La rue interdite à ses enfants : l’Égypte, de moins en moins drôle…

atfalparaitlabbad

On connaîtra dans quelques jours le sort des « Enfants de la rue » (Atfâl al-shawâre3 – أطفال الشوارع), six jeunes Égyptiens détenus depuis le début du mois de mai sous l’accusation d’« incitation à manifester » et de « diffusion d’offenses à l’institution étatique » (التحريض على التظاهر » و « نشر ألفاظ نابية مسيئة لمؤسسات الدولة). Le plus jeune d’entre eux, Ezzz Eddin Khaled, 19 ans, a été libéré sous caution quelques jours après son arrestation mais les autres, plus âgés d’un an ou deux, sont toujours en prison.

Le crime qu’ils ont commis, « en bande organisée », est particulièrement odieux, surtout au regard de ce qui se passe dans leur pays ou dans la région. En effet, ces jeunes gens s’amusaient, depuis le début de l’année, à tourner dans la rue, à partir d’un téléphone portable, des vidéos où ils se mettaient eux-mêmes en scène, sur le mode selfie, en train de se moquer allègrement des petits travers de leur société. Mises en ligne sur Facebook – sur un compte désormais inaccessible –, leurs délires assez potaches ont rencontré de plus en plus de succès, tandis que leurs productions s’éloignaient peu à peu des thématiques a priori « culturelles » pour aborder des sujets de plus en plus « politiques ».

Alors que l’opinion égyptienne relevait timidement la tête, en réaction à l’intrusion (sans précédent dans l’histoire du pays) des forces de police dans les locaux du Syndicat des journalistes et, plus encore sans doute, pour protester contre la donation de deux îlots situés à l’entrée du Golfe d’Aqaba, officiellement retirés du territoire national pour être « cédés » à l’Arabie saoudite, ces « sauvageons » ont publiés deux vidéos (qu’on peut encore visionner sur YouTube) à l’humour dévastateur. La première, particulièrement sarcastique, évoquait les « 7000 années de civilisation de l’Arabie saoudite » (السعودية سبع آلاف سنة حضارة), une nation présente, à en croire les auteurs, dans tous les grands moments de la très riche histoire nationale égyptienne, à commencer par la période pharaonique. Quant à la seconde, qu’on pourrait appeler en français à la suite de Boris Vian « Les fidèles serviteurs des chaussettes à clous » (عباد البيادة), elle se moquait par avance des prochaines célébrations de la libération du Sinaï (amputé des deux îles « cédées » aux Saoudiens) et reprenait un chant fameux de la place Tahrir qui appelait au départ de Moubarak en laissant entendre, avec un peu trop d’impertinence, que le même destin attendait son actuel successeur : Mon rayyes, c’est Sissi, Apportez-nous celui qui suit.. (السيسي رئيسي جابنا وراه)…

L’arrestation de ces six jeunes gens en colère n’étonne personne dans un contexte de répression rarement égalé dans un pays qui a pourtant une belle expérience dans ce domaine. Sur le site du quotidien (désormais en ligne) Mada (dont on se demande d’ailleurs comment il peut continuer à publier avec autant de « liberté »), on trouve néanmoins une analyse plus originale de cette affaire dans un article en arabe « Les enfants de la rue : l’État, entre la peur de la dérision et celle de la rue » (disponible également en traduction anglaise). Développant les deux points annoncés dans leur titre, les deux auteurs, Mohamed Hamama et Shady Zalat, insistent à travers cette affaire sur les enjeux politiques liés au contrôle de l’espace public. En définitive, les vidéos sarcastiques des Enfants de la rue constituent aux yeux du pouvoir une « menace » en ce sens qu’elles rappellent les grandes heures des soulèvements de l’année 2011, lorsque la foule égyptienne s’était emparée des grandes places du pays (à commencer par Tahrir, bien entendu, un espace désormais dûment nettoyé et totalement « réaménagé ») pour donner à voir son propre discours affiché sur les murs de la ville sous forme de graffitis ou de fresques. Fidèle à l’image construite à grand renfort de campagnes de communication, le maréchal Sissi, le « père de la nation », ne peut que jouer les « pères fouettards » en donnant une bonne leçon à ces garnements insolents qui prétendent que la « rue est à eux »…

En filigrane dans l’article de Mada précédemment cité on mesure aussi l’incompréhension totale entre deux générations, celle qui est aux postes de commandement et celle qui attend de moins en moins patiemment son heure, et fait percevoir la profondeur de l’abîme qui la sépare de ses aînés par un discours plein d’ironie et même de sarcasmes. Dans les médias, le modèle le plus célèbre de ce ton nouveau, qui tranche totalement avec ce que l’on pouvait entendre jusque-là (même si l’humour n’a jamais perdu ses droits en Égypte, ne serait-ce comme « arme » de résistance), c’est bien entendu celui que proposait Bassem Youssef (voir ces billets : 1, 2, 3 et 4), l’animateur de feu l’émission télévisée Al-Barnameg (Le programme). De l’étranger où il s’est plus ou moins « réfugié », il a participé par une vidéo à la mobilisation (sans doute inutile, hélas) réclamant la libération des Enfants de la rue.

En guise d’illustration de leur style, et en hommage à leur courage, je propose ici la première de leur vidéo, mise en ligne en janvier 2016. Plus longue que la plupart de celles qui ont suivi, elle me paraît plus adaptée que d’autres pour les lecteurs qui ne sont pas forcément arabophones. Pour comprendre la situation, il suffit de savoir que les six acteurs se moquent férocement des innombrables émissions télévisées religieuses (feuilletons, prêches, talk shows, etc.) et de leur litanies de formules rituelles que bien des Égyptiens se sentent désormais obligés de reprendre dans leur discours de tous les jours.

« Le mariage est la continuation de la guerre par d’autres moyens » (Ibn Clausewitz)

Mariage collectif à Gaza en 2015. Sur la banderolle : "(Noces) collectives à Gaza. Gaza est en fête. Merci aux Emirats."
Mariage collectif à Gaza en 2015. Sur la banderole : « (Noces) collectives à Gaza. Gaza est en fête. Merci aux Emirats. »

Si toutes les catégories de la population souffrent des nombreuses guerres qui déchirent la région, il va de soi que la mort frappe proportionnellement davantage les jeunes hommes adultes. Cela réduit encore le « vivier » des hommes disponibles pour le mariage, déjà amoindri depuis des années par les flux d’émigration vers l’étranger. Les nouvelles unions sont également nettement moins fréquentes parce que les jeunes femmes arabes sont de plus en plus nombreuses à ne pas accepter de sacrifier leurs exigences personnelles, en particulier du point de vue professionnel, sur l’autel du sacro-saint mariage traditionnel. Elles envisagent donc différemment un éventuel célibat alors que, dans le contexte de crise – notamment économique – qui frappe aujourd’hui les sociétés de la région, l’installation dans la vie d’un jeune couple devient de plus en plus difficile. Pour finir, les mariages, quand ils ont lieu, se terminent de plus en plus souvent par un divorce, devenu parfaitement banal et pas seulement à la demande du mari.

Quelques données pour ce qui est du mariage, présentées dans un article récent (en arabe) : en Egypte (82 millions d’habitants), on trouve ainsi 13 millions de célibataires de plus de 35 ans, dont 10,5 millions de femmes ; elles sont 4 millions au Arabie saoudite (où les statistiques prennent en compte les femmes de plus de trente ans ; 28,8 millions d’habitants) ; au Liban (4,5 millions d’habitants), la moitié des femmes qui ont entre 25 et 39 ans sont célibataires…

Autres chiffres (toujours en arabe) par rapport aux divorces cette fois : en Arabie saoudite, on est arrivé en 2014 au chiffre de presque 8 divorces par heure (188 par jour). Les Égyptiens font pire encore, avec 20 divorces chaque heure, soit 240 par jour. En Tunisie, on en est à 4 divorces par heure seulement, mais le chiffre est énorme par rapport à la taille de la population (12 millions d’habitants). Le cas de l’Irak (33,4 millions d’habitants) n’est pas forcément exceptionnel : on y compte désormais 70 000 divorces par an, soit une augmentation de 70 % en l’espace de dix ans. Le phénomène n’épargne aucun pays arabe : 60 000 divorces par an en Algérie (39,2 millions d’habitants), 15 000 en Jordanie (6,5 millions d’habitants)…

Pour toutes ces raisons (et quelques autres), on voit ainsi que les sociétés arabes connaissent, sur la question du mariage, une révolution qui ne fait pas la Une de l’actualité même si elle est en train de marquer profondément l’avenir de cette région. Dans l’immédiat, les pulsions naturelles étant ce qu’elles sont, il faut tout de même gérer la situation vaille que vaille. Comme partout ailleurs et de tout temps, la solution consiste à ouvrir la vanne des liaisons sexuelles hors mariage. Au vu de ce qui se passe dans la région, on en arrive à penser que c’est d’ailleurs une des fonctions des multiples conflits armés qui, avec leur épouvantable cortège de viols et de morts, contribuent à « réguler » un système social par trop déséquilibré. Plus classiquement, il y a bien entendu la « solution » de la prostitution, mais elle a ses limites évidentes, en particulier dans des sociétés où le revival religieux renforce les contraintes sociales traditionnelles sur la sexualité. De façon malgré tout marginale, on trouve également les initiatives d’organismes à but (prétendument) charitable, qui proposent des mariages collectifs dans lesquels l’obstacle économique est levé, mais souvent au prix d’une véritable humiliation sociale (voir, en plus de l’image ci-dessus, le témoignage, en arabe, de cette Égyptienne).

À leur manière, les pratiques religieuses contribuent à canaliser des pulsions sexuelles trop réprimées, et pas seulement par les voies de l’abstinence ou de la sublimation. Plus souple sur ces questions que bien d’autres religions, l’islam dans les sociétés arabes contemporaines permet d’inventer – ou plutôt de réinventer – des réponses pour palier les tensions qui fragilisent la régulation collective des pratiques sexuelles. Cette semaine, on ne reviendra pas sur les multiples « petits arrangements » avec la « vraie tradition » pratiqués au quotidien dans les pays arabes (voir ci-dessous une liste, à peu près exhaustive, des nombreux billets qui ont été consacrés à cette question). En revanche, l’actualité offre l’occasion d’éclairer quelques-unes de leurs conséquences politiques.

Récemment, plusieurs articles de la presse arabe ont évoqué l’ouverture, en Irak, d’un centre officiel pour le « mariage de plaisir » (زواج المتعة). Pour « servir la jeunesse » du pays et la détourner des pratiques illicites déviantes (comprendre prostitution et liaisons illégales), ce centre se propose de mettre en relation des hommes à la recherche de relations sexuelles avec des femmes (éventuellement dans le même cas). En remplissant un formulaire suivi de l’achat d’une carte téléphonique (Asiatel exclusivement !), et pour une somme modique (20 dollars par jour pour la femme), les candidats et candidates sont mis en relation dans un des 14 bureaux de l’organisme, lequel affirme travailler avec 16 hôtels répartis sur l’ensemble du territoire irakien.

(En principe) propres à la tradition chiite, ces « mariages de plaisir » ont longtemps été combattus par les autorités irakiennes, en particulier du temps de Saddam Hussein. Outre la question morale, en particulier pour la femme qui, dans ce type d’union, abandonne pratiquement tous ses « droits » et se soumet à une forme de prostitution à peine déguisée, les adversaires du zawâj al-mut’a soulignent les conséquences sociales de ces rapports : maladies bien entendu, mais surtout naissance d’enfants voués à vivre dans des conditions particulièrement difficiles, ne serait-ce que légalement et économiquement, pour ne rien dire du regard de la société sur eux…

De leur côté, les promoteurs (chiites irakiens) de l’initiative visant à une « régulation » du mariage de plaisir évoquent les circonstances particulières que traverse le pays, tout en s’abritant derrière la jurisprudence musulmane. Rappelant que c’est seulement le second calife, Omar, qui l’a interdit, ils rejettent d’autant plus les critiques qui leur sont adressées qu’elles proviennent d’un monde sunnite qui use lui-même de procédés somme toute assez comparables, les fameux « mariages de voyage » (zawâj al-misyâr) dont usent et abusent les riches candidats au tourisme sexuel dans les pays musulmans de la région.

Comme on le voit, les débats autour du « mariage de plaisir » sont très loin d’être moraux ou même seulement casuistiques. Clairement, partisans et opposants de cette « solution » aux tensions actuelles sur les échanges sexuels se rangent aussi – et peut-être même surtout – autour de ce qui constitue aujourd’hui l’habillage par excellence des rivalités géopolitiques régionales, à savoir le « conflit » entre des chiites menés par l’Iran et des sunnites sous la bannière des « gardiens saoudiens » des Lieux saints… Pour paraphraser Clausewitz, le mariage (de plaisir) est bien, hélas, la continuation de la guerre par d’autres moyens.

Sur le mariage, dans la collection de CPA :
le 29 avril 2007 : les « unions libres »
6 mai 2007 : le coût économique du mariage
27 octobre 2007 : émigration, travail domestiques et sexualité et, sur ce thème encore, le 27 septembre 2011
6 septembre 2009 : l’histoire du divorce en Egypte
13 septembre 2009 : le phénomène du célibat
21 septembre 2009 : les mariages tardifs
28 septembre 2009 : le mariage de mineures
6 mars 2012 : les pratiques modernisées du mariage coutumier en Tunisie
1 avril 2013 : jihad et relaxions sexuelles
17 mars 2014 : guerre et mariage contraint (le cas de Yarmouk)

Le foot en Palestine, au risque de l’intifada

Les tribunes du Beitar lors d'un match récent...
Les tribunes du Beitar lors d’un match récent…

Il y a quelques jours, on annonçait en Israël l’annulation des matchs sensibles, « là où des Juifs et Arabes israéliens vivent ensemble ». La mesure a pour but d’éviter les heurts entre les spectateurs, précise le Times of Israel, oubliant de signaler que les heurts en question viennent systématiquement d’un seul et même côté. Car cela fait des mois et même des années que les autorités s’efforcent de mettre une limite aux débordements des ultras nationalistes, à commencer par les plus fanatiques, ceux de La Familia, qui font régulièrement parler d’eux, y compris à l’étranger, à l’occasion des matchs du Beitar Jerusalem. Né dans la mouvance de l’extrême-droite sioniste en 1939, le Beitar est le seul club israélien qui se refuse obstinément à recruter un certain type de joueurs « étrangers », « vrais » étrangers ou Palestiniens de 48, peu importe du moment qu’ils soient musulmans. Les « supporters » ne le supportent pas justement ! Lors du recrutement de deux joueurs tchétchènes (musulmans) en 2013, ils n’avaient pas hésité, en plus des crachats, insultes et autres menaces, à quitter le stade lorsque l’un des joueurs en question avait marqué un but, tandis que le siège du club était incendié en guise d’avertissement.

Depuis, il paraît que la police israélienne traque sans relâche ceux qu’on qualifie désormais de « criminels », tandis qu’on s’efforce de former la jeunesse en diffusant des petits clips destinés à lutter contre le racisme dans les stades. On ne peut pas dire que ces efforts soient couronnés de succès puisqu’on déplorait encore une nouvelle victime en octobre dernier, un supporter d’une autre équipe attaqué à coups de hache. Un drame de plus qui, peut-être parce qu’il touchait un Israélien juif après une litanie d’autres violences perpétrées, elles, à l’encontre d’Arabes, poussait le Haaretz à sonner l’alarme dans un éditorial associant les fanatiques du Beitar à des terroristes. Pour autant, on ne s’attend pas à ce que la police les liquide à bout portant comme elle le fait avec les manifestants palestiniens…

Si le foot est un bon indicateur de la grande violence de la société israélienne, il est à craindre que les circonstances actuelles contribuent à aggraver la situation. À l’heure où de plus en plus de citoyens (juifs) s’arment, il est certainement prudent de limiter les matchs à risques ! Pour éviter une tuerie de plus sans doute, bien que la politique des autorités israéliennes ne donne pas toujours l’impression de privilégier cette solution, mais aussi, comme le souligne James Dorsey, un spécialiste de la question, pour éviter que la célèbre FIFA devienne la première instance internationale à exclure de ses rangs l’État d’Israël. On en avait parlé lors d’une chronique de l’été passé, la fédération israélienne a évité de peu un carton rouge, synonyme d’exclusion, de la part de la FIFA, une organisation où il est patent que l’argent (du Golfe) joue un certain rôle. Depuis, il y a eu quelques gestes d’apaisement de la part des Israéliens mais, toujours selon James Dorsey, un joueur de l’équipe nationale palestinienne s’est vu il y a quelques temps refuser ce que l’on pourrait appeler son « droit au retour » après être parti disputer un match au Qatar avec la sélection nationale. Autant d’arguments pour que la FIFA, en dépit de ses soucis (ou bien à cause d’eux), se propose d’examiner une nouvelle fois la plainte déposée contre les Israéliens par la Fédération de football palestinienne.

Toutefois, si cette dernière obtient ce qu’elle demande, à savoir des sanctions pouvant aller jusqu’à l’éviction de la Fédération israélienne, on ne peut pas dire que ce sera vraiment grâce au soutien des « frères arabes » qui ont l’art de saboter les luttes des Palestiniens tout en affirmant qu’ils les soutiennent. Dans le cadre des éliminations pour la prochaine Coupe du monde, il est ainsi prévu que l’équipe du royaume saoudien rencontre la sélection nationale palestinienne. A Riyad et donc aussi, pour le match retour, à Ramallah, ce qui signifie que les joueurs saoudiens devront nécessairement passer un contrôle israélien. Situation inacceptable pour les « gardiens des Lieux saints », qui veulent bien prendre langue avec l’ennemi sioniste au plus haut sommet de l’État, mais qui pour rien au monde n’accepteraient l’humiliation d’un contrôle de police, quand bien même les Palestiniens leur expliquent que rendre visite à des prisonniers – ce qui est plus ou moins leur statut – ne signifie pas qu’on adore leurs geôliers !

Récemment encore, les Saoudiens pensaient s’être tirés d’affaire grâce à une décision de la FIFA qui avait accepté, fin septembre, leur demande de déplacer la rencontre en un autre lieu pour des « raisons de force majeure », lesquelles n’étaient pas précisées. Malheureusement pour eux, au lendemain d’un match organisé à Ramallah avec les Émirats (match nul, une très bonne performance pour les Palestiniens), la même FIFA est rapidement revenue sur sa décision, probablement à l’instigation de Jibril Rajoub, le très politique président de la Fédération palestinienne. Simple coïncidence ? Depuis, les Jordaniens ont relancé leur campagne contre Jibril Rajoub, coupable de n’avoir pas soutenu leur candidat à la succession de Blatter (voir le billet déjà cité). Et pour faire bonne mesure, ils proposent même de le remplacer par… le fils de Mahmoud Abbas, sans nul doute la personne la mieux placée pour « arranger » un match entre amis !

On voudrait en rire mais, franchement, le cœur n’y est pas…

Football en Palestine : un terrain de reconnaissance

Logo de la Fédération palestinienne de football
Logo de la Fédération palestinienne de football

Dans la litanie des nouvelles catastrophiques dans le monde arabe, il fallait au moins Al-Jazeera pour saluer avec autant d’emphase cette « réalisation historique » (إنجاز تاريخي) que constitue le déplacement en Cisjordanie d’une équipe de foot de Gaza, deux endroits en principe soumis à « l’Autorité palestinienne ». Ce qui rend l’événement marquant, c’est qu’un match de ce genre n’avait pas eu lieu depuis quinze ans. À l’issue de la partie, l’équipe d’Hébron l’a emporté sur celle de Chajayia, en provenance d’un des quartiers de Gaza les plus terriblement bombardés en 2014.

Un vrai soulagement, sans doute, pour les officiels israéliens. Moins parce qu’ils éprouvent beaucoup de remords vis-à-vis des quelque 2 000 victimes de leurs dernières opérations militaires qu’en raison des problèmes qu’ils auraient dû résoudre avec la participation à la future Coupe d’Asie d’une équipe basée à Gaza. Même si la situation à Hébron n’est pas simple, les déplacements d’une équipe de Cisjordanie pour la compétition à venir seront moins compliqués à gérer.

Le football palestinien est effet une épine dans le pied de la diplomatie israélienne qui a dû déployer beaucoup d’efforts pour ne pas subir un humiliant « gel » de sa participation à la Fédération internationale de footbal (Fifa). Comme signalé à l’époque dans un autre billet, la réélection mouvementée de Sepp Blatter s’était accompagnée d’un étonnant retrait de la demande préalablement soumise par la délégation palestinienne. Son dirigeant, le flambloyant général Jibril Rajoub, s’était contenté de la mise en place d’un comité international d’observateurs, chargés de vérifier que les Israéliens n’empêchaient pas (trop visiblement) les Palestiniens de jouer au ballon rond.

Dans ce contexte, l’organisation de la finale entre les vainqueurs des deux poules palestiniennes, celle de Gaza et de celle de Cisjordanie, offrait donc l’occasion de vérifier la réalité des bonnes intentions israéliennes puisqu’il fallait organiser le déplacement des deux équipes venant de deux villes distantes d’un peu plus de 60 kilomètres à vol d’oiseau mais séparées par le gouffre quasi infranchissable de l’occupation.

À l’aller, début août, les choses se sont plutôt bien passées comme le relate cet article du Times of Israel. Au retour, en revanche, on a frôlé l’incident diplomatique, ce qui aurait pu valoir aux Israéliens un carton rouge de la part de la Fifa, avec un gros risque d’« expulsion » des compétions internationales (un comble pour des occupants plutôt habitués à expulser que l’inverse !)

En effet, l’habile Rajoub, patron du sport palestinien que beaucoup soupçonnent de rouler pour son compte en pensant à la succession de Mazen Abbas, a su faire monter les enchères lorsque les services de sécurité israéliens ont exigé que quatre joueurs, membres de l’imposante délégation gazaouie autorisée à se rendre « de l’autre côté » (37 personnes au total, pas un seul supporter bien entendu), soient au préalable entendus « pour des questions de routine »… Refus palestinien et longues tractations qui ont provoqué le report de la seconde rencontre durant plusieurs jours. Les Palestiniens ont fini par plier, ce qui n’a pas empêché Jibril Rajoub de conforter sa cote de popularité en faisant preuve d’un peu de fermeté dans son bras de fer avec l’occupant. Certes, cela s’est soldé, pour finir, par la tenue du match aux conditions imposées par Israël mais, du côté palestinien, on a vite oublié cela dans l’enthousiasme d’une rencontre vécue comme un événement historique…

L'équipe de Gaza au Dôme du rocher à Jérusalem
L’équipe de Gaza au Dôme du rocher à Jérusalem

Match nul par conséquent, les Israéliens ayant fini par imposer leur jeu sans être sanctionnés tandis que les Palestiniens ont fini par marquer un but dans le camp adverse avec la tenue d’un match longtemps refusé ? Ce serait oublier que cette rencontre entre une équipe de Gaza et une autre de Cisjordanie contient une dimension symbolique qui va bien au-delà des calculs immédiats comme le remarque notamment le quotidien pro-qatari Al-Quds al-‘arabî. En effet, à Gaza comme à Hébron, une partie du public a choisi d’encourager les visiteurs au détriment de l’équipe locale par désir d’exprimer son attachement national.

Mais surtout, la tenue d’une « finale » inter-palestinienne montre que certaines réalités têtues ne peuvent être totalement évacuées, y compris en tenant compte des règles un peu tordues de ce milieu assez opaque qu’est la Fifa. En attendant que la vraie reconnaissance des droits du peuples palestinien lui redonne une (partie de sa) terre, les « règles du jeu » internationalement reconnues font que la reconnaissance de l’existence d’un football palestinien implique, très concrètement, qu’il ait un terrain pour pratiquer ce jeu.

La dakhla, rite initiatique d’une jeunesse tunisienne terrorisée

dakhlaUn des objets du délit : la banderole « pro-Daech » au LJFK (Lycée de jeunes filles de Kairouan)

On parle en arabe de « la nuit de l’entrée » (ليلة الدخلة) pour évoquer ce moment (en principe) initiatique qu’est la nuit de noces. Dans la Tunisie contemporaine, c’est un autre genre de dakhla (« entrée ») qui est en passe de devenir un rite social particulièrement important pour la jeunesse sur le point de quitter le lycée pour tenter de trouver sa « voie d’avenir », et c’est loin d’être facile dans ce pays comme dans tous les autres de la région.

Cette « tradition inventée » remonte semble-t-il aux années 1980, époque à laquelle les lycéens ont commencé à organiser de petites fêtes au moment de finir leurs études secondaires. Mais depuis plusieurs années, et en particulier depuis la révolution du 15 janvier 2011, le rituel prend des proportions de plus en plus importantes. La libération de l’oppression subie sous Ben Ali explique en partie ce phénomène qui est également lié à l’essor toujours plus important des réseaux sociaux, relais obligés (et nécessaires) de cette cérémonie collective.

A la fin de chaque année scolaire, lors de ce qu’on appelle désormais la « dakhla du Bac sport », les élèves de Terminale se retrouvent, à l’occasion des épreuves sportives. Loin des profs et de l’administration, ils célèbrent à l’avance leur séparation prochaine, chacun se dirigeant vers le destin qui l’attend après les années de lycée. Une sorte de bizutage à l’envers puisqu’il commémore le temps de la sortie de l’âge pré-adulte et non celui de l’entrée dans le cursus universitaire.

Carnaval festif, la dakhla trouve son inspiration dans la célébration, qui porte le même nom et qui accompagne l’entrée des joueurs sur le terrain, lors des matchs de foot les plus importants. D’énormes foules de supporters réalisent alors dans les gradins du stade des compositions graphiques géantes, tandis que se lèvent dans le ciel d’énormes bannières, si possible accompagnées de chœurs assourdissants.

Dans la dakhla lycéenne, c’est presque toujours la cour des bâtiments scolaires qui sert de théâtre à la célébration. Sous les yeux d’une masse souvent impressionnante de jeunes lycéens réunis dans la cour, de grandes bâches colorées sont déployées depuis les étages ou même depuis les toits avant qu’on passe à la suite du rituel : l’embrasement de dizaines et dizaines de feux de Bengale (ceux-là même qui sont également utilisés dans les stades), brandis à bout de bras par des gamins surexcités. Cette dernière partie du spectacle est source d’accidents nombreux, et les libations et autres prises de substances illicites n’arrangent pas la suite car, bien souvent, des cortèges, largement motorisés, se dirigent en différents endroits pour continuer la fête.

Bien entendu, tout cela est enregistré par une multitude de téléphones portables avant d’être mis en ligne sur les pages Facebook et autres médias sociaux. Pour le plaisir de partager en partie, mais aussi pour montrer à tout le monde combien tel ou tel lycée surpasse tous les autres, par son originalité, son organisation, le nombre des participants, etc. Comme les banderoles décorées constituent la partie la plus personnelle d’un protocole qui, par ailleurs, ne permet pas vraiment l’originalité, c’est sur elles que se concentrent tous les efforts pour se démarquer en faisant mieux que les autres. Inévitablement, dans un pareil contexte, les débordements sont inévitables, surtout quand ce sont de grands adolescents sans garde-fous qui sont aux commandes.

On s’est donc beaucoup ému en Tunisie il y a quelques jours en raison du contenu de certaines de ces banderoles. Horreur et damnation : dans quelques rares lycées, il y avait des dessins et des slogans à la gloire de l’État islamique, et même des portraits de Benladen et d’Adolphe Hitler ! Un élément qui a certainement contribué à faire traverser ce scandale de l’autre côté de la Méditerranée. On a vu ainsi Rue 89 disserter, non sans finesse, sur le phénomène en extrapolant tout de même assez rapidement sur les dangers de l’antisémitisme. De son côté, Médiapart citait la page Facebook d’un auteur algérien probablement plus connu en France que dans son pays, Mohamed Kacimi, lequel n’hésitait pas à sortir les mots des grandes occasions : « Une société qui laisse ses enfants dire qu’Hitler et Daech sont leurs pères Noël est une société qui a renoncé à l’avenir, à son humanité. »

Peut-on raison garder et laisser à cette affaire les proportions qu’elle mérite ? Pour commencer, seuls quelques rares lycées (on parle de deux ou trois) ont été concernés par ce qui ressemble assez fort à une provocation « énhaurme », assez bien dans le goût adolescent. Par ailleurs, ils étaient bien plus nombreux à proposer d’autres illustrations sur des questions politiques classiques (la Palestine pour commencer) ou non (la pollution dans leur ville par exemple). Si cela ne suffisait pas à faire taire ceux qui pensent que les lycéens s’expriment ainsi parce qu’ils ne sont que des gamins ignorants, on leur recommande de lire cet article (en arabe mais il y a les images) où ils verront que certains d’entre eux en savent assez sur l’histoire de leur pays pour rappeler la mémoire de Salah Ben Youssef, un dirigeant nationaliste opposé à Bourguiba et assassiné en Allemagne en 1961. Et parmi cette jeunesse tellement insouciante et dépolitisée paraît-il, on en trouve aussi qui rendent hommage, toujours durant la dakhla, à Chokri Belaïd, le militant politique assassiné en 2013.

Oui, la manière dont la jeunesse lycéenne s’empare de la dakhla a quelque chose de terrifiant parce que le phénomène met en évidence le fossé toujours plus grand qui sépare la moitié du pays, celle des moins de 20 ans, et les autres. Ce qui est vraiment terrible, c’est bien de voir que cette jeunesse tunisienne, quelques années après sa révolution, est toujours gouvernée par une gérontocratie indéboulonnable (le président du pays va bientôt fêter ses 90 ans). Non, la jeunesse de Tunisie n’est pas terroriste, elle est juste terrorisée d’avoir pour tout avenir le rêve de risquer sa vie sur un rafiot pour tenter de gagner l’eldorado européen, à moins que ce ne soit celui d’un jihad mortel au Moyen-Orient pour quelques centaines de dollars par mois. Ce qui est terrorisant, pour un avenir qui est aussi le nôtre, c’est de voir que la jeunesse arabe, bien au-delà de la seule Tunisie, n’a aucune perspective d’avenir alors que les très riches États de la Péninsule arabe engloutissent des sommes colossales dans toutes les guerres de la région, à la grande satisfaction de nos dirigeants transformés voyageurs de commerce pour nos fabricants d’armes.

Ci-dessous, circulant sur les réseaux sociaux, un des films de la fameuse « dakhla » du lycée de jeunes filles de Kairouan.

Hatoon Kadi, une femme du « pays des hommes » dans les réseaux sociaux

kadi

Dans l’actualité déprimante du monde arabe, les informations qui ouvrent à quelque chose d’un peu moins sombre sont suffisamment rares pour être soulignées. Raison de plus pour s’intéresser à l’apparition, sur la scène publique du « pays des hommes », d’une humoriste, une femme donc.

Classée dans le peloton de tête des pays les plus consommateurs des nouveaux médias, l’Arabie saoudite connaît depuis 2010 un étonnant phénomène, celui de l’essor fulgurant, sur YouTube, d’une jeune génération d’acteurs, animateurs, comédiens qui, sur un mode inspiré de la stand-up comedy à l’américaine, se livrent à une critique moqueuse des travers de la société saoudienne. Il arrive que cette production se fasse le relais des grands débats de société, comme en témoigne le célèbre No Women No Drive, détournement par Hisham Fageeh d’un tube de Bob Marley au plus fort d’une campagne (infructueuse) pour le droit des femmes à conduire. Toutefois, jusqu’à présent en tout cas, les lignes rouges ne sont jamais dépassées. Rapidement intégrées dans les circuits commerciaux, avec de jeunes sociétés de production – la plus importante étant sans doute Uturn – qui s’efforcent d’exploiter ce nouveau segment du marché, les vedettes du YouTube illustrent certes l’impatience de la jeunesse locale, mais aussi la solide rigidité du système saoudien. A l’image des mobilisations de l’année 2011, il faut certainement se garder d’extrapoler trop vite à l’ensemble du corps social les images de « modernité » qu’offrent les réseaux sociaux locaux.

Signe, d’ailleurs, de ce décalage entre les différentes composantes du public, l’échec des différentes tentatives qui, depuis deux ans déjà, s’efforcent de faire migrer vers les studios télévisés les jeunes vedettes d’internet. Plusieurs formules ont été tentées, en direct ou non, et elles se sont toutes soldées par des déconvenues pour leurs producteurs. Lancées par la grande chaîne arabophone MBC durant le dernier mois de ramadan, des émissions comme Kalemten wu bass (Deux mots, c’est tout !) ou Dot.shebab (.jeunes) n’ont guère soulevé d’enthousiasme. Pour leurs animateurs, vedettes confirmées des réseaux sociaux, c’est parce que les producteurs ont écrasé la légèreté du format internet sous la machine télévisuelle. Ou encore parce qu’ils se sont contentés d’engager quelques têtes d’affiche, sans prendre en compte le fait que la réussite d’un produit en ligne tient à la composition d’une équipe.

On pourrait estimer également que les consommations audiovisuelles sont désormais bien distinctes : la téléphagie familiale n’intéresse plus les classes d’âge les plus jeunes qui, en Arabie saoudite comme ailleurs, délaissent le petit écran collectif pour l’intimité de leur ordinateur ou de leur smartphone. Au-delà de ce constat, on peut aussi imaginer que les sketches sur YouTube ont une économie narrative (rythme, connivence avec l’internaute, etc.) qui ne peut fonctionner à l’identique sur le support télévisé (même s’il y a des réussites dans le sens inverse, à savoir l’adoption de formats télé sur internet tels que la web-série Shankaboot par exemple).

La « vague de fond » des pratiques en ligne en Arabie saoudite a donc ses limites. Le souligner, cela ne revient pas à nier l’importance des mutations en profondeur qu’entraîne dans les sociétés du Golfe l’existence, de plus en plus manifeste, d’une « culture internet ». De ce point de vue, il faut souligner l’apparition, il y a plus d’un an, de Hatoon Kadi (هتون قاضي), une jeune femme qui s’est bâtie son « petit royaume » sur la scène médiatique saoudienne.

Blogueuse pour rire dans un premier temps, ses premières interventions dans lesquelles elle se moquait de ce qu’elle appelle la kawalana (la cool attitude) chez une partie des femmes de son pays a vite attiré l’attention des internautes. Rapidement, elle a su convaincre les jeunes dirigeants de la société de production Uturn qui l’ont fait apparaître sur leur canal YouTube dès l’été 2013 et l’ont aidée, en lui adjoignant toute une équipe de créatifs, à donner un tour plus professionnel à ses interventions sur les réseaux sociaux dans un programme intitulé Noun al-niswa (« F » comme femme). Cet été, la consécration est venue avec la prise en charge, au côté d’une autre vedette venue du YouTube saoudien, d’une émission durant ramadan sur la grande chaîne arabophone MBC.

Des femmes dans la vie publique saoudienne, ce n’est pas si fréquent mais cela existe. En politique rarement (une vice-ministre, à l’Education), dans le secteur économique parfois, et plus souvent dans l’univers de l’éducation et de la recherche, on observe ainsi quelques trajectoires professionnelles particulièrement brillantes. Mais presque inévitablement, il s’agit d’« héritières », des jeunes femmes dont le succès a été possible grâce à leurs très bonnes origines sociales. Dans les cercles artistiques, et plus encore lorsqu’il s’agit des arts du spectacle, le milieu familial est bien entendu tout aussi important. Haifaa al-Mansour (هيفاء المنصور), la réalisatrice du très célèbre Wadjda, née dans une famille d’intellectuels et d’artistes célèbres, est mariée à un diplomate nord-américain…

Rien de tel chez Hatoon Kadi, dont l’habitus, pour parler comme Bourdieu, est clairement petit-bourgeois modeste. La première vedette féminine des réseaux sociaux arabes récuse toute idée de transgression et affiche une rondeur toute familiale (voir photo ci-dessus). Interviewée, elle ne cache rien de sa vie ordinaire de mère de famille, en reconnaissant que ce n’est pas forcément très glamour. Le parcours de cette femme ordinaire mais néanmoins éduquée (elle poursuit une thèse en Grande-Bretagne sur l’utilisation des nouvelles techniques éducatives dans son pays), qui remet en question la modestie traditionnelle de la femme, surtout dans le Golfe, en rivalisant d’humour avec les meilleurs comiques de son pays permet de se rendre compte des évolutions en cours dans la société saoudienne (et il faudra bien qu’elles trouvent un jour une traduction politique).

Une femme, furieusement drôle, sur internet et à la télé : la chose va si peu de soi que les mots manquent pour le dire ! Evoquant Hatoon Kadi, le journaliste (pourtant ultra-libéral) Dawood al-Shiryân, l’a présentée – à la grande fureur de l’intéressée – en utilisant le mot fannâna (artiste), un terme déplacé, soit parce qu’il est trop vulgaire (« Je ne suis pas une danseuse orientale ! » s’est exclamée l’intéressée), soit parce qu’il ne correspond nullement à ses activités professionnelles en tant qu’humoriste, tout simplement.

« Hatoon Kadi, avec un « a » et sans l’article, c’est bien assez ! » comme elle le dit elle-même vers la fin de cette vidéo (malheureusement sans sous-titres). Juste une femme quoi !

En Tunisie, la révolution, ça « kif » grave !

mememoikif

Il y a quelques jours, la police tunisienne annonçait l’arrestation, en flagrant délit, de deux revendeurs de drogue. Une affaire banale, dont personne n’aurait parlé si elle ne concernait deux personnalités connues : le cameraman Sabri Benmlouka et surtout le blogueur – passé (comme la plupart des activistes locaux) aux réseaux sociaux et en l’occurrence à Twitter – Azyz Amani. Pour une partie de l’opinion, l’arrestation de cette voix particulièrement mordante a tout d’un coup monté. Elle intervient peu de temps après que le jeune activiste, déjà arrêté dans les derniers jours de la présidence Ben Ali, a annoncé qu’il était l’auteur d’une campagne de solidarité en faveur de militants inculpés pour des actions commises contre les forces de l’ordre au temps de la révolution. Selon une stratégie désormais bien rodée, les comités de soutien ont organisé la riposte, avec des meetings, des manifestations et, sur les réseaux sociaux, avec une assez « stupéfiante » page Facebook intitulée Moi aussi, je suis un adepte de la fumette ! (d’où est tirée l’illustration en haut de ce billet).

C’est loin d’être la première affaire de ce genre. En effet, il est déjà arrivé à plusieurs reprises que des figures connues soient ainsi emprisonnées, fort à propos si l’on peut l’écrire ainsi, pour détention de produits stupéfiants. En juin 2013, le chanteur Kafon, co-interprète avec Hamzaoui Med Amine d’un morceau visionné plus de 10 millions de fois sur YouTube, « tombait » ainsi pour ce délit (il en prendra pour un an et sera libéré dix mois plus tard). Il faut dire que la presse internationale (voir cet article bien complet publié dans L’Express) commençait à faire un peu trop de buzz autour de cette histoire et de cette chanson, intitulée Houmani (حماني), qui décrivait la vie dans les banlieues misérables de Tunis. Mais on trouverait facilement bien d’autres exemples, dont on a bien moins parlé, (par exemple l’arrestation, en janvier 2012, du rappeur Anis Mrabti, aka « Volcanis le roi », après la diffusion sur Internet d’un morceau là encore un peu trop contestataire).

Il faut dire que la loi 52, mise en place sous Ben Ali en 1992, offre un cadre législatif qui réprime d’une manière particulièrement sévère ce type de délit. La consommation de kif est pourtant restée très longtemps une pratique courante en Tunisie. Mentionné par de nombreux témoignages anciens (celui d’Isabelle Eberhardt par exemple dans son livre Dans l’ombre chaude de l’islam : quel titre quand on y pense aujourd’hui!), le kif était même vendu tout à fait légalement, il y a de cela à peine plus d’un demi-siècle, dans les bureaux de tabac. Des médecins le prescrivaient à leurs patients et il offrait à certains pratiquants, notamment pendant ramadan, un substitut socialement moins répréhensible que d’autres substances euphorisantes (l’alcool en l’occurrence).

Des arguments que reprennent, naturellement, ceux qui militent aujourd’hui en Tunisie, et ils sont nombreux, pour une dépénalisation du hachich, à l’image de ce qui s’est déjà fait dans quelques pays. Une réforme qui priverait peut-être quelques services d’un prétexte utile en certaines occasions, mais qui aurait aussi l’avantage de soulager tant les tribunaux que les prisons du pays. Les statistiques sont en effet proprement hallucinantes puisque ce type de délit correspondrait à près de la moitié des arrestations, et serait responsable d’un tiers des incarcérations.

Car si la loi n’a pas changé, le contexte sociopolitique, et les pratiques, ont, en revanche, considérablement évolué, et cela, manifestement, depuis la révolution de 2011. Un an ne s’était pas écoulé depuis la chute de Ben Ali que des médias évoquaient déjà une hausse spectaculaire de la consommation. Un phénomène qui n’a fait que croître depuis, jusqu’à devenir un réel problème de société. En effet, ce n’est plus seulement la jeunesse perdue des « mauvais quartiers » qui ruine ses poumons en sniffant de la colle et du cirage. Depuis la fin de la dictature, la drogue se répand « comme une traînée de poudre », en particulier auprès de la jeunesse lycéenne. Les chiffres varient selon les enquêtes, menées tantôt par le ministère de la Santé tantôt par des organisations qui luttent contre la drogue, mais les chiffres progressent d’une façon alarmante.

pubzatla
Ici, on vent du zatla !

Il s’agit certes le plus souvent de zatla (زطلة), le nom local du hachich, dont aurait tâté, plus ou moins régulièrement, près de la moitié de la jeunesse lycéenne. Un phénomène – signe d’une évolution sociétale significative – qui concerne aussi, dans des proportions moindres, les filles. Là encore, les consommatrices, très majoritairement, se seraient initiées à ces nouveaux plaisirs, pour 70 % d’entre elles, après la révolution de 2011

Si pour tout le monde, le lien entre les récents événements politiques et le développement de ces nouvelles pratiques est incontestable, les explications, par contre, divergent. Beaucoup mettent en avant la désorganisation des services de l’Etat après la révolution, certains n’hésitant pas à regretter cette bonne vieille dictature où il ne faisait pas bon rouler son joint au vu et au su de tous ! Dans le même registre, la désorganisation régionale, et en particulier celle de la frontière avec la Libye, favorise sans aucun doute l’essor des petits trafics en tous genres, d’autant plus que le commerce de la drogue fait partie de ces ressources que les acteurs de tous poils aiment à mobiliser…

D’autres estiment cependant que d’autres facteurs sont à prendre en considération, notamment le fait que l’Etat d’avant, pas plus que l’actuel, n’ont cherché vraiment à soutenir les différentes formes d’organisation sociale qui pourraient détourner la jeunesse des paradis artificiels. Et ceux-ci paraissent d’autant plus attirants que la réalité est toujours plus désespérante, y compris et même surtout après le passage de la révolution. Cependant, ce n’est pas seulement la drogue qui est concernée. Il apparaît ainsi que la consommation d’alcool a progressé d’une manière presque encore plus forte, tout comme les liaisons prémaritales, ainsi qu’on l’avait signalé dans un précédent billet. C’est aussi pour ces libertés-là, et pas seulement à cause de l’absence de liberté politique, que la jeunesse tunisienne est descendue dans les rues à partir de la fin de l’année 2010.

A propos des « Si Sayyed » ! Qahera, super hero et « Femen Akbar » !…

Dans la foulée du billet précédent, cette bande dessinée égyptienne (merci à The Arabist), qui traite à sa manière de la chanson de Tamer Hosny « Si Sayyed ».

sisayyed

Cette image est tirée de la version anglaise, mais il existe également une version arabe, et d’autres planches, assez amusantes à mon avis sur la question féminine et femen, ici (même si le scénario est un peu léger). Il y a également une page Facebook si vous voulez devenir femme fan !

Bassem Youssef, Mon Qatar chéri et l’utopie arabe

bernameg

Y a-t-il toujours un « rêve arabe » ? La question est posée par Bassem Youssef, une des voix les plus incisives du monde arabe d’aujourd’hui, l’équivalent égyptien du comique nord-américain Jon Stewart. Dans un contexte très différent naturellement, le succès de cet ancien chirurgien cardiaque ne peut manquer de faire penser aux remous provoqués sur la scène politique par des personnalités comme Coluche en France ou Beppe Grillo en Italie.

De plus en plus en effet, les interventions de cet animateur télévisé – sur YouTube d’abord, juste après la chute de Moubarak, puis sur la chaîne ONTV et depuis novembre dernier sur CBC (Capital Broadcast Center) – ne relèvent plus seulement du phénomène de société. Elles donnent désormais une dimension nouvelle à un affrontement éminemment politique. On y mesure les transformations qui secouent la société égyptienne, et plus largement le monde arabe.

Bien entendu, la forte parole de Bassem Youssef pose au régime la question de la liberté des médias. Une question brutalement rappelée dans un rapport publié par l’ANHRI, une ONG locale, qui résumait la situation en écrivant que le président Morsi avait fait « mieux » que tous ses prédécesseurs en réclamant, en 20 mois de pouvoir, pas moins de 24 actions en justice envers des journalistes (contre 14 seulement durant les 112 années qui ont précédé) ! Une statistique à manier avec précaution cependant car nombre d’autocrates du passé se dispensaient de tout formalisme juridique; par conqéquent, le recours à l’action légale constitue une sorte d’avancée démocratique !

De plus, la mise au pas des médias peut s’exercer d’autre manière. A l’image des menaces à l’encontre de Bassem Youssef qui prennent un tour juridique comme on le verra mais qui passent aussi par toutes sortes d’autres pressions. Parmi bien d’autres intimidations, parfois physiques, on trouve ainsi la mise en examen de certains de ses invités (le comédien Ali Kandil (article en anglais) ou encore des menaces de fermeture administrative exercées par l’Organisme en charge des zones franches, d’où émet la chaîne de celui qui est devenu aujourd’hui le plus célèbre des animateurs télé (30 millions de visionnages sur YouTube!).

Après avoir déjà été inquiété au tout début de l’année (article en arabe sur le site Al-Arabiyya), Bassem Youssef a donc été convoqué à la fin du mois de mars par le Procureur général égyptien, sous l’accusation d’insultes au chef de l’Etat et à l’encontre de l’islam. Une entrevue de cinq heures qui s’est soldée par la libération de l’animateur contre une caution de 2 200 dollars (ce n’est pas trop cher payé !). La presse du monde entier (article dans L’Orient-Le jour par exemple) a abondamment parlé d’une action en justice qui a même tourné à l’affaire d’Etat lorsque l’ambassade des USA au Caire a jugé bon d’intervenir dans les débats en diffusant via Twitter le soutien apporté par Jon Stewart à son émule égyptien (article dans le Washington Post).

youssefCnbcDémontrant une fois de plus son humour et son sens politique, Bassem Youssef a eu l’intelligence de continuer son émission dont l’importance – et le danger pour le pouvoir – tient peut-être moins à son aspect satirique qu’au travail d’éducation publique qu’elle permet. En effet, au fil des séquences hebdomadaires de son émission (en arabe égyptien, du début à la fin), Bassem Youssef entraîne derrière lui le public, conquis par son humour dévastateur, à une analyse, largement inédite dans la région, des images et des mots de la politique. Dans un univers particulièrement dominé par la langue de bois de responsables figés dans des rôles d’un autre temps, l’œuvre est non seulement salutaire mais à la vérité totalement révolutionnaire…

A travers son émission née avec les soulèvements arabes et qui n’aurait pas été possible sans eux, al-Bernameg (« Le programme », prononcé à l’égyptienne, ici sur YouTube) met en évidence la rupture que réclame une partie au moins des populations arabes, à savoir ces nouvelles générations dont les pratiques culturelles, telles qu’on les évoque dans ce blog, témoignent d’aspirations nouvelles, visiblement en totale rupture avec une grande partie des normes héritées du passé. Dans quelle mesure ces jeunes générations seront-elles suivies par le reste de la population ? Comment arriveront-elles non seulement à traduire politiquement leur refus de l’ordre ancien mais également à « reconstruire du politique » dans un contexte très difficile, ne serait-ce que du point de vue économique, pour ne rien dire de la géopolitique locale dominée par les monarchies du Golfe ?

A défaut de solutions, Bassem Youssef a, sans l’ombre d’un doute, une parfaite maîtrise des données de la situation. En témoigne ce que l’on pourrait appeler la contre-attaque qu’il a su mener en riposte au harcèlement juridique dont il fait l’objet. Suivie avec passion par le public égyptien – témoignage de l’ambiance dans les cafés-trottoir du quartier de la Bourse au Caire dans cet article en arabe dans al-Quds al-‘arabi –, sa dernière émission a déclenché un déluge de commentaires dans la presse mais plus encore peut-être dans les médias sociaux tels que Twitter et Facebook.

En plongeant sans ménagement le scalpel dans la plaie de l’amour-propre national, avec pour seul anesthésiant une très forte dose d’humour, l’ancien chirurgien a vraisemblablement ruiné à jamais tout espoir, de la part du régime, de le faire taire. Plus que jamais, il bénéficie désormais de puissants soutiens, non seulement parmi les défenseurs dans le monde de la liberté de parole, mais plus encore auprès des Egyptiens, touchés au cœur, le mot n’est pas trop fort, par une parodie d’opérette nationaliste qui a suscité à la fois exaspération et enthousiasme.

Dans la culture arabe contemporaine, l’« opérette » (en arabe dans le texte) est un genre musical à part entière. Evénement commercialo-culturel à l’échelle de toute la nation lors de la sortie de clips qui associent un grand nombre de chaînes télévisées autour de la célébration, par les vedettes locales, du « rêve » ou de la « conscience arabe »s (voir ces précédents billets, ici et ), l’opérette a, dans ses formes les plus récentes en tout cas, perdu une partie de sa charge politique (voir ici Bokra, dont l’arrangement a malheureusement été commis par le grand Quincy Jones). Aussi édulcorées soient-elles, elles n’en font pas moins toutes référence à un modèle fondateur, évoqué d’ailleurs à l’occasion de la mort de Warda, la chanteuse algérienne qui avait participé en son temps à ce monument de la musique arabe moderne. Au temps de la splendeur du nationalisme arabe, lorsque l’Egypte guidait tous les pays de la région vers des lendemains qu’on imaginait forcément radieux, le régime nassérien avait en effet demandé à quelques-unes des vedettes de la scène musicale de l’époque de participer à l’enregistrement d’une œuvre à la gloire de la « grande patrie » (Watani al-akbar), la nation arabe bien entendu.

Un bon demi-siècle plus tard, l’imaginaire politique arabe reste marqué par un thème (musical et politique en somme) qui ne cesse de hanter les mémoires et les consciences, comme un rêve impossible à oublier… Cet imaginaire, Bassem Youssef a pris le risque énorme de l’évoquer avec humour, au risque d’ailleurs de retourner contre lui une partie de son public. Ironisant férocement surles temps présents, l’animateur d’al-Bernameg a osé une parodie dévastatrice de ce « rêve arabe » transformé, aujourd’hui, en hymne sardoniquement dédié au Qatar. La grande patrie, chantée dans les années 1960, est devenue Mon Qatar chéri (Qatari habibi), mon tout petit frère – le pays fait un peu plus de 10 km2, avec beaucoup de cailloux riches en pétrole il est vrai – jour après jour tu t’enrichis… Impossible de traduire l’ensemble des paroles (on les trouve en arabe ici) dans lesquelles les Egyptiens, entre rire et larmes, retrouvent sans difficulté la triste litanie de leur déchéance politique actuelle, depuis les avanies subies par Morsi lors de sa dernière visite au Qatar jusqu’aux offres – paraît-il – du riche Emirat gazier de leasing des richesses nationales, du Canal de Suez aux pyramides (sachant que la Grèce, elle, lui a déjà vendu cinq de ses îles !)

Nouvelle étoile de la scène médiatique arabe, Bassem Youssef ne manque pas de flair politique, et il en faut pour manier l’ironie sur un terrain aussi sensible. Etait-ce pour désamorcer les éventuelles accusations de tous ceux pour lesquels le « rêve arabe » a encore un sens ? On note que Hamdeen Sabbahi était invité lors de la fameuse émission. Le candidat « nationaliste de gauche » issu de la tradition nassérienne et arrivé, à la surprise générale, en troisième position aux présidentielles égyptiennes a d’ailleurs avoué avoir pleuré en découvrant la parodie de Ma grande patrie.

De rire, de rage ? Probablement les deux à la fois… Oser se moquer ainsi de soi-même et de ses souvenirs les plus chers, avec Bassem Youssef à la baguette (dans le rôle d’Abdel-Wahab, l’auteur de cette mélodie éternelle, qui apparaît dans la version d’époque), c’est vraiment le signe qu’on a changé d’époque, mais pas forcément de rêve.

Pour visionner, et la version originale, et la parodie Yousséfienne (il y a désormais un parti de Bassemiyyoun, des Bassemistes, du prénom de l’auteur qui signifie, littéralement, le Souriant), le mieux est encore d’ouvrir cet article dans Al-Akhbar. Figurent à la fin les deux versions. Même les non-arabophones reconnaîtront facilement un mot passé en français, flous (associé à l’adjectif « qatari »). Signalée par The Arabist, il y a pas mal de temps déjà, un extrait sous-titré en anglais permet de se faire une idée de l’humour de Bassem Youssef.
Grâce à leur flair, les jeunes arabisants de Normale Sup’ ont eu l’idée brillante d’inclure un débat, le 18 avril, avec Bassem Youssef en personne, dans leur désormais célèbre Semaine arabe. Bravo à eux !

Les statues meurent aussi : violences symboliques et iconoclastes arabes

La « guerre des statues », une expression de la presse arabe, est lancée ! On a déjà eu l’occasion, dans ce billet, de revenir sur la situation particulière de la sculpture (figurative) au sein des différents arts plastiques. Représentation humaine par excellence, souvent chargée de « graver dans le marbre » – ou le bronze – les traits du grand homme du moment, la sculpture a tout pour déplaire fortement aux fractions les plus traditionalistes de l’islam militant. En ces temps d’affrontements qui témoignent de profonds rééquilibrages politiques, rien d’étonnant à ce que les effigies de pierre ou de métal se trouvent doublement en première ligne des combats symboliques, à la fois parce que ces combats ont précisément valeur de symbole et signifient en réalité d’autres « victoires », directement politiques celles-là, et parce qu’ils se déroulent dans un « territoire » particulier, celui du « champ de la production symbolique » (à savoir ces « symboles » particuliers que sont les œuvres d’art).

En l’espace de quelques jours, trois pays de la région ont été concernés par le phénomène. Le plus récemment, c’est en Tunisie où le « monument », dressé le 17 février devant le domicile de Chokri Belaïd, le leader politique assassiné une dizaine de jours plus tôt, a été saccagé durant la nuit (image en haut de ce billet). La confédération syndicales des artistes, qui avait appelé à une marche se clôturant par l’installation de l’œuvre, a tout de suite fait savoir qu’elle se mobilisait pour en ériger un nouveau. L’annonce de l’arrestation de suspects n’ôtera rien au sentiment de profanation qu’ont vécu tous ceux qui s’étaient mobilisés pour donner, à travers un modeste monument, une forme à leur chagrin.

Théâtre de toutes les violences, la Syrie ne pouvait manquer d’être concernée elle aussi. La destruction ne concerne pas cette fois quelques-unes des innombrables effigies de la famille Assad – le père pour l’essentiel, il faut bien le reconnaître – dont le « déboulonnage », dès les premières jours des soulèvements, a exprimé pour bien des citoyens du pays une victoire symbolique sur des années de peur et de soumission à l’arbitraire. Cette fois la « victime », dont le sort posthume a provoqué beaucoup de commentaires dans les médias, était un poète de la ville de Maaret el-Noman, au sud d’Alep. Né vers la fin du Xe siècle, Abu al-‘Alaa al-Maarri, une des gloires des lettres arabes, est souvent surnommé le « philosophe des poètes ». L’extrait ci-dessous révèle l’actualité de son audace intellectuelle (si quelqu’un peut trouver la citation en arabe… merci d’avance) :

La vérité est soleil recouvert de ténèbres –
Elle n’a pas d’aube dans les yeux des humains.
La raison, pour le genre humain
Est un spectre qui passe son chemin.
Foi, incroyance, rumeurs colportées,
Coran, Torah, Évangile
Prescrivant leurs lois …
À toute génération ses mensonges
Que l’on s’empresse de croire et consigner.
Une génération se distinguera-t-elle, un jour,
En suivant la vérité ?
Deux sortes de gens sur la terre :
Ceux qui ont la raison sans religion,
Et ceux qui ont la religion et manquent de raison.
Tous les hommes se hâtent vers la décomposition,
Toutes les religions se valent dans l’égarement.
Si on me demande quelle est ma doctrine,
Elle est claire :
Ne suis-je pas, comme les autres,
Un imbécile ?

Protégée par les habitants, la statue avait échappé une première fois à la destruction, mais pas la seconde, plusieurs mois plus tard. La stupidité de cette décapitation est à la mesure de la folie meurtrière qui ravage ce pays. Certains commentaires veulent croire que les assaillants se seraient mépris sur l’identité de l’homme représenté sur le monument, bizarrement associé à la famille au pouvoir. On a beaucoup de mal à les suivre et tout porte à croire qu’il s’agit au contraire d’une vengeance symbolique et « réfléchie », de la part d’une fraction de la rébellion armée, contre l’emblème d’une pensée libre, et détestée…

La troisième décapitation a concerné, toujours ces jours derniers, le monument érigé en hommage au romancier et critique égyptien Taha Hussein, le ministre de l’Enseignement (à la fin des années 1940), qui disait que « l’éducation est comme l’eau et l’air ». C’est d’ailleurs cette phrase qui figurait sur le socle de la statue érigée à Minieh, sa ville natale. A l’évidence, les mêmes intentions président là encore à cette exécution posthume et symbolique. Honni par les franges les plus obscurantistes – voir ce billet, écrit du temps de Moubarak, quand les textes de cet auteur étaient retirés des programmes scolaires… –, Taha Hussein, l’homme devenu aveugle dans sa petite enfance par la faute de l’ignorance de ses parents, symbolise en Égypte et ailleurs dans la région, les Lumières de la raison et du savoir. Étrangement, les destinées d’al-Maarri et de Taha Hussein sont d’ailleurs étroitement liées. Comme le rappelle l’écrivain syrien Khalil Suwayleh, auteur d’un des articles du dossier réuni par Al-Akhbar sur cette question, la thèse soutenu par le critique égyptien portait précisément sur Al-Maari. Et celui qu’on surnommait le « doyen des lettres arabes » avait également souhaité honorer son lointain modèle en finançant la construction d’un monument ainsi que la réédition de ses œuvres…

La liste des destructions n’est pas close ; d’autres n’ont même pas suscité de réactions : celle de la statue de Mohammad Karim par exemple, un des pionniers du cinéma égyptien, que mentionne un jeune sculpteur local dans cet article d’Al-Hayat. La « guerre des statues » a bien suscité les protestations d’usage dans les milieux culturels, mais on les sent de plus désabusés, comme si tout le monde savait peu ou prou que de telles réactions ne signifient plus grand chose dans le climat actuel, comme si tous s’accordaient désormais à considérer que de tels saccages ne sont que l’épiphénomène de problèmes et de violences bien plus grandes.

Indépendamment de la « bêtise à front de taureau » qui anime les auteurs de ces actes, il faut accepter, même si c’est une position difficile et peut-être même impossible pour tous ceux et celles qui sont pris dans l’engrenage impitoyable de ces violences, que celles-ci, justement, sont d’une certaine manière la conséquence de « violences symboliques ». De violences infligées – avec les meilleures raisons du monde – aux populations locales, sommées depuis des lustres de se moderniser, d’embrasser avec empressement les signes civilisateurs prodigués par des élites culturelles, elles-mêmes pas toujours très regardantes vis-à-vis de leurs alliances avec les élites politiques, rarement très démocratiques… Au-delà des instigateurs de ces attaques et des intérêts idéologiques qui sous-tendent leurs provocations, il faut bien comprendre que leurs appels trouvent un écho chez les plus faibles au sein de la société, non pas en raison d’on ne sait quel fanatisme inhérent à l’islam ou même à la psychologie locale, mais parce que ces marginaux, ces opprimés, ces déclassés, y trouvent une occasion longtemps attendue, celle de se venger des humiliations infligées par un pouvoir détesté, auquel, qu’on le veuille ou non, ils associent les appareils culturels, quelles que soient les positions réelles de ceux y collaborent, de près ou de loin.

Il ne s’agit pas d’excuser, encore moins de justifier, mais plutôt de comprendre les raisons qui nourrissent la violence des iconoclastes arabes d’aujourd’hui. Car ce sont bien les mêmes qui, hier, c’est-à-dire il y a de cela un peu moins d’un siècle, se privaient du peu qu’ils avaient pour, comme dans le cas de Saad Zaghloul ou de Mustafa Kamel, contribuer aux souscriptions publiques organisées pour l’érection de statues en l’honneur des symboles d’un combat dans lequel ils se reconnaissaient, celui de l’indépendance.

A Mansourah, au nord du Caire, il y a eu encore une sorte de décapitation, symbolique cette fois. Des inconnus s’en sont pris, il y a quelques jours également, au monument érigé en l’honneur d’Oum Koulthoum, la chanteuse vénérée par tout un peuple, toutes classes sociales confondues. Mais cette fois-ci le visage de « l’astre d’Orient » n’a pas été décapité ; on l’a recouvert d’un voile « islamiquement correct ». Mauvaise plaisanterie ? Peut-être. Provocation ? Certainement, par ceux qui cherchent ainsi à attirer l’attention du public sur le « voile » dont on veut recouvrir l’art, ou bien au contraire par ceux qui affirment ainsi leur volonté d’« islamiser » la création.

Pour beaucoup de commentateurs, briser un buste, détruire une effigie, ou bien recouvrir d’un niqab (prétendument) « règlementaire » la face d »Oum Koulthoum, cela revient au même, c’est exprimer la même haine impitoyable à l’encontre de l’art, du chant, de la femme, de la beauté, etc. Mais pourtant… Est-ce qu’il ne faut pas lire, pour une fois, cet acte différemment, comme une manière de proclamer, symboliquement, que ce n’est pas la beauté, ou la création, en tant que telle, qui est radicalement refusée, mais le fait qu’elle apparaît comme étrangère, « vendue au pouvoir », infidèle en somme.