujet, de la manière dont il est traité, de l’inclusion d’une histoire d’amour entre un Palestinien et une Israélienne ? Toujours est-il que le feuilleton, pourtant désormais primé, n’a guère été diffusé sur les chaînes arabes, preuve que multiplicité ne rime pas avec diversité.

10 – Mahmoud Darwich : le feuilleton d’un héritage – 6 avril 2009

A propos de la polémique qui a accompagné la publication d’un recueil posthume, mention du feuilleton préparé sur le poète palestinien et prévu pour le prochain ramadan.

11 – Le « croissant chiite » et la guerre des images saintes – 12 avril 2009

Depuis les déclarations du roi Abdallah de Jordanie sur le « croissant chiite » en 2004, les tensions entre musulmans sunnites et chiites sont récurrentes. Avec des traditions religieuses et culturelles très différentes sur cette question précise, l’image est au cœur de l’affrontement entre les deux grandes branches de l’islam, comme en rend bien compte un projet tel que al-Asbat, qui raconte la destinée des deux fils de Ali.

12 – « Jodhaa Akbar » : ailleurs qu’en Méditerranée – 27 avril 2009

Ce feuilleton « bollywoodien » diffusé par la MBC et qui véhicule l’image d’un islam tolérant rencontre un grand succès dans les pays du Golfe : une importante population immigrée d’Asie y vit, sans doute, mais on y est aussi traditionnellement sensible aux échanges avec l’Est.

13 – La publicité, vedette des feuilletons du ramadan télévisé arabe – 30 août 2009

Les enjeux publicitaires du ramadan télévisé : campagne avancée d’un jour pour Nile TV, lancement de la chaîne Cairo Centric (Al-Qâhira wal-nâs), chaîne « spéciale ramadan », lancement de Syria Drama pour relancer la diffusion du feuilleton syrien, énormes campagnes d’affichage notamment en Egypte.

14 – Feuilleton tragi-comique en Palestine – 5 octobre 2009

Grand succès de Watan ‘a watar (Un pays sur la corde raide), feuilleton satirique palestinien qui ne craint pas l’autodérision.

15 – Le retour de l’Empire : romance arabo-turque au « nouveau » Moyen-Orient – 29 mars 2010

Sakhrat hajar (Le cri des pierrres) et avant lui Wâdi al-dhi’âb (La vallée des loups), feuilletons très critiques de l’Etat israélien, illustrent le nouveau positionnement de la diplomatie turque. En écho, la Syrie réalise Suqût al-khalîfa (La chute du califat), une lecture « positive » de la fin de l’empire ottoman.

16 – Le « Mahfouz de la télé » et la fin du « grand homme de lettres » – 31 mai 2010

Décès d’Osama Anwar Okasha, le « Mahfouz de la télévision », scénariste phare au cœur de l’industrie égyptienne du feuilleton, parmi les derniers représentants d’une certaine incarnation de la figure de l’« homme de lettres ».

17 – La religion des feuilletons de ramadan : côté business (1/3) – 16 août 2010

Le feuilleton, industrie saisonnière panarabe au budget impressionnant : 130 ou 150 millions de dollars pour plus d’une centaine de productions.

18 – La religion des feuilletons : côté images (2/3) – 20 août 2010

Classiques de ramadan (Bâb al-Hâra, saison 5 ou Tâsh ma tâsh, saison 17!) et inévitables biopics (parmi lesquels Al-Jamâ’a (La confrérie), sur la vie d’Hassan al-Bannâ’, le fondateur des Frères musulmans. Seconde saison, réussie, pour Watan ‘a watar (Palestine), et polémique autour de Ma malakat aymanu-kum (Ce que votre main droite possède…), feuilleton du Syrien Najdat Anzour sur l’extrémisme religieux.

19 – La religion des feuilletons : côté « images pieuses, mais sacrilèges » (3/3) – 23 août 2010

Reflux du feuilleton religieux, moins rentable que les autres ? La baisse de la production profite aux feuilletons iraniens dont le succès auprès des publics arabes n’est pas sans conséquences politiques.

20 – La révolution : un drame pour la télé arabe ! (1/2 : l’Egypte) – 6 juin 2011

Désorganisée par le « printemps arabe », l’industrie arabe du feuilleton ne sera pas au rendez-vous. Cette année, les séries seront remplacées par les talk-shows.

21 – La révolution : un drame pour la télé arabe ! (2/2 : la Syrie) – 14 juin 2011

Les vedettes des séries syriennes enrôlées dans la lutte politique, tantôt du côté des autorités officielles, tantôt du côté de l’opposition, souvent depuis l’étranger. Divergences ou non, plus ou moins réglées par Bachar el-Assad en personne, l’industrie syrienne du feuilleton traverse une passe difficile.

22 – En exclusivité sur la télévision nationale égyptienne, la « drama » historique de ramadan – 8 août 2011

Le plus dramatique des feuilletons de ramadan, le procès de l’ex-raïs Mohammad Hosny al-Sayyid Moubarak !

23 – Paradoxes syriens : le feuilleton de ramadan et le dialogue national – 29 août 2011

Arrêt de la diffusion sur la chaîne nationale, lors du 16e et dernier épisode, du feuilleton syrien Fawq al-sasf (Sur le toit), étonnante production mettant en scène… la révolution syrienne !

24 – La fiole et la tête du Prophète ! Le vrai complot iranien contre les Saoudiens ! – 18 octobre 2011

Quelques semaines après la énième polémique à propos de la représentation des figures sacrées de l’islam (Hassan, Hussein et Moawiyya [al-Asbât à l’origine]), les signes d’une évolution des autorités religieuses saoudiennes sur cette question se multiplient, en réponse fort probablement à la pression imposée par le succès des séries religieuses iraniennes.

25 – « Ramadan nous rassemble » 1/3 (mais il reste des frontières)
26 – « Opération Omar » : les cheiks aboient, la caravane du feuilleton passe ! (Ramadan nous rassemble : 2/3)
27 – Le nationalisme religieux à l’assaut du monde (Ramadan nous rassemble 3/3)

A propos de “Omar” (ibn al-Khattâb), la grande saga saudo-qatarienne (en principe, c’est encore frais dans  les mémoires !)