Fatwas pour un président

Nicolas Sarkozy et cheikh Tantawi
Al-Azhar, décembre 2003

Alors que le mufti est une vieille connaissance de la langue française puisque sa présence est attestée dès 1546 (sous la jolie orthographe de « mofty »), la fatwa, selon le Robert historique dirigé par Alain Rey, n’y fait son entrée qu’en 1989 lors de la condamnation par l’imam Khomeini des Versets sataniques de Salman Rushie. Contrairement à une idée reçue, une fatwa n’est pas une interdiction. Il s’agit en fait, sur une question pour laquelle les textes de la religion n’offrent pas de réponse immédiate ou évidente, d’un avis émis par une personne en principe autorisée à le faire, sur la base de sa connaissance du fiqh, en d’autres termes la jurisprudence, la somme des traditions juridiques héritées du passé.

Pendant des siècles, des fatwas ont été délivrées par des religieux pour aider les croyants à trouver des solutions dans leur vie de tous les jours, un peu à la manière dont un curé de paroisse pouvait être le conseiller de fidèles confrontés à une difficulté (un rôle que remplit aujourd’hui, anonymement et efficacement internet, grâce à d’innombrables sites où l’on peut trouver, en ligne, « sa » fatwa). Evidemment, des avis de personnes autorisées ont également été émis à l’occasion d’enjeux bien plus importants, dans le domaine politique en particulier, suscitant toutes sortes d’âpres contestations.

Le système a fonctionné vaille que vaille pendant des siècles. Mais comme le rappelle notamment cet article dans le très bon dossier (entièrement en arabe) réuni sur la question par la rédaction du site islam-online, il est entré en crise au XIXe siècle, dès lors que le mufti, et le faqîh (spécialiste de fiqh) en général, sont entrés en concurrence avec ces rivaux que la modernisation du monde arabe avaient fait apparaître : le muthaqqaf (l’intellectuel : مثقف) et le mufakkir (le penseur : مفكر). Aujourd’hui que ces derniers, comme partout ailleurs, ont tendance à être supplantés par les journalistes et de plus en plus par les stars de la communication de masse (présentateurs, acteurs, animateurs, etc.), le monde de la fatwa est visiblement pris de folie.

Les exemples récents de fatwas proprement insensées ne se comptent plus. On a ainsi beaucoup parlé, et beaucoup ri (jaune en ce qui concerne de très nombreux musulmans, versés ou non dans les sciences de la religion) après l’avis émis par deux cheikhs d’Al-Azhar pour trouver une solution au problème suscité par la présence d’un homme et d’une femme dans la même pièce, sans témoins, par exemple sur leur lieu de travail. S’inspirant d’une tradition remontant au temps du prophète de l’islam, ils ont proposé, sous forme d’avis juridique, que la femme donne le sein au collègue concerné. Devenue pour lui, à la suite de cet acte symbolique, comme une sorte de mère, elle ne peut plus être pour lui un objet de désir légitime…

En cherchant un peu, on doit pouvoir trouver des délires de ce genre dans bien d’autres religions mais il n’est pas étonnant que la nouvelle ait été tellement reprise dans la presse (voir ici par exemple) en ces temps où le muslim bashing se porte bien dans des médias (au sens où l’on a parlé de French bashing de la part des journaux américains quand la position de la France vis-à-vis de l’Irak ne leur plaisait pas).

Sur une scène médiatique arabe où les « chaînes-du-tout-religieux » poussent comme des champignons (un phénomène déjà évoqué ici), on peut faire l’hypothèse que nombre de muftis télévisuels sont avant tout à la recherche d’audience sur un marché devenu très concurrentiel. C’est peut-être l’explication du retour dans l’actualité d’une fatwa émise il y a quelques années et qui a naturellement suscité les protestations indignées de nombre d’acteurs et d’actrices. Affirmer qu’il n’est pas islamiquement correct de tourner, dans les feuilletons en particulier, des scènes de mariage ou de divorce car il ne faut pas se moquer, par l’image en l’occurrence, des liens sacrés du mariage, est en effet une manière assez certaine d’attirer sur soi les feux de l’actualité !

Il est évident que bien des avis religieux répondent aussi à des stratégies politiques à peine déguisées. Ainsi, lorsque le mufti saoudien déclare, juste avant le début de ramadan, que les télévisions satellitaires jouent le même rôle que les « corrupteurs » (مفسدون) et qu’il faut donc imaginer d’infliger à leurs responsables les peines prévues par la loi religieuse pour ce délit, il est clair qu’il prend position pour le camp conservateur à la veille de la grande offensive déclenchée par le camps des « libéraux » (sur ce terme, voir ce ici) à la faveur des longues veillées télévisuelle du mois de jeûne.

Compte tenu du fonctionnement des médias modernes, des erreurs d’appréciation peuvent être commises par les membres les plus chevronnés de la profession, tel Mohammed Sayyid Tantâwi (محمد سيّد طنطاوي), recteur d’Al-Azhar et à ce titre une des principales autorités religieuses en Egypte. Il a en effet déclaré à la radio, le 8 octobre dernier, que ceux qui diffusaient des informations sans fondement devaient, en vertu d’un verset coranique (sourate Al-Nour) concernant les fausses accusations d’adultère, être punis de 80 coups de fouet.

A l’heure où nombre de figures de la presse, y compris les plus célèbres, sont menacées de plusieurs années de prison pour avoir fait état de rumeurs inquiétantes sur la santé de Moubarak (alors que ce dernier n’a même pas fêté ses 80 ans !), certains se sont imaginé que c’était les journalistes que visait la fatwa du « recteur » d’Al-Azhar. Celui-ci s’est – mollement – défendu d’avoir eu une idée pareille, juste avant de prononcer un autre avis, tout aussi, fracassant.

Bien que rien ne soit officiel, il semble que Gamal Moubarak, le fils du président de la République égyptienne, soit très intéressé par le job de son père (voir ce billet). Aux esprits chagrins qui considèreraient cela comme une sorte de succession dynastique, Mohammed Sayyid Tantâwi a expliqué, dans un entretien donné à Al-Sharq, un journal qatari, que le fait que Gamal succède à son père à la suite d’une élection annule toute accusation de ce type. (Il ne l’a pas fait mais il aurait pu d’ailleurs citer en exemple George Bush Jr.)

Certains y ont vu une intrusion manifeste du religieux dans le champ politique (comme quoi, au passage, tous les musulmans ne mélangent pas nécessairement temporel et spirituel, dîn et dawla). Ils se sont même étonnés de voir tant de vertu accordé au principe de l’élection alors que le même recteur d’Al-Azhar venait précisément d’expliquer sur la chaîne MBC qu’il lui semblait préférable, dans le cas d’une fonction telle que la sienne, d’être désigné par le pouvoir plutôt que de devoir être élu, par un collège de ses pairs par exemple.

Ces mêmes esprits étroits, parmi lesquels on compte une organisation (interdite de réunion) de cheikhs d’Al-Azhar, ont osé évoquer le riche passé de Mohammed Sayyed Tantawi et la manière dont il avait, en 1989, réussi à légitimer les intérêts bancaires qui, pour tout le monde jusque-là ou presque, étaient clairement condamnés par la religion, au nom de l’interdiction coranique du prêt à intérêt.

Ils ont tout de même été assez charitables pour se dispenser en général d’évoquer une autre de ses fatwas mémorables, délivrée en décembre 2003 (voir cette traduction en français de son discours) quand M. Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, était venu le voir à Al-Azhar pour obtenir une fatwa sur la question de la prohibition du voile (islamique) dans les collèges et les lycées français. Le très souple Mohammed Sayyid Tantâwî avait donné alors son avis de juriste musulman, sa fatwa donc, pour expliquer qu’une musulmane se devait de suivre les lois du pays où elle vivait et que la religion, en ce cas, ne lui tiendrait pas rigueur d’être sans voile, « en cheveux » comme on disait autrefois.

On a les fatwas et les muftis que l’on mérite…

Bonnes à tout faire dans le monde arabe (1/2) : un marché mondialisé

Le quotidien Le Monde a publié récemment un article sur les traitement réservé aux employées de maison au Liban. Un traitement qui, trop souvent, prend la forme d’un véritable « esclavage moderne », et pas seulement au Liban mais dans toute la région.

Si le sujet n’est pas totalement tabou dans les journaux arabes, il est tout de même le plus souvent relégué dans les pages « société » de la presse à sensation. En revanche, il suffit de parcourir la Toile, et les forums en particulier, pour comprendre que le sujet, brûlant, fait partie des questions qui agitent singulièrement les sociétés de la région. En général, on se préoccupe surtout des conséquences pour les enfants ou encore pour l’équilibre « sentimental » de la famille d’un phénomène de plus en plus répandu.

Pourtant, on observe également une lente prise de conscience. Ainsi, à l’occasion de la fin du ramadan, une agence saoudienne (celle de Qaswara al-Khatib, dont on a déjà parlé ici) a financé, avec d’autres donateurs, la réalisation de trois clips destinés à inciter les téléspectateurs et employeurs de domestiques – la quasi-totalité de la société saoudienne en fait – à user de plus de clémence vis-à-vis de leurs employées, sur le thème du précepte coranique : « Celui qui n’est pas clément avec les autres, Dieu ne sera pas clément avec lui ». Il est prévu que le clip soit diffusé sur la MBC et la LBC, deux très grosses chaînes satellitaires privées.

Aujourd’hui, l’emploi de domestiques étrangères, en provenance d’Asie (Philippines, Indonésie, Sri Lanka, Thaïlande…) ou d’Afrique (Ethiopie, Erythrée…) n’est plus limité à quelques pays riches et à leurs classes aisées. C’est le cas de la Syrie par exemple, où on n’en trouvait pratiquement pas il y a encore 4 ou 5 ans et où l’on considère maintenant, y compris dans les familles très « ordinaires » voire modestes, qu’il faut s’offrir ce type de service (voir cet article en arabe). Avec les conséquences que l’on peut imaginer dans des sociétés peu ou mal préparées à ces réalités nouvelles, ne serait-ce que sur le plan légal. Toujours dans le cas de la Syrie, traditionnellement exportatrice de main-d’oeuvre peu qualifiée, il a fallu adapter la législation à la nouvelle situation. En novembre 2006, une législation pourtant récente – elle avait été adoptée en 2001 – sur l’emploi de personnel étranger a modifié le cadre légal des « bureaux » spécialisés dans l’importation de ce type de personnel (voir cet article en arabe dans la publication économique syrienne Al-Iqtissadiya).

Dans nombre de pays, il est devenu difficile, avec les progrès de l’éducation, de trouver du « personnel autochtone » : plus instruites, les bonnes deviennent exigeantes, voire rebelles ! Les étrangères, corvéables à merci, sont venues à point nommé pour remplacer les petites paysannes adolescentes et analphabètes, louées par leurs familles, faute de meilleure solution, pour un salaire de misère…

Mais il s’agit aussi d’une véritable mode, que contribuent à propager, indéniablement, les conceptions locales du paraître social (التباهي) et le plaisir, trop humain, de se faire servir, 24 heures sur 24, pour souvent moins de 100 dollars par mois. Une mode favorisée par une mondialisation qui abolit les frontières pour les marchandises et les services tant il est clair qu’il s’agit d’un commerce de « commodités » et non de personnes : d’ailleurs, les « zones de réception » pour domestiques dont parle Dominique Torrès dans l’article du Monde existent dans la plupart des aéroports de la région.

La « traite des bonnes » – comme on a pu parler de « traite des noirs » – est un commerce lucratif. Gérer un « parc » d’employées de maison est un business qui rapporte gros quand on sait que l’importation de la « tête » représente, selon les pays, un investissement qui ne dépasse guère les deux mille dollars entre billet d’avion, taxes et inévitable petite corruption pour graisser les rouages de la machine importatrice. Les journaux publient sans problème les annonces que passent les centaines de bureaux spécialisés, offrant aux éventuels clients, parmi d’autres précisions…, de choisir, parmi une gamme de nationalités plus ou moins chères, selon la réputation, la « bonne » dont ils souhaitent acquérir les services.

Car il y a bien marché, capable par moment d’imposer sa propre logique. Il arrive ainsi que les besoins se développent au-delà des capacités de l’offre, avec pour conséquence de faire monter les prix inconsidérément ! Dans les pays du Golfe, ramadan est ainsi synonyme de pénurie : un vrai scandale ! A en croire les journaux, c’est presque à prix d’or qu’on s’arrache alors les rares employées disponibles (et même les chauffeurs dans les pays du Golfe). Un article du quotidien saoudien Al-Watan s’offusquait ainsi, en 2005, de voir qu’il fallait parfois payer jusqu’à 1700 rials par mois pour une Indonésienne (un peu plus de 450 dollars) ! Heureusement, l’Ethiopienne restait un peu plus abordable (1000 rials) pour ne rien dire de la Somalienne, disponible pour 800 seulement !

On en arriverait presque à plaindre les pauvres employeurs contraints de passer par tous les caprices de celles qui acceptent de travailler chez eux… Il va de soi que la réalité quotidienne est assez différente et que ce sont bien les femmes de maison, souvent privées de passeport et plus généralement de tout droit, qui sont, littéralement, « bonnes à tout faire », y compris dans le domaine sexuel.

(la suite la semaine prochaine)

Ajout (26/11/07) : un lien pour consulter le rapport de l’organisation Human Rights Watch sur l’exploitation de domestiques sri-lankaises au Moyen-Orient, sous le titre : Sri Lankan Domestic Workers Face Abuse (en anglais)

Islam et vidéoclips (1/2) : le repentir du "progressiste"

La pop-star Tamer Husni et le prédicateur ‘Amr Khaled

La mode est aux vidéoclips moraux dans le monde arabe. La sortie durant l’été de la première production de ce genre, intégralement tournée en Arabie saoudite avec un budget d’environ 100 000 dollars offerts par diverses sociétés locales, a marqué les esprits. « Le seul vrai truc, c’est Dieu » (traduction bien libre de ما لك غير الله) a été réalisé par un jeune talent local, Qaswara al-Khatib (قصورة الخطيب), P.-D.G. de la société Full Stop (en arabe dans le texte !).

A défaut d’être original, le pitch du clip en question a le mérite d’être net et précis. Un jeune professional saoudien – on le voit derrière son ordinateur dans ce qui ressemble à une agence de publicité – est dans un jour « sans » : il trébuche en faisant son jogging, se fait rembarrer au boulot… Pire, les séquences qui suivent nous le montrent avec ses copains en train de fumer ce qui ressemble à un joint et de draguer des jeunes femmes sur un banc. Mal lui en prend : sa fiancée qui passe par là le surprend et jette la bague qu’il lui a offerte !

Pour les détails de l’histoire, le clip est disponible ici (et il y a même des sous-titres en anglais). Ce qui compte, c’est que le héros, à la suite d’un accident de moto, finit par retrouver la « Voie juste » et comprend que « lorsque tout va mal, le seul vrai truc, c’est Dieu »…

Comme l’avait bien remarqué à l’époque Amal A., qui tient en anglais Arab Woman Progressive Voice, un blog qui a un peu les mêmes préoccupations que ces billets, il n’y a rien d’innocent à ce que la caméra s’attarde à plusieurs reprises sur le T-shirt que porte le jeune motard lorsqu’il est encore dans l’erreur. Quand il reste à bosser et à fumer derrière son écran alors que les collègues de bureau font la prière, le T-shirt aussi immaculé que sa dashdasha de sortie proclame en anglais et en grandes lettres rouge sang – couleur prémonitoire de l’accident – le message fatal : PROGRESSIVE. (Oui, progressive comme dans le titre du blog d’Amal A. !!!)

« Progressiste », ou encore « libéral » comme on l’a vu au cours de notre série sur les feuilletons de ramadan, sont autant de gros mots aux yeux de ceux qui espèrent remettre la jeunesse sur la bonne voie en finançant des messages de ce genre (en plus du coût du tournage, une campagne de placards publicitaires a accompagné la sortie du clip en Arabie saoudite).

Temps de piété et de dévotion, ramadan est certainement plus encore une période de consommation. Et l’idéal, pour le commerce, est certainement d’associer les deux aspects de ce mois de fête.

On comprend dès lors que nombre de chanteurs et de chanteuses, pourtant loin d’être toujours exemplaires le reste du temps, s’accordent pour sortir précisément durant cette période de l’année un CD, avec les clips qui vont avec, composé exclusivement de chansons religieuses. Le quotidien Al-Hayat a ainsi dressé une liste impressionnante de grands noms de la scène arabe qui ont sacrifié à ce nouveau rite, à commencer par les deux enfants terribles de l’écurie de Nasr Mahrous, le Star Maker de la scène égyptienne, Chirine Abdel-Wahhab et Tamer Husni (تامر حسني).


Tamer Husni dans Omar et Salma

Ce dernier mérite qu’on s’arrête un peu à son histoire. Tamer Husni est en effet LA grande vedette de la jeunesse égyptienne et arabe. Plus encore que ‘Amr Diab (dont on a parlé ici et qui appartient à une génération un peu plus âgée), il cultive un look aussi peu sage que pouvait l’être sa vie privée à en croire les magazines spécialisés. Salma et Omar, le dernier film dans lequel a tourné le jeune chanteur, a ainsi été descendu en flèche par la critique qui lui a reproché de ne rien faire d’autre que d’exposer sa virilité tapageuse.

Mais il faut parler à l’imparfait car Tamer Husni, à l’image du jeune saoudien accidenté, a retrouvé la « bonne voie ». Non pas à la suite d’un accident de la route pour la pop star qui a commencé à gratter sa guitare à la grille de l’Université du Caire – quoi de plus libéral et progressiste ! – mais après ses malheurs avec la justice locale qui lui a reproché d’avoir falsifié des documents pour échapper au service militaire et qui l’a condamné, pour ce délit, à 9 mois de prison, en mai 2006.

Pendant son incarcération selon certains récits, juste à sa sortie de prison selon d’autres, Tamer Husni a fait une rencontre déterminante, celle de « l’homme le plus influent du monde arabe » à en croire le magazine Time, le prédicateur new look, ‘Amr Khaled (voir ce billet)… Idole de la jeunesse et des médias, mais dans un autre registre bien entendu, celui des shows religieux télévisés, ‘Amr Khaled en accordant son amité à la jeune étoile déchue lui a permis de se repentir et d’abandonner une existence sans morale. Mieux, Tamer Husni est même devenu un chanteur « engagé » (ملتزم), engagé non pas au sens occidental du terme mais « engagé pour le bon combat », celui de la morale et de la foi.

A l’occasion de ramadan, la vedette de la chanson a donc sorti un CD religieux qui porte justement le titre de l’émission vedette de la star de la prédication islamique, « Le paradis est à notre porte » (mot-à-mot : le paradis est dans nos maisons الجنة في بيوتنا). Mieux, chaque titre de l’album CD est en fait celui d’un des épisodes de la série que ‘Amr Khaled diffuse pendant le mois sacré et qui passe en prime time sur les grandes chaînes satellitaires comme Kowait TV ou Al-Risâla (‘Amr Khaled, malgré sa célébrité – ou plutôt à cause d’elle – est tenu à l’écart des ondes égyptiennes officielles de peur qu’il fasse de l’ombre aux autres professionnels du prêche…)

Il faut être naturellement affreusement mécréant pour voir dans cette collaboration entre ces deux icônes, ces deux « références » du jeune public arabe, autre chose qu’une manifestation de ferveur religieuse ; une superbe opération de marketing médiatique par exemple. Le site Islam-Online, proche des Frères musulmans, s’y risque pourtant dans un article (en arabe) qui prédit que la relation entre les deux vedettes des médias n’a pas fini d’être turbulente. On peut interpréter cela comme une réaction d’agacement devant le succès que remporte la concurrence sur le créneau religieux mais il n’est pas interdit d’y voir aussi un rejet authentique de cette manière d’exploiter médiatiquement – et financièrement – le filon religieux.

Quelques liens :

– Pour les arabophones, un épidode du « Paradis à notre porte » dans lequel Khaled, avec sa voix par moments étrangement haut perchée, explique le principe de la série d’émissions.
– Un article dans Al-Quds al-‘arabi qui évoque le peu d’empressement des chaînes officielles égyptiennes à diffuser ‘Amr Khaled, en dépit de son succès.
– Deux articles (1 et 2 dans Al-sharq al-awsat à propos du clip saoudien et de son réalisateur.

Télévisions de ramadan (2/3) : feuilletons, critique sociale et censure

Dans l’image : Tâsh ma tâsh :
idées qui font sentation ou échec et répétition ?

Grand moment de consommation télévisuelle, ramadan fait souffler un peu d’air frais dans les programmes arabes. Ce n’est pas que la censure politique soit plus tendre, comme en témoignent les récents événements en Egypte dont il nous faudra sans doute reparler. La débauche de programmes festifs contribue à détendre l’atmosphère. Ramadan, c’est également un temps béni (!) pour les feuilletons qui, sous couvert de franche rigolade, se permettent de dire bien des choses, pour la plus grande joie des uns, et à la grande fureur des autres.

A ce petit jeu, le grand maître est sans conteste l’indéboulonnable production saoudienne Tâsh mâ tâsh (طاش ما طاش) déjà évoquée dans ce billet, à la même époque l’année dernière. Véritable phénomène de société (à tel point qu’un de ses épisodes aurait été diffusé devant des membres du Congrès américain : quelqu’un a l’info ?), le feuilleton-culte a d’innombrables admirateurs qui savourent sa manière de mettre à nu les travers des Saoudiens, et pas mal de farouches adversaires qui y voient une attaque en règle contre les valeurs les plus sacrées.

C’est la quinzième année que les épisodes de cette série, exclusivement diffusée pendant ramadan, font passer des messages fort peu conformistes dans un pays où la critique n’est pas toujours facile à faire accepter. Surtout quand on parle non « seulement » de la condition des femmes divorcées, de la nullité des universités du cru ou encore de la tendance à se replier dans le passé pour ne pas avoir à affronter le réel – autant de sujets abordés cette année -, mais aussi de LA question qui dérange entre toutes, à savoir celle de la religion ou plutôt de ses pratiques – et parfois déviations – sociales.

Ci-dessous une image
tirée de l’épisode intitulé
Tash-Sat

Observateurs avisés des évolutions sociales, les scénaristes de Tâsh mâ tâsh ne pouvaient pas rater le phénomène des télévisions religieuses, évoqué la semaine dernière. Sous le titre de « Tash-Sat », un épisode de la série actuelle s’en prend ainsi aux tartuffes qui n’hésitent pas à exploiter sans vergogne le filon de la télé-religion. On y voit ainsi des présentatrices chargées naguère de faire valoir les chanteuses en mal d’amour et les pousseurs de romances se convertir avec leur chaîne au « tout-islam », et donc en pieuses musulmanes fort pudiquement voilées…

Les débats sont allés bon train sur les forums internet : critique aussi fondée que pertinente de l’évolution du paysage médiatique pour les uns, basses attaques lancées par ceux que contrarie trop, justement, l’indéniable succès des chaînes religieuses, pour les autres… De quoi confirmer les convictions de certaines autorités religieuses qui, déjà furieuses de voir que les pèlerins se prennent en photo dans les lieux saints, tonnent contre les spectacles pernicieux du petit écran. Mais tout aussi bien celles de certains de leurs confrères qui avouent bien volontiers apprécier que cette série télévisée fasse oeuvre utile en critiquant les travers de quelques pratiques…

Il faut toutefois plus d’un scandale par an aux producteurs de Tâsh mâ tâsh . D’ailleurs, il est plus que probable qu’ils ne redoutent rien tant que l’indifférence, chaque scandale et chaque controverse contribuant à l’audience d’une émission qui, comme partout ailleurs, sert tout de même à vendre de la publicité. Un autre épisode a donc fourni son lot de polémiques sur le mode, déjà éprouvé l’an dernier, de la dénonciation des pratiques des tribunaux religieux chargés de punir les écarts par rapport au code de bonne conduite musulmane – inspirée de l’exégèse wahhabite – en vigueur dans ce pays.

L’épisode en question, qui a pour titre « Un juge au paradis » (قاض في الجنة), imagine l’histoire d’un juge de tribunal religieux qui, plutôt que de condamner à la peine la plus sévère (cela peut aller jusqu’à l’exécution), un jeune homme délaissant l’obligation de la prière préfère lui imposer une peine que l’on qualifierait, en France, « d’intérêt général », au grand dam de ses collègues, étroitement attachés à la lettre des textes juridiques.

Des articles nous racontent que l’épisode a manqué d’être censuré parce qu’un juge – religieux bien entendu – saoudien aurait déposé plainte auprès des autorités de Dubaï (siège de la MBC qui diffuse en exclusivité Tâsh mâm tâsh). D’autres affirment qu’il ne s’agit que de rumeurs. En tout état de cause, cela a contribué à faire parler de l’émission et le but, quel qu’il soit, a été atteint !

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Les producteurs de Tâsh mâ tâsh ont innové cette année en introduisant un service – payant – qui permet aux fans de recevoir à l’avance, sur leur portable, le synopsis des émissions à venir. C’est ainsi que l’on sait déjà que le quinzième épisode de la série actuelle rompt contre toute attente avec la ligne traditionnelle de l’émission et s’en prend aux « libéraux » (ليبراليون). (Le terme, repris mot à mot en arabe, n’a pas grand-chose à voir avec le libéralisme politique ou économique mais fonctionne plutôt comme un nom de code pour désigner tout ce qui se veut à la fois « laïc-moderne-rationaliste-etc. », en d’autres termes, tout ce qui s’oppose aux « authentiques-valeurs-traditionnelles-de-l’islam-et-de-l’arabité » : il faudra y consacrer un billet une autre fois.)

« Libéraux mais… » (ليبراليون ولكن) est donc le titre de ce nouvel épisode qui se moque, pour une fois, de cette fraction de la société caricaturée sous les traits d’un « poète progressiste » s’acharnant à rénover la prosodie de langue arabe classique, dans un pays où les gens se passionnent pour la poésie locale en dialecte (les cours de rattrapage sur cette question centrale dans la culture arabe se trouvent dans ces deux billets : 1 pour la poésie dialectale et 2 pour la langue classique !).

On a beaucoup débattu dans la Péninsule arabe, sur internet en particulier, à propos des interprétations possibles de cet inhabituel « coup de patte » porté dans Tâsh mâ tâsh aux représentants des « courants rénovateurs » dans la société saoudienne. Beaucoup se rassurent en se disant que Sedhane et Gossaybi (عبد الله السدحان وناصر القصيبي), les deux scénaristes, tout de même en butte à des menaces même pas déguisées, ont trouvé là une manière habile de se dédouaner en montrant que leurs critiques ne sont pas réservées à la seule institution religieuse…

Mais toutes les histoires, y compris en feuilleton, ne se terminent pas aussi bien et il faut probablement le très grand talent des auteurs de Tâsh mâ tâsh pour naviguer avec une telle sûreté dans les limites étroites de ce qu’il est permis de dire, y compris avec le sourire, et y compris pendant ramadan…

Toujours sur la même chaîne, la MBC, une autre série n’a pas eu le temps de trouver son public car la direction a choisi de ne pas la diffuser. « Les fautes finissent par se payer » (traduction libre de : لل خطايا ثمن) a suscité, avant même son passage à l’antenne, la fureur des milieux chiites du Koweït au prétexte que leurs pratiques religieuses y étaient sévèrement critiquées. On y parlait en particulier de la facilité avec laquelle cette école (dite « jaafarite » pour les spécialistes ») accepte les « mariages coutumiers » dits également « mariages de plaisir » (c’est de fait très injuste car les sunnites se débrouillent également très bien dans ce domaine comme nous l’avions vu dans ce double billet !)

Articles dans la presse, interventions « d’intellectuels et de personnalités religieuses », questions de députés (chiites) au Parlement, commentaires en Conseil des ministres, lapidation des bureaux de la MBC à Koweït : sous la pression, les autorités koweïtiennes ont demandé à leurs voisins de Dubaï, aux Emirats unis où se trouve le siège de la MBC, société à capitaux saoudiens, de ne pas ajouter aux tensions confessionnelles entre chiites et sunnites, plus fortes que jamais depuis l’occupation américaine de l’Irak.

Même dans les feuilletons de ramadan, la critique n’est pas pas toujours facilement… (D’ailleurs, la semaine prochaine : d’autres feuilletons et d’autres censures, mais pour d’autres raisons cette fois !)

(note au 1/10/07) : sur Tâsh mâ tâsh, il faut absolument lire ce mémoire de recherche rédigé par Pascal Ménoret.

Références :
– Sur Tâsh mâ tâsh, un article dans Al-Hayat le 5/09/07 (la recherche sur les archives ne fonctionnait pas au moment de la mise en ligne de ce billet) ; deux articles (1 et 2) sur le site d’islam-online, ainsi que, dans Al-Akhbâr, cet article sur l’interdiciton de « Juge au paradis » et cet autre sur la série en général.
– Sur « Les fautes finissent par se payer », au Koweït, voir Al-Quds al-arabi, des 9, 11, 12 et 17 septembre.

Poésie et télévision (1/2) : le poète du million


Depuis leurs vrais débuts au milieu des années 1990, les télévisions arabes par satellite n’ont cessé de se multiplier. Elles peuvent être privées, cryptées et payantes (en principe, car les piratages sont légion), mais également publiques ou para-publiques, et gratuites. De plus en plus (notamment dans la Péninsule), elles sont également privées et souvent thématiques. Selon Arab Advisors, on comptait déjà, en octobre 2006, plus de 250 chaînes accessibles via Nilesat ou Arabsat.

Leurs programmes peuvent être diffusés dans un arabe strictement classique, par exemple dans certaines émissions de ces nouvelles stations religieuses qui semblent rencontrer, à l’image de Al-Nâs et de son slogan « elle t’emmène au paradis ! » (تأخذك إلى الجنة) un grand succès auprès du public. Ils peuvent également utiliser très majoritairement un parler local, comme c’est le cas avec les chaînes spécialisés dans la poésie dialectale dont on parlera plus loin. Dans la plupart des cas, notamment sur les grandes chaînes d’information que sont al-Jazeera ou Al-Arabeyya, ils privilégient les multiples variations de l’arabe moderne plus ou moins standardisé afin de s’adresser au plus large public possible.

Variété des expressions au sein d’une indéniable unité linguistique (sauf à considérer chaque dialecte local comme une langue à part entière) mais également variété des modulations locales à partir d’un modèle unique, celui de la télé mondialisée. Il y a donc une variable arabe et musulmane des célèbres prêcheurs télévisuels américains, comme il y a plus d’une adaptation locale des reality shows qui passionnent – aussi – les foules arabes…

Depuis le début de l’année 2007, les télévisions arabes ont néanmoins ajouté au vaste répertoire mondialisé des jeux télévisés une innovation intéressante parce qu’elle révèle la persistance dans cette culture, aujourd’hui encore, d’un « goût » spécifique pour le verbe en général, et pour la poésie en particulier.

Abu Dhabi TV, la chaîne officielle et plutôt « haut de gamme » de l’émirat du même nom, est à l’origine de cette « invention ». Il s’agit de compétitions poétiques, sur le mode bien connu des jeux télévisés se déroulant durant plusieurs semaines, par éliminations successives décidées par un jury de spécialistes, jury secondé par le public intervenant par le biais de messages SMS et d’appels téléphoniques, source de revenus considérables.

Lancé au début de l’année, la première saison du « poète du million » (شاعر المليون) s’est achevée en avril par la victoire du poète qatari Muhammad bin Futtais al-Merri (محمد بن فطيس المري), retenu parmi 40 candidats pour recevoir le premier prix, un million de dirhams (pas loin de 200 000 euros : les autres prix ne sont pas mal dotés non plus).

Gérée par la société Pyramedia, spécialisée dans la réalisation et la promotion de ce type d’événements et de produits « culturels », le « poète du million » est une initiative d’un organisme officiel, Abu Dhabi Authority for Culture and Heritage (هيئة أبوظبي للثقافة والتراث), créé au début de l’année 2006 pour fédérer, sur un mode plus ambitieux, les activités d’institutions telles que le Mujamma’ thaqâfî (المجمع الثقافي), ouvert, quant à lui, dès 1981.

Outre le plaisir – toujours vif – de damer le pion à leurs très actifs collègues et voisins de Dubaï, les autorités culturelles d’Abu Dhabi avaient pour objectif de détourner une partie des téléspectateurs arabes des télévisions commerciales – essentiellement libanaises – avec leur litanie de clips vidéo vulgaires. Dans cette fédération où domine très largement la population immigrée étrangère, et où le business model américain règne en maître, il s’agissait aussi de faire la promotion de la culture non seulement arabe mais aussi locale (voir en particulier ce billet). En effet, ce grand jeu télévisuel qu’est le « poète du million » a pour particularité de réunir les spécialistes de ce qu’on appelle là-bas la « poésie nabatéenne » (الشعر النبطي), en d’autres termes la poésie composée non pas en arabe classique mais dans une des variantes de l’arabe du Golfe. (Pour ceux que la question intéresse, voir cet article en arabe sur wikipedia.)

Avec le meilleur créneau horaire selon les moeurs locales, celui de la soirée du vendredi soir, le nouveau jeu culturel a réussi au-delà de toutes les espérances de ses promoteurs car le public – du Golfe ou plus exactement originaire de cette région – s’est passionné pour la nouvelle émission. Peut-être pas pour les raisons qui avaient été imaginées au départ, à savoir pour le plaisir bon enfant d’une gentille compétition un peu dans la ligne de l’Eurovision, mais parce que les joutes entre poètes locaux ont ravivé les liens ancestraux – et les non moins vieilles rivalités – entre clans et tribus, en fonction de lignes de partage qui sont loin de recouvrir très exactement celles des découpages politiques contemporains.

Avec le « poète du million », une véritable mode a même été lancée. Dans une région qui n’en manque pas, certaines grosses fortunes ont eu l’idée de créer leur propre chaîne de télévision apparemment dédiée à la poésie nabatî mais en réalité destinée à glorifier les mérites de telle ou telle lignée, à commencer par celle du généreux mécène de la station. Une version modernisé d’un modèle culturel dont les racines plongent au-delà de l’avènement de l’islam, lorsque le poète à la langue agile, aussi vénéré que craint, avait la charge de représenter l’honneur de son clan, de sa tribu, dans des joutes pas toujours symboliques, comme il s’en organisait dans l’ancienne Arabie à l’occasion de rencontres commerciales telles que le célèbre Souk Ukaz (عكاظ).

Les choses ont pris de telles proportions que, très récemment, un haut responsable du ministère de la Culture et de l’Information saoudien a dû mettre solennellement en garde les responsables des chaînes privées contre leurs émissions « incitant au chauvinisme régional ou confessionnel » (ou encore « ethnico-religieux » :إثارة النعرات الطائفية والإقليمية : voir cet article du Sharq al-awsat repris par le site Elaph)…

(la semaine prochaine : le Prince des poètes)

Quelques références pour aller plus loin :

– Une vidéo, malheureusement de qualité moyenne, dressant le panégyrique du premier gagnant, Muhammad bin Futtais al-Merri (محمد بن فطيس المري) – d’autres peuvent être facilement trouvées avec une recherche sur le nom (en arabe).
– Sur télé Al-Nâs et les pratiques douteuses de certaines chaînes dites religieuses, deux articles (1 et 2) dans Al-Akhbâr, et un autre sur le site de Islam Online .
– Le site de l’émission Le Poète du million (mais il ne s’affichera bien que si vous fonctionnez sur un système arabisé).
– Un article en arabe d’un homme des médias saoudien sur la « Star Academy des bédouins », qui souligne le caractère tribal de l’émission, tout de même préférable à un discours qui favoriserait aux yeux de l’auteur le confessionalisme (une menace de plus en plus perceptible dans la Péninsule).

Des unions libres (2/2) : kullu sana ya Gamal…

Elle, c’est Khadiga (25 ans), fille d’un célèbre homme d’affaires local. Celui à qui est destiné ce regard, elle vient de l’épouser : Gamal, ancien directeur de la Bank of America à Londres, est aujourd’hui le successeur supposé de son père, en dépit des dénégations de ce dernier, à la tête de la « républarchie » familiale (pour rendre le terme jumlûkiyya, جملوكية, un mot valise pour désigner cette « belle » invention du système politique actuel, la « république héréditaire »)… Conformément aux traditions, le mariage civil, avec réception grandiose et couverture médiatique digne d’un… président, s’est accompagné d’une cérémonie religieuse célébrée par la principale autorité musulmane du pays.

En prenant son temps pour s’engager, Gamal Moubarak, qui a tout de même 44 ans, se conforme à la tendance générale. En effet, on se marie de moins en moins dans le monde arabe, et en tout cas de plus en plus tard. Mais alors que le « jeune » couple a pu s’acheter sans problème la propriété de ses rêves dans le quartier le plus huppé du Caire, sur l’île de Zamalek, c’est en général pour des raisons économiques que le commun des mortels repousse indéfiniment le moment de se marier « dans les règles ».

« Ouvrir une maison », selon l’expression consacrée (فتح بيت : dans la pratique, disposer d’un lieu de vie avec, si possible, une domestique, sans parler d’une voiture) est en effet une opération ruineuse, au sens propre du terme. En Arabie saoudite par exemple, où un salaire moyen mensuel tourne aux alentours de 1000 dollars (tout le monde, dans cette société de 27 millions d’habitants, n’appartient pas à la famille royale !), prendre une épouse requiert au bas mot, selon cet article publié dans Al-Hayat, près de trois années de salaire, 34000 dollars (20000 pour la dot et la cérémonie, 10000 pour l’appartement, 4000 pour le voyage de noces souvent effectué, pour les Saoudiens, dans quelque capitale asiatique, New Delhi ou Kualalumpur entre autres). La situation devient si difficile que de grandes familles tribales se sont mises d’accord pour limiter le coût des cérémonies en supprimant quelques dépenses jugées superflues, telles que la voiture offerte à la belle famille. Des associations proposent également des bourses de mariage, ou des cérémonies collectives qui peuvent regrouper plusieurs dizaines de participants.

La situation du royaume saoudien est loin d’être unique. En Palestine, toujours selon Elaph, une association de bienfaisance a récemment lancé une campagne pour offrir aux candidates au mariage un petit apport financier (1000 dollars) et surtout un toit, en l’occurrence une pièce pour abriter le jeune couple. En raison des pressions occidentales et notamment européennes, nombre de fonctionnaires n’ont plus touché de véritable salaire depuis des mois et les jeunes célibataires, à Ramallah par exemple, représenteraient désormais quelque 40% de la tranche d’âge concernée par le mariage.

Dans la Syrie voisine où, d’après cet autre article de Elaph, les femmes fonctionnaires sont outrageusement courtisées car elles assurent un revenu complémentaire, l’âge moyen au mariage selon les statistiques officielles est de 30 ans pour les hommes et de 26 pour les femmes. Même constat en Jordanie où, « dans la classe d’âge des personnes susceptibles d’être mariées « (ne me demandez pas ce que cela signifie au juste !), on constate, toujours selon Al-Hayat, que plus d’un quart des personnes concernées sont encore célibataires. Il est vrai qu’il peut s’agir, comme l’explique la journaliste Leïla Khalifa, d’un choix de vie opéré, y compris chez les femmes, pour des raisons professionnels et au bénéfice d’une certaine liberté individuelle.

Le « mariage coutumier » dont il a été question dans le billet précédent peut donc recouvrir des réalités sociales complexes. Souvent imposé par les difficultés économiques qui en font un simple pis-aller, pour des veuves par exemple qui veulent conserver la garde des enfants ou l’usufruit d’une pension, proche dans certains cas d’une forme à peine déguisée de prostitution, son essor actuel peut également répondre à un besoin de relations sexuelles plus libres, et plus généralement aux exigences croissantes des femmes arabes depuis qu’elles accèdent, de plus en plus nombreuses, à des études supérieures et à une véritable vie professionnelle.

En Arabie saoudite, il est devenu un phénomène de société qui a obligé les autorités à réagir (voir cet article sur le site de la chaîne satellitaire al-Arabiyya, et celui du quotidien en ligne proche de l’opposition religieuse Akhbaruna). Sous le nom de « mariage à la bourse de voyage » (زواج المسفار zawâj al-misfâr), les étudiantes en partance pour l’étanger – les USA notamment – et qui doivent pour cela avoir un garant (وكيل) – masculin bien entendu – proposent des mariages ad hoc – c’est le cas de le dire ! -, juste le temps des études avec divorce à l’amiable immédiatement après. Une réponse en quelque sorte, comme le signale d’ailleurs le nom qu’on lui a trouvé, au « mariage de voyage » (زواج المسيار zawâj al-misyâr) dans lequel le « mari » fixe ses conditions à la femme qu’il prend momentanément pour épouse.

Même dans un pays réputé conservateur et traditionnel comme le Yémen, le phénomène semble concerner un nombre de plus en plus grand de jeunes dans la tranche des 15-24 ans, à commencer chez les étudiants. A en croire les recherches d’une sociologue locale citée par le quotidien Al-Quds, ils sont de plus en plus nombreux à recourir au mariage coutumier, tout simplement pour choisir leur partenaire, et/ou pour entretenir sans les repousser aux calendes grecques des relations sexuelles.

Même s’ils augmentent, les mariages coutumiers contractés par choix au Yémen demeurent largement inférieurs en nombre à ceux qui répondent aux logiques plus matérielles du « mariage touristique ». Selon les autorités, qui cherchent à lutter contre le phénomène et ses conséquences sociales (notamment la naissance de « bâtards » rejetés par leur société) en imposant un contrôle juridique, ces mariages saisonniers concernent au moins 850 unions par an, en grande majorité avec des Saoudiens. (Le même article signale des mesures identiques en Algérie où l’on exige désormais des imams des mosquées qu’ils s’assurent de l’existence d’un contrat de mariage civil avant de procéder à la célébration religieuse.)

C’est naturellement une gageure que de chiffrer des unions à la limite de la légalité ou hors la loi en fonction des législations en vigueur dans les différents Etats. Les chiffres que donne un article récent de Elaph doivent donc être pris avec beaucoup de prudence, même s’ils paraissent fondés sur des études officielles, réalisées par l’Université américaine du Caire et par le Conseil national de la population (المجلس القومي للسكان). En Egypte, ce mariage bien particulier concernait, en 2003, environ 8% des étudiants de l’Université du Caire. Deux ans plus tard, ils étaient plus du double (17%) à pratiquer cette « union libre », cette fois selon une étude de la Sécurité sociale (التضامن الاجتماعي).

Les choses bougent par conséquent, mais sans doute pas encore assez vite pour des millions de célibataires qui rêvent de mariage. Alors, en attendant, ils font la fortune d’un nouveau genre de sites internet qui fleurissent sur la Toile arabe, les sites de rencontres (islamiques, et plus si affinités…)

Romans d’Arabie saoudite (2/2) : outrages et "islam soft"

La littérature saoudienne, surtout quand elle est romanesque et écrite par des femmes, fait couler beaucoup d’encre. Pour autant, elle ne s’est jamais vraiment imposée dans le paysage littéraire régional : la société d’où elle provient, surtout connue pour l’exercice d’un islam rigoriste et même pudibond, est longtemps restée étrangère à la modernité arabe. Ses rares prétentions intellectuelles et artistiques irritent souvent les populations des alentours qui n’ont pas forcément autant de pétrole mais estiment avoir plus de lettres de crédit culturelles. Mais c’est précisément pour cette raison que l’authentique intérêt pour les romans saoudiens actuels, même s’il s’accompagne de réserves, marque un changement significatif sur la carte culturelle arabe.

En effet, sauf à être spécialiste, bien rares étaient ceux qui pouvaient citer quelques noms d’auteurs saoudiens, sans parler de les avoir lus. Abdul Rahman Mounif, le plus reconnu de tous au moment de sa mort en 2004, était précisément le moins « saoudien », non seulement parce qu’il a été longtemps totalement interdit au royaume, mais plus encore parce que son écriture, son engagement, ses choix politiques et artistiques, ont toujours été, fondamentalement, « anti-wahhabites »…

Un autre nom d’une toute relative célébrité est celui du ministre de l’Industrie, poète et romancier, Ghazi al-Qusaibi (Algosaibi), qui fut parmi les premiers à saluer, avec le critique Abdullah al-Ghadhami (voir le billet précédent), l’avènement de cette génération de jeunes auteurs saoudiens. Parmi les oeuvres du ministre-poète (on se croirait en France !), on connaît surtout un de ses romans traduit en anglais, An Apartment Called Freeedom (شقة الحرية), qui raconte les années de formation dans l’Egypte nassérienne d’un groupe d’étudiants saoudiens. Mais il faut bien reconnaître que cette parution, comme souvent dans le cas d’auteurs de cette région, n’a pas totalement réussi à écarter les soupçons de complaisance, les reproches de subventions déguisées à l’édition, ni même les insinuations selon lesquelles des mains anonymes auraient pu contribuer à l’écriture de ce texte.

Reste la figure de Turki al-Hamad, sulfureux dans son pays sans en être banni, considéré, avant que surgisse l’actuel phénomène littéraire de la nouvelle génération romanesque, comme le seul véritable représentant de la prose saoudienne d’envergure internationale. Pourtant l’intérêt de ses textes relève sans doute davantage de l’analyse sociopolitique que de la création littéraire. Ce « défaut de littérature », dont souffrait déjà sa célèbre trilogie ( أطياف الأزقة المهجورة Les fantômes des ruelles désertées) centrée sur les années de formation – et d’interrogation – d’un personnage central, Hicham, est plus apparent peut-être encore dans son oeuvre la plus récente (à ma connaissance), Le souffle du paradis (ريح الجنة), qui met en scènes la vie et les pensées de quatre pirates de l’air un certain 11 septembre…

Rétrospectivement, il apparaît que la première manifestation des nouvelles voix romanesques saoudiennes remonte aux dernières années du siècle précédent, quand on n’avait pas encore accès à internet dans un pays à l’aube de la révolution des communications. Leïla al-Juhni, enseignante de littérature anglaise, publie alors son premier roman, Paradis aride (الفردوس اليابس). Expression du désespoir et de la trahison, qui n’a pour seul recours que le choix d’un avortement aux conséquences dramatiques, cette voix féminine qui annonce les thématiques à venir reçoit un accueil très favorable au point d’être couronnée, lors de sa parution en 1998, par différents prix littéraires dont celui de l’émirat de Sharjah (considéré comme un pôle libéral dans la région). Malgré sa sélection dans le cadre du programme 2005 du projet Kitâb fî jarîda, le roman restera largement inconnu des lecteurs locaux car le journal saoudien Al-Riyad, membre de ce réseau arabe de quotidiens publiant simultanément une même oeuvre littéraire dans un supplément distribué gratuitement, n’a pas jugé opportun de prendre le risque de cette impression (pourtant officiellement annoncée par le ministère de la Culture !).

Jusqu’à une date très récente en effet, la censure a constitué le principal obstacle à la reconnaissance, locale et internationale, des mutations artistiques en cours dans le royaume saoudien. En fait, Les filles de Riyad, ce roman que Rajâ’ al-Sâni’ (رجاءالصانع) publie avec un tel succès en 2005 et dont il a déjà été question dans un précédent billet et sur lequel on peut lire cette présentation en français – marque un tournant moins sur le plan strictement littéraire que sociologique. Avant cela, la littérature locale, et l’expression artistique d’une manière générale, étaient contraintes, dès lors qu’elles abordaient certains thèmes sans respecter les règles de la morale wahhabite, de passer par des canaux d’expression à l’étranger, ceux d’une maison d’édition beyrouthine (privée et également implantée à Londres) telle que Saqi notamment. Pour accéder à sa production, l’avant-garde intellectuelle saoudienne devait sortir des frontières du royaume, physiquement ou virtuellement à travers les nouvelles technologies de la communication. Grâce à la mobilisation de réseaux intellectuels et sociaux influents, la prétendue divulgation sur internet (c’est le procédé adopté dans le roman de Rajâ’ al-Sâni’) des « aventures » – encore très pudibondes au regard de ce qui va suivre – d’un groupe de jeunes saoudiennes marque donc un tournant.

La même maison d’édition, Saqi – dont la cofondatrice , Mai Ghoussoub, vient de disparaître (voir le beau portrait
qu’en dresse l’écrivain Neil Belton)-, est également à l’origine, en décembre dernier, de la publication du premier roman de Hani Naqshabandi, Ikhtilâs (اختلاس : le mot n’est pas facile à traduire : s’approprier quelque chose par des moyens peu recommandables, entre le larçin et l’appropriation…) Le récit mêle deux voix : celle de Hicham, rédacteur en chef d’un magazine féminin à Londres, et celle de Sarah, saoudienne « dans la trentaine, assez jolie et de bonne famille » (ce sont les premiers mots du livre) dont les lettres racontent la détresse et la solitude psychologique, sentimentale et même sexuelle, au sein d’une société qui n’est guère tendre pour les femmes, mariées ou pas, fidèles ou non. Avec ce texte, le roman saoudien s’engage plus profondément encore sur le terrain des interdits avec une crudité de ton qui, à en croire la presse, a manqué de provoquer son interdiction au Liban réputé pourtant être la place-forte de la liberté d’expression dans la région.

Dans la même ligne, qui apparaît à certains comme celle des succès faciles sur fond de scandale assuré, les textes se succèdent, assez respectueux des conventions romanesques mais toujours plus audacieux au regard des tabous auxquels ils s’attaquent. Juste avant la fin de l’année passée, les éditions Saqi ont publié un autre texte de fiction, signé d’un pseudonyme, Saba al-Hirz, qui serait celui d’une romancière saoudienne d’une vingtaine d’années, originaire du Qatif, une province de l’est du pays, isolée et dont la population est de confession chiite. Les Autres (الاخرون), c’est le titre de ce roman, aborde de fait la question de la « marginalité » de ce groupe confessionnel dans le très wahhabite royaume saoudien mais la mise au jour de cette question paraît presque anodine au regard de la charge que constituent, pour la morale locale (et pas seulement !), les très explicites scènes d’amour entre partenaires féminines que la passion entraîne jusqu’aux plus extrêmes pratiques sado-masochistes.

Texte écrit par une jeune romancière sous un pseudonyme – ici celui de Warda ‘Abdel-Malik -, scènes toutes plus « osées » les unes que les autres pour marteler l’affirmation individuelle de la femme saoudienne que symbolise le droit à disposer de son corps, relatif conformisme d’une fiction assez courte et un peu décousue, tels sont les éléments que l’on retrouve dans Le Retour (الأوبة) publié début 2007 toujours chez Saqi. A l’image des autres fictions saoudiennes contemporaines, la modernité technologique, à commencer par les multiples appareils de communication, a joué un rôle de premier plan dans ce texte créé dans un premier temps sur le site d’un cercle littéraire virtuel, Muntadâ dâr al-nadwa (منتدى دار الندوة : un cercle libéral que ses adversaires décrivent comme le <a href= »http://www.alarabiya.net/Articles/2005/03/23/11508.htm#1
 » target= »_blank »> »club des mécréants de Quraich » – du nom de la principale tribu de La Mekke au temps du Prophète !). Primé sur le site, il avait attiré, à en croire ce qui s’écrit dans la presse, près de 30 000 lecteurs.

On retrouve les éditions Dâr al-âdâb pour le dernier roman saoudien ayant défrayé la chronique littéraire arabe tout récemment. L’auteur – est-ce plus facile quand on est un homme ? – ne s’abrite pas derrière un nom de plume. Ibrahim Badi, 20 ans, journaliste pour le bien connu quotidien panarabe Al-Hayat, se considère avant tout comme un romancier (et un dramaturge). Pour ce texte, qui ne craint les audaces politiques lorsqu’il s’agit de critiquer la société dont il est issu, et plus encore morales, au regard des conventions ordinaires quant au sexe et à la religion, il a adopté une architecture narrative sophistiquée, celle du récit dans le récit. Les premières pages, qui semblent violer à loisir tous les tabous les plus respectés, appartiennent ainsi à un roman, intitulé Un homme et cinq femmes, que le personnage principal, romancier, rédige en conseillant au lecteur, d’ailleurs, d’abandonner cette lecture de ces/ses aventures pas toujours strictement sentimentales ! Il envisage par ailleurs d’utiliser un pseudonyme pour ne pas être accusé de rédiger son autobiographie ! Dans la réalité, le malheureux auteur, de retour chez lui pour participer à la foire de Riyad, s’est vu confisquer la petite vingtaine d’exemplaires qu’il comptait distribuer autour de lui à titre personnel. Mais nul doute que le livre a déjà trouvé malgré cela de très nombreux lecteurs, y compris en Arabie saoudite.

Les choses bougent donc beaucoup du côté des monarchies pétrolières arabes et d’autres (bonnes) surprises sont certainement à attendre. Gare à ne pas s’emballer malgré tout, et à ne pas répéter certains errements passés où, à force d’avoir les « yeux de Chimène » pour certaines formes culturelles, celles qui véhiculent et nous renvoient les « bonnes » valeurs, on a pu s’aveugler pour mieux se construire une lecture idéalisée des évolutions en cours. Tout comme les « gens du livre » en Egypte, sociologiquement parlant, sont bien plus présents dans le monde du « livre islamique » que dans la prose d’un Naguib Mahfouz (ou d’un Alaa Al Aswani auourd’hui), le « millionnaire du livre » comme le rappelle cet article dans Al-Akhbar, celui qui bat tous les records de diffusion, un certain Aîd al-Qarni (Aaidh Algarne عائض القرني), n’a rien à voir avec les romanciers et les romancières de l’outrage mais appartient bien, en revanche, à cette lignée de nouveaux prédicateurs de « l’islam soft » qui constituent une autre manière d’aborder la modernité arabe…

Pour compléter cette présentation, quelques liens (tous en arabe sauf mention contraire) sur
Turki al-Hamad (en anglais);
Leila al-Juhni;
– sur Ikhtilâs, ce premier article et cet autre, de la romancière libanaise Imane Huwaydane Younes;
– sur Al-Akharûn, un article et un entretien virtuel;
– sur Al-Awba;
– et enfin, sur Hubb fî sa’udiyya, ces références : 1, 2 et 3.

Romans d’Arabie saoudite (1/2) : une scène littéraire scandaleuse…


Dans le domaine de la prospective, la critique littéraire fait à peine mieux que la science politique ! L’arrivée en force du roman saoudien sur la scène littéraire arabe continue à surprendre : personne ne s’attendait vraiment ni à voir les écrivains femmes y occuper une place aussi importante, ni à ce que soient abordés, de manière très franche, des thèmes aussi « scandaleux » que les amours saphiques et les pratiques sado-masochistes…

Tout le monde s’agite beaucoup autour de l’éclosion soudaine de cette littérature romanesque : 26 romans en 2005, 50 en 2006 selon une étude réalisée localement (voir ces articles 1 et 2 en arabe, comme les autres références de ce billet). Pour la moitié, il s’agit de la première oeuvre de jeunes romancières qui ont entre 20 et 25 ans. Certains considèrent que le phénomène est largement dû au flair de quelques éditeurs relayés par le traitement des médias friands des scandales que provoque la publication de ces textes que n’arrête aucun tabou. D’autres, tel le critique saoudien Abdullah al-Ghadami, lui trouvent des raisons plus profondes, à commencer par le fait que la société saoudienne ne peut plus continuer à jeter un « voile pudique » sur ce qu’elle ne veut pas voir. De l’avis de cette grande figure intellectuelle du monde arabe, on pourrait lire des textes plus dérangeants encore, ce qui ne veut pas dire que ces expériences soient véritablement abouties (à l’exception du livre de Rajâ’ al-Sâni’, dont on a déjà parlé ici, qu’il considère comme le premier roman « vraiment saoudien »).

Faute d’autres lieux d’expression, il est en fait assez naturel que le roman fasse du corps (féminin) le symbole et le véhicule de la révolte individuelle contre l’hypocrisie sociale. Sans doute y a-t-il une part de sensationnel, ou tout simplement de nouveauté, dans l’intérêt accordé à cette nouvelle littérature et Les filles de Riad est certainement un titre plus accrocheur que Les filles d’Alexandrie (يا بنات الاسكندرية : c’est pourtant le titre d’un roman de l’Egyptien Edouard Al-Kharrat…) Il reste que le roman saoudien existe et traduit l’importance des mutations que vit cette société, notamment sur le plan éducationnel et culturel.

En témoigne, parmi d’autres exemples, cet article qui s’intéresse au rôle d’internet dans cette littérature : outre le fait qu’il joue le plus souvent un rôle important dans l’intrigue, quand il n’est pas utilisé comme une technique narrative, le « réseau » est également, non plus dans la fiction mais dans le monde bien réel de l’écriture, le premier espace de publication et de diffusion. Ces textes ont souvent été d’abord créés – comme on le verra la semaine prochaine – dans des « clubs littéraires » virtuels, actifs sur la Toile. Une fois édités, c’est encore elle qui assure en partie leur diffusion, et plus encore quand ils ne sont pas disponibles dans les librairies locales…

Les choses s’améliorent dans ce domaine, toutefois. Ainsi, Riyad, la plus « libérale » des villes saoudiennes, accueille depuis le début du mois de mars le 11e Salon du livre qui réunit plus de 600 maisons d’édition, en provenance de 22 pays. Apparemment, la manifestation se déroule dans le droit fil de l’édition précédente qui, sous l’égide du ministère de la Culture, avait fait la démonstration que le pays n’était pas condamné, loin de là, à l’immobilisme, en dépit des réactions, parfois violentes, d’une partie de la population.

En effet, et comme on l’a déjà vu dans ces billets, des feuilletons à la télévision, mais aussi des représentations théâtrales sont pourtant l’occasion pour une partie de la société saoudienne de manifester son refus total de ce qu’elle considère comme les succédanés d’une culture occidentale dépravée et instrumentalisée pour imposer au monde musulman en général, et au monde arabe en particulier, ses valeurs et sa vision du monde.

C’est ainsi que la célèbre police des moeurs locale (هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر) aura bien un bureau à l’intérieur du Salon du livre de Riyad. Pourtant, à l’exception de quelques demi-journées spéciales, c’est bien ensemble que hommes et femmes déambuleront entre les stands des libraires ; mieux, qu’ils assisteront aux rencontres culturelles organisées pour l’occasion (même si un voile séparera les deux sexes dans la salle de conférence). Plus important sans doute, et même si certains livres demeurent interdits, on trouvera des titres aussi incongrus, par rapport aux idées toutes faites sur la société saoudienne, que La Question juive de Karl Marx, ou encore, les romans du grand auteur décédé il y a deux ans, Abdul-Rahman Mounif (en général considéré comme saoudien même si sa famille est en partie d’origine irakienne, s’il a été élevé en Jordanie, et s’il a passé la majeure partie de sa vie en Syrie : l’Orient est décidemment compliqué !)

Plus encore, les titres phares du nouveau roman saoudien, ces textes que les lecteurs locaux doivent le plus souvent se procurer à l’étranger, sont assez largement présents au Salon du livre de Riyad. Le billet de la semaine prochaine en présentera quelques-uns, parmi les plus « scandaleux » bien entendu !

Le nouveau "divan" des Arabes

الشعر ديوان العرب : la poésie est le « divan » des Arabes, en d’autres termes, c’est par la poésie (orale) que les anciens Arabes conservaient la mémoire de leur passé, et c’est elle qui forgeait en grande partie leur imaginaire.

Il faut mettre la phrase au passé car, si la poésie conserve dans le monde arabe une place sans commune mesure avec celle qui peut être la sienne dans d’autres cultures (à commencer par la française), le roman, depuis son essor avec la Renaissance arabe (نهضة) du XIXe siècle, lui a peu à peu « volé » la vedette en devenant, à son tour, le « divan » des Arabes.

Mais à la vitesse où évoluent les choses, on peut se demander si la gloire du roman ne sera pas éphémère et si le « divan » à venir n’est pas déjà en train de se créer sous nos yeux, à travers les blogs, « moudawinnât », qui fleurissent sur la Toile arabe. (مدونات / ديوان : les deux mots sont liés en arabe, autour de la notion d’enregistrement.)

La révolution numérique touche le monde arabe, et même à un rythme particulièrement rapide : 26,3 millions d’internautes arabes en 2005, avec une croissance de 55% durant la dernière année (8,5% de l’ensemble de la population, contre 5,36% l’année précédente, est-il précisé dans le dernier rapport de Madar, une société spécialisé aux Emirats. Cf. cet article d’Al-Hayat).

Dans un premier temps, durant les années charnières autour de l’an 2000 en particulier, les usagers de la Toile arabe ont pu constater cette croissance à travers la multiplication des sites de presse : les titres arabes en ligne se comptent par centaines désormais (parmi les bonnes bases de données, celle du site www.mafhoum.com par exemple). Mais depuis peu et de plus en plus, c’est au tour des blogs de se multiplier à vitesse exponentielle.

Dans un pays tel que l’Arabie saoudite, où la connexion au réseau n’est devenue publique qu’à la toute fin de l’année 1999, on dénombre ainsi, nous dit Al-Hayat, pas moins de 600 jeunes bloggers (et bloggeuses, car les femmes, c’est un point important comme le rappelle Elaph, ne sont pas en reste). C’est par centaines qu’on les trouve sur un http://arabblogcount.blogspot.com/, un site spécialisé qui s’efforce de tenir le catalogue aussi exhaustif que possible de ce nouveau média (le site renvoit lui-même à d’autres répertoires nationaux). Une plongée dans cet univers – en arabe, mais assez souvent associé à d’autres langues et de toute façon avec de nombreuses illustrations – est un exercice passionnant, et assez décoiffant au regard des stéréotypes qui circulent sur le monde arabe…

On parle de plus en plus des blogs arabes dans l’actualité politique, mais cela concerne aussi l’actualité littéraire. A vrai dire, les deux domaines peuvent être liés, comme dans le cas de ce journal qu’une jeune femme de 24 ans tient depuis l’invasion de son pays par les troupes américano-britanniques (en anglais, et sous le titre de Riverbend : http://riverbendblog.blogspot.com). Un éditeur a voulu que ce blog devienne un livre Bagdad Burning) et une pièce en a même été tirée (voir cet entretien avec l’auteur en anglais, et cet article d’Al-Hayat).

Il y a d’autres expériences dans le domaine littéraire, avec notamment une « Union des écrivains électroniques arabes » qui mérite de plus longs commentaires. Mais dans le domaine des interférences entre écriture sur Toile et sur papier, il faut absolument signaler Les Filles de Riyad, roman publié en 2005 par une jeune romancière saoudienne, Rajâ’ ‘Abd Allah al-Sâni’. De façon assez drôle, ce roman qui tourne autour de l’univers d’internet et des salons de discussion et qui propose par ailleurs de prolonger la lecture du texte par le biais d’un forum électronique, a été diffusé (notamment là où il n’étais pas disponible…) sur des sites internet. Du coup son auteur a entamé des actions en justice – vraisemblablement totalement infructueuses – contre les pirates du Web !…
Ces informations, comme il se doit, se trouvent sur le site de l’auteur http://www.rajaa.net (site dont j’ai extrait la photo ci-dessous, dans sa mise en page originale ou presque).


S’il en était besoin, ces deux exemples montrent bien que les blogs ne se cantonnent pas nécessairement à l’univers du virtuel. C’est vrai dans le monde de la littérature, mais on peut imaginer que cela le devienne aussi, et de plus en plus, dans celui de la politique.

On a ainsi beaucoup parlé dans la presse arabe, récemment, d’incidents qui ont eu pour théâtre certaines rues du Caire, à la fin de Ramadan. Des femmes y ont été assez sérieusement importunées, en plein jour…

Ce qu’il y a d’intéressant dans cette nouvelle – outre ce qu’elle nous dit sur l’état de frustration de la jeunesse locale -, c’est qu’elle est « sortie » grâce aux bloggers locaux, comme le rappelle notamment Alif, un tout nouveau webzine cairote qui publie en français et qui donne en prime un entretien (en anglais cette fois) avec un des principaux protagonistes de cette affaire.

Sur son blog (« Egypte numérique » dit l’adresse anglaise – http://misrdigital.blogspirit.com/ – quand le titre arabe propose « La conscience égyptienne الوعي المصري), Wael Abbas consacre son « billet » du samedi 25 novembre à une autre « victoire » de la « web presse citoyenne » : après s’être rendu coupable de violences, filmées clandestinement et diffusées sur les blogs cairotes, puis reprises par la presse écrite (le quotidien Al-Fajr) et par les grands sites locaux (www.islamonline.net notamment), un officier de police vient officiellement d’être arrêté…

Le ramdam des feuilletons arabes (2/2) : un temps pour les scandales

Un temps pour les scandales en effet ! Les feuilletons de ramadan déchaînent les passions… et nous en disent beaucoup sur les questions qui hantent les sociétés arabes d’aujourd’hui.

A tout seigneur tout honneur : un tour d’horizon des feuilletons de ramadan se doit de faire la part belle à la série saoudienne qui occupe le devant de la scène depuis bientôt une quinzaine d’années, à savoir le célèbre Tâsh mâ tâsh
(طاش ما طاش) : « Ca passe ou ça ça casse » selon la traduction proposée par Pascal Ménoret dans son article de 2004 sur Le feuilleton qui bouscule la société saoudienne.

Déjà, il faut s’arrêter une seconde sur le fait qu’une place si importante sur la scène télévisuelle arabe soit occupée par un feuilleton « saoudien » (par la nationalité de ses deux créateurs, et par le canal télévisuel qui l’a longtemps diffusé). En réalité, cela n’est devenu possible qu’à la fin des années 1980, lorsque les pays de la Péninsule arabique ont commencé à peser de tout leur poids, économique mais aussi « culturel » (dans la dimension religieuse notamment), avec les conséquences que l’on sait…

Mais l’événement de cette année, qu’il faut naturellement interpréter à la lumière des rivalités médiatiques entre grandes chaînes arabes et leurs sponsors politique et/ou financiers, c’est le départ dudit feuilleton, présent sur la chaîne soudienne depuis ses débuts en 1993, pour les programmes de la chaîne privée MBC (à capitaux saoudiens tout de même). Coup médiatique ? Simple rivalité commerciale ? Ou bien encore – et peut-être aussi – conséquence des multiples « scandales » suscités par cette série qui traite des questions les plus actuelles et les plus quotidiennes dans la vie saoudienne ?

Dernier exemple en date des réactions provoquées par cette chronique gentiment acide de la vie en Arabie saoudite, un épisode, diffusé au début de ramadan, qui évoquait la manière dont les jeunes pouvaient se retrouver embrigadés dans des mouvements religieux plus ou moins extrémistes, et qui montrait également, en se moquant sans vergogne de sa bigoterie, de son accoutrement…, les pratiques de la célèbre police des moeurs locales (هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر). Les « méchants » s’en prenaient à de gentils jeunes gens en train de passer le temps à de petits jeux innocents bien de leur âge et finissaient par les « humilier grave » en rasant leur pilosité naissante (voir l’imagette ci-dessus). Tempête de protestations dans les mosquées et clubs du Royaume où tout le monde n’apprécie pas la plaisanterie sur sur un sujet qui est clairement un enjeu politique. Depuis, menaces de mort contre les deux auteurs vedettes du feuilleton…

Malgré le bruit suscité par cette affaire, le grand événement du « ramdam télévisuel » reste la trilogie syrienne consacrée au radicalisme politico-religieux (c’est à dessein que j’évite autant que possible le terme fort imprécis d’islamisme). Reprenant les recettes déjà testées par Tâsh mâm tâsh , la trilogie aborde cette question, si sensible, par un premier volet intitulé « Les hérétiques » (المارقون, Al-Mâriqûn, le mot connote en arabe l’idée de déviance), poursuivi par un second qui porte le nom de Jund al-shâm(Les soldats de Damas, du nom d’un groupe terroriste local qui a fait parler de lui récemment), et se clôt par Al-Barzakh (« l’isthme », un terme utilisé en mystique), consacré à un phénomène sur lequel nous reviendrons peut-être un jour, à savoir le mouvement des qabîsiyyât (du nom de leur « maîtresse à penser »), une sorte de mouvement de born-again musulmans qui infiltre en particulier les membres féminins de la bonne société locale… Dans le contexte syrien, il est inutile de s’étendre en détail sur la manière dont cette triple lecture de l’extrémisme religieux s’inscrit dans la politique locale…

Al-Mâriqûn n’est pourtant que l’exemple le plus en vue d’une veine abondamment exploitée puisqu’on y trouve, suscitant au sein du public arabe les mêmes passions sur fond de frissons d’angoisse et/ou de désir, nombre de séries qui jouent sur le même registre politico-social. on pourrait mentionner ainsi « Les Prédicateurs aux portes de l’enfer »(دعاة على أبواب الجهنم), production jordano-saoudienne diffusée sur Abu Dhabi TV et qui fait suite au « Chemin de Kaboul », un des succès à scandale de l’année passée, et qui narre l’odyssée d’anciens combattants de l’islam en Afghanistan… L’auteur explique que son titre, qui reprend un « dit du Prophète » (hadîth) dénonçant ceux qui égarent leurs disciples, est dans le droit fil de l’esprit du feuilleton : montrer l’islam politique dans toute sa diversité pour mieux mettre en valeur les formes les plus modérées de cette religion.

Comme on le voit, la question politique du religieux est bien le thème commun à tous ces « scandales » (qui font, quelque part, partie des rites du ramadan télévisuel). Et c’est encore le cas pour le dernier exemple qui mérite d’être évoqué, celui de Khâlid ibn al-Walîd, un autre grand succès de la saison, dans la veine historique cette fois (très prisée du public également). La série, due à un réalisateur syrien, les grands spécialistes du genre, porte le nom d’une des grandes figures des premiers temps de l’islam. A ce titre, Khâlid b. al-Walîd tient un rang élévé au sein de ce que la tradition appelle « les Compagnons » (du Prophète). Pas suffisamment toutefois pour que ce soit lui qui fasse problème. Non, une fois de plus (car la question avait déjà été posée durant les années 1970 pour Al-Risâla – « Le Messager » – un film retraçant la vie de Muhammad), le problème, nait de la présence sur l’écran d’un autre personnage historique présent dans le film, à savoir Hamza, l’oncle du Prophète.

Hamza appartient en effet à l’élite des « Compagnons », un tout petit nombre de grands personnages qui se sont vus, dans un hadîth, promettre le paradis. A ce titre, pèse sur lui, comme sur d’autres (à commencer par les prophètes bien entendu), un interdit de représentation que les jurisconsultes d’Al-Azhar ont expressément mentionné, il y a de cela une bonne quarantaine d’années, et que les fractions les plus traditionnelles de l’islam entendent bien faire respecter… Surtout à l’occasion d’un film… syrien, dont les intentions clairement commerciales leur paraissent bien répréhensibles dès lors qu’il s’agit de faire de l’argent sur le dos de la religion…

Hârûn al-Rashîd, version feuilleton 2006.
A l’évidence, la série « historico-culturalo-religieuse » n’est pas un genre facile car un autre feuilleton du même type a provoqué à son tour bien des réactions. Al-Amîn wal-Ma’mûn, du nom des deux fils du célèbre Hârûn al-Rachîd, est une super-production de la très puissante MBC (Londres), tournée à grands frais dans les villes historiques de l’Azerbaïdjan. L’objectif déclaré consiste à défendre l’islam et à en revaloriser l’image en rappelant les temps de sa splendeur (éclairée, nous sommes au temps du mu’tazilisme officiel). Hélas ! Ces nobles intentions n’ont pas été comprises de la même manière par tout le monde et les médias se sont fait l’écho de lointains « descendants » du grand calife Hârûn al-Rachîd (un contemporain de Charlemagne tout de même !), qui protestent contre le portrait négatif que dressent les auteurs du feuilleton de leur ancêtre. (En fait, les « plaignants » appartiennent à quelques grandes familles qui se réclament, aussi mythiquement qu’une bonne partie de la noblesse française, de leurs glorieux aïeux, mais avec certains choix dogmatiques, sur le plan de la religion, qui ne sont pas sans importance de nos jours.)

La place manque pour évoquer d’autres scandales surgis, fort opportunément parfois, lors de la grande foire télévisuelle de ramadan. Ainsi, la polémique suscitée en Egypte par la déprogrammation de feuilletons tournés par des « actrices voilées » (muhajjabât), c’est-à-dire des artistes publiquement revenues à des modalités professionnelles compatibles (à leurs yeux) avec une pratique rigoureuse de l’islam… Beaucoup de bruit qui n’était pas pour rien en fin de compte, dans la mesure où les feuilletons, produits à grands frais (parfois largement au-delà du demi-million de dollars de budget pour les seules vedettes), ont été fort bien vendus par la télévision égyptienne aux télévisions satellitaires…

En définitive, un bon scandale, c’est encore la meilleure des publicités !

Quelques liens vers des articles récents sur le sujet
– un article dans Al-Akhbâr sur l’interdiction des feuilletons avec des actrices voilées-born again
– un autre dans la même source sur l’affaire Khâlid ben al-Walîd
– un article dans Elaph.com sur les protestation à propos du feuilleton « Al-Amîn wal-Ma’mûn »
– deux articles d’Islamonline.net sur « Tâsh mâ tâsh » et la compétition syro-égyptienne : http://www.islamonline.net/Arabic/news/2006-09/23/12.shtml
et http://www.islamonline.net/Arabic/news/2006-09/19/06.shtml