« L’invasion », mais pas sur les télés arabes

De façon assez étonnante, le Emmy Award dans la catégorie « telenovela » vient d’être accordé à New York à un feuilleton arabe, L’invasion (الاجتياح). Choix surprenant en effet car il était difficile d’imaginer que la plus prestigieuse des récompenses mondiales pour les productions télévisées puisse être attribuée, la première année où cette catégorie a été créée, à un feuilleton en provenance du monde arabe, traitant, qui plus est, d’un sujet aussi brûlant.

Car le scénario de L’invasion se situe durant les combats dans le camp de Jénine, en Cisjordanie. Sous administration palestinienne en vertu des accords d’Oslo, Jénine fut occupé et en grande partie détruit par l’armée israélienne en 2002 dans le cadre de l’opération « Rempart ». Les méthodes de « l’armée de défense » israélienne avaient déclenché une violente polémique, un journaliste israélien respecté tel qu’Amnon Kapéliouk (qui avait déjà enquêté sur Sabra et Chatila) parlant à l’époque de « crime de guerre ».

Comme nombre de productions de ce type, L’invasion conjugue des talents en provenance de tous les horizons du monde arabe. Les acteurs sont syriens, palestiniens mais surtout jordaniens : Saba Mubarak (صبا مبارك), Abbas al-Nuri (عباس النوري), Munthir Rayyahneh (منذر رياحنة) entre autres ; l’auteur du scénario est un Syrien d’origine palestinienne, Riad Saif (رياض سيف) ; à la caméra, le Tunisien Shawqi Majiri (شوقي الماجري), réalisateur remarqué pour de nombreux succès dont, tout récemment, Esmahane (article en arabe). Les décors sont ceux des camps palestiniens autour de Damas, avec du matériel prêté par l’armée syrienne !

La série primée a été produite par Arab Tele Media Productions (المركز العربي للإنتاج الفني), une société privée jordanienne (la plus grosse de ce type pour le monde arabe) qui a réussi un coup d’éclat pour son 25e anniversaire. Dirigée par Talal al-Awawleh, ATP a déjà fait parler d’elle en 2004 avec Road for Kaboul, un autre soap opera politique à propos de la guerre en Afghanistan du temps de l’occupation soviétique. Produite pour la chaîne Qatar TV et achetée par plusieurs chaînes panarabes (dont la saoudienne MBC), la série avait vu sa diffusion brutalement interrompue sans explications véritablement convaincantes.

Le site de L’invasion, qui propose plusieurs bandes annonces (voir plus bas), donne également un résumé du scénario. Construit à la manière des séries américaines, de type Urgences, le feuilleton entrelace les destinées d’une série de personnages parfois inspirés de visages rendus célèbres par les médias qui ont couvert l’événement : Khaled, le professeur, Amjad le prisonnier, Mustafa, un prisonnier en fuite, Hanan une infirmière, Saïd, le caméraman prêt à risquer sa vie pour le reportage qui lui permettra d’épouser celle qu’il aime s’il se vend bien… Et cette histoire qui veut éviter les stéréotypes politiques pour mieux mettre en valeur la dimension humaine de ce drame n’a pas peur d’évoquer une histoire d’amour entre Mustafa le Palestinien et Yaël l’Israélienne…

Même si le producteur (article du Jordan Times), comme l’ensemble de la presse, attribuent les difficultés de diffusion du feuilleton à des raisons politiques, c’est peut-être cette histoire d’amour qui constitue l’élément que les programmateurs régionaux ont estimé le plus déstabilisant pour le public (et c’est peut-être aussi la raison pour laquelle il a été repéré par les jurys des Emmy Awards). Quoi qu’il en soit, Talal al-Awamleh n’ignorait pas qu’il prenait un grand risque. De fait, en dépit d’un très gros budget (plus de 3 millions de dollars, avec certaines scènes où huit caméras ont été utilisées simultanément lors d’un tournage qui aura duré six mois), L’invasion, aujourd’hui auréolée par un prix prestigieux, n’a été diffusée jusqu’à présent que par la chaîne libanaise LBC durant le mois de ramadan 2007 (puis, par la télévision libyenne) !

On voit ainsi que la multiplication des chaînes (arabes) ne suffit toujours pas à assurer la diversité de la programmation. La donne va peut-être changer à la suite de cet Emmy Award, et le public arabe pourra se faire une idée par lui-même. Dans l’immédiat, on peut acheter en ligne le DVD et visionner des épisodes… En attendant une version avec des sous-titres ? (Cliquer ici en cas de problème d’affichage de la vidéo.)

Made in KSA : le rap saoudien

Voilà plusieurs années que le rap a fait une rentrée remarquée dans le monde arabe, en Palestine notamment mais aussi dans bien d’autres endroits tels que le Maroc, le Liban, l’Egypte… Aujourd’hui, c’est le pays affligé d’une des images les moins fun et flashy de la région, l’Arabie saoudite, qui entre dans la danse. Les idoles de la jeunesse saoudienne viennent de Jeddah et se nomment donc les… Jeddah Legends (clin d’œil à la « légende du Jeddaï » de Star Wars ?).

Le leader de ce groupe de cinq musiciens, formé en juin 2006, se nomme Qusay (قصي). Ses premiers essais musicaux remontent à 1994 (The Life of a Lost Soul), avant qu’il ne se rende pour ses études aux USA entre 1996 et 2002. Revenu en KSA (Kingdom of Saudi Arabia !), il produit un autre titre, Da Streetz en 2002 distribué auprès des amis et connaît enfin le succès avec les Jeddah Legends dont le disque, produit par la société Platinium Records, a connu un succès assez inattendu.

Evidemment, en Arabie saoudite, le rap n’est pas exactement une musique de ghetto. Le premier concert public a ainsi eu lieu dans un stade, à l’occasion de la très officielle finale de la coupe Faysal de football ! Bien lancés sur la version arabe de MTV Arabia, une des principales chaînes musicales de la région, en particulier dans le cadre d’un concours régional de hip-hop (remporté par Omar BofLot, un Egyptien originaire d’Alexandrie), les cinq rappeurs ont également honoré de leur présence le dernier forum économique de Jeddah !!!

Les Jeddah Legends proposent donc un rap un peu aseptisé, à destination de cet énorme marché que constituent plusieurs dizaines de millions de jeunes consommateurs dans le Golfe, désireux de profiter des bonheurs de la mondialisation marchande… Avec la bénédiction ( !) des courants locaux dits « libéraux » (sur ce mot, voir ce billet), ils font la promotion d’une autre image d’un pays pressé de se débarrasser des stéréotypes qu’on lui prête si volontiers.

Sincère ou bien conseillé, Qusay explique ainsi qu’il a envie de faire connaître sa musique pour montrer aussi que les Saoudiens ne sont pas tous « des extrémistes ni des terroristes », et que si les jeunes Saoudiens aiment le rap, « c’est parce qu’ils y trouvent un exutoire, une respiration, une voie qui exprime ce qu’ils sont. Ils adoptent un style de vie qui fait exploser leurs capacités, toute la liberté à remplir tout un univers. » Parmi leurs titres, on trouve un morceau intitulé Salam (Paix), volontairement en arabe et en anglais, pour mieux faire passer le message…

Pour autant, Qusay – alias aka Don Legend the Kamelion – ne manque pas d’humour ni de sens critique, même si tout cela reste dans les limites du fort convenable. Pour s’en rendre compte, il suffit de suivre la vidéo de leur titre le plus célèbre, Al-Zaffaf (الزفاف  The Wedding). Inspiré des traditions de la zone côtière du Hedjaz, le clip débute par un mariage parfaitement conforme au théâtre des conventions sociales, avec chanteur typique et danse des bâtons. Puis tout dérape dans un délire postmoderniste quand le jeune marié se lance dans son propre tour de chant en anglo-arabe, qui met en scène l’entrelacement musical de la tradition et de la modernité.

Cinq minutes assez réjouissantes qui démontent avec humour le « choc des civilisations », comme dirait l’autre ! La fin du clip – que je vous laisse découvrir – est assez convenue mais elle a le mérite de mettre en évidence que cette conception du bonheur individualisé, que certains croient propre à la société occidentale, a désormais ses adeptes dans cette région du monde.  (pb d’affichage avec internet explorer apparemment, suivez ce lien.)

Le site du groupe, pas très riche (!)
La chanson « salâm » (moins spectaculaire visuellement que The Wedding).
Illustration : www.elaph.com

L’année de la femme en Arabie saoudite

Au risque de donner raison à ceux qui l’accusent de surfer sur  le succès facile, Al-Sâqi, grosse maison d’édition au très intéressant catalogue anglais et arabe, a récemment publié une autre de ces jeunes romancières saoudiennes qui, à l’image de Rajaa Alsanea avec ses Filles de Riyad (voir ce billet) suscitent l’intérêt passionné des lecteurs arabes et occidentaux (le roman, traduit à ma connaissance en anglais, français, espagnol et italien, fait partie des 100 meilleures ventes mondiales en 2005).

Lancé en avant-première à la dernière foire du livre de Beyrouth, la nouvelle romancière,  Samar al-Muqrin, y a battu tous les records de vente (article en arabe). Son très mince ouvrage (77 pages) se nomme Nisâ’ al-munkar (نساء المنكر), quelque chose comme « Les Femmes de l’opprobre », titre qui fait clairement allusion en arabe à la dénomination de la célèbre police des mœurs locales (هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر). C’est le récit, par la voix de l’héroïne elle-même, d’une femme qui, après un mariage imposé et malheureux pour lequel elle a vainement cherché huit ans durant à obtenir le divorce, finit par vivre une passion illégitime que la justice punira sévèrement.

Même si la critique est réservée sur les qualités littéraires (article en arabe) d’un ouvrage tiré sans trop d’efforts stylistiques d’une série d’enquêtes menées par la romancière, qui est aussi journaliste, dans les prisons pour femmes d’Arabie saoudite, le succès du livre auprès du public arabe est le signe que la question féminine agite, comme jamais, les sociétés du Golfe.

Le phénomène n’a pas échappé à la presse arabe et une publication électronique comme Islam-online (article en arabe), pourtant très proche des Frères musulmans égyptiens, a pu parler de 2008 comme de « l’année de la femme » en Arabie saoudite, en évoquant différentes mesures confirmant une certaine émancipation des citoyennes du Royaume : désormais, les femmes chef d’entreprise peuvent voyager pour affaire sans un « garant » masculin puisqu’il existe depuis mars dernier à Riyad un hôtel réservé à la clientèle féminine (de 70 à 200 euros la chambre paraît-il) ! Et les lectrices des bibliothèques universitaires peuvent maintenant retirer leurs livres toute seules…

Certes, pour les lecteurs – et sans doute plus encore les lectrices ! – qui n’appartiennent pas à la région, ces conquêtes du féminisme saoudien peuvent paraître très modestes ! Faute d’être replacées dans leur contexte, certains progrès pourraient même être interprétés à contresens.

Ainsi, la toute récente proposition parlementaire (article en arabe) visant à permettre aux Saoudiennes de faire figurer sur leurs documents d’identité non pas leur photo mais leurs empreintes digitales peut très bien passer pour une marque supplémentaire du poids des traditions locales. Sauf que, dans l’esprit des législateurs, il s’agit très clairement de rendre plus difficiles les cas de fraude, notamment dans les affaires d’héritage, et donc en fait de protéger plus efficacement les droits des citoyennes du Royaume.

Il en va de même pour la décision d’imposer des vendeuses féminines dans les boutiques de lingerie du Royaume. On peut le voir au premier regard comme une preuve supplémentaire d’un bigotisme, véritable marque de fabrique du wahhabisme saoudien. Mais cette décision, reportée à plusieurs reprises depuis sa promulgation en 2004, entre en fait dans le cadre d’une campagne nationale visant à étendre les domaines dans lesquels la femme saoudienne peut trouver l’occasion de travailler. D’ailleurs, une association féministe locale – comme quoi cela existe ! – a menacé de boycotter systématiquement les magasins qui n’appliqueraient pas la nouvelle mesure !

De fait, c’est sur le plan professionnel que l’affirmation des femmes saoudiennes trouve son expression la plus frappante. Durant ces derniers mois, celles-ci ont obtenu le droit d’intervenir dans des secteurs qui leur étaient jusqu’alors inabordables, voire interdits : certaines professions juridiques (précisément, la fonction de ta‘qîb, chargée devant les tribunaux de défendre les intérêts publics lors de litiges à propos de contrats avec des sociétés ou des personnes privées), les professions du tourisme avec une première promotion d’étudiantes spécialisées dans ce domaine en mai 2008, ou encore les entreprises de travaux public désormais ouvertes au femmes (مقاولات) … Récemment, le toujours très intéressant site Menassat (article en arabe) signalait la prise de fonction de la première saoudienne (une mère de famille de quatre enfants) reporter-photographe.

Et il devient urgent d’intervenir, sans doute parce que la société saoudienne supporte de moins en moins bien les agissements de sa redoutable police des mœurs, mais surtout parce que le système social local n’est manifestement plus adapté à la situation présente. En effet, dans un pays à la natalité très forte, les jeunes femmes représentent désormais près des trois quarts des diplômées de l’enseignement supérieur (article en anglais).

Aujourd’hui, cette jeunesse féminine hautement qualifiée ne trouve pas d’emploi en rapport avec ses aspirations professionnelles et elle n’a d’autre solution que de s’expatrier dans les pays voisins (Bahreïn, Koweït) qui offrent encore, notamment pour les diplômées des filières littéraires, des débouchés dans les métiers de l’enseignement. Même si l’on a organisé sur place des logements pour ces jeunes célibataires, qui bénéficient également de transports organisés pour retrouver leur famille durant le week-end, on imagine l’embarras des « chefs de famille » (أولياء الأمور) partagés, comme partout ailleurs, entre le désir de voir leurs filles réussir dans la vie et la nécessité de les laisser partir pour cela, seules, à l’étranger…

Pour reprendre une expression assez frappante utilisée par Imtithâl Abu al-Su‘ûd, directrice d’un centre pour le développement de la femme (article en arabe), l’autre moitié de la société saoudienne est bien résolue désormais à « sortir de la ‘abayya des hommes » (الخروج من عباءة الرجل – ‘abayya est le nom de l’ample manteau masculin traditionnel)  en réclamant qu’on distingue davantage entre « l’héritage religieux et l’héritage social représenté par des traditions et des coutumes qui n’ont pas de traces attestées religieusement » (بالتفريق بين المأثور الديني والموروث الاجتماعي المتمثل العادات والتقاليد غير الواردة في الآثار الدينية).

Une partie des autorités, au moins, semblent ouvertes à une telle évolution. Récemment, le gouverneur de La Mecque a ainsi modifié les termes de la loi qui n’interdit plus la mixité (عدم جواز الاختلاط)  mais se contente de rappeler le « respect des obligations de la charia » (الالتزام بمقتضيات الشريعة).

Une évolution qui ne peut que plaire aux pionnières qui, dans les pays du Golfe, occupent désormais de hautes fonctions publiques dans les gouvernements du Koweït, du Qatar, des Emirats arabes unis où une femme vient d’être nommée juge, tandis qu’une autre a été désignée ministre du commerce extérieur. (On notera également, le fait a rarement été évoqué par les médias occidentaux, que l’ambassadeur du Bahreïn aux Etats-Unis est une femme, de confession juive qui plus est !)

Cheikha Mozah et son mari, émir du Qatar
Cheikha Mozah et son mari, émir du Qatar

Incontestablement, l’Arabie saoudite reste à la traîne dans ce domaine mais le fait que l’interdiction de conduire – pas toujours strictement respectée – soit désormais largement dénoncée, y compris par certaines princesses de la famille royale, montre bien que les temps sont mûrs pour le changement. Copiant une Asma El-Akras en Syrie ou une Rania en Jordanie, on peut compter, pour hâter les changements, sur certaines des « grandes dames » de la région telles que la princesse Haya à Dubaï, ou Sheikha Mozah au Qatar – citée parmi les 100 femmes les plus influentes du monde selon le magazine américain Forbes.

Illustration : en haut, www.elmaqah.net, un très bon site yéménite (en arabe) sur la littérature et ci-dessus, www.middle-east.com.

Poésie et télévision dans le Golfe : une question "géopoétique" !

Renouant avec l’incroyable succès de la finale précédente, l’année dernière, la seconde édition du Poète du million a été suivie, vendredi dernier, par quelque 70 millions de téléspectateurs, essentiellement dans le Golfe (voir ce précédent billet). Triomphe médiatique, l’émission diffusée par Abu Dhabi TV est toutefois en train de se transformer en problème politique, et même peut-être en échec commercial si les choses tournent vraiment mal.

Contre toute attente en effet, l’oriflamme (bayraq) pourpre du vainqueur a été remis non pas au candidat saoudien pourtant donné largement favori mais à un rival. Pour ne rien arranger, celui-ci a été naturalisé au Qatar il y a moins d’un an alors qu’il était né saoudien car cette compétition télévisée régionale connaît désormais des transferts d' »athlètes poétiques » à l’instar de ceux des « artistes du sport ».

En tout cas, il ne fait aucun doute au royaume des Saoud que cet échec national est le résultat d’une sombre machination, et les appels au boycott de la prochaine édition de l’émission produite par l’émirat voisin d’Abu Dhabi se multiplient via les messageries téléphoniques et les sites internet.

En effet, à quoi bon participer à la compétition si les jeux sont faits d’avance ? L’un des deux finalistes saoudiens n’a-t-il pas été victime d’une inexplicable rupture de faisceau ? Plus grave encore, la charmante présentatrice – dont on dit qu’elle doit épouser très prochainement un richissime saoudien – n’a-t-elle pas elle-même exprimé, en toute innocence, sa plus grande surprise à la lecture du verdict final ? Comment le mieux placé des candidats saoudiens, avec un tel soutien de la part du public et de telles notes auprès du jury, a-t-il pu se retrouver si mal classé ?

Pour l’opinion saoudienne, la politisation (تسييس) de la compétition est donc une affaire entendue. D’ailleurs, Cheikh Khalifa bin Zayid Al Nahyan a quitté le théâtre où se tenait la finale au bout de quelques minutes seulement, laissant son ministre des Affaires extérieures remettre le prix. On a dit depuis que les candidats saoudiens n’avaient, de toute manière, aucune chance de l’emporter.

En effet, les tensions entre les Emirats et l’Arabie saoudite, notamment à propos d’un différend portant sur une oasis frontalière, ne sont un mystère pour personne. Dans ce contexte, l’émission préférée des téléspectateurs du Golfe fonctionnerait dans le paysage audiovisuel régional exactement comme Al-Jazeera : de la même manière que la plus célèbre des chaînes panarabes fait partie de la politique extérieure du Qatar, le Poète du million est la carte que joueraient les Emirats contre leur puissant voisin saoudien !

D’ailleurs, il n’aura pas échappé aux observateurs les plus avisés que le jury du concours a proposé cette année aux candidats d’improviser à partir de deux vers choisis « comme par hasard » dans l’oeuvre d’un poète célèbre de la famille de Al Racheed, longtemps rivale de la dynastie saoudienne dans la Péninsule durant la seconde moitié du XIXe siècle !

Pourtant, la véritable leçon « géopoétique » de l’échec saoudien, c’est qu’il ne faut pas beaucoup plus qu’un jeu télévisé pour rallumer les feux mal éteints des rivalités tribales dans un Etat qui n’existe sous sa forme officielle que depuis 1932. Dans la mesure où deux candidats saoudiens restaient en lice pour la finale, il semble bien qu’aucun des deux n’ait reçu le soutien unanime de ses compatriotes, lesquels n’ont pas su s’unir pour faire triompher une seule candidature en envoyant un déluge de SMS (payants !) vers le site de l’émission.

Il faut dire que le propre de cette joute poétique, où l’on s’exprime non pas en arabe classique mais en dialecte, est de jouer précisément sur la fibre tribale. Nâsir al-Farâ‘ina (ناصر الفراعنة), le candidat malheureux, a pu ainsi déclarer qu’il avait fait de son mieux pour représenter – dans l’ordre ! – son pays, sa tribu et son public (الحمد لله على كل شيء لقد مثلت بلدي وقبيلتي وجمهوري أحسن تمثيل) !

Ce retour à des formes d’expression assez archaïques explique d’ailleurs qu’on est très loin de se réjouir dans les milieux littéraires de l’incroyable succès de cette émission : elle ne met en vedette qu’une écriture très traditionnelle dans ses thèmes et dans sa forme, en totale contradiction avec la révolution poétique lancée au milieu du siècle dernier par la jeune génération d’auteurs arabes et progressiste d’un pays voisin, l’Irak.

Une petite vidéo du vainqueur pour se plonger dans l’ambiance.
Un article assez complet dans le quotidien en ligne (saoudien) Elaph sur l’affaire, complété par cet autre et également cet article dans Al-Hayat.
Quant à cet article du Syrien Fadi Azzam, intitulé « Cinq poètes pour un citoyen du Golfe ! », il permet de se faire une idée de la réception du Poète du million dans les milieux intellectuels.

L’image en Arabie saoudite (2/2) : prochain cinéma 500 km !

Près d’un siècle après son apparition dans le monde arabe, en Egypte, le cinéma fait ses vrais débuts en Arabie saoudite. En 2005, un jeune réalisateur, Abdallah al-‘Ayyaf (عبد الله العياف), a ainsi réalisé un documentaire remarqué. Intitulé Cinéma : 500 km (السينما 500 كم), le film raconte le périple d’un jeune cinéphile de la capitale, Riyad, qui n’hésite pas à se rendre au Bahreïn – 1000 km aller-retour ! – pour voir un film non pas sur son home cinema mais « en vrai », dans une des salles de Manama remplies certains soirs à 80 % de Saoudiens paraît-il !

Haïfa Mansour, qui avait déjà défrayé la chronique avec divers courts métrages, réalisait la même année Femmes sans ombre (نساء بلا ظل), un documentaire également. Le film, dont le titre fait allusion à la condition féminine dans son pays, provoquait un beau scandale, en dépit d’une unique projection privée dans la demeure du consul de France à Djeddah !

Soumis à de rudes pressions, un prédicateur très médiatisé, un certain Aîd al-Qarni (Aaidh Algarne عائض القرني) – déjà rencontré tout à la fin d’un précédent billet -, revenait publiquement sur ses déclarations dans le film, déclarations qui laissaient entendre que l’obligation du port du voile (غطاء الوجه en termes techniques) ne faisait pas l’unanimité chez les jurisconsultes musulmans.

Toujours à l’affut d’un investissement intéressant, le richissime prince saoudien Al-Walid Ibn Talal engageait la jeune réalisatrice auprès de sa société Rotana, le plus grand label musical dans le monde arabe, qui possède aussi une division cinéma (en plus de six chaînes musicales et quelques bricoles dans la presse…)

A ce titre, Haïfa Mansour a participé à l’aventure, largement financée par la société Rotana, du premier long métrage de fiction « saoudien ». Les guillemets s’imposent en effet car Kayfa al-hal ? (Comment va ?), sorti en 2006, a été tourné aux Emirats par un réalisateur d’origine palestinienne résidant au Canada… Le scénario, dû à des plumes libanaises et égyptiennes, réunit les diverses composantes de la société saoudienne, des plus religieuses aux plus « libérales » avec par exemple Sultan, un des héros de l’histoire, vedette (dans le film) du jeu télévisé Star Academy et amoureux de Sahar, la soeur du très religieux Khaled…

Mais le « premier long métrage de fiction saoudien » ce serait en fait une autre oeuvre sortie quasiment en même temps (dans les festivals étrangers naturellement). Il s’agit des Ombres du silence (ظلال الصمت), un huis clos entre politiciens et savants dans le désert, dont le réalisateur, Abdallah al-Muhaysin (عبد الله المحيسن) est bien saoudien cette fois (même s’il a été secondé par un conseiller technique algérien).

Depuis, les films se succèdent et trois longs métrages de fiction sont ainsi attendus en 2008 selon Mamdûh Salem, organisateur à Jeddah, en juillet 2006, d’un « festival des présentations visuelles » (مهرجان العروض المرئية), ainsi nommé pour éviter de choquer avec un mot aussi sensible que « cinéma » comme le rappelle le blogueur saoudien d’où a été tirée la photo en tête de ce billet !

La présentation des 16 films devant un public mixte qui plus est n’ayant pas provoqué de violentes protestations, c’est désormais le Club littéraire pour la région de Al-Sharqiyyah (النادي الأدبي في المنطقة الشرقية) qui va organiser, au mois de mai, la toute première « compétition cinématographique » du royaume saoudien.

Clairement, les choses sont désormais en route et les salles qui sont déjà prêtes à fonctionner dans les grands centres commerciaux du pays n’attendent plus pour ouvrir qu’un signe des autorités. Comme le fait remarquer un bon article de Jaafar Umran dans Al-Sharq al-awsat, le plus important est sans doute que l’image a clairement gagné aujourd’hui en légitimité.

C’est bien le terme qui convient puisque c’est en 2005, l’année même de la projection « publique » des premières oeuvres cinématographiques saoudiennes, qu’un tribunal local s’est fondé pour délivrer son verdict sur une photographie : pour la première fois dans l’histoire du pays, l’image n’était plus a priori rejetée comme trompeuse mais devenait au contraire susceptible d’apporter un témoignage véridique.

Une évolution par ailleurs dangereuse à l’heure où le numérique rend les manipulations plus faciles que jamais, mais c’est une autre histoire !

« La preuve par l’image » si l’on veut ! Pour célébrer la journée mondiale de la femme, Wajeha Al-Huwaider a mis sur YouTube cette vidéo où on la voit en train de conduire. Au volant, elle explique qu’il s’agit pour elle de protester en ce jour particulier contre le fait que les femmes n’aient pas ce droit en Arabie saoudite même si certaines d’entre elles contournent allègrement la loi, en particulier dans les endroits peu fréquentés… Avec d’autres femmes, elle a à nouveau envoyé une pétition pour réclamer ce droit et espère bien que lors de la prochaine journée de la femme, cette question, présente depuis les années 1990 tout de même, aura été résolue…

Je ne l’ai pas vu mais je suis certain que c’est très bien (allez voir son blog, lien dans mes favoris)

l’arabie politique
textes et photos pascal ménoret
du 1er au 31 mars 2008
mmsh
5, rue du château de l’horloge
aix-en-provence

L’image en Arabie saoudite (1/2) : publicités

L’interprétation de l’islam qui règne aujourd’hui dans la pays de la famille (آل) Saoud est dite « wahhabite », du nom d’un religieux qui fit alliance avec le fondateur de la dynastie au milieu du XVIIIe siècle. Au nom de cette lecture particulière, très loin d’être majoritaire surtout au regard de l’ensemble de l’islam non-arabe, les représentations d’êtres vivants (صور ذوات الأرواح), considérées comme des formes d’idôlatrie, sont en principe proscrites.

Pour autant, et même si cela ne s’est pas fait sans débats, il y a en Arabie saoudite des journaux illustrés, une télévision depuis les années 1960 et toutes les images numériques du monde, en particulier depuis que le royaume s’est branché sur la Toile au tout début de l’année 1999.

Mais il n’y a toujours pas de salles de cinéma (on y reviendra la semaine prochaine), et les seuls écrans publics sont ceux des grands panneaux publicitaires, éventuellement électroniques et animés, que contemplent les passagers des véhicules arrêtés aux feux de circulation.

Compte tenu des habitudes locales, les agences de publicité doivent faire preuve d’inventivité. Habitudes en effet, car il n’y a pas – selon les professionnels concernés (voir cet article du Sharq al-awsat) – de loi ou de règlement qui exige expressément que les visages des personnages sur les panneaux publicitaires soient floutés (مطموسة dans le jargon des infographistes).

Dans certains cas on peut se contenter de « pixelliser » les yeux : s’il ne reste que la silhouette, ou même la forme du visage, sans rien laisser qui manifeste la vie – le regard en l’occurrence -, l’image devient licite !

En réalité, les graphistes de la publicité contemporaine réinventent à l’heure du numérique des procédés très anciens : sur cette miniature, l’homme en vert avec le visage qui semble avoir été effacé sous Photoshop (il s’agit d’un voile) n’est autre que le prophète de l’islam.

Signe d’une incontestable évolution, et de l’inventivité des « créatifs » locaux, un aménagement de la règle a été trouvé : désormais, on peut reproduire des visages sur les panneaux publicitaires dans les lieux publics. Enfin s’il s’agit d’hommes ou de garçonnets et pour autant que leurs yeux ne soient pas visibles, ou soigneusement dissimulés derrière des lunettes de soleil !

____________________________________________

Il y a des semaines où la perspective choisie pour ce blog paraît presque ridicule au regard des tragédies que connaît le monde arabe. Comment continuer ces chroniques sans évoquer Gaza ? Pour ne pas faire comme si de rien n’était, voici trois images, tirées de la presse arabe (Al-Safir notamment pour la première, les autres ont été reprises dans pas mal de publications).


Celle-ci, par sa lumière et sa composition, par le jeu des regards, fait irrésistiblement penser à un tableau ancien avec cet étrange contraste entre le cadavre de ce tout petit enfant et le regard des adultes qui l’entourent. Dans ce pays qu’il sait être sans électricité, l’oeil du spectateur est happé par la lumière crue au centre et au premier plan : le linceul de la victime, prolongé par les autres nuances de blanc des vêtements traditionnels de celui qui tient l’enfant dans ses bras et le T-shirt siglé Nike du jeune homme qui ferme l’angle gauche de la photo.

Ces images qu’a vues le monde arabe sur les premières pages de ses quotidiens ont-elles été publiées dans la presse que vous lisez ?

La censure dans tous ses Etats

1) « Organiser » le paysage satellitaire arabe

Pour le comédien syrien Duraid Lahham, « les seuls dirigeants arabes capables de se mettre d’accord, ce sont les ministres de l’Intérieur ». En fait, dès lors qu’il s’agit d’inventer de nouvelles formes de répression, les ministres de l’Information, eux aussi, peuvent faire l’effort de s’entendre…

Image (avec bonne synthèse en arabe
par Amira al-Tahâwi) : menassat.com

Au moment où son Secrétaire général, Amr Moussa, multiplie les voyages à Beyrouth sans arriver au moindre résultat, la Ligue arabe vient de réussir le prodige de réunir la signature de 21 ministres (sur 22) au bas d’un document « proposant les principes et les cadres visant à organiser l’émission et la réception satellitaire de la radio et de la télévision dans le monde arabe » (المبادئ والأطر المقترحة لتنظيم البث والاستقبال الإذاعي والتلفزيوني عبر الفضاء في المنطقة العربية).

Un véritable tour de force quand on sait qu’un groupe d’experts a préparé en moins de six mois un document adopté au terme d’une heure à peine de discussions, lors d’une assemblée extraordinaire tenue la semaine dernière au Caire.

A une voix près, celle du Qatar, l’unanimité des Etats arabes aurait même pu être trouvée. Il faut dire que Doha, la « capitale d’un Etat nommé Al-Jazeera » selon la plaisanterie bien connue tirée du nom de la célèbre chaîne TV, n’a aucun intérêt à s’associer à ce document.

Proposé par les Egyptiens et les Saoudiens, il prétend mettre un terme aux excès (de liberté ?) d’un paysage satellitaire arabe constitué aujourd’hui de quelque 400 chaînes. Pour faire passer la pilule auprès de l’opinion, le document s’élève contre le monopole exercé par certaines chaînes cryptées (la chaîne privée saoudienne ART en fait) sur la retransmission de grands événements sportifs au premier rang desquels figurent les matchs de foot.

Ces bonnes intentions cachent mal une volonté de mise au pas : toute diffamation (تجريح) à l’encontre d’un dirigeant arabe, d’un « symbole national et religieux » sera passible de sanctions allant du simple avertissement au retrait de la licence, en passant par la confiscation et l’amende.

Cette sorte de charte est applicable par l’ensemble des pays signataires. L’Egypte se vante même de l’avoir déjà mise en vigueur pour les chaînes désireuses d’utiliser les services de Nilesat, ou pour celles qui sont installées dans la zone franche de Media City, bénéficiant en principe d’une sorte d’extraterritorialité.

Les choses vont très vite : la prochaine réunion, en juin, doit permettre la mise en place d’une Haute Autorité panarabe chargée de statuer sur les infractions. Et pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, des « sources informées » prétendent qu’un document similaire est en préparation pour réguler le monde de l’internet arabe…

2. Liberté de la presse en Palestine

Nouvelle affaire à propos d’une caricature (voir la série de billets consacrés à cette question). Cette fois, il s’agit d’un dessin de Bahâ’ al-Bakhary (بهاء البخري) pour Al-Ayyam, un quotidien de Ramallah, proche du Fatah.

Un article (en <a href= »http://www.menassat.com/?q=ar/news-articles/2926-
 » target= »_blank »>arabe ou en anglais) de l’excellent Menassat (source de l’illustration) précise que, selon les propos du procureur général Ismaïl Jaber, membre du gouvernement Hamas « démissionné » en juin 2007, l’offense est comparable à celle des (trop) célèbres caricatures danoises. Le dessin franchit les limites de l’acceptable parce qu’il se moque non pas d’hommes politiques mais de symboles religieux.

En effet, en montrant une forêt de barbus – il s’agit en fait du visage démultiplié d’Ismaël Haniyeh, le leader du Hamas à côté de la légende « اللاشرعية » (illegal selon l’article de Menassat, je traduis plutôt par « la non-légitimité ») -, la caricature se moque d’hommes (les députés du Hamas) qui ont leurs convictions et pas tous la barbe ! Mais aussi, et de façon beaucoup plus grave, elle trahit une forme de dédain (تحقير) à l’encontre de la religion.

Depuis le 6 février, Al-Ayyam est interdit à Gaza… Le caricaturiste et des responsables du quotidien ont été condamnés à diverses amendes et à des peines de prison avec sursis..


3) A l’Ouest aussi ?

Muhammad Aboutrika, que nous découvrions la semaine dernière en train de se prosterner après avoir marqué un but, est un homme « engagé » (ملتزم). Dans le vocabulaire actuel, cela ne signifie plus l’adhésion à une attitude politique « nationaliste de gauche » inspirée des thèses d’un Jean-Paul Sartre par exemple, mais bien l’adoption d’une muslim attitude citoyenne et responsable.

Dans cet esprit, l’expression de la piété – le soujoud de la semaine dernière – n’exclut pas la revendication politique. Après avoir marqué un but, le joueur égyptien a ainsi relevé son maillot devant les caméras de télévision du monde entier pour afficher sa sympathie avec la population de Gaza soumise au blocus israélien.

Comme l’ont noté nombre de blogs, son geste aura été sanctionné par les autorités internationales du football, à la différence d’autres joueurs, en d’autres occasions (voir ce « fanatique » chrétien qui n’est autre que le très grand Kaka de la sélection du Brésil). Mais surtout, selon une information publiée notamment par le quotidien saoudien Al-Watan, l’image d’Aboutrika dévoilant son message de sympathie pour la populaton de Gaza est désormais bien difficile à trouver sur la Toile à partir de Google (je peux en témoigner moi-même pour avoir fait cette recherche il y a une bonne dizaine de jours puis au moment de la rédaction de ce billet).

Même si son responsable en Egypte continue à le nier énergiquement (voir cet article du Hayat), les internautes égyptiens – et arabes – ont la conviction que la société Google a cédé aux injonctions israéliennes, ou égyptiennes selon les versions, pour rendre plus difficile l’accès à une image devenue gênante par sa popularité auprès des populations arabes et musulmanes.

Les rites du foot et de la religion : les Pharaons champions d’Afrique

La première Coupe d’Afrique des Nations (CAN) date de 1957 : elle opposait alors trois équipes, l’Egypte (qui l’emporta), le Soudan et l’Ethopie. L’Afrique du Sud devait y participer mais le régime de l’apartheid n’avait pas accepté l’idée d’envoyer une équipe multiraciale (voir cet historique sur le site de RFI). Pour la finale de la 26e édition, organisée au Ghana, l’Egypte a gagné contre le Cameroun.

Sur les terrains de foot du monde arabe qui, comme on l’a vu dans un précédent billet, sont aussi des arènes politiques, les passions sportives étaient naguère associées à des identifications de type national, mais aussi régional et ou ethnique (telle ville berbère contre telle autre ville d’Algérie par exemple). Bien sûr, les conflits de classe n’étaient jamais très loin (le « riche » Zamalek contre le « populaire » Ahali au Caire), le tout pouvant fort bien se mêler comme dans la rivalité ethnico-politico-sociale – et sportive bien entendu ! – entre le Nejmeh et les Ansars, les deux principaux clubs de Beyrouth.

Depuis une bonne dizaine d’années à en croire cet article (en arabe, comme les références suivantes) publié sur le site islam-online, on voit s’y ajouter une dimension religieuse, ce qui n’a rien d’étonnant dans le contexte actuel. Une de ses manifestations les plus visibles est celle de la prosternation, le soujoud (سجود) pratiqué collectivement (سجود جماعي écrit-on dans les journaux, ici exécuté par l’équipe d’Arabie saoudite), mais le plus souvent en individuel (photo plus bas, il s’agit de Muhamad Aboutrika, l’attaquant vedette égyptien).

Pour l’ensemble des autorités religieuses, c’est une action recommandable (مستحبة) pour un musulman que de se laisser aller de la sorte à remercier ainsi le Créateur lorsque celui-ci a permis la réalisation d’un désir (marquer un but, gagner un match en l’occurrence).

Mais le geste rituel peut se charger d’autres significations. Un psychologue de l’université (islamique) d’Al-Azhar note ainsi, toujours dans cet article, la valeur morale et même religieuse qu’elle donne à la pratique du sport : décrié parce qu’il s’agit d’une activité vulgaire, physique, qui détourne le vrai croyant d’actes de dévotions plus agréables à Dieu ou plus utiles à la société, le football, rehaussé par ces marques de foi affichées sur les terrains, devient une autre façon de servir Dieu, de montrer que la volonté divine sait faire triompher ceux qui ont la foi.

Sami Sabri, un membre de la sélection nationale égyptienne, offre dans le même article une justification plus intéressante à cette nouvelle pratique. A ses yeux, il s’agit clairement, par cet acte, de proposer « une alternative islamique à des expressions de joie [pratiquées par d’autres joueurs d’autres cultures] étrangères à notre culture musulmane et à notre société ». Puisque les rites (notamment télévisuels ) exigent de lui qu’il extériorise la joie qu’il ressent, le buteur musulman ne gesticule pas en tous sens comme un sauvage mais se prosterne sur la pelouse en hommage au Dieu de sa culture…

Il reste que durant cette dernière CAN l’équipe égyptienne s’est livrée comme jamais à ces manifestations de religiosité publique selon les commentateurs sportifs. Ainsi, alors qu’ils le faisaient jusqu’alors dans l’espace privé des chambres d’hôtel ou même des vestiaires, peut-être comme une manière de « créer du collectif » comme disent les coachs, les joueurs ont étonné en récitant ostensiblement à haute voix des versets coraniques sur l’herbe des stades, au vu de tous les spectateurs africains.

On peut y voir l’indice supplémentaire d’une religiosité toujours plus affichée qui gagne l’un après l’autre tous les secteurs de la vie publique. Un article d’islam-online, qu’on ne peut suspecter d’être hostile à la religion ou d’en minimiser l’importance, offre une autre explication, qui n’exclut pas la première.

Si les joueurs égyptiens ont multiplié les signes de piété islamique, c’est en fait pour contrer les pratiques de sorcellerie réputées si puissantes sur le Continent noir ! Et chacun sait qu’elles le sont tout particulièrement à Kumasi (où se jouaient plusieurs matchs), ville du grand club Asante Kotoko, deux fois champion d’Afrique grâce – peut-être – à la magie de ses fondateurs et dirigeants, les dignitaires religieux du peuple Ashanti…

Les apparences pourraient donc être trompeuses : les prosternations et autres récitations de versets, toutes ces néo-pratiques religieuses des terrains de foot de la TV globalisée témoignent sans doute de la manière dont la religion envahit l’actuelle modernité arabe. Mais elles s’enracinent aussi dans des pratiques populaires ancestrales, qui sont très loin d’être toutes acceptables aux yeux des normes religieuses (islamo-puritaines notamment) auxquelles on serait tenté de les assimiler.

D’ailleurs, pour les fans, les nouveaux champions d’Afrique s’appellent « les Pharaons », ce qui n’est pas vraiment très islamique !

Pour le plaisir des oreilles plus que celui des yeux peut-être, cette petite vidéo de la « rencontre historique » entre le Ahâli du Caire et l’America Club du Mexique. On y voit Muhammad Aboutrika, le buteur de la photo du haut, réaliser un magnifique but et une superbe prosternation ! Mais le plus grand plaisir naît de l’enthousiasme du commentateur !

Lettres modernes : calligraphies arabes actuelles (1/2)

(Illustration : Wael Morcos, http://www.theplacedesign.com)

Tout le monde s’accorde à reconnaître la beauté et la singularité de la calligraphie arabe. Mais, comme bien d’autres formes artistiques propres à cette culture, ce qu’on apprécie en général – j’entends en dehors du monde arabe, en France par exemple – c’est une pratique bien spécifique de la calligraphie, « culturellement légitime » parce que produite par des artistes (on devrait en reparler la semaine prochaine) parfois contemporains, mais le plus souvent appartenant au passé.

Pourtant la calligraphie est d’abord un « art populaire », et un art bien vivant. Bien loin d’être réservé aux contemplations esthétiques des salles de musée, ou même aux moments de prière et de recueillement, c’est un art de tous les jours, intimement lié aux images et aux activités les plus quotidiennes : faire ses courses, prendre sa voiture, marcher dans la rue…

(Illustration : http://www.khtt.net)

Rien d’étonnant donc si les camions et les voitures sont autant utilisées par les calligraphes amateurs : à la différence des murs et des vitrines, les signes et les messages que portent les véhicules décorés ont l’avantage de sillonner les rues et les routes !

(Illustration : Pascal Zoghbi, http://29letters.wordpress.com)

Une brève en dernière page du quotidien Al-Quds nous informe que la sociologie jordanienne vient enfin de prendre conscience de l’existence de ce phénomène social et même de son utilité : une étude récente préconise en effet de multiplier les messages inscrits sur véhicules car ils contribuent à véhiculer – c’est bien le terme ! – des valeurs positives dans l’esprit de ceux qui les déchiffrent ! (Pour ceux qui lisent l’arabe, plusieurs billets sur ce blog du pasteur égyptien Fred Samuel dressent un inventaire, assez impressionnant, de ce que l’on peut lire dans les embouteillages cairotes !)

Bien avant les sociologues, les spécialistes arabes du signe – typographes, designers en particulier – ont su apprécier l’importance de ce langage artistique. Leurs sites, qui mettent au service du graphisme arabe les ressources les plus sophistiquées du numérique, prennent aussi le temps de décoder les fonctionnements, les usages, les richesses, et les usages politiques même, de ces signes qui peuplent les rues arabes.

Sur les calligraphies qui ornent les camions, Pascal Zoghbi, un typographe beyrouthin qui enseigne à l’université Notre-Dame au Liban a ainsi écrit (en anglais) ce commentaire sur son blog, 29 letters (celles de l’alphabet arabe). Il publie également un site, où l’on trouve par exemple cette analyse des procédés graphiques mobilisés lors de campagnes de communication politique (également évoquées dans ce billet sur ce blog).

Les camions (libanais) avec leurs calligraphies aux fonctions à la fois esthétiques, identitaires et « pratiques » (se protéger des coups du sort) ont également suscité des commentaires sur le blog, tout aussi passionnant, que tiennent trois jeunes graphistes libanais Maya Zankoul, Wael Morcos and Khajag |kj| Apelian (all MISTD), tout aussi « fondus » de typographie arabe.

Pour les retrouver, avec le meilleur de la création typographique contemporaine, il faut à coup sûr prendre le temps d’explorer le site de la Khatt Foundation (الخط : le « trait » en arabe), animé par Huda Smitshuijzen AbiFarès qui, après ses études au Liban, a vécu aux Pays-Bas et enseigne aujourd’hui aux Emirats. Arabictypography est presque aussi riche d’informations, tout en donnant davantage accès à son propre travail, notamment de publication.

La typographie arabe contemporaine est un réseau bien tissé puisque le webdesigner du site de Huda AbiFarès n’est autre que Tarek Atrissi, originaire de Beyrouth lui aussi mais installé aux Pays-Bas. La visite de son blog peut être utilement prolongée par celle de son site où il présente ses réalisations.

Et enfin, c’est encore une Libanaise, Nadine Chahine, qui tient le blog intitulé arabictype. Elle travaille pour Linotype, la vénérable société qui fut au coeur de la révolution de la presse imprimée à la fin du XIXe s. (La première machine de ce type pour l’arabe fut introduite en Egypte pour le quotidien Al-Mu’ayyad, au début du XXe siècle.)

Le design du Levant n’est pas très loin non plus d’une agence graphique implantée en Arabie saoudite sous le nom particulièrement bien trouvé de al-mohtaraf (المحترف), un terme forgé sur la même racine d’où est tiré le mot « lettre » (حرف) et utilisé en arabe pour traduire le terme « professionnel ».

Toujours dans la Péninisule, Sakkal propose la création de logos, notamment à partir du style « kûfi », très géométrique.

Enfin, on peut encore aller visiter le blog de Hassan Abu Hafash, calligraphe contemporain à Gaza, ou celui de Mohamed Hacen, un jeune graphiste mauritanien, sans oublier, pour sortir un peu des polices traditionnelles, le site de la société Arabetics aux Etats-Unis.

Il faut absolument découvrir les adresses de cette longue liste – qui doit d’ailleurs pouvoir être complétée (des suggestions sont les bienvenues dans les commentaires). Elles nous font découvrir un autre visage de la calligraphie arabe et nous montrent aussi combien l’éternel débat qui oppose modernité et authenticité (حداثة|أصالة) est inutile et stérile.

Avec le meilleur de la création contemporaine, ces passionnés des « lettres modernes » arabes prouvent en effet que l’authentique modernité n’est une tradition vivante et vraiment « héritée » que lorsqu’elle exploite sans complexe les techniques les plus actuelles.

La petite vidéo (graphique) de la semaine, sur le site de Tarek Atrissi (cliquer sur l’onglet « Typography » puis sur le « 6 »).
16/01 : un bon article (en arabe) ce jour dans Al-Akhbar à propos de la KhattFoundation et du travail de Houda AbiFarès

Fatwas pour un président

Nicolas Sarkozy et cheikh Tantawi
Al-Azhar, décembre 2003

Alors que le mufti est une vieille connaissance de la langue française puisque sa présence est attestée dès 1546 (sous la jolie orthographe de « mofty »), la fatwa, selon le Robert historique dirigé par Alain Rey, n’y fait son entrée qu’en 1989 lors de la condamnation par l’imam Khomeini des Versets sataniques de Salman Rushie. Contrairement à une idée reçue, une fatwa n’est pas une interdiction. Il s’agit en fait, sur une question pour laquelle les textes de la religion n’offrent pas de réponse immédiate ou évidente, d’un avis émis par une personne en principe autorisée à le faire, sur la base de sa connaissance du fiqh, en d’autres termes la jurisprudence, la somme des traditions juridiques héritées du passé.

Pendant des siècles, des fatwas ont été délivrées par des religieux pour aider les croyants à trouver des solutions dans leur vie de tous les jours, un peu à la manière dont un curé de paroisse pouvait être le conseiller de fidèles confrontés à une difficulté (un rôle que remplit aujourd’hui, anonymement et efficacement internet, grâce à d’innombrables sites où l’on peut trouver, en ligne, « sa » fatwa). Evidemment, des avis de personnes autorisées ont également été émis à l’occasion d’enjeux bien plus importants, dans le domaine politique en particulier, suscitant toutes sortes d’âpres contestations.

Le système a fonctionné vaille que vaille pendant des siècles. Mais comme le rappelle notamment cet article dans le très bon dossier (entièrement en arabe) réuni sur la question par la rédaction du site islam-online, il est entré en crise au XIXe siècle, dès lors que le mufti, et le faqîh (spécialiste de fiqh) en général, sont entrés en concurrence avec ces rivaux que la modernisation du monde arabe avaient fait apparaître : le muthaqqaf (l’intellectuel : مثقف) et le mufakkir (le penseur : مفكر). Aujourd’hui que ces derniers, comme partout ailleurs, ont tendance à être supplantés par les journalistes et de plus en plus par les stars de la communication de masse (présentateurs, acteurs, animateurs, etc.), le monde de la fatwa est visiblement pris de folie.

Les exemples récents de fatwas proprement insensées ne se comptent plus. On a ainsi beaucoup parlé, et beaucoup ri (jaune en ce qui concerne de très nombreux musulmans, versés ou non dans les sciences de la religion) après l’avis émis par deux cheikhs d’Al-Azhar pour trouver une solution au problème suscité par la présence d’un homme et d’une femme dans la même pièce, sans témoins, par exemple sur leur lieu de travail. S’inspirant d’une tradition remontant au temps du prophète de l’islam, ils ont proposé, sous forme d’avis juridique, que la femme donne le sein au collègue concerné. Devenue pour lui, à la suite de cet acte symbolique, comme une sorte de mère, elle ne peut plus être pour lui un objet de désir légitime…

En cherchant un peu, on doit pouvoir trouver des délires de ce genre dans bien d’autres religions mais il n’est pas étonnant que la nouvelle ait été tellement reprise dans la presse (voir ici par exemple) en ces temps où le muslim bashing se porte bien dans des médias (au sens où l’on a parlé de French bashing de la part des journaux américains quand la position de la France vis-à-vis de l’Irak ne leur plaisait pas).

Sur une scène médiatique arabe où les « chaînes-du-tout-religieux » poussent comme des champignons (un phénomène déjà évoqué ici), on peut faire l’hypothèse que nombre de muftis télévisuels sont avant tout à la recherche d’audience sur un marché devenu très concurrentiel. C’est peut-être l’explication du retour dans l’actualité d’une fatwa émise il y a quelques années et qui a naturellement suscité les protestations indignées de nombre d’acteurs et d’actrices. Affirmer qu’il n’est pas islamiquement correct de tourner, dans les feuilletons en particulier, des scènes de mariage ou de divorce car il ne faut pas se moquer, par l’image en l’occurrence, des liens sacrés du mariage, est en effet une manière assez certaine d’attirer sur soi les feux de l’actualité !

Il est évident que bien des avis religieux répondent aussi à des stratégies politiques à peine déguisées. Ainsi, lorsque le mufti saoudien déclare, juste avant le début de ramadan, que les télévisions satellitaires jouent le même rôle que les « corrupteurs » (مفسدون) et qu’il faut donc imaginer d’infliger à leurs responsables les peines prévues par la loi religieuse pour ce délit, il est clair qu’il prend position pour le camp conservateur à la veille de la grande offensive déclenchée par le camps des « libéraux » (sur ce terme, voir ce ici) à la faveur des longues veillées télévisuelle du mois de jeûne.

Compte tenu du fonctionnement des médias modernes, des erreurs d’appréciation peuvent être commises par les membres les plus chevronnés de la profession, tel Mohammed Sayyid Tantâwi (محمد سيّد طنطاوي), recteur d’Al-Azhar et à ce titre une des principales autorités religieuses en Egypte. Il a en effet déclaré à la radio, le 8 octobre dernier, que ceux qui diffusaient des informations sans fondement devaient, en vertu d’un verset coranique (sourate Al-Nour) concernant les fausses accusations d’adultère, être punis de 80 coups de fouet.

A l’heure où nombre de figures de la presse, y compris les plus célèbres, sont menacées de plusieurs années de prison pour avoir fait état de rumeurs inquiétantes sur la santé de Moubarak (alors que ce dernier n’a même pas fêté ses 80 ans !), certains se sont imaginé que c’était les journalistes que visait la fatwa du « recteur » d’Al-Azhar. Celui-ci s’est – mollement – défendu d’avoir eu une idée pareille, juste avant de prononcer un autre avis, tout aussi, fracassant.

Bien que rien ne soit officiel, il semble que Gamal Moubarak, le fils du président de la République égyptienne, soit très intéressé par le job de son père (voir ce billet). Aux esprits chagrins qui considèreraient cela comme une sorte de succession dynastique, Mohammed Sayyid Tantâwi a expliqué, dans un entretien donné à Al-Sharq, un journal qatari, que le fait que Gamal succède à son père à la suite d’une élection annule toute accusation de ce type. (Il ne l’a pas fait mais il aurait pu d’ailleurs citer en exemple George Bush Jr.)

Certains y ont vu une intrusion manifeste du religieux dans le champ politique (comme quoi, au passage, tous les musulmans ne mélangent pas nécessairement temporel et spirituel, dîn et dawla). Ils se sont même étonnés de voir tant de vertu accordé au principe de l’élection alors que le même recteur d’Al-Azhar venait précisément d’expliquer sur la chaîne MBC qu’il lui semblait préférable, dans le cas d’une fonction telle que la sienne, d’être désigné par le pouvoir plutôt que de devoir être élu, par un collège de ses pairs par exemple.

Ces mêmes esprits étroits, parmi lesquels on compte une organisation (interdite de réunion) de cheikhs d’Al-Azhar, ont osé évoquer le riche passé de Mohammed Sayyed Tantawi et la manière dont il avait, en 1989, réussi à légitimer les intérêts bancaires qui, pour tout le monde jusque-là ou presque, étaient clairement condamnés par la religion, au nom de l’interdiction coranique du prêt à intérêt.

Ils ont tout de même été assez charitables pour se dispenser en général d’évoquer une autre de ses fatwas mémorables, délivrée en décembre 2003 (voir cette traduction en français de son discours) quand M. Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, était venu le voir à Al-Azhar pour obtenir une fatwa sur la question de la prohibition du voile (islamique) dans les collèges et les lycées français. Le très souple Mohammed Sayyid Tantâwî avait donné alors son avis de juriste musulman, sa fatwa donc, pour expliquer qu’une musulmane se devait de suivre les lois du pays où elle vivait et que la religion, en ce cas, ne lui tiendrait pas rigueur d’être sans voile, « en cheveux » comme on disait autrefois.

On a les fatwas et les muftis que l’on mérite…