Accord parental obligatoire : l’histoire pas très belle de Haïfa dans l’Egypte du maréchal Sissi…

haifabadgirl

Le monde arabe a-t-il jamais traversé crise aussi sévère ? La situation est dramatique en Syrie, au Yémen, au Bahreïn, en Libye pour s’en tenir aux exemples les plus évidents mais rares sont les pays de la région qui ne se débattent pas dans de très graves problèmes… Malgré cela, une bonne partie de l’opinion se passionne pour un film on ne peut plus commercial avec pour actrice principale une des vedettes people de la région ! Ne serait-ce que pour cette raison, il faut se résoudre à parler de Haïfa Wehbé et de la sortie, puis de l’interdiction, du film Halawet al-rûh (« La beauté de l’âme », par antiphrase sans doute, tellement le sujet du film ne semble pas correspondre au titre).

Présenté dans les salles égyptiennes le 8 avril, le film, financé par la société du producteur très commercial Ahmed El-Sobki (on a déjà parlé de lui ici), aura été retiré de l’affiche une semaine plus tard. Ibrahim Mahlab, l’homme qui assure en tant que Premier ministre l’interim (lui-même totalement illégal) à la tête du gouvernement qui précède l’élection claironnée à l’avance du maréchal Sissi, a en effet décidé d’innover dans la très riche tradition locale de la censure arbitraire. Alors qu’il avait reçu, contre toute attente, son visa d’exploitation, avec la seule mention d’une interdiction aux mineurs, ce remake de Malèna, histoire d’une veuve lascive qui fascine tous les mâles du coin, parmi lesquels figure un garçonnet, ne sera plus projeté avant de repasser devant ladite commission. Naturellement, celle-ci va s’arranger pour l’interdire, et ce n’est pas la démission, digne en l’occurrence, du responsable présumé du service officiel de la censure cinématographique qui changera quoi que ce soit !…

A l’origine de ce revirement qui ne s’embarrasse pas d’arguties juridiques (mais le pays en a vu d’autres, et des plus graves), l’éternel surenchère des pères-la-pudeur effarouchés par les charmes généreux de la diva libanaise. Signe que tout va mal dans le pays, ce n’est pas Al-Azhar qui a sonné la charge cette fois, mais un très sérieux National Council for Childhood and Motherhood qui s’est inquiété de cette mise en scène qui ne correspond pas « aux valeurs et aux habitudes de la société égyptienne » et qui s’est même ému du danger que constituait cette œuvre (malgré son interdiction aux mineurs) pour les jeunes enfants du pays… Bien entendu, l’institution religieuse a emboîté le pas très vite, en considérant qu’il fallait non seulement interdire ces images mais juger ceux qui, « par ces œuvres cinématographiques occidentalisées mettent en danger la sécurité morale de la société »…(article en arabe).

Habitués à se coucher dans le sens du vent, une bonne partie de ceux qui font aujourd’hui l’opinion publique dans ce pays manifestement plongée dans un total désarroi ont fait leur habituel numéro à l’antenne, le plus souvent sans être allés voir le film (ou alors en cachette !) Quant aux réseaux sociaux, ils ont montré une nouvelle fois combien il est naïf de vouloir en faire les vecteurs infaillibles d’une vox populi progressiste et tolérante : le compte Twitter, pourtant très suivi, de la vedette libanaise avec son tag #HalawetRooh peine à faire entendre sa voix face aux #shukranmahlab (« merci Mahlab », du nom de l’obscur Premier ministre soudain devenu une vedette) et autres campagnes sur Facebook, du type Kifaya esfaf (Assez de bassesses [morales]). Quant au petit garçon qui joue dans le film, la chaîne Al-Arabiya raconte, sans vraiment trop s’en offusquer, qu’il ne peut plus se rendre à l’école sans se faire cracher dessus par des passants qui aimeraient bien refaire l’éducation de ce petit kâfir (mécréant).

Les accusations de ceux qu’affolent les déhanchements lascifs des stars de l’écran sont assez révélatrices de leurs fantasmes. Certains, qui prennent sans doute leurs désirs pour des réalités, se sont fait tout un scénario et sont désormais persuadés que le gamin du film a violé la belle Haïfa (Rûh, dans le film), laquelle est enceinte de ses œuvres (article en arabe) !!! On voudrait bien croire qu’il y a derrière ces violentes attaques contre Haïfa et ce qu’elle représente un authentique sursaut moral, dans une société où plus de 99 % des femmes, selon un rapport récent de l’ONU, ont été victimes de harcèlement sexuel… Malheureusement, il est bien plus probable que ceux qui s’agitent sont avant tout des opportunistes hypocrites. Après tout, le film est tout juste à peine suggestif au regard de ce qu’on trouve sur Internet où la frustration de la jeunesse arabe trouve un pauvre exutoire à ses désirs inassouvis (selon cette très intéressante étude, les 22 pays arabes comptent pour 10 % des requêtes mondiales avec le mot « sex » sur Google, sans compter les demandes en caractères arabes !)

haifaabuhashimaInterdit ou pas (en Egypte, mais aussi à Bahreïn, aux Emirats…), le film trouvera son public, comme le sait fort bien son producteur qui « menace » de l’offrir gratuitement (article en arabe) à la distribution dans les salles égyptiennes : émeute garantie! Quant à Haïfa, le scandale de Halawet al-rûh n’est qu’un nouvel épisode dans une très longue série, qui ne diminuera en rien la fascination qu’elle exerce sur le public, bien au contraire. Et pour finir sur cette triste comédie à l’égyptienne, précisons encore que le dernier mari officiel de la comédienne libanaise (ils ont divorcé en novembre 2012) n’était autre que le richissime homme d’affaire Abu Hashima (bio en anglais de cette caricature de nouveau riche). Cette très très grosse fortune – dont l’origine est tout aussi sulfureuse que la vie privée de Haïfa au regard d’une certaine morale – est un des principaux soutiens du maréchal Sissi…

Si vous en avez l’envie, bande annonce de Halawet al-ruh ici. A mon goût personnel, cela ne vaut rien au regard de ce sommet de kitsch que constitue la vidéo de Anta teny, insérée dans ce billet.

A propos des “Si Sayyed” ! Qahera, super hero et “Femen Akbar” !…

Dans la foulée du billet précédent, cette bande dessinée égyptienne (merci à The Arabist), qui traite à sa manière de la chanson de Tamer Hosny “Si Sayyed”.

sisayyed

Cette image est tirée de la version anglaise, mais il existe également une version arabe, et d’autres planches, assez amusantes à mon avis sur la question féminine et femen, ici (même si le scénario est un peu léger). Il y a également une page Facebook si vous voulez devenir femme fan !

Tamer Hosny et le maréchal : l’Égypte des “Si Sayyed”

sissi6

Récemment publiée dans le quotidien Al-Safir à l’occasion de la journée mondiale de la femme, cet article de la jeune journaliste Rabab El-Mahdi (ici son compte Twitter) offre un éclairage complémentaire aux deux précédentes traductions sur ce blog à propos des musiques actuelles en Égypte. Le texte, bien dans l’esprit de ces billets, se passe de commentaires et je l’ai traduit dans son intégralité en ajoutant seulement quelques liens pour ceux qui chercheraient un éclairage sur les noms cités.

En ce qui concerne Tamer Hosny, on a eu l’occasion de parler de lui en octobre 2007 à propos d’un clip religieux, et on l’avait retrouvé en février 2009, avec différentes vedettes populaires témoignant de leur solidarité pour Gaza et ses habitants. Quant à Si El-Sayyed, la chanson mentionnée dans l’article, le lecteur pourra découvrir à la suite de la traduction le clip kitscho-global dans lequel la star égyptienne a invité le rappeur (et producteur) américain Snoop Dogg. Un grand moment d’industrie musicale planétaire et populaire (avec sous-titres anglais d’ailleurs). A noter que les auteurs, dans leur très grande « simplicité » intellectuelle, décrivent Si El-Sayyed comme un « célèbre personnage d’un vieux film », par allusion sans doute à l’un ou l’autre des nombreux scénarios tirés de l’œuvre de Naguib Mahfouz. Il reste que Si Sayyed, c’est, d’abord, le pater familias – paraît-il inspiré du propre père du prix Nobel égyptien – , tel qu’il apparaît dans la célèbre Trilogie.

« Tu te souviens quand tu as dit OK, quand j’étais fâché et que je voulais pas t’embrasser ? C’est moi qui te dis ce que tu dois faire, c’est moi qui dis comment tu dois faire… Celle qui tient la clé du cœur de son chéri, elle peut changer la bête en un petit enfant qui la tient par la main… Prends garde à mon amour pour toi… » Voilà quelques-unes des paroles de Si El-Sayyed, une chanson de la star égyptienne Tamer Hosny. Un condensé de l’image mentale que le jeune chanteur a choisie pour décrire sa relation avec les femmes, sa manière de les voir, dans la ligne de ce qu’on trouvait déjà dans la plupart de ses autres chansons et dans ses films. Ce jeune Égyptien bien musclé est capable (en dépit de sa petite taille!) de protéger sa chérie, à condition qu’elle soit totalement soumise à sa volonté et à ses envies. Car c’est lui qui est capable de comprendre les choses, d’être le maître, de prendre les décisions. Cela tient, pour l’essentiel, au seul fait qu’il est un homme, et cela se passe d’argumentation !

On retrouve tout cela dans la relation qu’entretient le maréchal Sissi avec l’Égypte et ses habitants, dans la façon dont il se représente tout cela. A l’image de Tamer Hosny avec sa chemise ouverte sur des pectoraux bien musclés, on voit le maréchal Sissi courir à perdre haleine avec ses soldats. Dans un cas comme dans l’autre, la force présumée s’accompagne d’un voile de douceur, aussi bien dans le timbre de la voix du chanteur et dans les mots qu’il utilise que dans les paroles du maréchal. Celui-ci, dans ses discours, dans ce qu’il représente, n’est pas si différent que cela de l’image créée par Tamer Hosny. Une image issue d’une représentation à la fois paternelle et masculine des rapports entre hommes et femmes, comme entre le dirigeant et son peuple. « Vous ne savez pas à quel point je vous aime ou quoi ?… Il faudrait me tuer d’abord pour réussir à vous faire du mal ! … Nous avons l’évidence de la raison… Faites attention à ce qui se passe, cela pourrait bien faire du mal à l’Égypte.. Mettez-vous bien dans la tête qu’on n’a peur de rien… Le loup ne dévore pas ses petits… », autant de citations des discours que le maréchal Sissi adresse à la nation d’une voix que font trembler l’émotion et la tendresse. Les phrases pleines de sentiments se succèdent les unes aux autres, à l’intention de ce qu’il appelle « le peuple » (à savoir tout ce qui n’est pas « terroriste »), et des femmes en particulier, « la brave Égyptienne » (al-sett al-masreyya) comme il dit.

Un couple bien tenu.

De la même façon qu’il y a, chez Tamer Hosny, un type bien précis de femme, avec la manière dont elle doit écouter et accepter les ordres de son partenaire pour être digne et même pour mériter son amour, on retrouve dans le second cas, celui de la relation entre le dirigeant et le peuple, une séparation bien nette entre, d’un côté, les bons citoyens qui aiment leur pays et qui soutiennent le régime (ceux qu’il convient de protéger et qui méritent l’affection du maréchal) et, de l’autre, l’ennemi, les terroristes qui cherchent à détruire la patrie et à faire « trembler l’Égypte ». Une dualité où il n’y a pas de place pour des citoyens qui pourraient s’opposer au pouvoir et au régime en place mais qui ne seraient pas des terroristes, qui resteraient fidèles à leur pays même s’ils ont des opinions différentes. Dès lors, la citoyenneté n’est pas un droit dont bénéficie quiconque porte la nationalité de ce pays, mais bien une chose dont seul le régime a le monopole ; on est ou non citoyen, en fonction de son orientation politique.

Dans un cas comme dans l’autre, la relation de l’homme (Tamer) avec la femme, ou celle du chef (le maréchal) avec le peuple est une relation paternelle, inégale. Il ne s’agit pas d’un partenariat mais d’un rapport où l’un jouit d’un pouvoir absolu de par sa nature (sa masculinité) ou en raison de ses fonctions (son appartenance à l’institution militaire), tandis que l’autre n’a pour seuls droits que ceux que veut bien lui concéder la partie la plus forte. En contrepartie de sa totale soumission, il aura droit à un peu de tendresse, d’affection, de protection… Cette répartition des rôles, tous les discours du maréchal Sissi y reviennent lorsqu’il évoque l’armée, ou sa propre personne, vis-à-vis des Égyptiens ordinaires : « L’armée n’abandonnera pas l’Égypte !… Prenez garde que l’armée ne soit pas à vos côtés », etc. A croire que l’armée et le maréchal Sissi ne font pas partie des Égyptiens, qu’ils forment un corps à part, et donc supérieur, plus important !

L’amour peut tuer !

Dans cette relation, la partie la plus forte ne doit pas ses privilèges à ce qu’elle fait, et elle n’éprouve même pas le besoin de se justifier. Pas plus que Tamer ne nous dit sur quelles bases « elle fait ce qu’il dit », le maréchal ne nous explique pourquoi les Égyptiens (comme il faut !) devraient lui déléguer leur confiance, à lui personnellement (et non pas à l’Etat ou à l’institution militaire dont il dépend) pour combattre le terrorisme. En quelque sorte « naturellement », l’un et l’autre méritent de bénéficier de ce rapport inégal dans leur relation avec leur chérie, ou avec la patrie/le peuple.

Systématiquement, l’amour est invoqué pour justifier la répression. Pour le maréchal, nous sommes « la prunelle de ses yeux », tout comme la chérie de Tamer tient « la clé de son cœur ». Pour autant, cet amour n’empêche pas le maréchal de former un régime qui tue des Égyptiens ou qui les torture dans ses prisons, tout comme l’amour de Tamer l’autorise à humilier sa partenaire. En fait, c’est même le contraire, il s’agit bien d’un devoir pour le chef comme cela en est un pour l’amant viril : il faut « châtier » l’autre, pour son bien, car on sait mieux que lui ce qu’il lui faut ! Personne n’a le droit de s’interroger sur la sincérité des sentiments de Tamer, ou du maréchal. Mais la phrase bien connue – l’amour peut tuer – est là pour nous rappeler qu’il ne s’agit pas toujours d’une métaphore mais d’une cruelle réalité.

Quand bien même ce type de relation, celle de Tamer avec les femmes ou celle du maréchal Sissi pour le peuple, continue à régner dans l’imaginaire national, on peut entendre, avec Diana el-Wadidi, le groupe Cairokee, Dunia Massoud et d’autres encore, un autre refrain, qui dessine une image différente, celle d’une relation libre et égale entre hommes et femmes, et entre le gouvernant et le gouverné. Ces chanteurs ne sont plus marginaux et gagnent un public toujours plus large. C’est le signe d’une nouvelle génération qui refuse la dépendance sous toutes ses formes. Cette génération-là, dont les rêves sont apparus avec la révolution, n’acceptera pas qu’on revienne à la loi de la jungle, et qu’on lui impose le pouvoir du « roi des animaux » ! Elle produira ses propres dirigeants et la forme de pouvoir qui convient à ses aspirations…. Et même s’il faudra du temps pour cela…

Topless Jihad day et moudjahidat

titsentête

Sans aucun doute, la Femme arabe (majuscule et singulier de rigueur) sera éternellement reconnaissante aux Femen d’avoir puissamment contribué à la libérer. Après avoir récupéré Alia El-Mahdy, quelque peu abandonnée par ses camarades de lutte en Egypte, les militantes de l’ONG ukrainienne se mobilisent à présent en faveur d’Amina, la titslamist tunisienne comme elles disent (tit = nichon, comme sur l’image en haut du billet qui vient de leur site avec son Femenshop où l’on peut acheter un Femen livre autographié).

En France aussi, on se mobilise beaucoup pour Amina – juste un prénom, comme un site de rencontres. C’est bien la moindre des choses dans ce pays des droits de l’homme (!) où trois personnes sur quatre, comme nous l’explique Le Figaro sur la foi d’un sondage impayable imparable, « rejettent l’islam ». Des esprits grincheux peuvent toujours dénoncer ce « pseudo-féminisme raciste et morbide » (Mona Chollet sur Beauté fatale, à lire), il reste tout de même Le Huffington Post pour nous rappeler, que « non, tout ne va pas bien… ». Ces mots vigoureux sont de Caroline Fourest qui dénonce « le silence assourdissant de militants ayant aimé la France quand il s’agissait de s’y réfugier pour fuir la persécution politique sous Ben Ali, mais trouvent la solidarité internationale, y compris venant de démocrates arabes, odieuse… depuis qu’ils président à la destinée de la Tunisie et se comportent, à leur tour, comme des autoritaires ». Pauvre Marzouki, lui qui pensait qu’il suffisait d’un léger voile de laïcité pour être aimé !

A l’initiative d’Inna Shevchenko, leader des « sextrémistes » du Femen (toujours le Huffington, mais version anglaise), le 4 avril sera donc le Topless Jihad day, le jour du “Jihad seins nus”. A n’en pas douter, une initiative qui va permettre de faire avancer les choses, pour beaucoup de femmes musulmanes en général et arabes en particulier ! Forte de l’écho international qu’elles reçoivent, on peut rêver et penser que les Femen ne vont pas s’arrêter en si bon chemin et qu’elles vont s’empresser de s’attaquer à bien des situations révoltantes. Par exemple en dénonçant les appels au “jihad par relation sexuelle” (jihad al-nikah) auquel appelleraient des religieux d’obédience saoudienne (article sur Médiapart) pour inciter des jeunes femmes à soulager les combattants en Syrie (les intéressés nient de tels appels, mais les textes circulent). Ou bien encore, pour se mobiliser en faveur des dizaines de milliers de jeunes femmes réfugiées syriennes contraintes à se vendre quasiment au plus offrant, en l’occurrence toutes sortes de prétendants, qui viennent jusque des pays du Golfe pour faire œuvre pieuse en se portant au secours de ces malheureuses désargentées…

Selon plusieurs organisations égyptiennes, le Conseil supérieur de la femme et l’Egypt Women Union notamment, qui ont tenté d’alerter les autorités de leur pays, ce sont en effet quelque 12 000 réfugiées syriennes en Egypte qui, faute d’autre solution, ont été contraintes de se vendre pour une centaine de dollars (référence en arabe seulement, le thème n’est pas aussi vendeur dans la presse étrangère que les aventures d’Amina sur lesquelles on est informé dans toutes les langues de la terre !) Le phénomène existe partout où se trouvent des « familles de déplacés » (Egypte mais surtout Jordanie, avec le Liban et l’Irak et peut-être aussi la Turquie mais on n’a pas de témoignages). Il a commencé à se développer à grande échelle semble-t-il à partir de l’automne 2012. Après avoir circulée sur les réseaux sociaux (article dans ce quotidien anglophone des Emirats), la « bonne occasion » à saisir sur le vif, à savoir la jeune femme Syrienne réfugiée, était même annoncée par des publicités affichées à l’entrée du principal camp de « déplacés » au nord de la Jordanie (article du Al-Safir repris dans Jadaliyya, en arabe).

Les prix sont partout les mêmes, quelques dizaines de dollars seulement. Une affaire pour un célibataire trop pauvre pour s’offrir une « nationale » (une moyenne de 21 000 dollars pour la dot en Jordanie par exemple). Mais bien souvent, rien de plus qu’une escroquerie dont sont victimes des réfugiés déjà privés de tout. Malgré les mises en garde du ministère de l’Intérieur jordanien, qui a rappelé que seuls les mariages devant la loi (civile) étaient légaux, bien des gens, croyant échapper un peu à la misère ou même simplement au risque de déshonneur au regard de la promiscuité des camps, ont accepté un mariage coutumier. Un arrangement (voir ce billet) qui laisse tout le loisir à l’homme d’abandonner dès qu’il le souhaite une relation qui n’est souvent qu’une forme de prostitution déguisée… Sur place, des associations s’efforcent bien d’informer les familles, de les soutenir pour qu’elles évitent ce qu’elles croient être une « solution ». L’association “Réfugiées, pas captives” (لاجئات لا سبايا) par exemple, dont la page Facebook permet de prendre connaissance de toutes sortes de documents (dont le reportage d’une chaîne britannique proposé à la fin de ce billet). On rêve que leur travail bénéficie un jour ne serait que d’un dixième de l’attention prêtée aux Femen…

NasserAlgériennesPas assez spectaculaire sans doute, ou trop conventionnel. En tout cas pas aussi intéressant que ces émouvantes histoires d’amour entre « Hanane l’infirmière d’Alep » et « Abou Khaled le snipeur » rebelle (plus élégant de fait que « tireur embusqué » !) Sortie dans un nombre incroyable de journaux (ici, version sur RTL Belgique), ce beau récit de propagande a même sa vidéo, réalisée par l’AFP, proposée sur YouTube (Syrie: un mariage sur les front des combats à Alep). Dans le même genre, on peut s’arrêter aussi à ce reportage publié dans le Los Angeles Time. Avec un titre d’une rare finesse, The bride wore an AK-47 – La fiancée avait un AK47 –, ce très respectable quotidien nord-américain a publié le récit, largement repris, d’une belle rebelle qui a gagné son ticket pour rejoindre le front en épousant le commandant de sa brigade.

Il y avait naguère les moudhahidat de la Guerre de libération algérienne (on voit ci-dessus Nasser saluer deux d’entre elles, Djamila Bouhired et Zohra Drif). Aujourd’hui c’est par le jihad – révolutionnaire et/ou topless ou même de nikah/relation sexuelle – que passerait donc la libération de la femme arabe.

Syria’s women refugees fear sham marriages and rape, un reportage de Channel 4 (en anglais, 10′) dans le camp de Zaatari au nord de la Jordanie.

Femmes arabes : outrages et outrances…

Beaucoup de travail pour la presse arabe bien décidée pour une fois à couvrir l’actualité dans son intégralité ! « Couvrir », en l’occurrence, cela veut dire que, dans les rédactions, on s’est évertué à trier, à recadrer ou encore à cacher par de pudiques carrés noirs, les images prises devant l’ambassade d’Egypte en Suède. Récidiviste car elle avait déjà fait beaucoup parler d’elle en dévoilant, via son blog et Twitter, sa nudité en octobre 2013, la jeune activiste égyptienne Alia el-Mahdi a donc fait à nouveau parler d’elle en révélant aux regards des passants et aux objectifs des journalistes ce que des médias se sont cru obligés de couvrir d’un voile pudique pour cacher cette ‘awra (un peu l’équivalent arabe des « parties honteuses »). En compagnie des « post-féministes » de Femen, la jeune Egyptienne protestait cette fois contre le projet de Constitution soumis à référendum dans son pays. En vain a t-on envie d’écrire tellement il était évident qu’il recueillerait la majorité des suffrages (au final, 64 % de oui, mais guère plus de 30 % de votants).

La première fois que la jeune Alia el-Mahdi s’était montrée en costume d’Eve, les critiques lui avaient en quelque sorte « taillé un costard » en lui reprochant un goût puéril de la mise en scène (bas noirs et escarpins vermillon), susceptible de détourner de combats autrement plus importants, celui de Samira Ibrahim par exemple, intentant à peu près à la même époque un procès contre le Conseil suprême des forces armées et sa pratique des tests de virginité… Cette fois encore, bien des militants – ceux du Mouvement du 6 avril notamment – ont préféré se désolidariser de celle qui a enrôlé à ses côtés les militantes ukrainienne pour une dénonciation sans nul doute assez outrancière du projet soumis au vote en Egypte. Le fait que les principes de la charia soient « la principale source de la législation » dans la nouvelle Constitution – une formulation déjà présente dans la version jusqu’alors en vigueur – justifiait-il vraiment cette image du Coran (avec la Torah et la Bible pour faire bonne mesure, sans oublier les bas noirs et les escarpins vermillon) en guise de cache-sexe ?

On ne l’a pas suffisamment noté, mais il faut tout de même remarquer que cette hénaurme provocation, en long et en large reprise dans les médias, n’a pas suscité dans le monde arabe (ou même musulman) l’explosion d’indignation à laquelle on pouvait s’attendre (et que désiraient sans doute les manifestantes). Sentiment de lassitude devant cet énième mise à l’épreuve de l’« innocence des musulmans » ? Trop grande gêne pour s’opposer à un affront qui oblige traiter en quelque sorte du « corps du délit » ? Ou bien serait-ce parce que les slogans sont écrits en anglais, et trop évidemment destinés à la galerie globale des actualités Google ? Peut-être tout cela à la fois, et bien d’autres choses encore, à commencer par le fait que le monde arabe s’accommode peu à peu à ces outrances qui témoignent de la violence des transformations actuelles, transformations dont, précisément, le corps et la sexualité en général sont une des scènes les plus brûlantes, comme le montrent bien des séquences du « Printemps arabe ».

Incontestablement, ce dernier n’a fait que donner plus de vigueur à la poussée de sève qui travaille depuis longtemps déjà la jeunesse arabe. Avec cette particularité que l’essor des réseaux sociaux dans la région et la banalisation des pratiques numériques s’accompagnent de toutes sortes de manifestations de l’extimité, entendues comme de nouvelles manières de vivre son corps et d’exhiber ce qui relève traditionnellement de l’intime, de ce que l’on garde (en principe) pour soi… Phénomène propre à la jeunesse bien entendu, minoritaire sans nul doute, mais pas tant que cela en fait. De ce point de vue – et j’espère qu’on ne m’en voudra pas là-bas de prendre cet exemple –, le Maroc constitue un cas d’école assez intéressant. Pour s’en tenir à l’actualité très récente, on pourrait parler des images (parfois vidéos) « postées » sur Facebook par de très jeunes filles en tenues plus que suggestives… « Fléau » trop connu, pourrait-on croire, en particulier dans ce pays qui a vécu, depuis plusieurs années, différents scandales relatifs à la mise en circulation de vidéos privées (fin 2008 pour cet article en arabe, mais il doit y avoir plus ancien). Si ce n’est que l’actuelle vague d’exhibitionnisme sur le Net se distingue des précédentes par le fait que, cette fois-ci, les actrices sont bien davantage consentantes. Dans cet article (en arabe), un sociologue local considère ainsi que ces actes sont manifestement liés aux problèmes de l’adolescence, certaines jeunes filles ayant recours à ce type de provocation pour tenter de surmonter leur mal-être…

Vraie ou non, l’explication témoigne en tout cas d’une prise de conscience d’une évolution du rapport au corps et à la sexualité que l’on retrouve, dans un autre domaine, dans Femme écrite (Maouchouma, « Tatouée »), un film réalisé par Lahcen Zinoun. Pornographique pour les uns, érotique pour les autres, sans nul doute osé dans ce pays dont le gouvernement est dirigé désormais par le Parti de la Justice et du Développement dominé par les islamistes, le film vient de sortir et l’objet du scandale, si l’on ose l’expression, est la belle Fatym Layachi, qui avait déjà fait sensation il y a quelques semaines en posant, dans un très sexy boxer masculin, pour la couverture d’un mensuel local. Presque une tradition locale puisqu’une de ses collègues, Latifa Ahrar, avait déjà fait hurler quelques mois plus tôt en posant, dans des tenues tout aussi suggestives, dans un autre magazine marocain (article en arabe). Une démarche parfaitement réfléchie et militante pour celle qui avait déjà associé modernité et tradition en faisant admirer le galbe de ses jambes à travers l’échancrure d’un superbe caftan, après avoir déjà osé se montrer sur scène très dénudée (en maillot de bain en fait) à l’occasion d’une pièce représentée à la fin de l’année 2010.

Faut-il suivre Nadéra Bouazza lorsqu’elle évoque la « renaissance du féminisme arabe » ? Avec les inévitables outrances qu’expliquent les outrages encore si nombreux faits à la condition des femmes arabes, on refermera l’année 2012 sur l’optimisme d’une Zakia Salim discernant les « signes d’un nouveau féminisme » (en anglais) dans le monde arabe. Sans oublier de rappeler que ces affirmations féministes ne passent pas nécessairement, il faut le rappeler, par un détachement de la religion car, comme l’explique Zahra Ali dans un livre récent qui sort du commun (voir aussi cette vidéo), il y a aussi, n’en déplaise à certains et certaines, des féminismes islamiques…

Sama et Pharaon (L’Egypte, musulmane et délurée, 1 bis!)

En complément au précédent billet – un peu en différé à cause de la situation à Gaza -, cet article (en arabe) publié dans Al-Quds al-‘arabî, qui nous en apprend davantage sur les activités d’Ahmed El-Sobki, évoqué un peu plus tôt. Apparemment, l’empereur de la production cinématographique populaire arabe est bien décidé à diffuser sur Time Cinema, sa chaîne télé, les œuvres les plus torrides du grand écran arabe : Hammam al-malâtîlî (du nom d’un célèbre hammam au Caire), Voyage d’une vie (Rihlat al-‘umr), Une femme de mauvaise réputation (Imra’a sayyi’at al-sum’a), La femme des lunes noires (Sayyidat al-aqmâr al-sawdâ’), Rue de feu (Shawâri’ min nâr), Pécheurs (Mudhnibûn). Tous ces titres impérissables, généralement produits dans les années 1970 et qualifiés en arabe d’ibâhiyya (licencieux) bien qu’ils n’aillent pas au-delà de ce que montre l’image ci-dessous (cliquer pour agrandir), pourraient donc revoir le jour sur les écrans télés, à défaut de vivre leur vie « normale » dans la pénombre des salles obscures !!!

Après avoir été tenus dans l’ombre par l’essor de l’islam politique pudibond à partir des années 1970, c’est paradoxalement la victoire politique des Frères, à la suite des soulèvements de 2011, qui leur aura permis de retrouver la lumière ! Pour Kamal el-Kadi, l’auteur de l’article mentionné, une telle décision s’inscrit sans doute aucun dans une sorte de mobilisation générale des intellectuels et des artistes bien décidés à tester les intentions du nouveau régime en place et à vendre chèrement sa liberté de création… Mais on a le droit de pencher davantage pour une autre hypothèse, celle qu’il se contente d’évoquer rapidement au début de son article, à savoir l’instrumentalisation astucieuse par El-Sobki, le roi de la comédie populaire, du contexte actuel.

Dès lors qu’ils ont quitté l’opposition en arrivant au pouvoir, en situation d’exercer la censure après en avoir été si longtemps les victimes, les courants de l’islam politique se trouvent placés dans une position qui les oblige à modifier de fond en comble leurs choix politiques en général, et à renégocier totalement leur discours sur les questions de société en particulier. Pris dans la logique de l’exercice du pouvoir, lequel passe par d’inévitables compromis entre les partisans des extrêmes, les Frères musulmans sont visiblement soumis à toutes sortes de pressions, internes et externes, locales et internationales, qui ouvrent, de manière apparemment inattendue mais en réalité assez inévitable, des espaces de liberté à ceux qui, tels El-Sobki, se montrent suffisamment malins pour exploiter les interstices du contexte actuel.

Pour beaucoup d’observateurs, pour l’opposition égyptienne et aussi une bonne partie de la population, le (second) coup d’Etat feutré que vient d’opérer, avec beaucoup d’opportunisme politique, le président Morsi, tout juste auréolé de ses succès diplomatiques à Gaza, est le prélude à une nouvelle dictature. On n’est pas obligé de les croire sur parole et on verra bien ce qu’il en sera dans les faits. A regarder la scène culturelle (au sens large du terme il est vrai), on voit bien que les choses ne sont pas si simples et que le parti Liberté et Justice va bien devoir composer, ne serait-ce que par sens politique, avec les réalités de la société égyptienne, et éviter le choc frontal, en particulier sur la question des mœurs.

Surtout si l’interprétation populaire de la bonne règle musulmane est servie par des interprètes aussi… spirituelles que l’actrice et danseuse orientale, Sama El-Masry. La belle avait déjà défrayé la chronique en laissant dire qu’elle était l’épouse (selon les rites du mariage coutumier) d’un ex-député islamiste, devenu brusquement célèbre pour s’être prétendu victime d’une agression alors qu’il n’avait subit qu’un nose job (rien de sexuel là-dedans, c’est juste une opération esthétique). Mais depuis quelque jours, la Toile égyptienne (et arabe) se tord de rire en visionnant le clip qu’elle vient de réaliser. On la voit mettre en évidence des atouts… manifestes dans sa critique du nouveau pouvoir égyptien qu’elle éreinte (étymologiquement « rompre les reins » faut-il le rappeler!) avec force allusions transparentes à quelques-unes de ses « saillies » les plus célèbres : depuis Toz fi Masr (quelque chose comme « l’Egypte mon cul ! »), malencontreusement lâché lors d’une émission télévisée par celui qui allait devenir président, jusqu’à la mangue, fruit capiteux et source d’inépuisables plaisanteries salaces (voir ce précédent billet), dont le président Morsi, pour preuve du succès de son action, s’est vanté d’avoir fait baisser le prix !…

Pour certains (voir par exemple ici), cette vidéo est un signal important, qui marque la fin du mythe du sacro-saint dirigeant tout puissant. C’est aller un peu vite en besogne… Mais pour l’heure, il reste que la belle Sama, malgré ses allusions moqueuses au président Morsi et aux autres dirigeants des Frères musulmans, n’a pas subi les foudres de l’actuel Pharaon.

Comique troupier : la révolution syrienne et ses vedettes

Avant d’être un genre à part entière, tremplin pour des stars en puissance de l’envergure d’un Fernandel, le comique troupier désigne tout simplement l’artiste comique se produisant devant les troupes. La définition s’applique assez bien à la prestation de Bernard-Henri Lévy paradant sur la Croisette devant quelques vétérans en uniforme de la « campagne de Libye », sans oublier, clou du spectacle, deux authentiques révolutionnaires syriens, exfiltrés de leur pays au prix de tous les dangers et exhibés devant les caméras sous un camouflage ridicule associant lunettes fumées et drapeau du soulèvement syrien. Evoquant l’événement sur le site de La règle du jeu, revue dont BHL est le rédacteur en chef, Laurent David Samama commence ainsi son article :

« Cannes 2012. Un peu avant la montée des marches, libyens, syriens1 et autres résistants acharnés de la démocratie se retrouvent dans les arrières salons (sic) de l’hôtel Majestic. Les regards sont lourds. La conversation est franche, l’ambiance est à la camaraderie mais le contexte de la venue des participants est compliqué. »

La scène est campée, au Majestic, certes, mais seulement dans les « arrière-salons » ! L’heure est grave… Cela se poursuit un peu plus loin ainsi :

« J’écoutais les voix les plus critiques jusqu’à ce que je foule à mon tour le tapis rouge et vive le tumulte [souligné par l’auteur]. Là on mesure la portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste et interventionniste qui se concrétise. Des centaines de photographes, de cameramen, journalistes et spectateurs appellent, interpellent,  demandent dans un incroyable brouhaha de se retourner et de leur expliquer la raison de votre venue. Des milliers d’objectifs vous fixent, la montée des marches est retransmise en direct à la télévision et, alors que la cohorte progresse jusqu’à la salle de projection. De New York à Tunis, de Téhéran à Tel-Aviv, le monde entier vous regarde. Il serait bête de ne pas profiter de l’aubaine pour médiatiser le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes. »

La « portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste [ !] et interventionniste »… Ciel ! Retenons la dernière phrase : « le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes ». Publiée dans la revue qu’il dirige, on peut penser que ce texte est fidèle à la pensée du maître qui, par ailleurs, a expliqué en long et en large dans son film – c’est le thème du Serment de Tobrouk – combien l’Histoire lui doit pour cette « ingérence réussie ».

Bousculant les règles avec une conférence de presse avant la projection et non pas après comme le veut la coutume (c’était peut-être mieux ainsi aux dires des premières critiques), ce show organisé sur la Croisette, avec figurants encagoulés, avait pour objectif majeur d’associer deux révolutions arabes dans une même nécessité, celle de l’intervention armée. Dans le cas syrien, il s’agit, selon BHL, de lutter « contre Bachar et les islamistes ».

L’association est difficile à saisir : on ne fera pas l’injure à BHL et à son équipe de penser qu’ils ignorent que le régime syrien justifie ses pires exactions au nom de la lutte contre le fanatisme musulman, en l’occurrence sunnite. Proposent-ils une intervention armée à la fois contre le pouvoir et contre les groupes armés extrémistes qui, aux dires même de l’ONU, sont désormais présents dans les rangs de la révolte syrienne ? Au regard de ses antécédents, on espère que BHL ne passera pas une fois de plus par dessus la tête du ministre concerné pour déclencher la foudre guerrière car ce serait une inflexion majeure de la diplomatie française ! Le plus probable, malheureusement, c’est qu’en associant islamistes et Bachar al-Assad l’échotier de La règle du jeu écrit rigoureusement n’importe quoi. Des chiffons rouges agités pour amuser la galerie et « justifer » les analyses géostratégiques de l’ancien « nouveau philosophe ».

Les opposants syriens, ceux de toujours et qui souffrent avec leur pays, avaient raison il y a quelques mois de cela de supplier BHL de leur épargner son soutien ! Car pour faire bonne mesure, le philosophe suprême – selon une dépêche AFP que l’on trouve en arabe sur le site Elaph  par exemple – a déployé tout son sens politique pour expliquer que le destin des Libyens ne pouvait se comparer dans l’histoire qu’à celui du mouvement sioniste en Israël !

Dans le monde arabe aussi, les « vedettes » disent leur mot sur la révolution syrienne. Entre stratégie de réconciliation après des années de compromission avec le pouvoir et engagement sincère, les soulèvements arabes leur donnent l’occasion de se manifester comme jamais (alors que les « intellectuels légitimes » sont, dans plus d’un cas, étrangement muets, ou terriblement mal à l’aise).

Mawazine, le méga-festival marocain, a ainsi été l’occasion de déclarations publiques un peu embarrassantes pour les organisateurs qui n’avaient pas prévu que la scène musicale servirait de tribune à des déclarations assez peu diplomatiques. Déjà remarquée pour ses positions, la syrienne Asalah a confirmé son engagement en dédiant une chanson « aux courageux révolutionnaires qui défendent notre liberté ». Elle n’a pas précisé, mais le message est sans ambiguïté. Et les voisins – sans précision là non plus – n’ont pas été épargné : « on ne jette pas de pierres quand on habite une maison de verre ! » (Vexés, les journalistes libanais sont sortis, on se demande bien pourquoi !)

Mais c’est tout de même le Libanais Fadl Shaker qui a assuré l’essentiel du spectacle. D’origine palestinienne mais né à Saïda dans un milieu très populaire, celui qu’on connaissait comme un crooner a surpris tout le monde il y a quelques semaines en mettant sa renommée au service d’un certain Ahmad al-Asir (billet par Romain Caillet dans les Carnets de l’Ifpo), cheikh originaire de la même ville du Sud-Liban désormais résolument engagé dans un soutien à la révolte syrienne qu’on qualifiera d’« énergique » (avec les traductions concrètes de ce terme sur la scène locale comme on a pu le voir dans le nord du pays en particulier).

A Casablanca, Fadl Shaker a profité de son tour de chant pour agonir d’injures le président syrien (Que Dieu le détruise ! Qu’il l’emporte en enfer !), en demandant aux spectateurs de soutenir ces invocations à grand renforts de Amen ! (Oui, ça se dit pareil en arabe !) En guise de confirmation de cette conversion à la juste voie des croyants, Fadl Shaker – dans la grande tradition locale des artistes repentis – a annoncé sur Al-Rahma, une télé (très) religieuse, qu’il renonçait désormais à la chansonnette pour se consacrer au seul chant religieux…

« Contre Bashar al-Assad et les islamistes » dit-on à La règle du jeu, alors que Fadl Shaker, le néo-converti de choc soutient la révolution en Syrie ? Cela devient de plus en plus difficile à comprendre, Monsieur Lévy…

La photo signalée dans le commentaire de Sosso !
  1. Sans majuscule, ce sont juste des adjectifs, comme des adjuvants au grand show « béhachellien »! []

Révolution sexuelle en Tunisie (2/2) : les homos, du pareil au même ?

Un premier billet mis en ligne il y a un peu moins de deux ans proposait quelques exemples du coming out naissant dans le monde arabe de ceux qu’on pourrait appeler, à partir du terme récemment forgé en arabe pour les désigner (mithli), des « pareillistes » (ce serait en tout cas mieux trouvé que le très ambigu, en français en tout cas, « gay » made in USA). Depuis les événements de l’année passée – et cela confirmerait ainsi l’idée que ces bouleversements ne s’arrêtent pas à la scène politique et qu’ils concernent au contraire l’ensemble des questions de société –, on constate que l’allosexualité s’exprime un peu plus ouvertement en Tunisie. Mais alors que l’édition papier du marocain Mithly évoquée en avril 2010 (je ne sais pas s’il existe encore : amis lecteurs ?…) était en arabe, tout comme le site mithly.net, Gayday magazine, lancé il y a un an en Tunisie et qui s’exprime presque exclusivement en français et en anglais, n’est diffusé que par internet (ainsi qu’une radio, qui l’a suivi peu de temps après).

Apparemment, c’est quand même bien assez pour faire débat, et même davantage puisque le site a récemment été « hacké » (article en anglais, d’où est tirée l’illustration ci-contre). Après des déclarations rassurantes, juste après les élections, à propos du « droit des homosexuels à exister » (article  en français), le discours du parti islamo-conservateur qui domine la coalition au pouvoir, Ennahda, a considérablement évolué. Peut-être en raison d’un scandale politique local, en janvier dernier, lorsqu’a circulé en janvier dernier sur YouTube (elle a été retirée depuis) une vidéo tournée du temps de l’ancien régime et, d’après certains, truquée. Sur des images difficilement déchiffrables, on pouvait vaguement distinguer une relation entre deux hommes, dont l’un avait une ressemblance frappante avec Ali Larayedh, actuel ministre de l’Intérieur et cadre important d’Ennahada.

Résurgence nauséabonde – même si la vidéo a été mise en ligne par un « militant de gauche » – de la « porno-politique », une technique chère aux services spéciaux du régime de Ben Ali ? Cette hypothétique relation homosexuelle a naturellement suscité dans la société tunisienne des réactions d’indignation (comme elle l’aurait fait ailleurs, à commencer par la France). Dès lors on comprend mieux que le même parti Ennahda soit allé dans le sens de l’électorat et qu’il ait quelque peu « durci le ton » sur la tolérance sexuelle. Au début du mois de février, le ministre des Droits de l’homme, Samir Dilou, a ainsi déclaré à la télévision, à propos des homosexuels précisément, que la liberté d’expression avait ses limites et que « ces personnes-là » feraient mieux de se soigner. (M. le ministre ne sait pas que l’OMS a officiellement rayé l’homosexualité de la liste des maladies mentales en 1990!)

En dépit de la réelle solidarité d’une bonne partie de la classe politique, tous courants confondus, ainsi que parmi nombre de militants sur la Toile, Ennahda a donc choisi d’afficher ses préférences sexuelles, en définitive aussi conservatrices que sa doctrine politique : menace des fermeture du site Gayday magazine d’un côté, et défense du « droit à la polygamie » (déclaration du même Samir Dilou) de l’autre, avec ou sans « mariage coutumier » (voir le billet précédent).Visiblement, pour Ennahda, hétos ou pareillo-sexuels, ce n’est pas du pareil au même !

Révolution sexuelle en Tunisie (1/2) : le mariage coutumier est-il traditionnel ?

Après le temps des bouleversements politiques, voici venir celui des révolutions sociétales… La chape de plomb des années Ben Ali est tombée, l’islam politique longtemps maintenu en dehors de l’arène politique y a fait son entrée en force, autant de raisons pour que les Tunisiens aient le sentiment qu’une ère nouvelle s’est ouverte et que cela doit se traduire dans leurs vies. Pas uniquement en termes de mesures politiques mais très concrètement dans ce qu’il est permis ou non de faire tous les jours.

Dans la nouvelle Tunisie les affaires du corps et du cœur sont autant de prétextes à des conflits entre différentes « cultures » si l’on veut, différentes manières pour l’individu, homme ou femme, de concevoir sa place dans l’espace public : sa visibilité, ses modèles, son autonomie par rapport aux normes familiales, morales, sociales… Autant de questions qui ont pour lieu de désir et d’effroi le corps des femmes. Après le « corps de Dieu », montré à l’écran lors de la diffusion du film Persepolis par la chaîne Nessma en octobre dernier, on a donc eu les corps sexualisés à l’occasion de débats qui ne sont toujours pas terminés sur la légitimité ou non d’une censure des sites pornographiques ; les corps des starlettes lorsque l’actuel ministre de la Culture fait part de sa décision de ne pas inviter au prochain festival de Carthage des chanteuses (libanaises ou égyptiennes) trop aguichantes ; le corps des supportrices de foot lorsque la reprise d’une photo dénudée de l’admiratrice (et épouse) d’une star tunisienne du ballon rond exilé en Allemagne entraîne l’emprisonnement d’un propriétaire de journal (libéré depuis) ; et enfin cette partie bien particulière du corps des femmes quand le débat public, y compris dans la bouche du président de l’Etat, tourne autour de l’excision… Tout cela en l’espace de quelques semaines, et on en oublie sans doute…

Dernier sujet en date, le corps des mariées ou, si l’on préfère, la question du mariage pour les jeunes Tunisiens et Tunisiennes. Une question traitée dans ces chroniques en septembre 2009 (4 billets, le premier est ici), notamment à partir du phénomène du « mariage coutumier » (زواج عرفي), en bref l’existence, sur une échelle de plus en plus importante, de « contrats de mariage » qui arguent de la valeur d’un engagement religieux (un contrat moral passé devant Dieu en quelque sorte) pour se dispenser d’un enregistrement légal (et d’une célébration publique). Un phénomène complexe, qui répond à toutes sortes de logiques sociales, économiques, politiques même parfois, et que l’on peut interpréter, en fonction des contextes, aussi bien comme une forme à peine déguisée de prostitution que comme une manifestation de nouvelles pratiques sexuelles autorisant presque ouvertement les relations sexuelles prémaritales…

Un phénomène présent depuis longtemps dans la société tunisienne (voir ce billet à propos d’un film sorti en avril 2007), mais qui prend visiblement des proportions encore plus grandes depuis la révolution tunisienne, au point que Sihem Badi, actuelle et très contestée ministre des Affaires de la femme, a cru devoir s’en mêler pour en dire du bien dans un premier temps, avant de se rétracter. Concrètement, depuis la révolution de plus en plus de jeunes, en particulier dans les milieux étudiants (un détail qui a son importance), vivent conjugalement – et en toute illégalité – à la suite d’un « contrat » de mariage coutumier (une simple promesse verbale souvent, parfois davantage formalisée, devant une autorité religieuse mais pas nécessairement).

Sur le spectre politique traditionnel, les positions sont aussi claires que parfaitement attendues : surfant sur une tendance plébiscitée par la jeunesse, les différentes tendances de l’islam politique encouragent plus ou moins ouvertement (selon les partis et les individus) des pratiques qui « renforcent l’islam » (en tout cas dans l’espace public), par exemple en donnant à la « loi divine » et au contrat religieux plus de poids qu’à la « loi des hommes » (le contrat de mariage civil) ; à l’inverse, les courants dits « modernistes » de la société tunisienne s’alarment de constater une telle évolution précisément dans un pays où l’indépendance s’est accompagnée de réformes pionnières à l’échelle de la région, notamment sur le plan des droits des femmes. Les termes du débat sont donc parfaitement fixés selon des lignes de confrontation politique archi-connues : pour faire simple, islam politique d’un côté, libéraux modernistes de l’autre.

Ce qu’il serait intéressant de mieux connaître, et qui transparaît dans des témoignages repris dans des reportages pourtant loin d’être en faveur du phénomène (voir ce reportage de France 24 ), ce sont les raisons qui poussent la jeunesse tunisienne à opter de manière assez massive pour ces nouvelles pratiques sexuelles et/ou matrimoniales. Le retour à la loi divine et à la vraie tradition affirme-t-on d’un côté, l’ignorance, la pauvreté, la naïveté dit-on de l’autre, en s’inquiétant (à juste titre sans doute) des conséquences à moyen terme de ce type de relations où la femme n’est guère protégée…

Et si ce n’était ni l’un ni l’autre ? Et si le débat politique traduisait fort mal, et de manière en vérité dépassée, les données réelles de ce phénomène social ? Ne peut-on pas faire l’hypothèse que ces mariages traduisent en quelque sorte les demandes des « enfants du numérique » qui ont fait la révolution politique et qui souhaitent désormais la prolonger dans d’autres domaines de leur vie, sans doute tout aussi importants ? En vérité, on peut se demander si ces « mariages coutumiers » sont vraiment aussi traditionnels qu’ils prétendent l’être… Même si cela peut étonner à première vue, ne seraient-ils pas aussi l’expression, après la révolte politique, d’une autre demande de liberté, au niveau des mœurs cette fois. En bref, une révolution sexuelle…

Image récupérée sur un article en ligne dont je suggère aussi la lecture…

Mélange des genres en Arabie saoudite : quand la photo est bonne !

Cette photo (AFP), pas vraiment sublime, n’en est pas moins exceptionnelle. Abondamment diffusée dans la presse, ce portrait du roi Abdallah d’Arabie saoudite – et du prince héritier Sultan Ben Abdel Aziz pour atténuer l’impression qu’aurait pu donner la seule présence du souverain peut-être ? – est une petite révolution. Prise à l’occasion d’un séminaire sur la santé, elle montre les deux responsables saoudiens avec une joyeuse assemblée de leurs concitoyennes sujettes. Manière, pour les autorités saoudiennes, de signifier, sans avoir à le dire explicitement avec des mots qui blessent, que leur point de vue évolue sur la question de la mixité entre les sexes.

Car les mots pour dire ces choses ne sont pas faciles, sachant que la question de la séparation entre les sexes – assez disputée en casuistique musulmane – constitue la pierre de touche du système social érigé en norme par le courant religieux wahhabite vers la fin du XVIIIe siècle et utilisé ensuite par la famille des Al Saoud pour asseoir leur domination politique sur la majeure partie de la Péninsule arabique. Dans le langage courant, on parle souvent en Arabie saoudite de “mélange” (ikhtilât أختلاط, sous entendu, des sexes), un mot qui, comme le souligne cheikh Qardhâwî en personne, n’appartient pas à la tradition religieuse (article en arabe dans Elaph). Le mot “sonne” assez péjorativement en arabe et il faudrait mieux selon le global mufti parler d’association ou de rencontre entre les sexes (liqâ’ – muqâbala – mushâraka). La presse présente les choses souvent de manière plus neutre avec l’expression de “séparation des sexes” (fasl al-jinsayn), laquelle est prônée par les Wahhabites pour éviter l’abomination de la khalwa (خلوة), cet “isolement” (si l’on prend le mot au pied de la lettre) qui signifie en fait, sans que les choses ne soient vraiment dites, le “tête à tête” de deux êtres de sexe différents…

On le sait, les genres ne peuvent se mélanger qu’en vertu (?) de règles très strictes dans le royaume saoudien, et il y a même une police de mœurs dont un des rôles consiste à faire respecter cette loi. (Avec parfois des conséquences assez paradoxales, les teen-agers saoudiens devant ainsi supplier leurs sœurs ou leur mère de les accompagner faire du shopping dans les malls depuis la mise en place d’une règlementation limitant l’accès des jeunes mâles isolés, suite à trop d’incidents car les centres commerciaux étaient devenus de hauts lieux de drague !)

Dans la réalité, voilà des années que tout le monde (ou presque) a compris que les choses ne peuvent plus durer ainsi, sauf qu’il est fort difficile de revenir sur une règle qui, dans la pratique locale de l’islam saoudien, est pratiquement érigée en dogme. Depuis des années, les coups de boutoir contre cette (assez récente) tradition de la séparation des sexes se multiplient, dans des contextes différents, et selon des stratégies multiples où le choc des images sert à ébranler les certitudes, comme on le voit bien dans cette photo du célèbre prince saoudien, et richissime homme d’affaires qu’on ne présente plus, Al-Walid Ibn Talal, se faisant tirer le portrait, il y a tout juste un an, en compagnie de l’équipe féminine de foot de Jeddah (voir ce billet). (Le terrain de foot – on l’a d’ailleurs vu aussi en France – étant apparu comme une nouvelle conquête de la femme saoudienne venue, pas vraiment en masse mais tout de même, encourager son équipe nationale dans un stade rempli de mâles déchaînés : voir cet article en arabe dans Elaph).

Il n’est donc pas étonnant que l’épilogue des temps forts qui ont agité l’Arabie saoudite durant les six derniers mois ait été en définitive annoncé par la photo de la personnalité la plus libérale de la famille royale avec ses footballeuses préférées, et soit aujourd’hui donné grâce à celle qui ouvre ce billet, avec un roi fort bien entouré. Pour mémoire, rappel des principaux épisodes de ces éclats publics :
– Septembre 2009, le jour de la fête nationale, inauguration en grande pompe (tous les dignitaires du Royaume et quelques prix Nobel pour la photo là encore) de la King Abdallah University of Science and Technology (KAUST). On apprend à cette occasion que les femmes, y compris saoudiennes, n’auront plus l’obligation de porter leurs abayas ni de se voiler et qu’elles seront même autorisées à conduire à l’intérieur de ce campus de 36 km².
– Octobre 2009, cheikh Saad al-Shethry (سعد الشثري), membre du Conseil des grands oulémas est, fait rarissime, démis de ses fonctions par décret royal. Lors d’un entretien donné à la chaîne religieuse Al-Majd, ce membre éminent du Comité permanent des recherches et des fatwas avait critiqué cette introduction de la mixité dans la toute nouvelle université. Plus fondamentalement, le religieux luttait sans doute, avec certains de ses semblables, pour garder la main sur les programmes, via le maintien de comités de contrôle …
– Décembre 2009, Ahmed ben Qassem Al-Ghamidi (أحمد بن قاسم الغامدي), responsable, dans la très sainte ville de La Mekke, de la police des mœurs, suscite une véritable commotion dans la société saoudienne en affirmant que la mixité est un fait naturel et que ceux qui s’insurgent contre elle, alors que la sharia est muette sur la question, l’autorisent en fait au sein de leurs propres maisons, remplies d’employées qui y travaillent en présence de nombreux hommes étrangers ! (article en arabe sur Islam-Online avec traduction du passage le plus “saignant” dans Courrier international. Pareille déclaration, bien dans l’air du temps quoi qu’on en dise, n’est pas sans poser problème : que faire de tous ceux qui ont été emprisonnés, jugés, condamnés, pour un délit qui n’en serait plus un ?!!! Il y a eu sans doute un peu d’improvisation de la part d’un fonctionnaire zélé, pressé d’aller là où souffle le vent et on ne sait pas bien aujourd’hui s’il a été révoqué, maintenu en poste (aux dernières nouvelles, il valait mieux ne rien dire, selon cet article du Middle-East Online).
– Février 2010 enfin (mais la saga connaîtra certainement d’autres rebondissements), les milieux conservateurs contre-attaquent à travers la personne d’un religieux bien connu pour ses positions extrémistes. Cheikh Abdul-Rahman al-Barrak (عبدالرحمن البراك) utilise le registre classique de la fatwa (simple avis qui n’a pas valeur contraignante, rappelons-le) pour expliquer que la mixité au travail ou dans le cadre scolaire “prônée par les modernistes” est strictement proscrite car elle permet “de voir ce qui est interdit et autorise les hommes et les femmes à se parler, ce qui est interdit”. “Quiconque permet cette mixité (…) autorise des choses interdites est un infidèle, ce qui constitue une apostasie (…) Soit il se rétracte, soit il doit mourir (…) car il désavoue et n’observe pas la charia”. (Traduction récupérée ici ; texte arabe sur le site d’Al-Arabiya, avec un résumé en anglais).
Tollé dans la presse (toujours fort proche des milieux au pouvoir) ; coup d’éclat de la sympathique candidate saoudienne arrivée en demi-finale de la célébrissime émission Le poète du million, qui “se fait” les vieux cheikhs et se taille un beau succès dans les médias arabes et internationaux en dénonçant dans une belle improvisation lyrique et devant des dizaines de millions de téléspectateurs le chaos des fatwas ; fermeture début mars pour la forme du site du cheikh excessif (il fonctionne pourtant – le site ! – vous pouvez le vérifier !)

Malgré tout cela, “la messe est dite” oserait-on affirmer et la photo du roi en aimable compagnie est là pour nous dire que ce n’est qu’un épisode de plus dans une série de péripéties qui mènent inexorablement à la modernisation de l’Arabie saoudite, et à l’abandon, plus ou moins explicite/hypocrite, des contraintes, longtemps acceptées par les alliés occidentaux du Royaume et désormais de moins en moins supportées, à commencer par les couches les plus jeunes et les plus éduquées de la population.

Et s’il fallait s’en convaincre, et se souvenir qu’une bonne photo en dit parfois bien plus que de longs discours, on s’est beaucoup amusé en Arabie saoudite et dans le monde arabe de ce photogramme (lien sur le site de la chaîne Al-Arabiya) tiré d’une vidéo tournée il y a quelques jours à l’occasion de la célébration, au Koweït, du “jour de la femme” (comme quoi !) : malgré le cadrage serré, on y voit – regardez bien sur les côtés ! – le très sérieux cheikh Muhammad al-Nujaymi (محمد النجيمي), un des partisans notoires de cheikh Barrak (article en anglais) et de sa fatwa incendiaire contre la mixité. Le pauvre homme est en plein “mélange des genres”, et avec des femmes “en cheveux” s’il vous plaît !!!

Avis aux fidèles ! Dans la série de ce que j’appelle les “billets intermédiaires”, je voudrais bien me livrer, mardi ou mercredi, à une petite expérience. Pensez à ouvrir… (Vous pouvez aussi vous inscrire à un des flux de syndication, à droite de l’adresse ou tout en bas tout en bas de l’écran.